Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

Myriam Rebreyend, L’écriture de la folie féminine

Master 1 - Université Marc Bloch, Strasbourg II, 2007
Myriam Rebreyend

Texte intégral

  • 1  Béatrice Didier, L’Écriture femme, Paris, P.U.F., 1981.

1Le glissement vers l’intérieur de l’être, au cœur des sensations les plus intimes, est souvent associé à l’ « écriture femme1 » et l’écriture sur « la » femme. Face à la passion, face aux transgressions sociales jugées déraisonnées, le doute se creuse : le personnage féminin est-il fou ? Trois œuvres de la première moitié du XXè siècle illustrent ce travail de littérature comparée : Mrs Dalloway de Virginia Woolf (1925), Vingt-quatre heures de la vie d’une femme de Stefan Zweig (1929), ainsi que Le Ravissement de Lol V. Stein de Marguerite Duras (1964).

  • 2  Virginia Woolf, Journal d’un écrivain, Christian Bourgeois, Paris, 2000, mardi 19 juin 1923, p. 10 (...)

2Le style de Virginia Woolf est poétique, touches de sons, de lumières et de couleurs. Elle creuse de petites galeries entre les êtres, elle navigue d’une conscience à une autre. Mrs Dalloway est ainsi un roman expérimental. Construite autour du personnage central, Clarissa Dalloway, une dame de la haute société, l’histoire se déroule en une seule journée, du matin où s’annoncent les préparatifs au soir de la réception donnée par Mrs Dalloway. Un narrateur omniscient, doublé de monologues intérieurs, navigue habilement entre les protagonistes qui se croisent dans les rues de Londres, sans le savoir, tous reliés d’une manière ou d’une autre par un fil invisible à Clarissa. Virginia Woolf confie : « Dans ce livre j’introduis presque trop d’idées. Je voudrais exprimer la vie, la mort, la raison, la folie2 ». Cela rappelle les crises de folie auxquelles l’écrivaine est en proie suite à de nombreux décès familiaux. Une tension plane, les personnages s’interrogent sur le but de la vie, sont obsédés par l’image de la mort, ne se comprennent pas les uns les autres, paraissent universellement seuls.

  • 3  Titre donné à un article de Lionel Richard in « Stefan Zweig écrivain européen », Le Magazine litt (...)

3Sous la plume de Stefan Zweig, le narrateur recueille la confidence d’une dame « bourgeoise », la libérant ainsi de ces vingt-quatre heures qui la hantent depuis une vingtaine d’années. Mrs C., rongée par la culpabilité, prétend avoir agi en toute inconscience, alors que, pour sauver un jeune joueur rencontré au Casino, maladivement passionné par l’argent, complètement ruiné et prêt à se suicider, elle passe une nuit avec lui. Le mari de Mrs C. est mort et l’inconnu a l’âge de ses fils. Ami de Freud et intéressé par les nouvelles théories de psychologie, l’écrivain autrichien décrit le paysage intérieur des êtres avec finesse et justesse. Voyageur, observateur, épris par le « démon de la curiosité3 », Stefan Zweig n’hésite pas à s’aventurer dans les strates les plus retranchées de la passion, de la folie et des transgressions sociales. Dans sa nouvelle, Vingt-quatre heures de la vie d’une femme, il présente l’impact du deuil, du vide et de l’ennui sur un personnage féminin pour lequel tout désir est désormais condamné par la société.

  • 4  Jacques Lacan, Hommage fait à Marguerite Duras, du Ravissement de Lol V. Stein, Paru dans Les Cahi (...)
  • 5  Marguerite Duras, Le Ravissement de Lol V Stein, Paris, Gallimard, 1964, p. 48.

4L’écriture elliptique, presque envoûtante, de Marguerite Duras transporte le lecteur dans des régions inconnues, ce qui provoque une sensation de malaise. Le Ravissement de Lol V. Stein se construit autour de Lola Valérie Stein, déclarée folle par les personnes qui l’entourent, depuis une nuit de bal, dix ans plus tôt, où son fiancé est parti avec une autre femme. Le personnage est amputé jusque dans son nom. Le roman cherche à construire, déconstruire et reconstruire sans cesse le trauma initial. Le narrateur, Jacques Hold, devient l’amant de Lol. À la manière d’une enquête policière, il recueille des témoignages et émet ses propres suppositions. Lol V. Stein, pourtant mariée et convenablement « rangée », semble absente, entourée d’un vide d’ennui, et ne pouvoir vivre que par procuration, en observant les couples autour d’elle. Rédigé au cœur d’une profonde solitude, le roman échappe à sa créatrice. Pourtant Lacan lui rend hommage en déclarant : « Marguerite Duras s’avère savoir sans moi ce que j’enseigne4 ». Proche du Nouveau Roman, l’œuvre est solidement bâtie sur quelque chose qui serait « un mot-absence, un mot-trou, creusé en son centre d’un trou, de ce trou où tous les autres mots auraient été enterrés5 ».

5Le projet de mémoire en Master 1 a mis en place les principaux axes d’études, tournant autour de ce que peut suggérer et révéler l’écriture des personnages féminins au centre de ces trois œuvres. L’image et la place des femmes dans la société sont dépeintes à travers le duel des désirs et des interdits. Il en résulte comme un mouvement qui fige les personnages féminins dans l’ennui et dans le désir de mort. Considérés alors comme « fous », ils apparaissent confus, en permanent état de souffrance, plongés dans une solitude, qui, pourtant, semble s’étendre, devenir impersonnelle, universelle. La folie permettrait-elle à ces femmes fictives d’échapper aux règles de la société et aux rôles qu’on attend d’elles ? La tension est telle qu’elle atteint tout le système narratif, temporel, provoquant un vide interminable et innommable qui se creuse toujours plus en profondeur. Un vide qui emporte le lecteur/la lectrice avec lui/elle.

Haut de page

Notes

1  Béatrice Didier, L’Écriture femme, Paris, P.U.F., 1981.

2  Virginia Woolf, Journal d’un écrivain, Christian Bourgeois, Paris, 2000, mardi 19 juin 1923, p. 100.

3  Titre donné à un article de Lionel Richard in « Stefan Zweig écrivain européen », Le Magazine littéraire, février 1997.

4  Jacques Lacan, Hommage fait à Marguerite Duras, du Ravissement de Lol V. Stein, Paru dans Les Cahiers Renaud-Barrault, Paris, Gallimard, 1965, p. 9.

5  Marguerite Duras, Le Ravissement de Lol V Stein, Paris, Gallimard, 1964, p. 48.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Rebreyend, « Myriam Rebreyend, L’écriture de la folie féminine », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 17 juin 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/288

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page