Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

T. Terret, L. Robène, P. Charroin, S. Héas, P. Liotard (dir.), Sport, genre et vulnérabilité au XXe siècle

Presses universitaires de Rennes, 2013, 784 p.
Irène Gimenez
Bibliographical reference

T. Terret, L. Robène, P. Charroin, S. Héas, P. Liotard (dir.), Sport, genre et vulnérabilité au XXe siècle, Presses universitaires de Rennes, 2013, 784 p.

Full text

  • 1 Notons dès maintenant que si la notion de « cumul des vulnérabilités » ouvre des perspectives, nota (...)

1Cet ouvrage collectif, fruit d’une ANR qui rassemble chercheur.es en histoire, sociologie et STAPS, s’articule chronologiquement, en quatre grands moments du XXe siècle, choisis pour leur valeur heuristique. Conjonctures de crises sociales et politiques, ces jalons chronologiques constituent des fenêtres au prisme desquelles est développé le questionnement central de l’ouvrage, à savoir l’impact des pratiques sportives sur la réduction, ou au contraire la reproduction, des vulnérabilités de genre. Les premières parties concernent les deux guerres mondiales et leurs suites (1914-1925 puis 1940-1948) afin notamment de saisir le rôle des pratiques sportives en périodes de guerres, de retour à l’ordre et de régime autoritaire. La troisième partie se structure autour de mai 1968, afin de questionner la vertu émancipatrice du sport dans un contexte de redéfinition des rapports au corps, avant de renouveler ces problématiques pour l’époque contemporaine. La périodisation se doit donc moins à une volonté de représentativité qu’à un choix de périodes qui, par « effet-loupe » (T. Terret, conclusion générale) constituent des observatoires en ce qu’elles confrontent redéfinition des identités sexuées, politiques sanitaires et sportives et cumul des vulnérabilités1.

  • 2 On peut à cet égard orienter lecteurs et lectrices qui souhaiteraient approfondir vers les travaux (...)

2Cette amplitude chronologique – ambitieuse, même si l’on peut saluer le choix du temps long - se conjugue à une grande diversité de perspectives, méthodes, populations et objets d’étude, au risque parfois d’un sentiment d’éclatement, que ne compense que partiellement l’appareil théorique, laissé de côté dans certaines contributions qui privilégient la présentation empirique du terrain. Cet écueil se note notamment par l’utilisation du concept de vulnérabilité, envisagée en introduction dans ses dimensions effectives et potentielles, à trois niveaux : personnel, situationnel, contextuel. Toutefois, alors même que l’introduction définit la vulnérabilité comme une catégorie comprise dans une optique constructiviste, donc sans contenu a priori, de nombreuses contributions plaquent sur des populations l’étiquette de vulnérables sans la questionner, parfois donc en reproduisant et en essentialisant la situation de domination qu’ils prétendent critiquer (on ne peut considérer des femmes qu’elles sont, a priori, vulnérables : il nous faut expliciter la genèse et les rapports de pouvoir à l’œuvre dans chaque situation étudiée). Au lieu d’un concept opératoire, la vulnérabilité est parfois envisagée comme une thématique d’étude ; de même, l’utilisation du concept par tou.te.s les auteur.es masquent une diversité de situation dont la césure principale nous semble séparer les vulnérabilités face aux normes (cf. les contributions de P. Liotard) et les vulnérabilités face aux risques (cf. S. Héas, F. Lebreton, G. Routier ou S. Javerlhiac). Si l’ouvrage dresse implicitement une typologie des formes de vulnérabilités produites et vécues par et dans les pratiques sportives, en fonction notamment du genre, de l’âge, de la situation socio-professionnelle, la question du rapport à la santé et aux normes véhiculées par cet impératif du « corps sain », éminemment genré, mériteraient d’être creusée2.

