Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Louis Escudier, Les Femmes et la vigne : une histoire économique et sociale, 1850-2010

Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2016, 375 p.
Stéphane Le Bras
Référence(s) :

Jean-Louis Escudier, Les Femmes et la vigne : une histoire économique et sociale, 1850-2010, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2016, 375 p.

Texte intégral

1L’histoire viticole est un terreau fertile de la recherche contemporaine en sciences sociales. Depuis le début du XXsiècle, de nombreux travaux se sont penchés sur les modalités du marché, les structures et évolutions de tel ou tel vignoble, la dimension culturelle portée par la civilisation du vin ou la trajectoire des principaux acteurs du secteur. S’inscrivant dans cette grande tradition nationale, Jean-Louis Escudier, chargé de recherches CNRS au Laboratoire montpelliérain d’économie théorique et appliquée, propose une étude innovante et stimulante, venant combler un vide historiographique certain et remarqué, celui de la place des femmes en viticulture. Dans une approche privilégiant le temps long (plus d’un siècle et demi), l’auteur propose d’analyser le rôle et l’implication des femmes dans la filière, ainsi que leurs évolutions et leurs mutations. D’emblée, il convient de saluer le travail de synthèse réalisé par J.-L. Escudier ainsi que la qualité et la profondeur du travail de recherche. Le croisement des sources et l’approche régionale comparatiste permettent de donner du relief à une analyse des structures socio-économiques qui n’en oublie pas pour autant la dimension humaine, valorisée par des entretiens et des témoignages originaux. Cette démarche est d’autant plus remarquable que si les études de genre sont quasi absentes dans l’historiographie vitivinicole, cela s’explique en grande partie par l’absence ou la transparence des femmes dans les archives elles-mêmes. Pour combler ce déficit archivistique, il est donc nécessaire de multiplier les sources et de creuser par-delà les enquêtes statistiques pour découvrir la place des femmes dans la filière à l’époque contemporaine.

2Celle-ci se caractérise par un long effacement qui, dans les faits, s’apparente en réalité à une omniprésence discrète – ou une discrétion omniprésente. C’est là le premier enseignement que l’on peut tirer de l’ouvrage de J.-L. Escudier. En effet, au moins jusqu’à une époque très récente (années 1980), les cloisonnements genrés étaient particulièrement hermétiques dans la filière vitivinicole. Ceux-ci procèdent de plusieurs mécanismes depuis le non-salariat ou le demi-salariat au XIXe siècle jusqu’à la perpétuation de pratiques quasi uniquement féminines (la cueillette des raisins) en passant par, à l’inverse, l’exclusion de la formation professionnelle ou des considérations métaphysiques et rituelles (l’interdiction d’entrer dans les chais). Dans tous les cas, au moins jusqu’aux Trente glorieuses, les femmes dans le secteur vitivinicole restent cantonnées à une position d’inférieure voire de soumission. Elles sont pourtant indispensables à la bonne marche des opérations, tout au long d’un travail annuel qui s’avère contraignant et éreintant, dans les champs comme dans la maison. Car, comme toute activité agricole, le travail de la vigne est un travail familial, mais peut-être plus qu’ailleurs, les femmes y occupent une place primordiale dans le partage de tâches séculaires. Ainsi, au cœur des vendanges au XIXe siècle, elles sont assignées à la récolte des raisins, puis, plus tard dans l’année, au ramassage des sarments ou aux procédés de greffage. Cette question du greffage est singulièrement révélatrice car elle démontre que sans les femmes, l’opération serait impossible. En effet, elles participent activement au processus voire le promeuvent telle la girondine Caroline Soehnée dans les années 1860. Mais, dans le même temps, le travail des femmes est minoré voire déqualifié : ce sont les hommes qui sont chargés du porte-greffe et les femmes y sont présentées comme alliant de notables qualités – la précision – mais d’importants et récurrents défauts – le bavardage – tandis que leur travail est mal et peu rémunéré.

