Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

Milagros Belgrano Rawson, La science du mariage.  Les femmes et l’institution matrimoniale en Argentine. 1900-1930

Master 2 - EHESS, Paris, 2007
Milagros Belgrano Rawson

Entrées d’index

Mots-clés :

Mariage

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1« Les femmes argentines sont entièrement élevées pour se marier et avoir des enfants », affirmait en 1918 la collectionneuse d’art Katherine Dreier, qui s’était rendue à la capitale argentine deux années auparavant. Selon cette Américaine,  le plus importante dans la vie de ces femmes consistait à rechercher un mari, « mais pas le bonheur ». C’est le même constat que faisait sa compatriote Jennie Howard. Cette enseignante, arrivée en Argentine en 1893,  affirmait que toutes les filles de ce pays étaient habituées à regarder « chaque homme comme un époux potentiel ». La pression sociale à cet égard était si forte qu’il n’y avait pas de honte plus grande que de ne pas pouvoir attirer un homme à cette fin. En outre, la morale de l’époque préconisait que les fiancées devaient rester chastes jusque la nuit de noces. Cependant, leur sexualité inquiétait bien moins que celle des garçons. Pendant que les premières subissaient une stricte vigilance, les garçons, par contre, «apprenaient les vices à un âge précoce », comme le dénonçait Howard.

2Des juristes argentins affirmaient que les femmes célibataires, n’ayant pas rempli le grand devoir de la maternité, constituaient une absurdité dans la société. Pourtant, selon le code civil récemment adopté, la femme qui n’avait pas franchi ce pas jouissait d’avantage de droits que celle qui était mariée. Par contre, une fois qu’elle épousait son fiancé, elle était immédiatement privée de  droits aussi fondamentaux que de disposer librement de son salaire. Elle n’était même pas responsable de ses propres actes, à tel point que toute plainte portée contre elle devait être adressée à son époux, qui d’ailleurs pouvait révoquer toute autorisation qu’il lui aurait concédée. Dans les dispositions relatives aux femmes mariées, en vigueur jusqu’en 1968, le Code civil établissait que le couple ne se fondait pas sur l’égalité de ses deux membres. Le mari était le plus important et il représentait son épouse dans les actes juridiques.

3Dans la vie, presque aucune décision ne devrait être plus personnelle que celle de choisir un époux. Cependant, dans l’histoire de l’humanité, cette expérience intime a été soumise à douloureuses régulations sociales, juridiques et religieuses (Lavrin, 1989). Quel était le but de toutes les interdictions faites aux femmes par la législation et les conventions sociales ? Quel rôle jouèrent la religion et la morale dans ce contexte ? Comment les institutions sociales, juridiques et politiques tinrent-elles compte du genre ?

  • 1 Le vote féminin ne fut accordé qu’en 1947.

4Dans ce mémoire je cherche à étudier les effets de l’institution du mariage sur les Argentines, ainsi que la manière dont la morale tissait les relations entre les hommes et les femmes.  Plus concrètement, je me propose d'analyser la situation juridique, civile et sociale des femmes mariées de l’Argentine depuis une perspective de genre relationnelle et historique, d’après des sources documentaires publiées entre 1900 et 1930. Je souhaite apporter une contribution à l’historiographie du genre argentine, en travaillant sur un sujet assez peu documenté par les études de femmes locales : la situation juridique et sociale des femmes dans le contexte précis de l’Argentine de la première moitié du XXe siècle, période de consolidation de la République et d’élargissement de la citoyenneté. En ce sens, il faudrait préciser qu’au-delà des droits civils, aucune femme argentine ne pouvait voter ni être éligible1. En 1912, la loi Sáenz Peña instaura le suffrage universel tout en excluant les femmes. Les motifs de l’exclusion de ces dernières ne furent même pas discutés, ce qui rend compte du caractère d’évidence que put avoir cette mesure.

5 L'intérêt pour l’histoire des femmes s’éveilla dans les cercles académiques argentins avec plus de quinze ans de retard, par rapport aux Etats-Unis et à  la France. C’est du en partie au fait que le mouvement féministe des années 70 fut beaucoup plus faible que dans ces pays et que sa dynamique fut interrompue par la dernière dictature militaire (1976-1983), la plus sanglante que l’Amérique Latine ait connue.

6Dans l´historiographie locale, on trouve des travaux récents évoquant l’infériorité juridique de la femme argentine aux XIXe et XXe siècles mais ils ne développent pas cet aspect. En revanche, l’accès aux droits politiques a été abordé avec plus de profondeur. Or, il me semble essentiel d’étudier la condition juridique des femmes afin de comprendre les difficultés d’accès à la citoyenneté des Argentines. Si du point de vue de la loi, les femmes ne sont plus aujourd’hui civilement mineures, il me semble néanmoins que le mariage est encore dans la réalité une institution inégalitaire.

Haut de page

Notes

1 Le vote féminin ne fut accordé qu’en 1947.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Milagros Belgrano Rawson, « Milagros Belgrano Rawson, La science du mariage.  Les femmes et l’institution matrimoniale en Argentine. 1900-1930 », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 16 juin 2008, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/269

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page