Navigation – Plan du site
Genre et engagement en temps de guerre (XVIe-XXIe siècles)

Soignantes et consolatrices ? Femmes contre-révolutionnaires dans la Seconde guerre carliste (Espagne, 1872-1876)

Caretakers and consolers? Counter-revolutionary women in the Second Carlist War (Spain, 1872-1876)
Alexandre Dupont

Résumés

Cet article analyse la mobilisation transnationale de femmes européennes en faveur du carlisme pendant la guerre carliste de 1872-1876. L’idéologie contre-révolutionnaire porte une légitimation de l’inégalité naturelle entre hommes et femmes qui ne favorise pas, a priori, l’engagement politique – et encore moins guerrier – de ces dernières. De fait, ces femmes, à quelques exceptions près, sont cantonnées à des pratiques traditionnelles de soin aux blessés. Pour autant, cette assignation genrée à des tâches non guerrières constitue paradoxalement un espace de politisation inattendu pour ces femmes, au sein d’une culture politique plutôt involutionniste. Plus encore, ces femmes se voient reconnaître par leurs congénères masculins une place à part dans le dispositif guerrier, sans que soit remise en cause une inégalité hommes/femmes que ne questionnent ni les unes ni les autres.

Haut de page

Texte intégral

1En mai 1873, alors que le soulèvement légitimiste en Espagne a atteint les dimensions d’une véritable guerre entre les partisans du prétendant don Carlos et le gouvernement républicain de Madrid, la mobilisation européenne en faveur de la cause carliste s’amplifie. Les gouvernements européens tâchent de répondre aux demandes espagnoles de tarir cet appui international et les autorités genevoises procèdent alors à une perquisition dans la propriété de Vevey où réside la femme de don Carlos, Marguerite de Bourbon-Parme. Là, la police découvre, dissimulé dans des caisses, un canon que la princesse se serait apprêté à expédier à l’armée de son mari. Cette découverte conduit les autorités à menacer Marguerite d’expulsion du territoire suisse, ce qui provoque un tollé dans la presse contre-révolutionnaire. Le journal français L’Union reprend ainsi des informations publiées dans le journal de Fribourg La Liberté et soutient une thèse bien différente sur ce canon :

  • 1 L’Union, 6 mai 1873.

« L’année passée, quelques légitimistes de Nantes, voulant faire un cadeau à Mme la duchesse de Madrid, lui envoyaient un petit canon monté sur un affût fixe, en fer, pouvant se démonter, d’une forme assez mignonne. Ce n’est pas un canon de montagne […], c’est encore moins un canon de campagne ordinaire, puisqu’il est sans roues et sans arrière-train1. »

  • 2 Sur ce concept, Edward Palmer Thompson, La Formation de la classe ouvrière, traduit de l’anglais pa (...)

2Le vocabulaire employé par la presse contre-révolutionnaire résume plusieurs lignes problématiques concernant la place des femmes contre-révolutionnaires dans les conflits civils au XIXe siècle, et en l’espèce au cours de la Seconde Guerre carliste. On le voit, Marguerite joue un vrai rôle dans la logistique du conflit, qui plus est à une échelle internationale. Cela pose donc la question de l’agency des femmes au cours de ce conflit2. À l’échelle transnationale, qui sera au cœur de cet article, s’applique aussi un critère de classe : ce sont très majoritairement des femmes de la haute société, notamment de la noblesse, qui jouent un rôle dans le conflit carliste.

  • 3 Jean-Clément Martin, La révolte brisée. Femmes dans la Révolution française et l’Empire, Paris, Arm (...)

3Des femmes des classes populaires se sont investies dans les guerres contre-révolutionnaires qui parsèment le XIXe siècle et elles y ont joué un rôle majeur. Les récents travaux concernant leur place dans les guerres de Vendée ont bien montré qu’elles occupent une place cruciale dans les processus de mobilisation, de transmission de l’engagement, mais aussi d’appui logistique aux troupes royalistes3.

4Cet article prétend aborder la place des femmes dans cette guerre carliste par une autre approche, en examinant la construction d’un imaginaire social où les femmes ont une place dans le dispositif guerrier – place qu’il s’agira de définir et d’analyser. Le deuxième volet de l’analyse porte sur les conséquences pratiques de cette conception genrée de la guerre, particulièrement dans le domaine de l’humanitaire. Cette enquête à l’échelle transnationale vise à mettre en évidence un paradoxe entre engagement guerrier et remise en question des normes de genre au sein d’une culture politique qui ne pense pourtant jamais l’émancipation des femmes.

5Toute cette analyse reposera en effet sur un questionnement relatif à la dimension émancipatrice ou non de ce rôle des femmes dans le conflit. La guerre carliste est-elle un moment d’engagement particulier pour les femmes contre-révolutionnaires européennes ? Cet engagement permet-il une émancipation, si limitée soit-elle ? Revenons, pour terminer cette longue introduction, à Marguerite : indubitablement, elle joue un rôle dans la guerre. Et pourtant, les journaux contre-révolutionnaires insistent sur le fait que le canon qu’elle cherchait à envoyer est parfaitement inoffensif, comme s’il était acquis qu’une femme ne peut rien avoir à faire avec les choses de la guerre. Le vocabulaire employé (petit, assez mignonne) est d’ailleurs révélateur de la tentative de masquer, de dépolitiser, de nier même cet engagement féminin. Quel est le sens de cette négation de l’engagement et est-elle en conformité avec la réalité des pratiques sur le terrain ? Voilà quelques-unes des questions auxquelles cet article ambitionne de répondre.