3Le XXsiècle (et son prolongement jusqu’aux années 2000) voit toutefois la situation se transformer et des mutations poindre, peu à peu, transformant le visage de la cellule exploitante. En ce sens, la Première Guerre mondiale marque une première rupture, en grande partie par l’implication des femmes de mobilisés dans le soutien forcené et vital qu’elles ont assuré à l’économie française par leur dépassement de fonction. Si les conséquences ne furent pas toutes positives, il n’en demeure pas moins que durant l’entre-deux-guerres, la situation évolue. Bien que la vision stéréotypée de la femme en viticulture soit toujours très marquée (comme en témoignent les festivités viticoles telles les Fêtes du vin dans les années 1930), on porte un plus grand intérêt au salariat féminin dans les enquêtes ou dans le domaine de la protection sociale. Les inégalités restent tout de même la norme, le savoir-faire féminin – pourtant incontestable – n’étant reconnu que dans la sphère domestique. La période suivante est tout autant erratique. On y relève des avancées notables, mais par à-coups, rendant un tableau impressionniste évanescent des avancées de la condition féminine dans les vignes et autour : si la partition des travaux est légèrement remise en cause dans certains endroits et qu’un rattrapage salarial s’opère peu à peu, les femmes restent largement sous-estimées en termes de reconnaissance du travail effectué ou du type d’emploi. Ainsi, alors que celle-ci s’opère à grands frais et massivement, la mécanisation des années 1950-60 est avant tout une histoire d’hommes ; les femmes n’étant pas considérées aptes à maîtriser les nouvelles technologies. Surtout, l’épouse reste dans une situation particulièrement précaire : sans salaire, assignée à une multiplicité de tâches subalternes à l’extérieur et cruciales à l’intérieur, elle subit encore une relation conjugale asymétrique pendant les Trente glorieuses, identique – ou presque – au siècle précédent. Il faut concrètement attendre l’extrême fin du XXe siècle pour voir, dans un contexte de prise en considération des revendications féministes et syndicales, la situation notablement évoluer. La sectorisation genrée des tâches faiblit tandis qu’apparaissent puis se multiplient les femmes chefs d’exploitations, porteuses d’identités et d’approches nouvelles et singulières – ce qui, à notre avis, tend toutefois à perpétuer une approche genrée de la filière. En effet, en continuant à toujours donner aux femmes une place à part, on peut se demander s’il ne s’agit pas là d’une persistance de « l’éternel féminin », ces vigneronnes étant souvent louées pour leur sensibilité et leur capacité à mieux envisager les émotions transmises par le vin. À un autre niveau, celui des employées, la situation reste fragile. Les avancées sont certaines, mais les grilles de lecture stéréotypées sont toujours aussi fortes, faisant persister la répartition genrée et les appréhensions à prendre les travailleuses pour un travailleur comme un autre.

4Au total, en s’appuyant sur des analyses fines et approfondies, J.-L. Escudier se livre à une enquête passionnante et riche en renouvellement des apports à l’histoire socio-économique de la viticulture française. On peut regretter que d’autres métiers ne soient pas abordés (même succinctement, pour les intermédiaires de commercialisation par exemple) tandis que la dimension comparatiste, si elle est réelle, se limite à une présentation des situations dans les différentes régions sans qu’il n’y ait de vraie réflexion sur les connexions entre ces régions et la circulation des idées ou des pratiques par exemple. Une analyse sérielle et systémique des stratégies matrimoniales aurait également été la bienvenue, tant celles-ci sont fondamentales dans le cadre de la gestion du capital et de l’exploitation. Mais ce ne sont là que des réserves infiniment mineures devant un travail d’une qualité rédactionnelle et d’interprétation rare, qui épuise le sujet et qui, ouvrant de nombreuses perspectives de recherche et de dialogue, s’avérera comme un ouvrage incontournable et fondateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Le Bras, « Jean-Louis Escudier, Les Femmes et la vigne : une histoire économique et sociale, 1850-2010 », Genre & Histoire [En ligne], 18 | Automne 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2622

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page