Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Marian Rubchak, New imaginaries: youthful reinvention of Ukraine’s cultural paradigm

New York: Berghahn Books 2015, 330 p.
Nataliya Borys
Bibliographical reference

Marian Rubchak. New imaginaries: youthful reinvention of Ukraine’s cultural paradigm. Edited and translated by Marian Rubchak, New York: Berghahn Books 2015, 330 p.

Full text

1Malgré son titre Nouveaux imaginaires : une réinvention du paradigme culturel de l’Ukraine, qui prête à confusion, il s’agit bien d’un ouvrage dédié aux femmes ukrainiennes. Vingt-cinq longues années ont été nécessaires afin de voir la parution d’un volume sur la question féminine et les problèmes de femmes en Ukraine postsoviétique. Ce livre est-il à la hauteur des attentes ? Au cours des cinq dernières années, quelques rares livres sur le genre et les femmes en Ukraine ont été publiés,la plupart en anglais, mais il manquait crucialement d’un travail de synthèse regroupant différentes questions de genre dans un même volume. C’est à présent chose faite.

2Quels sont ces « nouveaux imaginaires des femmes ukrainiennes » ? Un nouvel imaginaire, « ni soviétique ni occidental », comme l’auteur l’explique dans son introduction, est dans le contexte ukrainien un « signifiant flottant représentant une nouvelle forme de la dignité humaine et la valeur morale » (p. 2). Ce « nouvel imaginaire » est à l’image de la couverture : le visage d’une jeune femme avec le drapeau ukrainien peint sur ses joues, à l’instar des fans de football, en tant que : « symbole métonymique d’une Ukraine féministe prête à se battre » (Avant-propos, p. x).

  • 1 Berehynia est un esprit féminin dans la mythologie slave, souvent considéré comme une « déesse slav (...)
  • 2 Ici, le modèle de femme-Barbie représente une femme-glamour, obsédé par son corps.

3L’ouvrage est divisé en quatre sections : la politique de genre, les interprétations des arts et de la littérature, les mutations démographiques et les changements de paradigme. La collection débute par une section sur la politique avec la contribution de Tamara Martsenyuk, qui examine le pouvoir politique ukrainien en utilisant des interviews, des résultats des sondages et des enquêtes sociologiques. Elle conclut que les femmes ukrainiennes sont exclues du processus de prise de décision dans les plus hauts échelons politiques, malgré le fait que l’État ukrainien soutient officiellement l’égalité des sexes, surtout dans ses déclarations. Selon elle, le problème le plus critique est le sous-emploi des femmes et les tâches domestiques (la fameuse double charge de travail) qui ne laissent pas le temps aux femmes de s’investir dans la politique. La philosophe et critique d’art, Tamara Zlobina, réfléchit sur deux paradigmes contradictoires : le modèle de Berehynia1 et de Barbie,2 qui reflètent « les deux faces d’une même pièce » (p. 75).

  • 3 Oksana Kis, l’auteure de cette contribution, utilise le terme visage-ism, en anglais « face-ism » e (...)

4La deuxième partie, « Le pouvoir dans les médias », s’ouvre avec l’étude de Tetiana Bulakh sur le phénomène de glamour et de sa transmutation au cours des deux dernières décennies. L’historienne Oksana Kis et la sociologue Tetiana Matychak discutent la commercialisation et l’exploitation du corps des femmes dans la publicité, par lequel le sexisme a envahi l’espace public. Elles offrent une contribution intéressante en analysant les théories occidentales du genre et de la publicité en utilisant les concepts suivants : esthétisation, érotisation, marchandisation, visage-ism3 et domestication.

5La troisième section interroge un sujet négligé dans la recherche contemporaine ukrainienne : la migration féminine économique, ainsi que ses causes et effets sur la situation démographique et les modes de vie en Ukraine. La sociologue Victoria Volodko commence la discussion par l’impact de la migration féminine économique sur les familles, qui sont restées en Ukraine, mais aussi sur les hommes, qui ont perdu le statut de pourvoyeur principal du revenu. Cette situation a produit des fractures sociales profondes, telles que les relations brisées, l’alcoolisme, l’usage de drogues et d’autres formes de comportement antisocial. Alors que Galyna Gorodetska se concentre sur la migration féminine en Espagne, Halyna Labinska utilise la région de Lviv, comme un modèle de micro réflexion sur la tendance nationale plus large. Les deux chercheuses ont utilisé les entrevues avec ces femmes pour souligner leur sacrifice au profit de leurs familles. Cependant, la géographie, l’âge et le niveau d’éducation des femmes comptent beaucoup, car ces paramètres définissent les mouvements migratoires des femmes, leur possible assimilation et le retour au pays.

