Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Masters candidats aux prix Mnémosyne

Plan

Haut de page

Texte intégral

Préhistoire

Coraline Rabiller, « Une préhistoire des femmes est-elle possible ? De l’usage de l’outil analytique "genre" dans l’étude archéologique des sociétés sans texte : épistémologie d’une (ré)conciliation », mémoire de master 2 Genre, politique et sexualité, dir. Philippe Boissinot, EHESS, juin 2016.

1Cette phrase de Françoise Héritier interpelle : la bicatégorisation hiérarchisée des sexes serait universelle, présente ainsi dans toutes les sociétés, à toutes les époques. En somme, la domination masculine serait répandue dans toutes les sociétés contemporaines et trouverait ses origines dans le plus ancien Paléolithique. Les études de genre, nées dans les années 1970, et en institutionnalisation croissante depuis lors dans de nombreuses disciplines – sciences humaines comme sciences de la vie – se sont toutes attachées, d’une certaine manière, à étudier les différentes modalités de cette affirmation. En revanche, cette dernière n’a jamais été perçue comme un postulat à interroger. Et de fait, la discipline qui pourrait être en charge de le faire, l’archéologie préhistorique (particulièrement française), n’a, à l’heure actuelle, pas encore réussi à s’emparer du concept de genre.

2Une raison pourrait être donnée comme explication à ce constat : l’impossibilité supposée de trouver le genre dans les sources propres à l’archéologie, et dans celles si lacunaires de l’archéologie préhistorique. Comment pourrait-on établir un discours sur la notion de sexe social à propos d’individus dont la culture matérielle ne parvient que partiellement aux archéologues et à propos de laquelle ils.elles ne peuvent qu’émettre des hypothèses interprétatives ?

3Partant de ces diverses remarques et interrogations, l’objectif de ce mémoire est double : tâcher de savoir si l’archéologie peut raisonnablement utiliser le concept de genre et, si oui, comment elle le peut. Le premier des trois points développés dans le mémoire revient sur l’historiographie du concept de genre, à travers son usage dans diverses disciplines. Le deuxième s’intéresse à la définition de l’archéologie et aux affinités épistémiques qu’elle peut présenter avec le genre. Enfin, fort des constats et propositions épistémologiques développés dans les parties précédentes, ce mémoire se termine par la proposition d’une étude de cas pratique d’un sujet en archéologie préhistorique ayant comme ligne directrice le genre.

4L’observation croisée des études de genre sur le long cours dans différentes disciplines – sociologie, histoire et biologie principalement – nous a permis de dégager une évolution générale qui, si elle n’est pas linéaire, peut tout du moins se résumer selon un processus majeur : le passage d’une question herméneutique (comment est-on homme ou femme ?) à une question ontologique (qu’est-ce qu’un homme ou une femme ? Sont-ce des catégories universelles et judicieuses de classement des êtres humains ?).

  • 1 Thomas Laqueur, La fabrique du sexe : essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, (...)
  • 2 Evelyne Peyre Joëlle Wiels (dir.), Mon corps a-t-il un sexe ?, Paris, La Découverte, 2015.

5L’évolution vers cette question ontologique a notamment pu avoir lieu grâce à l’entrée de la biologie dans les études de genre. Les individus auxquels l’archéologie peut se confronter étant réduits à l’état de squelettes, il a semblé nécessaire dans un deuxième temps d’interroger le concept de sexe biologique. En réalité, un regard rétrospectif sur l’évolution des connaissances dans ce domaine nous permet d’en constater la contingence historique. Les travaux de Thomas Laqueur1 ainsi que ceux d’Evelyne Peyre et Joëlle Wiels2 ont fini de nous convaincre : les définitions et recherches sur le sexe biologique ont été entachées d’une croyance en une binarité de genre stricte, conduisant à l’idée erronée qu’il n’existe que deux sexes, le masculin et le féminin, et que ceux-ci disposent d’une définition limpide et immuable. Cette contingence doublée de l’état de conservation très aléatoire des squelettes archéologiques nous permet de penser que les études paléoanthropologiques ne constituent pas l’endroit où chercher le genre dans les sources.

  • 3 Philippe Boissinot, Qu’est-ce qu’un fait archéologique ?, Paris, Éditions de l’EHESS, 2015.

6La démarche d’épistémologie régionale engagée dans ce mémoire a abouti à la proposition de cette définition de l’archéologie : science qui s’attache à tout objet anthropique (artefact) ou anthropisé (ecofact) coupé de son référent linguistique3, du sujet, qui lui donnait sens originellement.

7Si le genre peut se lire dans certains artefacts, ce n’est qu’en tant que fait conventionnel qui vient leur ajouter des valeurs et des représentations. Afin d’identifier le genre comme catégorie archéologique, ce mémoire propose de recourir à un autre type de sources à disposition des préhistorien.nes : l’iconographie. Le genre étant avant tout affaire de corps, il s’agit plus précisément de faire appel à l’étude des représentations anthropomorphes que l’on trouve par exemple dans les peintures rupestres ou dans l’art mobilier (figurines). Les figurations sont des objets particuliers de l’archéologie car on peut y percevoir une autonomie propre. C’est un sujet qui les organise et l’on peut donc y trouver le point de vue, le fameux lien dont sont privées les autres sources archéologiques avec les conventions indigènes des sociétés que l’on étudie.

8L’archéologie est science humaine, mais est-elle toujours science des hommes et des femmes ? Ce n’est qu’au prix de la remise en question de l’universalité de la valence différentielle des sexes postulée par Françoise Héritier et de la compréhension par l’archéologie de l’utilité du genre comme catégorie analytique que nous pourrons répondre à cette question.

Histoire médiévale

Justine Audebrand, « "Gerberga regina multa virtute memorabilis" : biographie de Gerberge, reine du Xe siècle », master 2 recherche en histoire médiévale, dir. Geneviève Bührer-Thierry, Université Paris I – Panthéon Sorbonne, 2016.

9La reine Gerberge (vers 913 – vers 969) est bien connue des historiens du haut Moyen Âge, qui se servent régulièrement de son exemple pour illustrer leurs propos sur le pouvoir des femmes, et plus particulièrement celui des reines et des mères. Pourtant, aucune étude n’a été consacrée aux tenants et aboutissants de son pouvoir, à la manière dont, en tant que femme, que reine et que mère, la reine Gerberge parvient à exercer une influence durable sur le royaume des Francs au milieu du Xe siècle. Il s’agit dans ce mémoire d’étudier la manière dont Gerberge élabore et exerce son pouvoir, à travers plusieurs axes.

10Tout d’abord, il convient de replacer l’action de Gerberge dans le cadre, plus large, du queenship au Xe siècle : à travers une étude comparée des différentes souveraines franques de la période, il apparaît que Gerberge s’inscrit dans une évolution, entamée dès la fin du IXe siècle avec Adélaïde, mère de Charles le Simple, qui aboutit à renforcer le rôle des reines auprès de leurs époux et plus encore de leurs fils. Gerberge n’est en cela pas exceptionnelle, malgré la place prépondérante que lui accordent les historiens rémois Flodoard et Richer, qui font d’elle une souveraine dont l’action se démarque de celle des autres reines de la période.

11Outre son pouvoir en tant que reine, Gerberge bénéficie d’autres atouts, notamment familiaux : elle est la sœur du puissant roi puis empereur de Germanie, Otton Ier, et de l’archevêque de Cologne Brunon. Ces appuis lui permettent de gagner en influence auprès de son fils Lothaire pendant la minorité de celui-ci, à partir de 954. Gerberge joue, dans le « système ottonien » qui se met alors en place, un rôle similaire à celui de sa sœur Hadwige, épouse d’Hugues le Grand : elle sert de relais entre Ottoniens et Carolingiens. Elle sait d’ailleurs jouer de cette position d’intermédiaire pour gagner en influence auprès de ses époux successifs, le duc de Lotharingie Giselbert et le roi des Francs Louis IV. Elle utilise également à son profit ses enfants, notamment dans l’exercice de la régence : si elle ne parvient pas à assurer la régence pour un fils issu de son premier mariage, elle utilise en revanche toutes les possibilités que lui offre la minorité de son fils le roi Lothaire, placé sous sa tutelle et sous celle, parfois encombrante, des Ottoniens.

12Ces relations familiales, que Gerberge utilise et dans lesquelles elle est parfois utilisée (par ses frères notamment), se doublent de la création d’un réseau propre et d’une politique monastique originale. La reine soutient en effet activement la réforme monastique qui part de Lotharingie, et ce dès les années 930 : divers indices, perceptibles notamment à travers l’étude son réseau, laissent supposer qu’elle a précocement et durablement encouragé la réforme. On trouve tout au long de sa vie, aussi bien dans des diplômes royaux que dans son épitaphe, qui qualifie Gerberge de « reine qui avait dans le cœur la vie monastique », des mentions de ce soutien. Par une politique de donations de ses biens, en particulier de ceux qu’elle a reçus en douaire de ses époux, la souveraine soutient la réforme monastique et se constitue un réseau de fidèles centré autour de la Lotharingie et de Saint-Remi de Reims, monastère qui élabore une idéologie royale d’exaltation de la dynastie carolingienne, à laquelle la reine semble participer activement, en étroite collaboration avec l’évêque Roricon de Laon. Cette idéologie vise à contrer le déclin visible des Carolingiens face à la splendeur montante des Ottoniens. Gerberge ne se limite donc pas à relayer l’influence ottonienne : par sa position d’intermédiaire, elle apparaît aussi en mesure de percevoir l’évolution des rapports de force et d’essayer, sans grand succès, de l’enrayer, par les mots plutôt que par les armes.

13Gerberge a donc exercé une influence conséquente sur les rois francs au cours du Xe siècle. Les sources contemporaines s’en font l’écho mais aussi les sources ultérieures, qui donnent une image parfois ambivalente de Gerberge. Si la reine est célébrée dans les sources diplomatiques et mémorielles durant tout le Moyen Âge (notamment à cause d’une donation conséquente qu’elle fait à Saint-Remi de Reims en 968), il n’en va pas de même pour les sources narratives : elle reste globalement méconnue des sources franques et germaniques, son rôle se réduisant à celui d’intermédiaire de l’influence ottonienne. Deux traditions font exception : la tradition normande qui, à la suite de Dudon de Saint-Quentin au début du XIe siècle, fait de Gerberge une reine assez pitoyable, ennemie des ducs de Normandie, et la tradition de Saint-Servais, qui dresse l’image d’une matrona indigne, sacrilège et ambitieuse, dans le but de dédouaner le duc Giselbert, son premier époux, de ses méfaits et de sa révolte contre le pouvoir ottonien.

14En définitive, il apparaît que Gerberge satisfait aux exigences de son genre, telles qu’elles sont définies par la société aristocratique du Xe siècle : elle agit en tant que soutien de ses époux successifs et de ses fils, essaie de pacifier les relations, toujours tendues, entre sa famille d’origine et la famille dans laquelle elle s’est mariée et utilise ses possessions pour combler des monastères, comme la plupart des reines de son époque. L’originalité de l’action de Gerberge tient probablement à la manière dont elle s’engage dans la réforme monastique, à son rôle culturel dans la promotion d’une idéologie carolingienne et à sa capacité à utiliser pleinement les ressources accordées à une femme de son rang durant une période troublée, qui accorde aux reines une place prépondérante dans la vie politique des royaumes d’Europe de l’ouest.

Anthony Revelle, « Chevalerie et virilité dans le roman arthurien (XIIe-XIIIe siècles) », master 2 recherche en histoire du Moyen Âge, dir. Christophe Manœuvrier, Université de Caen, 2016.

15Ce mémoire se propose d’approcher les représentations de genre à travers une étude de romans ayant pour cadre l’univers fictif du Roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde. De Chrétien de Troyes au cycle de Lancelot et du Graal, le corpus rassemble seize œuvres en langue d’oïl des années 1170 à 1230, soudées autour de la mise en scène du parcours initiatique de jeunes chevaliers, qu’ils se nomment Perceval, Lancelot ou Guinglain. S’il existe à l’heure actuelle de nombreuses contributions sur la chevalerie comme groupe social, idéologie politique ou mode de vie fantasmé (toutes choses qu’elle est), ce travail de recherche s’attache plutôt à analyser la chevalerie comme représentation culturelle d’un système de genre dont les principales caractéristiques sont l’exclusion des femmes (la chevalerie étant une institution exclusivement masculine), l’infériorisation des roturiers et la distinction, au sein même des aristocrates, entre les hommes « virils », chevaliers accomplis, et les hommes « faillis », nobles indignes de leur rang. Il ne s’agit pas de chercher dans ces sources littéraires un reflet exact de la vie chevaleresque aux XIIe et XIIIe siècles, ce qui est n’est pas possible du fait de leur caractère fictionnel mais l’expression d’aspirations et d’un imaginaire propres aux élites de ce temps, où la construction des genres tient une place importante, tant la distinction entre hommes et femmes est importante dans la mythologie arthurienne.

16S’inscrivant dans le sillon des études sur le genre et les masculinités, ce mémoire s’intéresse donc au lien entre chevalerie et virilité, la figure romanesque du chevalier renvoyant à la fois à la fois à un idéal élitiste masculin (car fermé aux femmes et aux hommes des classes sociales inférieures) et à des rapports de pouvoir, ces chevaliers étant des guerriers dotés d’un pouvoir de commandement sur le reste de la société laïque et sur les territoires (indissociables des populations dominées). Même l’intégration de l’éthique courtoise, nouveauté de ce XIIe siècle qui revalorise en apparence la condition féminine en faisant de la dame aimée la domina de son amant, reste avant tout un jeu masculin profitable uniquement à l’homme. Toujours dans une optique d’étude des représentations, ce travail s’intéresse aussi au corps du chevalier, ce corps qui traduit son rang social, sa fonction combattante et son sens moral supérieur par le vêtement, la gestuelle maîtrisée et la physionomie (selon des canons esthétiques où, dans un raisonnement analogique, la beauté extérieure reflète la beauté intérieure).

