Navigation – Plan du site
Articles

Contribution à l’histoire du Planning familial : le partenariat CFDT-MFPF au cours des années soixante-dix

Pascale Le Brouster

Résumés

Cet article examine les rapports qu’une centrale syndicale - la Confédération française démocratique du travail (CFDT) - a entretenus avec une association féministe - le Mouvement français pour le planning familial (MFPF) - et montre comment ces deux organisations, aux intérêts supposés concurrents ou contradictoires, ont pu au cours des années soixante-dix nouer des alliances. En effet, au sortir de Mai 68, le contexte historique du mouvement des femmes permet d’accélérer la réflexion en cours dans chacune des organisations, la CFDT s’acheminant vers une stratégie articulant lutte des classes et sexualité, le MFPF souhaitant relier les problèmes de contraception et d’avortement aux inégalités socio-économiques. Les mutations à l’œuvre dans chacune des organisations, qui ne sont pas sans susciter de nombreuses controverses tant au sein de la CFDT que du MFPF, vont ainsi permettre, à la faveur de la lutte pour l’abrogation de la loi de 1920, la création d’un partenariat. Ce dernier se traduit à partir de 1974 par la mise en place d’actions communes (commissions planning, formations internes à chaque organisation), autant d’initiatives qui apparaissent comme une tentative intéressante d’articulation entre lutte féministe et lutte syndicale et qui font du partenariat CFDT-MFPF une expérience originale.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Syndicalisme

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Un problème social et un choix personnel – La CFDT prend position sur la contraception et l’avor (...)
  • 2  Jeannette Laot est, à cette date, la seule femme membre de la commission exécutive de la CFDT.

1« Un problème social et un choix personnel - La CFDT prend position sur la contraception et l’avortement ». C’est sous ce titre que, le 4 décembre 1972, dans la tribune du Nouvel Observateur1, Jeannette Laot2 - secrétaire national de la CFDT et responsable de son secrétariat "travailleuses" - présente les positions officielles de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) en matière de contraception, d’avortement, mais également d’éducation sexuelle. En se prononçant, non sans débats  et résistances internes, en faveur d’ « une procréation volontaire et consciente », la CFDT allait ainsi devenir la première organisation syndicale à agir pour l’abrogation de la loi de 1920. Dans cette lutte, elle est alors amenée à nouer des alliances avec des associations féministes et notamment avec le Mouvement français pour le planning familial (MFPF) qui, très vite, devient le partenaire privilégié de la centrale.

  • 3  GEORGI, Frank, L’invention de la CFDT, 1957-1970 : syndicalisme, catholicisme et politique dans la (...)
  • 4  MARUANI, Margaret, Les syndicats à l’épreuve du féminisme, Paris, éd. Syros, 1979, 271 p.
  • 5  Idem, p. 203-251.
  • 6  THIBAULT, Marie-Noëlle, La CFDT et le féminisme, éd. ATP – Femmes CNRS, Paris 1988, 41 p.
  • 7  MARUANI, Margaret et THIBAULT, Marie-Noëlle, « Centrales ouvrières », in FEN (collectif), Le fémin (...)
  • 8  FEN (collectif), Le féminisme et ses enjeux, op. cit., 576 p.
  • 9  LAOT, Jeannette, Stratégie pour les femmes, Paris, Stock, 1977, 249 p.
  • 10  ANTOINE, Monique, « Une histoire du MLAC », in FEN (collectif), Le Féminisme et ses enjeux, op. ci (...)
  • 11  MFPF, D’une révolte à une lutte : 25 ans d’histoire du Planning familial, Paris, Tierce, 1983, p. (...)
  • 12  THEBAUD, Françoise, « Planning familial et politique : réflexions sur la nature du MFPF », in BARD (...)
  • 13  Dans le cadre du cinquantenaire du MFPF un séminaire a été organisé au Centre d’histoire de Scienc (...)
  • 14  Le texte qui suit se propose d’approfondir un thème brièvement évoqué dans un précédent article : (...)
  • 15  Cette étude présente un aspect d’une thèse en cours sur la CFDT et la question des femmes (1961-19 (...)

2Aborder la question des rapports entre une organisation syndicale - la CFDT - et une association féministe - le MFPF - au cours des années soixante-dix en termes d’alliance peut sembler paradoxal lorsque l’on sait combien l’histoire des relations entre syndicalisme et féminisme a été conflictuelle. Néanmoins, souligner la conflictualité de ces rapports ne saurait faire oublier que le mouvement syndical et le mouvement féministe ont également fait l’objet de convergences. Or, si la CFDT a fait l’objet de nombreuses études - la dernière en date étant la thèse de Frank Georgi : L’invention de la CFDT 1957-19703 - peu d’attention a été portée à la question des femmes au sein de cette organisation syndicale et, moins encore, à la question de ses relations avec le mouvement féministe. Quelques travaux font toutefois figure d’exception à l’image de l’étude pionnière de la sociologue Margaret Maruani4. Ainsi, analysant de manière comparative la présence des femmes au sein de la CFDT et de la CGT dans les années soixante-dix, elle s’est entre autres intéressée aux groupes-femmes et commissions-femmes comme lieux d’interaction entre féminisme et syndicalisme5. Dix ans plus tard, en 1988, Marie-Noëlle Thibault, historienne et militante à la CFDT, a de son côté esquissé à travers quarante pages les rapports entre la CFTC-CFDT et le féminisme6 de 1919 à 1982. Cette même année, Margaret Maruani et Marie-Noëlle Thibault ont également présenté une rétrospective consacrée aux liens entre les centrales ouvrières et le mouvement féministe7 dans le cadre du colloque Le féminisme et ses enjeux organisé par la Fédération de l’éducation nationale (FEN)8. Présentant les témoignages de quatre femmes - celui de Madeleine Colin, secrétaire confédérale de la Confédération générale du travail (CGT) de 1955 à 1970, de Madeleine Guilbert, sociologue auteure de travaux pionniers sur les femmes et le mouvement syndical, de Paulette Hofman, alors secrétaire générale de Force ouvrière (FO) et de Colette Audry, écrivaine et militante socialiste ayant particulièrement travaillé avec la CFDT-, ainsi que des extraits du livre-témoignage de Jeannette Laot Stratégie pour les femmes9, elles sont revenues sur ce qu’elles ont appelé « le débat inachevé ». Notons que dans ce même ouvrage, un article revient également sur l’histoire du Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception10 (MLAC) et qu’il est l’un des rares textes à aborder l’action de la CFDT aux côtés d’une association féministe. En effet, si le rapport de la centrale cédétiste au féminisme a été interrogé, les relations qu’elle a nouées avec les associations féministes, et particulièrement avec le MFPF, ont en revanche été assez peu étudiées et seules quelques pages ont été consacrées à cette histoire dans deux ouvrages du MFPF11 et plus récemment dans les actes du colloque consacré au cinquantenaire du Planning familial12. Ainsi, alors que le MFPF a célébré son cinquantième anniversaire13 et a tenté de faire le point sur son histoire, il semble opportun de revenir sur cette expérience originale qu’a constitué le partenariat entre la CFDT et le MFPF14 au cours des années soixante-dix et qui apparaît comme une tentative intéressante d’articulation entre lutte féministe et lutte syndicale. S’appuyant sur de nouvelles sources, les archives confédérales de la CFDT et du MFPF, ainsi que sur une série d’enquêtes orales, l’étude qui suit se propose donc de jeter des passerelles entre deux histoires en construction, d’un côté celle du MFPF, de l’autre celle de la CFDT et de la question des femmes15.

Deux organisations en mutation : ferments et acteur-trice-s

  • 16  En 1971, il est reconnu mouvement d’éducation populaire par l’Etat mais la reconnaissance d’utilit (...)
  • 17  Sur le fonctionnement des groupes IES, voir : Iff, Simone, « Notre corps nous appartient », in FEN (...)
  • 18 Iff, Simone, op. cit., p. 229.