Les femmes contre-révolutionnaires dans la guerre carliste : tableau général

Une absence assez attendue

  • 4 Alexandre Dupont, Une Internationale blanche. Les légitimistes français au secours des carlistes (1 (...)
  • 5 Je n’ai trouvé qu’une mention d’une combattante carliste : il s’agit d’une certaine Francisca Guarc (...)
  • 6 Pierre Benoît, Pour don Carlos, Paris : A. Michel, 1920.

6Pour comprendre les ressorts de ce qui se joue pour les femmes pendant la guerre carliste, il faut brosser un tableau général de la place qu’elles occupent dans la mobilisation internationale en faveur de cette cause4. On ne s’étonnera pas d’en trouver très peu, et aucune les armes à la main5 – ce qui n’empêche pas le romancier Pierre Benoît, en 1920, de fonder l’intrigue de son Pour don Carlos sur l’amour éprouvé par deux de ses personnages, dont une femme, pour une amazone carliste du nom d’Allegria6.

  • 7 Gloria Espigado Tocino, « Mujeres “radicales” : utópicas, republicanas e internacionalistas en Espa (...)
  • 8 Juan Francisco Fuentes et Pilar Garí, Amazonas de la libertad : mujeres liberales contra Fernando V (...)
  • 9  Carolyn J. Eichner, Surmounting the barricades: women in the Paris Commune, Bloomington, Indiana U (...)

7Plusieurs raisons expliquent cette absence. D’abord, le contexte des années 1870 est, de manière générale, assez peu propice à l’engagement des femmes dans la cité. Des processus de politisation se produisent dans ces années, mais à la gauche de l’échiquier politique. C’est visible en Espagne où les femmes s’investissent dans les mouvements républicains7, suivant en cela une tradition de participation des femmes aux combats politiques au sein du libéralisme espagnol8. En France, plusieurs travaux ont montré que la Commune de Paris avait constitué un jalon important dans l’émancipation et la politisation des femmes, et notamment à travers l’engagement militaire. La participation de femmes au combat de la Semaine Sanglante est attestée. D’ailleurs, c’est de cet épisode que date la figure repoussoir de la pétroleuse9.

  • 10 Magali Della Sudda, « Réseaux catholiques féminins. Une perspective de genre sur une mobilisation t (...)
  • 11 Cette question est actuellement travaillée par María Cruz Romeo Mateo (Universitat de València).

8Cependant, la situation à droite est bien différente, où c’est la mobilisation en faveur du droit de vote des femmes, à la fin du XIXe siècle, qui joue un rôle crucial dans l’émergence d’un mouvement féminin opposé et marqué par le catholicisme10. Qu’une figure féminine soit érigée en symbole répulsif du socialisme et de la révolution par les conservateurs dit assez la piètre estime en laquelle est tenue la participation des femmes en politique, ce qui explique la faible mobilisation des femmes dans le camp conservateur à cette époque. Pour autant, on observe un investissement féminin conservateur et catholique naissant, par exemple lors du débat sur l’inscription de la liberté des cultes dans la Constitution en 1869 en Espagne11.

9La mobilisation des femmes dans un sens contre-révolutionnaire met en relief un problème classique soulevé par les historiens des opposantes au droit de vote des femmes. Elle montre que de prime abord, ces femmes agissent contre leur intérêt et défendent une soumission genrée. C’est pour cette raison que la problématique de l’émancipation est particulièrement intéressante dans leur cas : peut-on s’émanciper en défendant le maintien de son aliénation ?

  • 12  Une brève présentation dans Vincent Garmendia, « Notes sur la présence carliste en Aquitaine à l’é (...)

10Quelques femmes sont pourtant bien présentes sur le terrain de la mobilisation pro-carliste internationale, souvent issues de familles pro-carlistes du sud de la France qui viennent en aide aux soldats et surtout aux chefs carlistes présents sur le sol français. Le cas sans doute le plus exceptionnel est celui d’une armurière de Bayonne, Adélaïde Cournet, veuve de son état, qui occupe une place centrale dans le soutien au carlisme depuis la France. Membre du Comité Carliste de Bayonne, la principale structure pro-carliste en France pendant la guerre, elle accueille dans son magasin – qui sert aussi de bureau de poste à l’état-major carliste – les réunions du Comité et se livre à la contrebande d’armes en direction de l’Espagne, faisant preuve dans cette tâche de grandes qualités. Arrêtée à quatre reprises par la police française, elle s’en tire systématiquement avec une simple amende et poursuit son œuvre jusqu’à la fin de la guerre en 1876 et même au-delà12.

Des princesses hors du commun

  • 13 L’Union, 17 juin 1874.

