Skip to navigation – Site map
Genre et engagement en temps de guerre (XVIe-XXIe siècles)

Femmes engagées dans la chouannerie : motivations, modalités d’actions et processus de reconnaissance (1794-1830)

Women involved in the Chouannerie: motivations, modalities of action, and recognition process (1794-1830)
Solenn Mabo

Abstracts

In western France, during the restoration of the French monarchy, between 1825 and 1830, many women from modest backgrounds filed pension applications so that their commitment to the royalist uprising called “chouannerie” (1794-1800) be recognized. In their pension claims, they set out the various forms of their involvement in the civil war. They explained how they took part in the rebellion by giving refuge to the royalist fighters or engaging in other strategic missions. This set of documents is original and relatively unexplored. This documentation may be helpful to examine, from a gender perspective, the process of recognizing the non-combattant commitments. How can one find evidence of an informal involvement that happened long ago ? Did women obtain the same recognition as men for their involvement in the guerrilla movement ? Beyond the issue of recognition, the types of actions led by these women will be examined and their motivations need also to be addressed. The purpose of this paper is to study the specificity of female commitment in the context of the chouannerie and to ponder on the reasons why women were opposing the revolutionary change. Furthermore, this paper raises the difficult issue of the links between resistance, commitment and emancipation.

Top of page

Full text

  • 1 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ci-après ADIV), 4 R 6, dossier F. Hus.
  • 2 Autour du concept d’engagement voir H. S. Becker, « Notes on the Concept of Commitment », The Ameri (...)
  • 3 La question de la capacité à agir dans un contexte contraint s’inscrit dans les réflexions sur le c (...)

1« Malgré la faiblesse de mon sexe et de mon âge j’ai été assez heureuse pour servir utilement la cause de mon Roi et celle de la religion dans les temps les plus difficiles1 ». C’est en ces termes que Françoise Hus sollicite en 1825 une pension en reconnaissance des services rendus au parti royaliste pendant la Révolution. Célibataire, couturière à Saint-Servan, elle expose à la commission des secours de l‘Ille-et-Vilaine comment, adolescente, elle a porté des paquets et des lettres pour les chefs royalistes. Comme elle, sous la Restauration, de nombreuses femmes de l’Ouest sollicitent des pensions en reconnaissance de leur engagement dans la chouannerie. Certaines apparaissent aussi dans les archives judiciaires de la Révolution, quand elles sont inculpées pour activités contre-révolutionnaires. Comment ces femmes ont-elles participé à la chouannerie ? Leurs modes d’action sont-ils spécifiques et comment s’articulent-ils avec un engagement combattant essentiellement masculin ? Les diverses formes de participation à la rébellion ne sont pas toutes aussi intenses et ne s’inscrivent pas toujours dans une démarche claire et assumée d’engagement2. Cela invite à poser l’épineuse question des raisons d’agir – entre motifs et motivations – et à s’interroger sur la capacité d’agir des protagonistes3. L’enjeu est aussi d’observer dans quelle mesure cette situation de conflit dégage de nouveaux espaces d’intervention, susceptibles de recomposer ou au contraire de figer les normes de genre.

2Révolte armée d’une partie des populations de l’Ouest de la France contre le pouvoir révolutionnaire, la chouannerie se déploie au nord de la Loire de 1794 au début de l’Empire et prend la forme d’une guerre civile larvée à l’échelle régionale. Le conflit s’ancre dans un climat de protestation manifeste depuis 1791 et les femmes jouent régulièrement un rôle de premier plan dans les résistances aux réformes religieuses. Cette étude n’envisage pas l’ensemble du territoire concerné par le conflit. Elle se concentre sur les départements des Côtes-d’Armor, de l’Ille-et-Vilaine et du Morbihan, ainsi que sur les marges orientales du Finistère. Sous forme de guérilla, la chouannerie oppose le pouvoir républicain à des insurgés – les chouans – plus ou moins organisés dans l’Armée catholique et royale de Bretagne, placée sous l’autorité lointaine des Princes en exil. Cette armée, très disparate, est formée de différentes bandes menées par des chefs locaux ou des émigrés rentrés pour se placer à leur tête. Discontinue dans l’espace, l’insurrection l’est aussi dans le temps. Séparées par des moments de relative pacification, trois chouanneries se succèdent (1794-1795, 1795-1796 et 1798-1800) et le conflit évolue de la guérilla initiale vers une organisation plus militarisée.

  • 4 M. Lagrée, J. Roche, Tombes de mémoire : la dévotion populaire aux victimes de la Révolution dans l (...)
  • 5 R. Dupuy, Les chouans, Paris, Hachette, 1997, p. 198-205 et « Les femmes et la Contre-Révolution da (...)
  • 6 Vendée, Chouannerie, Littérature. Actes du colloque d’Angers (12-15 décembre 1985), Angers, PU d’An (...)
  • 7 A. Cron, « Les Mémoires des „Vendéennes“ : un récit de guerre au féminin ? », Itinéraires, 2011, co (...)
  • 8 B. Dumons, « Femmes », in J.-C Martin (dir.), Dictionnaire de la Contre-Révolution, Paris, Perrin, (...)

3L’histoire de la chouannerie demeure assez largement une histoire d’hommes, où les femmes n’apparaissent qu’à la marge et davantage comme victimes que comme d’actives protagonistes4. Centrés sur les acteurs les plus visibles – les combattants – les ouvrages classiques sur la chouannerie n’offrent qu’une faible place aux femmes. Elles surgissent essentiellement dans le contexte de la pré-chouannerie, comme actrices incontournables des luttes religieuses, mais s’effacent ensuite5. Les romans du XIXe siècle consacrés au sujet mettent en scène des trajectoires épiques qui font écho aux récits de certaines Vendéennes mais demeurent assez éloignées de l’expérience quotidienne des anonymes6. Leurs héroïnes, comme dans Les Chouans de Balzac (1829), gravitent autour des hommes et sont d’abord mues par leurs passions amoureuses. Par ailleurs, à l’inverse des Vendéennes engagées dans la guerre civile au sud de la Loire, les femmes impliquées dans la chouannerie n’ont pas écrit leurs souvenirs et n’ont laissé que peu de traces de leur mobilisation7. Si les mémoires révolutionnaires et contre-révolutionnaires s’accordent pour présenter les femmes comme des agents de la Contre-Révolution, profondément attachées à la défense des traditions, les conditions concrètes de l’engagement féminin dans la chouannerie demeurent largement méconnues8.

