Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

Sophie Vergnes, L’engagement politique des femmes pendant la Fronde

Master 2 - Université Toulouse Le Mirail, 2006
Sophie Vergnes

Texte intégral

1L’architecture de ce mémoire laisse clairement voir qu’il s’agit d’un travail préparatoire à une thèse, actuellement en cours, dont l’enjeu principal est d’examiner la place du féminin dans l’arène politique au crépuscule des temps baroques et à l’aube du monde classique.

2Le bilan historiographique qui ouvre cette étude témoigne d’une interrogation constante sur le sujet. Alors que, du XVIIIe siècle au début du XXe, l’histoire de la Fronde s’enrichit des nouveaux documents exhumés par les chercheurs, celle des femmes qui y participèrent est avant tout marquée par les jugements tantôt admiratifs tantôt misogynes d’historiens qui ne peuvent ou ne veulent se dégager de leurs convictions politiques et morales. Les renouvellements méthodologiques apportés par les Annales permettent d’en finir avec ce type de partis pris idéologiques, mais ils repoussent dans l’ombre la question de l’engagement féminin dans la Fronde, considéré comme un aspect superficiel et anecdotique des événements et n’ayant de ce fait aucune vocation à nourrir une histoire « sérieuse » du XVIIe siècle. La diversification des objets et des problèmes historiques amorcée dans les années 1980 permet de réhabiliter le moment de la Fronde, ses grands acteurs mais aussi les femmes comme sujets d’histoire. Les territoires nouvellement défrichés n’en demeurent pas moins des archipels de connaissance, isolés les uns des autres.

3De ce constat est née l’idée d’une étude globale et synthétique sur l’engagement des femmes de l’aristocratie dans la Fronde, en tant que phénomène politique, social et culturel. C’est donc l’ensemble de leurs projets qui doit être considéré, y compris les moins aboutis, de façon à explorer la totalité du champ des possibles et à envisager aussi le versant féminin de la Fronde comme l’exploration de voies éventuelles et alternatives. En prenant appui sur les plus récentes avancées des gender studies et de l’anthropologie du pouvoir, il s’agit de proposer une interprétation historique nouvelle et éclairée de ce qui semble être l’ultime participation du genre féminin à la vie politique française, avant l’affirmation de l’ordre absolutiste.

  • 1  Voir à ce sujet les analyses du littéraire Jean GARAPON telles que « Mademoiselle devant la Fronde (...)

4Le panel des sources disponible est large. Les Mémoires des acteurs et témoins de la Fronde sont des témoignages d’autant plus indispensables qu’ils ont été réhabilités en tant que sources historiques. Littéraires et historiens s’accordent désormais pour penser qu’ils permettent d’accéder à la vérité des consciences et de comprendre les mentalités de ceux qui les ont écrit1. Il faut cependant les confronter à la documentation primaire : la correspondance politique et privée, les papiers d’hommes d’Etat, comme les fameux Carnets de Mazarin, mais aussi les mazarinades dont Hubert Carrier a montré tout l’intérêt pour les études consacrées aux mentalités. Il faut examiner, enfin, la production littéraire du temps car elle en dit long sur l’environnement intellectuel et moral dans lequel vivaient les femmes de la Fronde. On s’attachera plus particulièrement aux nombreux ouvrages de défense des femmes parus des années 1630 aux années 1650 et à la littérature de fiction, qui ne cesse pendant la Fronde d’envahir le réel et de déterminer la façon dont il est perçu par les contemporains et, peut-être surtout les contemporaines, des milieux cultivés.

5L’étude de cas qui clôt le mémoire consiste en une analyse de la correspondance adressée par le cardinal Mazarin à la Princesse Palatine au cours de l’année 1651. Pour continuer à peser sur les choix politiques de la régente et préparer son retour au sommet de l’Etat, le ministre en disgrâce fait appel aux services d’Anne de Gonzague, Princesse Palatine. Les lettres qu’il lui envoie prouvent clairement comment les talents de médiatrice de cette dernière, son esprit d’initiative et ses relations privilégiées avec l’ensemble des protagonistes du conflit en firent un des personnages incontournables du jeu politique dans les moments les plus incertains.

Haut de page

Notes

1  Voir à ce sujet les analyses du littéraire Jean GARAPON telles que « Mademoiselle devant la Fronde d’après ses Mémoires », dans DUCHENE, Roger et RONZEAUD, Pierre (ed.), La Fronde en questions, Actes du 18e colloque du centre méridional de recherche sur le XVIIe siècle, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1989, pp. 63-70 ou «  Les mémorialistes et le réel : l’exemple du cardinal de Retz et de mademoiselle de Montpensier », Littératures classiques, n° 11, janv. 1989, pp. 181-189 ainsi que celles de l’historien Michel PERNOT qui publie par exemple « Le Cardinal de Retz, historien de la Fronde » dans Revue d’Histoire Littéraire de la France, 89e année, n° 1, janv.-févr. 1989, pp. 4-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Vergnes, « Sophie Vergnes, L’engagement politique des femmes pendant la Fronde », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 16 juin 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/258

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page