Navigation – Plan du site
Articles

Les militantes yorubas se mettent en scène : la politisation du corps habillé à l’époque coloniale

Yoruba women activists strike a pose: the politicisation of clothed bodies during the colonial era
Sara Panata

Résumés

À partir de 1920, au sud du Nigéria, on assiste à un développement de la photographie utilisée pour immortaliser des évènements cruciaux de la vie privée et publique. Des années 1920 aux années 1960, soit à un moment de profonds changements politiques, le corps en pose et habillé devient pour les militantes nigérianes yorubas un instrument politique, chargé de significations différentes selon les messages qu’elles veulent transmettre. Une analyse des clichés coloniaux permet de saisir les dynamiques culturelles et politiques qui sous-tendent la mise en scène des militantes et de comprendre la manière dont des codes corporels sont utilisés pour revendiquer des identités culturelles, religieuses et politiques.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Une première version de ce texte a été sélectionnée pour l’atelier d’écriture des jeunes chercheurs par Politique africaine, dans le cadre des rencontres des Jeunes Chercheurs en Études Africaines (JCEA) en janvier 2016. Je remercie particulièrement Pascale Bathélémy, Florence Brisset-Foucault et Anne Hugon pour leurs commentaires.

Texte intégral

  • 1 Yemisi Akinbilehe Thessy et Joe Igbaro, « Proverbial Illustration of Yoruba Traditional Clothings : (...)

Bí a bá rìnrìn ìyà, tí a wọṣọ ìṣẹ́ wọ̀ ilú, igbákígbá ni wón fi í bomi fún ni mu1
Si on marche sans soin et si on s’habille en loques pour aller en ville, on nous servira à boire dans une calebasse indigne

  • 2 Le terme yoruba désignait historiquement les gens de l’empire d’Old Oyo. Dans un processus de const (...)
  • 3 Voir à ce propos Arundhati Virmani, « Le sari à l’européenne. Vêtement et militantisme en Inde colo (...)
  • 4 Le terme « vêtement » dans cette étude reprend la définition proposée par Eicher et Barnes qui dési (...)

1Au cours de recherches doctorales sur les mobilisations collectives féminines dans l’espace yoruba2 du Nigéria, une source inattendue s’est rapidement imposée : les photographies de militantes. Nombreuses dans leurs archives privées, elles sont porteuses de multiples significations qui se cachent derrière la manière de poser et de se parer de ces femmes. En contexte colonial tout particulièrement, les formes esthétiques féminines deviennent une voie de communication privilégiée puisqu’elles expriment des dynamiques complexes de négociations entre culture dominante et dominée3. Elles illustrent le refus de certaines normes esthétiques étrangères ou leur complète adoption en passant par de multiples formes d’hybridation qui reflètent des dynamiques sociales et politiques plus profondes que les femmes veulent afficher visuellement. Qu’elles soient habillées en tenue « yoruba » ou « à l’occidentale », qu’elles combinent les deux formes esthétiques, ou qu’elles choisissent de mettre en avant leur appartenance à un groupe précis au travers de certaines tenues, les femmes yorubas font du vêtement4 un moyen par lequel elles peuvent communiquer une identité – politique, religieuse, « nigériane », « yoruba » ou « de genre », c’est-à-dire représentant leur conception de la féminité. Par la posture qu’elles adoptent également, ces militantes définissent à la fois leur appartenance sociale et leur façon de percevoir la manière dont « une femme » doit se tenir et se mettre en scène à l’époque coloniale, soit dans un contexte de profonds changements.

  • 5 Ce terme est tiré du contexte colonial. Il était employé pour désigner les Africain.es qui avaient (...)

2En effet, suite à l’implantation de l’administration coloniale britannique au sud du Nigéria au début du XXe siècle, on assiste à de grandes transformations des structures politiques, administratives et économiques qui entraînent des mutations importantes dans les rapports sociaux et les équilibres de pouvoir, mutations dont les germes avaient déjà été jetés auparavant avec l’arrivée des missionnaires chrétiens. Particulièrement, la nécessité pour les Britanniques de s’appuyer sur une classe intermédiaire sachant s’exprimer en anglais les a amenés à aider financièrement les écoles missionnaires préexistantes. Les « évolué.es »5 que celles-ci produisent, qui sont aussi christianisé.es, sont embauché.es par les Britanniques pour participer à la gestion de la colonie. C’est ainsi que naît une élite économique qui se distingue des autres autochtones. Adoptant d’abord des codes comportementaux appris dans les écoles britanniques, elle commence, à partir de la fin du XIXe siècle et plus vigoureusement autour des années 1920, à exprimer son malaise vis-à-vis de la colonisation. Plus précisément, après la Seconde Guerre mondiale, grâce, entre autres à un contexte international favorable, cette élite instruite réclame une réorganisation de la vie politique qui se cristallise autour des revendications nationalistes et régionales visant à l’indépendance du pays, obtenue le 1er octobre 1960.

  • 6 Érika Nimis, Photographes d’Afrique de l’ouest : l’expérience yoruba, Paris, Karthala, 2005.
  • 7 Stephen Sprague, « How I See the Yoruba See Themselves », African Arts, vol. 1, no. 12, 1978, p. 54

3Ce contexte de mutation s’accompagne d’importants changements culturels. Ainsi, les membres de cette élite commencent à utiliser la photographie pour immortaliser des événements cruciaux de leur vie privée et publique, profitant de l’implantation de studios photographiques au Nigéria depuis le début du XXe siècle6. Ces photographies, majoritairement des portraits individuels ou de groupe, sont une représentation visuelle de la position sociale du sujet : c’est le rôle social de la personne qu’on veut mettre en avant à travers la manière de poser et la composition de la photographie, et non pas son individualité comme c’était le cas dans les portraits britanniques dont s’inspirent les premiers photographes nigérians7. Cela se révèle particulièrement utile pour l’étude du militantisme féminin et de parcours de militantes pendant ces années. En effet, leur engagement et leurs parcours ne trouvent pas d’écho dans les sources coloniales et il est peu décrit par les journaux de l’époque, à la différence de celui des hommes.

  • 8 Jean Allman souligne que l’étude des vêtements en Afrique et en contexte de diaspora n’est pas seul (...)
  • 9 Bukola Adeyemi Oyeniyi, Dress and Identity in Yorubaland, 1880-1980,Thèse d’histoire, Université de (...)
  • 10 Ibid., p. xiv ; B.A. Oyeniyi, Dress and Identity in Yorubaland, 1880-1980, op. cit.
  • 11 Dolapo Adeniji-Neil, «  Omoluabi : the way of human being : An African philosophy’s impact on Niger (...)
  • 12 Judith Perani et Norma Hackleman Wolff, Cloth, dress, and art patronage in Africa, Oxford, Berg Pub (...)

4Sur ces clichés, les postures et les vêtements adoptés par les sujets immortalisé.es deviennent un moyen d’exprimer des identités sociales et politiques nouvelles, produits de ce contexte et donc une porte d’entrée privilégiée sur les changements identitaires et politiques, sur les comportements sociaux de ce groupe, qu’on ne peut pas toujours saisir au travers d’autres types de sources8. En espace yoruba de plus, des nombreux travaux se sont penchés sur l’étude des pratiques vestimentaires en reconnaissant l’importance de cette source insolite. Dans Dress and identity in Yorubaland, 1880-1980, Oyeniyi écrit : « Dress, among the Yoruba, is a sine qua non to life. It is comparable to a bird trying to fly without wings. Yoruba people believe that dress is a critical part of life and they go to the greater extent to dress appropriately and fashionably9. » Savoir s’habiller correctement fait ainsi partie des valeurs propres de l’ọmọlúàbí10. Littéralement « l’enfant qui est né du chef du comportement », l’ọmọlúàbí est un appellatif conceptuel qui est réservé aux personnes qui détiennent toutes les qualités les plus estimées dans la culture yoruba, les nec plus ultra de la culture morale d’une personne yoruba : le respect des autres et de soi-même (la gentillesse, la disponibilité, la capacité à repousser les vices physiques etc.), la révérence des anciens, le courage, la maîtrise du langage, l’honnêteté, la capacité à étudier et à travailler dur, l’intelligence, et aussi la disposition à s’habiller selon les normes attendues dans des situations diverses11. Par ailleurs, le vêtement se charge de significations particulières au cours de la période analysée ici. Oscillant entre influences étrangères (religieuses ou coloniales) et poussées nationalistes, les normes esthétiques sont en changement continu et elles représentent visuellement les choix politiques des groupes immortalisés. Ce travail s’insère donc dans un champ d’étude qui articule l’étude de la photographie et des pratiques vestimentaires. Il interroge la manière dont les associations des militantes ont utilisé à la fois les photographies et des pratiques vestimentaires pour se mettre en scène en employant la « peau sociale » qu’est le vêtement comme une « armature mobile » qui immortalise des collectivités militantes12.

  • 13 Pour une étude plus poussée sur cette thématique voir : Monica Di Barbora, « Storia delle donne, ra (...)