  • 9 Il s’agit avant tout des archives révolutionnaires des tribunaux criminels, des commissions militai (...)
  • 10 Les femmes représentent 7 % des individus jugés par les commissions militaires Brutus-Magnier et Fr (...)
  • 11 Ces dossiers sont classés dans les séries R des archives départementales ainsi que dans la série XU (...)
  • 12 R. Dupuy, Les chouans, op. cit. ; D. Sutherland, Les chouans…, op. cit.

4La documentation de la période révolutionnaire – des rapports administratifs aux archives de la répression – permet une première approche de leur implication9. Ces sources témoignent d’un engagement féminin constant mais minoritaire dans le conflit, centré sur des activités logistiques éloignées des combats10. La documentation administrative et judiciaire est centrale mais offre d’abord la perception des autorités républicaines. Celles-ci appréhendent avant tout les femmes impliquées comme des rebelles fanatiques ou des ignorantes manipulées. Une autre source, originale, a été exploitée en contrepoint de cette documentation : les dossiers de demandes de pensions constitués sous la Restauration par des femmes pour obtenir la reconnaissance de leur propre mobilisation au service des royalistes sous la Révolution11. Ils n’ont pas encore fait l’objet d’étude spécifique, les historiens s’étant d’abord intéressés aux dossiers des anciens combattants ou à ceux des veuves de combattants12. Les dossiers féminins de demandes de pensions pour services rendus, intéressants dans la perspective d’une histoire du genre de la chouannerie, posent néanmoins de nombreux problèmes méthodologiques et d’interprétation. S’ils permettent d’analyser les processus de reconnaissance à l’œuvre sous la Restauration, sont-ils exploitables pour envisager les motivations et les modalités de l’engagement des femmes dans la chouannerie ? Ces demandes de pensions seront d’abord analysées pour ce qu’elles sont, à savoir la quête d’une reconnaissance pour l’engagement passé, avant d’évaluer s’il est possible d’accéder par leur biais à l’expérience même de l’engagement, des modalités d’action aux motivations des protagonistes.

Les voies de la reconnaissance

Les demandes de pensions pour services et pertes

  • 13 J.B. Duvergier, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, avis du Conseil d’É (...)
  • 14 Dans les départements suivants : Sarthe, Mayenne, Loire-Inférieure, Deux-Sèvres, Vendée, Ille-et-Vi (...)
  • 15 J.-B. Duvergier, Collection complète des lois…, t. 24, op. cit., p. 657.

5Dès la Restauration de la monarchie en 1814, le pouvoir prend des mesures pour répondre aux fortes attentes des anciens combattants des Armées royales de l’Ouest. Des pensions versées sur le budget du ministère de la guerre sont progressivement attribuées aux anciens combattants puis aux veuves de combattants. Après son avènement en 1824, Charles X – attentif aux revendications de la mouvance ultraroyaliste – accorde aux habitants des anciens départements insurgés une reconnaissance élargie de leur engagement dans la Contre-Révolution armée. L’ordonnance du 29 décembre 1824 ouvre les droits aux pensions à l’ensemble des « individus non militaires qui en seront susceptibles par des services rendus ou des pertes éprouvées dans lesdites armées13 ». Dès lors, de nombreux hommes et femmes de l’Ouest sollicitent des pensions au nom de leur participation, non militaire, à la chouannerie ou aux guerres de Vendée. Dix commissions départementales sont mises sur pied pour étudier leurs dossiers14. Présidées par le préfet, elles se composent de deux autres représentants de l’État et de trois habitants choisis « parmi les plus notables de ceux qui auront servi dans les Armées royales de l’ouest15 ». À l’échelle du territoire étudié, trois commissions départementales sont organisées, celle du Morbihan gérant également le Finistère. De nouveaux fonds sont accordés en 1827 et les commissions attribuent des pensions jusqu’en 1829, au gré des décès et des reversions pour de nouveaux bénéficiaires. L’avènement de la Monarchie de Juillet en 1830 marque l’arrêt du processus d’attribution et le contrôle des pensions déjà allouées.

  • 16 En 1825, les trois commissions étudient 6392 demandes, sans compter les nouvelles demandes formulée (...)

6Parmi les quelques milliers de dossiers de demandes de pensions étudiés par ces trois commissions16, on peut distinguer un groupe de 224 femmes, qui ont toutes en commun de solliciter une pension pour leur propre participation à la chouannerie. Les demandes des veuves et des victimes de la guerre ont été écartées du corpus quand elles ne faisaient pas état d’un engagement personnel. Pour solliciter une pension, un dossier conséquent est requis, composé de divers actes d’état civil et d’attestations. L’élément clé du dossier est l’acte de notoriété attestant l’engagement passé.

Attester l’engagement passé

7Comment les femmes vont-elles prouver un engagement vieux de vingt-cinq ans, mené de manière largement informelle et bien souvent en marge de la hiérarchie militaire ? Les anciens combattants et les veuves de guerre peuvent produire des brevets ou états de services en bonne et due forme. Notons qu’ils sont souvent décernés a posteriori par leurs anciens chefs et donnent l’image d’une armée bien plus organisée qu’elle ne l’était en réalité. Ce type de document existe aussi pour les femmes, mais de façon exceptionnelle. Perrine Cauzic reçoit ainsi un état de service établi sur le même modèle que ceux des combattants. Dans la colonne « grade » il est inscrit simplement « femme ». Le document, signé de quatre anciens chefs de bataillon de l’Armée royale du Morbihan, atteste son service dans le cadre des deux premières campagnes, entre 1795 et 1799, dans la région de la presqu’île de Rhuys :

  • 17 Archives départementales du Morbihan (ci-après ADM), 3 R 826, dossier P. Cauzic.

