Navigation – Plan du site
Genre et engagement en temps de guerre (XVIe-XXIe siècles)

Les « Malgré-Nous » et les « Malgré-Elles » : l’influence d’une catégorisation genrée sur la visibilité des témoignages des incorporé.e.s de force alsacien.ne.s dans la sphère publique pendant la Seconde Guerre mondiale

The « malgré-nous » and « malgré elles »: The influence of a gendered categorisation on the visibility in the public sphere of the testimonies of the Alsatians enlisted by force during the Second World War
Marie Janot-Caminade

Résumés

Durant la Seconde Guerre mondiale, les hommes alsaciens ont été incorporés de force dans la Wehrmacht et les femmes ont été envoyées contre leur gré dans les formations paramilitaires de celle-ci. Dans les années 1950, la lutte pour la reconnaissance du statut d'incorporé-e de force débute. Lors de celle-ci, les groupes sexués disparaissent au profit des catégories mixtes de « Malgré-Nous » et de « Malgré-Elles » fondées sur la distinction genrée entre le « front » ‑ espace jugé masculin ‑ et « l'arrière » ‑ sphère dite féminine. Les trajectoires de guerre de chaque homme ou femme incorporé-e de force sont alors redéfinies comme transgressives ou conformes à la catégorie genrée à laquelle il/elle appartient. Cette évaluation a posteriori est déterminante dans l'accès des incorporé-e-s de force au témoignage public : avoir une trajectoire dite « masculine » de la guerre est un véritable atout pour les femmes tandis qu'une expérience jugée féminine constitue un désavantage pour les hommes. 

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les Nazis ayant détruit en 1945 un grand nombre de documents prouvant l’incorporation de force des (...)
  • 2 Geneviève Herberich-Marx et Freddy Raphaël, « Les incorporés de force alsaciens. Déni, convocati (...)

1Durant la Seconde Guerre mondiale, 155 000 hommes et femmes d’Alsace-Moselle ont été incorporé.e.s de force dans les unités militaires ou paramilitaires de l’armée allemande, la Wehrmacht. Nombre d’entre eux se réunissent en collectif dès le lendemain de la guerre afin de militer en faveur de leur statut particulier. L’objectif de cette lutte est d’obtenir une reconnaissance financière et symbolique : les incorporé.e.s de force souhaitent aussi bien être indemnisé.e.s pour leur participation à la guerre du côté allemand qu’obtenir le statut de victimes du nazisme. Parce qu’il existe peu de preuves matérielles pouvant attester du caractère forcé de leur enrôlement dans la Wehrmacht1, les incorporé.e.s de force écrivent ou prononcent des témoignages dans lesquels ils réinterprètent et se réapproprient des événements de leur trajectoire passée pour convaincre le maximum de personnes de la légitimité de leurs revendications2. Ainsi, la mise à l’agenda politique de la question de l’incorporation de force passe par un répertoire d’action spécifique : la mise en récit publique du passé. Dans cette optique et bien que de nombreuses recherches envisagent le témoignage public comme un discours, nous considérerons celui-ci également comme la pratique par laquelle s’engagent les enrôlé.e.s de force pour défendre leur statut.

  • 3 Diane Lamoureux, « Public/Privé », in Helena Hirata, Françoise Laborie, Hélène Le Doaré, Danièle Se (...)
  • 4 Ibid, p. 188.
  • 5 Jean-Claude Passeron et Jacques Revel, Penser par cas, Paris, Édition de l’EHESS, 2005, p. 17.

2Dans le processus de mise à l’agenda, les mises en récit du passé doivent bénéficier d’une certaine visibilité à l’échelle publique. Cependant, les incorporé.e.s de force qui témoignent ne possèdent pas les mêmes ressources sociales pour accéder à une telle sphère. Par exemple, un témoin ayant un fort capital social dans le monde de l’édition aura davantage de chances de voir sa mise en récit du passé publiée à une large échelle qu’un incorporé.e.s de force qui ne dispose pas d’un réseau semblable. Par ailleurs, plusieurs recherches menées en sociologie sur le genre montrent que l’accès à la sphère publique est plus difficile pour les femmes que pour les hommes3 : cette scène étant considérée comme un domaine masculin, les hommes tendent à en bloquer l’ouverture aux femmes4. Pourtant, cette analyse se vérifie partiellement dans le cas des incorporé.e.s de force : alors que les mises en récit du passé de certaines femmes sont publiées à l’échelle nationale, quelques hommes ne sont jamais parvenus à témoigner publiquement. Cette représentation féminine est le produit de (re)définitions successives des espaces sociaux de la guerre effectuées par diverses instances politiques et juridiques. En effet, alors que durant le conflit, les recrues étaient réparties de façon sexuée selon les stéréotypes genrés des Nazis, elles sont classées, après la guerre, selon leur affectation au « front » ou à « l’arrière », entre des espaces envisagés comme masculin et féminin. Cette catégorisation genrée des témoins laisse émerger deux groupes à la fois mixtes et genrés : celui des incorporé.e.s de force au front représenté par des hommes et celui des enrôlé.e.s de force à l’arrière dont les porte-paroles sont des femmes. Cet article se propose d’analyser plus en détails, à travers l’étude de quatre « cas5 », la façon dont l’appartenance à une catégorie genrée construite a posteriori peut se révéler être un atout ou un désavantage pour les hommes et les femmes incorporé.e.s de force dans la manifestation de leur engagement dans l’espace public.

Rappel de l’incorporation de force des Alsacien.ne.s pendant la Seconde Guerre mondiale

  • 6 Pour plus de détails sur l’annexion de fait, cf. Luc Rigoulot, L’Alsace-Lorraine pendant la guerre (...)

3En 1940, l’Alsace est annexée de fait par le régime nazi6 : elle devient une région à part entière du Reich. Par conséquent, sa population est soumise à la gouvernance politique du Gauleiter, Robert Wagner. Cependant, les Alsacien.ne.s ne sont pas considérés pleinement comme des citoyen.ne.s allemand.e.s : ils sont des Volksdeutsche, « un peuple de souche allemande » qu’il convient de germaniser et d’éduquer selon l’idéologie nazie.

  • 7 Jusqu’en 1942, le RAD durait six mois.
  • 8 Konstantin Kierl, Der Abeitsdienst, die Erziehungsschule zum deutschen Sozialismus, Munich, Ausgewä (...)