5L’échantillon des photographies de militantes nigérianes utilisé ici couvre la période des années 1920 aux années 1960, c’est-à-dire avant et pendant leur engagement en tant que militantes, qui débute au milieu des années 1940. Tirés d’un corpus plus large d’environ une centaine de photos, ces clichés ont été choisis pour leur représentativité dans une étude qui se veut qualitative. Cependant, les analyses tiennent compte du fait que les photographies font souvent partie de séries d’images, en cherchant donc à les insérer dans un ensemble cohérent pour en saisir les singularités ou en relativiser la valeur symbolique13. Retrouvés dans diverses archives privées de militantes de la ville d’Ibadan, une des principales villes de la région occidentale du Nigéria, ces clichés sont des documents visuels auxquels les gens accordent une importance mémorielle singulière : si les archives privées écrites ne sont souvent pas conservées ou du moins pas dans des conditions optimales, la majorité des familles garde des archives photographiques.

  • 14 Laurent Gervereau, Voir, comprendre, analyser les images, Paris, Éd. La Découverte, 2004, p. 34.
  • 15 Pour ce qui est des photographes, on ne dispose pas d’informations précises. Les photographies ont (...)

6L’étude de ces photographies est menée en suivant deux approches : d’abord une approche transversale visant, selon la définition de Gervereau14, à considérer un ou plusieurs éléments présents dans une série d’images dont on analyse l’évolution dans le temps ; puis une approche verticale, visant à se pencher sur chaque image pour en reconstruire l’histoire. En mêlant ces deux approches, il s’agira de considérer les vêtements et postures des militantes pour en saisir les significations en termes d’affiliations politiques, religieuses, identitaires, ou de genre. On portera une attention particulière aux spécificités locales et aux connections profondes entre des normes esthétiques de la culture locale et de la culture importée. On cherchera également à saisir la variation de ces significations dans le temps mais aussi dans l’espace, puisque les représentations changent selon le contexte où elles sont produites : local, national ou transnational. Par ailleurs, chaque cliché est un document qui représente à la fois un instant d’une ou plusieurs histoires de vie des femmes et un moment particulier de l’histoire du Nigéria et de l’histoire des militantes du pays. Il faudra donc comprendre quand et où la photographie a été produite, quelle fut sa fonction et donc quel était le contexte au Nigéria au moment du cliché15. On s’interrogera enfin sur la conservation des photographies et sur leur diffusion pour mieux saisir le public auquel elles étaient destinées et la fonction sociale qui leur était attribuée.

  • 16 Douglas Harper, « Talking about pictures : a case for photo elicitation », Visual Studies, vol. 17, (...)

7Le procédé utilisé tout au long de la recherche est celui de la photo-élicitation, consistant à faire commenter des séries de clichés par divers interlocuteurs16. Certaines personnes étaient familières de ces images, parce qu’elles appartenaient à leur propre collection ou parce que eux/elles-mêmes ou des proches y étaient immortalisés. Au contraire, d’autres interviewé.es étaient étranger.ères aux photographies et à leur contexte de production. Cette approche a été particulièrement fructueuse pour trouver une porte d’entrée vers un univers iconographique qui, au vu des formes d’hybridation et de métissage des normes esthétiques, peut se prêter à des interprétations trompeuses. Bien que cette étude se centre sur des photographies de femmes, on cherchera à établir des comparaisons avec des photos de militants en proposant quelques grilles d’analyse qui nécessiteraient toutefois d’être approfondies. De plus, alors que les femmes s’immortalisent souvent en groupe lors des occasions officielles, on n’a pas pu trouver de corpus si riche de photographies de groupes d’hommes militants. Au sein des partis politiques également, alors que les femmes immortalisaient souvent leurs sections, on dispose pour les hommes plutôt de portraits de leaders partisans ou de photos non posées, avec une attention mois forte à l’architecture de la photographie et donc à la mise en scène des photographiés.

8Pour mener une analyse qui touche tous ces aspects, on se penchera d’abord sur les clichés des années 1920 à 1940 et sur la mise en scène des femmes avant leur engagement militant, dans une période où elles mettent en avant le fait d’être des femmes « instruites » et donc des femmes aisées, christianisées et citadines. Dans un deuxième temps, on analysera les clichés des années 1950-1960 qui représentent ces femmes en tant que militantes. Dans les photographies, elles insistent sur leur engagement militant en le soulignant différemment selon le type d’organisme auquel elles prennent part. Une troisième partie couvre les années 1954-1960 et se focalise sur la manière de poser de ces militantes nigérianes dans le contexte international. Une étude chronologique permet de saisir l’évolution de ces assignations au fil de la période conformément aux mutations du contexte politique et socio-économique.

Des femmes « instruites » : porter le bon ton (1920-1940)

Les écoles coloniales, fabriques des codes corporels pour des femmes-modèles

9À Ibadan, une de villes centrales de l’engagement féminin dans la région, ce sont en majorité d’anciennes élèves des écoles coloniales qui créent les premières associations féminines. Au début du XXe siècle, on assiste à un développement de l’éducation scolaire et à la formation progressive d’une classe d’instruit.es qui constitue un groupe à mi-chemin entre culture locale et coloniale. Appartenir à ce groupe signifie pouvoir accéder à des métiers mieux rémunérés, et donc faire partie d’une élite économique vivant en ville et partageant des valeurs et des codes comportementaux occidentaux, transmis par le biais de l’école. En effet, ces établissements sont de véritables fabriques de « femmes-modèles » qui maîtriseront, une fois les études terminées, la langue anglaise et certains attitudes qui leur permettront d’accomplir le triple devoir de mère, d’épouse et de gardienne du foyer. Formées pour acquérir des normes de féminité propres à l’Angleterre de cette période, ces filles sont instruites aussi dans l’art de paraître et de se tenir. Cela se reflète en premier lieu dans les photographies de promotion. Commandés par les directeur.rices des écoles à la fois pour témoigner de la réussite des projets scolaires dans les colonies mais aussi avec une valeur mémorielle pour les écolières qui en recevaient souvent des copies, ces clichés sont très nombreux parmi les archives privées des militantes. Ils sont conservés comme documents commémoratifs dans des albums de famille, rarement affichés publiquement. Un exemple en est cette photographie des écolières de la Kudety Girls’ School d’Ibadan, tirée de la collection de Mrs Tanimowo Ogunlesi (troisième du deuxième rang, de gauche à droite), militante d’Ibadan à partir des années 1940.

  • 17 Je tiens à remercier Mrs Anu Adio-Moses, fille cadette de Mrs Ogunlesi, qui m’a permis de reproduir (...)

Photo 1. Écolières de la Kudeti Girls’ School d’Ibadan, première moitié des années 1920. Collection de photos de Mrs Ogunlesi17

Photo 1. Écolières de la Kudeti Girls’ School d’Ibadan, première moitié des années 1920. Collection de photos de Mrs Ogunlesi17

10Les écolières portent un uniforme constitué d’une robe en coton coupée à mi-mollet et des ornements occidentaux (colliers, bracelets et boucles d’oreilles). Sur d’autres clichés où les chaussures sont visibles, on remarque leur uniformité : l’ensemble des élèves portent des salomés en cuir. Leurs cheveux sont lissés pour accompagner le visage et souvent ornés, comme dans ce cas, d’un bandeau en velours ou en tissu. Leur pose (épaules droites, mains jointes posées sur les cuisses, chevilles croisées et ramenées sous la chaise) démontre le souci d’une posture sage et respectable. Ces normes esthétiques sont reproduites dans de nombreux clichés de promotion malgré des variations dans le modèle des uniformes, qui s’attachent tous cependant à couvrir les genoux et à rester peu moulants, et qui incluent parfois des coiffes ou des chapeaux. Cette éducation à des normes esthétiques féminines occidentales, loin d’être propre au Nigéria est un trait qui semble aller de pair avec la scolarisation coloniale. Dans cette photographie de promotion tirée du travail de Pascale Barthélémy sur les élèves normaliennes de l’AOF, on retrouve les mêmes paradigmes esthétiques : le port d’un uniforme, l’adoption d’une certaine posture et l’attention à une architecture harmonieuse de la photo.

  • 18 Je remercie Pascale Barthélémy pour m’avoir permis d’utiliser cette photographie qui figure dans so (...)

Photo 2. Promotion 1944-1948 de l’École Normale de jeunes filles de l’AOF. Au centre, la directrice Germaine Le Goff. Collection de photos de Pascale Barthélémy18

Photo 2. Promotion 1944-1948 de l’École Normale de jeunes filles de l’AOF. Au centre, la directrice Germaine Le Goff. Collection de photos de Pascale Barthélémy18
  • 19 Ibid.