« [Elle] a servi à la correspondance établie entre S.M. Charles X et le Gal Georges Cadudal durant que S. M. a été sur les vaisseaux anglais stationnés sur nos côtes en mil sept cent quatre vingt quinze ; cette personne a rendu d’autres services à la cause du Roi en alimentant, retirant chez elle et guidant les personnes attachées à la correspondance établie dans ce pays17. »

8Mais la majorité des demandeuses ne produit pas de tels documents. Les non-combattants, hommes et femmes – ainsi qu’un certain nombre d’anciens soldats dépourvus d’états de services –fournissent des actes de notoriété dressés par d’anciens officiers des Armées royales de Bretagne ou devant le juge de paix quand les témoins ne sont que de simples soldats. Le mystère plane largement sur les conditions d’écriture de ces actes. La demandeuse en dicte-t-elle les termes ou les signataires en ont-ils l’initiative ? Certains documents sont très circonstanciés quand d’autres, stéréotypés et peu précis, laissent penser que leurs auteurs les ont rédigés sans bien connaitre le passé des demandeuses. Ces derniers concernent la moitié des dossiers étudiés et indiquent brièvement que les intéressées cachaient des royalistes et des prêtres réfractaires ou que leur maison servait de point de correspondance : ont-ils été délivrés sans vérification si ce n’est par complaisance ? Ou témoignent-t-il de la réalité quotidienne de la guerre civile, où de nombreux anonymes ont répété les mêmes gestes, simples mais néanmoins risqués ? S’il y eut certainement des abus, on peut penser qu’une forme de contrôle social pesait sur l’attribution de ces attestations. La mémoire vive des événements, la circulation de l’information dans de petites localités où tout le monde se connaît, la pression sociale liée aux nombreuses demandes déboutées faute de fonds ont probablement incité les rédacteurs de ces actes à la prudence. D’ailleurs, les commissions admettent dans leurs rapports que tous les demandeurs méritent une pension et regrettent de ne pouvoir honorer les nombreuses demandes pour services rendus.

Quelle reconnaissance ?

9Les femmes qui sollicitent des pensions pour services rendus à la cause royale obtiennent difficilement gain de cause. Les commissions chargées d’arbitrer et de classer les demandes considèrent toujours les anciens combattants et les veuves de guerre comme prioritaires. Mais les commissions ménagent des exceptions : au fil des différentes attributions de pensions qui s’échelonnent de 1825 à 1829, cinquante des 224 femmes étudiées obtiennent gain de cause. Parmi elles, vingt-quatre sont admises alors qu’elles n’invoquent que leurs services personnels. Les vingt-six autres, en plus de leur propre implication, font état de l’engagement d’un ou plusieurs hommes de leur famille dans les rangs des combattants. Celles qui obtiennent une pension pour leurs seules actions disposent d’actes de notoriété étoffés qui attestent une participation directement liée aux enjeux militaires : porter des commissions, fournir des munitions, servir de guide ou de courrier.

10À l’inverse, des dossiers tout aussi solides ne sont pas retenus. Ainsi, Perrine Cauzic, déjà évoquée, ne bénéficie pas des secours. La crédibilité, la nature et l’intensité de l’engagement ne sont pas forcément les premiers critères de sélection. Les commissions classent aussi les dossiers en fonction de l’âge et de l’état de détresse des demandeurs. Les femmes sont-elles écartées au profit des hommes ? L’écart numérique est énorme entre les hommes et les femmes admis aux pensions. Les hommes sont prioritaires puisque la majorité d’entre eux demande comme ancien soldat, ce qu’aucune femme ne fait. En 1825, la commission du Morbihan attribue ainsi les trois-quarts des pensions aux anciens combattants. Mais à l’échelle des demandes pour services rendus, hommes et femmes demandent à parts égales et les hommes ne semblent pas privilégiés. La commission des Côtes-du-Nord crée parmi les demandeurs une catégorie « commissionnaires », où les femmes sont même plus nombreuses que les hommes et obtiennent parfois des pensions supérieures. L’ampleur des services et sacrifices a donc pu primer sur le sexe. La commission des Côtes-du-Nord prend particulièrement en considération les services féminins et il est possible que la nommée Marie-Anne Le Loutre n’y soit pas étrangère. Ancienne activiste de la chouannerie, elle correspond avec des personnalités royalistes, recommande ses connaissances en plus haut lieu et conseille à l’occasion les membres de la commission. Il n’est pas facile d’observer les relations et tractations qui se jouent dans les coulisses des commissions, mais certaines femmes ont pu y avoir une influence, fondée sur leur engagement passé et leur notoriété locale.

11La majorité des demandeuses n’obtient donc pas la pension escomptée mais les femmes n’ont pas non plus été évincées au profit des seuls services masculins. Au-delà du processus de reconnaissance à l’œuvre sous la Restauration, ce corpus apporte-t-il un éclairage utile sur les formes et les enjeux de l’engagement des femmes dans la chouannerie ?

Un éclairage utile sur l’engagement des femmes dans la chouannerie ?

Toutes engagées ?

12Les demandes de pensions pour services rendus ne permettent qu’à travers plusieurs filtres d’accéder au phénomène de l’engagement féminin dans la chouannerie. Tout d’abord, le groupe des demandeuses n’est pas représentatif de l’ensemble des femmes qui se sont engagées dans la guerre civile. Vingt-cinq ans après les faits, nombre d’entre elles ont disparu. D’autres n’ont pas pu, ou pas voulu, s’adresser aux notables locaux afin de constituer le dossier nécessaire à leur participation aux secours. La répartition par âge et par origine géographique est alors biaisée. Les plus jeunes et celles qui résident non loin des administrations locales sont probablement surreprésentées.

  • 18 SHD, X U 30 : États des pensionnés sur la Listes civile en 1830.

13Par ailleurs, les pensions sont d’abord pensées comme des subsides et les demandeurs doivent produire dans leur dossier un certificat d’indigence signé par leur maire. Les demandeuses étudiées, sans être indigentes, sont de milieux modestes. Elles travaillent ou ont travaillé, dans l’agriculture, comme domestiques ou dans les petits métiers du textile ou du commerce. À l’opposé, les femmes de la bourgeoisie urbaine et de la noblesse, que d’autres sources indiquent comme activement mobilisées, sont sous-représentées. À ce titre, les pensions attribuées sur la liste civile permettent de repérer les femmes de condition plus aisée. Financées sur le budget de la Maison du Roi, elles ne sont pas conditionnées par des critères de fortune. Dans les quatre départements étudiés, quarante-huit femmes ont été repérées comme pensionnées sur la liste civile en 1830 pour leur propre implication dans le conflit18. Ainsi, la confrontation avec d’autres sources – des archives de la période révolutionnaire aux pensions sur la liste civile – s’avère nécessaire pour cerner la sociologie des femmes effectivement engagées dans la chouannerie. Il est néanmoins possible de préciser qu’il n’y a pas de surreprésentation notable de certains métiers et que les demandeuses vivent aussi bien dans les bourgs ruraux que dans les villes. Assez logiquement, elles viennent d’abord des territoires les plus concernés par la guerre civile – les régions de Fougères, de Saint-Brieuc et d’Auray – ainsi que des zones stratégiques pour les liaisons avec l’Angleterre, comme la région de Saint-Malo.