3Lors de son congrès des 3 et 4 juin 1967, le MFPF se déclare mouvement d’éducation populaire et permanente16. Forte de ce projet, l’association se lance alors dans un important travail d’information et d’éducation sexuelles dont les objectifs évoluent à mesure que l’association se politise. Ainsi, dès 1969, est mis en place un groupe de travail Information éducation sexuelle17 (IES) qui voit le MFPF, la FEN, la Mutuelle générale de l’éducation nationale (MGEN), la Ligue de l’enseignement et la Fédération des conseils de parents d’élèves se rassembler autour de la volonté d’élaborer et de diffuser une « information et une éducation sexuelles centrées sur la personne de l’enfant et de l’adolescent18 » dans les établissements scolaires. Cependant, si les enseignant-e-s syndiqué-e-s et les membres d’associations de parents d’élèves ont constitué les premiers relais de « l’éducation sexualisée » prônée par le MFPF, l’association ne tarde pas à se tourner vers les centrales ouvrières.

Quand le MFPF entend poser les questions de sexualité en termes de classe sociale

  • 19  Archives du MFPF, Boîte CFDT-CGT, 1981-1986 : Correspondance entre la CFDT et le MFPF 1970-1984.
  • 20  Nous n’insisterons pas sur ces tensions qui ont été particulièrement mises en lumière dans les réc (...)
  • 21  Wolton, Dominique, Le nouvel ordre sexuel, Paris, Seuil, 1974, p. 57.
  • 22  En février 1971, la Commission confédérale féminine (CCF) de la CFDT est remplacée par une commiss (...)
  • 23  Archives confédérales CFDT (AC) 8H615 : Compte-rendu de la commission mixte du 23 octobre 1971, p. (...)

4C’est au cours de l’année soixante-dix qu’ont lieu les premiers échanges entre la CFDT et le MFPF19. Ces derniers interviennent à une période où, sous l’influence de Mai 68 et du mouvement féministe naissant, le Planning familial se politise et se radicalise. L’évolution que connaît l’association au cours de cette période est pour l’essentiel portée par les militantes de base – les assistantes-conseillères-animatrices (ACA) - qui, ayant pris conscience lors des évènements de Mai des aspects politiques et sociaux que revêt la sexualité, vont progressivement imposer une nouvelle manière de penser. L’évènement bien connu de la révolte des ACA contre « les notables » du Planning20 engage alors l’association sur la voie de la politisation. Ainsi, en accord avec les vœux du MFPF d’être un mouvement d’éducation populaire et permanente, une majorité de ses militant-e-s entendent poser les questions de contraception, d’avortement et d’éducation sexuelle en termes de classe sociale. Souhaitant donner une dimension socio-économique à ces problèmes, le MFPF est donc conduit à élargir le champ de ses luttes et, comme le souligne Dominique Wolton, « à sortir progressivement des "milieux privilégiés" pour se rapprocher des lieux où se posent les problèmes sociaux21 ». C’est dans ce contexte que le MFPF est amené à contacter la CFDT, mais également la CGT et FO, qui constituent des interlocuteurs incontournables pour une association souhaitant faire des entreprises un lieu d’information et d’éducation sexuelles. L’intervention sur la contraception de cette militante, lors d’une réunion de la commission mixte22 de la CFDT, est à cet égard révélatrice : « Les travailleuses ou les travailleurs ayant besoin "d’une adresse" s’adressent aux délégués syndicaux lorsqu’ils ont confiance en eux et savent qu’ils peuvent leur poser le problème. (…) Par contre, on ne sait pas comment en parler et agir23». Si ce témoignage montre bien le rôle que peuvent jouer les syndicalistes dans ce travail de sensibilisation aux questions ayant trait à la sexualité, il souligne également la désinformation - voire l’ignorance - à laquelle sont confronté-e-s les militant-e-s.

  • 24  Archives MFPF, Boîte CFDT-CGT, 1981-1986 : Lettre de Jeannette Laot à Jean Gondonneau - secrétaire (...)

5Le rôle du MFPF apparaît dès lors comme fondamental dans ce travail d’information et d’éducation sexuelles, un travail qui, quelques années plus tard, allait constituer l’un des chevaux de bataille de la CFDT et du MFPF. Toutefois, en 1970, la CFDT n’est pas encore prête à s’engager dans un tel partenariat, bien qu’elle semble en reconnaître l’intérêt - la commission exécutive (CE) de la CFDT ayant décidé de charger Fredo Krumnow, responsable des problèmes d’information dans l’organisation, des relations avec le MFPF24.

Contraception, avortement, sexualité : des problèmes syndicaux ?

  • 25  Depuis la Libération, il existe une commission féminine au sein de la CFTC (CFDT). Cette dernière (...)
  • 26  AC8H610 : PV de la CCF des 1er et 2 décembre 1967, 4 p.
  • 27  Favard, Emile, « La pilule pour avoir des enfants », Syndicalisme-Magazine, n°1154, octobre 1967, (...)
  • 28  Secrétaire confédéral de la CFDT, René Mathevet a en charge la politique familiale de la CFDT jusq (...)

6En 1970, lorsque le MFPF contacte pour la première fois la CFDT, les questions liées à la sexualité restent encore taboues et sont absentes de la réflexion confédérale. Pour l’heure, seule la commission confédérale féminine25 (CCF) a, dans le cadre de son étude sur l’insertion des femmes dans la société, abordé cette question. Ainsi, à partir de 1967, ce thème commence, quoique de façon encore timide et dans le cadre restreint des sessions réservées aux membres de la CCF, a faire son apparition. La première session-recherche à aborder la question de la contraception a lieu en décembre 1967, au moment du vote de la loi Neuwirth, et voit notamment intervenir la docteure Cécile Goldet26 qui, bien qu’elle ne soit pas présentée comme telle, est membre du MFPF. Force est de constater que s’il n’y a pas encore de rapports officiels entre la CFDT et le MFPF, les sessions de formation organisées par la CCF sont l’occasion pour les militantes cédétistes et les militantes du Planning de se rencontrer et sont la preuve que, dès avant soixante-dix, elles participent déjà d’une dynamique commune : la volonté d’informer. C’est également en 1967 que le premier article consacré à la contraception, le seul à aborder cette question avant 1971, est publié dans Syndicalisme-Magazine. Présenté sous un titre quelque peu insidieux : « La pilule pour avoir des enfants27 », cet article n’en aborde pas moins la contraception sous l’angle de la liberté du couple ainsi que la notion de maternité désirée. On aurait pu s’attendre alors à ce qu’un tel article suscite un certain nombre de réactions au sein de la centrale, et pourtant il n’est rien. Ni les comptes-rendus de BN, de réunion, ni la presse confédérale, et notamment le courrier des lecteurs qui quelques années plus tard allaient voir s’affronter les différentes positions sur la contraception et l’avortement en présence au sein de la centrale, ne font état de ce dernier. La CCF elle-même est peu loquace sur le sujet : « Il est fait état de l’article avec avis divers » peut-on lire dans le compte-rendu de la réunion de la CCF du 11 janvier 1968. La CCF se veut prudente face à une CFDT qui est pour le moins rétive à ces problèmes, et pour qui, aborder les questions de contraception et de sexualité implique une mise en cause du rôle des femmes dans la société et dans la famille qu’une majorité de militant-e-s ne sont pas prête-e-s à accepter. En effet, bien que déconfessionnalisée, le poids du catholicisme est encore très prégnant dans la CFDT. Alimentant le familialisme cédétiste, il n’est pas sans influence sur une certaine conception des rapports hommes-femmes qui a cours dans la centrale, un certain nombre de dirigeants confédéraux assignant la femme à son statut de mère et d’épouse. Cette vision traditionnelle du rôle de la femme transparait notamment à travers le débat tumultueux sur le salaire unique qui voit s’affronter deux conceptions radicalement différentes de la place des femmes dans la société, les uns à travers la voix entre autres de René Mathevet28 défendant une rémunération pour la femme au foyer avec des enfants à charge, permettant ainsi à celle-ci de ne pas travailler, les autres et principalement la CCF défendant l’idée d’une allocation pour un véritable libre choix. Nous sommes donc loin des déclarations d’intention d’Eugène Descamps qui en novembre 1967, lors du 34e congrès de la CFDT déclarait : « Les problèmes concernant les femmes appellent des changements de mentalité ». Ainsi bien qu’en mai 1970, lors de son 35e congrès, la CFDT ait intégré à son projet autogestionnaire la libération de « la » femme, la question du salaire unique ne sera réglée qu’en décembre 1970. De même, il faut attendre juin 1971 pour voir un article relatif à l’avortement publié dans la presse confédérale.