11Une autre catégorie de femmes dispose d’un statut particulier dans cette guerre carliste : ce sont les princesses carlistes, à savoir Marguerite de Bourbon-Parme, la femme du prétendant don Carlos, et Marie des Neiges de Bragance, fille de l’ancien roi du Portugal Miguel Ier et épouse de don Alfonso, le frère cadet de don Carlos. En effet, elles sont les seules femmes dont l’action se rapproche un tant soit peu d’une activité militaire, comme en témoigne l’envoyé spécial du journal L’Union en terres carlistes, Adrien Maggiolo, à l’occasion des festivités pour l’anniversaire de Marguerite en 1874 : « grâce à Dieu et aux volontaires, il y a déjà un royaume carliste organisé, pacifié, et tout à l’heure, les soldats verront leur Reine à cheval au milieu d’eux13 ». Entrée en Espagne, alors qu’elle vit pendant la plus grande partie de la guerre à Pau, Marguerite est attendue pour passer en revue les soldats à la manière d’un chef militaire. Ce n’est pas la guerre, mais c’est un espace annexe à la guerre.

  • 14 Hugues de Changy, Le soulèvement de la duchesse de Berry, 1830-1832 : les royalistes dans la tourme (...)
  • 15  Tomás Domínguez Arévalo, Conde de Rodezno, La Princesa de Beira y los hijos de Don Carlos, Madrid, (...)
  • 16 Simon Sarlin, Le légitimisme en armes : histoire d’une mobilisation internationale contre l’unité i (...)

12Il faut dire que le XIXe siècle a peu à peu consacré, au sein de la culture légitimiste, la figure de la princesse présente sur le front et partageant les risques de la guerre avec ses soldats – sans pour autant combattre. À ma connaissance, le premier cas est celui de la duchesse de Berry qui, en 1832, tente de susciter une prise d’armes dans le Sud et en Vendée pour défendre les droits de son fils, le comte de Chambord, prétendant légitimiste au trône de France. Son action en tant que princesse tranche avec celle, toute de piété doloriste et d’incarnation du malheur, qui caractérise à la même époque Marie-Thérèse de France, l’orpheline du Temple14. Quelques années plus tard, c’est la princesse de Beira, femme du premier don Carlos, qui parvient, au terme de rocambolesques aventures, à rejoindre son mari sur le front de la Première Guerre carliste15. Le cas le plus connu est cependant celui qui intervient une dizaine d’années avant la guerre qui nous occupe, avec Marie-Sophie de Bavière, reine des Deux-Siciles, qui gagne une fantastique renommée dans les milieux légitimistes européens en s’illustrant lors du siège de Gaëte où elle devient l’âme de la résistance à l’unification16.

  • 17 Jordi Canal, El carlismo, Madrid, Alianza Editorial, 2000, p. 188-189.

13Plus que Marguerite, Marie des Neiges s’inscrit dans cette veine guerrière, qui souligne que les princesses disposent d’une marge de manœuvre assez importante pour s’imposer comme actrices du combat légitimiste. Au sein d’une culture politique dans laquelle on prend l’habitude de combattre sous un étendard représentant la Vierge Marie, il est envisageable que des femmes exceptionnelles se distinguent par leurs capacités hors du commun. Pour autant, un discours se développe parmi ses adversaires la dépeignant en femme cruelle et violente, allant contre sa nature, signe que la participation guerrière des femmes reste une réalité profondément choquante dans la société de l’époque17.

14Marie des Neiges raconte dans ses mémoires son expérience de la Seconde Guerre carliste. Elle commence par un acte d’affirmation qui montre assez combien les femmes restent traitées en mineures au sein du légitimisme, et ne sont pas, de prime abord, considérées comme des actrices politiques possibles. Une fois son mari parti pour les Pyrénées-Orientales avec le comte de Chardonnet, Marie apprend de la femme de ce dernier, qui devait l’accompagner à son tour, que le comte refuse catégoriquement ce voyage et que pour s’en assurer, il a confisqué les papiers de sa femme. Il faut l’intervention de Marguerite en personne pour que Marie rejoigne Alfonso.

  • 18 Braganza y de Borbón, Mis memorias, op. cit.

15Elle suit dès lors son mari dans ses tribulations, dans le sud de la France d’abord, puis à la tête de l’armée de Catalogne et de l’armée du Centre et assiste voire participe aux combats, si l’on en croit les récits très détaillés qu’elle en laisse18. D’ailleurs, les représentations de l’époque la font apparaître en uniforme carliste, signe d’incorporation dans l’armée carliste. Ce cas ne saurait pourtant masquer le fait majoritaire, au sein du légitimisme européen, qui tient les femmes éloignées de la guerre, si ce n’est dans le cadre d’une activité humanitaire.

La Caridad ou la construction d’un espace féminin de l’engagement

L’humanitaire, terrain de la féminité par excellence ?

  • 19 L’historiographie est particulièrement dynamique dans ce champ de recherches. Pour une vue d’ensemb (...)

16C’est à partir du milieu du XIXe siècle que le secours aux blessés de guerre devient un sujet de débat et de mobilisation pour les opinions publiques européennes, en même temps que le lieu d’une nouvelle forme de volontariat consacré à l’allègement de la souffrance des blessés. Les deux principaux promoteurs de cet intérêt nouveau pour le sort des soldats, Florence Nightingale et Henry Dunant, ne tardent pas à susciter de nombreux adeptes, qui se donnent pour mission de soigner les blessés, quel que soit leur camp. Les conflits qui jalonnent les années 1850 et 1860 sont autant d’occasions pour ce volontariat humanitaire de se développer19.