11Comme le décrit Pascale Barthélémy, le port d’un uniforme est un élément de formation de ces jeunes filles, et l’adoption de codes vestimentaires occidentaux marque à la fois la distance qu’elles doivent instaurer avec celles qu’elles éduqueront et leur proximité avec le monde occidental19. De surcroît, les vêtements et les postures de ces filles sont une représentation visuelle d’ordre et de propreté que les institutrices britanniques ou françaises ont pour mission de transmettre. Ces dernières sont toujours placées au milieu des clichés et au premier rang, gardiennes de ce système normatif qu’elles s’efforcent de transmettre par le biais de l’éducation qu’elles mettent en œuvre. Ainsi une de nos interviewées commente sa propre photo de promotion :

  • 20 Entretien avec Mrs Lijadu, réalisé à son domicile à Lagos, le 17 juin 2016. Elève du Holy Child Col (...)

« We were taught [by the British nuns] how to seat properly. We must not wear nothing above the knees… we were taught how to be a lady »20

12Pour les Nigérianes de cette génération, être instruite implique donc d’acquérir des codes vestimentaires et une gestuelle précise, porte d’entrée vers le monde de bonnes filles, futures mères de leur nation.

De l’école au privé : la mise en scène de soi, passeport des femmes instruites

  • 21 Par « mode occidentale », on désigne ici certaines normes esthétiques qui circulent en Europe occid (...)
  • 22 Oyeniyi explique que la diffusion des vêtements occidentaux au Nigéria est à attribuer à l’importat (...)

13Une fois l’art de l’uniforme maîtrisé, ces femmes appliquent dans leur vie privée les codes vestimentaires appris, faisant du vêtement et de la posture un marqueur social qui met en évidence leur statut de femmes aisées et instruites. En dehors des écoles, elles reprennent des patrons et des tissus correspondant à la mode occidentale des années 1920-194021. Dans ces années-là, les Européennes, qui ont eu accès à de nouvelles professions pendant la guerre, recherchent des vêtements plus pratiques. Cette tendance, reprise par les femmes britanniques qui travaillent dans la colonie et par les épouses des officiers coloniaux, est adoptée par les Nigérianes22. Ce choix vestimentaire est visible sur la photographie 3 qui immortalise un couple de jeunes instruits de l’élite yoruba.

Photo 3. Mr et Mrs Ogunlesi avec leur premier enfant. Première moitié des années 1930. Collection de photos de Mrs Ogunlesi, Lagos

Photo 3. Mr et Mrs Ogunlesi avec leur premier enfant. Première moitié des années 1930. Collection de photos de Mrs Ogunlesi, Lagos
  • 23 Natalie Rothstein et alii (dir.), Four hundred years of fashion, op. cit.

14La femme porte ainsi une robe qui arrive à mi-mollet avec des bas blancs, suivant une tendance des années 1920 quand pour la première fois des vêtements pour femmes laissent les chevilles et le bas de la jambe découverts, habillés néanmoins par des bas aux teintes claires. Elle porte des escarpins à bride, également très en vogue alors en Europe. Quant au motif floral du vêtement, il semble faire écho à l’introduction de nouveaux motifs dans les vêtements quotidiens des femmes à partir de la fin des années 192023. Enfin, les cheveux reprennent la tendance des carrés avec la raie sur le côté. Le mari porte un costume trois pièces, à pantalon large avec revers et pli marqué au fer à repasser, utilisé dans les années 1930 en Europe occidentale pour des occasions formelles ou pour le travail.

15Comme cette photographie et beaucoup d’autres le montrent, le « corps habillé » devient à la fois un élément pour marquer la proximité de ces femmes avec le monde occidental, leur profonde connaissance des codes culturels européens mais aussi leur distinction par rapport aux autres Africains. On ne saurait trop insister sur cette distinction : la prise de distance par rapport au pays et la volonté de proximité avec le monde occidental constituent le socle de l’élévation sociale et économique de ces femmes - et plus généralement d’une élite qui incarne les dynamiques historiques et socio-politiques qui traversent alors le pays. Cela n’est pas un effet de source. Comme en témoignent plusieurs femmes interviewées ou leur proches parents, à cette époque, les habits occidentaux sont la norme pour « les évolué.es ». Habits de travail, d’église ou des occasions formelles ils sont portés plus largement lors des événements communautaires : fêtes de famille, mariages, etc. Ces clichés familiaux, commandés eux aussi à des photographes de l’époque, restent conservés dans des archives privées des familles avec une valeur mémorielle.

Le premier pas d’un militantisme au féminin : exhiber des idéologies en construction

16On retrouve ces codes vestimentaires lors d’un premier contexte militant féminin dans la ville d’Ibadan, à la fin des années 1940. La photo 4 montre le premier cliché de l’association féminine The Nigerian Women’s Improvement Society (WIS). Cette association fut fondée à Ibadan à l’initiative de Mrs Tanimowo Ogunlesi en 1947. Mrs Amy Ashwood Garvey, première épouse de Marcus Garvey et fervente militante du panafricanisme, était également présente à ce premier meeting. En voyage au Nigéria, elle incita les femmes d’Ibadan à constituer un corps uni pour participer au développement du pays. Sur cette photographie, les femmes de la WIS posent avec d’autres personnes, venues célébrer le passage de Mrs Garvey.

Photo 4. Premier meeting des femmes de la WIS, 1947. Collection de photos de Mrs Ogunlesi, Ibadan

Photo 4. Premier meeting des femmes de la WIS, 1947. Collection de photos de Mrs Ogunlesi, Ibadan
  • 24 Sprague, « How I see the Yoruba see themselves », art. cit.

17Au premier rang, au centre de la photographie se trouvent les deux véritables promotrices de l’évènement : Mrs Ogunlesi, au centre et au premier rang, et Mrs Garvey, à sa gauche. On retrouve donc un procédé typique de la photographie – notamment en contexte yoruba – dans lequel la hiérarchie sociale est marquée par la position de l’individu dans le groupe24. La personne principale est assise au milieu et au premier rang, la deuxième est assise à sa gauche. Les gens les moins importants sont debout, et les enfants, assis devant, échappent à ces règles hiérarchiques. Les associations de femmes utilisent ce type de photographies pour se faire connaître : beaucoup de ces clichés circulent dans les journaux de l’époque. Souvent, elles accompagnent aussi les brochures chronologiques ou des expositions réalisées lors de la mort de femmes particulièrement influentes. De nos jours par contre, ces photographies restent, au même titre que les autres, dans des archives familiales et, à la différence des vieilles photographies de famille, elles sont rarement exposées.

18En dehors de quelques exceptions, les femmes sont habillées avec des vêtements occidentaux qui, cependant, changent par rapport à ceux des années 1930, témoignant ainsi des circulations continues entre la colonie et sa métropole. La pénurie des matériaux textiles qui a frappé l’Occident suite à la Seconde Guerre mondiale se reflète dans l’adoption d’un style plus sobre, que l’on retrouve dans ce cliché. La partie inférieure des robes est droite et tombe en-dessous du genou, alors que les corsages ont de légers rembourrages au niveau des épaules. Les coiffures aussi changent de style : certaines femmes optent pour des cheveux longs alors que d’autres les coiffent pour créer du volume, conformément à une nouvelle tendance des années 1940. Les chaussures (salomés, mocassins, escarpins) sont fermées. Les hommes portent des costumes, à l’exception d’un garçon qui est décentré par rapport à la photographie et qui semble, comme les enfants, être dispensé des codes vestimentaires adoptés par les autres. Quant à Mrs Garvey, elle a choisi de porter des vêtements locaux. Elle était, depuis 1914, cofondatrice de la United Negro Improvement Association à Kingston, en Jamaïque. Promotrice de l’unité des peuples africains avec leurs descendants américains et caribéens issus de l’esclavage, elle soutenait en particulier que les Noirs devaient lutter pour l’obtention de leurs droits et s’unir pour constituer un front de lutte commun. Sa stature de leader panafricaniste explique l’emploi d’habits locaux. Elle veut mettre en avant une « identité africaine » et son détachement par rapport au modèle occidental.

  • 25 Betty M. Wass, « Yoruba dress in five generations of a Lagos family » in Betty M. Wass, Justine M.  (...)
  • 26 Judith Byfield, « Dress and Politics in Post-World War II Abeokuta (Western Nigeria) » in Jean Mari (...)
  • 27 Ibid., p. 34-35.

19À quelques exceptions près, la tendance générale des années 1920 aux années 1940 est donc celle d’une réappropriation des codes corporels et vestimentaires occidentaux. Qu’elles posent en tant qu’écolières, mères, épouses ou militantes, les femmes adoptent les normes de féminité reprises des colonisateurs. Mais cette tendance évolue. Comme Betty Wass le souligne aussi dans son étude sur l’habit en pays yoruba, à partir de la deuxième moitié des années 1940, dans un contexte de réorganisation politique, on assiste à un changement dans la signification attribuée aux vêtements occidentaux25. Des premières formes de contestation des normes culturelles occidentales avaient eu lieu déjà à partir de la fin du XIXe siècle en Sierra Leone, lorsque des Créoles avaient lancé une réforme des codes vestimentaires afin de s’émanciper des mœurs européennes26. Ce mouvement avait aussi gagné le Nigéria en touchant surtout d’autres aspects de la culture, tels que la promotion des langues du pays, de l’histoire et de la culture locale, l’africanisation de certains surnoms anglais ou la création de projets et sociétés visant à promouvoir une culture proprement nigériane. Certains nationalistes pionniers commencèrent cependant à ré-adopter les vêtements yorubas27. Cette tendance prend cependant plus d’ampleur à la veille des années 1950.