  • 29  GEORGI, Frank, op. cit., p. 603.
  • 30  Idem.

7Toutefois, le congrès de 1970 n’en constitue pas moins une étape importante pour les femmes cédétistes, la reconnaissance de la libération de « la » femme, tout comme la redéfinition du syndicalisme cédétiste qui intervient à cette date, sont les signes d’une réelle évolution théorique. Reste à la mettre en pratique. Or, comme l’a montré Frank Georgi, « les conséquences de la radicalisation officialisée à ce moment ne se font sentir que dans les années qui suivent29 » et notamment au cours de l’année soixante-et-onze qui voit intervenir trois évènements « hautement symboliques » et permettent de mesurer « la distance prise par la CFDT de l’après 68 avec son proche passé30 » : le règlement du contentieux « CFTC », la reconnaissance par la CFDT d’« un service public de l’Education nationale démocratique et laïque », et enfin le changement d’homme à la tête de la confédération, soit le remplacement d’Eugène Descamps par Edmond Maire à compter du 1er septembre 1971. A cette liste, un quatrième évènement, qui n’est pas sans lien avec les deux derniers présentés par Frank Georgi, peut être ajouté : l’introduction par Jeannette Laot, alors responsable du secrétariat travailleuses, du débat sur la contraception et l’avortement au sein de la CFDT. En effet, en intégrant ces questions à ses orientations stratégiques, la CFDT allait être amenée à franchir un nouveau seuil de laïcisation, qui avait été entamée avec le débat sur l’école laïque.

  • 31 « Le Bureau national », Syndicalisme-Hebdomadaire, n°1345, 3 juin 1971, p. 16.
  • 32  AC8H626 : Note de la CE relative à la contraception et l’avortement, septembre 1972.

8La lutte pour l’avortement libre constitue en effet l’un des grands enjeux de cette période. Le 5 avril 1971, Le Nouvel Observateur publie un appel de 343 femmes déclarant s’être fait avorter et réclamant le libre accès aux moyens anticonceptionnels et l’avortement libre. Ce manifeste est l’un des déclencheurs de la lutte pour l’abrogation de la loi de 1920 et c’est à la suite de sa publication que Jeannette Laot impulsele débat autour de l’avortement au sein de la CFDT. C’est la première fois qu’un thème non professionnel y est introduit, ce qui n’est pas sans susciter de nombreuses controverses. En mai 1971, le bureau national (BN) de la CFDT décide de mettre en place un groupe de travail chargé de préparer un dossier d’information sur les problèmes de la contraception et de l’avortement. La création de ce groupe de travail est une réponse aux doutes de la CFDT : « Si l’avortement est un fait, la CFDT en tant que telle est-elle ou non concernée par ce problème ?31 ». A partir de 1971, le mouvement pour la libéralisation de l’avortement prend de plus en plus d’ampleur et, pressée par l’actualité, la CFDT finit par prendre position en septembre 1972 : « Comme organisation syndicale nous n’avons pas à nous prononcer pour ou contre l’usage de la contraception et de l’avortement. Il ne nous appartient pas de nous substituer aux personnes concernées pour choisir, décider à leur place. La décision est du ressort de la conscience individuelle, en fonction de critères personnels, philosophiques ou religieux et de la situation concrète dans laquelle la personne se retrouve. Elle a, en revanche, la responsabilité d’agir pour que soient réunis dans la société les conditions d’information et les moyens permettant un choix personnel libre et responsable32 ».

Des premiers contacts au MLAC

1972, les modalités d’un accord commun se dessinent

  • 33  Les délégations sont respectivement conduites : par Jeannette Laot (membre du BN ; commission mixt (...)
  • 34  Sur cette rencontre, voir : Archives MFPF, Boîte CFDT, CGT, 1981-1986 : Compte-rendu manuscrit de (...)
  • 35  « Rencontre avec le MFPF », op. cit., 1 p.
  • 36  Ibidem.
  • 37  Archives MFPF, Boîte CFDT, CGT, 1981-1986 : Compte-rendu manuscrit de la rencontre du 10 mai 1972 (...)
  • 38  « Du nouveau dans la législation du contrôle des naissances », Syndicalisme-Magazine, n°1394, juin (...)
  • 39  Archives MFPF, Boîte CFDT, CGT, 1981-1986 : Compte-rendu manuscrit de la rencontre du 10 mai 1972 (...)
  • 40  Archives MFPF, Boîte CFDT-CGT, 1981-1986 : Lettre de Jean Gondonneau à Edmond Maire, 15 février 19 (...)
  • 41  Archives MFPF, Boîte CFDT, CGT, 1981-1986 : Lettre de J. Gondonneau (Secrétaire Généraldu MFPF) à (...)
  • 42  BMD, Fonds Simone IFF, AS1 : Compte-rendu du 10e congrès national du MFPF, Palais du Luxembourg – (...)
  • 43  AC8H615 : Compte-rendu de la commission mixte, 3 juin 1972, p. 6.

9L’évolution que connaît la centrale cédétiste au cours des années 1971 et 1972 permet ainsi un rapprochement entre la CFDT et le MFPF, et le 10 mai 1972 une rencontre entre des délégations de la CFDT et du MFPF33 est organisée34.Cette dernière donne tout d’abord au MFPF l’occasion de faire un succinct rappel historique de l’association et de présenter les tensions qui existent en son sein. En effet, suite à la parution des décrets de la loi Neuwirth en 1972, un courant estime « que le MFPF a atteint son objectif : la contraception a le droit de cité, le mouvement doit donc ce dissoudre35 ». Ce n’est pas l’opinion de la délégation reçue par la CFDT, qui estime « que c’est une autre lutte qu’il faut mener de caractère plus politique, car elle relie les problèmes de la sexualité à toute la vie sociale36 ». Dans un second temps sont étudiées les possibilités d’un travail commun. Pour les représentants de la CFDT, « l’important est de diffuser les informations sur l’action et les différents problèmes abordés au MFPF37 ». Dans un souci de sensibilisation des cédétistes aux problèmes de la contraception et de l’avortement, deux d’articles relatifs38 au MFPF sont d’ailleurs publiés dans la presse confédérale au cours de cette période. Ces publications s’inscrivent pleinement dans le débat alors en cours dans la centrale. D’autre part, les représentants de la CFDT insistent également sur la « nécessité de mener des actions communes aux différents échelons centrés sur les problèmes de la sexualité39 ». Enfin, un travail commun au niveau de la formation est également envisagé. Cependant, si au cours de cette rencontre les modalités d’un partenariat se dessinent, les débats relatifs à la contraception et à l’avortement, qui animent tant la CFDT que le MFPF, ne permettent pas la signature d’un accord commun et, pour l’heure, les relations entre les deux confédérations ne restent qu’au niveau du contact. Cependant s’il n’existe pas encore de collaboration commune au niveau confédéral, celle-ci existe déjà au niveau local et fédéral. A ce sujet, le MFPF note : « nous avons pu constater que, dans certaines entreprises à l’échelon de plusieurs départements, la CFDT soutient l’action du MFPF40 ». C’est par exemple le cas de la fédération CFDT-PTT41, qui entretient dès 1970 des liens avec le MFPF et dont l’un de ses permanents - Alphonse Pageaud – devient en 1973 président du Planning familial de Paris42. Des militant-e-s cédétistes sont également investi-e-s dans ce qui est alors appelé « la commission de la famille » du comité d’entreprise (CE) de la Thomson-CSF à Bagneux qui, en collaboration avec le Planning, organise en 1972 une exposition sur la contraception ainsi que deux conférences sur ce sujet43. Autant de démarches qui ne seront pas sans peser sur l’évolution des positions de la CFDT. Néanmoins, il faut attendre que, sous l’effet mobilisateur du Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC) les deux organisations s’engagent de façon plus radicale dans la lutte pour l’avortement libre, pour voir la CFDT et le MFPF signer en 1974 leur premier communiqué commun.

