Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Parutions récentes

Laure Murat, La loi du genre. Une histoire culturelle du « troisième sexe »

Paris, Fayard, 2006, 459 pages
Anne-Claire Rebreyend
Référence(s) :

Laure Murat, La loi du genre. Une histoire culturelle du « troisième sexe », Paris, Fayard, 2006, 459 pages

Texte intégral

1« Homme ou femme. Y a-t-il un espace viable entre ou hors ces deux catégories » s’interroge Laure Murat au début de La loi du genre. La réponse est affirmative : il existe une autre catégorie, à la fois littéraire, médicale et policière, celle du « troisième sexe ». Partant de la célèbre définition du juriste allemand Karl Heinrich Ulrichs (le « troisième sexe » est « une âme de femme dans un corps d’homme » et inversement), l’historienne considère que le « troisième sexe » est en fait un troisième genre, c’est-à-dire une construction politique, sociale et culturelle par opposition au sexe anatomique. Elle appréhende donc ce « troisième sexe » comme « un fait de langage, ordonnant une série de théories et de discours autour de figures censées les incarner entre 1835 et 1939, principalement en France, mais aussi en Allemagne et en Angleterre » (p. 13).

2C’est pourquoi le « troisième sexe » peut désigner, selon les époques et les lieux, des personnages aussi différents que celui de l’homosexuel (la « tante » du chapitre I), de la lesbienne (la « tribade » du chapitre II) ou de la femme émancipée (« la femme en culotte » du chapitre VII). On trouve par ailleurs diverses facettes de ce « troisième sexe » dans les romans de Gide, de Proust et de Colette (chapitre VI). L’expression renvoie également à des figures comme celle de l’inversion (chapitre III) ou celle du « sexe intermédiaire » (chapitre IV). Conçu comme un « mal qui vient d’ailleurs » (chapitre V), le « troisième sexe » met enfin en évidence l’altérité car il sera toujours « l’autre, l’étranger, l’incongru » (p. 25).

3Pour faire cette histoire culturelle du « troisième sexe », Laure Murat s’est plongée dans des archives variées : des traités de médecine légale et de psychiatrie, des rapports de police peu ou pas exploités, des romans et des essais parfois très connus. Certaines de ces sources ont déjà donné lieu à des études sur le saphisme (Marie-Jo Bonnet, Nicole Albert), la femme émancipée (Mary Louise Roberts, Christine Bard, Annelise Maugue), l’homosexualité (Florence Tamagne), la prostitution masculine (Régis Revenin) ou la sexologie (Sylvie Chaperon). Le mérite et l’originalité du livre de Laure Murat est de combiner, de confronter et de faire jouer ces sources pour montrer que la « tante » des romans de Balzac ressemble étrangement à celle que décrivent les archives de police, que les théories médicales sur l’homosexualité nourrissent l’œuvre de Gide, tandis que les mémoires « d’invertis » sont compilés par les sexologues et les psychiatres. Laure Murat prend soin de préciser que La loi du genre n’est pas une histoire de l’homosexualité ou du féminisme, mais que le livre embrasse tous les discours ayant trait au « troisième sexe ». L’historienne mobilise à plusieurs reprises les théories féministes et queer, en particulier celle de la « performativité du genre » développée par Judith Butler.