Des femmes militantes : afficher des idéaux engagés (1950-1960)

  • 28 Richard L. Sklar, Nigerian political parties ; power in an emergent African nation, Princeton, Prin (...)
  • 29 Jean-Pierre Chrétien et Gérard Prunier (dir.), Les Ethnies ont une histoire, Paris, Karthala, 1989.
  • 30 Jean Luc Martineau, « L’espace yoruba (fin XIXe siècle-1960) : oba, cités et processus de construct (...)

20À partir du milieu des années 1940 débute au Nigéria une période caractérisée par la montée en puissance des discours nationalistes qui amènent à une réorganisation de la vie politique. Ces poussées nationalistes et pan-nigérianes se rassemblent en 1944 autour du National Council of Nigeria (NCN) renommé ensuite National Council of Nigeria and the Cameroons (NCNC). Ce parti politique se veut l’organe centralisateur de plus de quarante organisations qui militent alors pour un régime d’autonomie interne pour le Nigéria. Quelques années plus tard, le 21 mars 1951, l’avocat Obafemi Awolowo crée un parti, baptisé Action Group (AG). Le discours d’Awolowo est centré sur l’opposition entre une « cohérence ethnique » de la Région Occidentale et un centre plurinational28. Awolowo soutient que le nord, le sud-ouest et le sud-est du Nigéria doivent avancer indépendamment, leurs divergences dans les vitesses de développement et dans les pratiques culturelles ne leur permettant pas de suivre un chemin unitaire vers l’indépendance. Souligner ainsi les différences entre les trois régions implique le renforcement d’une identité yoruba, à travers la valorisation d’éléments culturels, utilisés dans une stratégie de légitimation identitaire29. Le parti, contrairement aux intérêts pan-nigérians du NCNC, trouve donc son centre d’action dans la promotion d’une identité culturelle yoruba distincte du reste du Nigéria. Un processus de construction identitaire, déjà amorcé au début du XXe siècle, est donc repris et développé par Awolowo. Il se concrétise, entre autres, dans la réécriture d’une histoire de l’espace yoruba, cherchant à utiliser certains éléments légitimes au niveau local comme bases pour bâtir une identité pan-yoruba, à promouvoir une langue yoruba unitaire au-delà des dialectes locaux et à créer un pays yoruba (Yorubaland) là où une entité politique n’est pas présente a priori mais construite au fil du temps30. Au terme de ce processus, le terme yoruba finit par désigner l’ensemble des populations qui habitent le sud-ouest du Nigéria.

  • 31 Ce terme fait référence à un texte de Marcel Mauss repris dans Omar Carlier, « La construction et l (...)
  • 32 Idem.
  • 33 Ibid. p. 13-23.

21Dans ce contexte, certaines femmes de l’élite yoruba s’engagent, aux côtés des hommes, dans les partis et/ou dans leurs sections féminines, porte-parole elles aussi de l’une ou l’autre direction politique : nationaliste ou pan-yoruba. Elles saisissent également ce moment de transformations comme une occasion propice pour s’associer en organisations féminines, mobilisées pour l’obtention de nouveaux droits pour les femmes dans les champs socio-économique ou politique. Organisations mixtes, partis politiques féminins, ou associations religieuses, ces mouvements ont pour point commun le fait d’être des organisations de femmes pour les femmes, qui se proclament indépendantes de l’action partisane masculine. Les clichés proposés représentent ces organisations féminines comme indépendantes du scénario politique masculin, mais l’analyse de ces photographies et des vêtements employés en dit long sur leur affiliation politique. Il s’agira donc de saisir aussi la valeur politique du corps en pose et du corps habillé : parmi les différents « usages sociaux du corps »31 on ignore souvent son usage politique qui se révèle encore plus important quand on parle des corps de leaders32. De manière délibérée ou non, le leader politique fait toujours de son corps et de son vêtement une « enveloppe » construite pour transmettre un message politique à la société à laquelle il.elle s’adresse33. Si la gestion du corps de l’homme politique est partie intégrante de sa propre politique, il est pertinent aussi de s’interroger sur la façon dont les collectivités politiques gèrent leur mise en scène. Ces clichés révèlent aussi des points de contact et des divergences entre divers mouvements féminins.

L’habit, miroir du politique

22La photo 5 montre l’ensemble des femmes constituant la WIS lors d’un meeting dans lequel l’association s’officialise.

Photo 5. Le premier meeting officiel de la WIS en 1947. Brochure nécrologique, « Good Night Mama Tanimowo Ogunlesi 1908-2003 », p. 5

Photo 5. Le premier meeting officiel de la WIS en 1947. Brochure nécrologique, « Good Night Mama Tanimowo Ogunlesi 1908-2003 », p. 5
  • 34 Byfield, « Dress and Politics in Post-World War II Abeokuta (Western Nigeria) », art. cit., p. 31.
  • 35 Idem.
  • 36 Wass, « Yoruba Dress », art. cit.
  • 37 Gbemi Rosiji, Lady Ademola : portait of a pioneer, Lagos, EnClair Publishers Limited, 1996.
  • 38 Pour une définition de ce terme voir Larousse URL : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/k (...)
  • 39 Stéphanie Tawa Lama-Rewal, « La classe d’Indira Gandhi : héritage et invention d’un style subtileme (...)

23Changeant de style par rapport à la photographie précédente, les femmes s’habillent toutes avec des tenues yorubas de l’époque. Elles portent un chemisier blanc avec un décolleté rond (bùbá) à manches larges, une jupe longue (tòbí), un pagne autour de la taille (ìró), et un pagne autour de la tête noué à la manière yoruba (gèlè). Cette tenue correspond parfaitement aux caractéristiques de la mode yoruba des années 1940 à 1960. En effet, le bùbá semble avoir été absent jusqu’à la fin du XIXe siècle : les femmes yorubas s’habillaient avec la seule jupe, qui arrivait sous le genou et était liée autour de la taille avec une corde ou une bande34. Ce chemisier, d’abord l’apanage des chrétiennes converties, commença à être adopté par l’ensemble de femmes au début du XXe siècle35 : il perdit alors petit à petit son statut distinctif, devenant neutre religieusement. De plus, la coprésence des vêtements yorubas et d’ornements occidentaux fait remonter ces tenues aux années 1940, quand on assiste à un mélange des deux codes vestimentaires qui jusqu’alors étaient utilisés de manière séparée36. Selon l’analyse de Betty Wass, la substitution de vêtements locaux à des vêtements occidentaux, qu’elle a remarqué surtout pour les hommes, et le changement d’assignations liées aux normes esthétiques occidentales, coïncide avec la montée du nationalisme. Les germes d’un changement de normes esthétiques, déjà jetés à la fin du XIXe siècle, s’affirment donc dans ces années où on assiste d’abord à une tendance à l’hybridation d’un style importé et d’un style local, et ensuite à la prévalence de ce dernier37. Ce phénomène de réappropriation et de promotion de la mode locale est un instrument du nationalisme qui agit au-delà du Nigéria et d’autres colonies africaines. En Inde par exemple, dès 1905, le mouvement indépendantiste swadeshi avait milité pour l’emploi de matériaux locaux, allant jusqu’à brûler les textiles britanniques. Autour des années 1920 ensuite, avec l’émergence de la figure de Gandhi, le kahdi, « une étoffe de coton tissée à la main de couleur neutre38 » devient la représentation vestimentaire des luttes pour l’indépendance du pays. Il symbolise l’importance de la revalorisation de l’industrie textile indienne, endommagée par les Britanniques39. Trente ans plus tard au Nigéria, la majorité des éduqué.es qui avaient étudié à l’étranger commencent à se réapproprier des vêtements et accessoires locaux et mettent en scène de nouvelles normes esthétiques. Certes, elles sont encore le fruit d’un métissage, mais revisité cette fois pour donner de l’épaisseur à la culture locale. Cette attitude est perceptible aussi dans certaines photographies des leaders partisans du moment : ils se réapproprient des vêtements yoruba dans une stratégie de promotion de leur « africanité ». Ainsi, ils ne se présenteront plus publiquement en habit occidental mais toujours dans des tenues yorubas.

24À ce propos, il faudrait aussi mettre l’accent sur l’engagement politique des femmes de la photo ci-dessus. Beaucoup de femmes de la WIS sont étroitement liées à l’AG. En particulier, Mrs Ogunlesi est parmi les fondatrices de la section féminine du parti en 1953 et la seule femme de la Région Occidentale à être envoyée à Londres comme conseillère de l’AG lors de la Conférence de Londres de 1953, organisée pour réformer la constitution nigériane en vigueur. Par conséquent, cette façon de mettre en avant un habillement yoruba révèle aussi une volonté de promouvoir cette cohérence « ethnique » yoruba recherchée par Obafemi Awolowo. L’aspect vestimentaire devient lui-même un élément symbolique sur lequel appuyer cette construction identitaire.

