Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Résumés des thèses

Brice Chamouleau, Genre et classe : poétiques gay dans l’espace public de l’Espagne post-franquiste (1970-1988)

Thèse de doctorat en études hispaniques, Université Bordeaux-Montaigne, École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques de la Casa de Velázquez, sous la direction de François Godicheau, soutenue le 24 novembre 2014. [à paraître sous le titre : Tiran al maricón. Los fantasmas queer de la democracia (1970-1988), Madrid, Akal, 2017]

Texte intégral

1Cette thèse, qui fait le pari d’une histoire post-sociale des subjectivités gay depuis le franquisme tardif jusqu’à la consolidation démocratique, s’empare d’une des narrations les plus solidement enracinées dans l’Espagne du XXIe siècle qui se présente comme un des États les plus avancés en matière de droits sexuels et genrés à l’échelle planétaire : si la loi franquiste de dangerosité sociale réprimait avec violence les personnes homosexuelles, l’alignement de l’Espagne avec les démocraties occidentales au moment de la « transition » démocratique signifie l’invention d’un ordre citoyen et juridique qui inclura progressivement les personnes minorisées sexuellement, récit téléologique et homonationaliste qui conflue dans les diverses lois des années 2000-2010. La démocratie espagnole non seulement confirme son caractère inclusif, en faisant entrer dans la citoyenneté les « dangers sociaux » de Franco, mais elle est encore une « démocratie sexuelle » aboutie, qui respecte les droits humains les plus fondamentaux. Un tel récit qui reconduit une épique progressiste moderne ne met cependant pas en regard cette célébration et les insuffisances en matière de droits humains concernant la mémoire des violences politiques du XXe siècle espagnol, consacrées par la loi d’amnistie de 1977 et à nouveau par la loi de récupération de mémoire historique de 2007 qui ne reconnaît pas l’imprescriptibilité des crimes du franquisme. La thèse cherche à avancer des hypothèses autour de ce qui apparaît comme une contradiction.

2Le travail affronte un problème central qui travaille l’historiographie sur les subjectivités LGBT+ qui, remotivant le leitmotiv selon lequel « le personnel est politique », fait équivaloir émancipation et reconnaissance par l’État. Ce paradigme est évident lorsque cette histoire se fonde autour des politiques de visibilisation des identités sexuées et genrées dans l’espace public, et reconduit une conception habermassienne de ce concept, naturalisant les sujets et les conditions d’accès à cet espace aux règles dialogiques tenues pour acquises. L’historisation proposée de la constitution des subjectivités non hétéronormées et d’une parole queer en Espagne cherche à comprendre en revanche comment, dans l’avènement des communs politiques, ces subjectivités s’élaborent dans un rapport dynamique avec la définition des conditions régissant l’accès à ce qui est progressivement découpé comme l’espace et les formes de la politique post-franquiste. Les formes de participation à la vie démocratique ne sont pas données d’avance, mais instituées dans un rapport dynamique avec les subjectivités qui politisent l’invention des communs post-dictatoriaux. Là, les subjectivités qui adviennent dans la politisation des sexualités sont centrales et permettent de comprendre, avec une approche queer, comment les sujets politiques sont habilités à être tenus comme tels, selon des critères qui relèvent de l’idéologie, des formes d’action dans les communs ou encore d’une discipline somatique.

