Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Elissa Mailänder, Female SS Guards and workaday violence. The Majdanek Concentration Camp, 1942-1944, translated by Patricia Szobar

Michigan State University Press, East Lansing, 2015 [2009], 434 p.
Nicolas Patin
Bibliographical reference

Elissa Mailänder, Female SS Guards and workaday violence. The Majdanek Concentration Camp, 1942-1944, translated by Patricia Szobar, Michigan State University Press, East Lansing, 2015 [2009], 434 p.

Full text

1Avec l’ouverture des archives soviétiques et l’internationalisation de la recherche sur les crimes du national-socialisme, nous disposons aujourd’hui d’une multitude de travaux sur les politiques de destruction nazies, que ces ouvrages concernent l’extermination des populations juives européennes par les unités de tuerie mobiles (Einsatzgruppen) ou dans les camps, les politiques d’ingénierie raciale ou la lutte radicale contre les « partisans ». Elissa Mailänder apporte cependant, dans son livre sur les gardiennes du camp de Majdanek, un regard nouveau, appelé à faire date.

2En effet, plutôt que de s’interroger de manière générale sur les formes de violence de la guerre nazie, elle décide de marier deux démarches, liées à deux historiographies bien définies : celle de « l’histoire du quotidien », très en vogue en Allemagne dans les années 1980 et celle de la « microhistoire », héritée de la tradition italienne. L’objectif de cette démarche ? Écrire une micro-histoire du travail et de la violence dans le camp de Majdanek, en Pologne occupée, un camp à bien des égards spécifiques puisque comme Auschwitz, il est à la fois un camp de concentration et un camp d’extermination. Pour construire cette enquête, Elissa Mailänder adopte une troisième méthode : elle s’intéresse aux 28 gardiennes du camp et bien qu’elle les compare à leurs collègues masculins, c’est bien sur le parcours de ces femmes – et sur les outils des gender studies – que repose l’architecture de l’ouvrage. L’analyse se fonde sur les nombreux témoignages des gardiennes au moment de leur procès en Allemagne, après-guerre. E. Mailänder croise ses sources judiciaires avec d’autres documents, que ce soit les archives du camp, de la S.S. ou les témoignages des victimes.

3L’intérêt de ces différentes démarches est perceptible dès les premières pages du livre, tant elles permettent de réévaluer des clichés et des idées trop vite considérées comme évidentes. Il en va ainsi d’une lecture simpliste qui voudrait que l’irruption de formes de violence radicale soit liée au passé de ces 28 femmes. Il n’en est rien. C’est dans le contexte du camp que ces femmes se convertissent à une « spirale de violence » (p. 274).

4Ces formes de violence – notamment le mauvais traitement des prisonnières dont étaient responsables les gardiennes féminines – proviennent-elles alors des ordres donnés ? Ce schéma de justification, très utilisé comme stratégie de défense dans les procès d’après-guerre, conduit à enlever toute autonomie aux gardiens, qui n’auraient eu d’autres choix, pour leur propre survie, que d’appliquer des ordres qu’ils désapprouveraient, dans leur for intérieur. Toute la trajectoire des femmes avant d’arriver à Majdanek pourrait corroborer cette idée, dans la mesure où c’est avant tout la recherche d’un travail stable qui conduit ces femmes, issues de la classe ouvrière ou de la lower middle class à postuler comme gardienne de camps. Une fois intégrées dans les camps, ces gardiennes se seraient retrouvées prisonnières, en quelque sorte, de la stricte hiérarchie nazie. Ce n’est, en réalité, pas le cas. Non seulement parce que certaines gardiennes n’utilisent pas de formes de violence extrême (p. 246), mais surtout parce que le règlement des camps cadre très précisément et clairement les limites de l’usage de la violence – du châtiment corporel à la mort en cas de tentative de fuite des détenus. Toutes les formes de dépassement quotidien de la violence – gifles, coups, cruautés – sont donc des initiatives personnelles des gardiens et gardiennes, qui montrent leur marge de manœuvre (p. 207-208, p. 280…).