17Du fait du caractère initiatique des romans arthuriens et de leur ambition pédagogique assumée, ils constituent un excellent matériau pour étudier la construction de la virilité et s’interroger sur la place des femmes dans l’éducation des jeunes hommes, la pression d’un milieu homo-social ou les actions à accomplir pour s’intégrer au lignage (être digne des aïeux) et à la communauté chevaleresque symbolisée par la Table ronde. La virilité n’a de sens qu’en tant qu’objet de démonstrations publiques visant à la reconnaissance du « jeune » par ses aînés, comme l’un des leurs. La question de l’homo-érotisme derrière les amitiés héroïques n’est pas non plus oubliée.

18Les romans de chevalerie trahissent également les inquiétudes d’une masculinité dominante qui craint de voir son hégémonie disputée. Par les femmes tout d’abord, dont la fréquentation peut éloigner d’une vie d’aventures qui est la raison d’être de la chevalerie arthurienne et dont la sexualité ou la prétention à gouverner sans les hommes est source d’appréhension (ce qu’incarne la figure fantasmée de la fée). Mais aussi par les autres hommes, dont les masculinités sont caricaturées et dévalorisées (il en va ainsi des travailleurs ruraux comme de la bourgeoisie marchande), par des figures monstrueuses, comme celle du géant, qui symbolisent une barbarie opposée au raffinement du monde courtois ou par de « mauvais » nobles qui raptent les femmes qui ne leur sont pas destinées et font vaciller l’unité même de l’aristocratie et sa prétention à une moralité chrétienne irréprochable. La sexualité, enfin, est le dernier grand point de tension au sein du système de genre dégagé dans les romans. Reflétant les débats et évolutions de leur temps, ceux-ci sont travaillés par la tension entre l’attraction du modèle clérical qui met la chasteté au-dessus de toute autre valeur, notamment à travers la quête symbolique du Graal, et la persistance des traditions héroïques et courtoises, avec leurs jeux de séduction et leur penchant pour les plaisirs terrestres.

Wendy Bougraud, « Le voile issu des sépultures féminines de la période mérovingienne », master 2 recherche Histoire médiévale spécialité « archéologie », dir. Isabelle Cartron, Université Bordeaux Montaigne, 2016.

19L’histoire du port du voile par les femmes a soulevé assez peu d’intérêt jusqu’à ces dernières années : depuis les lois sur la laïcité et le port des signes religieux, notamment dans les écoles publiques, mais aussi avec la loi sur le voile intégral, cet accessoire suscite désormais l’intérêt des chercheur.ses. La plupart des travaux récents portent néanmoins surtout sur la signification religieuse du voile contemporain, occultant ainsi sa longue histoire. L’historien et l’archéologue de la période du Moyen Âge ont pourtant beaucoup à dire sur cette question. Reprenant une tradition antique, le port du voile est requis pour toutes les femmes adultes de la société médiévale, pratique que le discours des Pères de l’Église chrétienne va encore renforcer. Retenu par des épingles ou des fibules et confectionné dans des matières plus ou moins précieuses, le voile laisse aussi des traces du point de vue archéologique dans les sépultures fouillées.

20Notre étude a donc consisté à déterminer la présence de potentiels voiles dans les sépultures féminines de la période mérovingienne et à se questionner sur sa place dans la société et le contexte funéraire du haut Moyen Âge. Le corpus de recherche s’est concentré sur 41 sépultures issues de 8 sites répartis dans l’ensemble de la France, la Belgique et l’Allemagne actuelles. Un véritable travail transdisciplinaire entre l’archéologie, l’histoire, l’ethnologie et l’anthropologie s’est révélé essentiel afin d’aborder une telle thématique. L’étude s’est tout d’abord articulée autour du contexte archéologique permettant l’observation du voile dans le contexte funéraire et d’établir une première caractérisation du mobilier associé à ce dernier. L’identification d’une telle pièce vestimentaire offre un aperçu de sa récurrence dans l’habillement funéraire et soulève la question de l’identité sexuelle, sociale ou encore religieuse de la défunte. C’est en effet une réflexion genrée, étoffée par le croisement de données, qui a permis de porter un regard sur la place du voile dans le contexte funéraire et, plus largement, sur sa fonction et sa perception dans la société du Haut Moyen Âge. Il a effectivement été essentiel de se questionner sur l’identité des individus parés d’un voile, de rechercher qui le revendique et pourquoi, de comprendre si le voile est révélateur d’un fait social particulier ou encore d’appréhender les différentes façons de fixer le voile et d’observer les récurrences. L’abondance des images et des écrits relatifs au port du voile ont notamment permis d’envisager une pièce essentiellement féminine et porteuse d’une signification sociale et religieuse intelligible et visible dans la société, permettant ainsi d’étayer les données archéologiques.

21Si le voile apparaît bien ancré dans une pratique de la religion chrétienne durant le Haut Moyen Âge, il semble prendre une place spécifique en fonction de la maturité sexuelle et du statut social ou marital de la femme. La présence de ce vêtement dans le contexte funéraire pourrait ainsi être révélatrice de la place de la défunte dans la société et représenter une image compréhensible par la communauté lors des funérailles. Au-delà de l’apport sur la mise en place du voile dans les sépultures féminines, cette étude offre un regard sur la place de la femme dans la société du Haut Moyen Âge.

Anouk Canet, « "De la manière de régir et de régner" : réflexions autour de la correspondance d’Eléonore d’Aragon, duchesse de Ferrare (1473-1493) », master 2 recherche Mondes médiévaux, dir. Elisabeth Crouzet-Pavan, Université Paris Sorbonne, 2016.

22Qui est Eléonore d’Aragon ? Duchesse d’un petit État italien de 1473 à 1493, la mère d’Isabelle d’Este (dite « première dame de la Renaissance ») fait pâle figure à côté de sa fille et les historien.nes se sont souvent contenté.es de la reléguer à son statut maternel. En même temps, la production, dans son entourage, de textes parfois interprétés comme « féministes », comme le Del modo di regere e di regnare de Cornazzano, qui fait de la femme l’égale de l’homme en matière de gouvernement, a beaucoup interrogé les historien.nes du genre. Eléonore a donc été perçue davantage au prisme de son entourage que pour elle-même.

23Ce mémoire reprend un corpus de sources jusque-là largement inexploité, la correspondance d’Eléonore, l’une des plus importantes de la première Renaissance italienne, pour tenter de dépasser l’usage instrumental fait d’Eléonore par l’historiographie. Le fil directeur de cette étude est le retour à la « voix » singulière d’Eléonore mais aussi à son corps et à son rapport à l’espace mis en acte par les lettres. La source épistolaire offre ainsi une perspective unique sur les espaces de liberté et de conquête dont disposaient les femmes de seigneurs lors de la Renaissance italienne.

24La fonction de communication des lettres est d’abord explorée : celles-ci dessinent un réseau serré qui achemine informations, argent et cadeaux expédiés par les femmes nobles. Ce réseau est parcouru et entretenu par Eléonore d’Aragon, qui voyage bien plus que les femmes qui l’ont précédée à la tête de la ville. Il part de l’Italie du Sud et recouvre bientôt Milan, Mantoue, Venise et la Hongrie. C’est un terrain de jeu pan-italien voire européen qui se déploie alors pour les puissantes des cours italiennes.

25Ainsi, quand la liberté fait défaut à l’intérieur des murailles des villes et dans les institutions urbaines, les femmes de seigneurs s’en émanciperaient en créant leur propre espace de vie au-delà des frontières de la ville et de l’État seigneurial italien. Espace économique, d’échange de biens et de mécénat ; espace social, sillonné par les bateaux de ces dames reçues avec tous les honneurs dans les villes qu’elles traversent ; espace politique, où elles font et défont les alliances – notamment matrimoniales – qui assureront la pérennité ou la chute des états de leurs maris. Contre la ville, espace viril, l’espace italien, plus féminin ?

26Il semble pourtant qu’Eléonore a largement contribué à la vie urbaine du duché en gouvernant d’une main de fer la vie de Ferrare et de Modène, les deux villes principales du duché. Elle y légifère, condamne à mort, organise l’espace et contribue aux rituels publics urbains et civiques. Et tout cela sans mandat juridique formel de son époux : l’essentiel est de gouverner « en informant son mari ».

27En définitive, être femme importe-t-il tant ? C’est son statut d’épouse qui pèse sur Eléonore et lui impose un appareil de normes morales qui freinent son élan et ses initiatives. Écrire, solliciter, user de périphrases et vivre dans la convention sociale est acceptable mais pas suffisant pour Eléonore.

28Pourquoi, dès lors, ne pas créer son propre espace social, dans lequel elle serait en mesure de dicter elle-même ses règles ? Une société pan-italienne de dames et d’hommes distingués, où ceux-ci obéiraient à un code commun de politesse et de conventions ? C’est l’un des sens de cette première « société de cour » inventée durant la Renaissance, où les femmes acquièrent un pouvoir symbolique et politique unique pour l’époque. Eléonore y participe pleinement. Elle impose sa présence, ses règles, règne avant ses filles sur la mode et les marchés du luxe italiens, impose ses propres normes à son entourage nombreux.

29Un mouvement d’émancipation féminine est donc en marche mais sur un terrain où elle n’était pas attendue : au lieu de tenter d’abolir les conventions sociales de genre traditionnelles des sociétés urbaines, Eléonore et ses correspondantes italiennes se constituent en élite supra-urbaine, dans laquelle l’affranchissement du monde des hommes est garanti par la fermeture progressive de ce cercle social constitué des femmes et des personnes de meilleure qualité.

30À l’aune de ces redécouvertes, la production culturelle des cercles d’Eléonore d’Aragon peut être réévaluée : résolument élitiste mais moins assurément féministe, elle s’inscrit dans le mouvement général d’élaboration d’une société de cour européenne, où le sexe a moins d’importance que le rang.

31Épouse pour les administrateurs du duché de Ferrare, princesse pour les ambassadeurs étrangers, dame de cour pour les puissants d’Italie, Eléonore est l’un des visages d’une Renaissance où les jeux d’échelles déploient une multitude de fonctions et de perceptions du genre. Son intelligence et son éducation l’ont aidée à faire le meilleur usage de ce monde en perpétuel mouvement, telle une « Machiavelle » se jouant de la « féminine » fortune.

Histoire contemporaine

Héloïse Morel, « Entre réception biographique et analyse politique des textes de la période napoléonienne : l’exemple de Constance de Salm », master 2 Sciences humaines et arts, dir. Anne Jollet et Nicole Pellegrin, Université de Poitiers, 2016.

32Qui est Constance de Salm ? La femme devenue célèbre sous ce nom est née Constance de Théis à Nantes en 1767. Il s’agit de l’une de ces jeunes filles qu’une éducation soignée à l’initiative d’un père attentif conduit à commencer très tôt à écrire, de la poésie publiée en 1785 et une pièce de théâtre Sapho en 1784. La jeune fille, déjà réputée, se marie rapidement avec un chirurgien du roi, Jean-Baptiste Pipelet de Leury. Ce mariage décevant la conduit à divorcer en 1799. Elle se remarie en 1803 avec un comte d’Empire, le comte de Salm, personnage riche et instruit, alors membre du corps législatif.

33Les prises de positions écrites et publiques font de Constance de Salm l’une de ces femmes qualifiées parfois de protoféministe, c’est-à-dire une femme qui prend parti par la plume et qui revendique publiquement ses textes par la publication et par des lectures publiques. Elle devient aussi, en 1795, la première femme membre du Lycée des Arts. La plupart de ses écrits concernent le statut d’auteur, et plus précisément des femmes auteures, mais ils évoquent également de façon plus large la condition féminine. L’auteure exhorte les femmes à écrire et à prendre place dans la sphère publique.

34Ce mémoire de master 2 est centré sur la période de l’Empire, relativement délaissée par la recherche en littérature et en histoire sur Constance de Salm. L’analyse répond à deux interrogations qui correspondent à deux points de vue. D’une part, en quoi les dictionnaires biographiques ainsi que les études concernant Constance de Salm permettent-ils de comprendre sa notoriété comme sa marginalisation et son oubli relatif du monde des Lettres de son vivant à nos jours ? D’autre part, quelle vision personnelle développe cette actrice sur le statut des femmes auteures, leur place dans le mariage et la famille durant la période de changement politique et social de l’Empire ? Nous nous arrêtons sur l’ambiguïté du regard de Constance de Salm à l’égard de Napoléon, c’est-à-dire sur l’admiration de cette partisane de la cause des femmes pour l’Empereur.

35Notre mémoire s’ouvre donc sur l’étude de la réception de l’œuvre, la vision de ses contemporains puis celle des hommes du XIXe siècle. L’étude d’un corpus de notices dans les dictionnaires biographiques permet de dater son oubli par la mémoire littéraire collective. Avant cette quasi-disparition, les notices construisent un portrait général intéressant pour l’histoire des femmes auteures. L’utilisation d’un logiciel lexicométrique (TexStat) a permis de dénombrer les occurrences dans les notices et de voir ce qui était mis en avant : sa renommée, son talent, ses qualités morales et physiques. On mesure également les occurrences des œuvres, ce qui permet de constater que les plus citées sont celles qui sont les plus étudiées.

