Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

Lesly Bessière, Les romancières françaises, 1870-1900 : approche à travers l'exemple de Jeanne Marni

Master 1 - Université de Toulouse-Le Mirail, 2007
Lesly Bessière

Entrées d’index

Mots-clés :

Romancière

Chronologie :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

1Les romancières françaises publiant entre 1870 et 1900, entre George Sand et Colette, sont les grandes oubliées des histoires littéraires ainsi que de l’historiographie. Leurs vies et leurs œuvres méritent pourtant d’être redécouvertes.

2Depuis les virulents textes misogynes de la fin du XIXe siècle signés Barbey d’Aurevilly, Albert Cim ou encore Dumas fils, « les bas-bleus » n’ont plus guère intéressé l’historiographie. Peu d’historiens y consacrent des ouvrages avant les études pluridisciplinaires des années 1970. Ensuite, le débat sur « l’écriture féminine » concentre les travaux sur le sujet. Ce n’est qu’avec Christine Planté qu’est renouvelée la question de la « femme auteur ». Récemment, les études se multiplient dans les pays anglophones mais aussi en France. Ce mémoire propose une longue partie bibliographique et historiographique permettant de faire le point sur les pistes explorées par les chercheurs et sur celles, nombreuses, qui restent encore à creuser.

3En effet, le contexte économique, culturel et littéraire des romancières de la fin du XIXe siècle est riche et complexe. Les perturbations d’un monde qui entre dans la modernité, l'augmentation du nombre d'écrivains-journalistes, de lecteurs et lectrices, ouvrent des perspectives pour les femmes. Acquérir une autonomie tant financière qu’intellectuelle n’est pas sans attraits. Elles sont donc très nombreuses à se lancer dans une carrière de feuilletoniste voire de romancière. Dans un grand retour de misogynie, elles sont perçues comme une menace par de nombreux hommes de lettres. Pourquoi n’apparaissent-elles pas dans l’histoire littéraire, dans l’histoire des représentations ?

4Ce mémoire propose en annexe soixante-sept bio-bibliographies de romancières publiant entre 1870 et 1900. Elles sont d'origines sociales variées et usent de moyens bien différents pour entrer en littérature : mise en place de réseaux de relations sociales, parrainage par un écrivain masculin ou encore par leur mère. Confrontées à une rude concurrence, elles expérimentent diverses stratégies pour asseoir leur notoriété. Beaucoup débutent avec des poèmes puis des feuilletons. Elles multiplient et diversifient ensuite leurs activités : écriture d’articles d’actualité, de contes, d’ouvrages de pédagogie… En fait, elles doivent se positionner entre l’insubordination et le conformisme à un certain modèle masculin. Le choix d’un pseudonyme révèle souvent leur parti pris. Les lieux de sociabilité des romancières se rapprochent beaucoup de ceux de leurs homologues masculins ; salons, cafés et rencontres rythment la vie littéraire. Par contre, les instances de légitimation et de consécration ne peuvent être les mêmes, les femmes étant exclues des institutions traditionnelles : Académie, Goncourt… Elles créent ainsi, au début du siècle, leurs propres organisations avec le Comité Vie Heureuse et le prix Femina en particulier. Enfin, en littérature, les romancières trouvent leur place avec originalité entre le naturalisme zolien et le mouvement décadent.

5Jeanne Marnière (1854-1910) est l’une d’elles. Elle fait l’objet de l’essai qui termine ce mémoire. Redécouvrir son parcours, ses réseaux de relations mais aussi sa personnalité et son œuvre permet de mettre à jour une carrière féminine originale et de réfléchir aux motifs de l’oubli de cette romancière. Devenue précocement veuve, Jeanne Marni vient à la scène puis à l’écriture motivée par des problèmes d’argent. Grâce à sa mère, Manoël de Grandfort, elle dispose de relations privilégiées pour entrer en littérature. Elle est dotée des armes nécessaires pour évoluer dans ce milieu. La filiation se poursuivra puisque Emmy Fournier, sa fille, sera plus tard secrétaire de la rédaction de La Fronde. Jeanne Marni publie son premier roman en 1887. Elle se tourne ensuite vers des formes brèves : des dialogues très particuliers qui paraissent entre autre à La vie parisienne. Affinité ou exploitation d’un phénomène de mode lucratif ? En tous cas, elle publie une dizaine de recueils qui lui assurent une grande notoriété. Les problèmes sociétaux d'actualité sont abordés : divorce,  relations homme/femme au sein du couple, adultère, sexualité féminine et même homosexualité... Dans une grande liberté de ton, un style mordant et humoristique, ses dialogues mettent en scène des types de femmes et d'hommes : la jeune fille, la courtisane, l'amant, le mari... Cette œuvre moderne décortique les mœurs et évite les représentations traditionnelles de la femme en littérature pour mettre en scène des femmes qui veulent travailler, écrire…

6La prise en compte des romans de ces femmes dans l’histoire des mouvements littéraires en modifierait sensiblement la teneur et permettrait d’enrichir notre vision de la production littéraire. Dans le cadre d’une histoire des représentations, ces œuvres, bien que fictionnelles, sont des sources historiques importantes car elles proposent un nouveau regard sur le monde et donnent la parole aux femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lesly Bessière, « Lesly Bessière, Les romancières françaises, 1870-1900 : approche à travers l'exemple de Jeanne Marni », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 16 juin 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/266

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page