Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Parutions récentes

Sylvie Chaperon, Les origines de la sexologie (1850-1900)

Paris, Éditions Audibert, 2007, 288 pages
Anne-Claire Rebreyend
Référence(s) :

Sylvie Chaperon, Les origines de la sexologie (1850-1900), Paris, Éditions Audibert, 2007, 288 pages

Texte intégral

1Le mot sexologie apparaît seulement au début des années 1910 en France. Mais dès la seconde moitié du XIXe siècle s’affirme un nouveau savoir médical sur la sexualité, une protosexologie dont Sylvie Chaperon retrace l’histoire par le biais de sources médicales et policières, de romans érotiques, de mémoires. « Premier panorama synthétique » (p. 11) d’une histoire de la sexologie encore lacunaire en France, Les origines de la sexologie pointe la lente émergence d’une nouvelle discipline sur la sexualité et les enjeux de pouvoir qu’elle suscite. Cet ouvrage est une contribution essentielle à l’histoire des sexualités, à la fois par la richesse de ses références, par ses nombreuses biographies et par ses mises au point éclairantes sur l’usage des mots de la sexualité au XIXe siècle.

2Suivant un plan à la fois thématique et chronologique, Sylvie Chaperon met au jour les grandes préoccupations de la protosexualité, à savoir l’hygiène conjugale (chap. 1 et 2), les comportements déviants et les perversions (chap. 3, 4 et 5). Elle indique comment les médecins, après avoir appliqué diverses thérapies (allant du régime aphrodisiaque ou anaphrodisiaque à la chirurgie), s’orientent vers une psychologie de la vie sexuelle à la fin du XIXe siècle (chap. 6 et 7). Enfin, elle rappelle que les sujets de l’observation scientifique participent eux aussi à l’élaboration du savoir (en particulier sur l’homosexualité), alors même que le savoir médical est de plus en plus contesté au tournant du XXe siècle (chap. 8 et 9). À la croisée de l’histoire des sciences et de l’histoire sociale, l’ouvrage s’intéresse aux discours sur la science de la sexualité et aux représentations que les médecins se font de la sexualité. S’inscrivant également dans l’histoire des femmes et du genre, Sylvie Chaperon souligne qu’au XIXe siècle, « le savoir médical sur la sexualité est une affaire d’hommes » : les médecins français sont des hommes (en 1905, il y a seulement 85 doctoresses, qui, de plus, ne travaillent pas directement sur la sexualité), analysant essentiellement des cas masculins et proposant des observations et des traitements genrés. Ainsi, ils s’intéressent plus au fonctionnement des organes féminins qu’au désir des femmes, considèrent que l’activité érotique est l’apanage de l’homme et voient dans le mariage une solution pour les femmes jugées déviantes sexuellement.