1973-1974, l’effet mobilisateur du MLAC44

  • 44  Sur le MLAC, voir notamment : Zancarini-Fournel, Michelle, « Histoire(s) du MLAC (1973-1975) », CL (...)
  • 45  AC8H625 : Statuts de l’association, 4 avril 1973, p. 1.
  • 46  AC8H625 : Lettre de Simone Iff à Jeannette Laot, 27 mars 1973, 3 p.
  • 47  La CE est composée de 10 membres élus par le BN en son sein. Elle comprend le secrétaire général d (...)
  • 48  Le BN assure la direction et l’administration de la confédération. Comprenant 31 membres (10 membr (...)
  • 49  AC8H626 : Compte-rendu du bureau national des 22 et 23 février 1973, 3 p.

10Le 5 février 1973 est publié par le Nouvel Observateur le Manifeste des 331. Il s’agit d’un texte signé par 331 médecins dans lequel ces derniers « s’accusent » de pratiquer des avortements. Très vite un réseau de soutien se constitue autour d’eux. Des militantes et des militants d’horizons divers envisagent alors de former une association - le MLAC - qui voit le jour le 10 avril 1973 et dont l’objectif est de « lutter pour l’abrogation des restrictions à la liberté de l’avortement et de la contraception45 ». Souhaitant donner une assise populaire à leur action et connaissant les positions de Jeannette Laot sur la contraception et l’avortement, ils décident de la contacter. Ce que fait Simone Iff, alors vice-présidente du MFPF, dans une lettre datée du 27 mars 197346. Cependant, si la CFDT a pris position depuis septembre 1972 en faveur du droit à l’avortement, il n’en reste pas moins que, dans son ensemble, l’organisation n’est pas encore prête à prendre en charge une telle question. Et si Jeannette Laot obtient l’avis favorable de la CE47, c’est avec plus de difficulté qu’elle obtient celui du BN48. Ce n’est qu’après un long débat au sein de celui-ci qu’elle est finalement autorisée à participer, à titre personnel49, à la constitution du MLAC. Jeannette Laot et Simone Iff deviennent ainsi vice-présidentes de l’association qui est présidée par Monique Antoine. Elles occuperont cette responsabilité jusqu’au 15 janvier 1975. A cette date, la loi Veil est promulguée et, considérant avoir atteint l’objectif pour lequel elles s’étaient investies dans le MLAC, elles démissionnent et quittent définitivement l’association. La CFDT tout comme le MFPF sortent renforcés de cette expérience. En effet, par leur engagement au sein du MLAC, Simone Iff et Jeannette Laot ont contribué à faire évoluer les positions de leurs organisations respectives sur la contraception et l’avortement.

  • 50  Parmi les membres fondateurs : Mouvement pour la liberté de l’avortement (MLA), MFPF, Mouvement de (...)
  • 51  AC1G53 : Résolution action du 36e congrès confédéral de la CFDT, paragraphe « Santé et condition d (...)
  • 52  Cf. supra, p. 5.
  • 53  Laot, Jeannette, Stratégie pour les femmes, op. cit., p. 91-92.

11En ce qui concerne la CFDT, si officiellement elle ne fait pas partie en tant que telle des membres fondateurs50 du MLAC, le fait même de permettre à une militante - membre de la CE - d’y participer engage malgré tout la centrale. Cet engagement - quoique indirect - de la CFDT au sein du MLAC, lui a tout d’abord permis d’énoncer encore plus clairement ses positions sur la contraception et l’avortement. Ainsi, quelques mois après la création du MLAC, elle vote lors de son 36e congrès (juin 1973), une résolution dans laquelle elle se prononce : « pour l’abolition des lois répressives sur l’avortement et la mise en échec des manœuvres gouvernementales qui visent, en fait, à maintenir la situation actuelle ; pour le développement de l’éducation et de l’information sexuelles et des méthodes contraceptives, l’amélioration des conditions sociales et matérielles afin de permettre la procréation libre et responsable51». C’est à partir de ce moment que la CFDT prend officiellement part à la campagne pour la liberté de l’avortement et de la contraception devenant ainsi la première organisation syndicale à agir pour l’abrogation de la loi de 1920. L’action entreprise par Jeannette Laot au sein du MLAC s’avère donc très positive pour la CFDT. D’une part, elle a permis à la centrale de s’engager dans la lutte pour l’abrogation de la loi de 1920, le travail effectué en ce sens lui faisant notamment franchir un nouveau seuil de laïcisation52. D’autre part, cette action a également donné la possibilité à la CFDT d’exprimer plus clairement ses idées sur la sexualité tout en ménageant ses militantes et ses militants et, plus globalement, a entraîné une certaine évolution de la centrale vis-à-vis de la question des femmes, un constat que vient confirmer le témoignage de Jeannette Laot : « Ces vingt mois de responsabilité au bureau national du MLAC ont été très difficiles, mais ont permis, dans toute la France, la participation des organisations CFDT à la lutte, ce qui a été très positif. Aujourd’hui les militants de la CFDT sont nombreux dans les groupes du Planning familial. Et leurs expériences font l’objet d’articles dans la presse syndicale. Les congrès de 1973 et de 1976 se sont prononcés sur la liberté de l’avortement et sur la lutte pour la libération des femmes. Quel changement53 ! »

  • 54  Wolton, Dominique, op. cit., p. 66.
  • 55  Manifeste du congrès du MFPF de 1971 cité in MFPF, D’une révolte à une lutte, op. cit., p. 190.
  • 56  Communiqué du 10e congrès du MFPF, 4 juin 1973, cité par Wolton Dominique, op. cit., p. 66.

12Quant au MFPF, son expérience au sein du MLAC a, pour reprendre l’expression de Dominique Wolton, entraîné une « radicalisation sur l’avortement54 ». Le congrès du MFPF qui se tient les 2 et 3 juin 1973 voit en effet le courant le plus radical l’emporter sur le courant réformiste, une victoire qui est confirmée par l’élection de Simone Iff au poste de présidente du mouvement. Ainsi, de la condamnation de toute législation répressive en matière de contraception et d’avortement (lors de son congrès de 197155), on passe à une prise de position beaucoup plus radicale, le MFPF se prononçant « en faveur de l’avortement et de la contraception libres et remboursés par la Sécurité sociale56», et prenant la décision historique de pratiquer des avortements. D’autre part, avec ce congrès est entérinée la volonté de donner une dimension politique et sociale aux luttes menées par le MFPF. Ces choix se concrétisent par l’impulsion plus nette qui est donnée à la collaboration que le MFPF entend mener avec les syndicats et, notamment, avec la CFDT.

  • 57  AC8H626 : « La CFDT dans le débat sur l’avortement », Nouvelles-CFDT, n°38/73, novembre 1973, p.3

13Enfin, l’expérience du MLAC a aussi contribué au rapprochement entre la CFDT et le MFPF qui, au sein de celui-ci, défendaient des positions communes. Ainsi, en novembre 1973, à la veille des assises de l’association, la CFDT et le MFPF insistaient conjointement sur la nécessité pour le MLAC de donner : « une priorité à l’éducation populaire (…) ; de créer des centres d’orthogénie (…) ; de pouvoir relier les luttes dans le domaine de la sexualité à d’autres luttes qui se mènent dans l’entreprise, ou dans le cadre de vie, ou à l’école57 ». Autant d’objectifs qui quelques mois plus tard allaient constituer le socle du partenariat CFDT/MFPF.

1974-1979, « sexualité et lutte de classe », le partenariat CFDT-MFPF58

CFDT-MFPF : des relations spécifiques ?

  • 59 AC8H625 :CFDT-Secteur ASCV, Note d’information à la CE, 4 mars 1974, 1p.
  • 60  Gonin, Marcel, Entretien avec l’auteur, Paris, 10 janvier 2005.
  • 61  Idem.
  • 62  PAGEAUD, Alphonse, Entretien avec l’auteur, Bagnolet, 11 avril 2005.
  • 63  « Un militant des premiers jours raconte... », Lettre d’Alphonse Pageaud au MFPF, 10 août 2006, 1 (...)
  • 64  Concernant les relations CGT-MFPF, le fait qu’au niveau confédéral le Planning familial ait au déb (...)

