Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Prix Mnémosyne

Anne Renoult, Andrée Viollis, Une femme journaliste

Presses de l'université d'Angers, 2004, Collection Mnémosyne - Prix 2003, 205 pages
Annie Rouquier
Référence(s) :

Anne Renoult, Andrée Viollis, Une femme journaliste, Presses de l'université d'Angers, 2004, Collection Mnémosyne - Prix 2003, 205 pages

Texte intégral

1Andrée Viollis (1870-1950), une des journalistes les plus connues entre les deux guerres, figure marquante de l'information et du grand reportage, témoin de nombreux événements politiques de la scène planétaire pendant le premier XXe siècle, est tombée aujourd'hui dans l'oubli ou presque, au contraire d'un Albert Londres, auquel on pourrait la comparer. Anne Renoult mène une enquête biographique, sollicitée par « la double problématique du succès et de l'oubli » et guidée par le parcours professionnel d'exception de cette intellectuelle active, féministe, libre penseuse, engagée... et militante. « Enquête » au sens plein du terme pour cette première exploration car les différents patronymes portés par la « petite dame aux yeux bleus » (dont Téry) et les pseudonymes adoptés (dont Viollis) ne facilitent pas la recherche que ce soit dans la presse ou dans les dossiers de correspondance de la Bibliothèque Marguerite Durand et de la BNF. Les archives personnelles étaient en cours de classement et n'ont été que partiellement communiquées. L'auteure a néanmoins relevé « le défi biographique dans ce qu'il a de plus ambitieux..., une approche historique globale et sur la longue durée » et replacé ce parcours hors norme au croisement de l'histoire des femmes, de l'histoire du journalisme et de l'histoire politique, évitant au mieux hagiographie et anecdotes décoratives, proposant des étapes claires.

2« Une profession » (1870-1914) : les étapes de la formation sont retracées. Un milieu de notables cultivés, le baccalauréat (1890, c'est rare...), le séjour en Angleterre (rare aussi), le mariage avec un agrégé de philosophie (Gustave Téry) ... et l'exil provincial, la licence de lettres avec deux filles puis le coup d'essai réussi à La Fronde où elle polémique contre les antidreyfusards et rédige des articles pour défendre les droits des femmes (1899-1903). Elle s'y affirme non seulement républicaine féministe (« toute ma politique se résume dans ce mot : ça manque de femmes ») mais libre penseuse. Un deuxième mari, un deuxième nom et un pseudonyme commun, (Viollis), une nouvelle expérience comme critique littéraire et écrivaine, car la reconnaissance littéraire est alors nécessaire aux journalistes... deux autres filles aussi.

3« Une passion » (1914-1933). À partir de la Grande Guerre, Andrée Viollis sait saisir toutes les opportunités qui lui permettent d'accéder au statut de grand reporter, désormais modèle de la profession. Infirmière qui transmet ses « impressions », envoyée spéciale en Angleterre, (1917-18), correspondante en France de journaux anglais : ce sont les étapes qui préparent l'entrée d'Andrée Viollis au Petit Parisien, (le plus gros tirage national), où elle explore toutes les facettes du reportage (correspondance de guerre en Irlande, procès, entretiens avec des personnalités très diverses). Elle part enfin pour un long voyage d'enquête en Russie soviétique (1926-27), destination classique dont elle rapporte, bien que « sympathisante », un point de vue qu'elle voudrait être « ni apologie ni réquisitoire ». A partir de 1929 elle atteint sa pleine notoriété de grand reporter international. En quatre ans elle décrit aux lecteurs du Petit Parisien la tourmente de la révolution afghane pour laquelle elle a affronté une aventure aérienne risquée, l'Inde en révolte contre les Anglais, l'envers du décor indochinois, la guerre sino-japonaise vue de Shanghai, la crise politique japonaise. Chacune de ces expériences fait ensuite l'objet d'un livre et les alertes contre le colonialisme se précisent. La reconnaissance est confirmée.

4« Un devoir » (1933-1950). Cette troisième partie relate les engagements de plus en plus affirmés d'Andrée Viollis devant la montée des périls. Elle participe aux initiatives et actions du comité de vigilance des intellectuels antifascistes, publie Indochine SOS avec une préface de Malraux, soutient le Front populaire en codirigeant l'hebdomadaire de gauche Vendredi et, à partir de 1936, mobilise sans cesse pour l'Espagne où elle se rend jusqu'au front, (la « petite dame » de 67ans, un peu désuète, y est amenée à ramper entre les tranchées...). Elle quitte le Petit Parisien en 1938 pour Ce soir dirigé par Aragon où elle donne des reportages dramatiques sur l'Europe centrale (Anschluss, Tchécoslovaquie), la menace fasciste faisant passer au deuxième plan sa vigueur anticoloniale lors de son séjour en Tunisie. Partisane de la fermeté après Munich, elle est muette lors du pacte germano-soviétique... Elle passe la guerre à Lyon et Dieulefit (peu d'informations ont été retrouvées) et, dès 1945, reprend du service à Ce soir tout en collaborant à quelques publications de la mouvance communiste. Elle reprend les grands reportages avec une enquête officielle sur l'effort de guerre américain (hiver, printemps 1945), un voyage en Afrique du Sud et s'éteint en 1950 toujours engagée dans la cause indochinoise.

5Ce premier repérage rigoureux nous fait attendre un approfondissement de cette approche biographique qui peut apporter encore bien des éclairages sur la controverse républicaine « du mérite et de la nature »... Nous apercevons un succès à l'intersection du journalisme et du voyage, brèches entr'ouvertes depuis le XIXe siècle par quelques femmes. Nous aimerions mieux adhérer aux explications brièvement avancées de l'oubli : le style vraiment ? Les engagements ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Rouquier, « Anne Renoult, Andrée Viollis, Une femme journaliste », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 13 juillet 2008, consulté le 20 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/302

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page