Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Caroline Fayolle et Laurent Colantonio (coord.), Genre et utopie. Avec Michèle Riot-Sarcey

Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 2014, 403 p.
Isabelle Matamoros
Référence(s) :

Genre et utopie. Avec Michèle Riot-Sarcey, coordonné par Caroline Fayolle et Laurent Colantonio, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 2014, 403 p.

Texte intégral

1Genre et utopie. Les coordinateur.rices de cet ouvrage, hommage à l’historienne Michèle Riot-Sarcey, auraient pu accoler bien d’autres termes à son titre, Démocratie, Discontinuités, Engagement, autant de points nodaux de la réflexion historienne de Michèle Riot-Sarcey. D’ailleurs, les quatre parties de l’ouvrage s’articulent autour de ces notions phares de son œuvre. Elles mélangent des contributions originales et des témoignages de collègues, doctorant.es, ami.es et, comme dans tout mélange, on est d’abord surpris par l’hétérogénéité des contributions. Mais à la lecture globale de l’ouvrage, celles-ci forment un ensemble cohérent qui permet de retracer le cheminement d’une pensée rigoureuse, parfois difficile à appréhender, comme le rappelle Laurent Colantonio dans l’entretien conclusif (p. 389-390), et la trajectoire d’une historienne engagée dans la cité, deux facettes du métier de chercheur.e que Michèle Riot-Sarcey a toujours pensées comme indissociables. Sa contribution en 2005 à la création du Comité de Vigilance pour les Usages publics de l’Histoire, dont Nicolas Offenstadt retrace la genèse sur le mode d’une enquête historique, le rappelle (p. 333-347) : il s’agit bien, dans les travaux de Michèle Riot-Sarcey, de réaffirmer que le présent ne peut se comprendre qu’au prisme de l’histoire.

2Une pensée exigeante donc. Car les travaux de Michèle Riot-Sarcey se nourrissent d’une réflexion sur les concepts utilisés par l’historien.ne, et saisis dans leur historicité. Elle n’élabore pas dans ce sens une histoire des idées, surplombante et désincarnée, mais bien celle des individus qui s’en saisissent, à un moment donné, pour faire irruption dans l’histoire. Et si, dans cet ouvrage, la contribution d’Irving Wolfarth (p. 91-155) rappelle le legs important de la pensée de Walter Benjamin dans cette manière de penser l’histoire, les autres s’attachent à mettre en application ce mot d’ordre exigeant. Par conséquent, l’un des fils directeurs des contributions se déroule autour de la question des traces que laissent les anonymes, les dominé.es de l’histoire, et qui ont été oubliées ou rendues invisibles par les discours dominants. C’est bien cela qu’il faut retenir des parties sur l’ « Utopie » (II) et sur la « Révolution » (III) : contre une histoire trop souvent attachée à ce qui est advenu et connu, restituant la vision progressiste des vainqueurs, il faut rechercher du côté du non-advenu et du souterrain. D’où l’attention majeure portée à l’événement et aux processus révolutionnaires, pensés comme autant de discontinuités qui ouvrent, même brièvement, la porte des possibles pour les dominé.es.

3La partie sur le « Genre » (I) ouvre logiquement l’ouvrage. Nicole Edelman rappelle de fait la contribution de Michèle Riot-Sarcey, aux côtés d’Eleni Varikas et de Christine Planté, à l’introduction du concept en France. Ensemble, elles publièrent en 1988 dans les cahiers du GRIF l’article de Joan Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », devenu depuis un article de référence dans les études sur le genre (p. 84). Les contributions de Jean-Claude Caron, Christine Planté et Eric Aunoble posent une question similaire : comment le genre est-il construit par les détenteurs du pouvoir ? Par quel moyen restituer leur part d’existence, de réalité, d’action, à des inconnues, des femmes qui ne seront jamais : « des figures majeures de l’histoire » (p. 17) ? Jean-Claude Caron propose donc de redonner vie à une de ces oubliées de l’histoire, Lise de Foy, notable libérale sous la Restauration. Aujourd’hui, elle n’existe presque plus pour les historien.nes qu’à travers le portrait qu’en dresse son mari, général et député, dans son journal intime. L’analyse qu’en fait l’auteur montre la situation paradoxale de nombreuses femmes au début du XIXsiècle : sans jamais déroger aux règles de la respectabilité, sans chercher à se rendre visible – elle ne publie rien, ne tient pas salon, deux formes de publicité dont se saisissent les femmes à cette époque-, sans contester le dogme du familialisme qui fait de la femme une compagne de son mari sur un mode mineur, elle existe pourtant bel et bien en tant qu’individu au sein de son intimité de couple et dans l’espace privé de son foyer. Car, bien qu’il ne lui reconnaisse pas de statut politique dans la cité, son mari voit en elle une « partenaire politique », elle qui lui relit ses discours politiques, qui assiste à ses séances à la Chambre des Députés et commente ses prestations. Bien sûr, cette influence est limitée et son mari n’imagine pas pour elle une existence politique dans la cité ; mais pourtant, par cette association et par l’affirmation de ses propres opinions – son attachement à Bonaparte, son refus d’élever ses enfants dans la religion catholique – elle s’arroge une part réelle de pouvoir politique (p. 30) en parvenant à se glisser dans les interstices des normes. On retrouve bien ici tout le programme dressé par Michèle Riot-Sarcey dans De la différence des sexes en histoire, visant à restituer leur part d’individualité à des identités féminines enserrées dans des normes de genre.