14Les premières actions communes MFPF/CFDT ont lieu en mars 1974, lors de la campagne menée par le Planning familial pour l’abrogation de la loi de 192059. A partir de cette date, la CFDT et le MFPF vont au niveau confédéral entretenir des liens privilégiés. Il est d’ailleurs ici intéressant de noter qu’un certain nombre de militant-e-s cédétistes sont, à cette époque, engagé-e-s à titre personnel dans le MFPF. Ainsi, Marcel Gonin - secrétaire confédéral au secteur "action sociale et cadre de vie" (ASCV) et qui à cette date a en charge une partie du secrétariat "travailleuses" - siège au conseil d’administration du MFPF. Chef de file de la minorité, membre du Bureau confédéral de la CFTC-CFDT dans les années soixante, il œuvra à la déconfessionnalisation de la CFTC-CFDT puis à son « évolution ». Rare militant de la Confédération à soutenir et à s’associer au combat de Jeannette Laot, il participa à partir de 1963 aux activités de la CCF. Le bouillonnement des années soixante-dix le conduit à s’investir dès sa création dans le MLAC ainsi qu’au MFPF, un engagement qu’il explique tant par « la poussée de Jeannette Laot60 », que par celle du mouvement des femmes auquel trois de ses filles participaient ; et Marcel Gonin de souligner : « Non seulement il y avait la poussée dans l’organisation et en plus il y avait la famille. Donc, je n’y échappais pas !61 ». Militant féministe, il fut en quelque sorte l’ambassadeur masculin de la "cause des femmes" au sein de la CFDT jusqu’au début des années quatre-vingt. Citons également le cas d’Alphonse Pageaud62. Permanent de la fédération CFDT-PTT à partir de 1966, c’est également à cette date qu’il a adhéré au MFPF suite à l’avortement de son épouse63. Militant activement à partir des années soixante-dix au Planning de Paris, il en devient président en 1973. Notons qu’il fut également membre la commission mixte de la CFDT, où il représentait la fédération des PTT. L’engagement de ces militants au sein du MFPF traduit semble-t-il l’adéquation qui existe entre les deux organisations. En effet, bien que la CFDT ne soit pas le seul partenaire du MFPF (il travaille également avec la CGT64, FO et la FEN), d’intéressants points de convergence se dessinent entre les deux organisations.

  • 65  « Rencontre CFDT Planning familial », Rubrique : « Au bureau national des 3 et 4 octobre 1974 », S (...)
  • 66  Sur l’expérience de ce comité, voir : MFPF, De la révolte à la lutte, op. cit., p. 357 et MFPF, Li (...)
  • 67  AC8H626 : Pour une procréation volontaire et consciente – convention d’un comité d’entreprise avec (...)

15Tout d’abord, il n’est pas inutile de rappeler que contrairement à la majorité des associations féministes, le MFPF est un mouvement mixte. Or, s’il est un objectif qui, depuis son congrès de 1970, se trouve au cœur de la démarche cédétiste, c’est bien la volonté affichée par la centrale de mener une lutte mixte associant l’ensemble des militants et des militantes à la réflexion et à l’action sur les problèmes des travailleuses. Le remplacement de la CCF par une commission mixte en février 1971 est un des effets de cette politique. De sa volonté de ne pas enfermer les femmes dans une problématique spécifique découle, entre autres, son refus de travailler au niveau confédéral avec les collectifs féminins. Dès lors, le MFPF se révèle être une des rares associations luttant pour les droits des femmes avec qui la CFDT est en mesure de travailler. Le soutien officiel que la CFDT apporte désormais au MFPF représente également un enjeu pour l’association. En effet, en s’engagent à ses côtés, la centrale cédétiste apporte une légitimité importante aux revendications portées par le Planning familial. En tant qu’organisation syndicale, elle représente une force de pression non négligeable vis-à-vis du gouvernement. En ce sens, elle apparaît donc également comme une alliée incontournable dans la lutte menée par le MFPF. D’autre part, pour comprendre les relations qui se développent entre la CFDT et le MFPF, il semble également intéressant de souligner les liens qui existent entre les deux confédérations et la nouvelle gauche. En effet, au cours des années soixante-dix, les rapports entre le PS et les deux organisations se renforcent. Plus encore, nous pourrions peut-être dire que les militant-e-s cédétistes engagé-e-s dans le combat pour les droits des femmes, tout comme le MFPF, participent de l’élaboration d’un « féminisme socialiste » que symbolisent, avec l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981, les nominations respectives de Simone Iff au ministère des Droits de la femme et de Jeannette Laot à l’Elysée - où elle occupe un poste de conseillère aux Affaire sociales. Enfin, et c’est peut-être là que se situe l’essentiel, le MFPF tout comme la CFDT partagent une démarche commune : le souci d’éducation populaire et permanente, et la volonté d’articuler sexualité et lutte des classes. Ainsi, le 24 septembre 1974, à la veille du vote de la loi Veil, les deux organisations signent un communiqué commun dans lequel elles déclarent avoir décidé « d’aborder le problème de l’éducation sexuelle dans toute son ampleur, d’intensifier l’information auprès de leurs militants, notamment par les moyens à disposition des activités sociales des comités d’entreprise65». Ce communiqué marque le point de départ de l’action engagée par les deux organisations vers les entreprises et se traduit, entre autres, par la mise en place de commissions planning. Notons toutefois que des commissions de ce type existaient déjà dans certaines entreprises bien avant que n’interviennent l’accord CFDT-MFPF. C’est par exemple le cas du CE de la Thomson-CSF à Bagneux66 qui signe une convention avec le MFPF dès le 21 juin 197367.

Les commissions planning et la formation : lieux de mise en commun des savoirs

  • 68  A cet égard, il est ici important de souligner que, le 19 septembre 1974, la CGT et la CFDT ont si (...)
  • 69 AC8H626 : Pour une procréation volontaire et consciente, op. cit., p.1.
  • 70  Gonin, Marcel, « Sexualité et lutte de classes », art.cit.
  • 71  Ibidem.
  • 72  Bulletin fédéral « Notre lien » - fédération française des syndicats des banques et financiers, bu (...)
  • 73  BMD, Fonds Simone Iff, 2AS6 : Le Bulletin du MFPF, n°0, 1975, p. 8-9.
  • 74  Gonin, Marcel, « Sexualité et lutte de classes », art. cit., p. 20-21.
  • 75  Archives MFPF, boîte CFDT-CGT, 1981-1986 : « Planning et syndicats, rencontre CFDT-MFPF », Nouvell (...)
  • 76  Ibidem.

16Implantées dans les entreprises, les commissions planning ont pour but de sensibiliser les travailleuses et les travailleurs aux questions de la sexualité, de la contraception et de l’avortement, et sont animées en collaboration avec le MFPF, par des militant-e-s de la CFDT, mais également de la CGT68. A l’exemple de la Thomson-CSF, ces commissions sont gérées par le personnel de l’entreprise et sont le plus souvent créées au sein des comités d’entreprise. Des conventions sont ainsi passées avec le MFPF par lesquelles il « s’engage à promouvoir dans l’entreprise une action éducative de Planning familial69 ». Toutefois, « les militants du MFPF ne veulent pas être des spécialistes de la sexualité se donnant un pouvoir sur les travailleurs et les travailleuses70 ». L’objectif des commissions planning est en effet, à terme, de permettre « la constitution d’une équipe de travailleuses et de travailleurs responsables de l’action d’information sur la contraception et acquérant l’habitude de la discussion sur les questions concernant la sexualité afin de faire découvrir les conditions culturelles et les aspects socio-économiques du problème71». Notons également que certaines commissions planning se doublent parfois d’un centre d’orthogénie permettant ainsi aux travailleuses et aux travailleurs de trouver dans l’entreprise même des centres de consultations. En septembre 1976, selon le Bulletin fédéral des syndicats des banques CFDT72, il en existe un à la Banque de France, un au Monde et un au Ministère de l’équipement. Lieux de mise en commun des savoirs, ces commissions apparaissent alors comme un exemple concret de la volonté affichée par la CFDT et le MFPF d’articuler sexualité et lutte des classes. Cette volonté, le MFPF la réaffirme d’ailleurs lors de son congrès de 1975. En effet, dans le cadre de la définition de sa politique relais, il décide de faire de l’action avec les travailleurs, sur le lieu de l’entreprise, son action prioritaire73. Dans ce cadre, un nouvel accord est signé le 5 janvier 1976 entre le MFPF et la CFDT74 par lequel les deux organisations s’engagent à donner une nouvelle impulsion au développement de l’information sexuelle dans les entreprises. Selon un bilan dressé par le MFPF et la CFDT le 7 mars 197875, la signature de ce nouvel accord s’avère positif, puisque les commissions planning semblent se développer au cours de cette période. Néanmoins, les deux organisations soulignent que le développement de l’information sexuelle dans les entreprises est confronté à deux problèmes. D’une part, elles insistent sur le fait que « les petites entreprises ne sont pas touchées par cette activité ». D’autre part, elles constatent également que si « l’activité des commissions planning des CE se poursuit dans les grandes entreprises, où les travailleuses sont nombreuses, cette activité reste extérieure aux sections syndicales d’entreprises (SSE) même si ce sont des militants syndicaux qui en ont la responsabilité76 ». Ce constat pointe ainsi du doigt un problème qui semble inhérent au syndicalisme : la difficulté qui existe encore pour les syndicats à prendre en charge une telle question. Toutefois, et bien que nous ne disposions d’aucunes données chiffrées concernant le nombre et la répartition géographique de ces commissions planning, leur mise en place apparaît comme une tentative intéressante d’articulation entre lutte féministe et lutte syndicale.

