Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Laura Graziani Secchieri (dir.), Vicino al focolare e oltre ; spazi pubblici e privati, fisici e virtuali della donna ebrea in Italia (secc. XV-XX)

Florence, Giuntina, 2015, 413 p.
Gérard Delille
Référence(s) :

Laura Graziani Secchieri (dir.), Vicino al focolare e oltre ; spazi pubblici e privati, fisici e virtuali della donna ebrea in Italia (secc. XV-XX), Florence, Giuntina, 2015, 413 p.

Texte intégral

  • 1 Voir également, sur M. Luzzati, le volume d’hommage qui lui a été récemment consacré : Anna Maria P (...)
  • 2 Michele Luzzati, Cristina Galasso (dir.), Donne nella storia degli ebrei d’Italia : atti del IX con (...)

1L’ouvrage rassemble les contributions et discussions présentées lors du colloque qui s’est tenu à Ferrare en novembre 2014, quelques mois après le décès de Michele Luzzati dont il faut rappeler ici, comme le font de nombreux intervenants, l’apport essentiel, à la fois philologique, méthodologique et problématique, sur le thème de la famille et de la place des femmes dans les communautés juives italiennes de la fin du Moyen Âge à nos jours1. En 2005, un colloque novateur sur les femmes dans l’histoire des juifs d’Italie avait ouvert la voie2 ; la rencontre récente (3 mai 2017) à l’EHESS-Paris sur « Judaïsme : genre et religion » confirme l’intérêt pour un thème qui, en réalité, déborde largement le monde juif et ouvre des perspectives de comparaisons passionnantes avec les situations rencontrées dans le monde chrétien occidental et au-delà.

  • 3 Pier Cesare Ioly Zorattini (dir.), Percorsi di storia ebraica : fonti per la storia degli ebrei in (...)
  • 4 Dans le cadre italien, outre les travaux de M. Luzzati, rappelons les publications de documents con (...)

2Les communications abordent, de manière le plus souvent entremêlée, le problème de la situation et du rôle des femmes à différents niveaux : celui de la vie quotidienne et de la biographie (rapports conjugaux, comportements vestimentaires y compris dans ses transcriptions artistiques, « métiers », engagement politique ou scientifique de femmes juives aux XIXe et XXe siècles…), celui des relations économiques et de la circulation des biens (héritages, dots, participation à la direction de compagnies commerciales ou financières…), celui enfin des structures de la parenté et de l’alliance (matrilinéarité, figures d’échanges matrimoniaux, appartenance religieuse des époux…). En-deçà, se pose la question des sources, parfois dispersées et pauvres, souvent difficiles à repérer3 ; c’est le cas des actes notariés, d’exploitation parfois difficile mais qui s’avèrent extrêmement riches. Souvent sollicitée4, cette source permet, lorsque l’on peut procéder à des dépouillements systématiques sur de longues périodes, de croiser et d’accumuler les données et de reconstituer des réseaux de relations denses et précis. L’ouvrage nous donne des exemples convaincants et brillants de cette utilisation des minutes notariales.

3Les différentes interventions s’avèrent particulièrement intéressantes dans la description et l’interprétation de comportements récurrents qui ressortent des règles de la ou des communautés ou, inversement, de situations particulières qui découlent de la manipulation ou de la ductilité du système. Nous ne pouvons ici entrer dans le détail de toutes ces pratiques et nous nous contenterons d’en illustrer une, celle liée à l’usage du jus gazagà, un droit de jouissance perpétuelle, à loyer fixe (très semblable à une emphytéose), accordé aux juifs confinés dans le ghetto, souvent dans des immeubles appartenant à des chrétiens. Celui-ci entra très tôt dans la composition de la dot des filles qui se trouvèrent ainsi, en tant qu’épouses ou veuves, à jouer un rôle central dans le marché immobilier et, par là, dans certains conflits internes au groupe ou dans ses relations avec les autorités communales ou centrales. Si le jus gazagà finit par se transmettre le plus souvent en ligne strictement matrilinéaire, il devint aussi totalement commercialisable ; les pratiques pouvaient varier en fonction de l’importance numérique des communautés et de la réalité effective du renfermement dans le ghetto.

