Skip to navigation – Site map
Articles

Être, se représenter, se dire. Lettres d’étudiantes norvégiennes dans une nation en construction (fin XIXe – première moitié du XXe siècle)

To be, to portray oneself, to write about oneself : Letters from Norwegian female students in the nation-building process (from the end of the 19th century to the first half of the 20th century)
Anna Cabanel

Abstracts

Based on the letters of former students published in the commemorative books – or Jubileet – of the University of Oslo, this article explores the experience of the first generations of female students in Norway. Although relatively unexploited in Norwegian historiography, this material constitutes an interesting source. Not only does it allow historians to measure the feminisation of the student population in the first half of the 20th century, it also offers the means to reflect on the construction and evolution of a feminine ‘public-self’. This article questions the way these first female students used their academic education to redefine gender-related roles, along with their place within the nation-building process that characterized Norway at the turn of the 20th century.

Top of page

Full text

  • 1 Ida Blom, « Structures and Agency : a transnational comparison of the struggle for women’s suffrage (...)

1Dans la mythologie nordique, trois Nornes sont chargées de décider du destin des hommes : Urd représente le passé, Verdandi le présent et Skuld le futur. Lorsque les cinq premières étudiantes du pays décident en 1883 de fonder leur propre club universitaire, exclusivement réservé aux femmes, elles choisissent de le nommer d’après la Norne Skuld. Ce choix révèle l’espoir et la volonté de ces pionnières, qui ont défié les normes genrées de leur société, de voir se généraliser l’accès des femmes à l’enseignement supérieur. Cette ambition est fortement liée à un féminisme qui s’affirme au cours du XIXe siècle en Norvège, période pendant laquelle se construit, notamment par le biais de la diffusion internationale de la pièce d’Ibsen, Une maison de Poupée, une image féministe des pays nordiques. Si la validité d’un « modèle » nordique est aujourd’hui largement remise en cause dans beaucoup de domaines, la vision qui place ces pays en avance en termes d’égalité des sexes n’en persiste pas moins. Ida Blom, instigatrice de l’histoire du genre en Norvège, a interrogé la validité d’un tel modèle, en s’intéressant aux thèmes de la citoyenneté et de l’accès au droit de vote1. À replacer ces études dans une comparaison à l’échelle internationale, l’idée d’une spécificité nordique, souvent reprise dans les discours politiques, n’apparaît pas si évidente. En s’intéressant à la Norvège sous l’angle de l’accès des femmes à l’université dans une période marquée par la construction nationale, la modernisation du pays et sa démocratisation, cet article espère contribuer à la réflexion générale sur la validité d’un modèle nordique qui fascine encore.

2Relevons, avant toute chose, que sous une apparente homogénéité, l’espace nordique cache bien des disparités. Tout au long du XIXsiècle et au début du XXe siècle, il se remodèle au gré de l’émergence de nouvelles nations indépendantes, comme la Norvège. En 1814, la fin des guerres napoléoniennes met un terme à la domination du royaume du Danemark sur sa voisine. En se dotant d’une constitution (Grundloven) construite sur le modèle des constitutions française et américaine, la Norvège amorce un mouvement d’indépendance étatique, qui trouve son expression formelle lors de la dissolution de l’union avec la Suède en 1905. Le pays n’aura eu de cesse d’affirmer sa spécificité par rapport aux puissances locales, en s’inventant ses propres symboles – dont un drapeau –, et en affranchissant sa langue et sa littérature. En formant des élites enfin émancipées des influences danoise ou suédoise, l’université a joué un rôle important dans le processus de la construction nationale. L’élargissement de son recrutement participe au processus général de démocratisation. Qu’en est-il, dans ce cadre, de l’avancée et de la promotion des femmes ? Leur accès à l’université a-t-il contribué à redéfinir les rôles sexués au sein de la société norvégienne ?

  • 2 En Suède et au Danemark, les femmes accèdent à l’université respectivement en 1870 et 1875. La Norv (...)

3Prenant modèle sur les réformes amorcées en 1870 en Suède et en 1875 au Danemark, la Norvège accueille ses premières étudiantes à partir de 1882, et s’insère ainsi dans la vague initiale des années 1870-1880 qui marque l’arrivée des premières étudiantes dans les universités européennes2. Dans le premier quart du XXsiècle, les tendances s’inversent : la jeune nation n’emboîte plus le pas, mais se place en précurseur dans l’établissement d’une égalité des sexes. En 1912, l’élection de la première femme professeure d’université, Kristine Bonnevie, permet aux femmes d’accéder à leur tour à des postes de haut.es fonctionnaires et un an après, la Norvège devient le premier pays souverain à accorder le droit de vote aux femmes. Peut-on dire pour autant qu’en Norvège, peut-être plus qu’ailleurs, l’égalité des sexes est passée par l’accès des femmes à l’université ?

4Afin de tenter de répondre à cette question, je me suis appuyée sur une source exceptionnelle, encore largement ignorée par l’historiographie norvégienne : les lettres d’étudiantes et étudiants conservées dans les registres de l’Université d’Oslo. Ces registres – ou Jubileet – sont édités chaque année à l’occasion du vingt-cinquième anniversaire de l’entrée d’une promotion à l’université. Ceux qui ont été édités entre 1907 et 1937, et correspondent aux années 1882, date de l’entrée d’une première étudiante à l’Université, à 1912, trentième anniversaire de ce geste inaugural, constituent l’objet de notre étude. Après avoir exposé la complexité et la richesse d’une telle source, qui mêle histoire et mémoire, je me suis penchée sur ces lettres afin de mesurer le processus de féminisation de la population estudiantine, mais aussi de saisir l’expérience proprement féminine de ces pionnières. Il s’agit de comprendre la manière dont ces premières générations de femmes instruites se servent de l’éducation supérieure qu’elles ont acquise pour tenter de redéfinir les rôles sexués, et ce tout en s’inscrivant dans le processus de construction nationale qui caractérise la Norvège à cette période.

Récits, mémoires et construction identitaire : les jubilés de l’université d’Oslo, une source exceptionnelle

  • 3 Voir entre autres : John-Peter Collet, Anne Vaalund (dir.), Universitetet i Oslo, 1811-2011, Oslo, (...)
  • 4 John-Peter Collet, « L’Université et la nation en Norvège au XIXe siècle », in Michel Bertrand (dir (...)

5L’historiographie norvégienne a toujours souligné l’importance de l’université d’Oslo dans le processus de construction nationale au cours du XIXe siècle3. Alors que les royaumes suédois et danois possèdent des universités prestigieuses depuis le XVe siècle, ce n’est qu’en 1811, par décret du Roi du Danemark Frederik VI, que la Norvège est dotée d’un tel établissement. Cette fondation est vécue comme une victoire pour les Norvégien. nes qui y voient la fin de leur subordination au royaume voisin. Lieu d’émulation politique et de création des élites, l’université répond à deux desseins. Le premier est pragmatique : depuis 1661, le roi du Danemark a rendu obligatoire le passage à l’université pour tous les candidats à une carrière publique. Cela a contribué à privilégier les familles des classes moyennes et supérieures danoises au détriment des norvégiennes, qui n’avaient que rarement les moyens d’envoyer leurs enfants étudier à Copenhague. Le second objectif est de nature symbolique : sous l’influence des Lumières, l’université est vue comme un instrument de développement des pays. Et de fait, comme l’historien John-Peter Collett le souligne, la Norvège a longtemps été desservie par un manque d’expertise scientifique et technique, ce qui a entravé son progrès économique4.

  • 5 Øyvind Østerud, « Les configurations historiques des nationalismes scandinaves », in Michel Bertran (...)
  • 6 Voir notamment le chapitre 3 portant sur la célébration du 50e anniversaire de l’université de Chri (...)
  • 7 Voir le numéro spécial de la revue Studium, vol. 5, n° 3, 2012, issue de la conférence « Academic C (...)

