Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Parutions récentes

Thierry Wanegfflen, Le pouvoir contesté. Souveraines d'Europe à la Renaissance

Paris, Payot, 2008, 492 pages
Nicole Dufournaud
Référence(s) :

Thierry Wanegfflen, Le pouvoir contesté. Souveraines d'Europe à la Renaissance, Paris, Payot, 2008, 492 pages

Texte intégral

1L'ouvrage de Thierry Wanegffelen aborde la question du pouvoir féminin en Europe de 1470 à 1630. Il utilise le genre comme outil d'analyse pour éclairer l'histoire « des hommes, et sous un jour différent » et découvrir une autre réalité historique sociale et culturelle. A partir d'une affirmation « A la Renaissance, seule une voix masculine peut dominer la sphère publique », l'auteur cherche à comprendre comment les souveraines arrivent à gouverner malgré leur pouvoir contesté. Il s'appuie sur les différents travaux d'historien(ne)s sur le pouvoir des femmes à la Renaissance qu'il mêle à une analyse littéraire et artistique des oeuvres de l'époque (principalement Shakespeare et l'art de la Cour) ; il étudie les discours et les représentations, les dépasse et constate que « la réalité n'est pas aussi tranchée ».

2Trois parties composent cet ouvrage de dix chapitres. La première d'entre elles porte sur la période et le contexte de la Renaissance. Le nouvel ordre patriarcal et masculin que l'auteur nomme « Mâle Modernité » remet en cause les rôles économiques et sociaux des femmes de la société traditionnelle : le contexte misogyne et phallocrate prive les femmes des élites de leurs pouvoirs réels. Pour montrer comment ces femmes résistent, il choisit d'étudier celles qui règnent et exercent le pouvoir suprême : la souveraineté d'un Etat. Il prend plusieurs figures de l'Europe de l'Ouest qu'il compare. Dans les discours, il constate la remise en cause du droit de naissance dès lors qu'il favorise les femmes, mais également les enfants, tous incapables d'exercer le pouvoir selon la Modernité ; d'où les paradoxes comme celui qu'une femme puisse être plus compétente que les hommes ! La seule question juridique approfondie par l'auteur porte sur la Loi salique : il reprend et synthétise les derniers travaux d'Eliane Viennot. Il conclut provisoirement : les femmes n'ont pas connu une Renaissance !

3Dans la seconde partie, l'auteur liste les femmes au pouvoir suprême et en dresse une typologie : trente-trois études de cas comprennent des reines, des princesses, des régentes et des gouvernantes.  Défilent alors les portraits de ces souveraines: celles soumises à l'ordre masculin, les femmes régnantes et gouvernantes, etc. L'auteur laisse échapper quelques appréciations : Isabelle d'Este, « une véritable femme d'Etat » ! Anne de Bretagne, une figure « pleinement souveraine » après la mort de Charles VIII. En Angleterre, les cas de Marie Tudor, de Jeanne Grey, de Katherine Parr et d'Elisabeth sont largement étudiés. L'auteur avance que les gens de loi anglais ont contribué à l'affirmation de la Modernité en évinçant les femmes de leurs droits ce qui est contesté par le parlement anglais. Le droit privé ne s'applique pas à « la succession de la couronne qui est affaire d'Etat ». Les populations apparaissent plus attachées que les élites aux droits de leurs reines et princesses. Toujours en Angleterre, l'auteur constate que le mot « reine » renvoie au domaine privé tandis que le mot « roi » attribué à une femme est proprement politique et public. Le cas est identique en Espagne au sujet des « Rois catholiques » en parlant d'Isabelle de Castille et de Ferdinand d'Aragon ; Marie de Hongrie est également appelée « roi » et non « reine », épouse du roi.

4Enfin, l'auteur pose la question du genre : un exercice féminin du pouvoir souverain ? Il reprend les figures déjà étudiées, figures qu'il connaît bien comme celle de Catherine de Médicis. Il constate des stratégies féminines qui utilisent le discours sur la faiblesse féminine quand leur intérêt est en jeu : c'est le cas de Marie de Hongrie quand elle menace son frère, Philippe II, de démissionner. Puis il pose la question de la diplomatie  « un art féminin ? » qu'il réserve aux femmes. La diplomatie est associée à la Paix, féminine, alors que la guerre est réservée aux hommes. Le parallèle est effectué entre les trois dames Louise de Savoie, sa fille Marguerite et Marguerite d'Autriche qui instaurent la Paix des Dames en 1529, avec Marie de Médicis cent ans plus tard qui se fait représenter comme reine de paix. Les trois dames ont un pouvoir que Marie de Médicis n'a déjà plus. Le rappel du concept de propagande - c'est à-dire informer et « faire croire » - au cours du règne d'Elisabeth finit la démonstration d'une évolution où les femmes, même souveraines, y perdent. La différence entre le début et la fin de son règne est analysée. La réflexion se conclut par l'étude des femmes fortes comme Elisabeth ou Isabelle de Castille, et avec l'image des amazones comme Catherine de Médicis ou Isabelle, la fille de Philippe II, « une arbalétrière émérite, une chasseresse acharnée et une cavalière infatigable » qui se rend sur les premières lignes durant le siège d'Ostende. Pour que la femme au pouvoir soit obéie, il lui semble que le recours à une dimension imaginaire, l'amazone, soit un moyen de parvenir à l'obéissance des sujets. En conclusion, à la Renaissance, l'auteur rappelle que le pouvoir est masculin mais cela n'empêche pas une femme de l'exercer pourvu qu'elle s'évertue à faire oublier son caractère féminin : ce sont des princes au féminin. Le pouvoir devient impossible pour une femme au XVIIe.

5L'auteur nous livre ses réflexions sur la construction de l'identité sexuelle au XVIe siècle au travers d'une étude sur un type de femmes puissantes : les souveraines d'Etat, soit trente-trois itinéraires qu'il agglutine les uns aux autres, récits agréables à lire. Il pose précisément la question de la spécificité de l'exercice féminin du pouvoir à la Renaissance. Dans la forme, il est regrettable que l'auteur ait choisi de ne pas insérer des notes ni en fin de page, ni en fin de chapitre ou de livre : le lecteur y cherche désespérément les références bibliographiques. Dans sa démarche, l'auteur ne convainc pas complètement. Il passe trop rapidement sur des données essentielles pour comprendre cette époque charnière entre la société féodale traditionnelle et la société moderne. Par exemple, on aurait aimé que l'aspect juridique soit plus détaillé alors que par bribes l'auteur nous donne des pistes de réflexion intéressantes ; le fait de montrer une évolution sans respecter la chronologie gêne la compréhension des nouvelles structures qui se mettent en place. Enfin, l'auteur ne tient pas assez compte de l'héritage qui détermine la place de chacun et chacune dans une société d'ordres : d'où l'importance du rang de naissance qui explique que les souveraines s'élèvent au-dessus de leur sexe. Cependant, l'auteur a le mérite d'avoir accumulé de nombreuses figures qu'il connaît bien et essayé d'en dresser une typologie. Il rend bien compte de la complexité du sujet : d'ailleurs, il utilise le mot « paradoxe » à de nombreuses reprises. Cet ouvrage est à ajouter à la liste des livres et articles sur les pouvoirs des femmes de l'Ancien régime qu'ils soient érudits ou, comme celui-ci, offerts au grand public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Dufournaud, « Thierry Wanegfflen, Le pouvoir contesté. Souveraines d'Europe à la Renaissance », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 13 juillet 2008, consulté le 26 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/305

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page