4Les références de l’ouvrage sont nombreuses et précises, les illustrations des pages centrales donnent vie aux analyses, les problèmes soulevés sont neufs ou du moins revisités selon un angle neuf (l’inversion, la femme « virile », l’homme « féminin », le transsexualisme). Enfin, la plume est belle. Laure Murat nous offre par exemple une fine typologie de ceux qu’on nomme les « tantes » dans les archives de police : les « persilleuses » racolent les « honteuses » ; les « travailleuses » sont des ouvriers à l’allure efféminée ; les « rivettes », issues de toutes les couches sociales, sont plus difficiles à identifier (p. 36). Considérées comme des hommes passifs qui « font la femme », les « tantes », en provoquant un désordre sexuel, préfigurent un désordre politique et sont pour cette raison pourchassées par la police (p. 64). En revanche, les lesbiennes qu’on appelle « tribades » jusqu’à la fin du XIXe siècle, restent absentes des archives de police (p. 68). Elles sont visibles dans les romans (Gautier, Sand, Balzac, Rachilde, Colette) où elles se déguisent en hommes, jouent le rôle des hommes, séduisent des hommes et des femmes, provoquant scandales et drames. Ce n’est pas pour rien que les femmes émancipées qui pratiquent le cyclisme ou exercent des métiers d’hommes, occupant ainsi l’espace public, sont aussi considérées comme des êtres étranges, plus tout à fait des femmes, mais pas non plus tout à fait des hommes. Elles sont parfois confondues avec les lesbiennes au sein du « troisième sexe », tant elles modifient les rapports entre les sexes, la cohésion de la famille et l’équilibre de la société (p. 371). Loin de former un groupe homogène, le « troisième sexe » transcende les classes et mélange les genres.

5Laure Murat, dans un tour d’Europe des figures célèbres de la science médicale de la sexualité, explique que les savants (de Tardieu à Ulrichs) définissent d’abord le « troisième sexe » comme une inversion du genre, en se basant en partie sur la parole des intéressés. Au tournant du XXe siècle, le modèle de l’inversion tend à être remplacé par une « gradation entre le masculin et le féminin » : un « sexe intermédiaire » selon l’expression de Carpenter (p. 173). Le concept de « troisième sexe », enfin, est proposé par Hirschfeld pour désigner des types sexuels intermédiaires, des « déviants » inclassables (hermaphrodites, androgynes, homosexuels, transvestistes). Hirschfeld est aussi l’un des premiers à reconnaître le désir concret de changer de sexe, la transsexualisme, et à procéder à des opérations (p. 185). Si ces savants et leurs œuvres ont déjà fait l’objet de plusieurs études, La loi du genre se recentre sur leur rôle dans la mise en place de la notion de « troisième sexe », en montrant que leur volonté de sortir de l’impasse binaire des sexes conduit bien souvent à construire de nouvelles classifications (p. 191). L’objet du livre étant de traquer les discours (essentiellement littéraires, mais aussi médicaux et policiers) sur le « troisième sexe », on regrettera de ne pas vraiment y trouver les paroles de ceux et celles qui estiment faire partie ou sont considéré-es comme faisant partie du « troisième sexe » - mais ceci est une autre histoire.

6Aiguisant la curiosité, l’ouvrage se lit avec un plaisir toujours renouvelé. Surtout, il revient sur la question importante des catégories qui constituent nos schémas de pensée habituels : « homme »/« femme », « féminin »/« masculin », « hétérosexuel »/« homosexuel ». Pourquoi ce mode de fonctionnement binaire ? Qu’est-ce que signifient au fond les termes homme et femme ? Si le « troisième sexe a été inventé et s’est inventé en tant que sujet » (p. 398) durant le siècle compris entre 1835 et 1939, son existence pose toujours autant problème à notre époque. Au XXIe siècle, les individus qui ne se conforment pas au genre sont certes mieux tolérés, mais continuent de déranger (transexuel-les, transgenres). Ce grand livre invite ainsi à repenser les normes qui façonnent notre société. Il prend une part active dans les débats récents sur le mariage homosexuel ou l’homoparentalité, sur l’invention de nouveaux rapports entre les sexes et de nouveaux droits (p. 404), et devrait, à ce titre, être lu par tous ceux et celles qui voient dans la différence des sexes une évidence, naturelle et immuable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claire Rebreyend, « Laure Murat, La loi du genre. Une histoire culturelle du « troisième sexe » », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 03 juin 2008, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/309

Haut de page

Auteur

Anne-Claire Rebreyend

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page