6La fin des guerres napoléoniennes et la dissolution de l’union avec le Danemark n’ont fait que resserrer les liens entre l’université et l’émergence de la nouvelle nation. En Scandinavie, deux modèles de nationalismes s’opposent : alors que la construction nationale suédoise repose sur une expression politique et le souci de préserver une hégémonie dans le Nord, le processus prend un tout autre aspect en Norvège. Le nationalisme y est principalement culturel et repose sur la formation d’un habitus national, qui se développe en particulier dans l’éducation5. Ainsi l’université permet-elle au pays de se doter d’une élite composée de fonctionnaires, d’expert.es scientifiques à même de moderniser les structures, mais aussi d’historien. nes et de linguistes qui construisent un passé et une identité propres. Si le lien entre la nation norvégienne et son université n’est pas exempt de conflits, la célébration du premier centenaire de l’institution a donné lieu à des discours qui ont réaffirmé son rôle dans le processus d’indépendance6. Une construction mémorielle a vu le jour, et s’est traduite par la publication d’histoires de l’université et de jubilés. L’étude de ces pratiques, qui a été au centre d’un colloque en 2011 sur la culture mémorielle au sein des universités, révèle l’importance et l’intérêt de ces sources historiques – les jubilés – au moment de comprendre les processus de construction des identités universitaire, nationale, mais aussi genrée7.

  • 8 Les Jubileet – ou registres d’étudiant.es – sont conservés à la Nasjonalt Biblioteket d’Oslo.

7Si la plupart des universités produisent leur propre histoire, notamment à l’occasion d’anniversaires, celle d’Oslo se distingue ici. Sa production commémorative est plus systématique : depuis les années 1830, un volume – Jubileet – est édité annuellement afin de célébrer le vingt-cinquième anniversaire de l’entrée d’une promotion à l’université8. Ces registres donnent plus de place à l’expression individuelle des ancien. nes étudiant.es. Aux côtés des discours prononcés lors de la cérémonie par des professeur.es ou autres personnalités éminentes, et du récit des festivités, figurent les témoignages des ancien. nes étudiant.es qui reviennent sur leur passage à l’université et présentent leur parcours depuis la fin de leurs études. Si le contexte nordique, et notamment norvégien, a été étudié enfin de comprendre la portée politique de ces célébrations et leur importance dans la construction d’une identité nationale, trop peu d’attention a été portée jusqu’à présent à la seconde partie, plus « intime », des Jubileet. C’est pourtant là que reposent l’originalité et la richesse exceptionnelles de cette source.

  • 9 Anna Cabanel, Pionnières du Nord. Universitaires norvégiennes et réseaux féminins internationaux, 1 (...)
  • 10 Les registres de 1882, 1892, 1902 et 1912, respectivement publiés en 1907, 1917, 1927 et 1937 const (...)

8L’analyse sérielle de ces récits permet de mettre en lumière la répétition d’un schéma que les étudiant.es suivent avec plus ou moins de rigueur. Aux côtés des deux photographies, l’une prise lors de l’entrée à l’université, l’autre au moment de la publication du volume, figurent des renseignements relatifs à leurs origines géographiques et sociales et à leur situation actuelle. Le parcours scolaire, du primaire au passage de l’Artium – équivalent du Baccalauréat français –, est précisé, de même que les options suivies et les diplômes obtenus à l’université. Au terme de cette partie formelle, les étudiant.es racontent leur expérience vécue, leur passage à l’université et ce qu’elles et ils sont devenus, vingt-cinq ans après leur entrée en son sein. La plupart des lettres mettent en valeur leur appartenance à une association universitaire ou à une organisation après la vie étudiante, mais aussi leurs voyages (d’études ou de loisir). Ces données (milieu socio-économique, parcours, profession, statut marital, etc.) ont donné lieu à une analyse quantitative qui permet notamment de comparer les parcours des étudiantes et ceux des étudiants9. L’étude se fonde sur le traitement statistique d’un registre sur dix au cours de quatre décennies successives10.

  • 11 Ces lettres ont été analysées à l’aide d’une base de données. Cette dernière comprend une partie in (...)

9Ces lettres se prêtent également à une prometteuse étude qualitative. Il s’agit de comprendre l’expérience des étudiant.e.s et la manière dont ils en rendent compte. Dans le cadre de cet article, seules les lettres des étudiantes entrées à l’université entre 1882 et 1912 ont été soumises à une analyse détaillée11. Ce choix permet de couvrir une période qui va de l’entrée de la première femme à l’université en 1882 à la veille de la Seconde Guerre mondiale (le Jubileet de 1912 étant édité en 1937). L’étude permet de retracer les trajectoires suivies par les étudiantes de cette première génération, mais également d’interroger la construction d’une identité collective féminine qui revêt différents visages. Si l’usage de la première personne du singulier – jeg – est de rigueur, il ne s’agit pas d’un « je » intime, mais plutôt d’un « je » public. Ces volumes ont en effet pour vocation d’être publiés, et conservés pour mémoire. Lorsque les ancien. nes étudiant.es rédigent, elles et ils ont à l’esprit qu’elles et ils seront lus par leurs camarades et leurs proches, mais également par les générations futures. En cela, elles et ils s’inscrivent dans une forme de postérité, participant ainsi à l’écriture de l’histoire de leur pays. Ces lettres ne constituent pas seulement un témoignage personnel, mais sont le produit d’une performance, d’une construction identitaire et nationale. Elles se prêtent ainsi volontiers à une analyse des stratégies d’écriture et de représentation d’un soi public. Si, dans leur contenu, les témoignages font preuve d’une certaine homogénéité, leur longueur et leur degré de précision varient d’une personne à l’autre. Ils disent la trace qu’a laissée le passage à l’université dans ces vies de femmes norvégiennes au tournant du siècle

  • 12 NKAL, Kvinnelige studenter 1882-1932, Oslo, Gyldendal Norsk Forlag, 1932.

10Afin de compléter cette étude et de mieux appréhender l’expérience de ces pionnières, une autre source est mise à l’honneur dans cet article : l’ouvrage publié par la Fédération Norvégienne des Femmes Diplômées des Universités (Norske Kvinnelige Akademikeres Landsfordund) en 1932, à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’entrée des femmes à l’université12. L’œuvre, intitulée Les étudiantes (Kvinnelige Studenter) 1882-1932, se compose de statistiques, de témoignages de membres éminentes et de portraits des pionnières, et dresse un tableau historique de l’accès des femmes à l’université en Norvège et aux différents clubs étudiants. Elle participe de la construction d’une identité collective et d’une mémoire féminine, partie intégrante de l’histoire de l’université d’Oslo.

Une université norvégienne de plus en plus ouverte aux femmes : l’université d’Oslo

De la conquête à la féminisation de l’université norvégienne (1882-1920)

  • 13 Rebecca Rogers (dir.), La mixité dans l’éducation : Enjeux passés et présents, Lyon, ENS Éditions, (...)
  • 14 Nathalia Tikhonov, « Enseignement supérieur et mixité : la Suisse, une avant-garde ambiguë », in Re (...)
  • 15 Agnès Thiercé, « Julie-Victoire Daubié première bachelière de France-De la condition économique mor (...)
  • 16 Jean-François Condette, « Les Cervelines » ou les femmes indésirables. L’étudiante dans la France d (...)

11Les premières étudiantes font leur apparition dans les universités européennes au cours des années 1870-1880. Ces pionnières partagent de nombreux traits communs. Elles appartiennent aux classes moyennes supérieures, sont souvent issues de milieux intellectuels, et ont reçu le soutien moral et financier de leur famille pour présenter, en candidates libres, les concours d’admission à l’université. Les premières étudiantes investissent d’abord les universités suisses, avant d’intégrer les universités d’autres pays13. Si la Suisse se place en avant-garde, le phénomène est ambigu : l’ouverture des portes de ses universités concerne majoritairement des étudiantes étrangères – le plus souvent russes –, laissant pour compte les étudiantes « nationales »14. En France, Julie-Victoire Daubié amorce le mouvement en obtenant le baccalauréat dès 1861. Néanmoins, comme le note Agnès Thiercé, les bachelières demeurent des exceptions au XIXe siècle, et l’obtention du diplôme ne leur garantit pas le droit de suivre des cours à l’université15. Si J. Daubié obtient ce droit théorique, c’est seule qu’elle doit préparer sa licence de lettres, la faculté des Lettres de Paris n’ouvrant pas ses portes aux femmes avant 188016.

