Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Delphine Gardey, Le Linge du Palais-Bourbon. Corps, matérialité et genre du politique à l’ère démocratique

Lormont, Le Bord de l’eau, 2015, 259 p.
Nataliya Borys
Bibliographical reference

Delphine Gardey, Le Linge du Palais-Bourbon. Corps, matérialité et genre du politique à l’ère démocratique, Lormont, Le Bord de l’eau, 2015, 259 pages

Full text

1Du linge, il est question de « prendre prétexte pour enquêter sur l’Assemblée nationale, cette institution essentielle à l’histoire contemporaine de la démocratie en France » (p. 9). Derrière une métaphore du linge, Delphine Gardey, historienne et sociologue française, analyse les formes de parenté au travers de la « culture du trousseau » en utilisant le linge comme un indice et une trame dans son livre. Elle nous raconte une histoire complexe de l’Assemblée nationale, qui mêle histoire politique, institutionnelle, culturelle, histoire du genre et des sociétés, et encore travail dans les archives. Dans cet ouvrage, on retrouve les références et les inspirations de l’historienne : Alain Corbin, Bruno Latour, Michelle Perrot ou Donna Haraway, mais aussi son intérêt pour « la théorie de la connaissance située », l’histoire de la sténographie, l’histoire des sciences et des techniques, le travail et le genre, le féminisme et bien d’autres sujets.

2Delphine Gardey nous fait découvrir cette institution parlementaire, étudiée entre le XVIIIe siècle et les années 1940 à partir des éléments hétérogènes (règles, textes, bâtiments, mobiliers, personnels, métiers, cérémonies, valeurs) qui la constituent. Elle appelle ainsi à réfléchir aux conditions matérielles, sociales et de genre qu’il est nécessaire de mettre en œuvre « pour faire vivre une institution aussi abstraite qu’une chambre souveraine, représentative et délibérative » (p. 12). La blancheur du drap disant la pureté ou la souillure, le linge deviennent ainsi témoin de transmission et de continuité (p. 11). Comment « fabriquer » une assemblée et assurer sa pérennité ? Est-ce que la République a un corps ? Que dire et que faire des rites et cérémonies républicaines ? L’historienne s’intéresse aussi à la place des femmes au sein de cette institution : des dames assistent-elles aux travaux de la Chambre ? Sont-elles admises dans le public ? Que penser de la police des familles qui règle la vie du palais aux XIXe et XXe siècles ? (p. 15)

3Afin de répondre à ces questions, l’auteure nous plonge dans les archives administratives de l’Assemblée nationale. Difficile pourtant d’imaginer que tout n’ait déjà été dit de cette institution. Delphine Gardey réussit pourtant à raconter une nouvelle histoire de cette institution déjà tellement étudiée. Toutefois, elle n’a pas seulement dépouillé les archives mais aussi suivi l’activité des rédacteurs des débats. En abordant les techniques et les gestes ordinaires, donc l’activité et les savoirs professionnels, elle donne un corps à ces « êtres sans corps » (p. 20).

4L’histoire (chapitre I) démarre dans la salle des séances ou hémicycle, qui est le lieu le plus connu du public. C’est le cœur du dispositif parlementaire : emblématique et patrimonial, il est un lieu d’histoire et de mémoire (p. 25) mais aussi un territoire « clos » et strictement masculin (p. 39). Les chapitres II et III s’attachent essentiellement à la question de l’espace et du territoire. En partant du « nomadisme royal » des rois de France, Delphine Gardey raconte l’histoire du palais Bourbon jusqu’aux années 1970 en insistant sur le désir des administrateurs de fabriquer une continuité, de penser et faire vivre la Chambre comme une entité administrée, indépendante des troubles politiques (p. 50). Dans un contexte de forte discontinuité historique, il était d’importance de garder des archives, considérées comme un « territoire utopique incarnant la continuité de l’institution parlementaire » (p. 63). Centrée plus spécifiquement sur les questions de population et de santé, le chapitre III s’intéresse à la police sanitaire de la population qui vit au palais et à l’obsession hygiéniste et mécaniciste qui entoure la salle des séances (p. 23).

5L’objet du chapitre IV est d’envisager de façon large la question de l’ordre qui procède de l’Assemblée tandis que le chapitre V s’intéresse à la généalogie et à la fabrique de l’administration des assemblées parlementaires. Le chapitre VI rend compte de l’économie domestique qui règne à Chambre et de la façon dont elle soutient et définit la nature de l’institution. Enfin, le dernier chapitre aborde la représentation des femmes au cœur de l’institution, ou plutôt décrit l’histoire singulière d’un territoire durablement vierge de toute présence féminine, les étapes de la féminisation du personnel des Chambres, l’interdiction de l’hémicycle, la culture masculine de l’Assemblée et les rapports de genre « traditionnels » qui y prévalent (p. 24).

6Et le genre et les femmes dans tout ça ? Dans ce nouveau « théâtre de genre », comme Delphine Gardey nomme l’Assemblée, l’économie des rôles est clairement distribuée : les dames sont au balcon, parmi le public, tandis que la scène de l’action, la parole et la discussion, le monde des idées sont des attributs masculins. L’ensemble du territoire du palais Bourbon a également été progressivement défini comme un espace masculin imperméable à toute pénétration féminine. Les premières femmes députées font une apparition modeste dans l’hémicycle en 1945, et il faut un procès en 1972 pour que soient titularisées les premières femmes sténographes des débats tandis que les premières femmes huissiers font apparition au début des années 1990 (p. 243).

7Delphine Gardey nous livre un récit passionnant et instructif sur l’une des plus anciennes institutions démocratiques en Europe. En combinant les approches et les points de vue, cette synthèse fouillée, confortée par l’image puissante de « parlement gonflable » et la métaphore du « linge », suggère la nécessite de revisiter dans une perspective de genre l’histoire de l’Assemblée nationale, cette « institution qui joue un rôle déterminant dans la définition de la démocratie et de l’espace public » (p. 20). De surcroît, les institutions républicaines françaises ont été productrices et à la fois garantes d’un arrangement social et de genre durable : l’exclusion des femmes s’est maintenue et se maintient dans le tissu même des institutions démocratiques, de ce qui fait leur trame et leur solidité. Les derniers exemples, dont l’incident de la robe à fleurs de Cécile Duflot en 2012, le « poulegate » et l’incident du soutien-gorge de Najat Vallaud-Belkacem témoignent que nous n’en avons pas fini avec la question du « corps » de la représentation et des limites de l’universalité républicaine dans un contexte parlementaire, et qu’il y a encore bien des pistes à explorer. Incontestablement, on peut compter sur Delphine Gardey pour poursuivre la réflexion.

Top of page

References

Electronic reference

Nataliya Borys, « Delphine Gardey, Le Linge du Palais-Bourbon. Corps, matérialité et genre du politique à l’ère démocratique », Genre & Histoire [Online], 19 | Printemps 2017, Online since 01 July 2017, connection on 21 September 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2755

Top of page

About the author

Nataliya Borys

By this author

Top of page