Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sylvie Aprile, Maryla Laurent, Janine Ponty, avec une préparation documentaire de Elżbieta Łątka et Monika Salmon-Siama, Polonaises aux champs. Lettres de femmes immigrées dans les campagnes françaises, 1930-1935

Paris, Numilog, 2015, 282 p.
Nicole Fouché
Référence(s) :

Sylvie Aprile, Maryla Laurent, Janine Ponty, avec une préparation documentaire de Elżbieta Łątka et Monika Salmon-Siama, Polonaises aux champs. Lettres de femmes immigrées dans les campagnes françaises, 1930-1935, Paris, Numilog, 2015, 282 p.

Texte intégral

  • 1 AD. Indre-et-Loire, 10 M 117 à 10 M 124.

1Le cœur de cet ouvrage est constitué par la traduction française de 130 lettres (rédigées en polonais), choisies dans un corpus de 1 300. Leurs auteures étaient de jeunes immigrantes polonaises employées comme bonnes dans des exploitations rurales du département d’Indre-et-Loire, au début des années 19301.

2À l’heure actuelle, l’emploi de la correspondance en histoire des migrations est fréquente, mais il s’agit souvent de missives adressées à la famille demeurée au pays où l’immigré.e veut rassurer les siens sur son sort. Ici, rien de tel. Nous sommes là en pleine problématique du genre en migration : seules des femmes écrivent sur leurs conditions de vie de femmes immigrées. La situation n’est pas enjolivée, tout au contraire. Pour secourir les femmes polonaises migrantes, dispersées dans les campagnes françaises, l’Office polonais d’émigration a, entre 1928 et 1935, lutté pour la mise en place, dans chaque département français d’immigration de femmes polonaises, d’un Comité d’aide et de protection, avec, à sa tête, une inspectrice parlant polonais, susceptible de se déplacer pour visiter les immigrées. Dans ce rôle qu’elle prend très au sérieux, Julie Duval, inspectrice en Indre-et-Loire, reçoit par courrier postal les témoignages que ces jeunes filles livrent sur leurs conditions d’existence. Rien de bien glorieux ni de bien reluisant au fin fond des campagnes françaises ! Froid, faim, manque de soins, insolvabilité des patrons pauvres, insalubrité, surmenage, menaces, harcèlement, vols, violences de toutes sortes y compris mentales, isolement, privation de réconfort religieux, sévices corporels, viols, grossesses non désirées, abandons d’enfants, infanticide, désespoir, effondrement : voici le type de problèmes extrêmement graves que Julie Duval et ses protégées doivent affronter. Celles qui ont été recrutées dans des familles plus favorisées (et, il y en a) n’écrivent pas à leur inspectrice. On ne peut donc pas généraliser sur les Polonaises aux champs, en France, à partir de ce fonds, mais il est clair que « la » Polonaise est, dans cette région rurale, une main-d’œuvre et un parti avantageux pour la poussière de petits propriétaires terriens qui pratiquent la polyculture et en vivent péniblement.

3Ce que ces femmes vivent n’est pas facile à dire : de plus, elles parlent un polonais dialectal et écrivent mal, n’ayant été que peu scolarisées dans leur enfance. À l’arrivée, elles ne savent rien de la langue française. Leurs efforts pour se faire entendre et comprendre sont pathétiques. L’isolement social et culturel de ces immigrées est impressionnant. Leurs régions d’origine comptent parmi les plus pauvres de Pologne (villages des voïvodies de Lwów, Cracovie, Kalisz, plus rarement de Wilno). Elles subissent, en tant que personnes, une triple domination : économique, culturelle et sexuelle. Leur unique recours, c’est Julie Duval. Celle-ci fait le maximum pour limiter les dommages mais, paradoxalement, elle est souvent appelée à l’aide par ces malheureuses pour faire venir auprès d’elles, depuis la Pologne dont la situation économique est désastreuse, une sœur, une amie, une proche. Elles espèrent ainsi – peut-être – retisser du lien familial ou social.