  • 17 En Suède, les femmes obtiennent le droit de se présenter à l’Artium, ainsi que d’étudier la médecin (...)
  • 18 La capitale norvégienne porte le nom de Christiania jusqu’en 1925, date à laquelle le nom, jugé tro (...)
  • 19 L’Anneneksamen est un examen qui se présente à la fin de la première année universitaire – qui est (...)

12Les pays nordiques suivent cette dynamique. Danoises et Suédoises reçoivent le droit de s’inscrire à l’université respectivement en 1870 et 187517. La Norvège accuse alors un léger retard. Ida Cecilie Thoresen Krog (1858-1911), fille de médecin, est à l’origine de la « Loi Thoresen » qui ouvre les portes de l’Université de Christiania aux femmes en 188218. Passionnée par les études et encouragée par ses professeurs et sa famille, elle a demandé en 1880 le droit de présenter l’Artium, l’examen d’entrée à l’université, jusque-là réservé aux hommes. Elle essuie un premier refus de la part du Département des Affaires Religieuses (Kirkedepartement) ; son cas suscite de nombreux débats au sein de la sphère politique norvégienne. Le parlementaire et journaliste Hagbard Emanuel Berner (1839-1920), futur co-fondateur en 1884, avec la féministe Gina Krog, de l’Association Féministe Norvégienne (Norsk Kvindesagsforening), s’engage en faveur de la cause de la jeune Thoresen et soumet au Parlement (Storting) une proposition de loi accordant aux femmes le droit de présenter l’Artium et l’Anneneksamen19. Elles l’obtiennent en 1882, et deux ans plus tard les Norvégiennes sont autorisées à présenter l’ensemble des examens universitaires, alors que leurs voisines scandinaves demeurent exclues de certaines facultés.

  • 20 Agneta Linné, « Lutherianism and Democracy : Scandinavia », in James C. Albisetti, Joyce Goodman, R (...)
  • 21 Thomas Kingston Derry, A History of Modern Norway, 1814-1972, Clarendon Press, 1973.
  • 22 Ida Blom, « Changing Gender Identities in an Industrializing Society : The Case of Norway c.1870-c. (...)

13L’ouverture de l’université aux femmes en Europe procède de nombreux débats qui ont porté, tout au long des XVIIIe et XIXe siècles, sur la forme d’éducation appropriée pour les femmes. En Scandinavie, cette question est liée à la vision différenciée des sexes promue par la confession luthérienne20. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, une évolution s’opère. En Norvège, entre 1870 et 1920, le passage d’une société agraire à une société en voie d’industrialisation entraîne un exode rural important. La période est également marquée par une émigration importante des Norvégien. nes (essentiellement de jeunes hommes) vers les États-Unis21. Ce phénomène entraîne une surreprésentation de femmes, appartenant aux classes moyenne et supérieure, qui ne peuvent plus compter sur le mariage pour assurer leur existence. L’accès à l’éducation leur permet de subvenir à leurs besoins et de ne plus être à charge de leur famille. Dans le même temps, l’expansion du secteur des services (éducation, santé, bureaux) suscite une demande en main d’œuvre à bon marché. L’enseignement secondaire évolue et ouvre les portes du monde du travail à ces femmes22.

  • 23 Agneta Linné, « Lutherianism and Democracy… op. cit., p. 137-138.
  • 24 Ibid., p. 138.
  • 25 La Norvège se place ainsi comme concurrente directe de la Suède, auparavant championne dans ces dom (...)

14Des écoles secondaires pour filles, d’un nouveau type, sont fondées dans les capitales scandinaves. Bien que le contenu des cours y soit distinct de celui des écoles pour garçons, respectant ainsi la vision différenciée des rôles sexués promue par le luthéranisme23, elles proposent un niveau d’éducation plus poussé, valorisant les bienfaits d’une éducation sérieuse des femmes. En Norvège, Hartvig Nissen (1815-1874) fonde une école pour filles – la Nissen Pikeskole – en 1849. Dans la lignée du théologien danois N.F.S Grundtvig, Nissen insiste sur l’importance de l’école dans la diffusion d’un esprit civique et national. Dans les années 1860, son établissement se développe et se dote d’un séminaire pédagogique pour former les jeunes femmes au métier d’enseignante24. En 1882, ces écoles pour filles obtiennent le droit de préparer leurs élèves à l’Artium. Leur curriculum se rapproche en fait de plus en plus de celui des écoles pour garçons. Dans les grandes villes scandinaves, la demande croissante d’une éducation des filles aboutit à la fondation d’écoles mixtes. Ragna Nielsen (1845-1924) crée la première école mixte de Norvège en 1885, et en 1896 une loi autorise l’inscription des filles dans les écoles publiques autrefois réservées aux garçons. Ces avancées sont liées au désir du parti social-libéral (de « gauche ») de créer un système scolaire unique. Les lois de 1889 et 1896, qui réforment respectivement les enseignements primaire et secondaire, contribuent à élargir le processus d’intégration et donc à faciliter l’accès aux études supérieures pour le plus grand nombre. Elles visent également à moderniser le pays. Les matières classiques (langues anciennes et littérature classique) sont remplacées par de plus « modernes », comme les sciences, l’apprentissage de la langue norvégienne, de l’histoire et des langues vivantes. Suivant cette même dynamique, l’Artium est réformé en 1902, de manière à mettre l’accent sur l’apprentissage des sciences et langues modernes. Aux côtés des filières « classique » et « scientifique », une nouvelle filière est instituée : la sproglig historisk linje (histoire et langues). Elle comprend deux versions. L’une a pour majeure le latin et remplace à terme la filière classique ; l’autre, de majeure langue anglaise, renforce l’apprentissage des langues vivantes. Cette nouvelle orientation du système éducatif vise à renforcer le processus de construction nationale en forgeant une identité commune et en donnant à la Norvège les moyens de sortir de sa position de périphérie. En effet, et depuis les années 1830, la construction de la nation norvégienne s’appuie sur des recherches académiques et l’enseignement de l’histoire, la linguistique ou encore le folklore. La spécialisation de la recherche dans le domaine des phénomènes polaires, comme les aurores boréales, ou dans l’exploration des contrées polaires, mais aussi l’océanographie et la météorologie offrent des opportunités économiques et contribuent également à accroître la reconnaissance et le prestige de la Norvège sur la scène scientifique internationale25.

15Au tournant du siècle, le nombre de femmes qui s’inscrivent à l’université en Norvège augmente d’abord lentement, mais de manière notable. Le graphique ci-dessous rend compte de l’évolution du nombre de candidat.es à l’Artium entre 1882 et 1940 :

Figure 1. Évolution du nombre de candidat.es à l’Artium entre 1882 et 1940

Figure 1. Évolution du nombre de candidat.es à l’Artium entre 1882 et 1940

16Si le passage de l’Artium semble se généraliser pour les femmes à la fin des années 1930, il est intéressant de noter qu’à partir des années 1910, la courbe du nombre d’inscrites à l’examen suit l’évolution de celle des étudiants : l’augmentation des effectifs est visible pour les deux sexes, les femmes ne représentant toutefois qu’un gros tiers au plus de la population estudiantine.

  • 26 L’analyse des origines socio-économiques et géographiques des étudiant.es a été menée à partir des (...)