  • 20 John Furley, Among the carlists, London, S. Tinsley, 1876. Pour une liste de ces hôpitaux, Archivo (...)
  • 21 Pour une présentation générale, Agata Zielinski, « L’éthique du care. Une nouvelle façon de prendre (...)
  • 22 Biblioteca de la Real Academia de Historia (désormais BRAH), Fondo Pirala, Legajo 6884, « Reglament (...)

17La guerre carliste ne fait pas exception. Il existe des hôpitaux spécifiquement carlistes dans les territoires contrôlés par don Carlos20. Dans ces hôpitaux, on trouve des femmes chargées de soigner les blessés, ce qui souligne le cantonnement des femmes à des pratiques liées au care21. Ce sont des religieuses, ce qui rappelle que l’engagement féminin dans le domaine de la santé se rattache aussi, dans la contre-révolution, à une activité traditionnelle chez les religieuses catholiques. Ces sœurs, placées sous le contrôle d’une mère supérieure, restent sous la domination des médecins, mais dirigent en revanche les infirmiers. Ces femmes s’occupent, au sein de l’hôpital, de la logistique (lingerie, cuisine, ménage), de la propreté, de l’aération, de la veille des malades, du contrôle des régimes. Elles jouent donc un rôle important, et à la fois, demeurent dans une position d’infériorité par rapport aux hommes22.

  • 23 Antonio Brea, Campaña del norte de 1873 a 1876, Barcelona, Biblioteca Popular Carlista, 1897, p. 22 (...)

18Les religieuses qui travaillent dans les hôpitaux carlistes sont appelées Sœurs de la Charité, car elles sont placées sous la houlette de la Caridad, une association de secours aux blessés mise en place à partir de 1874 par Marguerite. La plupart des auteurs s’accordent aussi à attribuer à cette association la mise en place des principaux hôpitaux carlistes, et tous insistent sur le fait que ces hôpitaux sont ouverts à tous, carlistes comme libéraux. Sans détailler outre mesure le fonctionnement de cette association, on peut tout de même souligner quelques points : elle met au premier plan des femmes, comme Josefa Vazco, la mère du général carliste Carlos Calderón ; elle est conçue comme une association internationale et on y trouve des étrangers, comme Guillaume de Bourgade, un Français qui est le plus proche collaborateur de Marguerite au sein de la Caridad ; enfin, ses principes sont étroitement liés à une vision catholique du monde, comme l’illustre le nom même de l’association23.

  • 24 Francisco Javier Ramón Solans, La Virgen del Pilar dice… Usos políticos nacionales de un culto mari (...)

19Ce dernier point est important pour comprendre pourquoi cette association devient un lieu privilégié d’investissement des femmes dans la guerre carliste. Au-delà de la tendance générale qui, sur le temps long, cantonne les femmes sur le champ de bataille à des rôles d’auxiliaires de santé, la contre-révolution développe une nouvelle conception de la femme dans les décennies centrales du XIXe siècle. De nombreux historiens ont montré que cette période voyait un profond renouvellement et une ample diffusion du culte marial, appuyé par la papauté et qui culmine avec la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception en 185424. Cette valorisation de la figure de Marie au sein du catholicisme intransigeant entraîne une évolution de la figure féminine au sein de la contre-révolution : toujours cantonnée à un rôle de soignante et de consolatrice sur le plan militaire, elle gagne aussi en importance dans l’imaginaire social porté par les carlistes. Il importe ainsi de bien saisir la double dimension paradoxale et évolutive qui préside à l’engagement féminin dans la guerre carliste.

Une mobilisation féminine transnationale

20Même si les femmes restent cantonnées à des tâches qui correspondent à une conception genrée, cet engagement dans le domaine sanitaire existe et se traduit par différents types de mobilisation qui mettent les femmes au premier plan. Toutes ces activités doivent être envisagées selon cette double clé de lecture : d’une part, il est vrai qu’elles relèvent systématiquement de domaines considérés comme féminins ; d’autre part, il n’en reste pas moins que les femmes sont ainsi mises en valeur, puisque ces activités sont implicitement présentées comme constituant la part féminine de l’aide au carlisme.

  • 25 La Esperanza, 16 mai 1873. Je traduis.
  • 26 L’Union, 8 avril 1874.

21Le premier domaine concerné a trait à la fourniture d’une aide matérielle à La Caridad. Voici ce qu’indique par exemple le grand quotidien carliste La Esperanza le 16 mai 1873 : « D’après un journal français, s’est établi à Dax un comité de femmes pour procurer des fils, des bandages, des instruments de chirurgie et d’autres objets de soins et de secours pour les blessés carlistes. Le comité a déjà envoyé la première chemise au général Elío25 ». Ce n’est pas le seul cas recensé pendant la guerre carliste. À Bordeaux, en mars 1874, un comité composé de vingt-et-une femmes, pour la plupart issues de l’aristocratie locale, appelle à envoyer « du vieux linge, des draps de lit, des serviettes, des chemises, et, s’il est possible, quelques secours en argent26 ». Il est intéressant de remarquer que pour un certain nombre d’entre elles, leurs maris sont également engagés dans l’aide au carlisme, mais au sein d’autres structures ou d’autres cercles de sociabilités.

