Skip to navigation – Site map
Articles

Pour une histoire de l’enseignement agricole féminin durant les années 1950-60 : les écoles ménagères agricoles du Loir-et-Cher ou l’éducation contrariée au rôle de femme d’exploitant

Female agricultural training in the 1950s and 1960s: Agricultural home economic schools for girls in the Loir-et-Cher; challenging the gendered lessons of future female farm workers in the 1950s and 1960s
Jérôme Pelletier

Abstracts

At the moment of France’s Liberation the agricultural world made important steps to join the modernizing efforts of the country. This article explores the role of technical education offered to farmers’ daughters who intended to become farmers themselves. It shows how training within agricultural home economic schools, which had emerged in the interwar period and flourished under Vichy, both adapted to and responded to the requirements of the profession that sought to renew the model of the family farm. This involved an increasingly gendered definition of what constituted a woman farmer’s area of expertise. Research at the departmental level reveals the characteristics of this process during the two decades that refashioned French agricultural life. Above all it shows how local actors used the means available to them to divert some of the objectives of this training.

Top of page

Full text

  • 1 Fabien Knittel et Pascal Raggi (dir.), Genre et techniques. XIXe-XXIe siècle, Rennes, PUR, 2013, p. (...)
  • 2 Pour une présentation exhaustive, Juliette Caniou : L’enseignement agricole féminin de la fin du XI (...)
  • 3 Ibid., annexes p. 30.
  • 4 Martine Cocaud, « Les agricultrices en France, XIXe-XXe siècle », in Dominique Poulain (dir.), Hist (...)
  • 5 Juliette Caniou, « Les fonctions sociales de l’enseignement agricole féminin », Études rurales, n°  (...)
  • 6 Ibid., p. 44.
  • 7 Cocaud, « Les agricultrices », p. 338.
  • 8 Michel Debatisse, La Révolution silencieuse, le combat des paysans. Paris, Calmann-Lévy, 1964, 265  (...)
  • 9 L’ouvrage dirigé par Rose-Marie Lagrave en 1987 constitue la première étude d’ampleur sur les agric (...)

1Croiser genre et enseignement technique permet de préciser la façon dont les techniques agissent dans la « construction sociale des identités sexuées »1. L’enseignement agricole est né des réformes mises en place à partir de 1848 et amendées par la IIIe République. Conçu dans un triple objectif (maintenir la population rurale, moderniser l’activité agricole, accroitre la production), les jeunes filles y prennent part en disposant progressivement d’un enseignement composé de cours postscolaires ; d’écoles ménagères agricoles (EMA) fixes, temporaires, ambulantes ou volantes (qui constituent le cycle court et donnent droit à des brevets d’aptitudes) ; d’une seule école supérieure d’enseignement ménager agricole (pour le cycle long qui forme essentiellement les futures professeures d’enseignement ménager). Cette structure est le décalque plus tardif et moins étoffé de la formation technique à destination des garçons, notamment pour le troisième degré2. Le secteur privé, sous l’impulsion des Maisons Familiales Rurales (MFR) à partir de 1937, a accompagné ce processus dans des proportions remarquables puisqu’il concentre 40 % des élèves en 1951-523. L’originalité de cet enseignement, qu’il soit public ou privé, tient à ce qu’il a initialement envisagé la formation destinée aux jeunes filles qui s’orientent vers le « métier » d’agricultrice uniquement sous l’angle ménager. En outre, le « projet novateur de la fermière-technicienne »4 des débuts, sur fond d’arrière-pensée politique (faire des paysannes des républicaines, comme leur mari) laisse rapidement place à des objectifs sociaux et moraux avec la loi du 2 août 1918 : les EMA doivent être un « foyer privilégié de diffusion de l’idéologie agrarienne » et « un lieu de défense […] de la société rurale traditionnelle5 ». Il s’agit de lutter contre l’exode rural et de faire des futures épouses les « missionnaires de la vie terrienne6 », paysannes incarnant l’attachement à la terre et à ses valeurs afin d’y retenir les hommes. Héritier d’une situation pratiquement inchangée à la Libération7, cet enseignement se heurte aux prémices de la « Révolution silencieuse8 » et du modèle techniciste qui posent de façon aiguë la nécessité d’y adapter la formation des futur.es exploitant.es. Pourtant, cette modernisation s’accompagne d’une définition de plus en plus stricte des rôles et des espaces dans l’exploitation familiale et renouvelle les rapports sociaux liés à l’appartenance de sexe. L’affirmation de leur rôle de femmes au foyer renforce leur position de subordination dans le couple et l’absence de statut pour les agricultrices en dehors de celui d’épouse. Cette situation explique en grande partie le « silence » historiographique dont ces femmes ont fait l’objet, en dehors des études de sociologie rurale9.

  • 10 Cet article s’appuie sur ma thèse soutenue le 25 mai 2010 : Jérôme Pelletier, La place des femmes d (...)
  • 11 Ni l’enseignement ménager, ni l’assignation morale de ce type de formation ne disparaissent cependa (...)
  • 12 Joël Lebeaume, L’enseignement ménager en France. Sciences et techniques au féminin, 1880-1980, Renn (...)

2Le choix d’une micro histoire à l’échelle départementale10 permet d’appréhender au plus près les EMA de leur apogée (à la Libération) à leur disparition progressive avec la réforme de 196011. Cela suppose d’abord d’évaluer leur place (structures, moyens, effectifs) puis d’étudier la façon dont la profession fait la promotion d’un enseignement aux objectifs renouvelés, en interrogeant le poids du verbe et des représentations dans les discours. Enfin, il s’agit de mettre en lumière le rôle des acteurs locaux (organisations professionnelles agricoles départementales, représentant.es des services extérieurs du Ministère de l’agriculture, élus locaux, agriculteur.rices) et l’usage qu’ils ont pu en faire pour montrer la façon dont ils contrarient en partie les objets que lui avaient fixés le législateur et la profession en considérant qu’« avec ses visées professionnelles, l’enseignement ménager ne peut ainsi être considéré de l’unique – et certes indéniable – point de vue de l’éducation morale des filles, tel que la mémoire collective tend à le conserver12 ».

Des écoles ménagères soutenues par la profession pour un public restreint et varié

Des écoles de filles

  • 13 L’Agriculteur de Loir-et-Cher n° 114, 7/I 1950. Ce journal (L’ALC) est publié par la principale coo (...)
  • 14 Idem.
  • 15 Forme originale d’enseignement qui répond autant à une offre qu’à une demande locale de formation e (...)
  • 16 L’ALC n° 366, 10/XII 1960.
  • 17 Le Perche, le Val de Loir pour le nord du département, la Vallée de la Loire et les plateaux bocage (...)
  • 18 Les premiers cours sont donnés dans trois centres en 1955-56. L’ALC n° 265, 22/IX 1956. Les garçons (...)
  • 19 « Tous les jeunes gens et jeunes filles de 14 à 17 ans qui se consacrent à l’agriculture devraient (...)
  • 20 A Huisseau en Beauce (1953) et Binas (1954) pour les jeunes filles et à St-Firmin-des-Prés (1957) e (...)
  • 21 Dans le département, les « jeunes gens » peuvent profiter de formations en mécanique agricole, en œ (...)
  • 22 L’ALC n° 91, 8/I 1949.
  • 23 L’ALC n° 116, 4/II 1950.