36La deuxième partie est une étude centrée sur les textes évoquant le statut de la femme et de la famille dans la société de Napoléon, dont des textes datant de 1801 comme les Épîtres à Sophie, qui ont été complétées jusqu’en 1835 et de 1833 avec ses mémoires, Mes soixante ans. Nous proposons également une étude précise de deux textes évoquant Napoléon, Scène héroïque, ou Cantate sur le mariage de sa Majesté l’empereur Napoléon, avec son Altesse Impériale et Royale l’archiduchesse Marie-Louise et l’Épître adressée à l’empereur Napoléon. Ces deux textes nous semblent révéler particulièrement les contradictions de Constance de Salm.

37L’étude de la réception biographique montre que Constance de Salm était reconnue de son temps pour son talent et valorisée pour son génie. Elle est distinguée de beaucoup de femmes auteures souvent victimes de propos dévalorisants sur leur physique et leur talent, qualifiées de « bas-bleu ».

38Constance de Salm se distingue grâce à ses écrits mais également grâce à son statut social, qui en fait une personne respectable. Bien évidemment, elle n’échappe pas à certaines critiques sur son style littéraire, considéré comme désuet à la fin du XIXe siècle et qui la pousse hors du panthéon littéraire. Les études la concernant sont d’abord le fait d’érudits partagés entre l’admiration et le mépris misogyne. Plus près de nous, elles sont menées par des littéraires spécialistes de l’étude des femmes et du genre. Les propos sont dénués de jugements de valeur mais concentrés sur la période révolutionnaire. Les analyses des textes de Constance de Salm sur les femmes et la famille durant l’Empire confirment le rôle de défenseure des femmes que Constance de Salm a porté durant toute sa vie et dans toute son œuvre. Elles soulignent cependant les tensions d’une auteure qui associe une dénonciation de la société et des formes de conservatisme social.

Maël Baussand, « Le sang des femmes : de la grenade de Perséphone au rire de Méduse. Menstruation, règles et cycle féminin dans la littérature et les arts occidentaux contemporains (XXe-XXIe siècles) », master 2 Littérature générale et comparée, dir. Anne-Isabelle François, Université Sorbonne nouvelle, 2016.

39Comment penser un objet absent ? L’objet « règles », la menstruation (son cycle, son rythme, ses flux comme ses perturbations et conséquences), semble en effet un objet exclu, que l’attention esthétique, sous ses formes aussi bien artistiques que littéraires, a refoulé et dévalorisé, confisquant les discours à son sujet. Pourtant, la signifiance symbolique des règles, fluide corporel et fluide génital, véritable objet-limite, forme un contenu particulièrement dense, très exploité aujourd’hui dans les pratiques plastiques et textuelles contemporaines. C’est cette signifiance que le présent mémoire se propose d’interroger à travers l’analyse comparative d’un corpus d’œuvres picturales, poétiques, littéraires qui questionnera les démarches tributaires de cette « esthétique du trouble » à l’émergence manifeste, située au croisement des notions de sexualité, de sexe et de genre. Nous étudierons l’importance et le poids des constructions et représentations autour des règles, en tant qu’« héritage menstruel » qui nous permettra, en second lieu, d’articuler généalogie culturelle, plastique et textuelle du phénomène, et gestes contemporains. Comment et pourquoi les artistes et écrivains s’emparent-ils aujourd’hui du motif de la menstruation ?

Julie Botte, « Les Women’s museums et les collections d’art. L’application des théories féministes à l’institution muséale : vers de nouveaux possibles ? », master 2 Médiation culturelle, dir. Cécile Camart, Université Sorbonne nouvelle, 2015.

40Parmi les questionnements et les nouvelles propositions concernant l’institution muséale et le discours de l’histoire de l’art, les Women’s museums représentent un cas singulier et extrême. Ce nouveau type de musée est le fruit des mouvements d’émancipation des femmes et matérialise les critiques féministes envers la sous-représentation des artistes femmes au sein des institutions culturelles. Ce sont de nouveaux espaces institutionnels consacrés exclusivement à valoriser des artistes femmes et à œuvrer au respect de leurs droits. Ces espaces s’ajoutent aux musées d’art existants, les complètent et visent à attirer l’attention sur leurs manques ainsi qu’à les réformer. Les Women’s museums posent le problème de l’espace muséal en tant qu’espace public et symbolique, espace d’exposition et de légitimation, espace de visibilité et de reconnaissance. Leurs revendications concernent une reconsidération des artistes femmes par les institutions officielles, muséales et académiques et, par conséquent, un passage de la pratique artistique des femmes de l’espace privé à l’espace public, du dilettantisme au professionnalisme. Ces institutions ne questionnent pas uniquement les critères d’acquisition pour la constitution des collections ou l’accrochage mais principalement le discours qui les précède et les structure.

41Les Women’s museums, qu’ils possèdent des collections d’art ou non, utilisent la structure muséale comme moyen pour appuyer des revendications sociales et pour influer sur les conditions de vie des femmes. Ils partagent une vision utopiste et un désir de construire un monde plus égalitaire. Dans les cas étudiés, le musée est perçu comme ayant une fonction citoyenne et comme étant un outil d’analyse critique, de sensibilisation et d’éducation. Les collections d’art ne sont pas négligées mais elles sont insérées dans des problématiques sociales liées aux droits des femmes. Ce qui nous semble particulièrement intéressant est que les missions et l’existence même de ces musées révèlent des changements sociaux actuels. En effet, elles sont le reflet d’une volonté d’émancipation des femmes et d’une prise en considération de l’égalité des sexes de plus en plus prioritaire à l’échelle mondiale. Différents acteurs interviennent et s’entremêlent, que ce soient les institutions promouvant la paix, la culture et l’éducation, les associations humanitaires, les musées d’art, les organisations professionnelles de musées, les lieux de recherches académiques ou les artistes.

42Les choix des Women’s museums peuvent être critiquables et leur existence de fait ne doit pas empêcher les réflexions théoriques et les débats sur les solutions à apporter à ces problèmes. En effet, faut-il privilégier la création d’un « musée des femmes » ex nihilo ou l’intégration du point de vue critique des études de genre dans les institutions existantes ? De plus, l’un des paradoxes, qui est d’ailleurs également celui des théorisations féministes de l’art, est de procéder à une certaine mise à l’écart des artistes femmes afin de les revaloriser. L’objectif est de parvenir à ce que leurs œuvres soient autant considérées que celles de leurs homologues masculins. L’idéal serait bien entendu d’étudier l’œuvre d’un artiste sans devoir prendre en compte son sexe. Cependant, la notion de genre ne peut être ignorée car elle a une incidence sur la production des œuvres ainsi que sur leur jugement et leur analyse. La création d’espaces dédiés, de quotas dans les expositions ou d’études sur les genres en histoire de l’art peut être contestable car elle maintient à l’écart les artistes femmes et les stigmatise. Toutefois, si cela n’est pas appliqué, le risque est que la situation demeure et que le déséquilibre perdure.

43Les Women’s museums représentent un cas radical mais rejoignent néanmoins des enjeux et des problématiques actuelles des musées d’art comme leur rôle dans la société et la réécriture de l’histoire de l’art. La prise en considération de ces réflexions est de plus en plus grande : ils tentent d’y apporter des réponses et s’emparent de ces recherches pour les poursuivre et les encourager. Plusieurs musées d’art ont entrepris une autocritique, réfléchissent au contexte social de création et aux moyens de rendre visibles ceux.celles qui sont marginalisé.es.

  • 1 Griselda Pollock, « The Missing Future : MoMA and Modern Women », in Cornelia Butler, Alexandra Sch (...)

44Les Women’s museums rendent une visibilité aux artistes femmes mais ne résolvent finalement pas la question de leur véritable insertion. Cela impliquerait une métamorphose et une redéfinition de la structure du musée et de son discours, ce qui n’est possible que sur le long terme. S’éloigner des schémas linéaires et des catégories de l’histoire de l’art semble indispensable pour rendre une visibilité aux femmes dans l’espace muséal mais également à d’autres artistes placés dans les marges en raison de leur appartenance à des minorités - communautaires, sexuelles - voire en raison de leur production considérée comme hors norme ou inclassable. Créer des expositions thématiques, transversales et subjectives offre la possibilité à la fois de réinterpréter des œuvres bien connues et d’insérer des œuvres rarement montrées. Selon les mots de Griselda Pollock, « la critique féministe, post-coloniale et queer des discours théoriques de l’histoire de l’art et de la muséologie a expérimenté des façons de représenter les histoires de l’art de manière nouvelle et inclusive, plutôt que simplement corrective ou additionnelle »1.

45Ces structures muséales ne constituent pas une finalité mais un entre-deux vers une réinvention et un bouleversement du musée et de son discours. Les Women’s museums sont, d’une certaine façon, amenés à disparaître ou en tout cas à se transformer, si leurs missions sont accomplies et s’ils parviennent à obtenir une pleine reconnaissance des artistes femmes. Ces musées ne sont pas perçus comme des institutions immuables mais comme des structures adaptées aux besoins sociaux actuels des femmes, au service de la société dans son ensemble et de l’obtention d’une plus grande égalité entre les sexes.

Grégory Beckthari, « Sisters in Struggle - De la marge au front : l’influence des dirigeantes noires dans les organisations de la gauche communiste de la fin des années 1920 au milieu des années 1950 », master 2 Civilisation américaine, Université Sorbonne nouvelle.

46Ce mémoire se propose de mettre en lumière l’apport spécifique d’une sensibilité africaine-américaine de la gauche communiste animée par des femmes aux mouvements sociaux américains ainsi qu’à la théorie politique et à la circulation des idées entre la fin des années 1920 et le milieu des années 1950. Ce courant avait pour particularité de ne pas envisager le genre sans la race, et de penser les oppressions comme des produits dérivés de l’exploitation capitaliste à partir d’une théorie dite de la « triple oppression » formulée dès le milieu des années 1930. En se fondant sur un corpus de sources variées (brochures, bulletins, articles de revues théoriques du parti communiste américain et d’organisations affiliées, articles de presse, documents ministériels, essais, entretiens d’époque, rapports du FBI), ce travail se donne pour enjeu de révéler une logique de continuité dans la longue durée entre l’engagement politique de ces femmes noires communistes et le mouvement des droits civiques qui leur succède, mais aussi et surtout avec le mouvement Black feminist, avec lequel elles entretiennent un lien théorique et généalogique.

47Pour ce faire, l’étude en question décline le front général du combat que livraient ces femmes noires communistes contre le capitalisme en deux fronts spécifiques : le front économique et le front de libération.

48La première partie de ce mémoire expose ainsi les méthodes employées par ces militantes pour mener le combat en faveur de la justice et de l’égalité sociale depuis une perspective antiraciste. L’analyse se concentre sur l’investissement essentiellement interne à la communauté noire de dirigeantes locales du parti communiste américain, Bonita Williams et Audley Moore, qui jouaient le rôle d’organisatrices de la base (grass roots organizers) à Harlem en intervenant sur des questions qui relevaient de la sphère de la consommation. Il s’agit de mettre en relief leur action dans un contexte de Grande Dépression où le chômage endémique et le mal-logement qui touchaient les Noirs en général et les femmes noires en particulier de façon très disproportionnée créaient les conditions de la radicalisation politique d’un nombre croissant d’Afro-Américain.es. Dans un souci de contraste, le second point de cette partie relève d’une perspective diachronique, de la fin des années 1920 au début des année 1950, et retrace les évolutions des modalités de militantisme ainsi que la définition des priorités dans la lutte syndicale de femmes noires, Maude White et Vicki Garvin, devenues cadres du mouvement ouvrier. L’accent est mis sur les conditions spécifiques de leur intervention et les raisons pour lesquelles elles ont fait initialement le choix d’inscrire leur engagement dans des organisations très majoritairement composées d’hommes blancs souvent réfractaires à l’unité interraciale et imprégnés de préjugés racistes autant que sexistes.

49La seconde partie du travail traite des combats antiracistes menés par ces femmes au nom de la lutte pour l’égalité des droits des Noirs depuis une perspective de classe.

50La première section comprend une évaluation de l’expérience d’organisations insérées dans le mouvement autonome noir et dirigées par des femmes communistes afro-américaines entre 1942 et 1946 : celle du National Negro Congress (NNC) de Thelma Dale et surtout celle du Southern Negro Youth Congress (SNYC) d’Esther Cooper. Le second point envisage une temporalité plus longue, du début des années 1930 avec l’affaire de Scottsboro au début des années 1950 avec celle de Rosa Lee Ingram, et s’attache aux modalités de combat choisies pour mener des campagnes en faveur des droits civiques des Noirs sans jamais perdre de vue la nécessité concrète de la mise en œuvre d’une solidarité ouvrière interraciale. Il montre comment ces modalités ont influencé l’élaboration politique de dirigeantes du CPUSA comme Louise Thompson et Claudia Jones concernant la lutte pour l’émancipation des femmes. Enfin, il expose l’enjeu de la lutte des femmes noires contre l’imprégnation raciste des femmes blanches, une imprégnation qu’elles considéraient comme un obstacle à lever pour pouvoir aboutir à une conception interraciale de la sororité.

