Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Diane Pasquier-Chambolle, La femme aristocrate à Byzance du XIIe au milieu du XVe siècle au miroir du monachisme

Thèse en cours - Université Paris I Panthéon-Sorbonne - Centre de recherches d’histoire et civilisation byzantines et du Proche-Orient médiéval
Diane Pasquier-Chambolle

Texte intégral

1Longtemps les byzantinistes n’ont pas jugé intéressant d’étudier le sort des femmes dans l’Empire. Si ce phénomène résulte en partie de l’état des sources disponibles en la matière, certains ont voulu motiver un tel choix en avançant que la femme n’aurait qu’un rôle de peu d’importance dans un monde où tous les pouvoirs et les principales fonctions reviennent naturellement aux hommes. Le caractère patriarcal -plus postulé que démontré- de la société byzantine a ainsi longtemps servi à justifier l’absence d’étude sérieuse et générale concernant les femmes. À la faveur du développement des mouvements féministes et de l’histoire sociale, des études entendant combler ces lacunes apparaissent progressivement au milieu des années 1970, sans pour autant y parvenir complètement.

2Le caractère tardif de cette entreprise et les critiques, notamment d’ordre méthodologique, que l’on peut formuler à l’égard des travaux menés, sont à l’origine du choix de ces recherches visant à étudier la situation de la femme dans l’Empire des XIIe/XVe siècles, période la mieux documentée en ce domaine. Mais les sources, peu nombreuses, et ne traitant presque exclusivement que du sort des femmes les plus exceptionnelles contraignent à aborder la question sous un angle particulier. Parmi les figures féminines hors du commun, les moniales constituent un cas moins original que les autres : si leur carrière reste singulière, toutes celles qui le souhaitent peuvent le devenir, quelle que soit leur origine sociale. En l’absence de matériaux renseignant sur les femmes du siècle, le cas de celles qui sont entrées au monastère se révèle le meilleur angle d’attaque, indirect mais pertinent, pour essayer de définir les contours de la situation de la femme de l’Empire.

3L’objectif de ces travaux consiste à caractériser socialement, juridiquement et culturellement cette catégorie donnée de femmes. Ainsi les recherches visent à déterminer leur place, leur condition sociale et juridique, tout autant que leur rôle, leurs pouvoirs voire leurs stratégies entre les XIIe et XVe  siècles, en envisageant la société qui est à l’origine de cette distribution des rôles. Tributaires de sources renseignant essentiellement sur les aristocrates, les recherches consistent également à s’interroger sur la place de la moniale dans ce cadre spécifique, en pleine mutation depuis le début du XIe s.

4Si ce sujet de recherche s’inscrit d’emblée dans la catégorie « histoire des femmes », puisqu’elle s’effectue par définition sur un échantillon de la population exclusivement féminine, la démarche adoptée par les historiens du genre permet d’éviter de l’enfermer dans une approche trop fémino-centrée. En prenant en compte le « sexe social » des acteurs, l’utilisation du concept de genre révèle les relations entre les hommes et les femmes, les formes de domination et les hiérarchies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane Pasquier-Chambolle, « Diane Pasquier-Chambolle, La femme aristocrate à Byzance du XIIe au milieu du XVe siècle au miroir du monachisme », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 25 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/316

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page