  • 77  Archives MFPF, boîte CFDT-CGT, 1981-1986 : Iff, Simone, Fiche évaluation d’action de formation, se (...)
  • 78  Iff, Simone, Demain la société sexualisée : le combat du Mouvement français pour le Planning Famil (...)
  • 79  AC8H616 : Lettre d’Hugues Blassel à René Besançon (UR-CFDT Lorraine) au sujet de la session conféd (...)
  • 80  Archives MFPF, boîte CFDT-CGT, 1981-1986 : Lettre du MFPF à Jeannette Laot, 18 septembre 1973, 1 p
  • 81  AC8H627 : Compte-rendu du colloque sur la contraception organisé par le MFPF les 18 et 19 décembre (...)

17Le travail d’éducation populaire et de formation permanente engagé au sein de ces commissions planning se poursuit également à travers les formations internes à chaque organisation. Dans cet esprit, des responsables du MFPF, Simone Iff en particulier, participent à des sessions "travailleuses" organisées par la CFDT. Au cours de la période 1976-1980, Simone Iff intervient ainsi dans sept sessions CFDT. Ses interventions sont en général basées sur l’apport des sciences humaines et ont pour but de « donner les éléments scientifiques, culturels, politiques permettant de démystifier que les différences hommes/femmes sont "naturelles"77 ». La plupart des arguments présentés dans ses exposés sont issus de son ouvrage Demain la société sexualisée78, auquel il est fait référence à chaque session CFDT79. De même, des responsables de la CFDT participent à des formations du MFPF. Les 12, 13 et 14 octobre 1973, des responsables cédétistes sont ainsi conviés à une session d’information du MFPF afin qu’ils y abordent « le problème socio-économique et culturel de la contraception80 ». En 1982, Marie-Noëlle Thibault, responsable de l’URP-CFDT, intervient au colloque sur la contraception organisé par le MFPF les 18 et 19 décembre 198281. Il existe donc une véritable collaboration entre les deux organisations qui à travers ce travail de formation apparaissent comme très complémentaires, les uns apportant les éléments de réflexion ayant trait à la sexualité, les autres à la dimension socio-économique et culturelle.

1979-1981, les dernières actions communes CFDT-MFPF

  • 82  « IVG : pour une mobilisation sur le lieu de travail », Syndicalisme-Hebdomadaire, n°1773, 6 octob (...)

18Les actions communes CFDT-MFPF se poursuivent en 1979 dans le cadre de la campagne menée pour la reconduction de la loi Veil. Ainsi, dès février 1979, la CFDT, la CGT, la FEN et le MFPF signent un communiqué commun appelant les syndicats à intensifier leur action. Toutefois, contrairement à l’année 1974 où le mouvement pour l’abrogation de la loi de 1920 avait vu la CFDT s’engager aux côtés du MFPF dans une lutte plus globale, en 1979 la CFDT entend faire de la lutte pour l’amélioration de la législation sur l’IVG, une action exclusivement syndicale. En effet, la politique de recentrage engagée par la CFDT, qui fut le thème majeur de son congrès du 12 mai 1979, conduit la centrale à réajuster sa stratégie. Souhaitant relancer l’activité syndicale, elle essaye de donner un contenu « plus réaliste » à ses revendications en recentrant ces dernières (voire en les limitant) sur l’entreprise. C’est tout le sens du communiqué commun qui est signé le 27 juin 1979 entre la CFDT, la CGT et la FEN. Initié par la CFDT, ce dernier incite alors les syndicats « à agir ensemble, prioritairement sur les lieux de travail pour mobiliser les travailleuses et les travailleurs afin que le débat parlementaire débouche sur des améliorations concrètes de la législation de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) 82».

  • 83  « Contraception, avortement : questions aux candidats », Syndicalisme-Hebdomadaire, n°1858, 23 avr (...)
  • 84  Sur ce point, voir : Thébaud, Françoise, « Promouvoir les droits des femmes : ambitions, difficult (...)

19Bien que donnant une priorité à ses partenaires syndicaux, des actions communes sont toutefois organisées avec le MFPF. Ainsi, à la veille du débat parlementaire des assemblées-débats sur la politique de la famille et l’IVG sont prévues le 17 novembre 1979à l’initiative du MFPF, de la CFDT, de la Confédération syndicale du cadre de vie (CSCV), de la Confédération syndicale des familles (CSF) et du Conseil national des associations familiales laïques (CNAFAL). C’est d’ailleurs avec ces mêmes partenaires qu’en 1981, elle poursuit son action pour l’amélioration de la loi sur l’IVG et son remboursement par la Sécurité sociale. Dans le cadre de la campagne présidentielle, une lettre ouverte83 interpellant les candidats à la Présidence de la République sur les problèmes de la contraception et de l’avortement, mais également sur la question du droit à l’emploi des femmes est envoyée par la CFDT, le MFPF, la CFDT, la CSF et la CNAFAL. Toutefois, la campagne pour le remboursement de l’IVG marque la fin d’une période et cette lettre est l’une des dernières actions que la CFDT mène conjointement avec le Planning familial. A cette date, nous assistons en effet à une retombée du dynamisme militant qui n’est pas sans lien avec l’arrivée de la gauche au pouvoir. Bien que l’élection de François Mitterrand en 1981 ouvre de nouvelles perspectives en matière d’égalité des sexes84 (création d’un Ministère des droits de la femme, vote du remboursement de l’IVG par la Sécurité sociale, vote de la loi sur l’égalité professionnelle), elle accélère également la démobilisation féministe. Privés d’objectifs clairs et rassembleurs, il devient dans ces conditions de plus en plus difficile pour la CFDT et le MFPF d’envisager des actions communes et le partenariat CFDT-MFPF se retrouve en quelque sorte mis en suspens.

  • 85  Maruani, Margaret et Thibault, Marie-Noëlle, « Centrales ouvrières », art. cit., p. 88-112.
  • 86  Sur ce point, voir notamment : MFPF, Liberté, sexualités, féminisme, op. cit., p. 165-175.

20Ainsi, si les années soixante-dix ont permis la mise en place d’une réelle collaboration entre les deux organisations traduisant leur volonté respective d’articuler sexualité et lutte des classes, le début des années quatre-vingt marque la fin « d’une rencontre inachevée85 » entre le MFPF et la CFDT. En effet, la politique de recentrage engagée depuis 1979 par la CFDT, tout comme le reflux du mouvement féministe, la conduisent à abandonner petit à petit le terrain de la lutte des femmes, la CFDT préférant se cantonner au strict domaine professionnel (lutte en faveur de l’application de la loi sur l’égalité professionnelle) et à la question de la mixité de ses propres structures (mise en place des chartes de mixité à partir de 1988). Quant au MFPF, fort de la nomination de Simone Iff au sein du cabinet d’Yvette Roudy, il s’engage alors dans une action de plus en plus institutionnelle86 en collaboration avec le ministère des Droits de la femme. Il faut alors attendre les années quatre-vingt-dix et l’émergence de la troisième vague du féminisme pour voir de nouveau la CFDT s’engager aux côtés du MFPF.

  • 87  Zancarini-Fournel, Michelle, « Histoire(s) du MLAC (1973-1975) », art. cit., p. 241-251.
  • 88  Cf., supra, p. 10.