  • 19 Archives départementales des Côtes-d’Armor (ci-après ADCA), 102 L 214, procédure criminelle contre (...)

14Au-delà de la représentativité du groupe se pose aussi la question de l’authenticité et de l’intensité des actions invoquées. Les femmes qui constituent des dossiers pour obtenir la reconnaissance de leurs propres services se sont-elles toutes véritablement engagées ? L’écart est grand, nous l’avons vu, entre des actes de notoriété précis, circonstanciés, et des actes plus stéréotypés. Pour certains dossiers, très minoritaires, il est possible de retrouver des documents contemporains des évènements corroborant les informations des actes de notoriété. Ainsi, Marie-Jeanne Pignorel, qui demande et obtient une pension en 1825 comme commissionnaire, a été jugée devant le Tribunal criminel des Côtes-du-Nord en 1794. Inculpée pour propos contre-révolutionnaires et tentatives d’intimidation et d’embrigadement de ses voisines, elle est aussi fortement soupçonnée de recel et transport de munitions et de fausse monnaie19. Mais ces possibilités de recoupements demeurent rares et ne concernent que treize dossiers sur les 224 du corpus.

15Quant à l’intensité de la participation au conflit, donner asile un soir ou deux à un clandestin de passage n’a pas la même portée ni le même sens que la participation régulière à un réseau structuré. Fournir gratuitement des vivres et des vêtements n’est pas obtempérer à une réquisition forcée. Les frontières entre participation délibérée ou contrainte, éphémère ou durable sont parfois ténues. Les risques encourus sont aussi variables. Les missions à l’extérieur, comme celles de guide ou de commissionnaire, exposent notamment à d’importants dangers. Il semble utile, ainsi, de raisonner par cercles, concentriques et poreux, pour distinguer à la fois les différents niveaux de fiabilité de l’information et les différents degrés d’intensité de la mobilisation. Sur cette base, l’analyse croisée des dossiers de demande de pensions et des sources contemporaines des évènements est susceptible d’apporter un éclairage utile à la connaissance de l’engagement féminin en contexte de guérilla.

Modalités d’action et rapports de genre : les « ménagères de la chouannerie » ?

16L’enjeu est d’analyser comment les femmes participent à la chouannerie et dans quelle mesure leurs modalités d’action sont spécifiques. Pour envisager cette éventuelle spécificité, il importe d’examiner leurs propres interventions dans la guerre mais aussi comment les hommes investissent le champ des actions non militaires. Dans cette perspective, l’analyse prend aussi en compte les dossiers masculins de demandes de pensions pour services non combattants.

  • 20 ADCA, 102 L 271, lettre d’un chef de bataillon républicain au général Valletaux, Loudéac, 7 germina (...)
  • 21 Les femmes représentent près de la moitié des inculpés pour recel de prêtres réfractaires devant le (...)

17Après une perquisition dans la demeure du chef chouan Legris-Duval, dans les Côtes-du-Nord, un officier républicain qualifie les femmes de la maison de « ménagères de la chouannerie20 ». Les hommes sont absents et les femmes fortement soupçonnées – à juste titre – de loger, nourrir et soutenir les chouans du pays. La majeure partie des femmes impliquées dans la chouannerie a bien joué ce rôle de « ménagères » en procurant gîte, soins et couverts aux combattants et autres clandestins. Le fait d’avoir caché des rebelles est d’ailleurs invoqué par les deux-tiers des demandeuses étudiées. À l’échelle des femmes inculpées pour chouannerie sous la Révolution, on retrouve une proportion proche : plus de la moitié d’entre elles le sont pour « recel de chouans ». Sans compter toutes celles, plus nombreuses encore, inculpées pour « recel de prêtres réfractaires21 ».

  • 22 ADIV, 4R3, dossier L. Gouault.

18« Ménagères de la chouannerie », les femmes jouent assurément un rôle clé pour assurer les conditions matérielles de la clandestinité. Loger, nourrir, soigner, cette triple fonction s’inscrit dans les normes de genre. Mais elle se charge ici d’une autre dimension quand le territoire de la maison est réorganisé pour soutenir une cause politiquement située. Les maisons qui servent de refuges sont aussi régulièrement des relais pour l’acheminement des correspondances. De plus, leur implication ne se limite pas à ces fonctions traditionnelles, même si elles dominent largement leur registre d’actions. Hors les murs de la maison, certaines assument des fonctions directement liées aux enjeux militaires. Près de la moitié des demandeuses mentionne avoir porté des correspondances ou d’autres commissions. Un tiers des femmes inculpées comme contre-révolutionnaires devant les tribunaux criminels est soupçonné d’avoir joué un tel rôle. Certaines sont blessées lors de leurs missions, comme Louise Gouault dans le pays de Fougères. Surprise par des soldats républicains en patrouille alors qu’elle transporte des munitions, elle les camoufle sous des genêts mais n’échappe pas aux violences de la troupe qui la laissent estropiée22.

  • 23 ADIV, L 2946, n° 274, procédure criminelle contre les sœurs Boullé ; L 4014, Commission militaire F (...)
  • 24 AN, F7 6147 – 496.

19Par ailleurs, s’il demeure difficile de cerner le degré d’organisation et d’intensité de la mobilisation de chacune, il est assuré que certaines agissent dans le cadre de réseaux structurés. Quand des feuilles de route sont retrouvées sur des chouans arrêtés, les femmes sont nombreuses sur les listes des individus fiables où il est possible de trouver refuge. Leur implication ne peut se résumer au geste d’hospitalité et d’humanité spontané qu’elles ne cessent d’invoquer dans leurs interrogatoires pour se dédouaner. Lors des perquisitions, des caches perfectionnées sont découvertes dans certaines maisons. Chez les sœurs Boullé, une cache presque invisible est ménagée derrière un mur ; une vaste « caverne à chouans » est découverte dans le champ de Marie Merienne Lebeschu23. Les aveux du chouan Mairesse sur le réseau Legris-Duval dévoilent aussi combien les femmes sont intégrées à la logistique de la vie clandestine24. Mesurer leur capacité d’initiative et de prise de décision à l’échelle de ces micro-réseaux de la chouannerie demeure un objectif pour évaluer dans quelle mesure leur mobilisation est vecteur d’affirmation voire d’émancipation dans la famille et dans le groupe.