5Comment expliquer, alors, cette omniprésence de la violence dans le travail quotidien du camp ? E. Mailänder livre ici le cœur de sa réflexion, en réappliquant, dans l’espace du camp, les analyses de Michel Foucault, entre autres, sur le pouvoir. Quel est le sens symbolique d’une pendaison ? Quelle est la fonction d’une gifle administrée en public à une détenue malade et sans défense ? Pour les gardiennes, il s’agit toujours d’un message : la gifle ou le coup visent à réaffirmer, continuellement, leur propre pouvoir sur les prisonnières. Mais il est aussi un langage adressé aux collègues féminines, pour montrer sa position dans le groupe, et aux collègues masculins, car le camp, comme espace de travail, est un espace genré. Les gardiennes, minoritaires par rapport à l’ensemble des gardiens SS, adressent ainsi à leurs collègues masculins un message de force, alors que leur position même dans le camp, en uniforme, est pour l’époque un renversement de la hiérarchie des sexes et une brèche dans la tradition virile du monde militaire (p. 241-246).

6Ces pratiques de violence quotidienne ne fonctionnent jamais de manière unilatérale et dans la seule direction que souhaiteraient les autorités de contrôle : la pendaison, en même temps qu’elle terrorise ceux qui y assistent, transforme le condamné, aux yeux des autres détenus, en symbole de résistance (p. 204) ; la gifle, administrée sans raison objective, peut servir à réassurer une autorité, mais conduit parfois à l’effet inverse, certaines détenues y voyant un aveu de faiblesse de la part de leur encadrement nazi. Même la cruauté, pourtant souvent définie comme une violence excessive et inexplicable, prend un sens politique : elle permet à l’acteur de jouir de son pouvoir sans limite. E. Mailänder relate un exemple éclairant : une gardienne frappe le corps d’une détenue alors que celle-ci semble morte, et sans savoir qu’elle est observée. Dans ce cas, l’acte conforte le pouvoir total du gardien.

7Quelle est la spécificité des femmes dans ce dispositif ? Elle n’est pas si évidente. Certes, le groupe féminin des gardiennes est soumis à des formes de harcèlement de la part des collègues masculins, qui vont de l’abus d’autorité à des formes beaucoup plus directes d’agressions (p. 109 à 114). Mais ces rapports n’ont pas la forme d’automatismes, dans la mesure où les gardiennes entretiennent aussi des relations suivies avec les gardiens du camp, et se marient parfois avec eux. De même, le genre des gardiennes n’aboutit pas nécessairement à la constitution d’une identité féminine, les niveaux sociaux et les provenances régionales jouant dans la concurrence entre les gardiennes (p. 146). Les femmes en uniforme exercent les mêmes formes de violence que leurs collègues masculins, à la grande différence qu’elles font très peu usage de leurs armes à feu en comparaison des hommes. Mais cela n’en fait pas des travailleuses passives et dociles, certaines n’hésitant pas à insulter vertement leurs confrères masculins (p. 154).

8Toutes ces analyses aboutissent à un résultat essentiel sur un débat qui dure maintenant depuis vingt ans sur la politique de destruction nationale-socialiste : celui de la place de l’idéologie dans la violence et le meurtre. Depuis la polémique entre Christopher Browning et Daniel J. Goldhagen, le poids des structures semblaient prépondérants : Browning avait montré, pour une unité de police en Pologne, l’importance des conditions « micro » dans la dynamique du meurtre. Mais avec la parution, il y a peu, d’une étude sur les enregistrements des écoutes effectuées sur des soldats de la Wehrmacht emprisonnés par les armées anglaises et américaines (Soldats de S. Neitzel et H. Weltzer, 2012), l’idéologie semblait jouer un rôle bien plus important dans les formes de violence. Elissa Mailänder livre un résultat sans appel : l’idéologie nationale-socialiste n’explique pas l’entièreté de la violence (p. 70). Les gardiennes travaillaient dans ces camps pour des raisons personnelles et pécuniaires ; la violence était intégrée dans une notion plus générale de travail ; les spirales de cruauté provenaient, pour beaucoup, d’une volonté de conformisme avec le groupe (p. 229). On retrouve, ici, les mêmes logiques que celles isolées par Browning par rapport au 101ème bataillon de police : le contexte de guerre, le territoire de l’Est comme une zone de relégation et surtout le poids du groupe dans les dynamiques de destruction sont patentes.

9Elissa Mailänder, si elle passe parfois rapidement sur la spécificité de ses sources principales – des entretiens très postérieurs faits dans le cadre de procès – livre une analyse appelée à devenir classique, bien au-delà de la seule histoire du nazisme, pour abonder à une histoire plus générale de la violence.

Top of page

References

Electronic reference

Nicolas Patin, « Elissa Mailänder, Female SS Guards and workaday violence. The Majdanek Concentration Camp, 1942-1944, translated by Patricia Szobar », Genre & Histoire [Online], 18 | Automne 2016, Online since 01 January 2017, connection on 24 June 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2628

Top of page

About the author

Nicolas Patin

Top of page