3Lorsque L’Agriculteur de Loir-et-Cher annonce en 1950 que : « L’école d’enseignement ménager agricole de Prépatour à Naveil, […], va enfin pouvoir ouvrir sa première session13 », elle complète l’offre assurée jusqu’alors par la seule EMA de Blois, créée en 1936. Elles constituent le second degré de l’enseignement agricole fixe mais temporaire, puisque les sessions de formation s’étalent sur deux hivers successifs, sur le modèle des deux écoles agricoles d’hiver (EAH) destinés aux garçons (à Blois et à Souvigny-en-Sologne). L’article de préciser que les « […] élèves pensionnaires ou demi-pensionnaires peuvent encore être admises à condition qu’elles aient leur certificat d’études, qu’elles soient âgées de 15 ans au moins au 1er janvier 1950 et filles d’agriculteurs14. » Deux structures ambulantes15 à Droué (en 1954) et à Selles-sur-Cher (en 1960)16 permettent de doter quatre des grandes régions du département17. Les cours postscolaires ménagers18, qui compensent la difficulté de se rendre dans les écoles fixes, ainsi que les cours par correspondance se mettent plus difficilement en place mais le Loir-et-Cher répond globalement aux exigences de la loi du 5 juillet 194119. Le secteur privé se développe parallèlement mais relativement tardivement à travers notamment quatre MFR20. Mais là où les filles n’ont accès qu’à un type de formation, les garçons voient se multiplier les offres et les centres spécialisés21. Ainsi si certaines annonces laissent planer le doute quant au public visé, comme l’« […] école saisonnière de viticulture […] à Montoire [ouverte] aux jeunes de 15 à 20 ans22 », le centre de formation accéléré de Souvigny-en-Sologne forme spécifiquement les « jeunes gens à la profession de berger23 ».

  • 24 L’ALC publie des articles concernant la formation locale des enfants d’agriculteurs dans au moins 5 (...)
  • 25 Session ordinaire de la CALC du 3/V 1962.
  • 26 Pelletier, La place des femmes, op. cit. p. 37, vol. 2. Difficile cependant de dégager une tendance (...)
  • 27 « La formation professionnelle agricole » à partir d’un questionnaire de l’APPCA, session du 6/XI 1 (...)

4Les moyens et la fréquentation de ces formations sont une préoccupation des responsables professionnels – masculins – tant par voie de presse qu’au sein de l’organisme consulaire. De 1944 à 1963, les EMA sont l’objet de publications régulières dans L’Agriculteur de Loir-et-Cher24 pour inciter les parents à y inscrire leurs filles, présenter les écoles ou donner les résultats des différentes promotions. De même, la Chambre d’agriculture rappelle la nécessité de soutenir ces actions en faveur des jeunes : « Ce sera notre orgueil et nous serons fiers d’avoir contribué à rehausser le niveau d’instruction de nos jeunes ruraux du Loir-et-Cher !25 ». À défaut d’en prendre en charge directement la gestion, l’organisme consulaire participe aux enseignements sous forme de subventions aux écoles et de bourses scolaires à destination de l’ensemble des élèves et en cherchant à équilibrer progressivement ses versements entre sexe alors que les effectifs masculins sont supérieurs26 (Infra). Surtout cet intérêt de la profession se traduit par une série d’avis, d’enquêtes et de rapports qui témoignent des préoccupations liées à la formation initiale des futur.es exploitant.es27.

  • 28 Là où la profession propose aux garçons des spécialisations selon le type d’élevage ou pour s’adapt (...)

5L’enseignement technique départemental s’inscrit donc bien dans une division sexuée stricte qui distingue le foyer du domaine des champs et de l’élevage mais permet aux filles d’agriculteurs de disposer de conditions d’apprentissage relativement complètes même si le département ne compte ni formations supérieures, ni offre alternative28.

Un recrutement relativement diversifié mais insuffisant

  • 29 Caniou, « Les fonctions sociales », art. cit., p. 43.
  • 30 Session ordinaire de la CALC du 10/XI 1955.
  • 31 Les séries 7 W 575 à 779 sont issues des fonds de la DSA et sont classées aux archives départementa (...)
  • 32 AD 41, 7 W 575. La taille moyenne des exploitations qui obtiennent finalement une bourse est de 13 (...)
  • 33 Par comparaison, les chiffres pour les 13 élèves boursiers de l’EAH de Blois en 1955-1956 donnent u (...)
  • 34 La moyenne des exploitations du département est d’environ 10 ha. Elle s’explique par les exploitati (...)

6D’abord destiné aux « filles de moyenne et grande culture29 », cet enseignement est plutôt bien considéré chez les familles aisées, selon les représentants professionnels30. Le dépouillement des demandes de bourse aux EMA permet cependant de supposer que les élèves ne correspondent pas au profil envisagé initialement par le législateur31. Le nombre de boursières (28 demandes et 17 acceptées sur 32 élèves à Blois pour la session 1956-57, 21 demandes pour 32 élèves à Prépatour en 1961) et la nature des demandeuses laissent entrevoir une population parfois modeste et qui ne se limite pas aux seules filles d’agriculteurs. Sur les 13 demandes détaillées pour 1950, l’une émane d’une veuve dont les revenus se limitent aux allocations familiales et deux, de salariés. En 1951, un sabotier, un « domestique de culture » et un salarié agricole demandent une bourse pour leur fille. Surtout, la superficie moyenne respectivement des dix exploitations des demandeurs de 1950 et des 12 demandeurs de 1951 est proche de 18 ha, avec des variations importantes, du lopin de quelques ares à l’exploitation de 80 ha32. De même en 1958, la moyenne est légèrement supérieure à 22 ha, mais les cheptels se composent en moyenne de 1,5 cheval et de 4,5 vaches33. Même si ces données restent ponctuelles, elles semblent indiquer une réelle ouverture aux familles paysannes – et rurales – d’abord moyennes et modestes, tout autant qu’aux familles aisées et constitue, pour les premières, une opportunité de formation sans doute inédite34.

  • 35 L’ALC n° 60, 20/IX 1947. Les moindres désistements sont annoncés par voie de presse pour satisfaire (...)
  • 36 Session ordinaire de la CALC du 20/XI 1951. La session ordinaire de la CALC du 21/V 1952 donne, san (...)
  • 37 Session ordinaire de la CALC du 12/XI 1953.
  • 38 Georges Duby, Armand Wallon (dir.), Histoire de la France rurale. Tome IV : La fin de la France pay (...)
  • 39 René Châtelain recense en 1951-52 166 763 élèves suivant un enseignement agricole dans des établiss (...)
  • 40 Session ordinaire de la CALC du 10/XI 1955.
  • 41 L’ALC n° 280, 4/V 1957.
  • 42 Session ordinaire de la CACL du 11/VI 1959.
  • 43 AD 41, 7 W 579, « Prépatour, session 1959-1960 ».
  • 44 L’ALC n° 293, 16/XI 1957.
  • 45 AD 41, 7 W 579, « Prépatour, session 1959-1960 ».