  • 25 ADIV, 4 R 15 et SHD XU 37 : dossier de Jeanne Olive Chrétien dite Honoré ; SHD XU 30 et XU 37 : cas (...)
  • 26 ADCA, 1 L 350 ; lettre du procureur général syndic de Saint-Brieuc au Comité de Sûreté Générale, 21 (...)

20Par ailleurs, il est intéressant d’observer que les hommes qui sollicitent des pensions pour services rendus agissent globalement de la même façon que les femmes. Pour eux, l’asile puis les commissions sont aussi les premières actions mentionnées. Bien entendu, ce constat à l’échelle des demandes pour services rendus ne remet pas en question la nette partition des rôles selon les sexes. Alors que la grande majorité des hommes demandeurs de pensions le fait comme combattants, les femmes n’ont qu’exceptionnellement pris part aux combats. Deux dossiers féminins en font état mais pour chacun d’eux des zones d’ombre demeurent quant à la nature exacte de la participation aux affrontements25. Il est par ailleurs avéré qu’une jeune femme, sous le nom de « Victoria », mène une bande de chouans au combat dans la région de Bécherel avant d’être tuée en juillet 179526. En dehors des prises d’armes spontanées en contexte émeutier ou face à des attaques inopinées, l’intégration des femmes dans les rangs des combattants relève de l’exception.

  • 27 M. Cocaud, J. Sainclivier, « Femmes et engagement dans le monde rural (XIXe-XXe siècles) : jalons p (...)

21La vie clandestine rend l’intervention des femmes indispensable et contribue à les intégrer totalement dans le conflit. La porosité entre l’espace privé de la maison et celui de la résistance clandestine, l’inscription des protagonistes dans des réseaux familiaux ou communautaires qui se mobilisent ensemble, ont pu contribuer à disqualifier leur engagement ou du moins à le renvoyer en dehors du champ de la rationalité et du politique. Au croisement des problématiques de genre et des travaux menés sur les engagements politiques en milieu rural27, la question du sens de l’engagement mérite d’être posée même s’il demeure largement introuvable.

Le sens de l’engagement : indéchiffrable ou inextricable ?

22En l’absence d’écrits du for privé, l’évaluation des raisons d’agir et des conditions du passage à l’acte est délicate et la nature des motivations échappe largement à l’analyse. Il est néanmoins possible de cerner un faisceau de raisons potentielles en repérant qui s’engage et comment, dans quelle situation locale et à travers quels réseaux. Il importe aussi de replacer l’action de ces femmes dans l’ensemble du mouvement révolutionnaire et de rappeler leur présence constante dans les révoltes, leur participation aux insurrections de mars 1793 et leur rôle moteur dans les résistances aux réformes religieuses.

  • 28 B. Agnès, « Le « Pétitionnaire universel » : les normes de la pétition en France et au Royaume-Uni (...)

23La dimension idéologique de leur participation à la chouannerie est difficile à évaluer. Dans les archives de la répression, les femmes développent des stratégies d’évitement, elles invoquent l’obéissance aux hommes de leur entourage, l’ignorance des lois et gomment tout enjeu politique. Dans les dossiers de pensions, les pétitions féminines, rédigées par une tierce personne, sont codifiées et stéréotypées. Elles relèvent du genre de la pétition-supplique et invoquent de manière floue et formelle un dévouement pour la cause du Roi et de la religion28. Les actes de notoriété établis par les anciens officiers de l’armée royale précisent les actions sans évoquer les motifs. Dans quelle mesure ces femmes de milieux populaires ont-elles agi pour ou contre une cause clairement identifiée, consciemment assumée comme moteur de leur mobilisation ? Si tant est qu’elles agissent « pour le rétablissement du trône et de l’autel » il peut y avoir d’autres motivations, ancrées dans des solidarités familiales et des logiques communautaires. Aussi, derrière un même horizon – « Dieu et le Roi » – peuvent se profiler des aspirations diverses, qui probablement ne se résument pas au retour pur et simple à l’ordre du passé. La quête des sens de ces engagements féminins et populaires se heurte ainsi aux limites des sources et à l’imbrication des enjeux idéologiques et des logiques communautaires. Pour autant, les raisons d’agir sont assez puissantes pour qu’elles affrontent de grands risques. Au-delà des blessures, reçues par certaines commissionnaires, les femmes impliquées risquent l’arrestation, de longues peines de détentions et dans certains cas la peine de mort.

  • 29 D. Godineau, Les femmes dans la France moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Armand Colin, 2015.
  • 30 ADM, L 1476, délibérations du club d’Auray, séances du 15 et 16 germinal an II (5-6 avril 1794).
  • 31 En Bretagne à la fin du XVIIIe, les célibataires définitives représentent en moyenne 10 % de la pop (...)
  • 32 S. Mabo, « Cacher les prêtres réfractaires… », art. cité, p. 5-6.
  • 33 S. Beauvalet-Boutourye, « La femme seule à l’époque moderne : une histoire qui reste à écrire », An (...)