17L’analyse des origines socio-économiques et géographiques des étudiant.es montre qu’un processus d’ouverture sociale est à l’œuvre dans les politiques de recrutement de l’université26. Pour les hommes, l’élargissement prend une forme sociale et géographique : les milieux ruraux, avec les fils des paysans – Bond – , accèdent plus facilement aux études supérieures (13 % contre 4 % pour les femmes), de même, dans des proportions plus ténues, que les milieux ouvriers (7 % chez les hommes contre 3 % chez les femmes). En revanche, si les femmes bénéficient de cet élargissement, ce sont majoritairement celles issues des classes sociales moyenne et supérieure, le plus souvent éduquées et urbaines, qui sont concernées. 53 % des pères des étudiantes de cette période exercent une profession supérieure, que ce soit dans l’enseignement supérieur, dans les domaines scientifique, technique, juridique, religieux ou encore libéral ; 16 % sont issues de famille d’enseignants et de fonctionnaires.

18L’inclusion progressive des femmes dans le monde universitaire ne se traduit pas nécessairement par une situation d’égalité ; la réforme de l’Artium contribue à renforcer la différenciation des parcours en fonction des sexes. Si la filière classique était largement privilégiée par les jeunes hommes qui se destinaient à des carrières prestigieuses (ils sont 67 % à présenter cette filière en 1892), ils se dirigent maintenant de plus en plus vers la filière scientifique, qui offre des opportunités économiques intéressantes. L’image masculine du scientifique-explorateur véhiculée par Fridtjof Nansen (1861-1930), héros national, participe de cette masculinisation des matières scientifiques.

  • 27 La population étudiée est composée de 6 091 étudiants.

Figure 2. Répartition (en pourcentage) des étudiants dans les filières de l’Artium 1882-194027

Figure 2. Répartition (en pourcentage) des étudiants dans les filières de l’Artium 1882-194027

19Le phénomène de spécialisation genrée est renforcé par l’ouverture de la filière langues vivantes en 1902, vers laquelle la plupart des jeunes femmes se dirigent, au détriment de la filière scientifique qu’elles choisissaient auparavant. Ainsi, comme le montre le graphique ci-dessous, alors que le pourcentage de femmes présentant la filière scientifique variait entre 80 % et 90 % à la fin du XIXe siècle, cette tendance se renverse à partir de 1912, avec plus de la moitié des effectifs féminins qui choisit la nouvelle filière.

  • 28 L’année 1882 est prise en compte dans l’étude car elle marque l’entrée des femmes à l’université d’ (...)

Figure 3. Répartition (en pourcentage) des étudiantes dans les filières de l’Artium 1882-194028

Figure 3. Répartition (en pourcentage) des étudiantes dans les filières de l’Artium 1882-194028
  • 29 Marianne Blanchard, « Quand féminisation rime avec légitimation : les écoles supérieures de commerc (...)
  • 30 Eirinn Larsen, Invisible strategies. Gender in French and Norwegian Business Education. 1870-1980, (...)

20Si l’apprentissage des langues répond à un idéal bourgeois qui prévaut encore dans la vision d’une éducation appropriée pour les filles, ce choix d’orientation est également lié à l’évolution du curriculum scolaire, la plupart des filles se destinant à l’enseignement. Ainsi, bien que les femmes soient de plus en plus inclues dans les études universitaires, cette mixité n’équivaut pas à une égalité des sexes face à l’enseignement. Un système à deux niveaux se met en place, proposant aux hommes et aux femmes des modèles différenciés « en accord avec des fonctions qui leur sont traditionnellement dévolues29 ». C’est ce que démontre Eirinn Larsen pour l’enseignement supérieur commercial, comparant pour ce faire les modèles norvégien et français30. En France, les femmes sont exclues de certaines formations élitistes – comme les Hautes études commerciales, ou HEC, dont la création repose sur des normes masculines et vise à former la figure sociale de l’homme d’affaires. En Norvège, les femmes sont admises dans les écoles de commerce, mais cette mixité se traduit par la création de cours et voies spécifiques, comme le secrétariat ou la comptabilité.

  • 31 Marianne Thivend, « L’enseignement commercial aux XIXe et XXe siècles approché par le genre », Hist (...)
  • 32 Ida H. Stamhuis, Arve Monsen, « Kristine Bonnevie, Tine Tammes and Elisabeth Schiemann in Early Gen (...)
  • 33 Annette Lykknes, Lise Kvittingen, Anne Kristine Børresen, « From Fertile Centers to Seeding the Per (...)
  • 34 Pierre Moulinier, La naissance de l’étudiant moderne (XIXe siècle), Paris, Belin, 2002. Voir aussi (...)

21Si la mixité peut renforcer les inégalités entre sexes, elle offre également de nouvelles opportunités pour les femmes31. Le développement des sciences dites nouvelles, comme la zoologie ou la radiochimie, ou encore la féminisation de certaines spécialités au sein d’une discipline, a joué en faveur des femmes qui se destinaient à une autre carrière que celle de l’enseignement. Les deux premières femmes élues professeures à l’université d’Oslo illustrent bien ce phénomène. Kristine Bonnevie se spécialise dans la zoologie marine, et introduit en Norvège un enseignement pratique des sciences32. Ellen Gleditsch, qui a étudié pendant cinq années la radiochimie aux côtés de Marie Curie, représente également un véritable atout pour une nation norvégienne en quête de prestige et de reconnaissance internationale33. De même, les étudiantes en médecine parviennent à trouver leur place en se spécialisant dans des domaines médicaux qui concernent les maladies de la femme ou de l’enfant. L’investissement des facultés de lettres et de médecine par ces premières générations d’étudiantes se retrouve à l’échelle européenne, comme l’a montré Pierre Moulinier dans son étude du cas français34.

22Si les femmes demeurent largement sous-représentées dans la population estudiantine jusqu’au début du XXe siècle, on assiste à une augmentation régulière du nombre de filles présentant et réussissant l’Artium au cours du premier quart de ce siècle. A la veille de la Première Guerre mondiale, leur présence n’est plus anecdotique : elles représentent un tiers de la population étudiante et forment un groupe visible au sein de l’université, capable d’élaborer des stratégies d’intégration.

Assimilation ou différentiation ? Stratégies d’intégration des premières étudiantes

23La féminisation des effectifs étudiants entraîne un bouleversement des équilibres : les milieux traditionnellement masculins, ceux de l’université, de la recherche et, dans une certaine mesure, du monde du travail, sont confrontés à l’arrivée des femmes. Dans les années 1880, l’université d’Oslo, bastion masculin, accueille ses premières étudiantes. Comment ces pionnières, encore très minoritaires au tournant du siècle, sont-elles parvenues à s’inventer une place ? Quelles stratégies et solidarités ont-elles mises en place ? Quelles réactions leur arrivée a-t-elle provoquées ?

  • 35 Aladin Larguèche, « Gender identities and Nation-building in Norway : Men and women at the Universi (...)
  • 36 Anna Casperi Agerholt, « I Studentersamfundet », in NKAL, Kvinnelige studenter 1882-1932, Oslo, Gyl (...)

24Dans son étude de l’université d’Oslo, Aladin Larguèche a montré qu’une redéfinition des identités sexuées, et plus largement la construction d’une identité nationale, est à l’oeuvre dans les modes de sociabilités étudiants. En s’appuyant sur le cas de la Société des Étudiants Norvégiens – Det Norske Studentersamfund (DNS), fondée en 1813, il montre que ce club fonctionne comme une « arène d’expression publique pour la nation norvégienne », au sein de laquelle des identités masculines s’inventent et s’affrontent35. La question de l’intégration des femmes dans le DNS se pose en 1882 avec l’inscription à l’université de la première étudiante. Le club s’étant prononcé en faveur de la loi donnant accès aux études supérieures aux femmes, c’est en toute logique qu’Ida Cecilie Thoresen y est admise. Pourtant, si son admission représente pour les étudiants libéraux ou radicaux une première étape sur le chemin de l’égalité des sexes, en réalité les femmes ne peuvent en être membres qu’à titre passif36. Dans leurs lettres de Jubileet, de nombreuses étudiantes emploient ce terme de passiv medlem pour décrire leur position dans le DNS. L’intégration des femmes n’y est donc que relative, mais cela n’est pas seulement dû à une défiance de la part des hommes envers leurs camarades. Le caractère très masculin de la culture étudiante et de ses modes de socialisation n’est guère compatible avec l’idéal féminin de vertu véhiculé dans la société norvégienne. De ce fait, les femmes ne peuvent s’intégrer en s’assimilant aux comportements et aux identités des hommes sans risquer de mettre en cause leur identité féminine.