7Cette accessibilité expliquerait a priori le succès des EMA. Un article de 1947 précise que les listes sont closes pour les deux rentrées à venir et que seules les admissions pour 1949-50 sont désormais possibles35. Les capacités maximales des deux écoles sont donc rapidement atteintes mais les deux EMA ne comptent que 70 élèves contre 130 dans les EAH. En tenant compte des différentes formations, 250 à 300 jeunes gens seraient concernés en 1951, soit « un tiers de ceux qui sortent de l’école communale », trois à quatre fois plus que les jeunes filles36. En 1953, 878 garçons reçoivent une formation agricole contre 120 filles soit 11,4 % du public total concerné37. Ce pourcentage, difficile à comparer à l’échelle nationale38, cache mal les disparités locales entre sexe : les jeunes filles ne représentent alors que 12 % des effectifs scolarisés, contre 36 % à l’échelle nationale39. Ces résultats n’empêchent pourtant pas les membres de la Chambre de préciser que le Loir-et-Cher a formé « 800 agriculteurs [au masculin dans le texte] qui demeurent l’élite des paysans du Département40 ». Difficile cependant pour les responsables de se contenter de ces chiffres apparemment flatteurs. Lors de la discussion qui suit le rapport, l’un des problèmes posés est celui de « convaincre les mères d’[y] envoyer leur fille ». De même, Mlle Roquelle, directrice de l’EMA de Blois, regrette que le recrutement soit si faible et rappelle la nécessité de faire la promotion des écoles auprès des agriculteurs41. Et malgré l’offre, les responsables constatent en 1959 que : « […] le recrutement est plus difficile, surtout pour les cours ménagers qui ne retiennent pourtant la jeune fille que 15 jours par mois et pendant les cours elle rentre chaque soir à la ferme !42 » L’auteur évoque sans doute l’école ambulante du canton dont il est l’élu et qui n’accueille qu’une dizaine d’élèves sur trois niveaux43. La rareté et le coût de la main d’œuvre forceraient les parents à conserver ces bras disponibles en niant l’intérêt des jeunes et l’apport des écoles dans « la gestion de leur ferme ou de leur maison44 ». Pourtant, le compte rendu de session 1959-1960 de Prépatour contredit cette litanie de regrets. Le recrutement annoncé (44 élèves) dépasse les capacités d’accueil (36) et une première sélection a permis d’écarter celles qui étaient trop jeunes, trop éloignées du monde agricole et dont le niveau n’était pas satisfaisant45.

  • 46 Session ordinaire de la CALC du 4/XI 1954.

8La présentation des structures d’accueil et la composition des effectifs constituent un cas d’école de formations techniques sexuées qui alimentent une infériorité des femmes, en termes d’effectifs et de structures. Les efforts consentis et la volonté de répondre au mieux aux ambitions de la profession et du législateur dans l’application et la mise en œuvre de la politique d’enseignement agricole se heurtent à la limite des moyens et à la priorité donnée à l’enseignement technique masculin. Entre un accueil restreint et les réticences des familles à y envoyer leurs filles, les effectifs apparaissent d’autant plus faibles pour un département rural qui compte plus de 23 000 exploitations en 195446.

Le poids des représentations : du rôle des « producteurs de discours normatif47 »

  • 47 Pierre Cornu, Jean-Luc Mayaud, Nouvelles questions agraires. Exploitants, fonctions et territoires, (...)
  • 48 L’ALC n° 129, 9/IX 1950.

9Les responsables et représentants agricoles comme les fonctionnaires de la DSA rappellent aux agriculteurs qu’il faut « fournir à leurs enfants la formation technique indispensable aussi bien à l’homme qu’à la femme48 ». Ce souci de parité est cependant autant l’expression de modèles agrariens qu’un moment de discrimination sexuée par les contenus enseignés.

  • 49 Session ordinaire de la CACL du 12/V 1960.
  • 50 Session ordinaire de la CACL du 4/V 1961.
  • 51 Session ordinaire de la CACL du 3/V 1962.

10A. Coursimault qui, de 1960 à 1962, prend régulièrement la parole à la Chambre d’Agriculture en tant que doyen de séance, revient sur la nécessaire défense de l’exploitation familiale susceptible d’assurer : « […] la stabilité, la durée d’un régime. Car de grosses masses concentrées dans les centres urbains deviennent un péril, un danger pour ceux qui ont la charge et la mission de gouverner49 ». Le même de souligner à nouveau que : « Nous voyons avec tristesse nos enfants quitter la ferme […] pour grossir les villes, dont les masses peuvent devenir un péril, un danger, pour ceux qui ont la charge de nous gouverner50 ». Il poursuit en 1962 : « Que ce serait pourtant beau, humain, de conserver ces familles réellement terriennes, paysannes, qui étant supprimées sont appelées à surpeupler les villes, devenant main-d’œuvre d’usines, manœuvres pour la plupart51 ». R. Gessat, professeur départemental d’agriculture, cible davantage les jeunes rurales :

  • 52 L’ALC n° 331, 13/VI 1959. Noter que le même auteur omet complètement de traiter des femmes dans sa (...)

« L’inconfort dans le travail, à la ferme, […] est-il dans la mesure où l’on cherche à le limiter, plus désagréable que l’inconfort dans le travail urbain ? […] Est-ce qu’il est vrai d’abord que l’employée ou l’ouvrière de la grande ville, blasée par le même obligatoire parcours quotidien, flâne et s’attarde devant les magasins ?…52 »

11Or, le poids du discours de ces deux intervenants est d’autant plus remarquable que le premier, en tant que conseiller cantonal, et le second, en tant que responsable du personnel et de l’enseignement départemental, interviennent notamment dans la mise en place d’une EMA ambulante dont la fonction semble toujours être celle que le régime précédent lui avait assignée.

  • 53 Session ordinaire de la CALC du 12/XI 1953.
  • 54 L’ALC n° 133, 4/XI 1950.
  • 55 L’ALC n° 86, 23/X 1948. C’est bien la nature des disciplines qui justifie l’inadaptation.
  • 56 Session ordinaire de la CALC du 6/V 1954.

12Cette défense de l’exploitation familiale justifie et se prolonge dans la division sexuée des enseignements. Les techniques agronomiques et zootechniques accompagnent la motorisation et la mécanisation, l’économie et la législation rurales, la comptabilité agricole et l’organisation de la profession pour les garçons53 ; la formation destinée aux filles comporte une partie « … enseignement général (français, calcul, histoire et géographie régionale, dessin, chant, etc.), un enseignement ménager proprement dit (cuisine, économie domestique, coupe, couture, repassage, etc.) et un enseignement agricole (élevage des animaux de la ferme, laiterie, horticulture, etc.)54 ». Cette distinction est paradoxalement renforcée lorsque les conditions exigent une forme de mixité inédite. Ainsi, si « Tous les garçons peuvent être admis à leur sortie de l’école primaire » aux cours par correspondance, l’auteur précise : « quant aux filles, bien que l’enseignement ne leur soit pas adapté, les cours leur restent ouverts en attendant la création des cours par correspondance ménagers agricoles55. » De même, les propositions de la profession pour réformer l’enseignement primaire insistent sur la nécessité d’apporter une spécialisation de 2 heures par semaine à partir de 12 ans, comprenant « agriculture, zootechnie, mécanique agricole, etc. » et « Hygiène, aviculture, jardinage, etc. » selon le sexe des élèves56.

  • 57 L’ALC n° 132, 21/X 1950.
  • 58 L’ALC n° 148, 23/VI 1951.
  • 59 Le dépouillement systématique des 775 numéros de L’ALC de 1944 à 1981 a permis de dégager des terme (...)

13Cette distinction doit construire une forme de complémentarité dont les contours s’affinent. Mariées à des garçons qui ne pourraient pas assumer leur statut de « […] chef d’une exploitation de plusieurs dizaines ou plusieurs centaines d’hectares avec pour seul bagage son certificat d’étude primaire…57 », les filles « quittent l’école avec une solide formation qui doit faire d’elles des agricultrices éclairées et des ménagères accomplies58 ». Le terme d’agricultrice disparaît cependant et illustre une nouvelle hiérarchie des tâches que l’étude du champ lexical utilisé dans la presse agricole renforce par la prédominance des fonctions maternelle et domestique sur les fonctions agricoles59. Cette évolution sélective n’empêche pas une exigence de modernisation :

  • 60 L’ALC n° 175, 20/IX 1952.

