Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Emmanuelle Berthiaud, Le Rose et le Bleu. La fabrique du féminin et du masculin

Paris, Belin, 2016, 380 p.
Nathalie Sage Pranchère
Référence(s) :

Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Emmanuelle Berthiaud, Le Rose et le Bleu. La fabrique du féminin et du masculin, Paris, Belin, 2016, 380 p.

Texte intégral

1Événement minuscule mais révélateur, les cartables roses et bleus offerts aux écolières et aux écoliers par une municipalité francilienne à la rentrée 2014 forment le point de départ d’une vaste synthèse sur l’histoire de la co-construction complexe des catégories que sont le féminin et le masculin. Parce que le rose et le bleu semblent encore des évidences, ils méritaient d’être interrogés pour ce qu’ils recouvrent. Les historiennes embrassent dans cet ouvrage ambitieux le temps long des époques moderne et contemporaine (tout en n’hésitant pas à remonter à leurs racines médiévales et antiques) pour éclairer, bien au-delà des couleurs « symboliques », les processus de définition de l’appartenance sexuée dans la multiplicité de ses dimensions. Constituée de cinq chapitres aux thématiques largement tracées (définition bio-théologico-médicale de l’appartenance sexuée ; théories et pratiques éducatives ; statut et rôle social, etc.), cette synthèse s’empare avec souplesse des questionnements soulevés par l’historiographie des femmes et du genre depuis une trentaine d’années, questionnements qu’elle restitue avec clarté et finesse. L’approche choisie élargit le regard de la France à l’Europe occidentale et puise ses références à une bibliographie récente et variée, au croisement de l’histoire et de l’anthropologie.

2La fabrique du féminin et du masculin travaille à équilibrer le regard sur les deux sexes et à penser l’interaction des deux dans leurs définitions respectives. L’attention particulière portée au corps est à ce titre révélatrice de la complémentarité des constructions de genre. Les auteures reviennent ainsi sur les descriptions comparées des corps féminin et masculin élaborées dans l’Antiquité et renouvelées aux époques moderne et contemporaine. Elles soulignent le principe binaire fondamental à l’œuvre dans la définition respective des hommes et des femmes : opposition de tempérament (sec/humide, chaud/froid), de taille, de vivacité… Ce principe binaire est lui-même connoté : à l’homme, le positif, dans la continuité d’une nature masculine envisagée comme parfaite ; à la femme, le négatif, l’incomplétude et l’instabilité. Descriptions et définitions ne sont cependant pas atemporelles et les auteures montrent comment les XVIIIe et XIXe siècles constituent pour les deux sexes un temps d’assignation croissante aux impératifs de genre. La valorisation de la virilité s’accentue ainsi jusqu’à produire une focalisation sur l’organe viril et les émissions spermatiques dont les corollaires se déploient dans la crainte récurrente de l’impuissance et la dénonciation pour des motifs religieux et médicaux de l’onanisme. Parallèlement, l’exaltation de la maternité au XVIIIe siècle est contemporaine d’une pathologisation croissante du corps féminin dans ses fonctions reproductrices, de la puberté à la ménopause. Le besoin de sexuer biologiquement le corps se lit toujours aux XIXe et XXe siècles dans les recherches autour de la définition hormonale et génétique du féminin et du masculin, et jusque dans l’étude du cerveau, les présupposés de recherche se heurtant dans chaque cas à la fluidité du biologique qui s’inscrit dans un continuum plutôt que dans une bipartition stricte.

3L’ouvrage saisit la construction historique du genre dans ses ancrages théoriques tout autant que dans ses représentations et ses pratiques et c’est une de ses qualités que d’aller à la rencontre des disciplines voisines (histoire de l’art, sociologie, anthropologie, psychanalyse, médecine) pour éclairer les évolutions dans le temps long. Le chapitre intitulé « À chacun son apparence » retrace les choix de représentations du masculin et du féminin, leur rapport aux idéaux de beauté et les limites de l’acceptabilité de leur représentation. Il rappelle ainsi combien le corps masculin constitue le corps anatomique de référence aux XVIe et XVIIe siècles, des gravures d’ouvrages médicaux aux dessins d’artistes. Ce corps masculin est toutefois un corps d’athlète, de héros, dont la caractéristique principale réside dans la force, ce qui rend le nu masculin acceptable, particulièrement lorsque le courant néo-classique le met à l’honneur dans les décors à l’antique à la fin du XVIIIe siècle. À l’opposé, le corps féminin est associé à partir du XVIe siècle à l’idéal de la beauté, toujours tiraillée entre sensualité tentatrice (venustas) et pureté des représentations mariales. Féminin et masculin semblent en partie se rejoindre dans la représentation de la vieillesse ; mais le vieillard bénéficie d’une valorisation croissante de sa sagesse supposée quand la vieille femme est virilisée jusqu’au ridicule dans certaines œuvres (Quentin Massys, Goya), comme pour symboliser la perte de sa capacité reproductive.

4Ce corps représenté est aussi un corps vêtu et contraint. Les auteures rappellent à cet égard que jusqu’au XVIIIe siècle, la ligne de partage s’opère plus fortement entre l’aristocratie et le reste de la société qu’entre hommes et femmes. Si les vêtements sont clairement sexués, marqués par un alourdissement et un raidissement croissant des tenues féminines au XVIe siècle tandis que la tenue masculine se raccourcit pour mettre en valeur les jambes, l’ostentation, le recours aux fards et à la parure restent largement partagés. La fin du XVIIIe siècle correspond de ce point de vue à une renonciation masculine aux fantaisies du costume (couleurs, matières) pour inaugurer le temps des « hommes en noir », véritable marqueur politique et social, qui accentue par contraste le dimorphisme sexuel alors que les tenues féminines d’extérieur se font plus ostentatoires. La mode apparaît comme un bon baromètre des rapports entre les sexes et de l’acceptabilité d’un certain flou dans le genre. Le port féminin du pantalon (interdit à Paris sous le Consulat) apparaît ainsi au XIXe et dans la première moitié du XXe siècle comme un point de crispation, rappelant l’interdit du travestissement et les craintes qui y sont associées à l’époque moderne et posant la question du degré de liberté accordé au corps féminin. Au-delà, la construction du féminin et du masculin se fait aussi dans l’enfance et plus particulièrement à partir du second XIXe siècle dès la petite enfance avec l’émergence de costumes genrés (costume marin inspiré de la Royal Navy pour les garçons) et l’abandon de la robe comme vêtement unisexe du petit enfant après la Première Guerre mondiale. Suivant l’évolution jusqu’à nos jours, les auteures évoquent ainsi les phénomènes de projection des critères du féminin adulte sur l’enfant fille à travers la sexualisation précoce des tenues (vêtements, chaussures, maquillage).

5Ce ne sont là que quelques extraits du vaste panorama que propose l’ouvrage de Scarlett Beauvalet-Boutouyrie et Emmanuelle Berthiaud. Son objet même – réunir pour les mettre à disposition d’un public curieux trente ans de recherche sur les limites et les empiétements du féminin et du masculin – rend cette synthèse rétive à l’exercice du résumé. Le Rose et le Bleu renoue les fils foisonnants et parfois épars des publications spécialisés ; il ne s’y substitue pas mais les met en valeur en les faisant se rencontrer dans l’arène accueillante d’une synthèse efficace et bien écrite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Sage Pranchère, « Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Emmanuelle Berthiaud, Le Rose et le Bleu. La fabrique du féminin et du masculin », Genre & Histoire [En ligne], 19 | Printemps 2017, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2751

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page