4Enfin, le volume – et c’est sans doute là son apport le plus novateur – permet des comparaisons intéressantes entre les comportements relevés dans les différentes communautés juives (« Italiens », ashkénazes, séfarades) mais aussi avec ceux de la société chrétienne occidentale environnante. A. Veronese montre la forte propension à l’isolement de chaque groupe : les ashkénazes tendent à rejeter les séfarades ou les « Italiens » qui le leur rendent bien. Plus que les différences réelles et bien connues concernant par exemple la polygamie (interdite chez les ashkénazes) ou l’endogamie matrimoniale (généralement plus marquée chez les séfarades), c’est la particularité du monde juif romain étudié par A. Esposito et M. Gasperoni qui ressort ici avec évidence. L’ancienneté de son implantation – elle remonte à l’Antiquité – et de son héritage culturel mais aussi le fait qu’il n’est pas inséré dans une diaspora méditerranéenne ou nord-européenne vaste et mobile, explique sans doute cette situation. Le ghetto romain apparaît amplement replié sur lui-même : les pactes dotaux stipulés devant notaire montrent qu’à Rome, 97,7 % des mariages sont endogames (époux et épouse de Rome) alors qu’à Pesaro cette proportion n’atteint que 60,5 %. Sans remettre en cause les notions même de transmission testamentaire, d’apport dotal, de droit des femmes, les « Allemands » en font un usage différent des juifs romains ou des séfarades. À Livourne, le premier mariage « mixte » entre juifs d’appartenance culturelle et linguistique diverse sera célébré après un siècle de vie voisine mais séparée.

5Si on considère maintenant la contrepartie chrétienne, on constate que certains rites comme le mariage en deux temps (ou trois si on inclut la transductio de l’épouse dans la maison de son mari), apparaissent très proches des rituels juifs, tout comme de nombreux aspects de la circulation des biens (la dot, le rôle des femmes dans la transmission héréditaire…), les juifs étant d’ailleurs tenus de respecter, dans ce domaine, les lois civiles générales. Dans un essai important, particulièrement fouillé, assis sur un corpus de données considérable, M. Gasperoni montre combien la dot, chez les juifs des Marches, à l’instar de ceux de Turin – mais à la différence, là encore de ceux de Rome –, apparaît généralement plus élevée que celle octroyée, à niveau social équivalent, dans les familles chrétiennes. Les causes de ce phénomène relèvent de mécanismes complexes ; la mobilité ou la porosité sociale qui se construit souvent autour des familles de prêteurs-banquiers, semble avoir été plus développée dans le monde juif. Surtout, la dot, du fait de son caractère théoriquement inaliénable et insaisissable, apparaît comme un élément de garantie, une ancre de survie contre les persécutions et les confiscations. La dot s’affirme aussi comme un sujet fondamental dans la constitution de sociétés commerciales ou financières souvent éphémères mais toujours recommencées. Les femmes jouent donc un rôle fondamental de courroie de transmission des biens à l’intérieur et entre les familles juives, rôle apparemment plus important que celui constaté dans les familles chrétiennes. À ce niveau, de nombreuses variantes doivent être prises en considération, en particulier celle des circuits de l’alliance que M. Gasperoni dégage et précise avec beaucoup de finesse. Certains échanges ou bouclages apparaissent très semblables à ceux que l’on rencontre, au même moment, dans les familles chrétiennes : ainsi, au XVIe-début XVIIe siècle, deux sœurs et un frère Beeri épousent un frère, une sœur et un neveu Cagli. Les circuits, comme dans la société chrétienne, se construisent en suivant des voies aussi bien masculines que féminines. Le parallélisme, toutefois, s’arrête là ; globalement, les généalogies juives décrivent des bouclages endogames récurrents dans des parentés très proches (cousins germains ou issus de germains, voir la fig. 1 sur le réseau serré d’alliances entre familles d’Urbino et de Saint-Marin). Cette endogamie trouve, par ailleurs, un pendant exogame dans les mariages « lointains » qui ouvrent plus ou moins régulièrement le système et s’avèrent un instrument de contrôle fondamental du territoire. Sans entrer dans une analyse minutieuse de tous les échanges, de la présence de relations telles que le sororat, le lévirat, l’alliance oncle-nièce ou encore de pratiques telles que le divorce ou la polygamie (interdites dans le monde chrétien), on peut conclure que l’ensemble de ces comportements restent, au moins jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, très éloignés de ceux du monde chrétien. Ce qui, à notre avis, amène à formuler d’une manière plus générale le problème de la fonction de transmission patrimoniale assumée par les femmes. Le rôle de ces dernières apparaît notable dans les familles juives mais reste enfermé dans des circuits d’échanges « courts » eux-mêmes tempérés par une relative mobilité sociale Dans les familles chrétiennes, les filles uniques héritières sont sans doute aussi nombreuses que dans le monde juif mais leur patrimoine est moins fréquemment récupéré dans les parentés proches ; les apports dotaux sont moins importants mais aussi moins essentiels, moins vitaux dans les processus de fixation et transmission des propriétés et ils sont souvent les premiers à être vendus par la femme ou ses héritiers. Une des question fondamentales qui se pose alors nous semble la suivante : dans quelle mesure les biens d’origine féminine (dot et héritage) alimentent-ils un marché libre des contraintes de parenté et d’alliance, auquel peuvent venir s’abreuver anciens ou nouveaux riches en quête, par cette autre voie, d’affirmation ou de confirmation sociale ?