« Agriculteurs, agricultrices […] qui voulez donner à votre grande fille des idées de progrès, de confort, tout en lui apprenant des notions qui lui permettront de seconder plus tard son mari cultivateur, pensez à l’école ménagère de Prépatour […] qui reçoit des filles d’agriculteurs […] qui se destinent à devenir de bonnes maîtresses de maison, des mères de famille rurales avisées, des fermières de progrès60 ».

  • 61 Session ordinaire de la CALC, 10/XI 1955.
  • 62 L’ALC n° 127, 22/VII 1950.
  • 63 L’ALC n° 174, 6/IX 1952.

14Les différentes fonctions sont valorisées mais se répartissent strictement au sein du couple. La validation des contenus destinés aux « futures femmes d’exploitants » accentue encore cette distinction puisque les améliorations ont déjà pu être constatées dans les « travaux ménagers de laiterie et de basses-cours61 » dans un processus de « déprofessionnalisation » par la confusion des tâches domestiques et agricoles. De même, la remise des diplômes à Blois accompagnée d’un repas servi par les élèves est agrémentée d’« une petite séance récréative […] » permettant d’insister sur ces « […] jeunes filles sortant de l’école ménagère […] aussi à l’aise sur la scène que dans la cuisine62 ». L’argumentaire peut enfin user du discours parentaliste et familialiste qui impose de nouvelles compétences aux mères. La nécessité de libérer les enfants même si « […] le jeune homme ou la jeune fille vont manquer à la ferme, qu’il va falloir les remplacer tant bien que mal » suppose un sacrifice nécessaire63 mais suscite moins l’admiration et la compassion face à ces mères débordées, que la volonté de leur proposer des solutions :

  • 64 L’ALC n° 62, 18/X 1947.

« Pour les jeunes filles, c’est surtout la couture, la cuisine et tous les autres travaux qui incombent à la femme dans une ferme qu’on lui enseignera. L’École supplée ainsi la mère souvent trop absorbée par ses travaux quotidiens pour pouvoir consacrer du temps nécessaire à la formation technique de sa fille64 ».

  • 65 L’ALC n° 218, 24/VII 1954.
  • 66 Martyne Perrot, « La Jaciste, une figure emblématique » in Lagrave, op. cit., p. 33-61.
  • 67 Preuve d’une influence réelle, en 1963, la JAC est présente dans 20 des 24 cantons. Michel Guedez, (...)
  • 68 Session ordinaire de la CALC du 12/XI 1953. Méthode qui tire son nom du lieu de naissance de la pre (...)

15L’épouse et la mère dévouées qui ne parviennent plus à faire face à leur fonction éducative trouveraient dans les EMA un palliatif à leur difficulté, d’autant que le bénéfice peut être immédiat lorsque : « Les jeunes filles de Blois et Prépatour viennent de terminer leur scolarité […] et vont aider leur maman au cours des travaux importants de la saison65 ». Mais rien n’indique que ces filles ne connaissent le même conflit générationnel que leurs frères face à leur père dans l’introduction du progrès. La promotion de la formation ménagère pour l’acquisition de compétences techniques a donc d’abord pour but de légitimer cette nouvelle définition de la place des femmes. Cela témoigne surtout de l’appropriation de normes discursives par la profession qui fait de l’école l’un des vecteurs d’une modernisation féminine qui serait exclusive et en partie « excluante ». Ces contenus assurent le triomphe des modèles véhiculés par la JACF (Jeunesse Agricole Catholique Féminine) durant l’Entre-deux-guerres66, relayés par le régime de Vichy et entretenus par les agrariens : ce « droit au foyer » permet d’en finir avec la « terrienne », pour favoriser des rurales qui n’auraient plus rien à envier aux urbaines et résisteraient aux sirènes de l’exode du fait d’un équipement comparable et d’une maîtrise des « arts ménagers » acquise à l’école. Difficile cependant de mesurer exactement l’influence du catholicisme rural en Loir-et-Cher. Si le président du principal syndicat départemental est un ex-jaciste, frère de l’aumônier départemental67, et que la Chambre d’Agriculture évoque « la méthode LAUZUN »68, dont le principe d’alternance pourrait concilier besoins de main d’œuvre familiale et formation, la naissance tardive des MFR semble indiquer une faible mobilisation des familles.

  • 69 Section féminine du CDJA. L’ALC n° 321, 10/I 1959.

16Cette (re)production de normes sociales liées à l’appartenance de sexe véhiculée par le verbe et qui doit permettre de sauvegarder l’exploitation familiale, n’est cependant ni univoque, ni uniforme. Les jeunes agricultrices qui émergent et prennent la parole dans le contexte de la « Révolution silencieuse » offrent une variation sur la hiérarchie des fonctions « naturelles » des (futures) femmes d’exploitants. Une partie d’entre elles ont pu intérioriser ce discours dominant en soulignant que « La femme en agriculture a une double mission : elle est ménagère et éducatrice, et, d’autre part, elle est agricole. Vouloir l’évolution de la femme dans la vie professionnelle, n’est pas la détourner de sa vocation première69 ». Mais la vanité du projet apparaît brutalement :

  • 70 Françoise Marseault, nouvelle responsable des jeunes agricultrices du département. L’ALC n° 350, 26 (...)

« […] est-il normal qu’en 1960, bon nombre de femmes assurent encore à certaines saisons 12 à 15 heures de travail par jour sur l’exploitation, que ce soit soins aux bêtes, travail des champs, voire même des travaux durs (tels que binage, épandage de fumier ou conduite prolongée du tracteur) ?70 ».

17Le renouvellement des jeunes agricultrices s’accompagne d’un renversement des fonctions féminines :

  • 71 Idib.

« Il faut donc revaloriser le métier de fermière, et c’est en mettant chaque femme à sa vraie place que nous y arriverons. Je ne veux pas dire par là que la femme exploitante doit se confiner dans son intérieur, non, elle a au contraire un rôle très important à jouer pour la bonne marche de l’exploitation71. »

18Ce modèle de la fermière moins avisée qu’associée de son mari, moins complémentaire que collaboratrice, rend le discours sur les EMA suranné aux yeux de celles qui étaient directement concernées, parce que les contenus enseignés ne correspondent pas à leurs exigences.

Des actions de l’Amicale aux premiers outils de vulgarisation techniques : les usages contrariants de l’enseignement ménager par les acteurs locaux

Prolonger sa formation

  • 72 Mme Isambert-Hallouin est vice-présidente, Mme Norguet-Labbé est secrétaire. L’ALC n° 145, 5/V 1951 (...)
  • 73 Session extraordinaire de la CACL du 29/III 1952.
  • 74 L’ALC n° 99, 7/V 1949.

19L’Amicale des anciens et anciennes élèves des EAH et des EMA est une association suffisamment reconnue pour que la Chambre décide d’en désigner deux membres72 pour représenter les jeunes agriculteurs non éligibles lors des sessions de l’organisme consulaire73. Sans être suivie d’effet, cette annonce constitue la première incursion des femmes dans la représentation professionnelle mais entérine aussi une légitimation de la formation technique féminine et de ses logiques (qui mieux qu’une ménagère formée pour représenter les fermières ?). Cette Amicale ne se limite pas seulement à l’organisation de rencontres d’anciens autour d’un dîner dansant annuel74. Elle assure d’abord la promotion des écoles départementales et, par contrecoup, de sa propre structure comme lors de l’assemblée générale en 1957 :

  • 75 L’ALC n° 280, 4/V 1957.