  • 27 Anne Martin-Fugier, Les salons de la IIIe République. Art, littérature, politique, Paris, Perrin, 2 (...)
  • 28 Archivo Histórico Nacional (désormais AHN), Archivo del Ministerio de Asuntos Exteriores (désormais (...)

22La principale forme de mobilisation féminine transnationale en faveur des carlistes est le don d’argent en faveur des hôpitaux et des blessés carlistes. Cette mobilisation financière n’est pas que féminine, mais elle est le vecteur privilégié de l’engagement des femmes. Cela passe par une mise au service de la cause de formes de sociabilité dans lesquelles les femmes occupent au XIXsiècle une place éminente : les bals et réceptions mondaines27. La tradition du salon tenue par une dame de la haute société, encore très répandue dans les hautes sphères de la IIIe République, sert à l’organisation de bals et de fêtes destinées à recueillir des fonds pour les blessés carlistes. C’est notamment le cas du bal organisé au printemps 1875 par la duchesse de Chevreuse, qui suscite l’indignation et l’inquiétude des autorités espagnoles. Un légitimiste décrit ainsi l’organisation de la chose : « on ne ven[d] pas de billets, cinquante Dames invit[ent] et présent[ent] les sujets qu’elles jugent convenables et re[çoivent] d’eux la somme ou le don qu’ils v[eulent] », ce à quoi l’ambassadeur espagnol à Paris réagit de la façon suivante : « les journaux [ont] annoncé et tout le monde conna[ît] la venue de doña Marguerite, le prix des billets, le but du bal28 », à savoir une aide directe à l’armée carliste.

  • 29 Listes de souscriptions parues dans L’Union et L’Univers entre mars 1873 et septembre 1876.

23Cette accusation de détourner l’aide humanitaire au profit de l’armée carliste est récurrent et se retrouve dans un autre domaine dans lequel les femmes s’illustrent : la participation aux souscriptions organisées dans la presse contre-révolutionnaire pour les carlistes réfugiés ou blessés. Deux souscriptions, dont j’ai analysé les listes parues dans deux journaux29, comptent respectivement 15 et 25 % de femmes parmi les donateurs, le pourcentage le plus élevé correspondant à des dons relevant du domaine de l’humanitaire. Quoique ces chiffres restent relativement modestes, il faut les replacer dans un contexte dans lequel les femmes bénéficient rarement d’une autonomie économique. Le nombre total de donatrices pour ces deux souscriptions avoisine les trois cents, ce qui est loin d’être négligeable, surtout dans un contexte de solidarité transnationale. Il faut donc interpréter le sens et les conséquences de cet engagement.

L’engagement humanitaire comme lieu d’émancipation ?

Un lieu de politisation paradoxal…

24À partir du cas des comités de femmes, on peut souligner deux éléments. D’une part, des femmes s’engagent pour faire parvenir du matériel médical aux carlistes depuis la France, en en appelant à la générosité de leurs compatriotes pour une cause étrangère. Surtout, elles créent pour ce faire un comité, c’est-à-dire une structure de sociabilité politique, qui rassemble seulement des femmes. Ce ne sont pas les seuls cas où l’on observe des formes d’organisation politique promues par des femmes.

  • 30 El Cuartel Real, 16 mai 1874. Je traduis les citations infra.

25Un appel lancé par un comité de femmes assez similaire créé en Italie, appel plus détaillé que les autres, permet de mieux distinguer l’aspect paradoxal de cette politisation transnationale et de l’engagement qui en découle30. Les membres de ce comité expliquent en effet que le sang versé par les soldats carlistes est digne d’admiration mais que leur condition de femmes leur rend beaucoup plus familier « ce pieux sentiment que Dieu a bien voulu déposer comme un parfum de charité dans le cœur de la femme ». On est là dans une intériorisation et une appropriation de la différenciation genrée, et dans une assignation des femmes à des sentiments pieux, maternels et caritatifs. Ainsi, ces femmes ne cherchent pas du tout à s’affirmer comme aptes à participer à la guerre au même titre que les hommes, chose qui leur semble inimaginable.

26Et pourtant, cela ne les empêche pas d’affirmer avec résolution les idées qu’elles défendent, conformes aux principes de la contre-révolution et tout à fait en prise avec leur imaginaire politique et la situation en Espagne, comme lorsqu’elles soutiennent que « dans un coin de l’Europe, un peuple s’est levé pour son Dieu, pour son Roi, pour sa Patrie. Les préjugés et la révolution lui opposent des armées et des armes exterminatrices », signe qu’il y a bel et bien une politisation du public contre-révolutionnaire féminin à l’occasion de la guerre carliste. Cette politisation amène même ces femmes à défendre l’usage de la violence politique, ce qui contredit la figure mariale de douceur et de piété portée par la plupart des discours sur leur engagement. Dans le même temps, en effet, ces femmes continuent d’être assignées à des stéréotypes de genre.

27Comment expliquer, dès lors, que ces femmes, qui agissaient tout autant que des hommes, n’aient pas introduit l’idée que cet engagement prouvait leurs capacités politiques ? Il faut commencer par dire que les femmes contre-révolutionnaires issues des hautes classes qui participent en Europe à la mobilisation pro-carliste disposent d’une marge de manœuvre assez inouïe, surtout dans le contexte d’une culture politique involutionniste. Si elles sont cantonnées à un certain nombre de domaines réservés, ces femmes peuvent agir pour venir en aide au carlisme de façon efficace en favorisant des processus de politisation autour de la question carliste dans le cadre de pratiques sociales traditionnelles.

