Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Prix Mnémosyne

Hélène Jacquemin, Livres et jeunes filles nobles à Saint-Cyr (1686-1793)

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, Collection Mnémosyne - Prix 2005, 260 pages
Rebecca Rogers
Référence(s) :

Hélène Jacquemin, Livres et jeunes filles nobles à Saint-Cyr (1686-1793), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, Collection Mnémosyne - Prix 2005, 260 pages

Texte intégral

1Troisième lauréate du prix Mnémosyne en 2005, Hélène Jacquemin confirme avec ce livre la vitalité des recherches historiques portant sur la célèbre institution de Saint-Cyr. A la suite des publications de Dominique Picco sur la clientèle et l’éducation, d’Anne Piéjus sur le théâtre et la musique, cet ouvrage propose une étude détaillée de la place et des usages des livres au sein de la Maison Royale Saint-Louis à Saint-Cyr. Ce faisant, la jeune historienne s’inscrit avec justesse et à propos à la convergence de l’histoire de l’éducation et de celle du livre, démentant au passage un certain nombre de lieux communs concernant le caractère passéiste de l’enseignement proposé aux jeunes filles nobles au sein de cet établissement.

2Fondée en 1686, à  l’initiative de Madame de Maintenon, l’institution louis-quatorzienne est certainement le plus célèbre des établissements féminins de l’Ancien Régime. Le Roi fait alors œuvre politique, puisqu’il compte par cette éducation destinée aux jeunes filles nobles et pauvres s’assurer la fidélité de leurs familles, tout en promouvant l’éducation féminine dans un objectif socialement conservateur. Si les programmes des différentes classes nous sont bien connus grâce aux règlements édités en 1700, les méthodes pédagogiques et la place du livre dans ces méthodes restaient moins connues avant la publication de ce livre. Hélène Jacquemin fait donc figure de pionnière en analysant avec soin les informations contenues dans plusieurs  inventaires de livres dressés entre 1686 et 1793, informations qu’elle croise avec des données tirées de livres de dépenses, de textes normatifs, de mémoires, témoignages et souvenirs composés par les Dames, les Demoiselles voire par certains de leurs contemporains.

3L’auteur procède en trois temps. Elle propose d’abord une étude de l’objet livre, de son emplacement dans les bibliothèques et les classes, de l’évolution des volumes disponibles. Suit une étude du livre « comme vecteur d’éducation et d’enseignement » où il est question des thématiques abordées dans les livres et de leurs usages dans le cadre des cours. Enfin, l’auteur termine par un examen plus attentif de l’enseignement de l’histoire afin de mieux cerner les motivations politiques et religieuses à l’œuvre  dans la fondation du Roi Soleil. La démonstration montre une excellente maîtrise de l’historiographie concernant l’éducation et le livre sans pour autant négliger l’histoire des femmes et du genre. En effet, Hélène Jacquemin rappelle tout au long du volume la méfiance qu’inspire le livre profane dans l’éducation féminine et développe adroitement les comparaisons avec d’autres institutions, aussi bien masculines que féminines, pour montrer les spécificités du rapport au livre développé à Saint-Cyr.

4Première spécificité : le nombre de livres présents. Se basant en particulier sur un premier inventaire de 1686 puis sur un deuxième de 1790, dont le contenu remonte vraisemblablement à 1776, l’auteur témoigne, chiffres à l’appui, de l’importance du livre à Saint-Cyr. En effet, on passe en un siècle de 576 ouvrages, avec seulement treize titres différents, à 6341 ouvrages, avec 1344 titres, et 10 208 volumes, ce qui situe cette bibliothèque parmi les plus importantes de France (seules 31 bibliothèques parisiennes dépassent les 10 000 volumes au XVIIIe siècle). Ces livres sont donc des objets dont la présence est familière puisqu’ils se trouvent aussi bien dans la bibliothèque des Dames, que dans chacune des salles de classes, dans l’infirmerie, la sacristie, le dépôt et l’apothicaire. Ainsi, malgré l’attitude de Mme de Maintenant qui écrit en 1696 « Je les [les lectures profanes] crois fort dangereuses, surtout aux personnes de notre sexe qui sont naturellement curieuses » (43), les livres proposant de telles lectures profanes font partie du quotidien des Dames et des Demoiselles, à côté bien évidemment des livres pieux qui sont majoritaires.