  • 40 Byfield, « Dress and Politics in Post-World War II Abeokuta (Western Nigeria) », art. cit.
  • 41 Byfield parle de ces deux termes en citant les mots employés par Wole Sokinka dans son roman autobi (...)
  • 42 La volonté de se distinguer par une apparence sobre et simple se retrouve chez d’autres leaders pol (...)
  • 43 Emma Tarlo, Clothing matters : dress and identity in India, Londres, Hurst, 1996, p. 62 ; Tawa Lama (...)

25Ces tenues renseignent également sur le rang social de ces femmes. La richesse des tissus et le fait même qu’elles puissent se permettre une tenue « complète » avec des sandales et de nombreux ornements mettent en avant l’appartenance de ces femmes à une élite économique. Cela différencie leur parcours de celui des militantes d’Abeokuta guidées par Mrs Funmilayo Ransome-Kuti au sein de l’Abeokuta Women’s Union (AWU). Comme Judith Byfield le souligne, avant les années 1940, une grande division économique caractérisait la vie de la ville d’Abeokuta40. Elle se reflétait en une nette séparation entre femmes de l’élite et marchandes. Cette division s’exprimait aussi de manière visuelle au travers des tenues de ces femmes, elles-mêmes utilisées pour les désigner : ainsi les femmes « lettrées » étaient appelées onikaba : « celles qui portent la jupe », alors que les marchandes étaient appelées aroso : « celles qui nouent leur vêtement », donc celles qui portent un pagne41. Or, l’AWU avait comme un des points forts de son programme celui de rassembler les femmes au-delà de leur classe sociale. Pour démontrer aux marchandes la volonté des femmes des élites de se rapprocher d’elles et de leurs problématiques et de lutter d’une seule voix, les militantes de l’AWU sont invitées à porter des tenues yorubas et à éviter des tenues ostentatoires42. Ainsi, à la différence des femmes d’Ibadan, ces dernières n’affichent pas une supériorité économique au travers de l’aspect vestimentaire mais essaient au contraire d’effacer les différences sociales par le biais d’une tenue commune. Ce choix n’est cependant pas incompatible avec l’introduction de subtiles variations dans ces tenues pour néanmoins mettre en évidence certaines distinctions sociales. On retrouve cela dans la politique indienne : le kahdi, tissu à la portée de tous, devait aux yeux de Gandhi représenter l’effacement des distinctions de classes43. Pourtant, de subtiles variations dans son emploi, permettent d’afficher néanmoins un rang social.

  • 44 Pour approfondir, Sara Panata, Des mobilisations féminines à la construction de l’« être-femme » à (...)

26À la même période, une autre organisation utilise différemment ces codes visuels. Le cliché ci-dessous représente un des meetings fondateurs d’une branche du Women Movement of Nigeria, parti politique féminin fondé en 1952 par Mrs Adekogbe, avec pour objectif la lutte pour les droits socio-économiques et politiques des femmes. Mrs Adekogbe – journaliste, directrice d’école et présidente du mouvement – est partisane du NCNC et fervente promotrice de la création d’une association réunissant toutes les femmes du Nigéria. Ses rapports avec l’AG sont donc problématiques et elle ne souscrit pas au discours pan-yoruba promu par Awolowo44.

Photo 6. Le meeting fondateur de la branche d’Iwo, première moitié des années 1950. Collection de photos de Mrs Adekogbe

Photo 6. Le meeting fondateur de la branche d’Iwo, première moitié des années 1950. Collection de photos de Mrs Adekogbe

27Sur cette photographie, Mrs Adekogbe est au centre, au premier rang (la cinquième à partir de la droite). Les femmes qui l’entourent semblent ne pas bien maîtriser « l’art de poser » dont disposaient les femmes de la WIS : les jambes sont écartées, les épaules relâchées, les mains posées négligemment sur les jambes. Ce sont probablement des commerçantes villageoises, plus au moins prospères, comme le montrent les chaussures, les parures et les tissus, et qui ont eu des parcours scolaires moins longs que les femmes de la WIS. Cela influence leur manière de poser, moins rigide et encadrée, et éloignée des normes codifiées par l’éducation occidentale.

28La vision politique de Mrs Adekogbe et de son mouvement se reflète dans les photographies de l’organisation où, bien que les femmes soient toujours vêtues de tenues locales, il n’y a aucun souci d’homogénéisation vestimentaire. En l’absence de revendication pan-yoruba, cet élément qui était un facteur fort de création d’une identité unifiée pour la WIS n’est pas exploité.

Immortaliser une appartenance religieuse : le cas de l’Isabatu-deen Women Society

  • 45 Tajudeen Gbadebo Olusanya Gbadamosi, Humuani Amoke ALaga Obirin Takuntakun, Lagos, Goldstar Printin (...)
  • 46 Entretien avec Mrs Sanni, Ibadan, 17 septembre 2014.

29Dans les organisations à caractère religieux, les codes corporels sont investis pour afficher visuellement l’appartenance religieuse de leurs membres. C’est le cas par exemple de l’Isabatu-deen Women Society, créée en 1958 à Ibadan par un groupe de onze femmes musulmanes très aisées, et présidée par Mama Humuani Alaga, l’une des marchandes les plus influentes d’Ibadan dans les années 1940-196045. L’objectif principal de l’association est de rassembler les femmes musulmanes pour leur permettre de parler d’une même voix de tous les problèmes qui les affectent, elles et leurs enfants46. En raison de l’absence d’écoles secondaires pour les jeunes filles musulmanes dans les années 1950, la prise en charge de leur éducation est au cœur de l’action de l’organisation.

Photo 7. Les femmes de l’IWS après un meeting, fin des années 1950. Collection de photos de Mama Humani Alaga, Lagos

Photo 7. Les femmes de l’IWS après un meeting, fin des années 1950. Collection de photos de Mama Humani Alaga, Lagos
  • 47 Le terme aga chérif peut avoir plusieurs significations. Alhaja Sanni le décompose comme un terme y (...)

30On observe que sur cette photographie, les femmes portent la tenue yoruba décrite précédemment, mais combinée avec des accessoires musulmans : le ìborùn, un voile utilisé en cette période pour couvrir la tête avant l’arrivée de l’hijab, est ainsi porté par-dessus le gèlè et l’aga chérif47, sorte de chapeau rigide qui distingue alors les individu.es qui ont fait le pèlerinage à La Mecque. La combinaison du gèlè yoruba avec le ìborùn permet d’affirmer visuellement les deux identités de ces femmes, yorubas et musulmanes. Ces femmes sont aussi militantes de l’AG dont Mama Humani Alaga (deuxième au premier rang en partant de la gauche) est la porte-parole au sein des marchés. Encore une fois, l’adoption de tenues yorubas complètes révèle un souci d’homogénéité culturelle. En témoigne le fait que les membres de l’IWS apparaissent, dans la majorité des photographies, parées d’habits taillés dans le même tissu, qui prennent en yoruba le nom de aṣọ-ẹbí, c’est-à-dire des vêtements que les membres d’un groupe ont confectionné dans un même textile pour symboliser leur unité, comme on le voit dans la photo qui suit.

Photo 8. « Isabatudeen Women group at Malud cerimony », Collection privée de Mama Humani Alaga

Photo 8. « Isabatudeen Women group at Malud cerimony », Collection privée de Mama Humani Alaga

31Cette tenue homogène est adoptée lors de cérémonies particulières, comme dans ce cas-là où les femmes sont en train de célébrer le Mahlud, ou lors de réunions importantes. Elle montre que les vêtements ont une fonction unificatrice, réunissant le groupe dans une communauté visuelle le temps d’un évènement. Les deux tenues soulignent aussi la richesse de ces femmes, en raison du tissu dont elles sont faites et des décorations en velours, dans le premier cas. Dans ce cliché une attention particulière est portée à l’architecture de la photo : les femmes situées au centre et dans les premiers rangs portent l’aga chérif, ce qui signifie qu’elles ont toutes fait le voyage à La Mecque, tandis que les femmes qui n’ont pas encore accompli le pèlerinage sont visibles aux derniers rangs ou encore à l’extrême-droite, en position excentrée.

32Le cas de ces femmes musulmanes est donc différent de celui des autres organisations analysées parce qu’elles font partie d’une élite économique mais non instruite. Elles ne pratiquent donc pas une alternance entre vêtements occidentaux et non-occidentaux mais leur manière de se parer exprime visuellement leur double identité de femmes musulmanes et yorubas, tout en montrant leur richesse économique.

Des femmes cosmopolites : porter le national à l’international (1954-1960)

  • 48 L’ICW et l’IAW envisagent de représenter les femmes du monde entier, de toutes croyances et religio (...)
  • 49 Mercedes Yusta, « Réinventer l’antifascisme au féminin  : la Fédération Démocratique Internationale (...)
  • 50 Toyin Falola et Matthew M. Heaton, A history of Nigeria, Cambridge, Cambridge University Press, 200 (...)