  • 31 Il y a là une différence avec les constatations faites sur leur propre terrain par les chercheuses (...)
  • 32 AHN – AMAE, H 1521, despacho 355.

28Le cas de la duchesse de Chevreuse, qui maintient coûte que coûte son bal malgré les demandes et les menaces gouvernementales est assez révélateur – même s’il faut à nouveau insister sur la place de la classe sociale dans l’agency des femmes contre-révolutionnaires31. Voici ce qu’explique à son propos le préfet de police Léon Renault à l’ambassadeur espagnol : « il s’agi[t] de la duchesse de Chevreuse, une femme fanatique et comme illuminée ; elle est d’un tel caractère qu’il y a quelque temps elle a convoqué une réunion des femmes catholiques dans la Cathédrale et, malgré la résistance de l’Archevêque, l’a menée à bien32 ». Si l’on passe sur les marqueurs de l’infériorisation des femmes, on constate que la duchesse de Chevreuse est une femme insérée dans les circuits sociaux de son temps, qui agit selon ses convictions et n’accepte pas de se soumettre à l’autorité, qu’elle soit temporelle ou spirituelle. Le bal qu’elle organise souligne sa capacité à profiter du contexte de la guerre carliste pour s’engager grâce à la politisation de pratiques sociales traditionnelles.

  • 33 Francisco Javier Ramón Solans et Pedro Rújula (dir.), El desafío de la Revolución. Reaccionarios, a (...)

29Il y a donc, au moins, un hiatus entre la conception traditionaliste des femmes et la réalité de l’agency des femmes dans la contre-révolution européenne. Ce paradoxe d’une idéologie politique involutionniste qui émancipe malgré elle est un trait tout à fait fondamental de la contre-révolution. On le retrouve, de façon plus générale, entre le discours qui refuse l’engagement politique comme étant une révolte contre Dieu, et une pratique politique qui laisse de plus en plus de place aux masses comme acteurs de l’histoire33. Il y a là un paradoxe de la réaction, dont les femmes profitent au cours de la guerre carliste pour disposer de marges de manœuvre assez exceptionnelles pour l’époque et qui leur permettent, dans certaines limites symboliques, de s’engager pour leurs idées.

…repris dans un dispositif médiatique inattendu

30Ainsi, les hommes contre-révolutionnaires auraient admis l’engagement des femmes, dans des domaines où leur engagement n’entrait pas trop en contradiction avec la doctrine. Cependant, le processus va plus loin et le paradoxe est plus profond encore. Se met en effet en place un dispositif médiatique légitimiste et catholique qui accorde une résonance toute particulière à l’action de ces femmes, la légitime et l’encourage, faisant des femmes des actrices à part entière de la guerre carliste. Il faut souligner que ce discours sur les femmes est tenu par des hommes, ce qui pose la question de la production des discours contre-révolutionnaires en général et de leur valeur. Quoi qu’il en soit, les femmes ne sont donc pas rejetées hors de la politique, bien au contraire : elles sont acceptées et félicitées, tant qu’elles se cantonnent aux rôles traditionnels qui leur sont assignés. Toute la difficulté repose sur ce second paradoxe que l’acceptation d’une action politique féminine à l’égal de l’action politique masculine ne conduit pas à une remise en cause de la conception inégalitaire des rôles féminins et masculins dans le discours contre-révolutionnaire.

  • 34 La Cruzada Española, 27 janvier 1875. Je traduis le titre et les citations.

31Je me cantonnerai, pour creuser ce paradoxe, à un texte, paru dans un journal d’exilés espagnols, publié dans le sud-ouest de la France : La Cruzada Española. Quelques semaines après son apparition en janvier 1875, le journal publie un article intitulé « Les femmes carlistes34 », qui évoque moins la mobilisation transnationale des femmes que l’engagement de celles qui vivent la guerre au quotidien. Pour autant, il recèle des informations intéressantes par-delà les clivages de classe. Il s’ouvre par ces mots : « Disons-le une fois pour toutes et sans détour : dans notre parti, les hommes ont une grande valeur, mais les femmes en ont une plus grande, bien plus grande ».

  • 35 Sur ces processus à la gauche de l’échiquier politique, Anne-Marie Sohn, « Nation et apprentissage (...)
  • 36 C’est la thèse classique de George Lachmann Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutali (...)

32La suite de l’article apporte des explications à cette affirmation en différenciant l’engagement masculin en contexte guerrier de l’engagement féminin. La description faite du premier répond à plusieurs éléments classiques de la construction des masculinités au XIXe siècle : la prise d’armes, le danger, la douleur, la souffrance, l’exaltation, l’engagement pour ses idées etc. – dans un triptyque classique entre masculinité, port des armes et participation politique35. La mort pour la cause est décrite, là encore assez classiquement, comme la belle mort de celui qui disparaît en héros pour avoir su se sacrifier à quelque chose qui le dépasse36. L’engagement masculin confine au sublime, et en même temps, les hommes ont peu de mérite car cette capacité de sublimation, est un produit de l’atmosphère guerrière qu’ils affrontent.