  • 1  Voir Isabelle Brouard-Arends, Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, sous la dir. de, Femmes éducatrices (...)

5Le lecteur généraliste trouvera sans doute plus d’intérêt à découvrir les thématiques abordées dans ces livres, ainsi que leurs usages comme outil pédagogique au sein des classes. La nature des livres achetés (ou acquis par don) permet de percevoir le caractère sexué d’un projet pédagogique et de son évolution et de poser la question de l’originalité ou de la modernité de l’enseignement proposé. Premier constat : les titres spécifiques aux filles sont en nombre très faible (seulement six titres). Selon l’auteur, cela tient en grande partie au marché de l’édition ; on aurait toutefois aimé la confrontation de ces résultats avec ceux concernant la littérature d’enfance et de jeunesse d’Isabelle Havelange, de Françoise Huguet et de Michel Manson. La spécificité féminine et pédagogique se lit donc davantage dans la répartition des thématiques où l’on retrouve l’influence de Fénelon. En effet, les livres destinés aux Demoiselles sont relativement diversifiés : 15,7% des titres sont classés en « sciences et arts », 8,7% en « belles lettres ». Certes les livres de théologie et de religion dominent dans les bibliothèques des classes (53,7% des titres), mais la présence importante de  livres d’histoire et de géographie, d’ouvrages consacrés aux sciences de la nature, à la musique ou au théâtre constitue une originalité aussi bien par rapport à d’autres couvents féminins que par rapport aux établissements masculins. N’oublions pas que Racine a écrit Esther et Athalie pour l’établissement de Saint-Cyr. Ses livres, en nombre important, font l’objet d’un enseignement surtout oral où la mémorisation joue un rôle essentiel ; comme l’explique Mme de Maintenon « Il faut écouter les lectures avec beaucoup de simplicité, s’édifier de ce qui est bon, et ne point raisonner sur ce que nous n’entendons pas, ou qui n’est point de notre goût » (p.141). Les nombreuses pièces de théâtre et livres en forme de conversation témoignent, comme d’autres l’ont montré, d’une pédagogie féminine en germe1.

6La dernière partie consacrée aux livres d’histoire permet d’éclairer l’aspect novateur de cet enseignement encore peu répandu dans d’autres établissements féminins, ainsi que de montrer la spécificité de l’histoire enseignée aux filles par rapport à celle enseignée aux garçons. Chez les jésuites, l’histoire n’a pas le statut de matière scolaire, elle est intégrée à la prélecture des textes (praelectio) par le biais de l’analyse des textes d’historiens. A Saint-Cyr, cependant, la matière paraît acquérir un statut distinct avec une trame chronologique qui va de l’histoire sainte à l’histoire profane. Les livres d’histoire constituent 30% des titres dans les bibliothèques des Demoiselles et 54% révèlent la dimension politique de l’oeuvre de Saint-Cyr. En effet, les livres, où l’histoire nationale est en honneur, glorifient la monarchie absolue, donnent des leçons de civisme et d’amour du régime, selon l’auteure, et sont au service de la morale chrétienne. Ces demoiselles de l’élite sont en effet censées contribuer à la régénération de la vieille noblesse désargentée. Loin de l’image de l’institution immobile, Hélène Jacquemin montre avec érudition l’évolution des préoccupations pédagogiques  dont témoignent les inventaires de livres.

7Cette plongée dans l’univers du livre en milieu éducatif frappe par les contradictions et les ambiguïtés qui entourent l’objet même. Malgré les discours de mise en garde quant à  la lecture féminine, les années d’études à la Maison Royale sont celles d’une confrontation permanente avec le contenu de livres diversifiés, mais nous ne saurons jamais définitivement ce qui a été réellement lu et encore moins la manière dont les Demoiselles ont intériorisés leurs messages.

Haut de page

Notes

1  Voir Isabelle Brouard-Arends, Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, sous la dir. de, Femmes éducatrices au Siècle des Lumières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rebecca Rogers, « Hélène Jacquemin, Livres et jeunes filles nobles à Saint-Cyr (1686-1793) », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 16 juillet 2008, consulté le 22 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/303

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page