24La prise de risque est réelle et forte face aux moyens de la répression républicaine mais elle ne permet pas de conclure sur les motivations de l’engagement ni sur le degré de choix et d’autonomie des protagonistes. Le poids des solidarités locales et familiales est considérable dans un contexte de guerre civile où les familles et les groupes se positionnent aussi en fonction de rapports de force anciens. Il pèse d’ailleurs sur les hommes comme sur les femmes, mais ces dernières demeurent dominées par le pouvoir masculin dans la sphère sociale et familiale, ce qui pose en des termes différents la question de l’initiative et de la prise de décision29. Il est difficile de mesurer le partage des responsabilités au sein des couples. Les choix ont pu diverger, en témoigne le cas de l’épouse du président du club révolutionnaire d’Auray, inquiétée pour son soutien aux prêtres réfractaires alors même que le club s’évertuait à les dénoncer30. De même, certains hommes inculpés précisent que c’est leur femme qui a pris le parti d’héberger des clandestins en dépit de leurs propres réticences. N’est-ce qu’une tactique pour se disculper ? Dans la majorité des cas, la solidarité familiale a probablement fonctionné, les femmes partageant l’engagement de leurs époux, par obéissance, convictions partagées ou nécessité de survie face aux risques encourus. Ainsi, les veuves de chouans représentent-elles un quart des demandeuses de pensions pour services rendus. De nombreuses autres femmes ont certainement soutenu l’engagement de leurs époux sans qu’il en soit fait état dans leurs demandes de pensions formulées au seul titre de veuves de guerre. L’implication des épouses, probablement massive, est partiellement occultée par l’engagement combattant de leurs maris – les premiers exposés à la répression judiciaire et les premiers récompensés dans le cadre des attributions de pensions. L’invisibilisation des épouses s’accompagne d’une surreprésentation des célibataires qui représentent près de la moitié des demandeuses de pensions pour services rendus et la même proportion des femmes inculpées pour chouannerie devant les tribunaux révolutionnaires31. Les célibataires et les veuves sont aussi surreprésentées parmi les « receleuses » de prêtres réfractaires32. Leur statut de femme seule a pu faciliter des prises de risques et favoriser le secret nécessaire à la vie clandestine. Les sociabilités des célibataires et des veuves, leur investissement souvent important dans la vie paroissiale, entrent aussi en compte pour comprendre leur engagement auprès des prêtres réfractaires, préalable dans certains cas à un engagement plus global dans les réseaux de la chouannerie33. Par ailleurs, l’absence d’époux les place en première ligne des initiatives à prendre et des risques encourus, accentuant probablement leur soif de reconnaissance. Mais les célibataires n’agissent pas forcément seules et s’inscrivent aussi dans des solidarités familiales. Les fratries engagées sont ainsi particulièrement nombreuses : 22 fratries impliquant 47 femmes ont été repérées. Parmi elles, une dizaine de « bandes de sœurs » ont un profil spécifique. Elles se composent de jeunes femmes non mariées, âgées d’une vingtaine d’années sous la Révolution. Souvent filles de marins, elles jouent le rôle de guides ou d’agents de liaison dans les espaces stratégiques de la baie de Cancale ou de la presqu’île de Rhuys. Plus de la moitié d’entre elles demeurent célibataires, ce qui questionne les possibles difficultés à retrouver un mode de vie plus classique à l’issue du conflit.

  • 34 M. Lagrée, J. Roche, Tombes de mémoire, op. cit, p. 90-93 ; S. Mabo, « Les femmes du pays de Fougèr (...)

25Si l’engagement prend régulièrement une dimension familiale, il s’inscrit aussi dans des solidarités de voisinage ou des relations de clientèle qui peuvent transparaître dans les interrogatoires et témoignages des procédures judiciaires. Le poids des solidarités locales et familiales s’observe aussi pour les femmes qui s’engagent dans le camp adverse en soutenant l’effort de guerre des révolutionnaires, en renseignant les Bleus sur le terrain ou – exceptionnellement – en prenant les armes face à des attaques de chouans34. Pour autant, ces enjeux familiaux et communautaires n’invalident pas l’existence de moteurs politiques et les femmes n’ont pas forcément imité ou suivi leurs proches. Elles ont pu aussi jouer le rôle de meneuses, en témoigne leur implication au premier plan des luttes religieuses. Comme dans toute situation de guerre civile, où s’articulent les enjeux du présent et la réactivation de conflits anciens à travers des cycles de violences et de vengeance, la part des enjeux idéologiques, celle des logiques communautaires et celle des raisons personnelles demeurent largement inextricables.

26Ainsi, plus de vingt-cinq ans après les faits, la mobilisation des femmes qui sollicitent des pensions pour obtenir la reconnaissance de leur engagement passé témoigne de la mémoire vivace des évènements de la chouannerie. Il est notable que les services féminins aient été pris en considération par les commissions de secours et qu’elles aient pu obtenir compensation au même titre que les hommes engagés dans des actions de même nature – même si cela est resté marginal face aux pensions accordées aux anciens soldats et aux veuves de guerre. La prise en compte des spécificités de la guerre civile a amené le pouvoir monarchique à élargir le champ de la reconnaissance pour considérer les acteurs informels et les victimes civiles. Par ailleurs, croisé avec les archives révolutionnaires, ce corpus de dossiers de pensions permet une connaissance plus fine des réseaux impliqués et des rapports de genre à l’œuvre dans ce contexte de guérilla.

27Non combattantes, les femmes participent à l’organisation de la vie clandestine indispensable à la survie de la rébellion. Elles investissent des rôles conformes aux assignations de genre en hébergeant, nourrissant et soignant combattants et autres clandestins. L’intervention féminine dans la chouannerie pourrait n’être qu’un prolongement de leur rôle traditionnel de gardiennes du foyer mais elles ont aussi guidé, porté des lettres ou des fournitures et parfois renseigné ou manœuvré auprès des plus hautes autorités. Par ce type d’action elles interviennent directement dans le soutien logistique à la lutte armée. Par ailleurs, ces fonctions non combattantes ne sont pas spécifiquement féminines. Mais la signification semble différente selon le sexe : alors que certains hommes choisissent une participation moins risquée que les combats, les femmes investissent complètement l’espace d’intervention qui leur est accessible.

Conclusion

  • 35 Résistances et libérations en France, Clio. Femmes, Genre, Histoire, n° 1, 1995 ; M. Bergère, L. Ca (...)
  • 36 L. Douzou, « L’entrée en résistance », in Antoine Prost (dir.), La Résistance, une histoire sociale(...)
  • 37 R. Thalmann, « L’oubli des femmes dans l’historiographie de la Résistance », Clio. Femmes, Genre, H (...)
  • 38 Depuis les travaux pionniers de Rita Thalmann, plusieurs études récentes s’emparent pour la période (...)

28Au-delà des enjeux de la période révolutionnaire, nombre d’interrogations soulevées ici font écho aux études menées dans d’autres situations de résistance et de guerre civile35. Les mécanismes de l’entrée en résistance peuvent relever de logiques proches de celles observées dans d’autres contextes de luttes36. Certaines femmes se sont manifestement trouvées impliquées parce qu’elles étaient là où l’on avait besoin d’agents et de refuges, comme dans les cas de bandes de sœurs des régions littorales. Dans une guerre civile entretenue par les haines anciennes et les violences présentes se pose aussi la question de l’autonomie des acteurs. Elle prend une dimension spécifique quand il s’agit de femmes de milieux populaires, à la fois dominées par les hommes dans la sphère publique mais totalement impliquées dans la vie locale et disposant de marges de manœuvre notables dans le cercle familial. Des questions voisines émergent aussi autour de l’authentification a posteriori des engagements individuels et de l’expérience des civils, civils engagés ou victimes. Comme dans d’autres contextes, la moindre visibilité des femmes dans les archives de la répression comme dans les dossiers de pensions interroge le regard porté sur les actions féminines. Eloignées des combats, menées souvent à l’intérieur du foyer, leurs actions sont jugées moins dangereuses et par la suite moins dignes d’êtres revendiquées et reconnues. La moindre visibilité de leur engagement, entretenue par les mécanismes d’une histoire longtemps virile de la guerre37, est ici renforcée par la nature des objectifs poursuivis. Si la place des femmes dans les mouvements de résistance et d’émancipation a fait l’objet d’importantes réévaluations, les engagements féminins conservateurs ne font que depuis peu l’objet de recherches au prisme du genre38. À ce sujet, les ressorts du sens des engagements féminins contre le changement révolutionnaire demeurent complexes. Les femmes étudiées se mobilisent-elles pour préserver une société patriarcale et hiérarchisée ? Refusent-elles d’abord un nouvel ordre républicain qui est aussi profondément masculin ? N’est-ce pas la préservation des cadres de la communauté locale qui prime – ceux de la famille, du groupe, de la paroisse – autant d’espaces qui leur offrent légitimité et reconnaissance et semblent menacés par les changements à l’œuvre ? Ces interrogations posent en des termes renouvelés, passionnants et peut-être insolubles, la question de l’articulation entre engagements féminins, mouvements contre-révolutionnaires et émancipations individuelles et collectives.