« Ainsi les jeunes rurales de Loir-et-Cher ont à leur disposition deux écoles remarquablement installées, dirigées et animées par des professeurs dont la compétence est unanimement appréciée. Elles ont donc la possibilité de s’instruire et d’acquérir dans ces écoles tous les éléments de leur futur « métier » de fermière. Les résultats déjà acquis mettent en lumière l’intérêt de l’enseignement ménager agricole et font sentir l’impérieuse nécessité de son extension75. »

  • 76 L’ALC n° 353, 7/V 1960.
  • 77 L’ALC n° 139, 3/II 1951.
  • 78 L’ALC n° 145, 5/V 1951. DSA : direction des services agricoles, services extérieurs du Ministère de (...)
  • 79 L’ALC n° 163, 23/II 1952.
  • 80 L’ALC n° 232, 19/III 1955.
  • 81 Le compte rendu en relate le succès mais regrette toujours la présence des mêmes participants. L’AL (...)
  • 82 L’ALC n° 265, 22/IX 1956.
  • 83 L’ALC n° 145, 5/V 1951 et n° 235, 1/V 1955.
  • 84 L’ALC n° 353, 7/V 1960.

20L’Amicale relaie donc le discours officiel et invite les anciens et les anciennes à user de « leur exemple sans doute, sans autre propagande que celle qui résulte de leur "supériorité professionnelle"76 ». Surtout, le contexte incite les responsables à s’engager dans la voie de la diffusion d’informations techniques par l’« organisation de journées d’études au cours desquelles des causeries et des applications sur des sujets d’actualité pourraient être faites77 » à partir de demandes d’ancien.nes élèves. Ces conférences font appel aux personnels des écoles où aux spécialistes locaux sur des sujets variés, comme M. Varin (sur la législation sociale) ou M. Pigeon (Ingénieur de la DSA sur l’insémination artificielle)78. Des actions cantonales voient le jour dès 1952, en s’appuyant sur le modèle des cours par correspondance qui existent déjà pour les anciens des EAH : « 20 sections ont vu le jour, qui doivent permettre d’organiser pour les jeunes gens et les jeunes filles de "véritables journées d’étude"79 ». L’association fait ensuite régulièrement la promotion de réunions d’information ménagère dont elle assure en partie l’organisation, ouvertes aux anciennes élèves et globalement à « toutes les jeunes filles et jeunes femmes s’intéressant aux questions agricoles et ménagères80 » dans une dizaine de cantons dont certains ne sont pas dotés de structures de formation81. L’Amicale participe enfin aux cours postscolaires, qui concernent 10 secteurs pour les garçons et 3 secteurs agricoles ménagers82 en partenariat avec la DSA et le département. Cependant, faute de moyens, son action se limite rapidement à l’organisation d’un voyage. Le plus contraignant est finalement la base de son recrutement : non seulement le nombre d’ancien.nes est limité (supra) mais seulement 20 % d’entre eux cotisent83 et leur participation semble s’étioler avec le temps et intéresse d’abord les plus récemment formé.es, en raison de « […] leur indépendance relative vis-à-vis des obligations de la ferme paternelle, […] [leur] désir de retrouver leur camarade […]84 ». Cette Amicale agit donc comme un groupement de pré-vulgarisation dans une mixité et une parité originales, qui témoignent tout autant d’une curiosité que de la conscience des limites de leur formation par les ancien.nes.

Les EMA, actrices de la vulgarisation technique agricole

  • 85 AD 41, 7 W 578, EMA de Blois.
  • 86 AD 41, 7 W 579, EMA de Blois. Budgets des EMA de Loir-et-Cher.
  • 87 AD 41 7 W 579, compte rendu de la session du 15/X 1956 au 5/VII 1957, EMA de Prépatour.
  • 88 L’ALC n° 177, 13/X 1952. L’EMA remporte les deux concours (par lot et individuel).
  • 89 L’ALC n° 141 3/III 1951.
  • 90 Liste des champs d’essai 1952-1953. L’ALC n° 216, 19/VI 1954. Il s’agit d’expérimentations en plein (...)
  • 91 L’ALC n° 214, 15/V 1954. L’EMA est classée en Sauvignon.
  • 92 L’ALC n° 218, 24/VII 1954.
  • 93 Les appels à formation dans ces domaines ne concernent que les « jeunes gens » et lorsque le public (...)
  • 94 Les Comités Départementaux de la Vulgarisation du Progrès Agricole (décret du 18/II 1957) doivent c (...)

21Les évaluations des élèves illustrent les contenus sexués de l’enseignement. Ainsi, le relevé annuel des notes des élèves de Blois lors de la session 1959-196085 permet de constater que 5 notes portent sur la coupe et couture, 4 sur l’alimentation et cuisine, 3 sur l’économie domestique, 2 sur l’aviculture et une sur l’élevage, soit 80 % des notes portant sur la dimension domestique. Ceci témoigne d’une réelle permanence si l’on en juge par le programme hebdomadaire de l’EMA de Blois de 1939 : en dehors des heures de préparation de repas et de participation aux taches quotidiennes (qui sont aussi une forme d’apprentissage), plus de 70 % du temps d’étude est consacré aux activités ménagères, 17 % aux activités d’aviculture et d’horticulture et 10 % à l’enseignement général. Il faut cependant souligner, et bien que la discontinuité des sources rende toute appréciation délicate, que des leçons spéciales complètent cet enseignement de base. Le budget de 1960 qui en détermine la ventilation pour les deux EMA permet de constater qu’entre 22 et 25 % des horaires sont consacrés à l’horticulture, l’arboriculture et la zootechnie soit autant que l’hygiène et la puériculture ou le français et la géographie, deux fois plus que l’arithmétique, le chant ou l’éducation physique86. Sans rééquilibrer le poids de ce qui constitue le cœur de l’enseignement, cela permet de constater une relative diversité de l’enseignement, agrémenté de conférences, comme celle sur « l’hémo-agglutination » par les services vétérinaires du département, ou de sorties, comme à la laiterie de Vendôme87. En outre, les EMA gèrent des productions (viticole et avicole) mises ponctuellement en exergue. L’EMA de Blois est classée au Concours de ponte de Souvigny en Sologne (1951-1952)88 et après avoir accueilli une démonstration de taille d’hiver en 195189, l’EMA de Prépatour apparaît parmi les 199 champs d’essais en « vignobles-pilotes90 ». L’école est ensuite classée au concours de vin départemental de Blois91 et du Comice agricole de Vendôme en 195492. Les concours, premiers outils de vulgarisation technique par la performance et l’émulation, offrent une visibilité originale aux élèves des EMA qui s’expriment autant dans l’espace réservé de la basse-cour que dans les domaines viticole et œnologique qui leur sont par ailleurs fermés93. Ces performances justifient une forme de légitimation des professeures à travers la participation des directrices des EMA aux réunions du CDVPA à partir de 1961, afin d’évaluer la façon dont les structures de formation féminines peuvent contribuer à la vulgarisation94.

22Si ces incursions dans le domaine technique et en dehors des aspects domestiques sont limitées, elles témoignent cependant de la capacité des professeur.es, responsables départementaux.ales et élèves à prolonger et sortir d’un cadre imposé.

Préparer l’avenir des jeunes rurales, reste à savoir lequel ?

  • 95 Session ordinaire de la CALC du 20/XI 1951.
  • 96 L’ALC n° 192/VI 1953.