4L’exercice proposé par Christine Planté adopte quant à lui une perspective plus originale : elle part à la recherche de Judith Shakespeare, la sœur de William, personnage ayant bien existé mais connu essentiellement par le biais de son histoire fictive racontée par Virginia Woolf dans Une Chambre à soi. De là, elle s’interroge sur les liens entre histoire et fiction : comment l’histoire surgit-elle dans la fiction ? Comment, surtout, la fiction parvient-elle à « corriger » l’histoire quand celle-ci fait défaut (p. 47) ? Virginia Woolf, rappelle l’auteure, aurait eu bien des difficultés à écrire l’histoire « véridique » de Judith Shakespeare, connue certes des spécialistes mais qui n’a laissé que peu de traces, traces qu’en plus la position d’extériorité de Virginia Woolf par rapport à la communauté scientifique de son temps – une femme dans l’Angleterre des années 1920 – rendait difficilement accessibles. Virginia Woolf choisit alors de faire de Judith une héroïne qui devient l’incarnation de la création féminine étouffée. En remontant le fil des occurrences de Judith Shakespeare dans l’histoire et la littérature, et en croisant son propos avec ses recherches sur les écrivaines dans la première moitié du XIXsiècle, Christine Planté interroge alors le rapport entre sources, faits, récit et vérité (p. 45), au cœur de l’écriture de l’histoire des femmes, affirme-t-elle, puisque dans ce cas précis les faits sont bien difficiles à rassembler.

5La littérature au secours de l’histoire : c’est bien ce qui guide les deux autres contributions, et qui répond au vœu de Michèle Riot-Sarcey (p. 393). Louis Hincker, en posant la question : « s’aime-t-on différemment en 1848 ? » (p. 40), fait un détour par l’Education sentimentale de Flaubert, pour ouvrir des pistes de réflexion vers une difficile histoire des sentiments. Au-delà de la vision caricaturale laissée par les contemporains de l’événement, entre fêtes orgiaques et immoralité supposée des révolutionnaires, il lit surtout dans l’œuvre de Flaubert la fin d’une époque marquée par le sentimentalisme, où l’idée d’amour importait davantage que son ressenti. Enfin, Eric Aunoble utilise deux romans de l’auteur ukrainien Mykola Khvylovy dans lesquels : « l’engagement [de l’héroïne] apparaît comme une garantie existentielle, gagnée au prix de la dépendance vis-à-vis du parti » (p. 80) pour les rapprocher des parcours de militantes communistes durant la révolution bolchevique et la guerre civile ukrainienne qui s’en est suivie. Bien qu’on ait conservé d’elles des récits autobiographiques suscités par le parti, ces sources sont lacunaires et bridées par le contexte exceptionnel de leur production. L’auteur se sert alors de la littérature comme point d’accroche pour interroger le sens de leur engagement, de leur attachement au parti, et la violence de genre qui se déploie en temps de guerre.

6Michèle Riot-Sarcey est une historienne du XIXsiècle. L’essentiel des contributions porte donc sur ce terrain privilégié. Mais la portée de ses recherches ne s’y cantonne pas : profondément interdisciplinaires, elles regardent du côté des études littéraires et de la philosophie ; et les spécialistes d’autres périodes historiques, comme le rappelle Claudia Moatti, peuvent s’en saisir sans craindre l’anachronisme (p. 329). C’est la fécondité d’un usage critique des concepts, c’est ce qui fait alors œuvre, et que démontrent l’ensemble des contributions réunies dans cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Matamoros, « Caroline Fayolle et Laurent Colantonio (coord.), Genre et utopie. Avec Michèle Riot-Sarcey », Genre & Histoire [En ligne], 18 | Automne 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 22 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2618

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page