  • 2 Philippe Rygiel (dir.), Politique et administration du genre en migration. Mondes atlantiques, XIXe(...)

4Les efforts des auteures du livre pour reconstituer la biographie de Julie Duval ont porté leurs fruits. Julia Lachowicz était née à Lwów (capitale de la Galicie orientale) dans une famille de l’intelligentsia polonaise. Elle reçut une éducation soignée, étudia d’abord au Collège des sœurs du Sacré-Cœur de sa ville. L’enseignement, entièrement en français, y était excellent. Ensuite, à l’École industrielle nationale, elle s’exerça au dessin d’architecture. Puis, nous la retrouvons à Paris, à la Sorbonne, préparant un certificat d’études françaises, puis de nouveau en Pologne, mais cette fois avec son mari français, Maurice Duval, dont elle a pris la nationalité. De retour en France en 1914, parfaitement bilingue, elle réussit le diplôme d’infirmière de la Croix-Rouge française (Association des Dames de France). Après la Grande Guerre, on la suit à Rabat, puis de nouveau à Paris où elle entre, à 55 ans (sur dérogation) à l’École des surintendantes d’usine qui, depuis 1917, forme les femmes au travail social, en France. Et c’est ainsi que l’Indre-et-Loire, Tours plus précisément, devient sa destinée pour quelques années, au service d’une cause qu’elle sert avec une grande fermeté et une grande technicité, acquises sur les bancs de l’École des surintendantes. Sa pratique des deux langues et sa connaissance de la Pologne font d’elle une inspectrice très attentive, mais Julie Duval dispose de peu de moyens pour changer radicalement la condition des immigrées polonaises. Sa fonction et sa gestion nous renseignent sur les timides politiques publiques migratoires genrées, conçues et mises en place, en concertation, par le pays d’origine et par le pays d’accueil au cours des années vingt et trente2.

  • 3 Sylvie Aprile et Maryla Laurent sont professeures à l’université Lille-III, la première en histoire (...)

5Cet ouvrage est le produit très réussi d’une collaboration de professionnelles – historiennes et littéraires – spécialistes de la Pologne, de l’immigration et de la langue polonaise3. Cette approche plurielle permet d’aborder scientifiquement les nombreux problèmes que posent les sources : la problématisation historiographique, la contextualisation historique (au plus près du sujet, en France comme en Pologne), la recherche biographique, les questions de langue, de traduction, d’équivalence et de culture. De nombreuses photos et des reproductions de documents illustrent ce texte, faisant place à une réalité sensible.

6Le cadre posé, on peut lire, en toute clarté, les 130 missives sélectionnées et constater les effets fructueux de cette lecture sur notre connaissance de la migration des femmes polonaises, en milieu rural, en France, dans les années trente. Le livre s’achève alors qu’elles sont placées devant un choix : demeurer en France, rentrer en Pologne ou partir ailleurs.

Haut de page

Notes

1 AD. Indre-et-Loire, 10 M 117 à 10 M 124.

2 Philippe Rygiel (dir.), Politique et administration du genre en migration. Mondes atlantiques, XIXe-XXe siècles, Paris, Publibook, 2011, 247 p.

3 Sylvie Aprile et Maryla Laurent sont professeures à l’université Lille-III, la première en histoire contemporaine, la seconde en langue et littérature polonaises. Historienne également, professeure des Universités, Janine Ponty a exercé à l’université de Besançon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Fouché, « Sylvie Aprile, Maryla Laurent, Janine Ponty, avec une préparation documentaire de Elżbieta Łątka et Monika Salmon-Siama, Polonaises aux champs. Lettres de femmes immigrées dans les campagnes françaises, 1930-1935 », Genre & Histoire [En ligne], 18 | Automne 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2611

Haut de page

Auteur

Nicole Fouché

CNRS/Céna-EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page