  • 37 Nasjonaltbiblioteket i Oslo, Studenterne fra 1893, « Gusta Louise Isachsen ». L’Oktoberfest est la (...)
  • 38 Les membres fondateurs sont : Laura Rømcke, Marie Holst, Betzy Børresen, Anna Bugge, Minda Ramm et (...)
  • 39 Le club Skuld, fondé en 1883, ferme en 1886. Il aurait servi de base à la fondation de l’Associatio (...)
  • 40 Margrethe Parm, « Kvinnelige Studenter Klubb », in NKAL, Kvinnelige studenter… op.cit., p. 233-243.

25Pour autant, les premières étudiantes ne restent pas en retrait de la vie sociale et publique de l’université. Sur le modèle des organisations masculines, elles créent leurs propres clubs. L’une d’elles, Gusta Louise Isachsen, écrit en 1918 : « Les organisations masculines ont des traditions – comme l’Oktoberfest – et les étudiantes n’y sont pas admises […] C’est pourquoi il me semblait évident que les étudiantes aient leurs propres traditions dans leur propre organisation37 ». Fondé le 2 novembre 1883 à l’initiative des cinq premières étudiantes, le club Skuld, évoqué plus haut, a pour objectif de promouvoir les femmes au sein de l’université et de la société norvégienne en général38. Si son existence se limite à deux années, son titre est d’avoir constitué le tout premier club étudiant féminin fondé en Norvège39. Le Kvinnelige Studenters Klubb, qui voit le jour en 1902, reprend le travail amorcé par les membres du Skuld, se fixant pour but de débattre de questions féminines, mais aussi des questions politiques générales, comme l’adoption d’un nouveau drapeau pour la Norvège. Entre 1902 et 1914, selon le témoignage de Margrethe Parm, le nombre d’adhérentes varie entre 10 et 4040.

  • 41 Goksøyr Matti, « Popular pastimes or patriotic virtues ? The role of sport in the national celebrat (...)

26La mention régulière de l’appartenance à un ou plusieurs clubs dans les lettres de Jubileet montre leur importance dans les sociabilités estudiantines. Mais cette rhétorique s’inscrit également dans la revendication d’une participation active des femmes à la construction nationale. Ces clubs sont l’occasion pour les étudiantes de s’initier et de revendiquer leur participation aux débats nationaux, mais aussi de faire entendre leur voix dans un milieu où elles restent largement minoritaires. Le ski-club féminin des étudiantes norvégiennes est à ce titre un exemple intéressant. Fondé en 1912 à l’initiative d’Elise Sem, première femme avocate du pays, ce club permet aux femmes de pratiquer le ski, un sport très masculinisé et élevé au rang de sport national lorsque Nansen, en 1888, est rentré en héros de sa traversée en ski du Groenland41. Dès lors, l’enjeu de l’établissement de ce club dépasse le cadre de l’université : il s’agit d’une conquête par les étudiantes de l’un des symboles de la nation. Parmi les membres, on retrouve des femmes qui ont mené des carrières exceptionnelles pour l’époque. Les deux premières professeures, Bonnevie et Gleditsch, mais aussi Thekla Resvoll, botaniste de renom, dirigent le club ; la zoologiste Gudrun Ruud en est élue présidente en 1916. Mais ces nouveaux modes de sociabilités exclusivement féminins au sein de l’université ne font pas l’unanimité, et sont dénoncés par une partie de l’opinion publique, par le biais, notamment, de caricatures, comme celle reproduite ci-dessous, parue dans le journal conservateur Vikingen en 1914.

Figure 4. « Le ski-club des étudiantes », caricature publiée en 1914 dans le journal conservateur Vikingen42.

Figure 4. « Le ski-club des étudiantes », caricature publiée en 1914 dans le journal conservateur Vikingen42.

27La caricature met en scène des jeunes femmes, à gauche, en train de boire et de fumer ; d’autres, au second plan, s’en vont apparemment enivrées, tandis qu’à droite une jeune femme s’est blessée en pratiquant ce sport dangereux. Le dessinateur dénonce l’adoption par les filles de comportements et de modes de sociabilité masculins, avec la virilisation qui en résulte, et entend mettre en garde contre cette dérive. Les inscriptions sur les panneaux (« entrée interdite aux hommes » et « loin des messieurs peu recommandables ») visent en fait à dénoncer le danger de ce type de comportement féminin pour l’équilibre genré de la société. Il y a une prise de conscience de ce qu’une nouvelle identité féminine semble s’inventer au sein de ces clubs, en rupture avec l’idéal domestique de l’époque et avec pour effet de contribuer à une redéfinition des rôles sexués.

  • 43 Christine D. Myers, « Qu’elles continuent de frapper à la porte ! » L’admission des femmes dans les (...)

28Une telle dénonciation de la perte de féminité qu’entraînerait l’éducation supérieure des jeunes femmes est monnaie courante au tournant du siècle. Christine D. Myers l’a montré à partir des caricatures publiées dans le journal étudiant le Glasgow University Magazine à la veille de l’incorporation du Queen Margaret College à l’université de Glasgow dans les années 189043. L’analyse que tire l’auteure de l’une des séries de « portraits type de Queen Margaret » met en exergue la peur ressentie par une partie de la population écossaise face au danger d’une éducation supérieure des femmes. Ces dernières, en étudiant avec assiduité, perdraient leur féminité : trop peu attirantes pour se marier, elles seraient de toute façon trop faibles pour porter un enfant. S’impose alors l’idée d’une conciliation impossible entre la poursuite d’études universitaires et la vie familiale.

29Ainsi, l’invention de sociabilités féminines a-t-elle permis aux étudiantes de développer des comportements novateurs, parfois perçus comme subversifs. Par le biais de leurs clubs privés, ou en étant membres du DSN, elles ont été sensibilisées à la politique et aux questions nationales, de même qu’aux questions féministes. Ces pionnières du monde académique sont souvent porteuses de revendications politiques qui se retrouvent, après leur passage par l’université, dans leurs engagements.

Femmes instruites, ferment de la nation norvégienne ?

Identités féminines plurielles et identité nationale : vers une redéfinition des rôles sexués dans la société norvégienne ?

  • 44 Anna Cabanel, Pionnières du Nord … op. cit., Master 2 soutenu à l’ENS Cachan sous la direction de O (...)

30Les lettres des anciennes étudiantes figurant dans les registres des Jubileet donnent à lire la manière dont les femmes rendent compte de leur parcours universitaire, ce qu’elles mettent en valeur, et à quels modèles elles tendent à s’identifier. 230 lettres, concernant 15 % des étudiantes ayant intégré l’université entre 1882 et 1912, ont été classifiées dans une base de données et analysées d’un point de vue quantitatif et qualitatif44. Il s’agit ici d’essayer de mieux saisir l’expérience féminine au sein du monde académique mais aussi de comprendre ce que signifie le fait d’être une femme et de « s’écrire » comme telle dans une société en voie de modernisation, bien que toujours marquée par une distinction traditionnelle des rôles sexués.

  • 45 64 de ces 230 étudiantes ont obtenu un diplôme universitaire après avoir passé l’Artium, soit 27,8  (...)
  • 46 Ce diagramme se fonde sur l’enquête statistique effectuée par Julie E. Backer, statisticienne et me (...)