  • 37 MacClancy, Jeremy, The Decline of Carlism, Reno, University of Nevada Press, 2002.

33Les femmes, quant à elles, ne sont pas moins politisées que leurs pères, frères, fils ou maris, et sont tout aussi attachées aux principes de la contre-révolution, affirme l’article. Pour autant, cette politisation procède moins d’un processus intellectuel que d’une réaction instinctive d’attachement aux principes de la conservation, attachement qu’elles tirent de l’expérience de la maternité. Elles sont d’ailleurs décrites comme étant au cœur du processus de transmission de la fidélité politique au sein du noyau familial37.

34C’est face à la guerre et à la participation de l’homme au combat que la femme contre-révolutionnaire acquiert une dimension grandiose, puisqu’elle sublime sa nature sentimentale pour accepter et encourager cette prise d’armes, qu’elle sait nécessaire au maintien des principes qu’elle défend. Et pourtant, la guerre est aussi un combat pour elle, qui doit attendre et supporter avec stoïcisme l’incertitude et la mort.

35Le paradoxe entre maintien des stéréotypes de genre et octroi d’une marge de manœuvre politique pour les femmes est visible dans ce discours qui vise à mettre en valeur le rôle non-combattant des femmes. Alors même que l’auteur insiste sur l’infériorité de la nature féminine, cette infériorité n’est jamais synonyme d’incapacité politique, et devient même un motif d’exaltation des femmes à raison de leur engagement. Cet article n’est qu’une occurrence, assez exceptionnelle, d’un processus présent dans de nombreux journaux contre-révolutionnaires de l’époque, et il tend à montrer que les contre-révolutionnaires ont su inventer des formes de participation politique dans lesquelles les femmes avaient le premier rôle, quand bien même l’émancipation féminine n’a jamais fait partie de leur imaginaire.

  • 38 José Álvarez Junco, Mater Dolorosa. La idea de España en el siglo XIX, Madrid, Taurus, 2001.
  • 39 Quentin Deluermoz et Pierre Singaravelou, Pour une histoire des possibles, Paris, Seuil, 2016.
  • 40 Maurice Agulhon, Marianne au combat : l’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Par (...)

36De fait, Julio Nombela, l’auteur de l’article, conclut en faisant des femmes de la guerre carliste les dignes héritières des femmes de Numance, de Sagonte, de Gérone ou de Saragosse, autant de sièges et de batailles mythiques qui sont au cœur de la construction nationale espagnole au XIXsiècle38. Par-delà les irréductibles différences que les contre-révolutionnaires distinguent entre les hommes et les femmes, ils ont paradoxalement su intégrer ces dernières, d’une certaine façon, à une communauté politique porteuse d’une modernité alternative39, à une époque où elles étaient exclues de la scène politique nationale, si ce n’est sous la forme d’incarnations allégoriques de la nation – de Marianne40 à la Mater Dolorosa espagnole.

Haut de page

Notes

1 L’Union, 6 mai 1873.

2 Sur ce concept, Edward Palmer Thompson, La Formation de la classe ouvrière, traduit de l’anglais par G. Dauvé, M. Golaszewski et M.-N. Thibault, Paris, Seuil, 2012.

3 Jean-Clément Martin, La révolte brisée. Femmes dans la Révolution française et l’Empire, Paris, Armand Colin, 2008 ; Aurélien Lignereux, Chouans et Vendéens contre l’Empire. 1815. L’autre Guerres des Cent-Jours, Paris, Vendémiaire, 2015.

4 Alexandre Dupont, Une Internationale blanche. Les légitimistes français au secours des carlistes (1868-1883), thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Paris-1 et Universidad de Zaragoza, 2015.

5 Je n’ai trouvé qu’une mention d’une combattante carliste : il s’agit d’une certaine Francisca Guarch, qu’une famille légitimiste des Pyrénées-Orientales, les Lazerme, prend sous son aile à la demande de Marguerite. Braganza y de Borbón, María de las Nieves de, Mis memorias sobre nuestra campaña en Cataluña en 1872 y 1873 y en el Centro en 1874. Madrid : Espasa Calpe, 1934, t. 1, p. 42.

6 Pierre Benoît, Pour don Carlos, Paris : A. Michel, 1920.

7 Gloria Espigado Tocino, « Mujeres “radicales” : utópicas, republicanas e internacionalistas en España (1848-1874) », Ayer, 60, 2005/4, p. 15-43.

8 Juan Francisco Fuentes et Pilar Garí, Amazonas de la libertad : mujeres liberales contra Fernando VII, Madrid, Marcial Pons, 2014.

9  Carolyn J. Eichner, Surmounting the barricades: women in the Paris Commune, Bloomington, Indiana University Press, 2004.

10 Magali Della Sudda, « Réseaux catholiques féminins. Une perspective de genre sur une mobilisation transnationale », Genre & Histoire [En ligne], 12-13 | Printemps-Automne 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 16 décembre 2016. URL : http://genrehistoire.revues.org/1872.

11 Cette question est actuellement travaillée par María Cruz Romeo Mateo (Universitat de València).

12  Une brève présentation dans Vincent Garmendia, « Notes sur la présence carliste en Aquitaine à l’époque de la seconde guerre carliste », Bulletin Hispanique, 96/2, 1994, p. 445.