23Si les EMA ont pour vocation de former les futures fermières, d’autres opportunités peuvent être envisagées. La volonté de favoriser la formation locale de monitrices ménagères par le perfectionnement d’élèves issues des EMA afin d’étayer les réseaux de cours postscolaires offre une première forme de promotion sociale en dehors des exploitations95. De même, les annonces récurrentes pour le recrutement à l’école nationale d’enseignement ménager de Coëtlogon-Rennes pour les « jeunes filles qui désirent obtenir une formation agricole et ménagère supérieure96 » illustrent une volonté de prolonger la formation ménagère initiale. Surtout, la profession peut orienter son discours et l’adapter aux conditions et à la réalité d’un exode que rien ne semble pouvoir freiner. En effet, si les filles ne veulent pas reproduire la vie de leur mère, ces dernières ne le désirent pas non plus. La formation semble alors constituer une « dot technique » susceptible de favoriser la recherche d’un travail extérieur :

  • 97 L’ALC n° 175, 20/IX 1952. De la même façon, le centre d’apprentissage de Vendôme a formé 54 élèves (...)

« Nous pensons d’abord que de nombreux parents attachent plus d’importance à la formation professionnelle de leur fille, du fait que celles-ci ne sont pas vouées obligatoirement à faire des cultivatrices et qu’apprenant la couture, voire la cuisine à l’école ménagère agricole, elles auront plus tard la possibilité de remplir des emplois salariés ou une profession comme celle de couturière… Bref, à raison d’ailleurs, on considère qu’une jeune fille améliore ses connaissances à l’école ménagère, et surtout ses connaissances utiles et utilisables97 »

  • 98 Caniou, « Les fonctions sociales » art. cit. p. 48. L’une des principales dispositions de la loi de (...)
  • 99 Merci à Mme Monique Shindler pour m’avoir autorisé à utiliser les fruits de son travail personnel. (...)

24L’idée que les EMA puissent offrir des opportunités à certaines jeunes filles en dehors du monde agricole dès 1952 annoncerait la loi de 1960, dont c’est l’un des objets98. Davantage que dans une logique de défense de la famille rurale par l’appropriation du rôle de la femme au foyer, l’enseignement ménager apparait comme un moyen de partir dans les meilleures conditions tout en entretenant une logique genrée. Cette distorsion entre les objectifs assignés par le législateur et le devenir de ces élèves semble se confirmer avec l’étude ponctuelle et encore superficielle de la promotion 1959-1960 de l’EMA de Prépatour. Les renseignements récoltés oralement sur les 36 élèves laissent apparaître que seules 6 des 30 élèves renseignées sont devenues agricultrices99. Bien qu’il ne s’agisse que d’un échantillon ponctuel et tardif, il indique comment ces écoles dont la vocation était de retenir les jeunes ruraux à la terre par l’entremise de leurs épouses ont au contraire pu accompagner l’exode, même si l’apport des compétences acquises est difficile à mesurer dans l’état actuel des connaissances.

  • 100 Ce que les premières actions de vulgarisation agricole féminines traduisent à partir de 1966 par de (...)
  • 101 Ce que Sylvain Brunier interprète comme un « féminisme discret ». Sylvain Brunier, « Les techniques (...)
  • 102 Jérôme Pelletier, « Des femmes responsables : l’émergence et l’affirmation d’agricultrices en Loir- (...)

25La précision inégale des données recueillies et l’échelle considérée empêche de tirer des conclusions définitives. Cependant, le faible nombre des filles concernées par la formation ménagère ne doit pas occulter un effet grossissant par imitation et par l’impact des discours et des politiques qui en assurent la promotion et le fonctionnement dans le département. Par ailleurs, les EMA ont largement participé au renouvellement des rapports de genre au sein de l’exploitation en pleine restructuration, par une forme d’accomplissement et d’application d’un discours développé avant guerre et des programmes assimilés à une forme de catéchisme à destination des jeunes rurales et de leurs parents. L’abnégation avec laquelle les responsables, représentant.es, anciennes élèves louent les qualités de cet enseignement souligne à quel point ces logiques genrées sont intériorisées, ce que les objectifs de la loi de 1960 renforcent avec une vision d’abord et exclusivement masculine du métier d’agriculteur100. Pourtant, si les programmes et les méthodes ou la façon dont la profession considère cet enseignement ne changent pas, il semble que les EMA départementales aient pu préparer et faire aussi preuve d’une forme inédite de modernité. Non pas en remettant en cause les distinctions liées au sexe ou à promouvoir un quelconque féminisme, même silencieux, mais en offrant (sans doute à son corps défendant) à des jeunes filles d’horizons relativement diversifiés une forme d’émancipation d’un monde agricole qui cherchait à les maintenir dans une logique de subordination101. Il est possible d’imaginer que les stéréotypes liés aux rurales aient pu jouer en leur faveur, notamment dans des emplois urbains de domesticité, où les valeurs morales des campagnes étaient des qualités recherchées. Enfin, sans surévaluer le rôle de ces écoles, l’étude de la composition des bureaux et conseils d’administration des principales organisations professionnelles agricoles départementales a permis d’y distinguer sept femmes (qui incarnent une « élite féminine agricole »102) dont deux sont issues des EMA, même si elles ont complété leurs formations initiales.

Top of page

Notes

1 Fabien Knittel et Pascal Raggi (dir.), Genre et techniques. XIXe-XXIe siècle, Rennes, PUR, 2013, p. 14.

2 Pour une présentation exhaustive, Juliette Caniou : L’enseignement agricole féminin de la fin du XIXe siècle à nos jours. Thèse de 3ème cycle, Université René Descartes, Paris V, sous la direction de V. Isambert-Jamati, 1980, 316 p. – annexes 55 p. Le cursus destiné aux garçons est plus complet et compte un plus grand nombre de structures de formation.

3 Ibid., annexes p. 30.

4 Martine Cocaud, « Les agricultrices en France, XIXe-XXe siècle », in Dominique Poulain (dir.), Histoires et chronologies de l’agriculture française, Paris, Ellipse, 2004, p. 336.

5 Juliette Caniou, « Les fonctions sociales de l’enseignement agricole féminin », Études rurales, n° 92, oct.-déc. 1983, p. 42 et p. 43.

6 Ibid., p. 44.

7 Cocaud, « Les agricultrices », p. 338.

8 Michel Debatisse, La Révolution silencieuse, le combat des paysans. Paris, Calmann-Lévy, 1964, 265 p.

9 L’ouvrage dirigé par Rose-Marie Lagrave en 1987 constitue la première étude d’ampleur sur les agricultrices, dont l’histoire reste largement à faire. Rose-Marie Lagrave, Celles de la terre. L’invention politique d’un métier, Paris, École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1987, 256 p.

10 Cet article s’appuie sur ma thèse soutenue le 25 mai 2010 : Jérôme Pelletier, La place des femmes dans la modernisation de l’agriculture en Loir-et-Cher de la Libération au début des années 1980, sous la direction de Michel Lescure, université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2 vol. Le Loir-et-Cher offre un profil original par la diversité des productions qui en fait un cadre d’étude pertinent.

11 Ni l’enseignement ménager, ni l’assignation morale de ce type de formation ne disparaissent cependant complètement dans les structures et les diplômes mis en place. Michel Boulet (dir.), La formation des acteurs de l’agriculture en France : continuités et ruptures : 1945-1985. Actes du colloque, ENESAD, 27-29 novembre 2001, Dijon, Educagri, 2003, 222 p.

12 Joël Lebeaume, L’enseignement ménager en France. Sciences et techniques au féminin, 1880-1980, Rennes, PUR, 2014, p. 18

13 L’Agriculteur de Loir-et-Cher n° 114, 7/I 1950. Ce journal (L’ALC) est publié par la principale coopérative départementale. Bimensuel, cet organe professionnel touche l’ensemble de la population agricole du département puisqu’il est diffusé à 30 000 exemplaires en 1947, soit approximativement le nombre d’exploitations du département.