31L’analyse des parcours professionnels des étudiantes laisse se dessiner deux modèles de féminité. Sur la population étudiée, moins d’un tiers d’entre elles ont mené leurs études à leur terme45. Cela reflète les statistiques générales effectuées pour la période allant de 1882 à 1931, présentées dans le diagramme ci-dessous46 :

Figure 5. Type de diplômes obtenus par les étudiant.es entre 1882 et 1937 (en pourcentage des populations féminine et masculine)

Figure 5. Type de diplômes obtenus par les étudiant.es entre 1882 et 1937 (en pourcentage des populations féminine et masculine)

32Il en va de même lorsque l’on s’intéresse aux parcours professionnels de ces anciennes étudiantes. La moitié se déclare « femme au foyer » (husmødre). Celles qui exercent un métier sont le plus souvent employées dans l’enseignement, primaire et secondaire confondus, et, dans des proportions bien moindres, dans le domaine médical et l’enseignement supérieur ou la recherche.

  • 47 Sous la catégorie « professions supérieures » sont réunies les professions suivantes : hauts foncti (...)

Figure 6 – Professions des ancien. nes étudiant.es entre 1882 et 1937 (en pourcentage des populations féminine et masculine)47

Figure 6 – Professions des ancien. nes étudiant.es entre 1882 et 1937 (en pourcentage des populations féminine et masculine)47

33La comparaison des parcours au sortir de l’université montre bien l’empreinte du genre dans les carrières professionnelles. Alors que les postes de hauts fonctionnaires, les fonctions militaires, religieuses et médicales demeurent des espaces masculins, les femmes, lorsqu’elles travaillent, se dirigent majoritairement vers l’enseignement. Ce n’est qu’en 1912, avec l’élection de la biologiste Kristine Bonnevie au poste de professeure « extraordinaire » à l’université d’Oslo, qu’elles obtiennent le droit d’accès à la haute fonction publique, un an avant l’obtention du droit de vote et la citoyenneté. D’autres domaines, en revanche, peinent à s’ouvrir aux femmes, et ce en dépit du fait que le Parlement les a autorisées à présenter tous les examens universitaires dès 1884. Cela traduit une différenciation très classique des rôles sexués en période de construction nationale. La fonction militaire, par exemple, est vue comme une arène pour l’expression de la masculinité, formant les hommes à leur mission qui est de défendre la nation par les armes, alors que les femmes, en étant femmes au foyer, infirmières ou enseignantes, ont pour devoir de procréer, de prendre soin et d’éduquer les générations futures.

  • 48 Ida Blom, « Modernity and the Norwegian women’s movement from 1880’s to 1914 : changes and continui (...)
  • 49 En effet, les femmes qui étudient la médecine se spécialisent largement dans le domaine de la gynéc (...)

34De manière générale, l’arrivée des femmes dans la sphère publique, et notamment dans des bastions traditionnellement masculins, a été vécue dans les milieux politiques, religieux ou professionnels comme une menace pour l’équilibre social. Une majorité des membres du Parti conservateur et du clergé craignent que l’accès des femmes à une éducation supérieure ne les éloigne de leur famille et de leurs enfants. Le milieu médical, comme le relève Ida Blom48, s’oppose à l’entrée des femmes à la faculté de médecine, et tout particulièrement les obstétriciens qui voient cette arrivée comme une menace pour leur profession49. Cette crainte d’un bouleversement des identités sexuées est récurrente dans le débat public, et de nombreuses caricatures trahissent l’humiliation ressentie par les hommes face à la féminisation de l’espace masculin. C’est à la fois la peur de perte de prestige d’une profession si elle se féminise, mais aussi, plus largement, celle d’une perte d’identité masculine.

  • 50 Seul 38 % des étudiantes ayant obtenu un diplôme de l’université ou des grandes écoles) sont mariée (...)
  • 51 Discours d’Ellen Gleditsch au congrès de la FIFDU en 1926, Amsterdam, retranscrit dans le Bulletin (...)
  • 52 Archives du Musée Curie (Paris), correspondance entre Sonja Dedichen et Marie Curie, 1 feuillet, 19 (...)
  • 53 Selon Nathalie Pigeard-Micault, elle aurait poursuivi des recherches en sciences humaines après son (...)

35La redéfinition des rôles qui s’opère en cette période est à double tranchant pour les femmes. Un écart se creuse entre l’émancipation rendue possible pour les femmes célibataires et le renforcement des responsabilités envers la famille pour les femmes mariées. Le développement de la médecine et de l’hygiène transforme la vision de la fonction de mère au foyer, qui n’est plus perçue comme naturelle mais demande une formation. On retrouve cette difficulté à concilier vie académique puis professionnelle et vie familiale dans les témoignages des étudiantes. Dans une majorité de cas, celles qui travaillent sont célibataires50. Ce célibat peut résulter de facteurs extérieurs, mais aussi d’un choix personnel. C’est notamment le cas pour celles d’entre elles qui ont mené une carrière remarquable. Dans un discours prononcé lors d’un congrès de la Fédération Internationale des Femmes Diplômées des Universités (FIFDU), la chimiste Ellen Gleditsch, élue professeure en 1929 à l’université d’Oslo, pose ainsi le célibat comme condition sine qua non d’une réussite féminine dans l’univers scientifique. « La recherche », écrit-elle, « demande d’abord et avant tout une atmosphère tranquille, l’opportunité de réfléchir en paix et en silence et de se concentrer sur un problème particulier. Les soucis matériels, l’inquiétude engendrée par un mari et des enfants restés à la maison sans l’aide ou les soins adéquats, feront avorter tous les premiers efforts51 ». Toutefois, il est intéressant de remarquer que la justification du célibat n’apparaît pas dans les lettres des femmes restées célibataires, alors que, dans de nombreuses lettres de femmes au foyer, le mariage est présenté comme un obstacle à la continuation des études et à l’exercice d’un métier. L’exemple de Sonja Dedichen illustre cette tension. Grâce à la recommandation d’Ellen Gleditsch, sa professeure à Oslo, elle intègre le laboratoire de Marie Curie au cours de l’année 1925-1926. Alors qu’Ellen Gleditsch réussit à convaincre les parents de l’intérêt pour leur fille de séjourner une année supplémentaire dans le laboratoire, la jeune femme écrit une lettre à Marie Curie, pour lui annoncer son mariage prochain. « Par conséquent », lui écrit-elle, « il ne fait plus sens d’aller à Paris et d’étudier la chimie […]52 ». Le mariage met ainsi un terme à ses études53.

  • 54 James C. Albisetti, Joyce Goodman, Rebecca Rogers (dir.), Girls’ Secondary Education… op. cit.
  • 55 Ibid., Studenterne fra 1900, Ella Røgli Andersen.

36La catégorie des femmes au foyer recouvre différentes réalités, différentes perceptions du rôle des femmes dans la société. Si certaines, comme Sonja Dedichen, déplorent l’impossibilité d’associer vie familiale et vie professionnelle, d’autres, au contraire, valorisent la formation universitaire qu’elles ont reçue, et qui leur permettrait de se montrer de meilleures épouses et mères. Cette attitude reprend l’argument principal utilisé au XIXe siècle pour justifier une meilleure éducation des filles54. Le témoignage d’Ella Røgli Andersen illustre bien cette position. « C’est un atout pour le foyer », écrit-elle, « si la mère a reçu une bonne éducation. Elle est plus à même d’élever ses enfants et est plus proche de son mari, avec lequel elle peut partager des intérêts communs. C’est très important pour le développement des enfants que leur mère puisse les suivre et les aider dans les devoirs scolaires55 ».

37La pluralité de cette identité féminine n’est pas spécifique à la Norvège, et se retrouve dans de nombreux autres pays européens. Toutefois, si l’on s’intéresse plus précisément aux sociabilités, engagements et responsabilités de ces femmes passées par l’université, on relève qu’elles participent activement à la vie publique norvégienne et qu’elles mettent à profit cette période de construction nationale pour promouvoir et légitimer une place et un rôle nouveaux de la femme dans la société.