4C’est dans cette optique, qu’en 1941, le Gauleiter décide d’incorporer les Alsacien.ne.s âgé.e.s d’au moins 16 ans, pour une durée minimum de trois mois7, dans le service de travail obligatoire du Reich, le Reichsarbeitsdienst (RAD). L’enjeu de cette institution paramilitaire est avant tout idéologique. Les incorporé.e.s subissent, dans des camps de travail, une véritable propagande nazie. Le RAD est exclusivement féminin ou masculin parce qu’il sert également d’instrument à la socialisation différentielle des recrues selon les conceptions genrées nazies. C’est d’ailleurs ce que démontre l’initiateur du RAD, Konstantin Hierl, lorsqu’il définit le RAD féminin comme l’« institut d’éducation national-socialiste qui […] forme la femme à une conception de vie conforme à sa race, qui la replace dans le cadre de ses devoirs imposés par la nature, par conséquent par Dieu, et lui fait éprouver son accomplissement comme un bonheur suprême8 ». Selon ces stéréotypes genrés, une division sexuée du travail s’organise : les hommes subissent un véritable entraînement militaire et participent à des tâches paramilitaires comme, par exemple celle de creuser des tranchées, quand les femmes exercent des travaux domestiques ou agricoles. Ainsi, le RAD possède également un enjeu « pratique » : il permet de recruter de la main d’œuvre pour aider à la préparation des combats ou remplacer, à l’arrière, des Allemands partis au front.

  • 9 Les personnes concernées sont nées entre 1908 et 1928.
  • 10 Cf Ordonnance du 1er octobre 1943.

5En 1942, l’armée allemande a besoin de renfort pour pallier les pertes endurées lors de la bataille de Stalingrad. Le Gauleiter décide alors d’incorporer les Alsacien.ne.s de 21 classes d’âges9 en les menaçant de déporter leur famille en cas d’insoumission10. C’est ainsi que la division sexuée du travail se poursuit après le RAD : les hommes sont envoyés dans la Wehrmacht ou la Waffen SS pour combattre et les femmes sont recrutées dans des formations paramilitaires dans le cadre du Kriegshilfsdienst (KHD), service auxiliaire de guerre. Elles remplissent différentes missions : elles travaillent, par exemple, dans des usines de munitions comme ouvrières ou secrétaires, comme poinçonneuses de titres de transports en commun ou dans des stations de météorologie.

  • 11 Marlène Anstett, Gommées de l’histoire. Des Françaises incorporées de force dans le Service de Trav (...)

6En 1943, les défaites étant de plus en plus nombreuses sur le front de l’Est, un véritable débat apparaît sur la scène politique : certains Nazis se prononcent en faveur de l’intégration des femmes dans la Wehrmacht alors que d’autres refusent catégoriquement leur militarisation en invoquant la norme genrée qui associe le port d’armes à un fait masculin11. Une décision intermédiaire est alors trouvée : les femmes sont envoyées sur le front pour réaliser des travaux paramilitaires pouvant aider les unités armées. Elles réparent des canons, occupent des postes de surveillance ou de repérage des avions alliés. Elles ne sont donc pas enrôlées dans mais pour la Wehrmacht car elles dépendent toujours du KHD. Les hommes qui ont effectué leur RAD dans les derniers mois de la guerre connaissent une situation similaire : certains d’entre eux sont envoyés au front comme aide aux soldats bien qu’ils n’appartiennent pas officiellement à l’armée.

7Tout au long de la Seconde Guerre mondiale, les Alsacien.ne.s n’ont pu que difficilement se soustraire à la division sexuée des tâches. Celle-ci a été élaborée selon l’idéologie naturaliste des Nazis qui rattachait le genre au sexe biologique et qui, de ce fait, assignait des activités dites purement « masculines » ou « féminines » aux recrues.

La lutte pour la reconnaissance financière des incorporé.e.s de force : l’émergence d’une catégorisation genrée

  • 12 Les informations de cette partie proviennent du fond 2101W non classé des Archives départementales (...)

8Après la Seconde Guerre mondiale, l’Alsace réintègre l’unité nationale française. C’est dans ce contexte qu’émergent et se succèdent deux catégorisations politiques et juridiques des témoins : alors que la première s’effectue selon le port d’armes en se réappropriant la répartition sexuée des tâches telle qu’elle s’exerçait durant la guerre, la seconde répartit les incorporé.e.s de force en deux groupes selon leur affectation au front ou à l’arrière. L’élaboration de cette dernière transforme les groupes sexués en catégories mixtes et genrées12.

La reconnaissance de la catégorie sexuée des hommes incorporés de force

  • 13 Il est l’adjoint du Général de Lattre de Tassigny dont les armées ont participé à la libération de (...)

9En 1945, l’association des Déserteurs, Évadés et Incorporés de force (ADEIF) est créée en Alsace sous les conseils du gouverneur militaire de Strasbourg, Jean Touzet du Vigier13. Les fondateurs de l’ADEIF, Georges Bourgeois et Robert Bailliard, sont deux anciens enrôlés de force dans la Wehrmacht qui débutent leur carrière politique au sein du Rassemblement du Peuple Français. Bien que l’association se présente comme apolitique, le grade de son précurseur et l’engagement de ses créateurs lui permettent de bénéficier à la fois du soutien de différentes personnalités militaires et des hommes politiques de la région. Sans doute parce qu’elle est implicitement rattachée au monde militaire des troupes alliées, l’ADEIF associe, dès sa création, l’incorporation de force à une expérience des armes. Sa mission initiale est de procéder à un recensement des Alsaciens disparus au combat durant la Seconde Guerre mondiale – ce qui évince les hommes qui n’ont été affectés qu’au RAD et l’ensemble des femmes. Cette exclusion se poursuit lorsque son objectif devient davantage militant : les membres de l’ADEIF luttent pour que seuls, les hommes incorporés de force dans la Wehrmacht obtiennent une indemnisation financière.

  • 14 642 victimes ont péri durant le massacre.
  • 15 Archives de l’ADEIF du Bas-Rhin, dossier Procès de Bordeaux, notes de l’avocat Paul Mingès.
  • 16 Jean-Laurent Vonau, Le procès de Bordeaux, les Malgré-nous et le drame d’Oradour, Strasbourg, La Nu (...)

