Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Gwendoline Hancke, Les femmes nobles languedociennes à l’époque du catharisme

Université de Poitiers, 2005
Gwendoline Hancke

Texte intégral

1Le sujet de notre thèse résulte de deux points de départs complémentaires : le premier est lié aux caractéristiques des sources, les registres d’Inquisition, qui, particulièrement riches concernant la vie quotidienne en général, donnent aussi la parole aux femmes, sensiblement absentes d’une grande partie des sources contemporaines ; le deuxième procède d’une approche de l’existence religieuse des femmes cathares cherchant à l’insérer dans le contexte de son époque et de sa société et notamment de la mettre en relation avec les autres formes et expressions de la religiosité féminine.

2La première partie est consacrée au statut légal et la situation économique. Elle met notamment en évidence la détérioration de ce statut, due à la renaissance du droit romain et la mise en place du lignage qui tendent à exclure successivement les femmes de la participation aux biens immobiliers.

3La deuxième partie évoque tous les aspects de la vie quotidienne qu’il nous est permis de saisir à travers les sources inquisitoriales – l’existence physique, les cadres sociaux, les rapports affectifs, la culture et l’éducation. Par ailleurs, ce sont les structures familiales et sociales de l’existence féminine qui ressortent le plus clairement de l’étude des sources inquisitoriales, mettant en lumière une sociabilité de femmes qui marque toute l’existence féminine.

4La troisième partie traite de la vie religieuse catholique, au quotidien et dans les institutions religieuses, des structures et monacales et des formes de vie consacrée. L’accent y est mis sur la pénurie en institutions religieuses catholiques dans la région touchée par le catharisme d’un côté, et, de l’autre côté, sur une forme « alternative » de vie consacrée féminine, celle des religieuses vivant aux portes des abbayes d’hommes – dont l’existence rappelle davantage les communautés de femmes cathares que celle des monastères.

5Dans une quatrième et dernière partie, la vie des femmes catholiques est confrontée à celle des femmes cathares, dont on étudie la vie en tant que simples croyantes, en tant que religieuses cathares, menant une vie quasi-monastique (dans des petites communautés, ouvertes vers le monde, servant de lieu de culte, d’atelier, de pensionnat, d’école, d’auberge ou d’hôpital) et faisant également partie du clergé séculier, bien que leur modeste participation se limite à la prédication et la célébration du consolament, seul sacrement des cathares.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwendoline Hancke, « Gwendoline Hancke, Les femmes nobles languedociennes à l’époque du catharisme », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/318

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page