Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Irène Théry, Mariage et filiation pour tous. Une métamorphose inachevée

Paris, Seuil, 2016, 123 p.
Agnès Walch
Référence(s) :

Irène Théry, Mariage et filiation pour tous. Une métamorphose inachevée, Paris, Seuil, 2016, 123 p.

Texte intégral

1Sociologue et directrice d’études à l’EHESS, Irène Théry propose un court essai sur les conséquences de la loi du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de même sexe. Elle défend une thèse séduisante sur la conjonction entre démocratie et changement dans la filiation. Elle ne s’en tient pas à ce constat lucide mais plaide pour une réforme du droit de la famille qui impliquerait ce qu’elle appelle « la filiation pour tous ».

2Le chapitre introductif, « La grande bataille du mariage pour tous », rappelle en quelques pages que les opposants à la loi Taubira, principalement les représentants des religions, ont attaqué la loi en prétendant qu’elle allait semer la confusion parce qu’elle introduisait une indifférenciation des sexes. Elle explique que ses interventions ont été pour rappeler que la loi ajoute plus qu’elle n’enlève quoi que ce soit à l’institution du mariage. Pour elle, les opposants diabolisent une théorie qui n’existe pas, même chez les universitaires américaines, et qui serait la théorie du genre. Il existe certes des études de genre, qui sont nées avec les mouvements féministes occupés à promouvoir l’égalité sexuelle, mais ces études n’ont jamais débouché sur une théorie particulière.

3Le premier chapitre (« Genre : pour une approche relationnelle ») tente de remettre en perspective ce qu’est réellement le genre, non pas une manière d’analyser la société comme un conditionnement culturel, mais une façon de reconnaître la pluralité des formes de distinction masculin/féminin. Publié en 1988, l’ouvrage de Marilyn Strathern, The Gender of the Gift, est pionnier de ce point de vue, car il montre que la coupure entre culture et nature n’a aucun sens dans les sociétés des Hautes-Terres de Nouvelle-Guinée. Dans ces cultures « socio-cosmique », il n’existe pas de sexe social car les personnes n’ont d’identité que par leurs relations. Aussi, penser le genre sous une forme relationnelle permet de se dégager de la sacro-sainte différence des sexes chère à l’Occident.

4Le second chapitre (« Égalité de sexe et métamorphose du mariage ») est fondé sur le postulat que notre société démocratique remet en cause le partage hiérarchique entre un monde masculin et un monde féminin auquel se substituerait un monde de mixité. Le changement est déjà celui qui conduit à faire des relations dans le couple le nœud du mariage et non plus la paternité. Les transformations contemporaines font du couple un lieu de quête de soi et de conversation égalitaire. Le principe d’indissolubilité se déplace du mariage à la filiation. Cette évolution se traduit par un progressif alignement des enfants nés dans ou hors mariage, des enfants de couples unis ou de couple divorcés. De ce fait, le mariage est devenu l’institutionnalisation d’un lien de couple et la présomption de paternité est devenue une présomption de procréation.

5Dans le troisième chapitre (« Procréation, engendrement et filiation pour tous»), Irène Théry montre que si l’homosexualité a été effacée de la liste des pathologies par l’OMS en 1972, l’homoparentalité continue d’être considérée comme problématique au nom d’une nécessaire complémentarité des sexes dans la procréation. La difficulté est de concilier deux tendances opposées, la « biologisation » de la filiation imposée par le triomphe de la technique et la preuve ADN de la paternité d’une part, la « mentalisation » de la filiation imposée aussi par le triomphe de la technique qui permet de fabriquer un enfant en laboratoire et à la demande. La sociologue montre qu’il est vain d’opposer la filiation charnelle à la filiation élective, car si l’on suit les travaux de l’anthropologue Maurice Godelier, nulle part sur la planète un homme et une femme ne suffisent à faire un enfant. C’est dire que la « dimension spirituelle » de la procréation l’emporte, qui permet de faire la différence entre « géniteur » et « parent ». Ainsi, le droit de l’adoption a, ces dernières décennies, évolué dans le sens d’un droit imprescriptible de la révélation des origines, sans qu’aucune ambiguïté entre parent et géniteur n’ait été introduite dans l’esprit des adoptés. Pourquoi n’en serait-il pas de même pour les couples homosexuels ? Il est donc nécessaire d’évacuer les fantasmes et les angoisses irrationnelles encore liées à l’homoparentalité. Contrairement à ce que prétendent les opposants à la PMA, les enfants ne s’imaginent pas nés de deux hommes ou de deux femmes. Contrairement à ce que prétendent certaines féministes, comme la philosophe Sylviane Agacinski, il est possible de créer des conditions de gestation pour autrui éthiques. Rien ne s’oppose donc à l’adaptation de l’état-civil et du droit des personnes à ces changements majeurs dans une réforme « ambitieuse » du droit de la famille qui permettrait, enfin, « la filiation pour tous ».

6On comprend qu’il s’agit d’un essai militant, dans le droit fil des prises de position de l’auteure visant à la reconnaissance des couples homosexuels. De ce fait, il ne s’agit pas d’une étude scientifique mais d’un catalogue d’arguments plaidant en faveur d’un changement radical du droit des personnes, sans que la démonstration de la preuve ne soit faite. C’est sans doute la limite de l’ouvrage que de diminuer sa portée en escamotant la démonstration, car si sa nouvelle approche du genre permet de mieux comprendre où se situent les blocages dans la reconnaissance des couples homosexuels, le principe d’une GPA responsable n’est-il pas une pétition de principe ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Walch, « Irène Théry, Mariage et filiation pour tous. Une métamorphose inachevée », Genre & Histoire [En ligne], 19 | Printemps 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2766

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page