Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

Valérie Deplaigne, Patrimoine, héritage et transmission des biens de Marie de la Roche-Guyon : une femme au cœur d’un conflit entre deux lignages nobles normands à la fin du Moyen Âge

Master 1- Université de Cergy-Pontoise / Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 2006
Valérie Deplaigne

Texte intégral

1Parmi les archives privées du château de la Roche-Guyon (Val d’Oise), un document rare est mis en aparté : une enquête judiciaire datée de 1502, et quasi-intégralement conservée, apporte le témoignage de cent trente-quatre hommes et femmes, interrogés dans le cadre des suites d’un procès entre une héritière, Marie de la Roche, mariée en secondes noces à Bertin de Silly, et ses fils nés d’une première union, Jacques et Guy d’Estouteville.

2S’intéresser à cette femme, et à l’objet du conflit - des biens non restitués - relève de l’étude de cas, revisitée ici à la lumière de l’histoire du droit et de l’histoire des femmes. Au-delà de la succession des événements marquant l’histoire familiale, intimement liée à celle du château et déjà bien connue grâce aux ouvrages d’un érudit du XIXe siècle, il s’agit de suivre le cheminement en justice de cette femme de la noblesse aux lendemains de la guerre de Cent ans. Après avoir dressé un portrait des parties en présence et évalué leur puissance respective, on cerne mieux les enjeux en termes de transmission du patrimoine familial, qui se formalisent à deux moments de la vie : le mariage et la mort, le tout étant régi par les Coutumes. La figure centrale de ce procès est celle de Marie de la Roche, qui apparaît tour à tour fragile dans sa condition de femme, en tant qu’épouse spoliée ou mère bafouée, ou forte dans sa condition nobiliaire, en tant qu’héritière de lignées prestigieuses ou alliée à d’influentes familles nobles. Est-elle alors une victime, reflet de la difficile condition féminine au Moyen Âge, ou est-elle une manipulatrice, qui a su utiliser à dessein le droit et son second mari? La question mérite d’être posée et analysée à travers les stratégies mises en œuvre par chacune des parties. De même, par-delà l’opposition classique entre les hommes et les femmes, ce qui imprègne la société et conditionne la nature des rapports sociaux n’est-il pas le respect de la  hiérarchisation sociale ? La durée de ce procès souligne la haute position sociale des protagonistes, qui peuvent user de toutes les voies de recours et faire appel des décisions.

3D’autres enjeux transparaissent donc derrière ces questions relatives à la transmission du patrimoine : ceux liés au contrôle des territoires par les familles nobles, qui dépend des alliances et de celles qui en sont au cœur, à savoir les femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Deplaigne, « Valérie Deplaigne, Patrimoine, héritage et transmission des biens de Marie de la Roche-Guyon : une femme au cœur d’un conflit entre deux lignages nobles normands à la fin du Moyen Âge », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 21 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/326

Haut de page

Auteur

Valérie Deplaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page