Responsabilités et engagements féministes, sociaux et politiques des femmes norvégiennes instruites : usages sociaux de la formation supérieure

38Qu’elles soient au foyer où qu’elles occupent un emploi, ces anciennes étudiantes sont conscientes de la chance qu’elles ont eue de poursuivre des études supérieures. Plus éduquées que la moyenne, elles se sentent responsables de leur sexe et pensent avoir un rôle à assumer au sein de leur société et de leur nation. Ainsi leurs lettres de Jubileet mentionnent-elles très fréquemment leur participation à des associations de différentes natures. Au sein de ces organisations, féminines ou mixtes, religieuses ou non, elles prennent part aux débats concernant notamment des questions sociales, caritatives ou féministes, s’immisçant par ce biais dans la sphère publique. Cette forte participation des femmes aux associations et organisations semble être liée à l’importance de la vie sociale qu’elles ont connue à l’université, comme nous l’avons vu précédemment.

  • 56 Centre Atria, Archives FIFDU (1920 – 2005), Dossier 46-2, « Norway – Reports and history ».

39Il existe différents types d’engagements féminins dans cette période, qui renvoient à l’image que ces femmes ont d’elles-mêmes. En premier lieu, celles qui occupent un emploi participent à des réseaux relatifs à leur profession. Les enseignantes se regroupent au sein d’associations, à l’échelle nationale et locale, et réfléchissent à leurs conditions mais également à l’éducation offerte aux jeunes filles. Les étudiantes sorties diplômées de l’enseignement supérieur font partie de la Norske Kvinnelige Akademikere Landsforbund (NKAL), la branche norvégienne de la FIFDU évoquée ci-dessus. Fondée en 1920, la NKAL se donne pour objectif de réfléchir aux droits mais aussi aux difficultés que peuvent rencontrer les diplômées des universités. En 1922, l’association se compose de quatre-vingt trois diplômées, dont quatre doctorantes, et de vingt-trois étudiantes. Dans le rapport retraçant l’histoire de la NKAL dans le cadre d’une enquête pour la FIFDU, les membres de l’association insistent sur le fait que la branche norvégienne a œuvré pour « rendre effective l’égalité avec les hommes déjà établie en principe, et notamment agir comme un champion des droits des femmes diplômées56 ». En effet, en 1923, ses membres se sont engagées en faveur de la mixité de l’instruction secondaire et ont fait annuler le projet d’un cursus spécialement conçu pour les filles (la pikelinge), et qui aurait été d’un niveau inférieur à celui des garçons. Elles militent également en faveur de l’égalité des retraites ou encore de l’autonomie des femmes mariées, mais ces questions ne seront pas résolues avant 1960.

40Les deux premières professeures, K. Bonnevie et E. Gledtisch, ont présidé tour à tour la NKAL. En 1924, elles participent avec leurs consoeurs nordiques à l’organisation d’un congrès international de la FIFDU à Oslo. L’événement concentre les regards de la communauté académique, scientifique et féministe du monde occidental, et les discours prononcés à cette occasion célèbrent l’avance des femmes nordiques en termes d’égalité genrée. L’élection d’E. Gledtisch à la présidence de la FIFDU en 1926 et la nomination de K. Bonnevie à la Commission Internationale de Coopération Intellectuelle, installée auprès de la Société des Nations, renforcent le poids des pays nordiques et de la Norvège en particulier sur la scène internationale. Par ses femmes, la Norvège acquiert ainsi une visibilité internationale et se construit une image pacifiste et féministe.

  • 57 Ida Blom, « A Centenary of Organized Feminism in Norway », in Women’s Studies Int. Forum, vol. 5, n (...)

41Les anciennes étudiantes sont généralement liées aux organisations féminines. Leur expérience académique leur donne une responsabilité sociale face à leur sexe. Un grand nombre d’entre elles s’engagent pour soutenir la cause des droits de la femme. Elles siègent souvent dans les conseils de femmes de leurs villes ou communes, adhèrent à la Norsk Kvinnesagsforening (Association norvégienne pour le droit des femmes) fondée en 1884, on l’a vu, par Gina Krog et Hagbard Emanuel Berner. Certaines, plus radicales, suivent Gina Krog dans la Norsk Kvinnestemmeresttsforrening (Association norvégienne pour le droit de vote des femmes), pour exiger le droit de vote pour les femmes dans les mêmes conditions que les hommes. D’autres enfin, plus conservatrices, intègrent la Hjemmenes Vel, association mixte pour le « bien-être du foyer ». Ces associations recrutent leurs membres dans le groupe des anciennes étudiantes. Les engagements féminins de ces femmes instruites prennent différentes formes. Dans le milieu de ces femmes organisées, il n’existe pas de consensus autour de la définition du terme « féminisme »57. Certaines réclament une égalité parfaite avec les hommes, d’autres promeuvent une vision complémentariste.

  • 58 Ibid., p. 140
  • 59 Ida Blom, « Structures and Agency… op. cit., in Scandinavian Journal of History, vol. 35, n° 5, Dec (...)

42Féminisme et patriotisme sont particulièrement imbriqués en Norvège. Leur participation aux réunions du DNS ou au sein de leurs clubs a sensibilisé les femmes à la vie politique ; à leur sortie de l’université, elles ont poursuivi leur participation aux réflexions patriotiques et, par le biais d’associations féministes, se sont engagées en faveur de l’autonomie nationale. Ainsi, en 1905, l’Association Norvégienne pour le droit de vote des femmes, sous la direction de Gina Krog, organise-t-elle une pétition pour soutenir la dissolution de l’union avec la Suède. L’association des femmes norvégienne pour l’hygiène (Norske Kvinners Sanitetsforening), composée de membres des classes moyennes, se développe à cette période, préparant les femmes à une possible guerre d’indépendance contre la Suède. Les féministes norvégiennes posent ainsi les bases d’une légitimité politique pour les femmes. Le pays, du fait de l’implication des féministes dans la construction nationale et de leur soutien à son émancipation, accorde la citoyenneté complète aux femmes dès 191358. La Norvège devient ainsi le premier pays souverain à le faire, devançant la Suède et le Danemark qui ne l’accordent qu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale59.

  • 60 Anna Casperi Agerholt, « Skuld », in NKAL, Kvinnelige studenter 1882-1932 op. cit., p. 216.
  • 61 Ida Blom, « Modernity and the Norwegian women’s movement… op. cit., p. 135.
  • 62 Hege Roll-Hansen, « Signy Arctander », in Norsk biografisk leksikon, mis en ligne le 13 février 200 (...)
  • 63 Signy, Arctander, « Kameratklubben », in NKAL, Kvinnelige studenter 1882-1932op. cit., p. 274-279
  • 64 Signy, Arctander, « Kvinnelige akademikere i sosial forsking », in NKAL, Kvinnelige studenter 1882- (...)
  • 65 Ibid., p. 189.

