Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

Claire Lescofitt, Femmes et féminismes à la Ligue des Droits de l'Homme, 1914-1940

Master 1 - Université d'Evry Val d'Essonne, 2007
Claire Lescofitt

Entrées d’index

Mots-clés :

Féminisme

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  La Ligue des Droits de l’Homme est créée par Ludovic Trarieux en 1898 à l’occasion de l’affaire Dr (...)

1Par son nom, la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), association centenaire1, choisit de faire explicitement référence à la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789, texte fondamental de la démocratie française, et largement repris à travers le monde. Elle affiche clairement ses ambitions : elle entend se donner pour rôle de faire respecter les Droits tels qu’ils sont énoncés dans la Déclaration des Droits de l’Homme.

  • 2  C’est l’objet de mon mémoire de maîtrise, Les féminismes, les femmes et la Ligue des Droits de l’H (...)

2Mais en revendiquant cet héritage, aussi glorieux que riche, la LDH pose à nouveau le problème soulevé par la Déclaration de 1789 et contenu dans son titre même : de quel Homme cette Ligue défend-elle les Droits : ceux de l’Homme-Être Humain, ou bien ceux de l’Homme-personne de sexe masculin ? La question n’est pas purement lexicale, elle permet, en réalité, d’interroger plus profondément la Ligue sur les rapports qu’elle a entretenus avec les questions féminines durant la seconde Troisième République (1914-1940)2.

3Le paradoxe auquel doit faire face la Ligue des Droits de l’Homme peut ainsi être posé : sans être une association (exclusivement) féministe, la Ligue des Droits de l’Homme est-elle féministe ? Certainement, et plusieurs raisons viennent étayer cette thèse.


***

4Tout d’abord, il faut saisir l’ampleur des liens qui unissent la LDH au monde féministe. De très nombreux membres, dirigeants ou non, femmes ou hommes de la Ligue, se retrouvent dans d’autres associations à vocation plus précisément féministes : Conseil national des femmes françaises, Ligue française pour le droit des femmes, Union des femmes françaises, Union temporaire contre la réglementation de la prostitution, Association des études sexologiques,  Pro Amore, Union française pour le suffrage des femmes, Groupe des femmes socialistes, Groupe des droits de la femme à la Chambre, etc.

  • 3  A son apogée en 1932, elle compte près de 180 000 adhérents, tandis que la SFIO ne dépasse jamais (...)

5Ensuite, il s’agit de rappeler la place originale qu’occupe la LDH dans la vie publique et civique de la France durant la seconde Troisième République. Dans les années 1920, elle devient organisation de masse et compte plus d’adhérents qu’aucun des partis de gauche3. Elle joue alors un rôle d’accompagnement. De fait, la Ligue se révèle totalement insérée dans les cercles de pouvoir et présente, de façon très concrète, dans le jeu politique.

6Dès 1914, la LDH a tissé des liens plus que privilégiés à la fois avec le monde politique (notamment avec le parti radical-socialiste) et avec le tissu associatif féministe. Elle participe ainsi à l’intégration de la mouvance féministe dans le modèle républicain.

7De plus, entre 1914 et 1940, la Ligue aborde les principaux thèmes féministes contemporains : conséquences de la Grande Guerre, politique nataliste, question de la prostitution, droit au travail, réforme du Code Civil et, bien sûr, le sujet brûlant qu’est le droit de vote des femmes.

8A tous ces moments, la Ligue des Droits de l’Homme a porté les revendications et les droits des femmes en s’y montrant favorables, participant parfois aux processus d’intégration des femmes dans le système égalitaire, mais aussi en ouvrant au féminisme les colonnes de ses publications officielles. Toutefois, cette expression sur des sujets féministes ne paraît pas pouvoir être confondue avec un engagement fondamental de la Ligue dans les combats féministes. A travers ses publications se révèlent aussi les limites de la pensée de la Ligue des Droits de l’Homme en matière de féminisme.

  • 4  CDH 1935, pp. 347-352.

9Le soutien des revendications féministes n’allaient pas de soi durant cette période : la réserve, la prudence, le silence étaient de mise. Ainsi, la Ligue des Droits de l’Homme fait rarement preuve d’audace et limite continuellement ses positions sur le droit des femmes de sorte que « les problèmes féminins sont, à la Ligue, de ceux qui restent dans le domaine de l’idéologie »4 ainsi que le déplore Odette René-Bloch, membre du Comité Central.


***

10La clé de cet engagement modéré de la Ligue auprès des féministes réformistes est sans doute à chercher dans l’interpénétration du monde politique et des instances dirigeantes de la Ligue. Celle-ci inscrit son action à l’intérieur d’un régime : la Ligue défend les Droits mais à l’intérieur même des cadres fixés par la Troisième République, que jamais elle ne dépasse. En cela, elle ne tend pas vers la Justice absolue mais bien vers le respect de la justice telle que la Troisième République peut la concevoir. L’histoire de la Ligue entre 1914 et 1940 est indissociable de celle de la Troisième République ; l’étude des rapports entre la Ligue et les féministes fait ainsi toucher du doigt le profond attachement de la Ligue à la Troisième République.

  • 5  Selon une expression de Syân Reynolds, « Le sacre de la citoyenne ? Réflexions sur le retard franç (...)

11La Ligue des Droits de l’Homme est aussi inséparable de l’histoire des droits des femmes, non par ses discours mais par son rôle. En mélangeant les genres et en leur donnant un lieu de rencontre, la LDH a donné aux discours et revendications féministes une audience plus large et un poids politique plus important. Les publications de la Ligue apparaissent comme une tribune essentielle  du combat féministe au cœur de l’« ultra républicanisme »5.

Haut de page

Notes

1  La Ligue des Droits de l’Homme est créée par Ludovic Trarieux en 1898 à l’occasion de l’affaire Dreyfus, lors du procès de Zola pour diffamation à l’encontre du Ministre de la Guerre, le général Billot, dans son article « J’accuse… ».

2  C’est l’objet de mon mémoire de maîtrise, Les féminismes, les femmes et la Ligue des Droits de l’Homme entre 1914 et 1940, réalisé sous la direction de MM. Jean-Louis Loubet et Nicolas Hatzfeld, à l’Université d’Evry-Val d’Essonne, en 2004-2005. Cette recherche est basée sur la lecture des journaux officiels publiés par la LDH du 1er janvier 1914 au mois de février 1940 (Bulletins officiels de la Ligue des Droits de l’Homme ou BOLDH, puis Cahiers des Droits de l’Homme ou CDH). Ces sources sont disponibles depuis 2000 à la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC) de Nanterre. Mon travail poursuit ainsi celui d’Anne-Martine Fabre sur la Ligue des Droits de l’Homme et les femmes des origines à 1914, mémoire de DEA d’histoire contemporaine sous la direction de M. Pierre Milza, 1987-1988.

3  A son apogée en 1932, elle compte près de 180 000 adhérents, tandis que la SFIO ne dépasse jamais les 140 000 membres.

4  CDH 1935, pp. 347-352.

5  Selon une expression de Syân Reynolds, « Le sacre de la citoyenne ? Réflexions sur le retard français » in Yolande Cohen et Françoise Thébaud (dir.), Féminismes et identités nationales. Les processus d’intégration des femmes au politique, Editions du Programme pluriannuel en Sciences Humaines Rhône-Alpes, 1998, p.71.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Lescofitt, « Claire Lescofitt, Femmes et féminismes à la Ligue des Droits de l'Homme, 1914-1940 », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 16 juin 2008, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/272

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page