51Ce mémoire s’inscrit dans une perspective historiographique assez récente (début des années 2000), dont les travaux majeurs trouvent leur source dans le champ de la critique littéraire inclus dans les Black Women Studies. Il entend discuter la notion de Black Left Feminism inventée pour désigner les militantes qui entrent dans le cadre de l’étude en proposant en contrepoint la dénomination de black feminist leftists ou black feminist reds. En effet, ces militantes ont développé la sensibilité politique à laquelle on les rattache à partir de l’adhésion au programme marxiste et à la finalité révolutionnaire symbolisée à l’époque pour elles par le modèle soviétique. Ce point de départ leur a servi de boussole pour intervenir dans la lutte pour les droits civiques et le combat pour l’émancipation des femmes.

Maria Clara Braga Machado Campello, « Vésperas : biographie, fiction et filiation », master 2 Études lusophones, dir. Maria Graciete Besse, Université Paris Sorbonne, 2015.

52Ce master 2 traite de l’analyse du deuxième livre écrit par Adriana Lunardi, Vésperas, publié au Brésil en 2002 et traduit en français aux Éditions Joëlle Losfeld la même année, puis traduit plus récemment par Maryvonne Lapouge-Pettorelli et publié chez Gallimard en 2005 sous le même titre qu’en portugais.

53La question de la mort traverse toute l’œuvre de Lunardi, qui jusqu’à présent se compose de quatre livres et de plusieurs nouvelles publiées dans des ouvrages collectifs. Dans une interview accordée lors de sa participation au Salon du Livre à Paris, Lunardi a avoué que le thème de la mort n’est pas juste un sujet littéraire mais une vraie question existentielle, présente dans son travail et dans sa vie.

54Dans Vésperas, le sujet de la mort est au centre du récit. Les neuf nouvelles qui constituent le livre racontent dans un premier plan les moments qui précèdent les morts de Virginia Woolf, Dorothy Parker, Ana C, Colette, Clarice Lispector, Katherine Mansfield, Sylvia Plath, Zelda Fitzgerald et Julia da Costa. Au-delà de leurs morts et du rapport entre l’éphémère de la vie humaine et l’éternel du verbe littéraire, nous pouvons observer plusieurs autres thèmes traités par Lunardi comme si l’on découvrait, à chaque incursion dans les histoires, des petits morceaux d’un tableau construit petit à petit en forme de mosaïque prêt à être dévoilé.

55À partir de la lecture de ces neuf nouvelles, nous avons donc pu étudier les thématiques suivantes : la question du canon littéraire et de sa relation avec la place accordée aux femmes ; la fluidité des limites entre les genres littéraires – notamment entre la biographie et le récit fictionnel – ainsi que la tradition brésilienne du « conto brasileiro » ; les enjeux de la présence de l’auteur dans l’œuvre et du rôle du lecteur ; la construction intertextuelle du récit ; la question de l’identité et de l’héritage étroitement liées au concept de filiation littéraire.

56Dans ce contexte, nous soulignons la relation entre la question de l’héritage et celle de l’identité car d’après Jacques Derrida, l’héritage est l’une des formes de l’organisation identitaire subjective et collective. En effet, l’individu doit confronter le passé afin de s’insérer dans un processus d’héritage qui ne s’accomplit pas sans l’engagement de soi. Pour élargir la notion d’identité dans notre analyse, nous avons utilisé le concept de Paul Ricœur.

57En étudiant l’idée d’identité chez Ricœur, nous avons compris que l’individu, dans son parcours vers le passé, peut nous révéler le caractère mouvant de son identité individuelle – l’ipséité – qui change avec le temps. En revanche, le sujet garde quand même des traits communs, partagés avec la communauté, qui restent toujours les mêmes, et que Ricœur appelle « mêmeté ».

58Cette communauté, nous dit François Noudelmann, peut être le résultat d’un processus de construction symbolique de ses appartenances dans lequel le caractère singulier de chaque individu est préservé, même au sein d’une communauté choisie.

59Nous pouvons donc analyser des questions essentielles du domaine littéraire et accéder à des histoires qui peuvent révéler toute la richesse de la formation de l’âme humaine et la quête d’identité qui semble, selon Dominique Viart, hanter plusieurs écrivains contemporains dont le retour au passé fait partie du parcours. Lunardi, à son tour, semble utiliser ce retour au passé pour s’interroger, auprès de cette communauté choisie, sur les questions qui l’obsèdent depuis son plus jeune âge, à savoir les mystères de la mort et la fragilité de l’être humain, des caractères singuliers de son identité qu’elle partage avec ses auteurs du passé.

60Au-delà du voyage entrepris par Adriana Lunardi au seuil de vies d’autres écrivaines, ce travail essaie de saisir ce qui peut être la fragilité et l’inquiétude humaines, notamment des femmes, dans un monde où les structures restent patriarcales. En cherchant à bien développer un sujet littéraire initial – les moments qui précèdent les morts de neuf auteurs –, Lunardi entame un vrai retour aux origines de la littérature des femmes ainsi qu’un autre vers la compréhension de soi, en vue d’élargir sa connaissance du monde littéraire, au-delà de celui du canon des hommes.

61Dans ce mouvement dialogique vers le passé, vers différents temps qui se superposent, vers d’autres écrivaines, l’auteure et ses paires construisent collectivement, chacune à son tour et à son temps, un récit à la fois multiple et révélateur de l’identité de ces femmes, ainsi que de celle de l’auteur, de ses angoisses et de son parcours particulier.

62Nous avons également constaté qu’en choisissant de nous instruire sur le passé d’une communauté spécifique, l’auteure s’inscrit dans une tradition dont elle choisit d’être l’héritière. À la lumière du présent, nous, lecteurs, pouvons peut-être mieux concevoir le passé. À travers l’écriture, le chaos du monde peut finalement être un peu plus ordonné. Ainsi, à travers ces neuf courts récits – qui peuvent renvoyer au sujet fragmenté contemporain, un peu démuni face à la ruine des structures qui ordonnaient le monde auparavant –, le lecteur peut en même temps construire avec l’auteure un parcours qui donne un peu plus de sens au monde, un chemin auquel il peut s’identifier.

Amandine Charvet, « Les enseignant.es des écoles primaires supérieures de l’Isère. Statuts, parcours, pratiques (1886-1945) », master 2 Histoire contemporaine, dir. Marianne Thivend et Philippe Savoie, ENS Lyon, 2016.

  • 2 Cette distinction en ordres se lit à toutes les échelles : des réseaux d’établissements séparés, de (...)

63Le système scolaire du XIXe siècle repose sur une discrimination à la fois sexuelle et sociale, avec une distinction en ordres2 selon l’origine sociale des élèves. Dans l’ordre populaire qu’est le primaire est instauré un enseignement primaire supérieur qui permet une prolongation des études au-delà de l’obligation légale et en-dehors de l’enseignement secondaire réservé à une élite. Cet enseignement, dispensé au sein des écoles primaires supérieures et des cours complémentaires, a pour but d’approfondir la culture générale des élèves tout en les préparant professionnellement avec des cours ou des sections spéciales (agriculture, industrie, enseignement ménager ou commerce).

64Les écoles primaires supérieures et leurs enseignant.es pâtissent d’un certain vide historiographique. À partir de dossiers personnels de 66 enseignant.es en poste en 1930 dans les écoles primaires supérieures de l’Isère, ce travail de master 2 veut appréhender les modalités de construction d’un groupe de fonctionnaires. Les évolutions qui le traversent, en lien notamment avec les débats sur l’école unique dans l’entre-deux-guerres – qui favorisent le passage d’un système scolaire organisé en ordres à un système scolaire organisé en degrés – sont aussi au cœur de cette étude. Ces écoles et leurs personnels ont un statut spécifique entre les années 1880 et 1945. La loi Goblet de 1886 affirme ainsi la constitution d’un groupe précis d’enseignant.es pour ces établissements. En 1945, le gouvernement provisoire de la République Française entérine la transformation en collège moderne des écoles primaires supérieures et donc l’assimilation progressive de son personnel à celui des collèges classiques.

65Cette étude se décline en quatre volets afin de dresser le portrait des enseignant.es de ces « collèges du peuple ». Elle commence par un panorama de l’offre scolaire post-obligatoire iséroise, qui met aussi en avant le rapprochement des enseignements entre le premier cycle du secondaire et l’enseignement primaire supérieur. La hiérarchie symbolique qui organise le système scolaire français n’est pourtant que peu remise en cause. Ceci explique qu’en fin de période, on choisisse la transformation des écoles primaires supérieures en collèges, quitte à nier leur spécificité. Le rapprochement vers le secondaire se fait de manière graduelle et s’accompagne d’une autonomisation des écoles primaires supérieures par rapport au primaire élémentaire. Enfin, l’étude de l’enseignement dispensé dans ces écoles montre qu’il existe des différences genrées fortes, même si elles sont moins importantes que dans le secondaire. De fait, les filles sont majoritairement orientées vers la section générale notamment en vue de préparer l’Ecole normale, ce qui est beaucoup moins marqué pour les garçons.

66Le deuxième volet de cette recherche met en lumière les différents types de profils de ces enseignant.es en ce qui concerne leurs origines géographiques et sociales ainsi que leurs comportements démographiques. Il apparaît clairement que nous avons affaire à un groupe hétérogène sociologiquement, avec des différences importantes selon deux marqueurs : le sexe et le statut enseignant. Ce deuxième chapitre pointe que le groupe des enseignant.es des écoles primaires supérieures est un groupe en transition, qui s’éloigne des traits primaires élémentaires pour se rapprocher de ceux des enseignant.es du secondaire. Reste que cette transition est amorcée plus tôt chez les femmes.

67L’examen des dossiers personnels nous a ensuite permis de confronter les vues de l’administration et la réalité de la formation de ces enseignant.es. L’étude systématique des textes législatifs relatifs à l’entrée dans l’enseignement dans ces établissements met en lumière la volonté de professionnalisation pour le métier de professeur.e d’école primaire supérieure en rendant son accès toujours plus sélectif. Pour cela, on assiste à une élévation générale du niveau de formation des enseignant.es, avec notamment la mise à l’écart des non-diplômé.es. La confrontation entre cet idéal d’élévation des qualifications et le manque d’enseignant.es diplômé.es explique l’ouverture du recrutement à des individus qui ont été formés en dehors de l’ordre primaire. Avec l’étude des formations enseignantes, l’étanchéité des ordres est remise en question. La comparaison entre enseignants et enseignantes montre que les femmes sont en moyenne plus diplômées que les hommes, ce qui explique aussi la féminisation après la Première Guerre mondiale. Même si l’idéal de « retour à la normale » est poursuivi, on préfère placer dans les écoles primaires supérieures de garçons des femmes qualifiées.

68Le dernier chapitre, en s’intéressant particulièrement aux demandes de l’administration envers son personnel, souligne des traits communs à tous les personnels enseignant du système scolaire comme la conscience du rôle de représentation qu’ils.elles endossent. Cette surveillance de tous les instants est particulièrement attentive aux comportements des enseignantes. Plus encore que les hommes, leur vie privée est soumise à un certain contrôle de l’administration : elles doivent être exemplaires car elles sont les cautions morales d’un établissement. Enfin, cette partie éclaire l’importance des grands évènements nationaux dans la construction des parcours enseignants. Cette démarche vise à souligner que l’École n’est pas une tour d’ivoire et qu’elle est un terrain qui cristallise les bouleversements sociaux et politiques.

Laura Danguillaume-Blanckaert, « L’introduction de la mixité dans les hôpitaux psychiatriques français. L’exemple de l’hôpital du Vinatier (1950-1995) », master 2 Histoire moderne et contemporaine, parcours Matilda, dir. Isabelle Von Bueltzingslowen, Université Lumière Lyon 2, 2016.

69À l’aube de son extension à l’ensemble de l’hôpital psychiatrique du Vinatier, la très grande unité de soins lyonnaise, la mixité est considérée comme « un non-sujet, c’est comme la mixité dans les écoles ». Un psychiatre retraité synthétise ainsi la perception qu’ont eu les acteurs et actrices de l’hôpital psychiatrique de l’introduction de la mixité : brièvement discutée, soudainement évidente, elle est souvent évoquée comme la conséquence logique d’évolutions sociales extérieures à l’institution psychiatrique. Pourtant, si les premières rencontres entre les hommes et les femmes dans les bals de l’établissement se sont instaurées au début des années 1950, la mixité effective des unités de soins n’a été généralisée à tous les services qu’au début des années 1990.

70La mixité dans les hôpitaux psychiatriques est ainsi une histoire sur une quarantaine d’années, durant lesquelles plusieurs composantes de l’étanchéité entre l’intra et l’extra-muros des lieux de soins ont été remises en question. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale naît un mouvement de rénovation de l’institution : c’est l’époque de la « révolution psychiatrique ». Il s’agit, dans un premier temps, de faire de l’établissement un outil thérapeutique : la psychothérapie institutionnelle réorganise le quotidien des malades, dans un objectif d’humanisation des asiles et de réadaptation des patient.es. Il s’agit ensuite de faire des hôpitaux psychiatriques départementaux des centres hospitaliers spécialisés, plates-formes directrices de la politique dite de « sectorisation » qui découpent les départements en zones géographiques et mettent en place des structures de soins externalisés. Les clôtures s’effritent et c’est dans ce rapprochement, voire cet alignement, avec la société extérieure qui revendique l’extension de la mixité à tous les milieux professionnels et sociaux, que la mixité des unités de soins est proposée. Elle est d’ailleurs grandement articulée autour des représentations genrées. Favoriser la réadaptation sociale signifie en effet stimuler l’« habitus de genre » et les rapports sociaux entre les sexes. Ainsi l’introduction d’une esthéticienne, les efforts de féminisation des vêtements des patientes ou encore l’offre d’une ergothérapie différenciée selon les sexes contribuent à l’instrumentalisation du genre comme outil thérapeutique.

