Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Azzurra Tafuro, “Madri di molte patrie”. Usages et représentations de la figure maternelle dans les cultures politique du XIXe siècle (Italie-France, 1850-1870)

Thèse d’histoire, ENS(Pise)-EPHE, sous la codirection de Daniele Menozzi et Gilles Pécout, soutenue le 23 avril 2015
Référence(s) :

Azzurra Tafuro, “Madri di molte patrie”. Usages et représentations de la figure maternelle dans les cultures politique du XIXe siècle (Italie-France, 1850-1870), thèse d’histoire, ENS(Pise)-EPHE, sous la codirection de Daniele Menozzi et Gilles Pécout, soutenue le 23 avril 2015.

Notes de l’auteur

La thèse a reçu le second prix du Premio Franca Pieroni Bortolotti 2015, décerné par la Società Italiana delle Storiche (prix de publication).

Texte intégral

1Menée au croisement de l’histoire du politique, du fait religieux et des femmes, cette thèse se propose d’analyser l’utilisation et les représentations de la figure maternelle dans les cultures politiques italiennes et françaises du XIXe siècle. L’examen accorde un intérêt particulier à deux objets : d’un côté, le réseau de relations nouées autour de la patriote milanaise Laura Solera Mantegazza (1813-1873), proche de la démocratie radicale ; de l’autre, l’Archiconfrérie des Mères Chrétiennes, institution émanant du catholicisme intransigeant français. Politiquement opposés, ces « groupes » se rencontrèrent pourtant dans l’élaboration d’une figure maternelle engagée dans une même mission éducative et sociale. Radicaux et intransigeants catholiques identifiaient comme trait spécifique de la maternité non pas la procréation mais la capacité d’éducation : de cette façon, toutes les femmes pouvaient être mères et éduquer la société entière, pas seulement les enfants. Cette commune interprétation contribua à un processus de changement du modèle maternel, qui se diffusa dans la sphère publique, acquit une très grande autorité et se concrétisa en de nouvelles missions politiques.

2Ainsi, entre 1850 et 1870, le groupe de Solera fonda à Milan trois instituts, qui jouèrent un rôle fondamental dans la philanthropie italienne : le Pio istituto di maternità per i bambini lattanti e slattati (Pieux institut de maternité pour les nourrissons et les enfants sevrés), la Società di mutuo soccorso delle operaje (Société de secours mutuel des ouvrières) et la Scuola Professionale Femminile (École Professionnelle Féminine). Ces institutions se vouèrent, à différents titres, au secours et à l’instruction des travailleuses et furent en même temps un outil pour accomplir une action nationale, à grande échelle.

3Les femmes du réseau de relations coordonné par Laura Solera apprirent aux travailleuses à devenir des « bonnes mères italiennes », capables de s’occuper de leurs enfants, de les éduquer comme citoyens et de les sacrifier pour l’unification nationale.

4À cette fin, le groupe imposa aux ouvrières une figure maternelle chargée de nouveaux devoirs envers l’enfant et la nation ; parmi eux, l’allaitement était considéré comme le plus important ; investi d’une valence politique, il devint pour les femmes des élites sociales un témoignage de leur adhésion au mouvement national. Par ailleurs, les ouvrières furent associées au soutien du volontariat « rouge ».

5Quant à l’Archiconfrérie des Mères Chrétiennes, elle fut fondée en 1850 par Louise Josson (1803-1883) et placée sous la direction spirituelle de l’abbé Théodore Ratisbonne (1802-1884), un juif converti au catholicisme. Elle se développa rapidement en France et, en quelques années, se répandit en Europe et particulièrement en Italie, sous le nom des Pie Unioni delle Madri Cristiane (Pieuses Unions des Mères Chrétiennes). L’association fut un espace de formation et de coordination d’une action politique féminine contre-révolutionnaire et antimoderne. Dès les débuts de l’activité de l’Archiconfrérie, la conversion fut établie comme l’élément principal de la mobilisation politique des Mères Chrétiennes. Dans cette perspective, déterminées à instaurer une société “authentiquement chrétienne”, les Mères agirent sur plusieurs fronts : dans la patrie, elles convertirent les pères, les fils et les maris éloignés de la foi et de l’Église ; en même temps, en Italie et en France, elles défendirent les droits du pontife et du Saint-Siège, en soutenant politiquement et économiquement le volontariat « blanc ». Dans les colonies et surtout en Algérie, elles appuyèrent le projet de conversion de Mgr Lavigerie, en finançant la construction d’orphelinats pour les enfants musulmans.

6L’analyse approfondie de ces deux réseaux et des institutions qui en émanaient permet de souligner les divergences et les affinités entre deux archétypes de figures maternelles. Bien qu’inscrits dans des projets politiques et idéologiques opposés, les deux modèles furent utilisés pour diffuser les idées de nation et de communauté telles que ces deux groupes les définissaient.

7Comme mères du peuple italien, les démocrates se focalisèrent sur la nationalisation des ouvrières, en les formant comme mères vertueuses et attentives aux enfants, futurs citoyens de la nation italienne. Les Mères Chrétiennes aussi, comme mères de la nation chrétienne, s’efforcèrent d’ajouter des nouveaux membres (les enfants kabyles) ou de récupérer les hommes des leurs familles et de leur entourage - qui s’étaient éloignés des la foi et de la défense des droits de l’Église.

8Les deux groupes s’engagèrent dans une même défense active de leur rôle politique, soutenant le volontariat armé et proposant aux femmes de la classe ouvrière un modèle de maternité moins actif et moins engagé que celui des élites.

9Cette nouvelle figure maternelle constitua un important vecteur de participation politique pour les Italiennes et les Françaises, sans favoriser pour autant la conquête des droits civils et politiques. Considérées symboliquement comme les mères de leur nation respective, elles n’étaient pas encore reconnues comme de véritables citoyennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Azzurra Tafuro, “Madri di molte patrie”. Usages et représentations de la figure maternelle dans les cultures politique du XIXe siècle (Italie-France, 1850-1870) », Genre & Histoire [En ligne], 18 | Automne 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 23 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2601

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page