33Dès 1954, les organisations féminines d’Ibadan se tournent vers la scène internationale : le WM et la WIS commencent à participer aux conférences internationales respectivement de l’International Council of Women (ICW) et de l’International Alliance of Women (IAW)48. Toutes deux d’origine américaine, ce sont les deux principales associations internationales de femmes avec la Fédération Démocratique Internationale des Femmes (FDIF), née à Paris en 1945, sous l’impulsion de femmes antifascistes de 37 pays. En majorité communistes, les femmes de la FDIF mènent parallèlement un travail de propagande pour l’Union Soviétique dans un contexte d’opposition des deux blocs. Ces trois organisations militent toutes pour les droits des femmes, mais leur attachement à deux sphères d’influence opposées a des conséquences sur leurs stratégies d’alliance49. Notamment, les femmes d’Ibadan se tournent plutôt vers les deux organisations américaines, et non pas vers la FDIF. En effet, la paranoïa antisoviétique britannique s’est traduite par un retrait des personnalités nigérianes plus radicales des associations internationales socialistes et par une série de réformes plaçant le Nigéria dans le camp opposé au communisme50. Les militantes d’Ibadan se conforment, à la fois pour leur proximité avec les leaders nationaux et dans une logique de recherche d’aides financières de la part de l’Etat nigérian, à la vision nationale. Elles obtiennent ainsi une grande marge de manœuvre et un important soutien financier.

Des vêtements « porte-drapeaux »

  • 51 Archives privées de Mrs Adekogbe, cahier manuscrit, Life History of the women movement of Nigeria ( (...)
  • 52 Entretien avec Mrs Ogunsheye, Ibadan, 31 janvier 2014.

34L’affiliation à l’ICW et à l’IAW, qui a lieu en 1954, se joue dans un premier temps au niveau de chaque organisation. L’ambition en amont est d’investir la scène internationale, de porter les revendications des femmes du Nigéria à plus grande échelle. Ainsi, la WIS et le WM se présentent à l’échelle internationale comme des organisations représentant l’ensemble des intérêts des Nigérianes, bien que ces mouvements soient encore loin de fédérer les femmes à l’échelle nationale. Dans ces deux photographies, datées de juin 1954 et d’août 1958, on voit Mrs Adekogbe au Conseil International de la ICW d’Helsinki51 [photo 9] en tant que représentante du WM et Mrs Ogunsheye, envoyée en tant que représentante de la WIS à la conférence de l’IAW à Athènes [photo 10]52.

Photo 9. Mrs Adekogbe à la conférence de l’ICW d’Helsinky, juin 1954. Collection de photos de Mrs Adekogbe

Photo 9. Mrs Adekogbe à la conférence de l’ICW d’Helsinky, juin 1954. Collection de photos de Mrs Adekogbe

Photo 10. Mrs Ogunsheye à la conférence de l’IAW d’Athènes, août 1958. Collection de photos de Mrs Ogunsheye

Photo 10. Mrs Ogunsheye à la conférence de l’IAW d’Athènes, août 1958. Collection de photos de Mrs Ogunsheye
  • 53 Rupp, « Constructing Internationalism », art. cit., p. 1595.
  • 54 Rupp et Taylor, « Forging Feminist Identity », art. cit., p. 371.

35Comme l’illustrent les deux photographies, les déléguées internationales sont invitées à s’habiller avec des vêtements de leurs pays, ou qui en reprennent les couleurs. Cette clause a été introduite dans les constitutions des deux organismes pendant la première moitié du XXe siècle, avec d’autres dispositions visant à mettre en avant, lors des meetings des organisations, les aspects nationaux de chaque pays représenté (vêtements, drapeaux, danses et chants). L’utilisation de symboles nationaux veut refléter la complémentarité du nationalisme et de l’internationalisme plutôt que de les présenter comme deux tendances contradictoires53. En même temps qu’elles adoptent ces symboles nationaux, les organisations introduisent aussi des badges qui leur sont propres. Par exemple, la photographie de la conférence de l’ICW montre les déléguées avec la même broche (un nœud à double couleur) sur la poitrine. Le fait que toutes les femmes portent des symboles communs et nationaux représente à la fois l’adhésion à une identité féminine universelle et l’attachement à la nation54. Le message central qui est mis en avant dans ces clichés est celui de l’unité féminine plutôt que des normes de féminité ou un statut économique. On peut saisir le symbolisme dont les vêtements sont porteurs en analysant des photographies de conférences internationales prises hors des contextes formels où il est nécessaire d’exposer cette double dimension internationale et nationale : les femmes portent alors nettement moins d’attention à leur manière de s’habiller, mélangeant des éléments de la mode occidentale et locale.

Au Nigéria à la veille de l’indépendance, afficher l’unité du pays

  • 55 Le WM n’est pas présent dans la photo à cause de disputes avec certains membres de la WIS.

36Par la suite, des problèmes de financement remettent en cause la participation des associations nigérianes à ces événements internationaux, ce qui pousse les militantes d’Ibadan et de Lagos à fédérer les femmes nigérianes à l’échelle nationale afin d’obtenir des financements étatiques. Un organisme est créé en 1959 sous le nom de Nigerian Council of Women’s Societies (NCWS), renommé un an plus tard National Council of Women’s Societies. Dans cette photographie d’avril 1960, on voit donc les femmes des organisations mentionnées auparavant et de celles de Lagos poser ensemble55.

Photo 11. Les fondatrices du NCWS, 10 avril 1960. Collection de photos de Mrs Ogunsheye, Ibadan

Photo 11. Les fondatrices du NCWS, 10 avril 1960. Collection de photos de Mrs Ogunsheye, Ibadan
  • 56 La YWCA est implantée à Ibadan en 1948 comme branche de la YWCA de Lagos (créée en 1907) qui gère l (...)
  • 57 Entretien avec Mrs Ogunsheye, Ibadan, 31 janvier 2014.

37Sur ce cliché, tous les codes vestimentaires analysés auparavant sont mêlés. Au premier rang au centre, on voit trois membres piliers des organisations féminines d’Ibadan : Mrs Ogunlesi de la WIS au centre, Mrs Esan de la Young Women’s Christian Association56 à sa droite, et Mama Humani Alaga de l’IWS à sa gauche. La nouvelle coopération des femmes d’Ibadan et de Lagos est immortalisée visuellement par la présence, au milieu de ces trois femmes, de deux femmes centrales pour la scène lagosienne : Lady Abayomi, fondatrice du Nigerian Women’s Party et partisane de l’AG, qui pose à droite de Mrs Ogunlesi, et Lady Kofoworola Ademola, épouse du président de la Cour Suprême de la Région Occidentale, Sir Adekotunbo Ademola, homme très influent et proche de l’AG, qui pose à sa gauche. Bien que Lady Aboyami ait sûrement une sympathie pour l’AG, en tant qu’épouse d’un juge de la Cour Suprême elle est perçue par les Nigérianes comme une figure neutre, et pour cette raison elle est nommée présidente de l’organisation. Soulignons qu’aucune élection n’a eu lieu, contrairement à l’usage de chaque organisation de particuliers, puisque cette nomination consensuelle doit incarner la volonté des femmes de surmonter leurs rivalités politiques et de « régler leurs différends et travailler ensemble57 ». La photographie révèle aussi l’ambition de cette organisation d’être un corps unitaire réunissant toutes les femmes du Nigéria : sont assises côte à côte une représentante des marchandes d’Ibadan (Alhaja Otolorin Akande, troisième au premier rang, de gauche à droite), une représentante des riches commerçantes (Mama Humuani Alaga, quatrième au premier rang, de gauche à droite), toutes deux musulmanes et « illettrées », et plusieurs femmes de l’élite ibadanaise et lagosienne, enseignantes, sages-femmes ou employées de l’administration britannique.

  • 58 Panata, op. cit.

38Cette multiplicité de profils est reflétée par la façon de se parer de ces femmes. Mrs Femi Pearse, Lady Abayomi, Lady Ademola, (première, deuxième et cinquième au premier rang, de gauche à droite), femmes de la haute élite lagosienne, sont habillées « à l’occidentale ». Elles sont presque toujours immortalisées avec de telles tenues dans les photographies dont on dispose, choix probablement associé à leur statut économique, qui les inclut dans le cercle le plus élevé de l’élite instruite lagosienne, lequel maintient des contacts plus actifs avec l’élite occidentale et n’adopte donc pas la politique de valorisation des vêtements yoruba. A contrario, les trois femmes leaders des organisations d’Ibadan sont habillées en tenue yoruba. Quelle que soit leur classe sociale, leur religion ou leur niveau d’éducation, les femmes veulent marquer visuellement la constitution d’un corps qui va au-delà de toute division possible entre les Nigérianes, dans un moment où le pays s’apprête à obtenir l’indépendance. Au-delà des symboles mis en avant sur les photographies, la réalité est bien différente et des divergences profondes subsistent dans les organisations féminines de la région occidentale58.