13 L’Union, 17 juin 1874.

14 Hugues de Changy, Le soulèvement de la duchesse de Berry, 1830-1832 : les royalistes dans la tourmente, Paris, Albatros-DUC, 1986 ; Becquet, Hélène, Marie-Thérèse de France. L’orpheline du Temple, Paris, Perrin, 2012.

15  Tomás Domínguez Arévalo, Conde de Rodezno, La Princesa de Beira y los hijos de Don Carlos, Madrid, Alberto Fontana, 1928.

16 Simon Sarlin, Le légitimisme en armes : histoire d’une mobilisation internationale contre l’unité italienne, Rome, Presses de l’École Française de Rome, 2013.

17 Jordi Canal, El carlismo, Madrid, Alianza Editorial, 2000, p. 188-189.

18 Braganza y de Borbón, Mis memorias, op. cit.

19 L’historiographie est particulièrement dynamique dans ce champ de recherches. Pour une vue d’ensemble, Axelle Brodiez et Bruno Dumons (dir.), « L’humanitaire, XIXe-XXIe siècles », Le Mouvement social, 227, 2009, p. 3-122.

20 John Furley, Among the carlists, London, S. Tinsley, 1876. Pour une liste de ces hôpitaux, Archivo General de la Universidad de Navarra (désormais AGUN), Fondo Melchor Ferrer, Caja 111.

21 Pour une présentation générale, Agata Zielinski, « L’éthique du care. Une nouvelle façon de prendre soin », Études, 12/2010 (Tome 413), p. 631-641.

22 Biblioteca de la Real Academia de Historia (désormais BRAH), Fondo Pirala, Legajo 6884, « Reglamento para los hospitales militares ».

23 Antonio Brea, Campaña del norte de 1873 a 1876, Barcelona, Biblioteca Popular Carlista, 1897, p. 22-26 ; Vincent Kennett-Barrington, Letters from the Carlist war, (1874-1876), Exeter, University of Exeter Press, 1987, p. 7 ; Louis Petit de Meurville, « Blancos y negros », excursion en pays carliste (septembre 1874), Paris, Poussielgue frères, 1874, p. 148-155. Voir aussi María Eulalia Pares, « La sanidad en el Partido Carlista (Primera y tercera guerras carlistas) », Medicina e Historia, 68, 1977, p. I-XVI.

24 Francisco Javier Ramón Solans, La Virgen del Pilar dice… Usos políticos nacionales de un culto mariano en la España contemporánea, Zaragoza, Prensas de la Universidad de Zaragoza, 2014.

25 La Esperanza, 16 mai 1873. Je traduis.

26 L’Union, 8 avril 1874.

27 Anne Martin-Fugier, Les salons de la IIIe République. Art, littérature, politique, Paris, Perrin, 2003.

28 Archivo Histórico Nacional (désormais AHN), Archivo del Ministerio de Asuntos Exteriores (désormais AMAE), H 1521, despacho 355, 11 mai 1875. Je traduis.

29 Listes de souscriptions parues dans L’Union et L’Univers entre mars 1873 et septembre 1876.

30 El Cuartel Real, 16 mai 1874. Je traduis les citations infra.

31 Il y a là une différence avec les constatations faites sur leur propre terrain par les chercheuses du groupe « Genre et classes populaires » ; elle est à mon sens imputable à la dimension transnationale de la mobilisation en question. Groupe Genre et classes populaires, « Introduction : le lieu à l’épreuve du genre et des classes populaires », Genre & Histoire [En ligne], 17 | Printemps 2016, mis en ligne le 6 juin 2016, consulté le 16 décembre 2016. URL : http://genrehistoire.revues.org/2416.

32 AHN – AMAE, H 1521, despacho 355.

33 Francisco Javier Ramón Solans et Pedro Rújula (dir.), El desafío de la Revolución. Reaccionarios, antiliberales y contrarrevolucionarios (siglo XVIII y XIX), Granada, Comares, 2017, à paraître.

34 La Cruzada Española, 27 janvier 1875. Je traduis le titre et les citations.

35 Sur ces processus à la gauche de l’échiquier politique, Anne-Marie Sohn, « Nation et apprentissage de la masculinité. L’exemple des jeunes Français au XIXe siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42/2, 2012, p. 143-160.

36 C’est la thèse classique de George Lachmann Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés occidentales, Paris, Hachette Littératures, 1999 [1990].

37 MacClancy, Jeremy, The Decline of Carlism, Reno, University of Nevada Press, 2002.

38 José Álvarez Junco, Mater Dolorosa. La idea de España en el siglo XIX, Madrid, Taurus, 2001.

39 Quentin Deluermoz et Pierre Singaravelou, Pour une histoire des possibles, Paris, Seuil, 2016.

40 Maurice Agulhon, Marianne au combat : l’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Dupont, « Soignantes et consolatrices ? Femmes contre-révolutionnaires dans la Seconde guerre carliste (Espagne, 1872-1876) », Genre & Histoire [En ligne], 19 | Printemps 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2695

Haut de page

Auteur

Alexandre Dupont

Université de Strasbourg. Mail : alexandredupont0@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page