71La mixité commence à être évoquée en 1960 quand une circulaire ministérielle recommande aux médecins-chefs la mise en place de services leur permettant de recevoir les malades des deux sexes, sans préciser si les unités de soins au sein des services doivent être rendues mixtes. Dix ans plus tard cependant, une autre circulaire sur la « bisexualisation » des hôpitaux psychiatriques souligne la nécessité du maintien de la séparation des sexes dans les unités. Aucune loi n’impose donc la mixité.

  • 3 Les sources pour ce mémoire ont été la série H des Archives départementales du Rhône (Archives de l (...)

72Un changement d’échelle d’observation entre l’analyse des discours autour de la « bisexualisation » des services et l’étude monographique de l’hôpital psychiatrique du Vinatier a permis de révéler la polysémie du terme « mixité »3. L’hôpital passe d’un schéma de stricte et pérenne séparation des sexes à l’introduction d’expériences et de situations de mixité ponctuelles dès les années 1950. Celle-ci est « de fait » introduite dans le parc de l’hôpital à partir de l’ouverture des portes des services et entraîne des débats sur la sexualité des malades et sa gestion, sur les risques de grossesse, sur la contraception des patientes et la responsabilité des soignant.es. Autour des années 1970, une mixité « intermédiaire », c’est-à-dire avec des locaux de jour communs et des locaux de nuit séparés, est mise en place dans certains services tandis que la mixité « réelle » est introduite dans quelques autres. Des réticences individuelles et institutionnelles se font alors entendre, articulées autour des enjeux hiérarchiques – de statut comme de genre – à l’hôpital. En effet, la mixité des malades entraîne celle des personnels soignant.es et un bouleversement des normes de genre. À quel moment les fonctions d’infirmier.es recouperont-elles ou s’éloigneront-elles des rôles sociaux de femmes et d’hommes, et comment la répartition de ces rôles pourra-t-elle être redistribuée avec la mixité du personnel ? Ces résistances sont également matérielles et organisationnelles : les impératifs d’éviter la promiscuité et de maintenir la sécurité, fils rouges de la répartition des malades, se voient par exemple entravés par la persistance de dortoirs à la fin des années 1980. L’exemple détaillé de l’introduction de ces mixités au Vinatier vient clore l’histoire des nombreuses résistances que rencontre l’instauration de la mixité dans les hôpitaux psychiatriques : il confirme à quel point sa mise en œuvre s’organise lentement et surtout de manière disparate.

Soizic Devergne, « The Institute for Research on Women and Gender à Columbia University, 1985-1997 : un exemple de féminisme académique », master 2 Histoire et relations internationales et interculturelles, dir. Hélène Harter, Université Rennes 2, 2016.

73Notre recherche porte sur la création, en 1987, à l’université de Columbia dans la ville de New York, d’un institut dédié à la recherche sur les femmes et le genre (Institute for Research on Women and Gender, IRWG). Cet institut est conçu comme un centre de recherche et comme le lieu de coordination des études sur ces thématiques à Columbia. Les chercheurs qui sont affiliés à l’institut n’hésitent pas à se revendiquer féministes et assument cette identité dans sa dimension politique, en tentant de donner à leurs recherches et à leur enseignement un aspect militant.

74La question de l’installation d’un tel lieu féministe, consacré au savoir et à la réflexion sur les femmes et le genre, doit être replacée dans le contexte singulier de l’université de Columbia : cette université fait partie de l’Ivy League, groupe d’établissements d’enseignement supérieur américains prestigieux et élitistes, situés sur la côte Est, anciens et historiquement masculins. Cependant, l’émergence d’un féminisme sous la forme de cours au sein de Columbia relève également d’un mouvement plus global à l’échelle des États-Unis : les Women’s Studies, Gender Studies ou encore Feminist Studies fleurissent dans les universités américaines depuis la création du premier programme de ce type, à San Diego State University, en 1970. Nous examinons donc l’originalité de l’Institut de Columbia dans ce paysage national et la façon dont ses membres ont répondu, localement, à des questions qui mobilisent tout ce nouveau champ d’études (questions de vocabulaire, d’application de l’impératif d’interdisciplinarité, de nature de la formation proposée aux étudiants, etc.).

75L’arrivée de l’historienne Martha Howell à la tête de l’IRWG en 1989 permet de dégager des grandes lignes qui guident les choix qui suivent : en effet, en tenant compte du contexte de cette université où les départements ont un poids extrêmement important, tout en s’inspirant de son expérience à Rutgers University où elle enseignait auparavant, Martha Howell fonde véritablement l’IRWG comme un institut spécifique, dont les membres sont ancrés dans les départements et qui s’efforce de collaborer avec eux pour diffuser les Women’s Studies à l’ensemble du public étudiant.

76Ce parti-pris entraîne toutefois un affaiblissement considérable de l’institut dans la mesure où, en se reposant complètement sur les ressources des départements, il en devient vite entièrement dépendant, en particulier en ce qui concerne le recrutement de professeurs qualifiés en Women’s Studies et leur maintien dans le corps enseignant de l’université. Ce moment coïncide avec une période de restrictions budgétaires dans les universités américaines dans les années 1990. En 1996, confronté à de réelles difficultés financières, l’IRWG procède donc à une inspection de ses activités pour demander plus de moyens à l’administration de l’université.

77Le dernier point que soulève l’étude de l’installation d’un féminisme académique à l’université de Columbia porte sur l’aspect politique de ces études : cela implique que celles-ci ne sont pas uniquement de l’ordre de la connaissance mais également de l’ordre de l’utilité sociale. Cela fait des chercheurs féministes des intellectuels engagés qui défendent, par leurs travaux, une cause politique. Mais ces études ne se cantonnent pas à une fonction militante sur les campus puisque leur fonction politique s’exprime aussi dans le questionnement qu’elles formulent sur les connaissances traditionnelles.

78Pour répondre à ces questions, nous avons utilisé en premier lieu les archives de Feminist News, bulletin semestriel de l’IRWGS depuis sa création, et celles du Columbia Daily Spectator, quotidien de l’université. Par ailleurs, nous avons eu accès à certains documents d’archives digitalisés, fournis par les membres de l’IRWGS, qui témoignent de la création de l’institut. Enfin, un voyage de deux semaines à New York nous a permis de consulter les archives de l’université, et notamment les transcriptions d’un grand nombre d’entretiens réalisés dans le cadre d’un projet d’histoire orale de l’institut, mené entre 2014 et 2015 par le Columbia Center for Oral History.

79Manon Domenech, « Black Feminism : Une pensée universitaire en mouvement ? Analyse des divergences théoriques autour de performances de Beyoncé Knowles », master 2 recherche Genre, politique et changement social, dir. Florence Binard, Université Paris Diderot, 2016.

80Le master est consacré à l’une des artistes phares de la scène musicale qui par bien des aspects semble participer à l’émergence d’un certain « pop-féminisme », une tendance présentée comme un renouveau des enjeux féministes au sein de la sphère de la pop-culture. Nous définissons ici l’idée de pop-culture en tant qu’elle intègre l’ensemble des industries culturelles que sont le cinéma grand public états-unien et la musique pop, portées par plusieurs certaines figures « américaines ». Beyoncé Knowles, chanteuse et célébrité extrêmement visible, peut être considérée comme l’une des figures de ce pop-féminisme, en particulier depuis 2013 et l’affirmation de son féminisme au sein de ses chansons et ses performances.

81La diversité des acteurs s’exprimant à propos ou au nom de ce « pop-féminisme » a conduit à une concentration de la présente recherche sur un groupe spécifique d’actrices du débat : un certain nombre d’universitaires Black Feminists états-uniennes semblent actuellement être en désaccord sur le statut à accorder à Beyoncé, au sein d’une analyse intégrée à leur pensée théorique universitaire. Les débats polarisent ainsi deux groupes distincts de chercheuses : l’un est principalement composé de jeunes universitaires (ayant obtenu leur doctorat il y a dix ans ou moins), dont certaines inscrivent notamment leur analyse dans un mouvement théorique générationnel qualifié de Hip-Hop ; le second se concentre sur deux Black Feminists historiques que sont Bell Hooks et Patricia Hill Collins, dont les propos paraissent plus mitigés quant au féminisme supposée de Beyoncé.

82Les divergences des universitaires concernant la dimension féministe et politique de Beyoncé et de ses performances portent sur deux points principaux, développés au cours des deuxième et troisième parties de la recherche. Tout d’abord, le positionnement de Beyoncé dans une industrie musicale dominante est décrypté, ainsi que le rôle structurel de cette industrie dans la définition des rapports sociaux de sexe, de classe et de race. Enfin, les désaccords des théoriciennes sont exprimés en termes générationnels, traduisant un possible tournant de la pensée Black Feminist universitaire dans son objet et ses lieux de mobilisation. Nous avons donc souhaité, à travers l’objet de recherche choisi, répondre à la question suivante : les débats actuels entre universitaires concernant Beyoncé Knowles illustrent-ils un mouvement du courant de pensée Black Feminist ? Nous tentons de proposer une première réponse à ces questions à travers l’étude d’un corpus de réactions de la part d’universitaires Black Feminists analysant la portée et le sens des performances de la chanteuse, et d’un cadre d’analyse fondé sur la structure de la pensée politique Black Feminist.

Hélène Fluck, « Sauver les âmes. La congrégation du Bon-Pasteur d’Angers et la rééducation des filles au XIXe siècle : l’exemple strasbourgeois (1837-1914) », master 2 Histoire des mondes germaniques, dir. Catherine Maurer, Université de Strasbourg, 2016.

83À travers l’exemple du couvent du Bon-Pasteur de Strasbourg au XIXe siècle, ce mémoire aborde les questions de l’enfermement des jeunes filles jugées « difficiles », voire « perdues », et de l’action de la congrégation du Bon-Pasteur d’Angers dans ce domaine. L’objectif est d’étudier, à travers leur prise en charge par la congrégation du Bon-Pasteur d’Angers, le cas de celles qui sont le plus souvent des oubliées de l’histoire : les enfants, jeunes filles et femmes considérées comme socialement déviantes, voire délinquantes, par leurs contemporains. À la fois monastère, maison de correction, orphelinat et prison pour filles, le Bon-Pasteur de Strasbourg reçoit des enfants, jeunes filles et femmes venues de leur plein gré ou placées pour y être protégées et/ou rééduquées par les méthodes éducatives mises en place par la fondatrice de la congrégation, Marie-Euphrasie Pelletier. Au moment de leur accueil, les jeunes filles sont séparées en deux grandes catégories, selon leurs antécédents et leur âge, à savoir la catégorie des pénitentes et celle des préservées. À ces deux catégories peuvent s’en ajouter d’autres, par exemple les orphelines ou les pensionnaires, qui sont reçues en échange d’une pension.

84Fondée en 1829 à Angers par Marie-Euphrasie Pelletier, la congrégation du Bon-Pasteur d’Angers s’implante à Strasbourg en 1837. La vie au Bon-Pasteur de Strasbourg durant ses premières décennies d’existence est marquée par une certaine précarité. L’installation définitive dans le secteur de la Robertsau, en 1864, ouvre néanmoins la voie à des années moins difficiles et même, à la veille de la guerre franco-prussienne, à une certaine prospérité, qui est interrompue par les bombardements d’août 1870. Il faudra une décennie au Bon-Pasteur strasbourgeois pour se relever de ses cendres. Conformément à son nouveau cadre national, l’établissement s’intègre peu à peu à l’espace germanique et profite des évolutions techniques que connaît la ville à cette époque, en installant notamment une blanchisserie moderne. À la Belle-Epoque, le Bon-Pasteur de Strasbourg devient ainsi un établissement connu et reconnu, bénéficiant d’un certain rayonnement au sein de l’espace germanique. Une fois de plus, cette prospérité est interrompue puisque le couvent est réquisitionné pour servir d’hôpital militaire le 30 juillet 1914, avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Le Bon-Pasteur de Strasbourg a donc connu une histoire mouvementée, faite de guerres et d’un changement du cadre national. Face à cela, les religieuses ont su faire preuve de pragmatisme et d’adaptabilité, sachant tirer parti des situations nouvelles.

85Au terme de ce parcours chronologique, nous nous penchons sur l’histoire des personnes ayant permis à l’établissement de fonctionner au quotidien, ainsi que sur celles pour qui l’institution a été créée. Ce sont d’abord et incontestablement les religieuses : l’une de leurs tâches est l’éducation des pupilles confiées au monastère. Celles-ci ont connu des itinéraires très divers. Cette diversité se remarque d’abord au niveau de l’âge, de la durée de séjour, mais aussi en termes d’antécédents (familiaux, moraux, judiciaires, etc). La même hétérogénéité s’observe quant à la situation des pupilles avant leur entrée au Bon-Pasteur (famille, institutions d’assistance, justice, etc), ainsi qu’au niveau de leur instruction. Se mêlent donc dans l’établissement enfants coupables et enfants victimes, mélange atténué par le classement des pupilles en différentes catégories (orphelines, préservées et pénitentes), notamment en fonction de leur âge et de leur degré de « culpabilité ». Parmi ces pupilles, certaines choisissent de rester au Bon-Pasteur et d’y prononcer des vœux de religion : il s’agit des sœurs Madeleines, dont la vocation est de se vouer à une vie de pénitence pour expier leurs péchés et ceux du monde, en vivant selon la règle du Carmel. Les Madeleines constituent une catégorie à part au sein des établissements du Bon-Pasteur. Pleinement consacrées à travers les trois vœux de religion, elles ne sont pourtant pas religieuses du Bon-Pasteur d’Angers et constituent en quelque sorte une catégorie de « pupilles d’élite », accentuant l’impression d’hétérogénéité. Enfin, il va sans dire que cette grande diversité au moment de l’entrée ne peut que susciter des comportements et des vécus différents et uniques pendant le séjour dans l’établissement. Comment cette diversité est-elle « gérée » au quotidien ? Quelles méthodes d’éducation employer face à un ensemble si hétéroclite ?