6La quatrième section parle de « changements de paradigme » : la psychologie, le patriarcat et les hommes en crise dans le contexte ukrainien. Marfa Skoryk donne un aperçu des recherches récentes en psychologie. Elle soutient que le genre est mal compris et interprété dans la psychologie. Plus loin, Hanna Tchernenko discute le patriarcat persistant à l’aide du magazine de Zhinka (Femme). Enfin, Tetyana Bureychak conclut le livre avec la contribution prometteuse sur les « hommes en crise » et leur incapacité à s’adapter à la modification post-soviétique de leur statut.

7Ainsi ce volume donne un précieux aperçu des problèmes de femmes dans les années 2000, de leur engagement, des débats dans la presse et du rôle du féminisme. Malgré le fait que la plupart des contributions ont été écrites avant les évènements de la place Maïdan (avant 2014), les auteures ont fait l’effort d’inclure quelques réflexions à ce sujet, notamment dans l’Introduction et l’Avant-propos. Rubchak rappelle que les femmes ont activement participé au Maïdan, même si l’inégalité des sexes et les clichés sexistes ont persisté et que : « trop de femmes sont restées cantonnées à la distribution de sandwichs et du thé, ainsi qu’au nettoyage » (p. 5).

  • 4 Viktor Ianoukovytch est un homme politique ukrainien qui a été le quatrième président de l’Ukraine (...)

8La conclusion principale de ce volume est que, malgré le fait que les années de l’administration Ianoukovytch (2010-2014)4, qui sont décrites par les auteurs comme un temps de « …corruption sans précédent, ce qui a fortement augmenté les inégalités sociales et l’oppression des droits de l’homme » (préface), ces années ont aussi été celles de la renaissance et d’effervescence féministe. Le Maïdan a démontré que le renouveau du féminisme en Ukraine n’a pas surgi de nulle part.

9Cet ouvrage singulier trouve son originalité dans son interdisciplinarité. Il nous permet d’entrevoir des approches diverses, tant en terme de méthodologie que d’idée, offertes par une nouvelle génération de chercheuses ukrainiennes, qui n’avaient pas été publiées auparavant

10Le seul regret que l’on peut avoir est que ce titre déroutant ne permet pas d’attirer l’attention sur le sujet principal de cet ouvrage, à savoir les femmes ukrainiennes et le genre. D’ailleurs ce que Rubchak veut dire par « nouveaux imaginaires » n’est pas clair. Le chapitre le plus innovant est celui sur l’émigration féminine économique, car les sujets sociologiques sont souvent négligés par les chercheurs. Il serait également intéressant d’élargir l’analyse aux schémas de migration transnationale de la main d’œuvre féminine ukrainienne. En particulier, à destination de pays comme l’Espagne et l’Italie, où les femmes ukrainiennes constituent une main d’œuvre principale du care. En outre, le facteur de la guerre à l’Est du pays a changé les relations entre les sexes et les modèles de migration féminine aussi.

11Sans doute ce volume offre-t-il des contributions pionnières et essaie de combler des lacunes sur le sujet des femmes et du genre en Ukraine ; par-là, il contribue à ouvrir une nouvelle ère dans la recherche en genre en Ukraine. Il est évident que nous pouvons compter sur Rubchak pour continuer à recueillir des publications sur les femmes ukrainiennes et nous attendons avec impatience de lire ces analyses sur les changements culturels à venir.

Top of page

Notes

1 Berehynia est un esprit féminin dans la mythologie slave, souvent considéré comme une « déesse slave » protectrice de la maison et mère de la nation. Récemment Berehynia est devenue une incarnation d’un mythe matriarcal.

2 Ici, le modèle de femme-Barbie représente une femme-glamour, obsédé par son corps.

3 Oksana Kis, l’auteure de cette contribution, utilise le terme visage-ism, en anglais « face-ism » en expliquant que ce terme fait « référence à l’importance du visage dans la description d’une personne » (p. 130). Passage traduit par Nataliya Borys.

4 Viktor Ianoukovytch est un homme politique ukrainien qui a été le quatrième président de l’Ukraine à partir de février 2010 jusqu'à sa fuite en février 2014.

Top of page

References

Electronic reference

Nataliya Borys, « Marian Rubchak, New imaginaries: youthful reinvention of Ukraine’s cultural paradigm », Genre & Histoire [Online], 18 | Automne 2016, Online since 01 January 2017, connection on 18 November 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2634

Top of page

About the author

Nataliya Borys

By this author

Top of page