Top of page

Notes

1 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ci-après ADIV), 4 R 6, dossier F. Hus.

2 Autour du concept d’engagement voir H. S. Becker, « Notes on the Concept of Commitment », The American Journal of Sociology, vol. 66, juillet 1960, p. 32‑40 ; L. Capdevila, P. Harismendy (dir.), L’engagement et l’émancipation. Ouvrage offert à Jacqueline Sainclivier, Rennes, PUR, 2015 ; E. Gardella, E. Monnet, « Éditorial – Engagement », Tracés. Revue de Sciences humaines, 11, consulté le 11 janvier 2017, URL : http://traces.revues.org/358 ; O. Fillieule, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel. Post scriptum », Revue française de science politique, vol. 51, 2001, p. 199‑215.

3 La question de la capacité à agir dans un contexte contraint s’inscrit dans les réflexions sur le concept d’agency. Sur le sujet, voir Agency : un concept opératoire dans les études de genre ?, Rives méditerranéennes, n° 41, 2012 ; J. Nair, « La question de la capacité d’action des femmes dans l’historiographie féministe indienne », in A. Hugon (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale. Afrique et Asie, XXe siècle, Paris, Karthala, 2004, p. 17‑41. Sur la notion de protagoniste, voir H. Burstin, Révolutionnaires. Pour une anthropologie politique de la Révolution française, Paris, Vendémiaire, 2013.

4 M. Lagrée, J. Roche, Tombes de mémoire : la dévotion populaire aux victimes de la Révolution dans l’Ouest, Rennes, Apogée, 1993 ; N. Vray, Les femmes dans la tourmente, Rennes, Ouest-France, 1988.

5 R. Dupuy, Les chouans, Paris, Hachette, 1997, p. 198-205 et « Les femmes et la Contre-Révolution dans l’Ouest », Bulletin d’Histoire économique de la Révolution, 1979, p. 61-70 ; D. Sutherland, Les chouans : les origines sociales de la Contre-Révolution populaire en Bretagne : 1770-1796, Rennes, SHAB, 1990.

6 Vendée, Chouannerie, Littérature. Actes du colloque d’Angers (12-15 décembre 1985), Angers, PU d’Angers, 1986 ; B. Peschot, « L’image du Vendéen et du Chouan dans la littérature populaire du XIXe siècle », ABPO, t. 89, n° 2, 1982, p. 257-264.

7 A. Cron, « Les Mémoires des „Vendéennes“ : un récit de guerre au féminin ? », Itinéraires, 2011, consulté le 11 février 2015. URL : http://itineraires.revues.org/1605 ; J.-C. Martin, « Femmes et guerre civile, l’exemple de la Vendée, 1793-1796 », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, n° 5, 1997, § 7, consulté le 29 novembre 2016. URL : http://clio.revues.org/410.

8 B. Dumons, « Femmes », in J.-C Martin (dir.), Dictionnaire de la Contre-Révolution, Paris, Perrin, 2011, p. 247-249 ; C. Petitfrère, Les vendéens d’Anjou : 1793, analyse des structures militaires, sociales et mentales, Paris, Bibliothèque nationale, 1981, p. 139-154 ; M. Lapied, « La fanatique contre-révolutionnaire, réalité ou représentation  ? » in L. Capdevila et alii (dir.), Le genre face aux mutations. Masculin et féminin du Moyen-Âge à nos jours, Rennes, PUR, 2003, p. 255-264.

9 Il s’agit avant tout des archives révolutionnaires des tribunaux criminels, des commissions militaires et des correspondances administratives relatives à la chouannerie (série L des archives départementales) et des archives judiciaires et policières des Archives nationales (série W et sous-série F7).

10 Les femmes représentent 7 % des individus jugés par les commissions militaires Brutus-Magnier et Frey-Vaugeois instaurées en Ille-et-Vilaine après l’insurrection de mars 1793. Elles sont inculpées dans 10 % des affaires de chouannerie, embauchage ou conspiration contre-révolutionnaire jugées par les tribunaux criminels des Côtes-d’Armor et de l’Ille-et-Vilaine de 1792 à 1800. Voir : M. Guedeux, La commission militaire Brutus Magnier, maîtrise dirigée par D. Godineau, Université Rennes 2, 2000 ; F. Merlet, Archives départementales des Côtes-du-Nord, Répertoire des fonds judiciaires et pénitentiaires de la période révolutionnaire, Saint-Brieuc, 1936 ; H. Tigier, Le jugement des chouans par les commissions militaires révolutionnaires d’Ille-et-Vilaine, Tableau général des accusés et témoins, 1793-1795, sl, Cercle généalogique d’Ille-et-Vilaine, 1988 et Crimes et délits en Ille-et-Vilaine, 1792-1811, sl, Cercle généalogique d’Ille-et-Vilaine, 1992.

11 Ces dossiers sont classés dans les séries R des archives départementales ainsi que dans la série XU du Service Historique de la Défense (ci-après SHD).

12 R. Dupuy, Les chouans, op. cit. ; D. Sutherland, Les chouans…, op. cit.

13 J.B. Duvergier, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, avis du Conseil d’État, t. 24, Guyot, Paris, 1836 (2éme édition), p. 657.

14 Dans les départements suivants : Sarthe, Mayenne, Loire-Inférieure, Deux-Sèvres, Vendée, Ille-et-Vilaine, Morbihan, Côtes-du-Nord, Maine-et-Loire, Orne.

