Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

G. Alfani, V. Gourdon, I. Robin (dir.), Le parrainage en Europe et en Amérique. Pratiques de longue durée (XVIe-XXIe siècle)

Bruxelles, Peter Lang, 2015, 487 p.
Anita Guerreau-Jalabert
Bibliographical reference

G. Alfani, V. Gourdon, I. Robin (dir.), Le parrainage en Europe et en Amérique. Pratiques de longue durée (XVIe-XXIe siècle), Bruxelles, Peter Lang, 2015, 487 p.

Full text

1Ce volume est lié au réseau Patrinus, qui rassemble des chercheurs travaillant sur les pratiques du baptême et du parrainage entre le XVIsiècle et l’époque contemporaine. Sur un sujet qui semblait concerner essentiellement le catholicisme, l’apport original de ces chercheurs réside dans une approche large du phénomène, qui englobe les pays de tradition protestante et le monde orthodoxe, ce dernier étant toutefois ici très marginalement représenté.

2En Occident, le parrainage accompagne, au VIe siècle, la généralisation du pédobaptisme. Des adultes choisis dans la communauté sont chargés de présenter l’enfant au baptême, de s’engager à sa place et de veiller à son éducation chrétienne. La distinction entre parents et parrains met en scène la dissociation entre naissance et parenté « charnelles », marquées par le péché, et naissance et parenté « spirituelles », qui font du baptisé un enfant de Dieu et de l’Église. Il s’agit à la fois d’un rite de salut individuel et d’un rite d’entrée dans la société, alors pensée comme ecclesia. Un système de prohibitions matrimoniales, élaboré en deux siècles, intègre pleinement les relations nouées au baptême (entre parrains et filleuls, entre géniteurs et parrains) dans l’ensemble des relations de parenté. Au Moyen Âge, au-delà des prescriptions ecclésiastiques, la parenté baptismale correspond à un système de relations très valorisé, et amplement utilisé par les laïcs pour tisser et renforcer les liens sociaux. Ce qui peut s’expliquer notamment par la conformité de ces relations au modèle dominant dans les conceptions sociales (ecclesia et caritas), et par la souplesse des liens ainsi noués : contrairement à la consanguinité et à l’alliance, ils n’impliquent pas de circulation de biens matériels ; il s’agit en quelque sorte d’un rapport social « pur », fortement étayé par son inscription dans le registre sacré.

3Les époques moderne et contemporaine ont apporté quelques transformations. La critique théologique des penseurs réformés aboutit à la suppression des prohibitions matrimoniales, mais le parrainage s’est maintenu de manière vigoureuse, probablement par la volonté de populations fortement attachées à cette pratique sociale. Chez les catholiques, le concile de Trente a imposé une limitation du nombre des parrains et marraines (un ou deux), il a conservé les prohibitions, mais en les réduisant un peu. En 1917, le code de droit canon les a encore restreintes avant de les abandonner totalement en 1983, ce qui conduit à une situation comparable à celle des églises réformées. Du point de vue de la documentation, la généralisation des registres paroissiaux permet, même si la tâche est compliquée, de reconstituer plus précisément la mise en œuvre du parrainage.

4À partir d’un ensemble de cas localisés, les auteurs proposent des observations sur divers aspects et notent diverses évolutions. Pour le nombre des parrains, le concile de Trente marque un changement réel et assez rapide : le modèle du couple parrain/marraine s’impose largement, même si le mono-parrainage n’est pas inconnu. De manière paradoxale, le recours à un nombre plus élevé de parrains, connu à la fin du Moyen Âge, subsiste chez les réformés. À la fin de la période moderne s’amorce une autre évolution, indépendante des normes ecclésiastiques : les parrains sont de plus en plus choisis dans la parenté et non plus au dehors. Certains auteurs semblent lier à ce phénomène l’instauration d’un modèle de liens socialement plus égalitaires entre les parents et les parrains ; toutefois dans les temps antérieurs, le parrainage articule des liens égalitaires tout autant que des liens hiérarchiques.

5En fait, le parrainage se caractérise, tout au long de son histoire, par une grande variabilité des pratiques et des choix, acceptée et même avalisée par les Églises. Cette variabilité se manifeste notamment dans le domaine du genre. En raison de la forte valeur sociale impartie à ces relations, il est tentant de chercher des indices sur une structuration des pratiques par le genre ; la plupart des auteurs s’y sont essayé, mais leurs observations semblent avoir une valeur essentiellement ponctuelle.

6Il existe peu de liens directs entre le sexe de l’enfant et la sélection des parrains et marraines : le baptême suivant de près la naissance, les choix sont sans doute antérieurs, même si l’on peut imaginer des ajustements de dernière minute, notamment pour les parrainages ternaires (deux parrains et une marraine pour un garçon, deux marraines et un parrain pour une fille), préconisés avant le concile de Trente ; ce dernier élimine la question en favorisant le modèle du couple parrain/marraine. Les choix paraissent donc dictés d’abord par la volonté des parents et des parrains et marraines potentiels de créer ou renforcer un lien de voisinage, de profession, ou de parenté. Or aucune règle dominante ne semble ressortir de données réunies dans ce volume.

7Dans le cas des couples parrain/marraine, on peut faire l’hypothèse d’un écart de niveau social entre hommes et femmes, mais les registres paroissiaux sont difficiles à utiliser en ce sens, et l’on n’a pas d’indice sur l’existence générale d’un tel écart.
Le monoparrainage est plutôt une rareté et il donne parfois une prééminence aux hommes ; toutefois, à Teramo (Italie), où il se pratique de manière presque exclusive dans la longue durée, les accoucheuses remplacent progressivement les parrains à partir de la fin du XVIIsiècle ; l’argument d’une crise démographique proposé pour rendre compte de ce phénomène est peu étayé. La prééminence du « marrainage » en Galice au XVIIsiècle semble en revanche correspondre à une période de forte émigration masculine. La faveur dont jouissent les prêtres en certains lieux introduit un biais de masculinité qui peut parfois être compensé par le choix préférentiel de femmes appartenant à l’entourage des prêtres. Alors que la règle ecclésiastique, pas toujours strictement respectée, veut que l’on ne puisse parrainer qu’après la confirmation, quelques données semblent indiquer que les femmes commencent leur « carrière » de marraine un peu avant le mariage et la continuent pendant leur période de fécondité, cependant que les hommes deviendraient parrains plutôt après leur mariage.

8En définitive, cet ensemble d’analyses ponctuelles montre que l’on a affaire à de multiples variations dans la synchronie comme dans la diachronie, sans que se manifeste de véritable tendance générale, hormis peut-être pour le passage au parrainage intrafamilial. Tous les auteurs apportent à leurs observations des explications d’ordre local et conjoncturel. Mais il faut très probablement voir un caractère structurel dans ce que les éditeurs du volume appellent la « malléabilité » du parrainage. Cette forme de relations laisse, dès ses origines, des libertés de choix importantes, d’ordre local et/ou d’ordre individuel. Et c’est aussi ce qui a fait son succès dans la longue durée.

Top of page

References

Electronic reference

Anita Guerreau-Jalabert, « G. Alfani, V. Gourdon, I. Robin (dir.), Le parrainage en Europe et en Amérique. Pratiques de longue durée (XVIe-XXIe siècle) », Genre & Histoire [Online], 18 | Automne 2016, Online since 01 January 2017, connection on 28 June 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2606

Top of page