14 Idem.

15 Forme originale d’enseignement qui répond autant à une offre qu’à une demande locale de formation et qui se veut itinérante et temporaire. Voir Stéphane Lembré, « L’expérience de l’enseignement agricole ambulant dans la région du Nord (1900-1939) », Histoire & Sociétés Rurales, 2/2010 (Vol. 34), p. 149-180.

16 L’ALC n° 366, 10/XII 1960.

17 Le Perche, le Val de Loir pour le nord du département, la Vallée de la Loire et les plateaux bocagers de la Touraine méridionale pour le sud.

18 Les premiers cours sont donnés dans trois centres en 1955-56. L’ALC n° 265, 22/IX 1956. Les garçons profitent dès la Libération d’un réseau de centres de cours postscolaires.

19 « Tous les jeunes gens et jeunes filles de 14 à 17 ans qui se consacrent à l’agriculture devraient faire un apprentissage agricole ». Session ordinaire de la Chambre d’agriculture de Loir-et-Cher (CALC) du 21/V 1952. Ces Chambres sont des organes de représentation de la profession sans but revendicatif.

20 A Huisseau en Beauce (1953) et Binas (1954) pour les jeunes filles et à St-Firmin-des-Prés (1957) et Thésée pour les garçons. Session ordinaire de la CALC du 18/XI 1965. L’ALC n° 435, 4/XII 1963 signale aussi l’existence d’écoles ménagères rurales à Oucques et Fougères sur Bièvre et d’un centre d’apprentissage de Vernou-en-Sologne. Ces structures complètent la couverture géographique du département. Voir note 15. Ces structures puisent leur influence autant dans le catholicisme social, la Jeunesse agricole chrétienne que le personnalisme et développent un enseignement ménager davantage ancré dans la pratique par la forme même de l’alternance. La session de la CALC du 18/XI 1965 précise que la formation porte selon le sexe sur les activités agricoles ou ménagères et que des cahiers d’exploitation ou des cahiers de maison assurent la confrontation entre réalité et théorie.

21 Dans le département, les « jeunes gens » peuvent profiter de formations en mécanique agricole, en œnologie et dans le domaine de l’élevage notamment, en dehors des cours dispensés dans les EAH dont les programmes sont aussi sexués, en insistant sur l’agronomie, la zootechnie, la motorisation, … voir infra.

22 L’ALC n° 91, 8/I 1949.

23 L’ALC n° 116, 4/II 1950.

24 L’ALC publie des articles concernant la formation locale des enfants d’agriculteurs dans au moins 5 numéros par an, allant jusqu’à plus de la moitié des numéros entre 1949 et 1952.

25 Session ordinaire de la CALC du 3/V 1962.

26 Pelletier, La place des femmes, op. cit. p. 37, vol. 2. Difficile cependant de dégager une tendance tant les élus cherchent à répondre à des situations particulières en complément des bourses versées par le Ministère.

27 « La formation professionnelle agricole » à partir d’un questionnaire de l’APPCA, session du 6/XI 1952 ; « Enquête sur l’enseignement par correspondance », session ordinaire du 12/XI 1953 ; « Que demandent les agriculteurs à l’école primaire », session ordinaire du 6/V 1954 ; « Les âges de la scolarité », rapport d’enquête de l’APPCA, session ordinaire du 4/XI 1954 ; « Enquête sur l’orientation professionnelle agricole et ménagère », session ordinaire du 10/XI 1955.

28 Là où la profession propose aux garçons des spécialisations selon le type d’élevage ou pour s’adapter à la mécanisation et à la motorisation, aucune formation n’est offerte aux jeunes filles dans les domaines du secrétariat ou de la comptabilité pour s’adapter aux nécessités nouvelles de la gestion de l’exploitation.

29 Caniou, « Les fonctions sociales », art. cit., p. 43.

30 Session ordinaire de la CALC du 10/XI 1955.

31 Les séries 7 W 575 à 779 sont issues des fonds de la DSA et sont classées aux archives départementales de Loir-et-Cher (AD 41) sous l’appellation « Ecole ménagère agricole de Blois » et 7 W 780 « École ménagère agricole de Droué ». Ces archives, disparates, comportent notamment les demandes formulées par les familles auprès des instances départementales afin d’obtenir une bourse du Ministère. Les demandes, ainsi que les résultats, sont discontinus.

32 AD 41, 7 W 575. La taille moyenne des exploitations qui obtiennent finalement une bourse est de 13 ha.

33 Par comparaison, les chiffres pour les 13 élèves boursiers de l’EAH de Blois en 1955-1956 donnent une moyenne de 26.8 ha et un recrutement plus « élitiste ». AD 41, 7 W 575. La taille des exploitations oscille entre 9 et 48 ha.

34 La moyenne des exploitations du département est d’environ 10 ha. Elle s’explique par les exploitations en cultures spécialisées des régions des vallées. Ainsi, plus de la moitié compte moins de 10 ha et s’inscrivent dans l’aire de recrutement des deux EMA. Session ordinaire de la CALC du 4/XI 1954.

35 L’ALC n° 60, 20/IX 1947. Les moindres désistements sont annoncés par voie de presse pour satisfaire des demandes en suspend comme dans L’ALC n° 81, 14/VIII 1948. 

36 Session ordinaire de la CALC du 20/XI 1951. La session ordinaire de la CALC du 21/V 1952 donne, sans les étayer, des proportions d’environ un sixième des élèves potentiels, ce qui semble plus proche de la réalité.

37 Session ordinaire de la CALC du 12/XI 1953.

38 Georges Duby, Armand Wallon (dir.), Histoire de la France rurale. Tome IV : La fin de la France paysanne. Depuis 1914. Paris, Seuil, 1977, p. 286 n’indique que le taux de scolarisation des jeunes gens de 16-18 ans selon la profession du père, soit 7,5 % en 1954 pour les fils d’exploitants agricoles.

39 René Châtelain recense en 1951-52 166 763 élèves suivant un enseignement agricole dans des établissements privés et publics, dont 60 776 jeunes filles. Caniou, L’enseignement agricole féminin, op. cit., annexes p. 30. L’absence d’une offre privée (la première MFR ne voit le jour qu’en 1953) dans le département peut expliquer cet écart. A titre indicatif au début des années 1960, les MFR départementales comptent en moyenne 130 garçons pour 75 filles. Session ordinaire de la CALC du 18/XI 1965.

40 Session ordinaire de la CALC du 10/XI 1955.

41 L’ALC n° 280, 4/V 1957.

42 Session ordinaire de la CACL du 11/VI 1959.

43 AD 41, 7 W 579, « Prépatour, session 1959-1960 ».

44 L’ALC n° 293, 16/XI 1957.

45 AD 41, 7 W 579, « Prépatour, session 1959-1960 ».

46 Session ordinaire de la CALC du 4/XI 1954.

47 Pierre Cornu, Jean-Luc Mayaud, Nouvelles questions agraires. Exploitants, fonctions et territoires, Paris, La Boutique de l’Histoire éditions, 2008, p. 9.

48 L’ALC n° 129, 9/IX 1950.

49 Session ordinaire de la CACL du 12/V 1960.

50 Session ordinaire de la CACL du 4/V 1961.

51 Session ordinaire de la CACL du 3/V 1962.

52 L’ALC n° 331, 13/VI 1959. Noter que le même auteur omet complètement de traiter des femmes dans sa présentation du décret de 1959 sur la vulgarisation dans le n° 338, 3/X 1959.