21Appréhendée pour l’essentiel à travers le seul prisme confédéral, cette histoire du partenariat entre la CFDT et le MFPF reste toutefois une histoire « nationale » et « organisationnelle ». Aussi à l’instar du travail accompli par Michelle Zancarini-Fournel pour le MLAC87, il conviendrait d’appréhender les interactions entre la CFDT et le MFPF à une autre échelle en déplaçant le regard à un niveau plus local, tel celui des entreprises à l’image de la Thomson-CSF88. A cet égard, une étude approfondie s’intéressant à la mise en place, aux rôles et aux effets des commissions planning au sein des entreprises permettrait de rendre compte de la diversité des expériences, d’en mesurer leurs impacts. Mise en perspective avec une histoire confédérale, une telle démarche contribuerait ainsi à la construction d’une histoire tendant à approcher au plus près la réalité de ce que fut le partenariat MFPF-CFDT.

Haut de page

Notes

1  « Un problème social et un choix personnel – La CFDT prend position sur la contraception et l’avortement », Nouvel Observateur, n°421, 4-10 décembre 1972.

2  Jeannette Laot est, à cette date, la seule femme membre de la commission exécutive de la CFDT.

3  GEORGI, Frank, L’invention de la CFDT, 1957-1970 : syndicalisme, catholicisme et politique dans la France de l’expansion, Paris, éd. de l’Atelier CNRS, 1995, 651 p.

4  MARUANI, Margaret, Les syndicats à l’épreuve du féminisme, Paris, éd. Syros, 1979, 271 p.

5  Idem, p. 203-251.

6  THIBAULT, Marie-Noëlle, La CFDT et le féminisme, éd. ATP – Femmes CNRS, Paris 1988, 41 p.

7  MARUANI, Margaret et THIBAULT, Marie-Noëlle, « Centrales ouvrières », in FEN (collectif), Le féminisme et ses enjeux, Actes du colloque 5-6 mars 1988 organisé par la FEN, Paris, FEN Edilig, 1988, p. 88-113.

8  FEN (collectif), Le féminisme et ses enjeux, op. cit., 576 p.

9  LAOT, Jeannette, Stratégie pour les femmes, Paris, Stock, 1977, 249 p.

10  ANTOINE, Monique, « Une histoire du MLAC », in FEN (collectif), Le Féminisme et ses enjeux, op. cit., p. 243-249.

11  MFPF, D’une révolte à une lutte : 25 ans d’histoire du Planning familial, Paris, Tierce, 1983, p. 159-160 et MFPF, Liberté, sexualités, Féminisme - 50 ans de combat du Planning pour les droits des femmes, Paris, La Découverte, 2006, p. 157.

12  THEBAUD, Françoise, « Planning familial et politique : réflexions sur la nature du MFPF », in BARD, Christine et MOSSUZ-LAVAU, Janine, dir., Le Planning familial : histoire et mémoire (1956-2006), Rennes, PUR, 2007, p. 98-101.

13  Dans le cadre du cinquantenaire du MFPF un séminaire a été organisé au Centre d’histoire de Sciences Po par l’association Archives du féminisme, le Centre d’histoire de la vie politique de Sciences Po Paris et le Centre d’histoire des régulations sociales de l’Université d’Angers (HIRES) avec le MFPF. La réflexion engagée au sein de ce séminaire s’est poursuivie lors du colloque « Le Planning familial : 50 ans d’histoire » le 8 mars 2006 à la BNF et a donné lieu à une publication : BARD, Christine et MOSSUZ-LAVAU, Janine, dir., Le Planning familial, op. cit., 210 p. A l’occasion de son cinquantenaire l’association a également publié un ouvrage : MFPF, Liberté, sexualités, op. cit., 278 p. Enfin, à l’initiative de Musea, une exposition « Le Planning familial : 50 ans en affiches » a été réalisée par Bibia Pavard et Corinne Bouchoux et est consultable à l’adresse suivante : http : // musea.univ-angers.fr.

14  Le texte qui suit se propose d’approfondir un thème brièvement évoqué dans un précédent article : « La CFDT et les associations féministes de 1970 à nos jours », in TARTAKOWSKY, Danielle et TÉTARD, Françoise, dir., Syndicats et associations: concurrence ou complémentarité ?, Rennes, PUR, coll. Histoire, 2006, p. 409-418.

15  Cette étude présente un aspect d’une thèse en cours sur la CFDT et la question des femmes (1961-1982) dirigée par Françoise Thébaud.

16  En 1971, il est reconnu mouvement d’éducation populaire par l’Etat mais la reconnaissance d’utilité publique lui est refusée.

17  Sur le fonctionnement des groupes IES, voir : Iff, Simone, « Notre corps nous appartient », in FEN (collectif), Le féminisme et ses enjeux, op. cit., p. 229-232 et MFPF, D’une révolte à une lutte, op. cit., p. 159-160.

18 Iff, Simone, op. cit., p. 229.

19  Archives du MFPF, Boîte CFDT-CGT, 1981-1986 : Correspondance entre la CFDT et le MFPF 1970-1984.

20  Nous n’insisterons pas sur ces tensions qui ont été particulièrement mises en lumière dans les récents ouvrages consacrés au MFPF.

21  Wolton, Dominique, Le nouvel ordre sexuel, Paris, Seuil, 1974, p. 57.

22  En février 1971, la Commission confédérale féminine (CCF) de la CFDT est remplacée par une commission mixte qui contrairement à la CCF rassemble des militantes et des militants.

23  Archives confédérales CFDT (AC) 8H615 : Compte-rendu de la commission mixte du 23 octobre 1971, p. 3.

24  Archives MFPF, Boîte CFDT-CGT, 1981-1986 : Lettre de Jeannette Laot à Jean Gondonneau - secrétaire général du MFPF, 13 octobre 1970, 1 p.

25  Depuis la Libération, il existe une commission féminine au sein de la CFTC (CFDT). Cette dernière a été profondément renouvelée au début des années soixante avec l’arrivée de trois nouvelles militantes – dont Jeannette Laot. Impulsant une nouvelle réflexion au sein de la CCF sur la situation des travailleuses, elles en ont fait un instrument à même d’élaborer une stratégie syndicale pour les femmes au sein de la CFDT.

26  AC8H610 : PV de la CCF des 1er et 2 décembre 1967, 4 p.

27  Favard, Emile, « La pilule pour avoir des enfants », Syndicalisme-Magazine, n°1154, octobre 1967, p. 12-14.

28  Secrétaire confédéral de la CFDT, René Mathevet a en charge la politique familiale de la CFDT jusqu’en 1970.

29  GEORGI, Frank, op. cit., p. 603.

30  Idem.

31 « Le Bureau national », Syndicalisme-Hebdomadaire, n°1345, 3 juin 1971, p. 16.

32  AC8H626 : Note de la CE relative à la contraception et l’avortement, septembre 1972.

33  Les délégations sont respectivement conduites : par Jeannette Laot (membre du BN ; commission mixte), Marcel Gonin (membre du BN ; commission mixte – cadre de vie et environnement) et Michel Letron (membre du BN ; commission comité entreprises – adjoint Krumnow) pour la CFDT ; par Sylvie Franco (secrétaire générale adjointe), Jean Gondonneau (secrétaire générale adjoint), Simone Iff (vice-présidente) et Suzanne Képès pour le MFPF.

34  Sur cette rencontre, voir : Archives MFPF, Boîte CFDT, CGT, 1981-1986 : Compte-rendu manuscrit de la rencontre du 10 mai 1972 par le MFPF, 1 p. et « Rencontre avec le MFPF », Nouvelles CFDT, n°18/72, 6 juillet 1972, 1 p.

35  « Rencontre avec le MFPF », op. cit., 1 p.

36  Ibidem.

37  Archives MFPF, Boîte CFDT, CGT, 1981-1986 : Compte-rendu manuscrit de la rencontre du 10 mai 1972 par le MFPF,p. 1.

38  « Du nouveau dans la législation du contrôle des naissances », Syndicalisme-Magazine, n°1394, juin 1972, p. 40-42 et « Le droit à l’information sur la contraception repoussé, jusqu’à quand ? », Syndicalisme-Magazine, n°1429, février 1973, p. 40.

