Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

Lola Gonzalez-Quijano, Les petites femmes du quartier latin. Prostitution et sexualité (1850-1900)

Master 2 - EHESS, Paris, 2007
Lola Gonzalez-Quijano

Entrées d’index

Mots-clés :

Prostitution

Chronologie :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

1Quadriller le réel, le dénombrer et le décrire pour mieux s’en rendre maître, telle est l’une des ambitions constante pour la science de la seconde moitié du XIXe siècle. L’étude de la prostitution n’échappe pas à cette tendance et les ouvrages qui lui sont consacrés s’efforcent pratiquement tous de classifier les femmes vénales en fonction de leurs tarifs, de leurs lieux de racolage, de leurs « spécialités ».

2Paradoxalement, cette passion taxinomique a pour effet de rendre presque illisibles pour l’historien contemporain la diversité des pratiques de l’époque et les nombreuses hiérarchies internes qui stratifient le milieu prostitutionnel. D’autant plus que ces classifications sont imprégnées des nombreux stéréotypes et autres idées reçues qui pèsent sur les représentations de la femme et de la sexualité, mais aussi de la puissante antinomie qui oppose alors, dans l’imaginaire social de l’époque, mariage et prostitution.

3En retraçant en particulier les parcours et les rôles des femmes, réputées de mœurs libres, qui ont vécu aux côtés et à l’ombre des étudiants du Quartier latin, il s’agissait donc dans ce mémoire de déconstruire les représentations de la prostituée et de relier les comportements sexuels et les perceptions de l’espace afin d’éclairer d’un jour nouveau les liens entre prostitution et sexualité entretenus par l’ensemble de la société.

4Des femmes qui côtoyaient les étudiants du Quartier latin, il ne nous reste bien souvent que l’image de la « grisette » au grand cœur et aux joies simples, mais dans cette seconde moitié du XIXe siècle, on les voyait surtout comme des prostituées menant à leur perte les futurs « grands hommes ». La diffusion des conduites vénales, leur banalité même à cet époque, les rendaient difficile à lire si bien que la prostituée se reconnaissait plus souvent par des comportements féminins considérés comme transgressifs – fumer des cigarettes, habiter dans un garni, entrer seule dans un café, etc. – que sur des preuves tangibles de sa vénalité sexuelle.

5Activité à part entière, surtout dans le Paris de cette époque, la prostitution est aussi une catégorie normative oeuvrant à une définition des conduites féminines légitimes et illégitimes. Ainsi le « stigmate » de prostituée désignait aux yeux des policiers, des riverains et dans une moindre mesure des étudiants, les femmes qui avaient une vie sexuelle en dehors des liens du mariage (concubinage, adultère, amours libres). Mais il visait aussi les femmes qui fréquentaient ou travaillaient dans les lieux de sociabilité masculine et qui ne respectaient donc pas la division sexuée et théorique de l’espace entre sphère publique et sphère domestique, domaine privilégié de la femme.

6Haut lieu de la prostitution parisienne depuis le Moyen Âge en raison de la présence continue des étudiants, le Quartier latin vit ses bordels fermer progressivement tandis que se multipliaient les cafés et les brasseries à femmes ; le bal Bullier rivalisait encore contre les grands bals de la rive droite, mais c’était bien le dernier vestige de la passion estudiantine du début du siècle pour la danse. Les bouleversements que connurent ces lieux sont les signes des transformations que connaissaient l’offre et la demande en matière de prostitution et étaient concomitants des évolutions des comportements sexuels mais aussi des rites de sociabilité estudiantins.

  • 1  Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le terme d’étudiante désignait la maîtresse de l’étudiant et non ce (...)

7Une confusion, qui n’existait pas dans le premier XIXe siècle, s’installa progressivement entre amours libres et amours vénales. Elle conduisit à dévaloriser l’ensemble des comportements liés aux sexualités illégitimes : la grisette devint « l’étudiante1 », tandis que la fille de salle choisissait ses amants parmi les habitués de la brasserie et que la femme adultère se prostituait dans les maisons de rendez-vous.

8Dans ce quartier où se déployaient presque toutes les formes d’amours illégitimes, la division sexuée de l’espace est en définitive peu perceptible, de même que la stricte séparation des différentes sexualités. L’historien identifie des catégories, mais ne peut que constater combien celles-ci étaient perméables : les parcours individuels des « petites femmes » du quartier oscillaient en effet sans cesse entre amours vénales et amours libres au gré des hommes et des lieux. En effet, être prostituée, mais aussi fille de salle ou étudiante, correspondait à un état temporaire et non pas à un statut social comme l’aurait voulu la morale de l’époque. Cette complexité des relations entre hommes et femmes du Quartier latin est toutefois largement occultée, dans la seconde moitié du XIXe siècle, par un processus social qui tend à imposer sur le plan public les pratiques du couple bourgeois en masquant justement la présence dans l’espace social d’autres cultures de la sexualité.

Haut de page

Notes

1  Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le terme d’étudiante désignait la maîtresse de l’étudiant et non celle qui étudie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lola Gonzalez-Quijano, « Lola Gonzalez-Quijano, Les petites femmes du quartier latin. Prostitution et sexualité (1850-1900) », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 16 juin 2008, consulté le 22 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/263

Haut de page

Auteur

Lola Gonzalez-Quijano

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page