53 Session ordinaire de la CALC du 12/XI 1953.

54 L’ALC n° 133, 4/XI 1950.

55 L’ALC n° 86, 23/X 1948. C’est bien la nature des disciplines qui justifie l’inadaptation.

56 Session ordinaire de la CALC du 6/V 1954.

57 L’ALC n° 132, 21/X 1950.

58 L’ALC n° 148, 23/VI 1951.

59 Le dépouillement systématique des 775 numéros de L’ALC de 1944 à 1981 a permis de dégager des termes désignant les femmes qui empruntent d’abord au champ lexical de l’appartenance à la famille avant d’utiliser celui du travail. Femme, fille, fille de, femme de, madame, mademoiselle, mère, conjointe, épouse, veuve, maman… représentent 60 % des occurrences. Celles qui découlent de leurs activités distinguent leur apport économique (agricultrice et fermière, plus rarement éleveuse ou productrice) de leur fonction domestique (maîtresse de maison et femme au foyer). Pelletier, La place des femmes, op. cit. p. 69-78, vol. 1.

60 L’ALC n° 175, 20/IX 1952.

61 Session ordinaire de la CALC, 10/XI 1955.

62 L’ALC n° 127, 22/VII 1950.

63 L’ALC n° 174, 6/IX 1952.

64 L’ALC n° 62, 18/X 1947.

65 L’ALC n° 218, 24/VII 1954.

66 Martyne Perrot, « La Jaciste, une figure emblématique » in Lagrave, op. cit., p. 33-61.

67 Preuve d’une influence réelle, en 1963, la JAC est présente dans 20 des 24 cantons. Michel Guedez, 23 ans de mouvement : histoire du MRJC du Loir-et-Cher de 1963 à 1986, mars 2002, Jeunesse rurale 41, 150 p.

68 Session ordinaire de la CALC du 12/XI 1953. Méthode qui tire son nom du lieu de naissance de la première MFR en 1937 sous l’impulsion de l’abbé Granereau. Les principes pédagogiques reposent sur la responsabilisation des parents, l’alternance entre des périodes d’enseignements théorique à l’école et pratique en entreprise et le développement local.

69 Section féminine du CDJA. L’ALC n° 321, 10/I 1959.

70 Françoise Marseault, nouvelle responsable des jeunes agricultrices du département. L’ALC n° 350, 26/III 1960.

71 Idib.

72 Mme Isambert-Hallouin est vice-présidente, Mme Norguet-Labbé est secrétaire. L’ALC n° 145, 5/V 1951.

73 Session extraordinaire de la CACL du 29/III 1952.

74 L’ALC n° 99, 7/V 1949.

75 L’ALC n° 280, 4/V 1957.

76 L’ALC n° 353, 7/V 1960.

77 L’ALC n° 139, 3/II 1951.

78 L’ALC n° 145, 5/V 1951. DSA : direction des services agricoles, services extérieurs du Ministère de l’agriculture.

79 L’ALC n° 163, 23/II 1952.

80 L’ALC n° 232, 19/III 1955.

81 Le compte rendu en relate le succès mais regrette toujours la présence des mêmes participants. L’ALC n° 235, 1/V 1955.

82 L’ALC n° 265, 22/IX 1956.

83 L’ALC n° 145, 5/V 1951 et n° 235, 1/V 1955.

84 L’ALC n° 353, 7/V 1960.

85 AD 41, 7 W 578, EMA de Blois.

86 AD 41, 7 W 579, EMA de Blois. Budgets des EMA de Loir-et-Cher.

87 AD 41 7 W 579, compte rendu de la session du 15/X 1956 au 5/VII 1957, EMA de Prépatour.

88 L’ALC n° 177, 13/X 1952. L’EMA remporte les deux concours (par lot et individuel).

89 L’ALC n° 141 3/III 1951.

90 Liste des champs d’essai 1952-1953. L’ALC n° 216, 19/VI 1954. Il s’agit d’expérimentations en plein champ afin de valider des propositions techniques.

91 L’ALC n° 214, 15/V 1954. L’EMA est classée en Sauvignon.

92 L’ALC n° 218, 24/VII 1954.

93 Les appels à formation dans ces domaines ne concernent que les « jeunes gens » et lorsque le public visé n’est pas précisé, la mixité ne semble pas de mise. Supra.

94 Les Comités Départementaux de la Vulgarisation du Progrès Agricole (décret du 18/II 1957) doivent coordonner les actions des différents acteurs engagés dans la diffusion du progrès technique. Session ordinaire de la CALC du 13/V 1958.

95 Session ordinaire de la CALC du 20/XI 1951.

96 L’ALC n° 192/VI 1953.

97 L’ALC n° 175, 20/IX 1952. De la même façon, le centre d’apprentissage de Vendôme a formé 54 élèves sur 3 ans qui donne droit à un CAP matériel agricole pour devenir ouvrier de l’industrie, marchand, artisan rural ou ouvrier qualifié à la ferme. Session extraordinaire de la CALC du 8/I 1955.

98 Caniou, « Les fonctions sociales » art. cit. p. 48. L’une des principales dispositions de la loi de 1960 était de favoriser la concentration des structures de production en définissant localement une exploitation type susceptible de rémunérer 2 Unités de Travail Horaire, un chef d’exploitation et un salarié, excluant de fait les épouses d’exploitant.

99 Merci à Mme Monique Shindler pour m’avoir autorisé à utiliser les fruits de son travail personnel. Ancienne élève, elle a recherché ses anciennes camarades afin de les réunir. Sa démarche, à partir de la liste des résultats et des adresses des élèves, lui a permis de les retrouver en usant des registres d’Etat civil. Elle a pu reconstituer la plupart des parcours personnels même si ce n’était pas son objectif initial. Son témoignage a donc une réelle valeur même si nous n’avons pas pu en vérifier l’exactitude.

100 Ce que les premières actions de vulgarisation agricole féminines traduisent à partir de 1966 par des programmes féminins qui s’adressent d’abord aux ménagères et aux mères épouses. Jérôme Pelletier, « La place des femmes dans la modernisation de l’agriculture française : réflexion sur les programmes de vulgarisation féminine en Loir-et-Cher durant les années 1960 », Ruralia [En ligne], 21 | 2007, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 17 novembre 2016. URL : http://ruralia.revues.org/1844

101 Ce que Sylvain Brunier interprète comme un « féminisme discret ». Sylvain Brunier, « Les techniques de conseil ont-elles un genre ? Le métier de conseillère agricole dans les années 1960 », in Fabien Knittel et Pascal Raggi (dir.), Genre et techniques. op. cit. p. 94.

102 Jérôme Pelletier, « Des femmes responsables : l’émergence et l’affirmation d’agricultrices en Loir-et-Cher (1960-1980) » in François Sarrazin (dir.), Les élites agricoles et rurales. Concurrences et complémentarité des projets, Rennes, PUR, 2014 p. 267-290.

Top of page

References

Electronic reference

Jérôme Pelletier, « Pour une histoire de l’enseignement agricole féminin durant les années 1950-60 : les écoles ménagères agricoles du Loir-et-Cher ou l’éducation contrariée au rôle de femme d’exploitant », Genre & Histoire [Online], 18 | Automne 2016, Online since 01 January 2017, connection on 25 June 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2573

Top of page

About the author

Jérôme Pelletier

IDHES, Paris Ouest Nanterre La Défense. Courriel : pelletier.nieto@wanadoo.fr

Top of page