Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Carola Togni, Le genre du chômage. Assurance chômage et division sexuée du travail en Suisse (1924-1982)

Lausanne, Éditions Antipodes, 2015, 371 p.
Sarah Kiani
Référence(s) :

Carola Togni, Le genre du chômage. Assurance chômage et division sexuée du travail en Suisse (1924-1982), Lausanne, Éditions Antipodes, 2015, 371 p.

Texte intégral

1Le livre de Carola Togni est le fruit d’une thèse de doctorat menée à l’université de Berne sous la direction de Brigitte Studer. Ce travail est une contribution importante à l’étude de « l’État social sous le regard du genre » (p. 13), à plus forte raison dans le contexte suisse où les études empiriques sur le sujet sont rares. Carola Togni comble donc d’importantes lacunes avec cet ouvrage qui constitue une analyse de l’histoire de l’assurance-chômage en Suisse du point de vue des rapports sociaux de sexe. Ce travail pose comme hypothèse centrale que l’assurance-chômage se construit historiquement en outil de gestion de la division sexuée du travail. Il établit comme hypothèses secondaires, d’une part, que ce rôle est renforcé en période de crises et de récession économique et, d’autre part, que le travail des militantes féministes permet la mise en place d’une critique des mécanismes d’exclusion de l’assurance et de sa participation au renforcement d’une conception du travail salarié féminin comme d’un non-droit, remis en cause au gré des changements socio-économiques. Sans adopter une perspective véritablement comparative mais en faisant régulièrement référence aux dispositifs d’autres pays, l’auteure évite l’écueil de présenter la Suisse comme un cas à part en démontrant que le chômage, comme outil de la division sexuée du travail, se retrouve dans d’autres contextes nationaux. Carola Togni structure son étude autour de cinq périodes de réformes de l’assurance significatives du point de vue du genre et applique un questionnement identique pour chacune de ces périodes, en s’intéressant aux critères d’accès à l’assurance, aux modalités d’indemnisation et à l’organisation des caisses de chômage.

2La première partie de l’ouvrage couvre la période allant de 1920 à 1928 et s’intéresse à la mise en place de la première législation fédérale d’assurance chômage de 1924, qui met en place un système de subventions publiques aux caisses de chômage existantes essentiellement gérées par les syndicats. L’assurance chômage, prise en charge par les organisations ouvrières mais régulée par la loi, a pour vocation de stabiliser le travail masculin. Les professions typiquement féminines et le travail domestique en sont exclus. Les seules femmes à bénéficier de l’assurance sont les ouvrières qualifiées. C’est donc la norme du travail masculin qui fonde cette première loi. Les débats démontrent une préoccupation des pouvoirs publics et des représentants ouvriers et patronaux d’assurer une « paix du foyer » au même titre qu’une paix du travail, et de conserver les rôles de genre traditionnels. Les féministes de l’Alliance des sociétés féminines suisses (ASF), fondée en 1900 et du mouvement ouvrier se mobilisent contre les attaques qui ciblent le travail des femmes et en particulier celui des ouvrières dans les périodes de chômage accru.

3La deuxième partie de l’ouvrage traite de la période de crise économique entre 1929 et 1938. L’importance du chômage fait craindre pour l’emploi masculin et le maintien des normes de genre : la main-d’œuvre étrangère est limitée et le travail des femmes contesté. Non seulement le mouvement des femmes ne se mobilise pas contre cette exclusion de la main-d’œuvre étrangère, mais il la soutient dans son ensemble. Le chômage protège en priorité les hommes suisses mariés et en particulier lorsqu’ils ont une famille à charge. Il s’agit ainsi non seulement de garantir la norme du travail salarié masculin, mais aussi le rôle masculin de « chef de famille ». À l’inverse, pour une femme, le fait d’être mariée réduit le droit aux prestations de chômage et dès 1934, des mesures pour diminuer le droit des femmes mariées aux prestations de chômage sont mises en place. Les politiques d’occupation introduites dans les années 1930, œuvres privées souvent organisées par des femmes proposant des activités comme des ateliers de couture, sont le miroir de la volonté de préserver la moralité des chômeuses en matière sexuelle et familiale.