39En présentant chronologiquement des photographies provenant des archives des militantes d’Ibadan, on a cherché à montrer que la manière dont ces militantes décident d’être photographiées permet de saisir des prises de positions culturelles, religieuses et politiques. Dans les années 1920-1940, dans un contexte où il est important de souligner l’appartenance à une élite instruite, ces femmes l’affichent visuellement, en adoptant des codes occidentaux, dans la vie privée comme dans la vie publique. Lorsqu’elles commencent à s’engager politiquement et socialement, au milieu des années 1940, elles font de leur manière de se mettre en scène un moyen pour véhiculer des idéaux politiques et religieux. À la fin des années 1950, les militantes d’Ibadan s’ouvrent à la scène internationale en tant que « femmes du Nigéria » et elles tiennent donc à s’afficher comme unies sur le plan national tout en étant membres de la famille internationale des femmes.

40Le support photographique et l’analyse des pratiques corporelles et vestimentaires des militantes se révèlent donc une source précieuse pour étudier l’engagement féminin à l’époque coloniale. Ces clichés reproduisent les parcours de vie des militantes en reflétant en même temps les changements et les dynamiques de la société nigériane au fil de la période étudiée. Qu’il s’agisse de dynamiques culturelles, politiques ou religieuses, on assiste à une politisation du corps habillé et du corps en pose. Dans de telles mises en scène, les actrices politisent la représentation de soi, et il apparaît nécessaire de décoder ce langage corporel pour comprendre les identités et engagements revendiqués.

Haut de page

Notes

1 Yemisi Akinbilehe Thessy et Joe Igbaro, « Proverbial Illustration of Yoruba Traditional Clothings : A Socio-Cultural Analysis », The African Symposium : An online journal of the African Educational Research Network, décembre 2010, vol. 10, no. 2, p. 50. La traduction du proverbe en français est la nôtre.

2 Le terme yoruba désignait historiquement les gens de l’empire d’Old Oyo. Dans un processus de construction identitaire yoruba, qui commence au début du XXe siècle, le terme a fini par désigner l’ensemble des habitants du sud-ouest du Nigéria (voir p. 11 sq.)

3 Voir à ce propos Arundhati Virmani, « Le sari à l’européenne. Vêtement et militantisme en Inde coloniale », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 2012, no 36, p. 129-152.

4 Le terme « vêtement » dans cette étude reprend la définition proposée par Eicher et Barnes qui désignent par ce terme toutes les formes d’ornements du corps donc aussi les parures, les accessoires, les chaussures etc. On ne tiendra pas compte ici des scarifications yorubas, qui n’ont pas de pertinence pour le thème étudié, ni de la nudité comme « forme vestimentaire protestataire » des militantes yorubas, qui pourrait faire l’objet d’un article à part entière. Joanne Bubolz Eicher et Ruth Barnes (dir.), Dress and gender : making and meaning in cultural contexts, New York, Bloomsbury Academic, 1992.

5 Ce terme est tiré du contexte colonial. Il était employé pour désigner les Africain.es qui avaient été formé.es au sein des écoles coloniales, qui maitrisaient donc la culture occidentale dans ses divers aspects. Voir à ce propos Pascale Barthélémy, Africaines et diplômées à l’époque coloniale, 1918-1957, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

6 Érika Nimis, Photographes d’Afrique de l’ouest : l’expérience yoruba, Paris, Karthala, 2005.

7 Stephen Sprague, « How I See the Yoruba See Themselves », African Arts, vol. 1, no. 12, 1978, p. 54.

8 Jean Allman souligne que l’étude des vêtements en Afrique et en contexte de diaspora n’est pas seulement une source alternative qui va combler les lacunes de sources écrites ou orales mais une source permettant d’aborder/traiter de questions politiques et sociales qui n’émergent pas à l’analyse des autres formes d’archives. Jean Marie Allman (dir.), Fashioning Africa : power and the politics of dress, Bloomington, Indiana University Press, 2004, p. 4-5.

9 Bukola Adeyemi Oyeniyi, Dress and Identity in Yorubaland, 1880-1980,Thèse d’histoire, Université de Leiden, sous la direction de Robert Ross, 2012, p. 3.

10 Ibid., p. xiv ; B.A. Oyeniyi, Dress and Identity in Yorubaland, 1880-1980, op. cit.

11 Dolapo Adeniji-Neil, «  Omoluabi : the way of human being : An African philosophy’s impact on Nigerian voluntary immigrants’ educational and other life aspirations. », Ìrìnkèrindò : A Journal of African Migration, 2011, vol. 5, p. 1-28.

12 Judith Perani et Norma Hackleman Wolff, Cloth, dress, and art patronage in Africa, Oxford, Berg Publishers, 1999, p. 9.

13 Pour une étude plus poussée sur cette thématique voir : Monica Di Barbora, « Storia delle donne, rappresentazione del corpo e fotografia », V Congresso della Società Italiana delle Storiche « Nuove frontiere per la storia di genere ». Panel du titre « Gender e rappresentazione del corpo. Ricerche a confronto per una nuova lettura della storia sociale e culturale », 28 janvier 2010 : consulté en ligne le 3 mars 2016 http://www.cdlstoria.unina.it/storiche/sessioni_tematiche_28-01.htm.

14 Laurent Gervereau, Voir, comprendre, analyser les images, Paris, Éd. La Découverte, 2004, p. 34.

15 Pour ce qui est des photographes, on ne dispose pas d’informations précises. Les photographies ont toutes été commandées à des studios photographiques, comme le démontrent les tampons au dos, mais on n’a pas d’information sur ces studios ou sur les photographes qui y travaillèrent. Il est donc difficile de comprendre l’influence du photographe dans la mise en scène de ces femmes. En revanche, quand les familles des militantes parlent de ces photos, il semble assez clair que l’adoption de certaines normes était voulue, et non imposées par un photographe externe, comme cela a été bien décrit pour d’autres contextes où les photographes exerçaient une grande influence sur les poses et les vêtements de leurs sujets photographiques, en apportant souvent des accessoires lors de leurs reportages. Ce dernier point surtout semble ne pas s’appliquer aux clichées analysés. Voir à ce propos, entre d’autres, Ophélie Rillon, « Corps rebelles : la mode des jeunes urbains dans les années 1960-1970 au Mali », Genèses, 2011, vol. 81, no 4, p. 64-83.

16 Douglas Harper, « Talking about pictures : a case for photo elicitation », Visual Studies, vol. 17, no. 1, 2002, p. 14.

17 Je tiens à remercier Mrs Anu Adio-Moses, fille cadette de Mrs Ogunlesi, qui m’a permis de reproduire les photographies de sa mère et qui m’a soigneusement aidée à les lire. Je remercie également Mrs Ogunsheye, qui m’a permis de reproduire ses photographies et dont l’aide a été très importante pour la lecture de l’ensemble du corpus. Mes remerciements vont aussi aux quatre filles de Mama Humuani Alaga et à la fille cadette de Mrs Adekogbe, qui m’ont également laissée photographier les clichés de leurs mères. Toutes les photographies ont été reproduites personnellement, grâce à la courtoisie des personnes mentionnées. Les droits d’image ont été demandés à chaque famille avant de reproduire les photos.

18 Je remercie Pascale Barthélémy pour m’avoir permis d’utiliser cette photographie qui figure dans son livre P. Barthélémy, Africaines et diplômées, op. cit.

19 Ibid.

20 Entretien avec Mrs Lijadu, réalisé à son domicile à Lagos, le 17 juin 2016. Elève du Holy Child College de Lagos, première promotion 1945-1946.

21 Par « mode occidentale », on désigne ici certaines normes esthétiques qui circulent en Europe occidentale dans la période étudiée et qui présentent de traits proches et justifiant des études de l’ensemble des tendances de mode et un appellatif commun. Voir par exemple, Natalie Rothstein, Madeleine Ginsburg, Philip Bernard (dir.), Four hundred years of fashion, London, Victoria and Albert Museum, 1992.

22 Oyeniyi explique que la diffusion des vêtements occidentaux au Nigéria est à attribuer à l’importation à la fois de machines à coudre et de tissus bon marché mais aussi au fait qu’Ibadan et Lagos furent, pendant toute la période coloniale, des centres où l’on formait des tailleurs à reproduire des patrons occidentaux pour le personnel colonial. Oyeniyi, Dress and identity, op. cit., p. 233-234.

23 Natalie Rothstein et alii (dir.), Four hundred years of fashion, op. cit.

24 Sprague, « How I see the Yoruba see themselves », art. cit.

25 Betty M. Wass, « Yoruba dress in five generations of a Lagos family » in Betty M. Wass, Justine M. Cordwell, Ronald A. Schwartz, (dir.), The fabrics of culture, The anthropology of clothing and adornment, Paris, Mouton Publishers, 1979, p. 331-347.

