Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marissal Claudine, Protéger le jeune enfant. Enjeux sociaux, politiques et sexués (Belgique, 1890-1940)

Bruxelles, éditions de l’université de Bruxelles, 2014, 380 p.
Amélie Nuq
Référence(s) :

Marissal Claudine, Protéger le jeune enfant. Enjeux sociaux, politiques et sexués (Belgique, 1890-1940), Bruxelles, éditions de l’université de Bruxelles, 2014, 380 p.

Texte intégral

1Au début du XXe siècle en Belgique, près d’un nourrisson sur cinq meurt toujours avant d’avoir atteint l’âge d’un an : dans un contexte d’inquiétude démographique croissante, la lutte contre ce « massacre des innocents » devient une priorité. Des philanthropes et des médecins acquis.es aux idées pastoriennes créent des consultations de nourrissons pour apprendre aux mères à soigner leurs enfants en respectant les nouveaux préceptes de l’hygiène. Couplées à des visites effectuées au domicile des familles populaires, les consultations se développent jusqu’à être présentes, à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, sur tout le territoire belge. En cinq décennies, on passe ainsi progressivement de pratiques charitables et philanthropiques héritées du XIXe siècle à un système plus organisé, unifié et professionnalisé, annonçant les mesures que prendra l’Etat-providence après la Seconde Guerre mondiale (assurance maladie-invalidité obligatoire, congé de maternité).

2L’ouvrage de Claudine Marissal, qui est actuellement attachée au Centre d’archives et de recherches pour l’histoire des femmes, est issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2007 à l’Université libre de Bruxelles. Il repose sur la conviction selon laquelle les politiques de santé publique, si elles sont lancées sous le couvert de la science : « n’en sont pas moins marquées par les normes et les valeurs culturelles des élites qui les élaborent et les décident » (p. 9). Les défenseur.es belges de la protection de l’enfant, qui sont des philanthropes et des médecins pétris de sensibilité catholique et/ou libérale, estiment ainsi que la responsabilité de la mortalité infantile n’est pas collective et sociale, mais individuelle et parentale. Convaincu.es de l’ignorance des mères et faisant le choix de laisser de côté d’autres moyens d’action tels que l’amélioration de l’hygiène, l’approvisionnement en eau potable ou la lutte contre les inégalités sociales, ils.elles font de l’éducation populaire la grande priorité de la protection sanitaire infantile. Dans ce contexte, les mères deviennent la cible d’une vaste entreprise d’encadrement et de contrôle relayant les prescriptions des puériculteurs, pour lesquels le bien-être des nourrissons passe par exemple nécessairement par l’allaitement maternel. L’alimentation au biberon ou le travail des mères à l’extérieur du domicile porterait préjudice à la santé de l’enfant, pouvant même conduire celui-ci à la mort. Pour étudier les fondements et les modalités de cette biopolitique, Claudine Marissal a privilégié une approche par le haut, dépouillant notamment les archives de plusieurs œuvres de protection de l’enfance (Œuvres nationales de l’enfance, mouvements féminins) et compulsant une abondante littérature relative à la mortalité infantile et à la puériculture (livres, revues médicales et de santé publique, brochures, rapports de congrès…).

3Les 14 chapitres thématiques que contient l’ouvrage sont répartis selon une trame chronologique dont la césure est la guerre de 1914-1918, à laquelle est consacré le chapitre V. Le conflit mondial accélère le processus qui avait débuté en 1897 avec l’ouverture à Bruxelles de la première consultation de nourrissons, sur le modèle de l’initiative prise à Paris par Pierre Budin en 1892 : les œuvres sanitaires se multiplient et s’organisent sous la houlette de l’État. Leur légitimité est ensuite reconnue par la création, en 1919, de l’Œuvre nationale de l’enfance (ONE) : cette organisation gouvernementale, qui est chargée de diffuser l’hygiène infantile, fonctionne en collaboration avec une multitude d’œuvres privées dans lesquelles s’investissent médecins et femmes bénévoles issues de milieux aisés. L’action sociale se professionnalise, comme le montre le recours croissant à des infirmières-visiteuses pour réaliser les visites à domicile. Mais les consultations pour nourrissons restent prioritaires au détriment d’autres structures comme les crèches, accusées d’encourager les femmes à travailler, ou les Gouttes de lait, dans lesquelles on distribue du lait stérilisé et qui inciteraient les femmes à interrompre l’allaitement maternel. Ambigüe, la période de l’entre-deux-guerres continue donc à glorifier la fonction maternelle et le modèle de la femme au foyer tout en permettant l’accès des femmes à de nouveaux droits. En Belgique, le suffrage universel masculin est en effet adopté en 1919 et le suffrage communal féminin, en 1920, ce qui pousse les partis politiques à rechercher activement de nouveaux lieux de propagande. Dans ce contexte, les œuvres de protection de l’enfance deviennent l’objet de convoitises politiques et confessionnelles, les différents mouvements féminins (catholiques, ouvriers…) créant leurs propres structures d’accueil.