3Le consensus habitant l’historiographie sur les subjectivités LGBT+ en Espagne, qui orchestre un récit démocratique rédempteur, fait en effet l’impasse sur le devenir d’une génération née dans la deuxième moitié des années 1950, qui s’est considérée, selon la formule du poète Eduardo Haro Ibars, comme une génération « humanimal », mi-humaine, mi-animale, et qui disparaît massivement dans les années 1980 face à la pandémie du VIH. Elle est au bord de l’humain tel qu’il est défini de manière contingente par l’État et la communauté sociologiquement établie qu’il prend pour référence : les « classes moyennes » que Franco, dès le début des années 1960, s’était donné pour projet de faire advenir. Ces subjectivités juvéniles de la transition percevaient que les langages de la démocratie post-franquiste étaient rendus signifiants par une morale héritée de la dictature franquiste qui verrouillait les espaces d’énonciation qu’elles s’étaient donnés : non seulement ces langages construisent des pratiques genrées et sexuelles propres – des « poétiques » gay –, mais ils agrègent une communauté anthropologiquement en rupture avec celle qui construit sa démocratie représentative, dont les valeurs morales se sont constituées sous la dictature. L’enjeu de cette thèse est de montrer que l’alignement de l’Espagne sur les démocraties occidentales et la consécration sociologique du sujet par excellence du capitalisme de consommation, inscrit et hybridé dans une morale héritée du national-catholicisme franquiste, vont de pair avec une biopolitique âpre à l’encontre de cette génération qui se déclare par ailleurs elle-même « suicidaire » : elle subit la violence de l’État jusque dans les années 1980 – pour elle, le consensus démocratique qui regroupe franquistes réformateurs et les partis de l’anti-franquisme est une « barbarie institutionnalisée » en 1979 –, mais encore les institutions étatiques ne lui accorderont aucune protection. La logique immunitaire prévaut pourtant dans les sujets homonormatifs qui incarnent les luttes transnationales gay en construction et qui écriront une histoire autoréférentielle en Espagne, dont les associations sont légalisées à partir de 1981. Un partage des sujets s’opère, l’État « fait vivre » certains d’entre eux et « laisse mourir » les autres, selon la formule la plus crue de la biopolitique foucaldienne. Un tel récit n’est pas envisageable si l’on ne déconstruit pas les imaginaires de modernisation culturelle véhiculés par la Movida madrilène qui imprègne les interprétations queer, LGBT+ et au-delà sur ces objets.

4La chronologie retenue est définie par la promulgation de la Loi de dangerosité sociale en 1970 et par l’abrogation de l’article sur le « scandale public » du Code Pénal en 1988 et accompagne l’émergence d’un sujet politique majeur des imaginaires post-dictatoriaux et la disparition de cette génération. Par ailleurs, l’étude croisée d’une documentation juridique – les dossiers judiciaires ouverts pour homosexualité à partir de 1970 en Catalogne, le dernier étant fermé administrativement en 1989, ce fonds excluant toute procédure pour lesbianisme –, militante et de presse, fait alors émerger la perte d’espaces d’énonciation alors que se consolide l’ordre constitutionnel dès la fin des années 1970, qui s’accompagne d’une privatisation des sexualités, incarnée dans des manifestations très concrètes : violences policières, réclusion dans certains quartiers et certains commerces « gays », « réhabilitation » carcérale ayant pour vocation de faire taire les manifestations publiques des désirs non hétéronormés. Sexuel et social sont progressivement segmentés, alors que la génération « humanimal » et sa « politique absolue », les faisait tenir ensemble. Ces subjectivités dont les corps rendaient impossible cette segmentation sont vouées à suivre des trajectoires qui, dans les années 1980, engagent directement leur survie : ce sont les années mortifères de l’héroïne et du VIH. Perdu.es dans les années 1980, toxicomanes et prostitué.es, ceux/celles qui défirent le genre tel qu’il était moralement codifié, comme condition d’appartenance à la communauté identifiée aux langages de l’État, n’ont pas droit aux conquêtes des luttes qu’ils ont incarnées, la libre disposition du corps propre et des sexualités et l’invention d’horizons citoyens défaits de l’héritage moral franquiste. La relation schmittienne ami/ennemi que l’État rend effective par la loi, reconduite dans les conflits militants d’alors et dans l’historiographie, tient ces subjectivités hors de la politique, de la même manière que le sont celles qui ne s’identifieront pas aux politiques mémorielles mises en œuvre dès 1977 : en établissant ses contours politiques, une communauté démocratique moralisée advient qui refuse la politisation de certains objets au moment où l’Espagne embrasse la modernité européenne.

5Cette histoire discute donc la généalogie d’une démocratie sexuelle européenne tenue pour exemplaire, les logiques de reconnaissance qui structurent son récit et, par l’appréhension de poétiques sociologiquement positionnées, de manière dynamique et relationnelle – les langages des classes moyennes (post)franquistes, de l’État, et ceux de leurs autres –, prétend reconstruire des antagonismes qui ne sont pas réductibles à des conflits militants entre « réformateurs » issus de la politisation soixante-huitarde et « révolutionnaires » : ils sont une pierre de touche par laquelle une histoire queer peut contribuer à interpréter à nouveaux frais l’avènement de la formation sociale qui capitalise une mémoire épique des luttes sociales et sexuelles, la violence épistémique et biopolitique que ce processus a incarnée, à partir d’une histoire sociale des concepts fondateurs de l’ordre démocratique du temps présent espagnol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Brice Chamouleau, Genre et classe : poétiques gay dans l’espace public de l’Espagne post-franquiste (1970-1988) », Genre & Histoire [En ligne], 19 | Printemps 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2802

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page