Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

Estelle Freyermuth, L'éducation musicale des filles à Strasbourg au XIXe siècle

Master 2 - Université Marc Boch - Strasbourg II, 2007
Estelle Freyermuth

Entrées d’index

Mots-clés :

Musiciennes

Chronologie :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

1Parent pauvre de l'histoire de l'éducation des filles, l'histoire de l'enseignement musical dissimule une véritable corne d'abondance pour le chercheur. Entre leçons de musique forcées, cours de chant dans les écoles, répétitions plus ou moins assidues, auditions privées ou publiques, la musique faisait partie intégrante de l'éducation des filles. Cette étude se consacre aux jeunes filles de la bourgeoisie, couche sociale au sein de laquelle les arts d'agrément étaient cultivés avec le plus de constance. D'autre part, le phénomène est appréhendé ici dans sa globalité : l’analyse n’est pas consacrée exclusivement aux jeunes musiciennes de talent – comme leurs homologues masculins, elles restent des exceptions- mais tente aussi de prendre en compte celles pour qui la musique, loin d'être un loisir agréable, était plutôt une obligation imposée par leurs parents.

  • 1  Launay Florence, Les compositrices en France au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2006, p. 12.

2Le premier volet de l'étude s’intéresse aux choix préliminaires à cette éducation musicale et à toutes les représentations qui les accompagnent. Dans les textes des pédagogues ou des théoriciens de l’éducation féminine, des arguments sont avancés pour favoriser ou au contraire déconseiller l'enseignement de la musique aux jeunes filles. Par ailleurs, une spécificité féminine est observable dans tous les choix éducatifs. Il y a par exemple des instruments féminins et des instruments masculins. On n'imaginait pas à l'époque une jeune fille à la trompette. En d'autres termes, « l'éducation musicale donnée aux jeunes filles se définit en termes de limitations, nombre d'instruments et de sujets leur étant plus ou moins explicitement interdits »1. A contrario, l'instrument-roi devient rapidement le piano. Et si la jeune fille réussissait à chanter en s'accompagnant, elle était assurée d'être la reine des soirées privées dans le salon familial. Il y a également des modes d'enseignement que l'on considère comme plus adaptés aux demoiselles. Ainsi l'éducation en cours privés est-elle préférée à l'enseignement dans une école de musique.

3Cette analyse plutôt théorique permet ensuite de mieux comprendre le contenu de l’éducation dispensée et la place de la musique dans la vie quotidienne des jeunes filles. Il s'agit d'observer comment fonctionne concrètement l'éducation musicale des demoiselles. Celle-ci comprend les cours et les auditions aussi bien que la fréquentation des concerts ; elle est donc marquée par une diversité assez forte. Mais cette analyse seule serait très impersonnelle et manquerait quelque peu d'humanité et de la « chair fraîche » chère à l'historien. C’est pourquoi nous y avons intégré les opinions des demoiselles, qui étaient les destinataires de cette éducation et donc objets de toutes les attentions. Les paroles des diaristes nous permettent ainsi de découvrir à quel point cette éducation leur était bénéfique ou au contraire pesante.

4Enfin, nous avons tenté d’apprécier la portée de cette éducation musicale, au regard des objectifs que les jeunes filles et les parents lui assignaient. Dans bien des cas, la pratique musicale des demoiselles ne survivait pas à leur mariage : la musique était dans ce cas considérée comme un simple faire-valoir, qui devait leur permettre d'attirer les prétendants. Une fois cette mission accomplie, nul besoin pour elles de continuer à s'ennuyer devant un clavier. D'autres jeunes filles en revanche avaient un goût réel pour cet art et ont continué à le cultiver, même après avoir quitté la maison parentale, car il constituait à leurs yeux une distraction agréable. Enfin, et plus souvent qu'on ne le pense, la musique a ouvert à certaines jeunes femmes les portes du monde du travail. Les aléas de l'existence ou les revers de fortune les ont obligées à mettre à profit leur éducation musicale afin de se créer un revenu. Mais la condition de ces femmes-professeurs était souvent plus que précaire et rares sont celles qui ont réussi à se faire un nom dans le petit monde des professeurs de musique.

5Au XIXe siècle, on le sait, « jouer un peu de piano » fait partie des attributs féminins. Mais l’éducation musicale peut même avoir un rôle majeur dans la construction de l’identité féminine des jeunes bourgeoises. Au piano ou à la harpe, elles cultivent leurs qualités artistiques, mais apprennent aussi à se mettre en valeur en tant que femmes. Pourtant, dès qu’un certain seuil de compétence est franchi, la pratique musicale est souvent considérée comme une activité dommageable, voire nuisible, génératrice de désordre identitaire. La crainte d’une transgression des identités sexuées n’est donc jamais très loin et tout au long du XIXe siècle, cette crainte restreint de manière efficace le champ de l’éducation musicale des jeunes filles.

Haut de page

Notes

1  Launay Florence, Les compositrices en France au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2006, p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Freyermuth, « Estelle Freyermuth, L'éducation musicale des filles à Strasbourg au XIXe siècle », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 16 juin 2008, consulté le 21 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/260

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page