86Les établissements de la congrégation du Bon-Pasteur d’Angers s’inscrivent, en termes de structure, dans la norme des établissements de rééducation du XIXe siècle. Mais ils présentent au demeurant des aspects originaux comme la mise en place d’un modèle de classification des pupilles et un certain effort de formation des personnels éducatifs. À la fois fruits de leur temps et structures faisant office de modèle, les Bons-Pasteurs sont connus et reconnus en matière de rééducation des filles. Leur système éducatif s’inspire largement du système déjà existant en y introduisant néanmoins des principes pédagogiques modernes, puisés dans les intuitions de la fondatrice, Marie-Euphrasie Pelletier. De fait, comme ailleurs, un séjour au Bon-Pasteur de Strasbourg repose sur le travail, un système disciplinaire fondé sur la surveillance et sur le principe des récompenses/punitions, des temps de divertissement et de repos ainsi que sur la pratique religieuse. Les méthodes d’éducation appliquées dans les établissements du Bon-Pasteur d’Angers sont, en un sens, filles de leur époque. Mais elles conservent une dimension originale, notamment par l’importance des recommandations de la fondatrice en termes de bonté et de charité qui ne sont, de fait, guère visibles ailleurs, ainsi que par son refus catégorique des sévices corporels.

Romain Jaouen, « L’inspecteur et l’"inverti". La police face aux sexualités masculines à Paris, 1919-1940 », master 2 recherche Histoire, dir. Elissa Maïlander, Institut d’études politiques de Paris, 2016.

87Master lauréat du prix Mnémosyne 2016

  • 4 Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe. Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Paris, (...)

88La période de l’entre-deux-guerres a un temps été décrite comme un âge d’or de l’homosexualité à Paris. Vie nocturne excentrique, mode androgyne et tolérance sociale relative sont associées à une liberté de mœurs que connaissent les Parisiens au lendemain de la Première Guerre mondiale. En effet, sans adhérer entièrement à ce récit, les nouveaux établissements nocturnes, les grands bals travestis, le parcours remarqué de personnalités transgenres et la production littéraire sur le sujet constituent des phénomènes marquants pour les contemporains. Ils participent d’une visibilité nouvelle de la thématique homosexuelle qu’ont mise au jour Florence Tamagne et d’autres historiens à sa suite4.

89Dans ce contexte, ce mémoire s’interroge sur le vécu quotidien des sexualités marginales dans l’espace urbain et sur les formes de contrôle auxquelles elles font face. Il s’agit d’observer, concrètement, comment certaines sociabilités et pratiques sexuelles se manifestent, comment elles sont perçues par les acteurs qui les observent et à quelles formes de tolérance et de répression elles sont confrontées. En l’absence de sources personnelles mobilisables, ce travail s’appuie essentiellement sur des archives policières, souvent retenues par les historiens de l’homosexualité pour leur richesse. Ces sources sont complétées par la consultation moins exhaustive de trois titres de presse, de photographies, et de publications officielles. Ce corpus restreint de fait la portée de l’étude : d’une part, étant donnée leur quasi-absence des archives de la préfecture de police de Paris, les femmes participant à des sociabilités ou pratiques homosexuelles n’ont pas pu être incluses ; d’autre part, les archives travaillées portent avant tout la trace du regard policier sur l’homosexualité plutôt que le point de vue des hommes concernés.

90Ainsi, quittant l’univers des représentations propre à l’histoire culturelle et s’éloignant de l’étude des parcours biographiques d’homosexuels connus, ce mémoire prend le parti d’étudier de près le contrôle policier des sexualités masculines. L’intérêt de cette démarche consiste, en premier lieu, à fournir une mesure de l’activité policière vis-à-vis des marginalités sexuelles dont l’ampleur et les motifs sont encore méconnus des historiens de l’entre-deux-guerres. D’autre part, cette archive témoigne d’une rencontre entre agents et cibles du contrôle qui permet de saisir les pratiques sexuelles masculines jugées dignes d’une surveillance policière. Enfin, le récit des opérations de police permet de mettre en lumière l’appareil descriptif et analytique mobilisé par les agents pour comprendre les phénomènes qu’ils observent, trace de l’intelligence sociale des sexualités marginales. En croisant procédures et désignations policières, on s’intéresse finalement à la manière dont s’énoncent les sujets sexuels dans le cadre d’un contrôle social et institutionnel.

91L’étude s’intéresse dans un premier temps aux dynamiques du contrôle policier. La généalogie de la police de l’homosexualité au sein de la préfecture montre d’abord qu’il existe un dispositif de contrôle des sexualités masculines déviantes, rattaché à la police des mœurs, qui mobilise différents organes de l’institution. Ce dispositif de contrôle opère cependant dans un relatif vide juridique puisque l’homosexualité n’est pas explicitement mentionnée dans le Code pénal, ni dans les règlements de la préfecture. La police de l’homosexualité se justifie donc en premier lieu par le respect de l’ordre, de la morale et de l’hygiène publique. Toutefois, le discours policier évolue au cours de l’entre-deux-guerres : l’homosexualité est de moins en moins perçue comme une simple nuisance, regrettable, mais comme un problème en soi, face auquel la législation est insatisfaisante. Accompagnant ce changement de discours, la pression policière sur les sociabilités homosexuelles masculines s’accroît sous la préfecture de Jean Chiappe sans toutefois constituer une répression de grande ampleur.

92Dans un second temps, l’analyse se porte sur la construction sociale de l’homosexualité comme phénomène lisible dans le cadre de ces rapports de pouvoir. Les policiers interviennent dans un monde sexuel marqué par une grande diversité sociale et construisent par l’expérience leur propre idée des normes de genre qu’ils se donnent pour mission d’appliquer. Leur analyse montre différentes possibilités de modélisation du monde sexuel permettant de caractériser la déviance. L’intelligence policière révèle la coexistence de stéréotypes anciens et d’une certaine modernité de propos par l’emprunt d’une partie de son vocabulaire au discours médical. Toutefois, le langage des acteurs montre que les conceptions modernes de l’homosexualité – spécifiant l’individu par son orientation sexuelle – ne recouvrent qu’une partie des outils descriptifs à disposition des agents. Ceux-ci différencient en effet largement les caractères attribués aux déviants selon leur profil social et leur comportement. Un regard porté sur la revue Inversions, tenue par et pour des homosexuels en 1924-25, montre que les individus concernés revendiquent de manière bien plus nette cette notion d’homosexualité moderne, leur permettant à l’inverse de contester la stigmatisation sociale.

Lucie Halliday, « Histoire de l’internet féministe en France (1996-2015). Première approche socio-historique », master 2 recherche Histoire, dir. Christine Bard, Université d’Angers, 2016.

93Ce mémoire propose un tour d’horizon du cyber-activisme féministe français de 1996 à 2015. Au total, 339 sites internet féministes français ou européens ont été recensés : sites-vitrines (majoritairement des sites d’associations), blogs et tumblr, pages Facebook, forums, médias féministes. Des fonds d’archives du Centre des Archives du Féminisme ont été également utilisés comme sources. Enfin, quelques échanges par mail avec des administratrices de sites ont pu nous éclairer sur certains points. L’une des problématiques principales a été de savoir en quoi internet renouvelait les contenus intellectuels féministes en France. C’est un sujet novateur qui suscite l’intérêt de la communauté scientifique cette dernière décennie en France.

94La première partie du travail porte sur l’évolution des discours, des usages et des enjeux dans le cyberespace féministe entre 1996 et 2015. L’aspect techno-utopiste est palpable chez les pionnières. Internet apparaît comme un formidable outil dans lequel les femmes doivent s’investir pour lutter contre le patriarcat. Dans ce cadre, de nombreuses associations mettent à disposition des instruments permettant l’utilisation des télématiques et d’internet. En définitive, pour une association, se doter d’un site internet est une véritable vitrine sur les actions menées, leurs revendications, leurs principes et leurs objectifs. Puis au milieu des années 2000, une parole forgée par de nouvelles actrices émerge, les blogueuses (parfois des blogueurs). La création d’un blog découle souvent d’un événement politique ou d’un acte antiféministe à échelle nationale ou internationale. Ces blogueurs ou blogueuses font le choix de dévoiler leur identité ou non ; tout dépend de la thématique évoquée. Par exemple, une blogueuse évoquant son agression sexuelle préférera rester anonyme. Certains blogs ont fait parler d’eux à la suite d’un article ou d’une pétition qui a suscité l’engouement ou l’indignation de certains internautes. Enfin, notre dernière sous-partie sur le cybersexisme symbolise l’incarnation des inégalités hommes/femmes sur le web. Sous une autre forme, les violences sexistes, misogynes ou sexuelles se reproduisent sur internet.

95Notre deuxième partie a tenté de cerner le « réseautage » féministe à échelle nationale, locale, internationale (mais toujours du point de vue français) entre les associations et blogs féministes (« réseautage » interne) mais aussi entre les administratrices de sites et le public (« réseautage » externe). Trouver son public en ligne passe par l’aménagement d’une page web (onomastique et graphisme). Nous pouvons supposer qu’un blog avec une interface moderne attirera davantage d’internautes. Le ciblage d’une population précise est souvent mis en place. Les jeunes, à la fois très actifs sur les réseaux sociaux, victimes de violences spécifiques et également enjeux de perpétuation des inégalités hommes/femmes sont régulièrement dans le viseur féministe. Par exemple, Télédebout organise tous les ans un concours pour les 10-25 ans, « Buzzons contre le sexisme ». Attirer l’attention des jeunes sur les égalités hommes/femmes, le sexisme ou les stéréotypes de genre permet de traiter de problème à la racine. Notre deuxième sous-partie s’attarde sur les stratégies mises en place par les associations et blogs féministes pour les connecter entre eux. Les listes de diffusion, les cartes virtuelles ou encore les forums donnent lieu à de nouvelles formes de solidarité à différentes échelles qui pourront parfois être concrétisées hors-ligne.

96Notre dernière partie évoque le web collaboratif et le web féministe notamment au travers de sites de témoignages et des actions ponctuelles de constitution d’une mémoire féministe. Le but est de constituer une « chambre à soi » et un espace sécurisant, et de rendre compte du harcèlement sexiste et lesbophobe dans le milieu urbain. La constitution d’une mémoire ou d’une mutualisation féministe en collaboration étroite avec les internautes est au centre des objectifs de blogs participatifs.

97Que conclure de cette étude ? Internet forge une nouvelle forme de militantisme féministe en ligne. Le cyberactivisme féministe tend à nouer et prolonger des solidarités entre les militantes elles-mêmes ou entre individus partageant des intérêts communs. Un nouveau visage du féminisme se façonne, pris en charge par une nouvelle génération confrontée à des problématiques de société communes. La lutte contre le harcèlement de rue en est l’exemple le plus manifeste. Un féminisme « jeune », « pop » est souvent mis en avant. Ce que j’ai voulu souligner est l’extrême diversité des contenus et des acteurs et actrices féministes sur la Toile. Internet est un terreau de mobilisations de points de vue consensuels ou non. C’est aussi un espace où certaines militantes féministes non satisfaites du militantisme sur le terrain au sein d’associations peuvent s’exprimer à leur échelle, avec leurs moyens culturels. Cette diversité des points de vue a ses avantages et ses inconvénients. La parole peut paraître fragmentée, les points de vue contradictoires et rendre confuse la définition des féminismes. Néanmoins, la cristallisation de ces différentes revendications sur le web participe à la richesse des féminismes.

98Laurence Larochelle, « Représentations du "féminin" dans les publicités ? Comparaison des publicités sur la femme dans la revue grecque Gynaika », master 2 Sociétés contemporaines : enjeux éthiques, politiques et sociaux, dir. Jan Spurk, Université Paris Descartes, 2015.

99Ce mémoire vise à étudier les représentations de la féminité en Grèce à travers les publicités du magazine féminin Gynaika et de repérer leurs éventuels changements au fil du temps.

100Plus précisément, nous avons étudié les représentations de la femme en faisant une analyse de contenu des publicités du magazine en question pour deux périodes historiques bien différentes : 1970 et 2000. Nous avons choisi ces deux époques puisqu’elles représentent deux phases sociopolitiques qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays. D’une part en 1970, le pays est sous un régime de dictature militaire. Cette époque se caractérise alors par un grand conservatisme, tant au niveau politique qu’au niveau de la vie quotidienne et des rapports des genres, accentuant le patriarcat traditionnel des pays agricoles. Dans ce cadre, les femmes sont « naturellement » exclues de la sphère publique. D’autre part, le millénium trouve la Grèce dans une phase de « modernité européenne » où règnent le lifestyle, le consumérisme des biens et des marques mais aussi une participation plus pesante des femmes dans la « sphère publique ».

101En étudiant ces deux périodes historiques, nous avons voulu repérer d’éventuels changements concernant la représentation de la femme « idéale » au fil du temps. Quels rôles ou quelles obligations et quelles caractéristiques doit avoir une femme pour être conforme aux normes de la société à laquelle elle appartient à un espace et un temps donné ? Comment et de quelle manière ces données changent ? Quelle est la place réservée aux femmes en 1970 et ensuite en 2000 à partir de publicités comprises comme un « idéal type » ?