10Le rapprochement qui s’opère entre incorporation de force et affectation dans les unités armées s’accentue dans la configuration socio-historique des années 1950. En 1953, le procès de Bordeaux a lieu : la cour militaire est missionnée pour juger les membres de la division SS Das Reich pour leur participation, en juin 1944, au massacre des habitant.e.s d’Oradour-Sur-Glane14. Parmi eux, se trouvent 13 Alsaciens qui avaient pourtant disposé d’un non-lieu en 1946. Mais, en vertu de la loi rétroactive du 15 septembre 1948 qui pose le principe de responsabilité collective quant aux crimes commis par une unité reconnue comme criminelle par le tribunal de Nuremberg, ils sont inculpés au même titre que les Allemands. Les accusés sont ainsi présumés coupables sauf s’ils apportent la preuve d’une non-adhésion morale au crime ou d’une incorporation forcée. C’est pourquoi, durant le procès, les avocats en charge de défendre les Alsaciens établissent un plaidoyer qui vise à démontrer leur incorporation de force15. Celui-ci connait un échec relatif puisque les Alsaciens sont d’abord condamnés à des travaux forcés avant d’être amnistiés16. Le procès de Bordeaux étant très médiatisé, il contribue à mettre en lumière, sur la scène nationale, le statut des Alsaciens durant la Seconde Guerre mondiale. Néanmoins, comme il ne concerne que des hommes versés dans la Wehrmacht, les personnes envoyées dans les unités paramilitaires ne font pas l’objet d’une médiatisation. Dès lors, le procès concourt à adjoindre l’incorporation de force à une expérience des armes qui, dans les représentations genrées, est associée à un fait masculin.

  • 17 Henri Rousso, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1990, p. 21.
  • 18 Luc Capdevila, « L’identité masculine et les fatigues de la guerre (1914-1945) », Vingtième siècle. (...)
  • 19 Marie Janot-Caminade. L’évolution des mises en récits publiques de l’expérience de l’incorporation (...)
  • 20 Rémy Cazals et Nicolas Offenstadt, « Tranchées et boyaux », in Nicolas Offenstadt (dir.), Le chemin (...)
  • 21 Expression utilisée par les incorporés de force eux-mêmes.

11À la suite du procès de Bordeaux, les responsables de l’ADEIF commencent à militer en faveur de la reconnaissance financière des incorporés de force dans la Wehrmacht. Plus qu’un enjeu pécuniaire, cette lutte est aussi un moyen de se réhabiliter et de faire connaître leur statut de victimes durant la guerre. En effet, le procès est intervenu dans un contexte où le « mythe du résistancialisme », c’est-à-dire l’idée selon laquelle la majorité des Français auraient résisté durant la guerre17 et où la « figure virile du résistant », à savoir celle d’un homme ayant pris des risques considérables pour sa vie en faveur de sa « patrie18 » sont très présents à l’échelle publique nationale. De peur d’être désignés comme des « traîtres » ou des « collaborationnistes » par les autres Français, la lutte pour la reconnaissance financière qui s’engage comporte également un enjeu genré19. Afin de revaloriser le groupe qu’ils représentent selon les conceptions de la masculinité, les responsables de l’ADEIF dépeignent leur incorporation de force comme une expérience purement masculine caractérisée par des « stratégies d’évitement20 » ou une « résistance passive21 ». Ils racontent, par exemple, comment ils se sont arrangés pour éviter de tirer ou manquer une « cible » qui se trouvait dans les troupes alliées. En usant de tels arguments, ces derniers fortifient l’assimilation de l’incorporation de force à l’expérience masculine du port d’armes.

  • 22 De 1870 à 1918, la population d’Alsace-Moselle est de nationalité allemande car ces régions apparti (...)

12Comme il s’appuie sur des registres politiques disponibles dans la configuration d’après-guerre, cet argumentaire constitue aussi un répertoire d’action utilisé pour convaincre des personnalités influentes susceptibles de relayer les revendications de l’ADEIF dans l’arène politique. C’est d’ailleurs selon cette logique qu’ils s’auto-désignent « Malgré-Nous ». Ce terme était utilisé après la Première Guerre mondiale pour désigner les Alsaciens-Mosellans versés légalement dans les troupes allemandes22. Employer ce vocable permet d’établir une continuité entre les combattants d’Alsace-Moselle durant les deux guerres mondiales et du même coup, de s’inscrire dans un cadre déjà existant et signifiant.

13Ce discours mais aussi le réseau politique de Georges Bourgeois et Robert Bailliard, devenus respectivement député du Haut-Rhin et adjoint au maire de Strasbourg, favorisent la mise à l’agenda des revendications portées par l’ADEIF : en 1958, les « Malgré-Nous » obtiennent un certificat d’incorporé de force qui leur permet d’acquérir la carte du combattant et en 1981, les gouvernements allemand et français s’accordent pour créer la Fondation Entente Franco-Allemande (FEFA).

  • 23 Article 3 des Statuts Juridiques de la Fondation Entente Franco-Allemande avant sa modification en (...)

14Cette institution de droit français et local est chargée d’indemniser les « Malgré-Nous » avec des fonds provenant de la République Fédérale Allemande. Elle est composée d’un comité directeur qui réunit à la fois un délégué du Ministre des Anciens Combattants, des personnalités politiques régionales, des fonctionnaires de l’Office Nationale des Anciens Combattants (ONAC) d’Alsace-Moselle et les représentants des associations de « Malgré-Nous ». Le comité a le pouvoir de désigner les personnes qui peuvent recevoir l’indemnisation. Comme les préfets de la région sont membres de la FEFA et entretiennent des liens avec l’ADEIF depuis sa création et parce qu’une assimilation s’est produite entre incorporation de force et expérience du front, les représentants de l’association parviennent à imposer au comité leur définition sexuée de l’enrôlement forcé : elle ne concerne que les hommes ayant porté les armes et en cela, elle fait l’objet d’une réappropriation de l’un des groupes sexués conçus par les Nazis pendant la guerre. Dès lors, seuls ces hommes peuvent bénéficier de l’indemnisation. La FEFA se transforme en garante de cette définition de l’incorporation de force lorsque le comité directeur inscrit la mission de celle-ci dans ses statuts : « la FEFA recevra les sommes que la République Fédérale d’Allemagne mettra à sa disposition en vue du règlement des questions particulières relatives à l’enrôlement de force des ressortissants français du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle dans l’armée allemande23 ».

Les « Malgré-Nous » : d’une définition sexuée à une catégorie genrée

  • 24 AD du Bas-Rhin, 2101W, dossier Arrêt Kocher, Correspondance entre le Secrétaire d’État aux anciens (...)
  • 25 Décret du 2 mai 1984.

15Alors que les « Malgré-Nous » ont obtenu la carte du combattant, les incorporé.e.s de force dans les formations paramilitaires sont considéré-e-s comme des personnes contraintes au travail en territoire ennemi (STO). Cependant, en 1973, l’arrêt Kocher du Conseil d’État ouvre la possibilité à certain.e.s de bénéficier des mêmes droits que les incorporés de force dans la Wehrmacht s’ils/elles ont été engagé.e.s dans des combats ou sous commandement militaire allemand. Suite à cette décision juridique, les tribunaux administratifs en Alsace reçoivent un grand nombre de dossiers de personnes pensant correspondre aux dispositions de l’arrêt Kocher24. En 1984, afin d’assouplir l’étude de chaque dossier individuel, le gouvernement décrète que les femmes versées dans la Luftwaffe et les hommes envoyés dans le cadre de leur RAD comme aide aux soldats peuvent d’emblée être indemnisé-e-s25. Cette disposition politique engendre une redéfinition du groupe des « Malgré-Nous » : celui-ci n’est plus caractérisé par le sexe des individus mais par leur affectation à une unité armée ou paramilitaire située sur le front.

