Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisir à Paris au XIXe siècle

Paris, Vendémiaire, 2015, 256 p.
Christine Machiels
Référence(s) :

Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisir à Paris au XIXsiècle, Paris, Vendémiaire, 2015, 256 p.

Texte intégral

1Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisir à Paris au XIXsiècle, est le premier livre de l’historienne Lola Gonzalez-Quijano, issu de sa thèse de doctorat soutenue en 2012 à Paris (EHESS), en cotutelle avec l’Università degli Studi di Napoli « L’Orientale ». À partir des archives de la Préfecture de Police de Paris, d’un corpus de romans, de journaux, et de mémoires, l’auteure décrit l’évolution des pratiques prostitutionnelles dans le « Paris moderne » du Second Empire, puis de la Troisième République. L’étude de Lola Gonzalez-Quijano, centrée sur Paris, fait apparaître les liens entre l’évolution de la sensibilité des hommes de la bourgeoisie à l’égard de l’amour vénal au XIXsiècle, décrits notamment par l’historien Alain Corbin dans Les filles de Noces (1978), et les transformations conjointes de la prostitution, de la ville et des loisirs.

2L’historienne a choisi de publier les résultats de sa recherche sous le format d’un état des lieux, décomposé en 10 courts chapitres, visant à décrire les horaires, les espaces et les formes d’une prostitution bourgeoise, au-delà même de la prostitution autorisée, réglementée qui fait débat depuis la fin du XIXe siècle. L’ouvrage tend à démontrer que le déclin des maisons closes, piliers du système réglementariste, observé au cours de la période étudiée, n’est pas tant lié à l’évolution des désirs masculins qu’au remodèlement global de l’espace urbain. Si la finesse des descriptions, résultant du croisement de sources issues de registres différents (sources policières, littéraires) fait incontestablement la force de l’approche, le lecteur reste dans l’attente d’une prise de distance plus explicite de l’auteure à l’égard, par exemple, de l’archive de la police, cet acteur de l’aménagement de la ville dans sa fonction de régulations sociales, spécialement quand la source révèle des témoignages de première main, comme cette lettre d’une certaine Marie, adressée en 1902 au préfet, qui, dénonçant l’arbitraire policier demande « quon soye un peu juste » (extrait cité p. 85). Au vu de la richesse et de la complexité des sources, on peut en effet regretter que l’auteure ne nous donne pas accès aux coulisses méthodologiques de la recherche, d’autant plus qu’elle s’inscrit de manière inédite dans l’historiographie contemporaine, plutôt florissante, sur l’histoire des sexualités.

3Originale, cette étude l’est principalement à un double titre. Premièrement, l’auteure fait de la géographie urbaine la clé de compréhension des métamorphoses qui touchent le monde prostitutionnel au XIXe siècle. Les travaux haussmanniens, qui entraînent le remaniement, voire l’abandon de nombreuses voies, provoquent une disparition massive des lieux traditionnels de la prostitution parisienne, hérités du Moyen-âge, dans le centre de la capitale. L’auteure décrit, par exemple, comment la prostitution de rue se redéploie selon la ségrégation sociospatiale qui touche Paris, suivant la clientèle plus populaire dans les quartiers périphériques de la ville ou les rues du centre épargnés par les transformations urbaines. Quant à la traditionnelle maison close, elle est progressivement délaissée par les bourgeois, au profit d’une réorganisation des formes et des lieux de prostitution dans la ville. Les modifications dans l’aménagement urbain suscitent en effet chez les habitants « une nouvelle façon de vivre la ville, et de la consommer » (D. Harvey, cité p. 6), autrement dit un rapport inédit à l’espace public et aux rythmes de loisirs, qui implique de nouvelles formes de sociabilités bourgeoises et masculines.

4En second lieu, l’étude des zones géographiques de la prostitution fait apparaître en creux une « géographie morale » de la ville. L’auteure montre bien comment la prostitution est intégrée au tissu urbain de la capitale, étudié comme un « espace vécu », avec ses violences et ses dynamiques urbaines. Désormais, les prostituées racolent, de manière tapageuse, à la fenêtre de maisons clandestines du IXe arrondissement, mais aussi elles déambulent, de jour comme de nuit, dans les galeries et les passages, sur les boulevards intérieurs et extérieurs, sous les éclairages publics, dans les jardins des Tuileries et sur les Champs Elysées, ainsi que dans les gares et les bureaux d’omnibus. À l’image du nouvel aménagement urbain, l’auteure évoque « l’haussmannisation des pratiques prostitutionnelles » pour désigner le clivage entre l’espace public (le lieu de racolage, qui coïncide avec l’espace du visible et du spectacle), et l’espace privé (l’acte se consomme à l’écart, loin des éclairages publics). La lecture des sources fait alors apparaître un monde prostitutionnel multiforme, où policiers, prostituées, cabaretiers, souteneurs et guetteurs sont présents, marqué par les corruptions policières et les violences urbaines, « qui a sa géographie propre, répond à son propre langage, est régi par ses propres codes » (p. 90). La nuit, d’autres formes prostitutionnelles colonisent aussi une multitude d’espaces de loisirs et de divertissements (cafés, restaurants, théâtres, bals publics, cafés-concerts, puis dancings, music-halls, cinémas) qui, répertoriés dans des guides touristiques, participeront à forger la réputation de Paris, largement amplifiée par la littérature, comme « capitale de la modernité et des plaisirs ».

5Omnibusardes, pontonnières, boulevardières, bitumeuses, pierreuses, rempardeuses, demoiselles du bitume, reines du trottoir, mais aussi soupeuses, filles de salle, comédiennes… Les sources policières, croisées aux sources littéraires, révèlent des formes prostitutionnelles multiples, étroitement liées à l’explosion des espaces de consommation et de divertissement qui marque le Paris hausmannien du XIXe siècle. Tout en s’inscrivant dans la continuité des travaux récents sur l’histoire des sexualités, Lola Gonzalez-Quijano apporte un regard inédit sur la prostitution et les régulations sociales qu’elle a inspiré au XIXe siècle en articulant l’évolution des formes prostitutionnelles (et l’échec des maisons closes), non pas seulement aux enjeux policier, sanitaire ou moral (les vieilles obsessions du débat), mais à des dynamiques urbaines nouvelles qui modifient les coordonnées géographiques, mais aussi sociales, de la prostitution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Machiels, « Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisir à Paris au XIXe siècle », Genre & Histoire [En ligne], 18 | Automne 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 26 février 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2625

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page