102Comme objet de recherche sont choisies les publicités de la presse féminine. Les « féminins » sont un support qui est déconnecté du flux de l’actualité, permettant l’analyse de la condition féminine au quotidien, sans liaison très directe avec les évènements de l’actualité. La presse magazine est un média qui entretient une relation intime avec ses lectrices. Les rubriques qui portent sur des problèmes et des questionnements censés être purement « féminins » permettent d’observer la cristallisation des rôles sociaux. Ensuite, les publicités sont le support idéal pour l’analyse des rôles attribués par une société donnée au genre puisqu’elles se basent sur les stéréotypes les concernant.

103Le magazine Gynaika fut créé en 1950 à l’exemple de Marie Claire. Il est le seul qui couvre une période aussi longue (permettant donc la comparaison) ; de plus, il fut très apprécié par les Grecques. L’analyse fut complétée par une recherche empirique fondée sur des entretiens avec des journalistes qui ont travaillé pour ce magazine lors des deux périodes étudiées et avec un public-cible de lectrices.

104L’intérêt de cette recherche repose sur une approche combinant l’analyse des publicités mais aussi de leur réception par les femmes (approche originale pour le cas de la Grèce). Par ailleurs, la conduite d’une analyse comparative entre deux périodes distinctes permet d’étudier le changement historique des représentations de genre.

105À travers notre analyse, nous avons constaté que l’image de la femme idéale en 1970 consiste autant à être une mère affectueuse qu’une épouse coquette, « impeccable » dans le domaine du foyer – des astuces lui sont dictées pour séduire l’homme par ses vêtements et ses parfums. L’homme est représenté comme un chef de famille détenant la puissance économique, complètement absent des tâches ménagères, ne participant pas aux soins de ses propres enfants, sauf quand il s’agit de jouer avec eux. Les publicités de l’année 1970 présentent un modèle patriarcal typique.

106La femme de 2000 ne se détache pas de ses fonctions « classiques » (mère, femme au foyer, épouse). Ce triple rôle, toujours fondamental, semble devenir de moins en moins important dans la vie quotidienne. La femme idéale de l’an 2000 est particulièrement séduisante ; elle recherche la beauté des grandes stars hollywoodiennes et ne sacrifie pas sa « carrière ». Autrement dit, elle prend la forme d’une héroïne qui doit être parfaite dans tous les aspects de sa vie. Parallèlement, l’homme de l’an 2000 semble être séduit par la femme qui est belle, sexy et pleine de confiance en elle. Il continue à être absent des tâches ménagères et du soin de ses enfants.

107Dans ce contexte, l’analyse de la réception des publicités de la part des lectrices a relevé que les femmes ne s’aperçoivent pas toujours du « sexisme » des publicités contemporaines, tandis qu’il leur paraît évident dans les publicités de 1970. Les femmes qui ont participé à notre recherche semblent considérer les stéréotypes caractérisant l’identité féminine comme des attributs « naturels » de leur sexe, considérant qu’il y a des valeurs/caractéristiques qui sont censées être intemporellement liées au sexe féminin.

108Notre étude a donc montré que le « mythe » autour de l’identité féminine (ainsi que de l’identité masculine) reste en dernière analyse le même au fil du temps puisqu’il est déterminé par les valeurs d’un système encore patriarcal. Ce qui semble changer vraiment est le code esthétique avec lequel il est présenté pour chaque période.

Blandine Lefierdebras, « Un projet collectif au sein de l’espace rennais de la cause des femmes : le Centre rennais d’information des femmes (CRIF), 1976-1982 », master 2 Histoire, sociétés, cultures, dir. Martine Cocaud, Université Rennes 2, 2016.

  • 5 Laure Bereni, « De la cause à la loi. Les mobilisations pour la parité politique en France (1992-20 (...)

109Ce master porte sur la création du Centre rennais d’information des femmes (CRIF) et analyse les relations entre les différentes actrices de l’espace de la cause des femmes à Rennes entre 1976 et 1982. J’ai utilisé le concept d’espace de la cause des femmes développé par Laure Bereni qui le définit ainsi : « l’ensemble des collectifs – et leurs participantes – qui luttent au nom des femmes et pour les femmes, quels que soient les termes de la lutte et la sphère dans laquelle elle se déploie »5. Je me suis interrogée sur la place occupée par le CRIF dans l’espace de la cause des femmes à Rennes.

110À partir de février 1976, un groupe de femmes rennaises issues d’associations féminines (Union des femmes françaises, l’Union féminine civique et sociale et l’Association des femmes chefs de famille) se rencontrent à plusieurs reprises au sein d’instances de la vie associative rennaise. Elles font le constat qu’elles rencontrent nombre de femmes qui ont un besoin d’information sur leurs droits. Ensemble, grâce à leurs spécificités respectives, elles se pensent à même de répondre à ces femmes et de les orienter. Un groupe de travail se constitue pour réfléchir à un projet de mise en place d’un centre d’information pour les femmes rennaises. Ce groupe est ouvert ; il a la volonté de rassembler l’ensemble des actrices et des acteurs qui sont en lien avec les femmes. Il va rassembler des associations féminines présentes à Rennes (les trois associations déjà citées ainsi que les associations de veuves) et des institutions publiques (la déléguée à la condition féminine de Bretagne, une représentante de la municipalité rennaise, le Centre d’information jeunesse de Bretagne, l’Office social et culturel rennais). D’autres acteurs viennent ponctuellement participer et soutenir cette démarche (des groupes femmes de quartier, le Planning familial). Enfin, quelques femmes n’appartenant à aucune organisation vont également prendre part à ce travail de construction d’un projet pour les femmes. Cette construction s’est réalisée en plusieurs étapes. Dans un premier temps, un groupe de réflexion très hétérogène s’est intéressé à une possible adhésion à la charte des Centres d’information féminins (CIF) mis en place en 1972 et qui se développent à partir des années 1973-1974 dans plusieurs villes de province. Après avoir imaginé en détail le fonctionnement d’un éventuel CIF à Rennes, le groupe a refusé d’adhérer au réseau des CIF. Par la suite, le groupe a poursuivi son travail jusqu’à la mise en place de permanences puis la création de l’association CRIF en 1980. D’octobre 1979 à octobre 1981, le CRIF fonctionne bénévolement. Enfin, le CRIF adhère en octobre 1980 à la fédération des CIDF, structures mise en place par Yvette Roudy à son arrivée au poste de ministre des Droits de la femme. Cette adhésion permet au CRIF d’obtenir des financements suffisants pour salarier les informatrices et d’envisager une pérennisation de ce projet. Le CRIF passe alors d’une association intégralement bénévole fonctionnant avec peu de subventions, à une association faisant partie de l’institutionnalisation du droit des femmes.

111Les relations entre les différentes actrices de l’espace de la cause des femmes à Rennes sont analysées à l’occasion de leur travail autour du projet du CRIF. Bien que l’ensemble du groupe soit très hétérogène, on retrouve au travers des grandes tendances de l’association les positions des femmes en ayant composé le noyau dur. Le CRIF se présente ainsi comme un lieu neutre, défend des positions réformistes concernant le droit des femmes et n’adhère pas au concept de patriarcat. Il ne se revendique pas féministe mais ne rejette pour autant pas totalement les mouvements et les femmes féministes. Il semble qu’il y ait une sympathie pour les idées de gauche et un attachement fort aux valeurs de l’action associative. Les femmes qui composent le CRIF sont en capacité à la fois d’associer des membres de groupes de femmes issues de la mouvance du mouvement de libération des femmes, tout en travaillant sans difficulté avec les pouvoirs publics.

  • 6 Cf. Catherine Achin, Delphine Naudier, « La libération par Tupperware ? », CLIO Histoire, femmes et (...)

112Le CRIF s’inscrit donc dans un contexte général favorable au développement des droits des femmes, où l’idée d’un changement de la société s’impose afin de permettre aux femmes d’accéder à une égalité avec les hommes. Le mouvement féministe radical, par la diffusion de ses revendications et idées, n’a pas réussi à imposer l’outil d’analyse du patriarcat à l’ensemble de l’espace de la cause des femmes. Mais il a permis indirectement aux mouvements féminins et féministes moins radicaux et plus réformistes de peser davantage dans la balance et de faire prendre en compte leurs revendications considérées, à l’aune de celles des féministes radicales, comme plus acceptables par le pouvoir politique et par une partie de la société, permettant ainsi la diffusion par capillarité d’une pensée d’émancipation des femmes6. De plus, ce projet se positionne à la croisée d’une dynamique nationale (développement des CIF puis des CIDF) et d’une politique municipale favorisant le développement associatif. Les militantes du CRIF se positionnent dans cette dynamique, comme un intermédiaire entre différents collectifs de l’espace de la cause des femmes à Rennes.

Coline Leroy, « Le théâtre féministe des années 1970 en France : de la performance à la conscience politique », master 2 Histoire et civilisation, mention histoire du genre, dir. Elizabeth Claire, EHESS, 2016.

113La Carmagnole est une troupe de théâtre féminine et féministe, créée en 1974 à Paris. Les comédiennes, car il n’y a que des femmes, sont non professionnelles et autant militantes qu’autrices. C’est, a priori, la seule troupe de théâtre revendiquant ces spécificités dans les années 1970 en France. Il s’agit de femmes engagées pour leurs droits qui se regroupent autour d’un projet commun. Par des pièces de théâtre, sketchs, chansons et débats avec les spectateurs.trices, la Carmagnole illustre et explique les préoccupations militantes du mouvement des femmes, autant qu’elle est actrice de ce combat féministe. Le théâtre militant leur permet de réaffirmer ce que sont et peuvent être les femmes, dans toutes leurs différences et altérités. La Carmagnole marque alors un nouveau départ dans les rapports femmes/hommes dans la société, entre femmes mais aussi à propos d’elles-mêmes : dans quelles conditions les femmes de la Carmagnole travaillent-elles à se réapproprier leurs identités de femmes grâce à leur féminisme ?

114La troupe de la Carmagnole est un groupe de réflexion et de travail féministe, dont la production théâtrale est le fruit. Le spectacle se pose comme l’expression d’un travail collectif, qui permet de diffuser les revendications féministes portées par le groupe. En ce sens, nous nous penchons sur la conscience politique qui a poussé à la formation de la troupe, interrogeant par ce biais les mécanismes de genre à l’œuvre pour la formation de la Carmagnole. Il s’agit là de comprendre leur mode de réflexion, proche d’une cellule politique, qui permet, par une introspection personnelle et une réflexion commune à partir de ce vécu individuel, de créer les pièces de théâtre. La manière dont la Carmagnole choisit ses thématiques de réflexion féministes, basées sur les histoires personnelles et brutes des comédiennes, est un acte politique majeur car il démontre à quel point les oppressions patriarcales pèsent sur chacune des femmes, autant dans l’espace public que dans l’intimité. Ce mode de réflexion invite le potentiel public à rechercher dans son expérience personnelle quels sont les points de fixation de la lutte féministe. D’ailleurs, de quel public s’agit-il ? Cette transmission aux spectateurs des idées féministes se façonne progressivement et évolue constamment : le rapport au public est une constante spécifique à chaque séance ; entre femmes, on peut même entrevoir un lien privilégié. Les réactions et les attentes sont donc bien particulières face à des pièces de théâtre ouvertement politisées ; des traits caractéristiques peuvent même être extraits.

115L’analyse succincte des revendications présentes dans ces pièces est reliée aux activités militantes de la troupe, soulignant ainsi l’importance du contexte de travail entourant la rédaction et la mise en scène de chaque pièce. Les différents styles des pièces créées au fil du temps, répartis en trois phases assez distinctes, sont représentatifs de l’évolution de la réflexion militante et de l’investissement de plus en plus important des comédiennes dans le projet collectif. Il nous incombera donc de déterminer comment ces revendications féministes agissent sur la vie et le comportement de la troupe : les textes exprimés sont militants ; leur mise en scène tout comme la nature et la portée des idées diffusées sont des indications de leur volonté de leur désir de transmission politique. Comment les comédiennes les conçoivent et selon quelles modalités arrivent-elles à captiver le public ? Quels sont les outils narratifs déployés pour convaincre de l’importance du féminisme ? Les pièces de théâtre, une fois montées, mettent en lumière les outils pédagogiques déployés vers le public, le recul et la prise de confiance des comédiennes vis-à-vis d’elles-mêmes et dans leur production. La troupe de la Carmagnole serait-elle un catalyseur d’empowerment ?

116D’après le processus de formation et de création de la troupe, nous nous essaierons à voir la Carmagnole, dans sa temporalité et sa formation, sous le prisme de la notion de performance développée par Judith Butler. Les étapes principales de ce processus se situent dans le cheminement de la réflexion personnelle puis collective, de la théorie féministe contextuelle choisie, de la création jusqu’à la représentation et dans le rapport au public lors des séances de discussion de fin de spectacle. On identifie effectivement un processus qui passe par différentes étapes de répétition des concepts féministes travaillés. La question du féminisme est en effet au cœur de l’existence de la Carmagnole : elle est le sujet des pièces et le moteur de l’activité des comédiennes. Mais par cet acte, celles-ci vont performer leur féminisme autant qu’illustrer le mode de lutte par l’auto-organisation dans lequel le mouvement des femmes s’inscrit. Elles vont faire le féminisme autant que le revendiquer. En ce sens, la Carmagnole devient l’illustration de ce à quoi elle sert : un symbole de lutte féministe.