  • 26 Selon Goffman, un acteur est discréditable lorsque son stigmate est visible. Erving Goffman, Stigma (...)
  • 27 Marie Janot-Caminade, op. cit.

16À cet égard, les hommes enrôlés dans la Wehrmacht qui jusque-là représentaient la « norme » de l’incorporation de force se montrent réfractaires à l’assimilation des bénéficiaires de l’arrêt Kocher. Ils tendent à les rendre « discréditables26 » en soutenant que ces derniers n’ont pas combattu27. De véritables rapports de force émergent alors : les représentants des associations de « Malgré-Nous » ainsi que les préfets qui composent la majorité du comité directeur de la FEFA décident de ne pas admettre les nouveaux indemnisés en son sein malgré l’avis favorable des responsables de l’ONAC. Du côté des « discréditables », des inégalités s’observent aussi. Alors que les hommes sont relativement bien intégrés au sein des associations d’anciens combattants incorporés de force telles que l’ADEIF, les femmes n’y sont pas admises. Cette exclusion est tributaire de l’enjeu genré que s’était fixé le groupe sexué des « Malgré-Nous », à savoir se réhabiliter en tant qu’hommes. En usant de la représentation genrée du port d’armes comme fait masculin et en excluant les femmes qui ont pourtant été reconnues comme des « Malgré-Nous », les hommes enrôlés dans la Wehrmacht parviennent à garder le monopole de la définition de l’incorporation de force. La catégorie sexuée de « Malgré-Nous » devient alors genrée : elle est toujours présentée comme un groupe masculin bien que des femmes en fassent légalement partie.

  • 28 Erving Goffman, Stigmate..., op. cit.

17Alors que la définition juridique de l’incorporation de force fait émerger le groupe des « discréditables », celles et ceux qui appartenaient aux unités paramilitaires du RAD/KHD placées à l’arrière restent « discrédité.e.s28 » à double titre. Au regard de la justice française, ils ne peuvent prétendre au titre d’incorporé de force car ils n’ont pas été engagés sous commandement militaire ou dans des combats. Ils sont, par ailleurs, rejetés des associations et de la FEFA car ils n’ont pas porté les armes.

L’émergence de la catégorie genrée de « Malgré-Elles »

18Au début des années 1980, après la reconnaissance financière des « Malgré-Nous », les « discrédité.e.s » se regroupent, à leur tour, au sein de l’association des anciens du RAD/KHD pour militer au profit de leur indemnisation. Alors que celle-ci est présidée par Henri Boos, un retraité Alsacien jadis incorporé de force dans le RAD, la représentation du groupe des RAD/KHD se féminise progressivement.

  • 29 Ibid. L’itinéraire moral correspond à la prise de conscience par les acteurs de leur stigmate.

19Cette féminisation est générée par un « itinéraire moral29 », le processus par lequel les « discrédités » intègrent la vision des « normaux ». Le groupe des RAD/KHD ayant conscience de ne pas correspondre à la définition de l’incorporation de force parce qu’il n’a pas été envoyé au front, il ne revendique pas le même statut que les « Malgré-Nous » : il souhaite effectivement obtenir une reconnaissance qui lui est propre. Ses membres semblent également partager l’idée selon laquelle le port d’armes est une activité masculine. Dès lors, plusieurs femmes appartenant à cette association considèrent que l’enjeu de la lutte est de faire reconnaître le « pan féminin » de l’incorporation de force dite « masculine ». Elles rappellent qu’elles ont été soumises au chantage de la déportation de leur famille comme les « Malgré-Nous », tout en affirmant qu’elles se distinguent de ces derniers parce qu’elles ont été affectées à l’arrière.

20En 1987, cet itinéraire moral conduit quelques femmes comme par exemple, Marguerite Kauffman qui milite en parallèle dans un groupe défendant les droits des mères célibataires, à s’éloigner de l’association des RAD/KHD pour en créer une nouvelle : la « section des incorporées de force féminines ». En nommant de la sorte leur collectif, elles gagnent de nouveaux adhérents : les femmes « Malgré-Nous » qui restent « discréditables » aux yeux de leurs homologues masculins. Mais, du même coup, elles gomment, la présence des hommes du RAD au sein du groupe qu’elles représentent. Cette représentativité féminine se consolide en 1991, après le décès d’Henri Boos, lorsqu’une femme, Germaine Rorhbach, le remplace à la présidence de l’association des anciens du RAD/KHD.

  • 30 Celui-ci a été créé par la journaliste et documentaliste Nina Barbier.

21La principale conséquence de la représentation du groupe des incorporé.e.s de force dans les formations paramilitaires par des femmes est l’émergence d’une nouvelle catégorie genrée : les « Malgré-Elles ». Créé par des journalistes30, cette appellation véhicule l’idée selon laquelle la catégorie des RAD/KHD est exclusivement féminine. Celle-ci provoque l’autocensure en même temps qu’elle entérine la censure déjà effective des hommes qui appartiennent à ce groupe : d’une part, ils craignent d’être dévalués du point de vue des idéaux genrés et d’autre part, le répertoire d’action discursif dont usent ces femmes les empêchent implicitement d’intervenir.

  • 31 Par exemple, en 1981, le ministère des Droits des Femmes est créé.
  • 32 Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, 2008, p. 76.
  • 33 Par exemple, le ministre Jean Laurain tente de convaincre la FEFA de les indemniser tandis que Phil (...)

22En effet, l’itinéraire moral a amené les responsables des différentes associations à employer un discours qui s’attache à montrer que les « Malgré-Elles » sont les victimes d’une discrimination sexuée : elles n’ont pas reçu l’indemnisation versée par la FEFA parce qu’elles sont des femmes. Pour légitimer leurs revendications aux yeux des politiciens, les représentantes des RAD/KHD s’appuient également sur la configuration socio-politique des années 1980-1990. À cette époque, des mesures politiques31 sont prises pour favoriser l’égalité entre les hommes et les femmes32. En se présentant dans un tel contexte comme un groupe de femmes qui a fait l’objet d’une discrimination, les « Malgré-Elles » obtiennent divers soutiens : plusieurs politiciens alsaciens prennent rapidement leur parti33 et la « section des incorporées de force féminine » est pleinement rattachée à l’ONAC – ce qui lui offre la possibilité d’être en contact régulier avec des fonctionnaires travaillant au sein du ministère des Anciens Combattants.