4La troisième partie de l’ouvrage traite d’une période de chômage peu élevé, marquée par la Seconde Guerre Mondiale (de 1929 à 1938), et qui voit dès 1942 l’exclusion des femmes mariées des caisses d’assurance chômage. On assiste durant la guerre à une volonté politique de renforcement du système de genre et de protection de l’emploi masculin. Les femmes, comme dans d’autres contextes nationaux, occupent les emplois masculins et participent à l’économie de guerre. Les mesures mises en place cherchent à limiter dans le temps l’engagement supplémentaire des femmes et à faciliter leur licenciement. La guerre et les transformations de l’assurance chômage participent ainsi d’une précarisation de l’emploi féminin. Si les militantes de l’ASF et les femmes socialistes se mobilisent pour le droit au travail des femmes, elles ne contestent pas ouvertement la priorité accordée au travail masculin durant le conflit ni le traitement différencié des femmes et des hommes en matière de travail salarié. Ainsi, les militantes socialistes et de l’ASF soutiennent le rapport Beveridge qui indemnise moins les chômeuses que les chômeurs, tout en leur octroyant des protections en cas de veuvage et de maternité.

5La quatrième partie de l’ouvrage traite de la longue période entre 1951 et 1974. La suppression des mesures les plus discriminantes à l’égard des femmes mariées en raison de la montée d’un discours égalitaire transnational, avec la nouvelle loi pour l’assurance chômage de 1951 et une précarisation de l’emploi féminin sous la forme du développement du temps partiel, sont au centre de l’analyse. Le temps partiel s’impose comme norme de travail féminin qui permettrait aux femmes de « concilier » vie familiale et vie professionnelle. Les périodes d’interruption de travail constituent un motif d’exclusion de l’assurance alors que, dans le même temps, la pression sociale exercée sur les femmes pour que celles-ci diminuent ou interrompent leurs activités salariées au profit de leur rôle de mère s’accentue. Les migrantes et les migrants restent peu protégés en cas de chômage. Les « Trente glorieuses » et l’idée de « plein-emploi » peuvent ainsi être reconsidérés à la lumière d’une analyse de genre de l’assurance chômage.

6Enfin, la dernière partie traite de l’introduction d’une assurance obligatoire mise en place en raison de la crise économique du milieu des années 1970 et s’étale de 1975 à 1982. L’auteure souligne des points de convergence entre les féministes des années 1970 et les féministes de l’ASF ou d’autres structures « traditionnelles », rompant ainsi partiellement avec une tradition historiographique qui souligne les points de divergence plutôt que de convergences entre les féministes des deux générations. La question du travail domestique prise en charge par les MLF rencontre notamment un véritable écho hors de leurs cercles. Cette période voit l’émergence de la problématique de la prise en compte du travail domestique au sein de l’assurance chômage. Si ces revendications ne sont pas entendues par les autorités, la loi de 1982 améliore la protection des femmes salariées. Ainsi, la Suisse fait partie des premiers pays qui adoptent des réformes visant une égalité dans l’assurance et participent à redéfinir un modèle familial dans lequel les deux conjoints travaillent. La crise des années 1970 et la nouvelle loi contribuent toutefois à promouvoir une norme d’emploi féminin discontinu et à temps partiel.

7L’ouvrage de Carola Togni, en documentant et en analysant rigoureusement les transformations de l’assurance chômage entre 1924 et 1982, montre comment celle-ci participe au maintien du système de genre tout en créant des normes d’emploi féminin qui le précarise. L’histoire de l’assurance reflète les conceptions des autorités suisses et des différentes actrices et acteurs concernant le (non) droit au travail des femmes, dont les modalités sont changeantes mais contribuent à maintenir les femmes dans une exclusion entière ou partielle de l’accès à l’emploi et du droit aux prestations, au gré des crises que traverse le pays. Cette contribution importante à l’histoire de l’État social en Suisse sous l’angle du genre a de remarquable sa rigoureuse sensibilité aux différences de statuts et de conditions des femmes et au traitement différencié de ces catégories par l’assurance : les migrantes, les mères, les femmes qui occupent des emplois dévalorisés, les femmes mariées ou célibataires sont traitées de manière dissemblable et hiérarchisée par l’État social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Kiani, « Carola Togni, Le genre du chômage. Assurance chômage et division sexuée du travail en Suisse (1924-1982) », Genre & Histoire [En ligne], 19 | Printemps 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2771

Haut de page

Auteur

Sarah Kiani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page