4Ce livre solide, rigoureusement construit, clair et d’une lecture agréable montre de façon tout à fait convaincante la pertinence d’une analyse genrée des dispositifs de lutte contre la mortalité infantile. Les défenseur.ses de la protection de l’enfance, qu’ils.elles soient médecins, puériculteurs ou dames patronnesses, souhaitent en effet éduquer et contrôler les mères pour sauver leur progéniture. Ce faisant, ils.elles exercent sur elles une double domination, de sexe et de classe. En célébrant la maternité et le modèle de la famille bourgeoise, il s’agit en effet tout autant d’assigner les femmes à la sphère reproductive et domestique que de « civiliser » les mères des classes populaires. Accusées d’être « ignorantes », « coupables », voire de ne pas aimer leurs enfants, celles-ci sont priées d’apprendre que le nourrisson ne peut dormir près de ses parents, être bercé, gâté ou trop embrassé et doit être nourri au sein et à heure fixe. Les injonctions émises vis-à-vis des mères fréquentant les consultations pour nourrissons sont très fortes et vont parfois jusqu’à la coercition. Au début des années 1920, le docteur Ensch, membre du Comité médical supérieur de l’ONE, va jusqu’à réclamer la déchéance des droits politiques pour les femmes qui refuseraient de soumettre leur enfant à la surveillance médicale (p. 170). La focalisation sur la relation mère-enfant constitue un puissant élément de naturalisation et d’essentialisation, qui permet de prétendre lutter contre la mortalité infantile sans remettre en cause l’ordre économique et social.

5Néanmoins, Claudine Marissal dresse en conclusion un bilan qu’elle veut nuancé des politiques de lutte contre la mortalité infantile, cherchant notamment à savoir si celles-ci ont pu jouer un rôle émancipateur pour les femmes. Elle souligne que ces dernières investissent massivement les espaces de liberté, de sociabilité et d’utilité sociale que constituent les œuvres de protection de l’enfance. Dès la fin du XIXe siècle, les œuvres charitables n’auraient d’ailleurs pu fonctionner sans le réseau, l’apport financier et le dévouement des « dames patronnesses » de l’aristocratie et de la grande bourgeoisie. Reste que les organes directeurs de l’ONE sont presque exclusivement masculins. D’autre part, durant l’entre-deux-guerres, la professionnalisation du secteur médico-social incite les femmes à s’engager sur le marché de l’emploi. Pourtant, la profession d’infirmière-visiteuse n’est guère émancipatrice : elle attire de nombreuses femmes issues des classes moyennes mais reste peu attractive en raison de conditions de travail difficiles et de salaires peu élevés. Enfin, si les œuvres de protection de l’enfance participent à une vaste échelle à la valorisation des rôles maternels et du modèle de la femme au foyer, elles ont indirectement favorisé la percée des femmes dans la sphère publique et politique : les organisations féminines ouvrières, par exemple, réclament des réformes et obtiennent une représentation dans les organes de direction de l’ONE.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Nuq, « Marissal Claudine, Protéger le jeune enfant. Enjeux sociaux, politiques et sexués (Belgique, 1890-1940) », Genre & Histoire [En ligne], 18 | Automne 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2631

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page