26 Judith Byfield, « Dress and Politics in Post-World War II Abeokuta (Western Nigeria) » in Jean Marie Allman (dir.) Fashioning Africa : power and the politics of dress, Blooming, Indiana University Press, 2004, p. 34.

27 Ibid., p. 34-35.

28 Richard L. Sklar, Nigerian political parties ; power in an emergent African nation, Princeton, Princeton University Press, 1963.

29 Jean-Pierre Chrétien et Gérard Prunier (dir.), Les Ethnies ont une histoire, Paris, Karthala, 1989.

30 Jean Luc Martineau, « L’espace yoruba (fin XIXe siècle-1960) : oba, cités et processus de construction ethnique », Journal des africanistes, 2004, vol. 74, no. 1-2, p. 22.

31 Ce terme fait référence à un texte de Marcel Mauss repris dans Omar Carlier, « La construction et la représentation corporelles du leadership politique dans les “pays du Sud” à l’époque contemporaine » in Omar Carlier et alii (dir.), Le corps du leader  : construction et représentation dans les pays du Sud, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 14.

32 Idem.

33 Ibid. p. 13-23.

34 Byfield, « Dress and Politics in Post-World War II Abeokuta (Western Nigeria) », art. cit., p. 31.

35 Idem.

36 Wass, « Yoruba Dress », art. cit.

37 Gbemi Rosiji, Lady Ademola : portait of a pioneer, Lagos, EnClair Publishers Limited, 1996.

38 Pour une définition de ce terme voir Larousse URL : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/khadi/45479.

39 Stéphanie Tawa Lama-Rewal, « La classe d’Indira Gandhi : héritage et invention d’un style subtilement versatile » in Carlier Omar et alii (dir.), Le corps du leader, op. cit. p. 365‑380.

40 Byfield, « Dress and Politics in Post-World War II Abeokuta (Western Nigeria) », art. cit.

41 Byfield parle de ces deux termes en citant les mots employés par Wole Sokinka dans son roman autobiographique. Wole Soyinka, Aké: the years of childhood, Londres, Vintage International, 1981; Byfield, « Dress and Politics », art.cit. Les traductions en français et les explications sont de mon fait.

42 La volonté de se distinguer par une apparence sobre et simple se retrouve chez d’autres leaders politiques féminins, comme Indira Gandhi. Symbole de la politique indienne, devenue premier ministre en 1966, elle fait preuve de sobriété et de simplicité avec ses cheveux courts, non teints et l’absence de bijoux et de maquillage. Par contre, à la différence de Mrs Ransome-Kuti et d’autres leaders politiques indiens comme Gandhi, elle change de style selon les occasions qui s’offrent : des saris plus recherchés, des coiffures et des bijoux caractérisent ses visites à l’étranger alors que cette alternance n’est pas présente dans le cadre de Ransome Kuti. De plus, ce choix d’Indira Gandhi n’est pas motivé par le désir d’effacer des barrières sociales mais d’une part par la volonté de se présenter comme un vecteur de changements, contrepoids des conventions sociales, et d’autre part, par la volonté de ne pas se mettre en avant en tant que « femme » en suivant les canons esthétique féminine de l’époque pour éviter d’être assimilée à une « poupée manipulable » par les leaders politiques. Tawa Lama-Rewal, « La classe d’Indira Gandhi  : héritage et invention d’un style subtilement versatile », art. cit., p. 373.

43 Emma Tarlo, Clothing matters : dress and identity in India, Londres, Hurst, 1996, p. 62 ; Tawa Lama-Rewal, « La classe d’Indira Gandhi  : héritage et invention d’un style subtilement versatile », art. cit.

44 Pour approfondir, Sara Panata, Des mobilisations féminines à la construction de l’« être-femme » à Ibadan entre 1947 et 1960, mémoire de M2 sous la direction de P. Boilley, A. Hugon et J.-L. Martineau, Université Paris 1, 2015.

45 Tajudeen Gbadebo Olusanya Gbadamosi, Humuani Amoke ALaga Obirin Takuntakun, Lagos, Goldstar Printing CO, 2014.

46 Entretien avec Mrs Sanni, Ibadan, 17 septembre 2014.

47 Le terme aga chérif peut avoir plusieurs significations. Alhaja Sanni le décompose comme un terme yoruba (aga : chaise, trône) assorti d’un terme arabe (chérif, de l’arabe šarīf : auguste, distingué, illustre). Une deuxième interprétation, qui semble plus pertinente compte tenu de la fonction associée à ce chapeau, vise à traduire aga de l’arabe : chef. Ce chapeau pourrait donc désigner un chef illustre. Entretien avec Mrs Sanni, Ibadan, 17 septembre 2014.

48 L’ICW et l’IAW envisagent de représenter les femmes du monde entier, de toutes croyances et religions, mais c’est seulement pendant l’entre-deux-guerres que des organisations féminines non-occidentales commencent à y adhérer. Les discours mobilisés pour réunir les femmes de plusieurs nations tournent d’abord autour de la maternité : elles sont appelées en tant que mères à se fédérer au-delà de toute distinction. Même les femmes qui ne sont pas mères biologiquement sont concernées par cet appel, en tant que femmes et donc en tant que mères de l’humanité. De même, le rôle social accordé aux femmes dans leur maison est présenté comme un trait fédérateur au niveau international. Pour ces femmes, le fait qu’elles aient été longtemps reléguées à la maison doit aussi être une motivation qui les pousse à chercher dans ces organismes internationaux un monde plus vaste que leur foyer. Leila J. Rupp et Verta Taylor, « Forging Feminist Identity in an International Movement : A Collective Identity Approach to Twentieth-Century Feminism », Signs, 1999, vol. 2, no. 24, p. 363-386.

49 Mercedes Yusta, « Réinventer l’antifascisme au féminin  : la Fédération Démocratique Internationale des Femmes et le début de la Guerre froide », Témoigner. Entre Histoire et Mémoire, 2009, vol. 104, p. 91‑104.

50 Toyin Falola et Matthew M. Heaton, A history of Nigeria, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

51 Archives privées de Mrs Adekogbe, cahier manuscrit, Life History of the women movement of Nigeria (Founded: 13th December 1952, Ibadan), s.d., p. 29-34.

52 Entretien avec Mrs Ogunsheye, Ibadan, 31 janvier 2014.

53 Rupp, « Constructing Internationalism », art. cit., p. 1595.

54 Rupp et Taylor, « Forging Feminist Identity », art. cit., p. 371.

55 Le WM n’est pas présent dans la photo à cause de disputes avec certains membres de la WIS.

56 La YWCA est implantée à Ibadan en 1948 comme branche de la YWCA de Lagos (créée en 1907) qui gère les activités de l’association dans le champ nigérian. Fondée à Londres en 1894 par des femmes anglicanes, la YWCA est une association internationale, visant à accompagner les jeunes filles chrétiennes dans leur développement personnel. Panata, op. cit.

57 Entretien avec Mrs Ogunsheye, Ibadan, 31 janvier 2014.

58 Panata, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Écolières de la Kudeti Girls’ School d’Ibadan, première moitié des années 1920. Collection de photos de Mrs Ogunlesi17
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2585/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Photo 2. Promotion 1944-1948 de l’École Normale de jeunes filles de l’AOF. Au centre, la directrice Germaine Le Goff. Collection de photos de Pascale Barthélémy18
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2585/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Photo 3. Mr et Mrs Ogunlesi avec leur premier enfant. Première moitié des années 1930. Collection de photos de Mrs Ogunlesi, Lagos
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2585/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photo 4. Premier meeting des femmes de la WIS, 1947. Collection de photos de Mrs Ogunlesi, Ibadan
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2585/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photo 5. Le premier meeting officiel de la WIS en 1947. Brochure nécrologique, « Good Night Mama Tanimowo Ogunlesi 1908-2003 », p. 5
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2585/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Photo 6. Le meeting fondateur de la branche d’Iwo, première moitié des années 1950. Collection de photos de Mrs Adekogbe
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2585/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Photo 7. Les femmes de l’IWS après un meeting, fin des années 1950. Collection de photos de Mama Humani Alaga, Lagos
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2585/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photo 8. « Isabatudeen Women group at Malud cerimony », Collection privée de Mama Humani Alaga
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2585/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Photo 9. Mrs Adekogbe à la conférence de l’ICW d’Helsinky, juin 1954. Collection de photos de Mrs Adekogbe
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2585/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photo 10. Mrs Ogunsheye à la conférence de l’IAW d’Athènes, août 1958. Collection de photos de Mrs Ogunsheye
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2585/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Photo 11. Les fondatrices du NCWS, 10 avril 1960. Collection de photos de Mrs Ogunsheye, Ibadan
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2585/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sara Panata, « Les militantes yorubas se mettent en scène : la politisation du corps habillé à l’époque coloniale », Genre & Histoire [En ligne], 18 | Automne 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2585

Haut de page

Auteur

Sara Panata

Paris 1 (IMAF) et IFRA Nigéria. Courriel : sarapanata@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page