  • 34 Réunion de l’ONAC en janvier 1982.
  • 35 Janet Holland, Caroline Ramazanoglu, Sue Sharpe, Rachel Thompson, « Le mâle dans la tête : réput (...)

23Cependant, se revendiquer comme un groupe féminin comporte aussi des risques. Parmi ceux-ci, on retrouve l’exposition à une stigmatisation basée sur des stéréotypes de genre et portée par les membres du comité directeur de la FEFA : le nouveau responsable de l’ADEIF, Paul Mingès, déclare publiquement que les femmes ne peuvent être reconnues comme des incorporées de force car « elles servaient de matelas aux officiers de la Wehrmacht34 ». En plus de dénigrer l’incorporation de force des femmes en la rattachant au stigmate de la prostituée35, le terme « matelas » stigmatise l’ensemble des enrôlé.e.s dans le RAD/KHD parce qu’il les présente comme des individus passifs, dociles, face à leur incorporation de force.

  • 36 « Qui indemnisera les Malgré-Elles ? », L’Alsace, 9 mai 2003.

24En 1998, sous l’impulsion du secrétaire d’État aux anciens combattants, Jean-Pierre Masseret, une réunion est organisée avec le directeur de la FEFA, André Bord, afin de trouver une solution pour indemniser les « Malgré-Elles ». Cette rencontre débouche sur un compromis : la FEFA et l’État verseront, chacun, 50 % du montant qui leur sera alloué. Or, l’absence de crédits dans le budget des Anciens Combattants pour l’année 1999 n’a pas permis la réalisation de cette décision. Jean-Pierre Masseret essaie donc de contraindre la FEFA de se charger seule de l’indemnisation en arguant que l’État détient la majorité du comité directeur et qu’à cet égard, l’institution doit se plier aux injonctions du gouvernement. Mais André Bord rejette cette proposition et justifie ce refus en se référant aux statuts de la FEFA qui garantissent la définition genrée de l’incorporation de force ainsi qu’aux membres du comité provenant du monde associatif. Il affirme que s’il l’acceptait, « il y aurait dans la foulée une réaction des trois associations d’anciens incorporés de force qui pourraient nous accuser de détournements de fonds au regard de nos statuts36 ». C’est en 2008 que les RAD/KHD obtiennent une reconnaissance financière versée par l’État et la FEFA.

25À travers l’historique des luttes pour l’indemnisation, on observe que les catégories établies sur la division sexuée du travail telle que les Nazis l’avaient mise en œuvre se défont. En effet, la création de statuts juridiques distinguant les incorporé.e.s de force envoyé.e.s au front de celles/ceux versé.e.s à l’arrière génère des groupes mixtes. Ces derniers sont néanmoins soumis aux représentations genrées que comportent le « front » et « l’arrière » et qui les poussent à se présenter comme étant proprement masculin ou féminin. Ainsi, la typologie sexuée est remplacée a posteriori par une catégorisation mixte et genrée qui se donne à voir dans les labels « Malgré-Nous » et « Malgré-Elles ».

L’influence des catégories « Malgré-Nous » et « Malgré-Elles » sur la visibilité des témoignages dans la sphère publique

26Les trajectoires de guerre sont alors évaluées au regard de la catégorisation genrée de « Malgré-Nous » et « Malgré-Elles » : elles apparaissent comme conformes lorsque le sexe du témoin correspond à la norme genrée qui régit la catégorie à laquelle il appartient alors que, dans le cas contraire, elles se présentent comme transgressives. Ces re-définitions influencent aujourd’hui la visibilité des mises en récit des témoins dans l’espace public. Nous expliciterons ce phénomène en présentant quatre cas idéaux-typiques allant de celui qui profite de la voie d’accès la plus large à la sphère publique à celui qui jouit de la plus restreinte.

La visibilité des témoignages des « Malgré-Nous »

27Les hommes et les femmes « Malgré-Nous » sont les témoins dont l’engagement est le plus visible à l’échelle publique. Alors qu’être un homme « Malgré-Nous » est perçu comme conforme aux représentations genrées du front, être une femme « Malgré-Nous » revêt un aspect transgressif qui constitue pourtant un atout indéniable pour accéder à la sphère publique.

Un homme « Malgré-Nous »

28En 1943, alors qu’il est âgé de 18 ans, cet homme est envoyé sur le front russe dans un régiment d’artillerie lourde de la Wehrmacht. Lors d’un combat, en 1944, il déserte et rentre en Alsace. Le fait qu’il ait porté les armes lui permet d’accéder à la première définition des « Malgré-Nous » qui se base sur la répartition sexuée des tâches telle qu’elle s’effectuait durant la guerre. Lorsque cette catégorie devient genrée, cet homme « Malgré-Nous » correspond au profil des individus qui en gardent le monopole : sa participation à des combats face aux troupes soviétiques coïncide avec les normes genrées qui font du port d’armes et de l’expérience du front des faits masculins. De plus, son évasion lui offre la possibilité de réinterpréter sa trajectoire de guerre en fonction des idéaux de la masculinité compris dans la figure du résistant : il peut, en outre, s’insérer dans le groupe des hommes incorporés de force dans la Wehrmacht qui ont pratiqué des « actes de résistance passive ». C’est pour l’ensemble de ces raisons que l’on peut affirmer que l’expérience de guerre de cet homme est conforme à la catégorie genrée de « Malgré-Nous ».

29Grâce à cette conformité, il est pressenti pour devenir le nouveau président de l’ADEIF en 2005 et membre du comité directeur de la FEFA en 2008 :

  • 37 Entretien du 22 mars 2013 à Bischoffsheim.

En 2005, Paul Mingès qui était président de l’ADEIF et qui avait été avocat au procès de Bordeaux, m’a demandé si je pouvais lui succéder à la tête de l’association qui représente chez les anciens combattants les incorporés de force dans la Wehrmacht. On m’a également demandé de lui succéder au conseil de direction de la FEFA. Je pense qu’ils ont pensé à moi parce que je correspondais au profil… J’ai évidemment accepté les deux car j’ai toujours été intéressé par la défense des "Malgré-Nous"37.

  • 38 Parmi ces résurgences, on peut citer le témoignage de Robert Hébras – survivant du massacre – et le (...)