Haut de page

Notes

1 Voir également, sur M. Luzzati, le volume d’hommage qui lui a été récemment consacré : Anna Maria Pult Quaglia et Alessandra Veronese (dir.), « Diversi angoli di visuale » fra storia medievale e storia degli ebrei. In ricordo di Michele Luzzati. Atti del convegno, Pisa 1-3 febbraio 2016, Pise, Pacini, 2016.

2 Michele Luzzati, Cristina Galasso (dir.), Donne nella storia degli ebrei d’Italia : atti del IX convegno internazionale “Italia judaica” Lucca, 6-9 guigno 2005, Florence, Giuntina, 2007.

3 Pier Cesare Ioly Zorattini (dir.), Percorsi di storia ebraica : fonti per la storia degli ebrei in Italia nell’età moderna e contemporanea. Ottavo centenario della morte di Maimonide : atti del 18 Convegno internazionale. Cividale del Friuli, 7/9 settembre 2004, Udine, Forum, 2005.

4 Dans le cadre italien, outre les travaux de M. Luzzati, rappelons les publications de documents concernant différentes régions italiennes, en particulier la Sicile et Milan (Shlomo Simonsohn, The Jews in Sicily, Leiden, Brill, 2002-2010, 8 et 10 vol. ; id., The Jews in the duchy of Milan, Leiden, Brill, 1982-1986, 4 vol.), le Piémont (Renata Segre, The Jews in Piedmont, Jérusalem, The Israel academy of sciences and humanities, 1986-1990), Rome (Kenneth R. Stow, The Jews in Rome, Leiden, Brill, 1995-1997, 2 vol. ) et l’Ombrie (Ariel Toaff, The Jews in Umbria, Leiden, Brill, 1993-1994, 3 vol. ).

Une mise au point récente sur l’histoire des juifs dans Italie moderne dans Marina Caffiero, Storia degli ebrei nell’Italia moderna : dal Rinascimento alla Restaurazione, Rome, Carocci, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Delille, « Laura Graziani Secchieri (dir.), Vicino al focolare e oltre ; spazi pubblici e privati, fisici e virtuali della donna ebrea in Italia (secc. XV-XX) », Genre & Histoire [En ligne], 19 | Printemps 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2757

Haut de page

Auteur

Gérard Delille

CNRS/EHESS-Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page