15 J.-B. Duvergier, Collection complète des lois…, t. 24, op. cit., p. 657.

16 En 1825, les trois commissions étudient 6392 demandes, sans compter les nouvelles demandes formulées en 1827 pour lesquelles nous ne disposons pas de bilan chiffré fiable.

17 Archives départementales du Morbihan (ci-après ADM), 3 R 826, dossier P. Cauzic.

18 SHD, X U 30 : États des pensionnés sur la Listes civile en 1830.

19 Archives départementales des Côtes-d’Armor (ci-après ADCA), 102 L 214, procédure criminelle contre M.-J. Pignorel ; 3 R 14, d. M.J. Pignorel ; SHD, X U 37, État de proposition aux pensions de la commission des Côtes-du-Nord, 2 octobre 1825.

20 ADCA, 102 L 271, lettre d’un chef de bataillon républicain au général Valletaux, Loudéac, 7 germinal an V (27 mars 1797).

21 Les femmes représentent près de la moitié des inculpés pour recel de prêtres réfractaires devant les tribunaux criminels des quatre départements (64 femmes sur 135 inculpés de 1793 à 1799). Voir S. Mabo, « Cacher les prêtres réfractaires sous la Révolution française : un engagement prioritairement féminin ? », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n° 8, été 2016. Revue en ligne, ISSN 2266-3916, https://goo.gl/GAxGqW).

22 ADIV, 4R3, dossier L. Gouault.

23 ADIV, L 2946, n° 274, procédure criminelle contre les sœurs Boullé ; L 4014, Commission militaire Frey-Vaugeois, n° 273-274 ; 4 R 4, dossier Merienne Lebeschu.

24 AN, F7 6147 – 496.

25 ADIV, 4 R 15 et SHD XU 37 : dossier de Jeanne Olive Chrétien dite Honoré ; SHD XU 30 et XU 37 : cas de Margueritte Michelle Godefroy.

26 ADCA, 1 L 350 ; lettre du procureur général syndic de Saint-Brieuc au Comité de Sûreté Générale, 21 messidor an III ; ADIV, L 458, Lettre du commissaire civil Jehanne au département, 25 messidor an III.

27 M. Cocaud, J. Sainclivier, « Femmes et engagement dans le monde rural (XIXe-XXe siècles) : jalons pour une histoire », Ruralia, n° 21, 2007, p. 129-154 ; R. Dupuy, « Les campagnes blanches de l’Ouest de la France (1793-1850) : sub-cultures politiques ou proto-politique populaire ? » in La politisation des campagnes au XIXe siècle : France, Italie, Espagne, Portugal, Rome, École Française de Rome, 2000, p. 343-350 ; J.-C. Martin, « Face à la Révolution, quelle politisation des communes rurales ? », in idem, p107-115 ; V. Sottocasa "La Contre-Révolution, une voie de politisation du peuple ?" in Michel Biard (dir.), La Révolution française, une histoire toujours vivante, Paris, Tallandier, 2009, p. 153-166.

28 B. Agnès, « Le « Pétitionnaire universel » : les normes de la pétition en France et au Royaume-Uni dans la première moitié du XIXe siècle », RHMC, 2011, n° 58/4, p. 45-70.

29 D. Godineau, Les femmes dans la France moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Armand Colin, 2015.

30 ADM, L 1476, délibérations du club d’Auray, séances du 15 et 16 germinal an II (5-6 avril 1794).

31 En Bretagne à la fin du XVIIIe, les célibataires définitives représentent en moyenne 10 % de la population féminine, voir Y. Blayo, L. Henry « Données démographiques sur la Bretagne et l’Anjou de 1740 à 1829 », Annales de démographie historique, 1967, p. 91-171.

32 S. Mabo, « Cacher les prêtres réfractaires… », art. cité, p. 5-6.

33 S. Beauvalet-Boutourye, « La femme seule à l’époque moderne : une histoire qui reste à écrire », Annales de démographie historique, 2000-2, p. 127-141 ; Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001, p. 35-38 et Les femmes à l’époque moderne (XVIe-XVIII siècles), Paris, Belin, 2003, p. 168-173.

34 M. Lagrée, J. Roche, Tombes de mémoire, op. cit, p. 90-93 ; S. Mabo, « Les femmes du pays de Fougères dans la Révolution française, expériences et engagements », Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie du Pays de Fougères, 2016, tome LIV, à paraître.

35 Résistances et libérations en France, Clio. Femmes, Genre, Histoire, n° 1, 1995 ; M. Bergère, L. Capdevila (dir.), Genre et évènement. Du masculin et du féminin en histoire des crises et des conflits, Rennes, PUR, 2006 ; S. Milquet, M. Frédéric (dir.), « Femmes en guerre » in Sextant, vol. 28, Groupe interdisciplinaire d’Etudes sur les femmes et le genre, 2011 ; S. Vergnes, Les Frondeuses. Une révolte au féminin (1643-1661), Seyssel, Champ Vallon, 2013 ; E. Viennot, « Les femmes dans les « troubles » du XVIe siècle », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, n° 5, 1997, consulté le 30 septembre 2016, URL : http://clio.revues.org/409.

36 L. Douzou, « L’entrée en résistance », in Antoine Prost (dir.), La Résistance, une histoire sociale, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, p. 9-20.

37 R. Thalmann, « L’oubli des femmes dans l’historiographie de la Résistance », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n° 1, 1995, consulté le 30 septembre 2016, http://clio.revues.org/513 ; C. Levisse-Trouzé, D. Veillon « Des femmes engagées dans la Résistance », in L’engagement et l’émancipation, op. cit., p. 107-118 ; F. Thébaud, « Penser les guerres du 20ème siècle à partir des femmes et du genre. Quarante ans d’historiographie », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014, p. 157-182.

38 Depuis les travaux pionniers de Rita Thalmann, plusieurs études récentes s’emparent pour la période contemporaine des engagements féminins conservateurs, portés notamment par les historiennes Paola Bachetta, Magalie Della Suda ou Margaret Power.

Top of page

References

Electronic reference

Solenn Mabo, « Femmes engagées dans la chouannerie : motivations, modalités d’actions et processus de reconnaissance (1794-1830) », Genre & Histoire [Online], 19 | Printemps 2017, Online since 01 July 2017, connection on 22 November 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2687

Top of page

About the author

Solenn Mabo

Université Rennes 2. Mail : solennmabo@gmail.com

Top of page