30L’engagement de ce « Malgré-Nous » dans la sphère associative dépend de son « profil » aussi bien pendant la guerre qu’après celle-ci. En outre, après son retour en Alsace, il s’engage dans l’armée française. Il est général lors de la guerre d’Indochine avant de devenir ingénieur en nucléaire. Sa carrière au sein de l’armée française constitue un argument efficace pour le groupe des « Malgré-Nous » qui souhaite montrer le « patriotisme » dont ils ont fait preuve pendant la guerre dans le contexte actuel où les résurgences du massacre d’Oradour-sur-Glane tendent à remettre en question le caractère forcé de l’incorporation des Alsaciens38. En effet, son engagement au profit des troupes françaises après la guerre peut être réinterprété comme une preuve de non-adhésion morale à l’incorporation des Alsaciens dans la Wehrmacht. Par ailleurs, son activité professionnelle lui vaut le titre de chevalier de la Légion d’honneur. Étant le seul incorporé de force à obtenir cette distinction, il profite d’un véritable capital symbolique à l’échelle publique régionale. Il devient, par là même, le témoin légitime du groupe des « Malgré-Nous » : il est sollicité pour raconter sa guerre dans des reportages, des recherches en histoire, des expositions et lors de manifestations politiques ou de commémorations. Ses témoignages acquièrent alors une forte visibilité sur la scène publique locale.

Une femme « Malgré-Nous »

31Bien qu’elle soit une femme, elle appartient à la catégorie des « Malgré-Nous » car celle-ci a été affectée, durant la guerre, dans une unité œuvrant sur le front. En effet, en 1943, elle est envoyée à Pfortzheim pour réaliser son KHD dans une unité de repérage des avions alliés. Même si elle ne porte pas les armes, elle dépend de la Luftwaffe et est placée sous commandement militaire. Comme son parcours durant la guerre coïncide avec les modalités de l’arrêt Kocher, elle est reconnue comme une incorporée de force dans la Wehrmacht. Cependant, en tant que femme, elle déroge à la représentation genrée du « front » comme espace masculin – ce qui lui vaut d’être rejetée par les hommes « Malgré-Nous » :

  • 39 Entretien du 7 février 2014 à Saverne.

J’ai dit à des responsables d’associations et notamment à Mingès, ce que j’avais vécu pendant la guerre : les ordres militaires et tout ça. Vous savez ce que ces misogynes m’ont répondu ? Que je mentais ! Ils n’ont jamais accepté de me reconnaître comme l’une des leurs. C’est aussi pour ça que je me suis engagée pour les gens du RAD et les femmes du KHD39.

  • 40 Érik Neveu, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, 2013, 128 p.

32En 1991, une fois retraitée, cette femme devient présidente de l’association des ancien.ne.s du RAD/KHD. Elle milite pour la reconnaissance des enrôlé.e.s dans les unités paramilitaires en rencontrant régulièrement des hommes politiques. Contrairement à l’homme « Malgré-Nous » qui avait été sollicité pour devenir le nouveau président de l’ADEIF, l’engagement associatif de cette « Malgré-Nous » en faveur des « Malgré-Elles » est tributaire de son statut de « discréditable » au sein du groupe : il répond à un besoin de trouver un espace d’expression. Elle parvient à combler celui-ci lorsqu’elle sollicite des journalistes pour témoigner publiquement. Ces derniers acceptent volontiers ses propositions notamment parce que son expérience durant la guerre déroge à la représentation genrée de l’affectation au front. Cela garantit la conformité de leurs articles ou de leurs reportages au « concept de saillance40 », à la prise en charge d’une information qui se détache de la continuité dans laquelle elle s’inscrit habituellement. En procédant de la sorte, cette femme « Malgré-Nous » convertit l’aspect transgressif de sa trajectoire de guerre en atout pour accéder à la sphère publique. Cette médiatisation lui permet d’obtenir un certain capital symbolique à l’échelle locale : elle est considérée comme la représentante par excellence du groupe des « Malgré-Elles » bien qu’elle fasse partie de celui des « Malgré-Nous ». À ce titre, elle est encore amenée à témoigner aujourd’hui : beaucoup de journalistes, d’étudiants ou de conservateurs de musée la sollicitent afin qu’elle raconte son histoire et retrace les actions qu’elle a menées en faveur de la reconnaissance des « Malgré-Elles ».

La visibilité des témoignages des « Malgré-Elles »

33Il existe également des trajectoires conformes et transgressives dans la catégorie de « Malgré-Elles ». Parce que cette catégorie est définie selon l’affectation à l’arrière — espace présenté comme féminin —, les trajectoires des femmes « Malgré-Elles » sont envisagées comme conformes tandis que celle des hommes sont perçues comme transgressives. De façon similaire aux « Malgré-Nous », ces qualificatifs s’avèrent être de véritables atouts ou faiblesses pour atteindre l’espace public.

Une femme « Malgré-Elles »

34Cette incorporée de force a une trajectoire de guerre conforme à la définition des « Malgré-Elles ». Enrôlée en 1941 dans le RAD, elle échappe au KHD car celui-ci ne devient obligatoire qu’à partir de 1942. Elle est employée comme couturière, aide pour une famille nombreuse puis en tant que cuisinière dans un hôtel de Titisee-Neustadt. Durant les six mois de son RAD, elle n’est pas envoyée au front et n’est pas soumise à l’autorité militaire. Par conséquent, à l’inverse d’une femme « Malgré-Nous », elle ne profite pas des modalités de l’arrêt Kocher. Elle doit attendre 2008 pour être légalement reconnue comme incorporée de force dans les formations paramilitaires allemandes comme l’ensemble des « Malgré-Elles ». Bien qu’elle ait suivi attentivement la lutte pour la reconnaissance des membres de ce groupe, elle ne s’est jamais engagée activement dans la sphère associative :

  • 41 Il s’agit de l’incorporée de force « Malgré-Nous » dont nous avons décrit la trajectoire ci-dessus.
  • 42 Entretien du 15 mars 2015 à Benfeld.

Il y avait l’association du RAD/KHD qui regroupait les garçons et les filles. C’est "Femme Malgré-Nous"41 qui s’est occupée de tout mais je ne la connaissais pas personnellement. Je voyais ce qu’elle faisait dans le journal. J’étais membre de cette association parce que je voulais être indemnisée même si la FEFA était contre les RAD/KHD. Mais, je ne voulais pas participer vraiment… Je payais seulement la cotisation… Vous voyez, mon mari était à l’ADEIF… et si mon mari n’était pas mort, je n’aurais peut-être pas témoigné. Je n’aurais pas osé parce que ce qu’il a vécu au front est pire que ce que moi, j’ai vécu42.

  • 43 Marie Janot-Caminade, Des « Malgré-Nous » aux « Malgré-Elles »… Ibid.