3Vers 1850, la science médicale, prenant le relais de l’Église, prétend départager le bien et le mal sous les aspects de la santé et de la pathologie. Les médecins restreignent la sexualité au coït hétérosexuel, « acte sexuel normal, naturel et pour tout dire unique » (p. 34), en principe reproducteur et source de plaisir. Durant cet acte sexuel, l’homme se montre actif, tandis que la femme reste passive à l’image de ce que doivent être leurs rôles respectifs dans la société. La médecine, basée sur des théories biologiques, renforce le caractère naturel de la sexualité tout en confortant la morale sociale (p. 45). Les autres pratiques sexuelles passent de la catégorie du péché à celles du vice et de la perversion. Avec l’essor de la psychopathologie qui classe les perversions à la fin du XIXe siècle, les médecins commencent à envisager la sexualité en dehors de la reproduction et du coït : elle est comprise en termes de désirs et de plaisirs quels que soient leurs modes (p. 119, p. 121). Ces perversions et pathologies sexuelles (nymphomanie, onanisme, érotomanie, vampirisme, exhibitionnisme, fétichisme, inversion, etc.) relèvent des monomanies, puis à partir des années 1880, de la dégénérescence. D’abord mixtes, elles se spécialisent selon le sexe de la personne : alors que l’anaphrodisie, la frigidité et l’impuissance ne sont pas distinguées au début du XIXe siècle, les médecins associent peu à peu l’impuissance aux hommes et la frigidité aux femmes (la première concernant les organes, la seconde l’état moral) (p. 95). De même, le sadisme et le masochisme ne sont que des exagérations pathologiques de tendances naturellement présentes chez l’homme et la femme : l’un aimant conquérir, l’autre se soumettre (p. 113). Enfin, l’homosexualité est longtemps pensée en termes d’inversion de genre, avant d’être envisagée en termes d’orientation sexuelle. À la fin du XIXe siècle, ce savoir médical lacunaire et genré subit des critiques de la part de féministes, de néo-malthusiens et d’homosexuels qui tentent de fonder une nouvelle morale sexuelle. Sylvie Chaperon cite par exemple la féministe Céline Renooz (1840-1928) dont les positions sont proches du mouvement pour la pureté sociale (développé surtout dans les pays protestants en lien avec la lutte pour l’abolition de la prostitution) (p. 178-179) et l’écrivain Marc-André Raffalovich qui défend l’idée que les unisexuels (terme qu’il préfère à celui d’homosexuel) sains et normaux ne vont ni dans les prisons ni dans les asiles et ne rencontrent pas les médecins (p. 197). Ses théories sont commentées par Havelock Ellis lui-même.

4On savait l’histoire de la sexologie en France moins riche que celle de l’Autriche (avec Krafft-Ebing) ou de l’Angleterre (avec Havelock Ellis). L’ouvrage de Sylvie Chaperon révèle qu’il existe pourtant en France une intense activité médicale dans le domaine de la sexualité entre 1850 et 1900. Les travaux français sont nombreux et similaires à ceux des pays voisins, mais ils restent disséminés, peu spécialisés, leurs auteurs (Pierre Garnier ou Émile Laurent) n’ayant ni assise institutionnelle, ni renommée internationale. La psychopathologie sexuelle se développe en France à l’ombre de Krafft-Ebing, tandis qu’émerge une psychologie de la sexualité avec les travaux d’Alfred Binet ou de Charles Féré. Sylvie Chaperon démontre qu’il n’existe pas une science de la sexualité toute puissante, mais de multiples points de vue qui font débat entre les médecins. Enfin, l’historienne souligne le rôle fondamental des médecins dans l’élaboration de ce qui deviendra la sexologie, ainsi que l’impact des idées médicales sur la société française dans son ensemble : les psychiatres, les neurologues et les criminologues (avec des centres très actifs comme le « Dépôt » à Paris ou l’école d’Alexandre Lacassagne à Lyon) viennent en aide à la justice, se posent en garants de l’ordre social en indiquant ce qui est normal ou anormal, masculin ou féminin, et souhaitent développer la prophylaxie et l’éducation sexuelle afin de garantir cet ordre social et sexué. La sexologie qui veut rompre au début du XXe siècle avec les perspectives médicales et intégrer les revendications militantes (en particulier au sujet de la contraception et de l’homosexualité), s’implantera difficilement en France.

5Avec Les origines de la sexologie, Sylvie Chaperon réussit une synthèse claire et précise sur la protosexologie française dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Véritable ouvrage de référence, ce livre a également le mérite d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherches, notamment sur les significations des vieilles entités morbides (nymphomanie, priapisme, érotomanie) et sur l’archéologie de nos modernes dysfonctionnements sexuels (impuissance, frigidité, éjaculation précoce). Il devrait inciter de jeunes chercheuses et de jeunes chercheurs à se lancer dans l’histoire des sexualités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claire Rebreyend, « Sylvie Chaperon, Les origines de la sexologie (1850-1900) », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/310

Haut de page

Auteur

Anne-Claire Rebreyend

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page