117Ainsi, l’objet de la Carmagnole, pour ses militantes-comédiennes, est de questionner et remettre en cause la place et le statut des femmes dans la société française. Ce combat s’insère et trouve écho au-delà du cercle de la troupe. Il est important de replacer cette activité au sein d’une communauté plus large et d’examiner les modalités et l’originalité de son organisation. La troupe n’est pas juste une troupe de théâtre, c’est un groupe auto-organisé dont les règles de fonctionnement ne sont pas sans rappeler celles d’organisations politiques. Si l’activité théâtrale est centrale, elle est instrumentalisée à des fins de résistance contre l’oppression. Le féminisme souligne par les luttes qui l’entourent à quel point la femme comme concept politique est un enjeu de pouvoir. Comment s’imbriquent les notions de féminisme et de féminité dans ce contexte, et quelles sont les conditions de l’émancipation féminine dans un environnement où leur identité sociale est contrôlée, de même que leur existence ?

Blanche Plaquevent, « "Au ras des corps et des jours". Le contrôle social et la déviance des jeunes mères. Le Plessis Robinson, années 1960-1970 », master 2 recherche Histoire, dir. Claire Andrieu et Elissa Maïlander, Institut d’études politiques de Paris, 2016.

118Dans la France des années 1960, l’avortement est interdit, l’accès à la contraception presque impossible pour les mineures et l’éducation sexuelle inexistante. Ainsi, pour une jeune fille, tomber enceinte alors qu’elle est célibataire et scolarisée entraîne souvent une exclusion multiforme. Une pratique commune dans les collèges et lycées consiste à renvoyer les jeunes filles enceintes ; celles-ci peuvent aussi être rejetées par leur famille, particulièrement si cette dernière ne peut assumer le coût d’une grossesse précoce. Certaines jeunes filles enceintes sont alors prises en charge par les services sociaux dans des institutions qui leur sont réservées. Mon mémoire porte sur deux institutions pour jeunes mères situées au Plessis-Robinson : un collège technique pour jeunes mères et un hôtel maternel, deux établissements se succédant chronologiquement dans le même lieu entre les années 1960 et 1970. Ils constituent une étude de cas d’autant plus intéressante que le collège a été le théâtre d’une révolte des jeunes mères, organisée et soutenue par le MLF en décembre 1971.

119L’historiographie française a analysé les années 1960-1970 comme un moment de libération des pratiques sexuelles de la jeunesse. Toutefois, cette période est paradoxale du point de vue de la sexualité : si les relations se fluidifient, les jeunes filles n’ont pas forcément les moyens de se prémunir d’une grossesse. Peu d’études historiques ont été menées sur ces grossesses qui sont pourtant la conséquence logique des contradictions d’une société en changement.

120Ce travail s’inscrit dans le champ de l’histoire des femmes et du genre puisque j’étudie les normes et les lois qui s’appliquent aux jeunes mères ainsi que leur expérience subjective. Toutefois, il s’agit également d’un travail sur la jeunesse et ses marges puisque mon mémoire aborde la déviance féminine et s’inscrit ainsi dans le champ académique en développement qu’est l’histoire de l’enfance « irrégulière ». S’intéresser aux jeunes mères des années 1960-1970 est un moyen d’étudier les marges de la féminité, de la maternité et de la jeunesse puisque ces jeunes filles ne se laissent jamais ramener aux normes de ces différents groupes sociaux.

121Mon mémoire n’a pas pour but de décrire « l’identité » des jeunes mères des années 1960 et 1970 mais plutôt de reconstruire la façon dont des identités leur sont assignées. Il donne à voir les processus d’identification de genre et de déviance opérés par les représentations publiques qu’on se fait des adolescentes enceintes (discours des médecins, psychologues, psychanalystes, journalistes), par leur prise en charge et enfin par l’appropriation de ces identités par les jeunes filles. Ce travail utilise donc trois approches, dont découlent trois types d’archives : les discours gravitant autour des jeunes filles, les pratiques institutionnelles qui régissent leur quotidien et leurs témoignages subjectifs.

122J’ai organisé mon étude chronologiquement pour donner à voir les évolutions des représentations et de la prise en charge. La première partie analyse les années 1960. Après un tableau de la situation légale, scolaire et sociale des adolescentes, les trois approches décrites ci-dessus sont déclinées : une étude des discours circulant dans la société française sur les jeunes mères, une étude du fonctionnement du collège pour jeunes mères du Plessis-Robinson et enfin la reconstruction de l’expérience subjective dans l’institution.

123La deuxième partie explore la grève de décembre 1971 au collège du Plessis-Robinson. Cette partie offre une histoire factuelle de la grève, qui n’avait jamais été retracée, et cherche à mettre la révolte en perspective avec les mouvements sociaux des années 1970. Est par exemple analysée l’articulation problématique entre les luttes féministes et la lutte des adolescentes. Ce mémoire met aussi en évidence l’existence d’un mouvement social des jeunes mères en 1971-1972 puisque plusieurs révoltes se déclenchent dans divers établissements spécialisés.

124Enfin, la troisième partie donne à voir les évolutions au cours des années 1970. En effet, après l’émergence du problème public posé par les jeunes mères, les représentations et la prise en charge institutionnelle évoluent. Le nouvel hôtel maternel construit au Plessis-Robinson pour remplacer l’ancien collège organise un suivi professionnalisé des jeunes mères, avec une prise en charge psychologique fondée sur une observation quotidienne et précise, « au ras des corps et des jours » comme le dirait Foucault qui se veut moins arbitraire que la discipline de l’établissement dans les années 1960 mais qui est surtout la reconfiguration d’un contrôle social encore normatif.

Elise Roque, « Le service domestique à Londres et à New York de 1870 à 1920 : étude comparative », master 2 de civilisation britannique, dir. Myriam Boussahba-Bravard, Université Paris Diderot, 2015.

125À partir de 1970, la littérature académique sur le service domestique s’est enrichie de recherches conduites sur les conditions de vie de jeunes femmes jusqu’alors méconnues. Le quotidien des employées domestiques qui peuplaient les foyers britanniques et américains au XIXe siècle a été exploré. Le service domestique apparaissait alors à la jonction de l’histoire des femmes, du travail, des classes sociales et de l’éducation des filles. Cependant, le versant « racial » de la question, défini selon l’idéologie des Londoniens et New-Yorkais au XIXsiècle, semble délaissé par les chercheurs anglais alors qu’il est reconnu comme essentiel à l’histoire du service domestique par les Américains.

  • 7 Anne McClintock, Imperial Leather Race, Gender, and Sexuality in the Conolial Conquest, New York, R (...)

126Ce mémoire propose d’étudier et de comparer l’évolution de la perception du service domestique et de sa main-d’œuvre par les employeurs et, de façon plus générale, par les classes moyennes et supérieures à partir de 1870. A cette date, les recensements de la population en Angleterre et aux Etats-Unis prenaient en compte tous les membres d’un foyer et leur occupation. Le service domestique au XIXe siècle peut être partiellement défini comme suit : il s’agissait d’une profession de femmes issues de l’immigration ou des classes laborieuses, et notamment de milieux ruraux ; les employées domestiques étaient les subordonnées d’un maître et d’une maîtresse de classe sociale supérieure. La rigide hiérarchie sociale qui structurait les sociétés anglaise et américaine s’appuyait, entre autre, sur le concept de « race ». Anne McClintock rappelle qu’au XIXe siècle, ce terme était employé de façon interchangeable et instable, parfois comme synonyme « d’espèce », parfois comme synonyme de « culture », parfois comme synonyme de « nation », parfois pour différencier une ethnicité biologique ou un sous-groupe au sein de regroupements nationaux7.

127Le service domestique était donc une profession qui faisait se rencontrer et cohabiter des membres de classes sociales et de « races » différentes, ce qui était source de conflit. La Première Guerre mondiale porta un coup fatal au service domestique en Angleterre, mais son déclin en nombre n’est apparu aux Etats-Unis qu’à partir de 1920.

128En étudiant les différences et les similarités économiques, idéologiques, sociales et religieuses entre les deux villes, ainsi qu’en essayant d’expliquer les divergences historiographiques et de périodisation, ce mémoire répondra à la question principale suivante : dans quelle mesure l’étude comparative du service domestique à Londres et à New York à la fin du XIXe siècle soulève-t-elle des questions communes de genre, d’idéologie, de « race » et de classes sociales ?

  • 8 Danielle Taylor Phillips, « Moving with the Women : Tracing Racialization, Migration, and Domestic (...)

129Ce travail est composé de trois chapitres. Dans chaque chapitre, le même genre de sources est analysé pour les deux villes afin de les comparer. Le premier chapitre est l’occasion de comparer deux manuels de gestion du foyer et de bonne conduite. On s’aperçoit alors que l’idéologie dominante du culte de la domesticité était commune aux deux sociétés. Ensuite, les recensements de la population de 1870 à 1920 nous apprennent que la majorité des domestiques à New York étaient nées en Irlande. En Angleterre, la main-d’œuvre était principalement composée d’Anglaises. Ces sources mettent en relief des conflits de classe, ethnique, idéologique et religieux à l’origine du « Problème domestique ». Le deuxième chapitre se concentre sur ce « Problème », réelle illustration de la perception du service domestique par les classes supérieures qui fut amplement discuté dans la presse écrite. Le corpus de presse est composé d’articles à public féminin, généralistes et caricaturaux, publiés principalement à Londres et à New York. La question de la « race » apparaît alors comme centrale. En effet, à New York, les maîtresses se plaignaient de « Bridget », prénom irlandais courant afin de faire référence de façon raciste à toutes les domestiques nées en Irlande. Il était associé à la saleté, l’ignorance, les mœurs douteuses et le catholicisme. Non seulement, les domestiques étaient stigmatisées à cause de leur origine sociale et de la nature de leur travail mais les Irlandaises formaient une typologie supplémentaire au sein la « race des domestiques ». Bien que de tels stéréotypes sur les Irlandaises n’apparaissent pas dans la presse féminine londonienne, la domestique-type ignorante, sale, fainéante ou encore mal élevée y existait sous le nom de « Mary ». À Londres comme à New York, les maux attribués aux domestiques semblaient être liés avant tout à leur « race » et/ou l’origine sociale considérée comme fondamentalement « inférieure ». De plus, dans les archives de dessins caricaturaux « Bridget » et « Mary » sont interchangeables pour représenter les domestiques à Londres. Elles parlent un anglais mal orthographié et sont identifiables immédiatement grâce à leur tenue pour souligner leur mauvaise éducation et leur infériorité. La « race » est donc centrale, sinon inhérente au service domestique. Danielle Taylor Phillips et Bronwen Walter parlent d’ailleurs de « racialization » du service domestique8. Cependant, cette problématique n’est pas abordée dans la littérature académique actuelle en Angleterre. Tenter d’expliquer les différences historiographiques est donc l’un des enjeux du troisième chapitre qui porte sur la périodisation différente du service domestique à Londres et à New York de 1890 à 1920. Les mouvements féministes, l’amélioration et l’évolution de l’éducation des femmes et des filles, leur émancipation et la Première Guerre mondiale ont été autant de facteurs qui ont contribué au déclin en nombre du service domestique au début du XXe siècle. Cependant, malgré ce déclin, les Afro-Américaines et les Irlandaises ont respectivement remplacé les Irlandaises à New York et les Anglaises à Londres. La perception de la profession semble alors être restée inchangée.

Haut de page

Notes

1 Thomas Laqueur, La fabrique du sexe : essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 2013.

2 Evelyne Peyre Joëlle Wiels (dir.), Mon corps a-t-il un sexe ?, Paris, La Découverte, 2015.

3 Philippe Boissinot, Qu’est-ce qu’un fait archéologique ?, Paris, Éditions de l’EHESS, 2015.

1 Griselda Pollock, « The Missing Future : MoMA and Modern Women », in Cornelia Butler, Alexandra Schwartz (dir.), Modern Women : Women Artists at the Museum of Modern Art, New York, Museum of Modern Art, 2010, p. 51.

2 Cette distinction en ordres se lit à toutes les échelles : des réseaux d’établissements séparés, des enseignements et des programmes différents mais aussi des personnels enseignants distincts.

3 Les sources pour ce mémoire ont été la série H des Archives départementales du Rhône (Archives de l’hôpital du Vinatier), la presse spécialisée, les thèses et des mémoires de psychiatrie, des journaux de malades et des entretiens oraux.

4 Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe. Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Paris, Seuil, 2000.

5 Laure Bereni, « De la cause à la loi. Les mobilisations pour la parité politique en France (1992-2000) », thèse de doctorat en science politique, Université Paris 1, 2007, p. 23.

6 Cf. Catherine Achin, Delphine Naudier, « La libération par Tupperware ? », CLIO Histoire, femmes et sociétés, n° 29, 2009, p. 131-140.

7 Anne McClintock, Imperial Leather Race, Gender, and Sexuality in the Conolial Conquest, New York, Routledge, 1995, p. 52.

8 Danielle Taylor Phillips, « Moving with the Women : Tracing Racialization, Migration, and Domestic Workers in the Archive », Signs, vol. 38, n° 2 (janvier 2013), p. 379-404 ; Bronwen Walter. Outsiders inside Whiteness, Place, and Irish Women, New York, Routledge, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Masters candidats aux prix Mnémosyne », Genre & Histoire [En ligne], 19 | Printemps 2017, mis en ligne le 05 septembre 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2747

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page