35Cet extrait d’entretien implique l’existence de rapports de genre : certaines « Malgré-Elles » considèrent avoir moins souffert que leurs conjoints « Malgré-Nous » parce qu’elles étaient placées à l’arrière. Elles tendent ainsi à s’autocensurer jusqu’au décès de leur conjoint43. Lors de la lutte pour la reconnaissance de leur statut, cette autocensure est compensée par le fait qu’elles soient représentées par des femmes « Malgré-Nous ». Cela dénote toutefois une forme de subordination du groupe des « Malgré-Elles » à celui des « Malgré-Nous » puisque le premier reste sous la coupe de femmes envoyées au front.

36C’est donc après le décès de son mari que cette femme « Malgré-Elles » accepte de témoigner publiquement auprès d’un chercheur en histoire de l’université de Strasbourg. À la suite de leur rencontre, celui-ci recommande à des étudiants, à d’autres chercheurs et des journalistes s’intéressant à l’annexion de fait et à l’incorporation de force de prendre contact avec elle. Ses mises en récit sont moins visibles à l’échelle locale que celles des « Malgré-Nous » puisqu’elles se cantonnent à la sphère universitaire.

Un homme « Malgré-Elles »

37Incorporé de force en juin 1944 dans un camp de RAD à Belfort, cet homme parvient à déserter et à rejoindre la Suisse. Il rentre en Alsace quelques mois plus tard lorsque la région est libérée. Au regard de son enrôlement dans une unité paramilitaire durant la guerre, il appartient à la catégorie genrée de « Malgré-Elles ». Il est d’ailleurs légalement reconnu comme tel en 2008. Son statut d’incorporé de force dans les unités paramilitaires alors qu’il est un homme provoque son exclusion du groupe des « Malgré-Nous » et sa difficile intégration au sein des associations de « Malgré-Elles » :

  • 44 Entretiens du 26 décembre 2012 et du 6 mai 2013 à Orbey.

J’ai essayé de rejoindre l’ADEIF puisque je suis déserteur mais dans les réunions, on ne m’écoutait pas et c’était très frustrant. C’est comme si je n’existais pas. Les autres ne parlaient que de leur guerre sur le front ou de leur engagement dans l’armée française alors j’ai abandonné […]. Dans l’association des RAD et des KHD, on parlait surtout des femmes donc j’ai abandonné44.

  • 45 Nicolas Renahy, « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usages d’une notion », Reg (...)

38Alors que cet homme « Malgré-Elles » désire témoigner dans l’arène associative, sa trajectoire transgressive porte préjudice à son engagement. Néanmoins, il atteint partiellement son objectif grâce au « capital d’autochtonie45 » qu’il détient à l’échelle de son village : il est sacristain de l’église, conseiller municipal, membre du club vosgien et bénévole au musée consacré aux batailles qui ont eu lieu dans sa commune durant la Première Guerre mondiale. Grâce à ces activités, son statut d’incorporé de force n’est pas ignoré par les habitants de son village. C’est par ce réseau d’interconnaissance que je rencontre cet homme « Malgré-Elles » en 2013. Le fait de témoigner devant moi correspond à une forme d’accès restreint à la sphère publique.

Synthèse des rapports de genre

39Même si nous n’ignorons pas l’influence des caractéristiques sociales dans l’engagement des quatre cas présentés ici, ces idéaux-types sont aussi traversés par des inégalités genrées qu’il convient de synthétiser.

  • 46 Catherine Achin et Sandrine Lévêque, Des femmes en politique, Paris, La Découverte, 2006, p. 59.

40Entre les incorporé.e.e.s de force qui ont des trajectoires conformes à la catégorie dont ils relèvent, il existe des rapports sociaux de sexe qui s’apparentent à ceux que l’on retrouve dans d’autres situations sociales : les femmes connaissent davantage de difficultés à trouver « une voie d’accès privilégiée à l’espace public46 ». La structure genrée de la société favorise ainsi la visibilité des mises en récit du passé d’un homme « Malgré-Nous » au détriment de celles d’une femme « Malgré-Elles ». Par ailleurs, des rapports genrés similaires s’appliquent au sein même du groupe des « Malgré-Nous » entre les hommes et les femmes.

41Cette tendance semble s’inverser pour les témoins qui ont des trajectoires dites « transgressives » : les femmes « Malgré-Nous » témoignent publiquement plus facilement que les hommes « Malgré-Elles ». Ici, ce n’est plus le sexe des incorporé.e.s de force qui crée des inégalités mais les représentations genrées qui sont rattachées au front et à l’arrière. Les femmes qui appartiennent à un groupe « masculin » disposent d’un accès facilité à l’espace public qui s’apparente à celui que détiennent habituellement les hommes. À l’inverse, l’affiliation des hommes à une catégorie « féminine » se présente comme un obstacle.

42De façon générale, les témoignages des « Malgré-Nous » sont plus visibles que ceux des « Malgré-Elles ». Cette hégémonie entraine la subordination du groupe des « Malgré-Elles » à celui des « Malgré-Nous » : les premier.e.s sont effectivement représenté.e.s dans l’espace public par des femmes « Malgré-Nous ». Ces inégalités sont tributaires de la séparation sociale et genrée existant entre le « front » et « l’arrière » ainsi que de la hiérarchisation qui s’opère entre ces deux espaces. En effet, malgré le rôle important que joue l’arrière dans une guerre totale, l’expérience guerrière est trop souvent encore rattachée au front. Celui-ci est alors pourvu d’une forte valeur sociale qui contribue à rendre invisible le travail paramilitaire.

Conclusion

  • 47 Jane Jenson et Éléonore Lépinard, « Penser le genre en science politique », Revue française de scie (...)
  • 48 Catherine Achin et Sandrine Lévêque, op. cit.

43L’étude de la mise à l’agenda de la reconnaissance des « Malgré-Nous » et des « Malgré-Elles » montre que l’appartenance à une catégorie genrée dite « masculine » ou « féminine » se révèle avantageuse ou préjudiciable pour l’engagement des témoins dans l’espace public. Ce constat voudrait être une contribution modeste aux recherches en science politique qui s’attachent à ouvrir une nouvelle voie d’analyse de l’accès des femmes à la sphère publique. Les études menées jusqu’alors se rapportaient généralement au sexe des individus pour mettre à jour les discriminations genrées dont les femmes sont les victimes dans la mise à l’agenda politique de leurs revendications47. Hormis les « actions protestataires et les engagements féministes48 », l’inscription dans la sphère politique des autres luttes militantes portées par des femmes était considérée comme verrouillée. Même si ce phénomène correspond à une réalité empirique incontestable, il peut néanmoins être nuancé. En effet, dans certains cas, ce n’est pas nécessairement le sexe qui crée des inégalités genrées dans l’atteinte de l’espace public mais le rattachement des acteur.trice.s à des groupes qui se présentent comme masculin ou féminin.