3Les principaux apports de l’ouvrage résident en premier lieu dans le questionnement de l’action publique, pour laquelle le sport est un outil de plus en plus répandu pour promouvoir intégration et réinsertion sociale (en prison notamment, cf. G. Sempé) ou prévenir la désaffiliation (cf. F. Le Yondre) et la vulnérabilité une catégorie couramment employée. L’étude de ces dispositifs permet d’éclairer les présupposés idéologiques de telles pratiques et l’élitisme dérivant du manque de moyens financiers : en prison, le sport, pratique prétendument démocratique, visant la réinsertion sociale, devient une pratique sélective à cause du manque d’infrastructures et de places, qui sont finalement réservées pour « bonne conduite » et récompensent des capitaux obtenus en amont de la détention. À partir d’une réflexion foucaldienne sur la disciplinarisation des corps et l’auto-contrôle permis par l’activité sportive en prison, G. Sempé introduit des nuances dans la construction des populations vulnérables, en distinguant les rapports de domination qui traversent les populations prisonnières, dans une perspective dynamique. Sa contribution, comme celles de F. Le Yondre, conclut à une conditionnalité des pratiques d’assistance (la personne vulnérable, pour être aidée, doit être capable de se surpasser) qui informe alors sur la nature de notre modèle social. Cette approche des politiques publiques par le sport et la mise en jeu des corps est particulièrement pertinente au moment d’aborder les régimes autoritaires, afin de mettre en lumière les contradictions de Vichy, entre valeurs hygiénistes et volonté de régénération de la nation qui conduisent à la valorisation de modèles sportifs genrés (M. Attali, J. Saint-Martin) et de la formation professionnelle de professeures d’EPS qui garantissent débouchés et autonomie à un contingent croissant de femmes (Loïc Szerdahelyi). La contribution de D. Gomet sur les pratiques corporelles punitives à Ravensbrück et Auschwitz, très stimulante, conclut à l’usage courant des pratiques sportives comme instruments de mort. Ces pratiques, indifférenciées en fonction du genre, imposées à des populations qui ont été socialisées dans des rapports genrés au corps et au mouvement, ont finalement pour effet de rendre plus vulnérables les femmes. Nous saluons dans cette contribution la prise en charge de la complexité de la notion de vulnérabilité en la rendant tributaire des socialisations qui façonnent et genrent les corps.

4Le rapport des individu.es à ces pratiques constitue le second apport majeur de l’ouvrage qui, par l’attention portée aux trajectoires individuelles et à la pratique prosopographique, permet de saisir plus justement les rapports entre sport et émancipation et de s’intéresser aux pratiques corporelles des individu.es ordinaires. Ainsi, si les pratiques sportives sont avant tout, à l’échelle collective, un espace et un moyen d’affirmation des normes (cf. les nombreuses contributions sur la presse sportive) et de production de vulnérabilités, qu’il s’agisse du modèle de l’excellence corporelle qui pousse à multiplier les risques, ou de l’affirmation des identités de genre par des modèles distincts de performance (cf. C. Ottogalli-Mazzacavallo, T. Terret, T. Froissard), il peut constituer pour les individu.e.s un espace de redéfinition identitaire, de renversement du stigmate (D. Bodin, F. Le Yondre), d’émancipation personnelle des normes de genre ou de classe (A. Roger) et de contournement des normes qui, sans les subvertir, permet d’en atténuer la violence (A. Guillard, S. Héas et S. Férez sur la reconfiguration symbolique et identitaire des personnes atteintes de VIH par le sport).

Top of page

Notes

1 Notons dès maintenant que si la notion de « cumul des vulnérabilités » ouvre des perspectives, notamment pour questionner l’action publique, bien souvent segmentée par populations cibles, il convient de comprendre non pas ce cumul dans une logique arithmétique (soit comme l’addition de vulnérabilité) mais bien dans une logique de croisement, similaire à celle de l’intersectionnalité, les individu.es chez qui se croisent plusieurs vulnérabilités vivant alors des vulnérabilités spécifiques.

2 On peut à cet égard orienter lecteurs et lectrices qui souhaiteraient approfondir vers les travaux de G. Quin, A. Bohuon ou B. Viaud, qui offrent des perspectives intéressantes sur le sport comme vecteur de normes sanitaires et politiques genrées, et sur des stratégies de contournement de ces normes.

Top of page

References

Electronic reference

Irène Gimenez, « T. Terret, L. Robène, P. Charroin, S. Héas, P. Liotard (dir.), Sport, genre et vulnérabilité au XXe siècle », Genre & Histoire [Online], 18 | Automne 2016, Online since 01 January 2017, connection on 20 July 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2637

Top of page

About the author

Irène Gimenez

Top of page