39  Archives MFPF, Boîte CFDT, CGT, 1981-1986 : Compte-rendu manuscrit de la rencontre du 10 mai 1972 par le MFPF,p. 1.

40  Archives MFPF, Boîte CFDT-CGT, 1981-1986 : Lettre de Jean Gondonneau à Edmond Maire, 15 février 1972, 1 p.

41  Archives MFPF, Boîte CFDT, CGT, 1981-1986 : Lettre de J. Gondonneau (Secrétaire Généraldu MFPF) à M. Lebeller (Secrétaire général de la fédération CFDT-PTT), 10 décembre 1970, 1 p.

42  BMD, Fonds Simone IFF, AS1 : Compte-rendu du 10e congrès national du MFPF, Palais du Luxembourg – Sénat – 2 et 3 juin 1973.

43  AC8H615 : Compte-rendu de la commission mixte, 3 juin 1972, p. 6.

44  Sur le MLAC, voir notamment : Zancarini-Fournel, Michelle, « Histoire(s) du MLAC (1973-1975) », CLIO. Histoire, Femmes et Sociétés, n°18, 2003, p. 241-251 et Antoine, Monique, « Une histoire du MLAC », art. cit.

45  AC8H625 : Statuts de l’association, 4 avril 1973, p. 1.

46  AC8H625 : Lettre de Simone Iff à Jeannette Laot, 27 mars 1973, 3 p.

47  La CE est composée de 10 membres élus par le BN en son sein. Elle comprend le secrétaire général de la CFDT, le secrétaire général adjoint, un trésorier. Les autres membres ont le titre de secrétaire national. Son rôle est d’assurer collectivement l’activité courante de l’organisation. Elle est chargée de l’exécution de le politique confédérale conformément aux orientations et décisions du BN.

48  Le BN assure la direction et l’administration de la confédération. Comprenant 31 membres (10 membres sont présentés par les unions régionales, 10 autres par les fédérations, un membre représente l’Union confédéral des cadres, et enfin 10 membres sont présentés par le BN sortant et sont candidats à la future CE), il reflète la diversité de la confédération. Les difficultés rencontrées par Jeannette Laot au sein du BN ne sont donc pas sans lien avec la composition de cette structure et traduisent le fait que le débat relatif à l’avortement n’a pas assez progressé dans les organisations.

49  AC8H626 : Compte-rendu du bureau national des 22 et 23 février 1973, 3 p.

50  Parmi les membres fondateurs : Mouvement pour la liberté de l’avortement (MLA), MFPF, Mouvement de libération des femmes (MLF), Signataires des 331, Groupe information santé (GIS), Lutte ouvrière (LO), Ligue communiste révolutionnaire (LCR), Révolution, Parti socialiste unifié (PSU).

51  AC1G53 : Résolution action du 36e congrès confédéral de la CFDT, paragraphe « Santé et condition de vie », 30 mai-1er juin 1973.

52  Cf. supra, p. 5.

53  Laot, Jeannette, Stratégie pour les femmes, op. cit., p. 91-92.

54  Wolton, Dominique, op. cit., p. 66.

55  Manifeste du congrès du MFPF de 1971 cité in MFPF, D’une révolte à une lutte, op. cit., p. 190.

56  Communiqué du 10e congrès du MFPF, 4 juin 1973, cité par Wolton Dominique, op. cit., p. 66.

57  AC8H626 : « La CFDT dans le débat sur l’avortement », Nouvelles-CFDT, n°38/73, novembre 1973, p.3

58  Titre emprunté à l’article de Gonin, Marcel, « Sexualité et lutte de classes », Syndicalisme-Hebdomadaire, n°1585, 29 janvier 1976, p. 20.

59 AC8H625 :CFDT-Secteur ASCV, Note d’information à la CE, 4 mars 1974, 1p.

60  Gonin, Marcel, Entretien avec l’auteur, Paris, 10 janvier 2005.

61  Idem.

62  PAGEAUD, Alphonse, Entretien avec l’auteur, Bagnolet, 11 avril 2005.

63  « Un militant des premiers jours raconte... », Lettre d’Alphonse Pageaud au MFPF, 10 août 2006, 1 p.

64  Concernant les relations CGT-MFPF, le fait qu’au niveau confédéral le Planning familial ait au début des années soixante-dix entretenu des relations privilégiées avec la CFDT s’explique par le retrait dont fait preuve la CGT à l’égard des questions ayant trait à la contraception et à la sexualité mais également par la méfiance de la centrale cégétiste vis-à-vis d’organisations qu’elle considère comme « bourgeoises ».

65  « Rencontre CFDT Planning familial », Rubrique : « Au bureau national des 3 et 4 octobre 1974 », Syndicalisme-Hebdomadaire, n°1517, 10 octobre 1974, p. 14.

66  Sur l’expérience de ce comité, voir : MFPF, De la révolte à la lutte, op. cit., p. 357 et MFPF, Liberté, sexualités, féminisme, op. cit., p. 198.

67  AC8H626 : Pour une procréation volontaire et consciente – convention d’un comité d’entreprise avec le MFPF, 21 juin 1973, 2 p.

68  A cet égard, il est ici important de souligner que, le 19 septembre 1974, la CGT et la CFDT ont signé une plate-forme sur les revendications des femmes salariées. Suite à cet accord, les syndicats de base sont alors fortement incités à agir ensemble dans le cadre de ces commissions. Notons que cette plate-forme s’inscrit plus largement dans l’unité d’action signée entre la CFDT et la CGT le 26 juin 1974.

69 AC8H626 : Pour une procréation volontaire et consciente, op. cit., p.1.

70  Gonin, Marcel, « Sexualité et lutte de classes », art.cit.

71  Ibidem.

72  Bulletin fédéral « Notre lien » - fédération française des syndicats des banques et financiers, bulletin trimestriel d’information n°74, septembre 1976, p. 37.

73  BMD, Fonds Simone Iff, 2AS6 : Le Bulletin du MFPF, n°0, 1975, p. 8-9.

74  Gonin, Marcel, « Sexualité et lutte de classes », art. cit., p. 20-21.

75  Archives MFPF, boîte CFDT-CGT, 1981-1986 : « Planning et syndicats, rencontre CFDT-MFPF », Nouvelles-CFDT, n°6/78, 24 mars 1978.

76  Ibidem.

77  Archives MFPF, boîte CFDT-CGT, 1981-1986 : Iff, Simone, Fiche évaluation d’action de formation, session mixte CFDT pour les travailleuses du 23 au 27 mai 1977, 1 p.

78  Iff, Simone, Demain la société sexualisée : le combat du Mouvement français pour le Planning Familial, Paris, Calmann-Lévy, coll. L’ordre des choses, 1975, 308 p.

79  AC8H616 : Lettre d’Hugues Blassel à René Besançon (UR-CFDT Lorraine) au sujet de la session confédérale « Notre Pratique syndicale dans la lutte contre la surexploitation des travailleuses », 16 janvier 1980, 4 p.

80  Archives MFPF, boîte CFDT-CGT, 1981-1986 : Lettre du MFPF à Jeannette Laot, 18 septembre 1973, 1 p.

81  AC8H627 : Compte-rendu du colloque sur la contraception organisé par le MFPF les 18 et 19 décembre 1982.

82  « IVG : pour une mobilisation sur le lieu de travail », Syndicalisme-Hebdomadaire, n°1773, 6 octobre 1979, p. 13.

83  « Contraception, avortement : questions aux candidats », Syndicalisme-Hebdomadaire, n°1858, 23 avril 1981, p. 2.

84  Sur ce point, voir : Thébaud, Françoise, « Promouvoir les droits des femmes : ambitions, difficultés et résultats », in Berstein, Serge, Milza Pierre et Bianco Jean-Louis (dir.), François Mitterrand. Les années du changement (1981-1984), Paris, Perrin, 2001, p. 567-600.

85  Maruani, Margaret et Thibault, Marie-Noëlle, « Centrales ouvrières », art. cit., p. 88-112.

86  Sur ce point, voir notamment : MFPF, Liberté, sexualités, féminisme, op. cit., p. 165-175.

87  Zancarini-Fournel, Michelle, « Histoire(s) du MLAC (1973-1975) », art. cit., p. 241-251.

88  Cf., supra, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Le Brouster, « Contribution à l’histoire du Planning familial : le partenariat CFDT-MFPF au cours des années soixante-dix », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 13 juillet 2008, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/297

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page