Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Caroline Jeanne, Les veuves à Paris à la fin du Moyen Âge

Thèse en cours - Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Caroline Jeanne

Texte intégral

1Dans le cadre de cette thèse portant sur les veuves à Paris à la fin du Moyen Âge, il s’agit d’appréhender la réalité du veuvage féminin dans une société urbaine particulière, et plus précisément de caractériser socialement, juridiquement et culturellement un groupe donné. Le sujet invite à une interrogation sur les identités, la condition sociale et juridique, les pouvoirs et les stratégies des veuves parisiennes à la fin du Moyen Âge, notamment dans le cadre des structures familiales. En nous limitant aux veuves, nous choisissons tout d’abord un groupe de femmes qui s’expriment davantage en leur propre nom et apparaissent mieux dans la documentation que les femmes mariées. Ensuite, les veuves constituent un groupe particulier, se distinguant par un certain statut tant juridique que social ou économique, intéressant à aborder dans sa spécificité. L’étude doit cependant prendre en compte, une fois ce groupe défini, la diversité des situations : parvenir à cerner les veuves parisiennes, c’est aussi saisir les degrés et nuances à l’intérieur de cette catégorie de femmes. Car si les problèmes principaux qu’elles rencontrent sont toujours les mêmes : trouver une subsistance, gérer seule une famille, les solutions sont différentes selon l’âge, la situation sociale, ou encore l’existence d’enfants à charge et leur nombre. L’approche mêle en premier lieu histoire sociale et histoire du droit, elle s’appuie également sur les apports et les méthodes du concept de genre, qui apparaît comme un outil pertinent, générant un regard neuf sur un sujet de recherche portant sur une catégorie spécifique de femmes. Le genre, défini comme l’étude historique des rapports entre le masculin et le féminin, invite ainsi à une approche relationnelle visant à dégager la spécificité des veuves par rapport aux veufs, et non seulement par rapport aux autres femmes. Les sources qui nous permettent de conduire cette étude sont de nature variée : judiciaires, notariées, fiscales ou encore narratives. L’accent est mis sur un fondement juridique solide, appréhendé par la coutume et par les sources judiciaires, en particulier celles du Châtelet de Paris et celles du Parlement Il s’agit ainsi de répondre aux perspectives ouvertes par l’histoire urbaine, et plus particulièrement l’histoire encore peu étudiée de la population parisienne médiévale, tout en contribuant aux recherches encore balbutiantes sur l’histoire des femmes dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Jeanne, « Caroline Jeanne, Les veuves à Paris à la fin du Moyen Âge », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/313

Haut de page

Auteur

Caroline Jeanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page