Haut de page

Notes

1 Les Nazis ayant détruit en 1945 un grand nombre de documents prouvant l’incorporation de force des Alsacien.ne.s et Mosellan.ne.s.

2 Geneviève Herberich-Marx et Freddy Raphaël, « Les incorporés de force alsaciens. Déni, convocations et provocation de la mémoire », Vingtième siècle, Revue d’histoire, n° 6, 1985, p. 84.

3 Diane Lamoureux, « Public/Privé », in Helena Hirata, Françoise Laborie, Hélène Le Doaré, Danièle Senotier (dir.), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, Presses Universitaires de France, 2013, p. 185-190, p. 187.

4 Ibid, p. 188.

5 Jean-Claude Passeron et Jacques Revel, Penser par cas, Paris, Édition de l’EHESS, 2005, p. 17.

6 Pour plus de détails sur l’annexion de fait, cf. Luc Rigoulot, L’Alsace-Lorraine pendant la guerre 1939-1945, Paris, Presses universitaires de France, 1998.

7 Jusqu’en 1942, le RAD durait six mois.

8 Konstantin Kierl, Der Abeitsdienst, die Erziehungsschule zum deutschen Sozialismus, Munich, Ausgewählte Schriften und Reden, 1943.

9 Les personnes concernées sont nées entre 1908 et 1928.

10 Cf Ordonnance du 1er octobre 1943.

11 Marlène Anstett, Gommées de l’histoire. Des Françaises incorporées de force dans le Service de Travail féminin du IIIème Reich, Strasbourg, Éditions du Signe, 2015, p. 143.

12 Les informations de cette partie proviennent du fond 2101W non classé des Archives départementales du Bas-Rhin versé par l’Office national des anciens combattant (ONAC).

13 Il est l’adjoint du Général de Lattre de Tassigny dont les armées ont participé à la libération de l’Alsace. Cf Sophie Doerr, L’ADEIF, Strasbourg, mémoire de master 2, p. 32.

14 642 victimes ont péri durant le massacre.

15 Archives de l’ADEIF du Bas-Rhin, dossier Procès de Bordeaux, notes de l’avocat Paul Mingès.

16 Jean-Laurent Vonau, Le procès de Bordeaux, les Malgré-nous et le drame d’Oradour, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2003.

17 Henri Rousso, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1990, p. 21.

18 Luc Capdevila, « L’identité masculine et les fatigues de la guerre (1914-1945) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 2002, n° 75, p. 97-108, p. 104.

19 Marie Janot-Caminade. L’évolution des mises en récits publiques de l’expérience de l’incorporation de force des années 1940 à aujourd’hui, Paris, 2013, mémoire de master 1 (ENS-EHESS).

20 Rémy Cazals et Nicolas Offenstadt, « Tranchées et boyaux », in Nicolas Offenstadt (dir.), Le chemin des Dames : de l’événement à la mémoire, Paris, Stock, 2004, p. 94-103.

21 Expression utilisée par les incorporés de force eux-mêmes.

22 De 1870 à 1918, la population d’Alsace-Moselle est de nationalité allemande car ces régions appartiennent à l’Empire allemand.

23 Article 3 des Statuts Juridiques de la Fondation Entente Franco-Allemande avant sa modification en 2008.

24 AD du Bas-Rhin, 2101W, dossier Arrêt Kocher, Correspondance entre le Secrétaire d’État aux anciens combattants et le président du Conseil d’État, 1979.

25 Décret du 2 mai 1984.

26 Selon Goffman, un acteur est discréditable lorsque son stigmate est visible. Erving Goffman, Stigmate, Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les éditions de minuit, 1997, 175 p.

27 Marie Janot-Caminade, op. cit.

28 Erving Goffman, Stigmate..., op. cit.

29 Ibid. L’itinéraire moral correspond à la prise de conscience par les acteurs de leur stigmate.

30 Celui-ci a été créé par la journaliste et documentaliste Nina Barbier.

31 Par exemple, en 1981, le ministère des Droits des Femmes est créé.

32 Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, 2008, p. 76.

33 Par exemple, le ministre Jean Laurain tente de convaincre la FEFA de les indemniser tandis que Philippe Richert, député et président de la région Alsace, relaie les revendications portées par les associations dans l’arène parlementaire.

34 Réunion de l’ONAC en janvier 1982.

35 Janet Holland, Caroline Ramazanoglu, Sue Sharpe, Rachel Thompson, « Le mâle dans la tête : réputation sexuelle, genre et pouvoir », Mouvements, vol. 2, n° 20, 2002, p. 75-83.

36 « Qui indemnisera les Malgré-Elles ? », L’Alsace, 9 mai 2003.

37 Entretien du 22 mars 2013 à Bischoffsheim.

38 Parmi ces résurgences, on peut citer le témoignage de Robert Hébras – survivant du massacre – et le reportage Oradour : Un crime de guerre diffusé sur France 2 en 1994.

39 Entretien du 7 février 2014 à Saverne.

40 Érik Neveu, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, 2013, 128 p.

41 Il s’agit de l’incorporée de force « Malgré-Nous » dont nous avons décrit la trajectoire ci-dessus.

42 Entretien du 15 mars 2015 à Benfeld.

43 Marie Janot-Caminade, Des « Malgré-Nous » aux « Malgré-Elles »… Ibid.

44 Entretiens du 26 décembre 2012 et du 6 mai 2013 à Orbey.

45 Nicolas Renahy, « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usages d’une notion », Regards sociologiques, n° 40, 2010, p. 9-26.

46 Catherine Achin et Sandrine Lévêque, Des femmes en politique, Paris, La Découverte, 2006, p. 59.

47 Jane Jenson et Éléonore Lépinard, « Penser le genre en science politique », Revue française de science politique, vol. 59, 2009, p. 183-201.

48 Catherine Achin et Sandrine Lévêque, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Janot-Caminade, « Les « Malgré-Nous » et les « Malgré-Elles » : l’influence d’une catégorisation genrée sur la visibilité des témoignages des incorporé.e.s de force alsacien.ne.s dans la sphère publique pendant la Seconde Guerre mondiale », Genre & Histoire [En ligne], 19 | Printemps 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2706

Haut de page

Auteur

Marie Janot-Caminade

Labex « les passés dans le présent », Institut des sciences sociales du politique (ISP) – Université Paris-Ouest Nanterre La défense (UPOND). Mail : marie.janot.caminade@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page