43Mais les lettres de Jubileet montrent surtout des femmes qui, ayant reçu une éducation supérieure, insistent sur leur participation à la vie sociale et leurs responsabilités à l’égard de la société, prônant ainsi un usage social de leur formation supérieure. Si ces femmes appartiennent bien aux classes sociales moyennes et supérieures, elles se sentent responsables de leurs consœurs de classes inférieures. C’est ce qu’exprimaient déjà les fondatrices de Skuld qui, en se définissant comme les « privilégiées parmi les femmes », se donnaient pour devoir d’appliquer leurs connaissances pour en faire bénéficier celles qui n’ont pas eu la chance d’accéder à un enseignement supérieur60. Ida Blom relève ainsi que des étudiantes, membres de la Norsk Kvinnesagsforening, donnent des cours gratuits aux ouvrières, afin de partager les connaissances qu’elles ont acquises61. La figure de Signy Arctander (1895-1971) est à ce titre représentative. Ayant commencé ses études en économie en 1915, elle est élue présidente du Kameratklubben62. Cette association, fondée en 1912, vise à rassembler les étudiantes et les femmes qui travaillent et à promouvoir une compréhension mutuelle entre les différents groupes sociaux63. Des réunions régulières se tiennent, portant sur des thèmes sociaux, comme le syndicalisme ou la crise du logement. Après avoir obtenu son diplôme en 1919, S. Arctander se spécialise dans la statistique et est employée, d’abord comme secrétaire puis comme cheffe de bureau, au Bureau Central de Statistique norvégien (Statistisk Sentralbyrå). Dans un chapitre du livre commémoratif publié par la NKAL, intitulé « Les femmes diplômées dans la recherche sociale » (Kvinnelige akademikere i sosial forsking), elle regrette que les femmes instruites, qui ont le plus souvent un « honorable intérêt pour les questions sociales », s’en tiennent à un travail pratique, en relation directe avec les populations défavorisées64. Elle rapporte, non sans humour, une remarque d’une « dame » d’Oslo : « nous nous intéressons aux enfants », dit cette dernière, « et non aux chiffres65 ». La statisticienne prône, dans ce chapitre qui fait office de réquisitoire, l’utilisation des connaissances théoriques pour appréhender la réalité sociale, afin d’apporter des solutions à la fois plus globales et sur le long terme. Elle-même est l’auteure d’importants ouvrages : elle publie en 1928 Une enquête sur l’environnement d’Oslo, une étude des conditions sociales dans les différentes parties de la capitale, ou encore un rapport sur Les conditions de travail des femmes de chambre (1937).

  • 66 Ibid., Studenterne fra 1883, Marie Geelmuyden.
  • 67 Nasjonaltbiblioteket i Oslo, Studenterne fra 1889, Caroline Wilhelmine Christiane Magrethe Steen.
  • 68 Ibid., Studenterne fra 1890, Sofi Conradine Schjøtt.

44Dans d’autres domaines, les femmes mobilisent également leurs savoirs pour apporter des solutions aux problèmes sociaux. Ainsi, celles qui ont étudié la médecine oeuvrent-elles dans des associations qui agissent contre la tuberculose ou les maladies vénériennes. D’autres se consacrent à des actions sociales et participent, par exemple, à la publication et à la diffusion de manuels destinés aux femmes aux foyers et aux mères des classes sociales inférieures, afin de leur enseigner les bases de l’hygiène et la détection des maladies infantiles et autres. Le témoignage de Marie Geelmuyden est significatif à cet égard : elle a étudié la physique et la chimie à l’université, est allée étudier quelque temps à Paris, mais n’a pas poursuivi de carrière scientifique. Après s’être mariée et avoir eu des enfants, elle enseigne des matières relatives à la vie domestique dans les écoles pour filles66. Caroline Steen, après avoir étudié la physiologie et l’hygiène, publie une série d’ouvrage dédiée aux femmes au foyer. Elle cite, entre autre, un livre de cuisine, un manuel relatif à l’hygiène, ou encore un ouvrage portant sur les maladies des enfants67. Sofi Schjøtt, diplômée en droit en 1896 et secrétaire au ministère de la défense, publie en 1900 un ouvrage intitulé Les relations juridiques au sein du foyer68. D’autres, pour la plupart épouses de pasteurs, prennent part aux Ligues de Tempérance, afin de combattre l’alcoolisme, un mal qui fait des ravages dans les milieux défavorisés. De telles associations reposent sur un fondement religieux et moral et sont généralement associées aux mouvements féministes dans leur combat contre les violences conjugales, l’alcool en étant souvent la cause.

45Les lettres des ancien. nes étudiantes de l’université d’Oslo sont riches d’enseignements sur l’évolution genrée de la population estudiantine et donnent à voir les identités et représentations en jeu au début de la féminisation de l’université. La lecture des témoignages des femmes met en valeur différents modèles de féminité qui, toujours en prise avec la société norvégienne, se dessinent au gré de cette expérience universitaire. En effet, si le groupe des femmes demeure en minorité tout au long de la période étudiée, dès l’entre-deux-guerres leur présence sur les bancs de l’université est significative – un tiers des effectifs. Cela leur permet d’élaborer une véritable conscience de groupe qui s’exprime par des stratégies collectives. Celles-ci sont mises en place à travers des clubs d’étudiantes et se perpétuent par les réseaux professionnels ou associations dont elles sont membres. L’éducation des femmes joue un rôle primordial dans l’établissement d’une égalité entre sexes : non seulement le passage par l’université leur ouvre l’accès aux emplois qualifiés, mais il leur offre également une nouvelle place au sein de la société. En une soixantaine d’années, la Norvège est passée d’une situation de retard relatif par rapport à ses voisins scandinaves, à une avance réelle qui la place, dans la première la moitié du XXe siècle, au sein du peloton de tête des États qui permettent aux femmes d’intégrer la hiérarchie universitaire, et jusqu’au poste de professeure d’université. Des disparités persistent toutefois entre femmes et hommes : dans le nombre des inscriptions, dans les choix d’orientation et de carrière. Si quelques figures exceptionnelles sortent du lot en menant des carrières remarquables, il semble bien que, pour les femmes mariées, la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle ait toujours été difficile dans cette première moitié du XXe siècle. Mais quelles que soient leurs situations professionnelles, les anciennes étudiantes, fortes de leur bagage intellectuel, n’ont jamais manqué de s’engager, mêlant féminisme et patriotisme. En cela, elles ont légitimé l’importance des femmes et de leur éducation en prenant leur part de la construction de la nation, et elles ont contribué – consciemment ou non – à construire l’image d’un pays moteur en termes d’égalité des sexes.

Top of page

Notes

1 Ida Blom, « Structures and Agency : a transnational comparison of the struggle for women’s suffrage in the Nordic countries during the long 19th century », Scandinavian Journal of History, vol. 35, n° 5, Dec. 2012, p. 600-620.

2 En Suède et au Danemark, les femmes accèdent à l’université respectivement en 1870 et 1875. La Norvège suit ce mouvement en autorisant les femmes à s’inscrire à l’université en 1882. En garantissant le droit aux femmes de s’inscrire à l’université dans les années 1870-1880, les pays nordiques s’inscrivent dans la première vague (largement européenne) de généralisation de l’accès des femmes aux études universitaires. À titre de comparaison, les universités de Zurich et de la Sorbonne admettent leurs premières étudiantes dans les années 1860, et inaugurent la mixité dans l’enseignement supérieur européen. Voir Rebecca Rogers (dir.), La mixité dans l’éducation : Enjeux passés et présents, Lyon, ENS Éditions, 2004 et Carole Christen-Lecuyer, « Les premières étudiantes de l’université de Paris », Travail, Genre et Sociétés, n° 4, octobre 2000, p. 35-50.

3 Voir entre autres : John-Peter Collet, Anne Vaalund (dir.), Universitetet i Oslo, 1811-2011, Oslo, Unipub, 2001 ; John-Peter Collet « L’Université et la nation en Norvège au XIXe siècle », in Michel Bertrand (dir.), La Fabrique des Nations. Figures de l’État-nation dans l’Europe du XIXe siècle, Paris, Les Éditions de Pars, 2003, p. 309-321 ; Aladin Larguèche, Vers une histoire des intellectuels norvégiens : pratiques littéraires, nationalisme et sécularisation à Christiania (1811-1869), thèse déposée à l’Université Toulouse – Jean Jaurès, 2013.

4 John-Peter Collet, « L’Université et la nation en Norvège au XIXe siècle », in Michel Bertrand (dir.), La Fabrique des Nations… op. cit, p. 313.

5 Øyvind Østerud, « Les configurations historiques des nationalismes scandinaves », in Michel Bertrand, Patrick Cabanel, Bertrand De Lafargue (dir.), La fabrique des nations… op. cit., p. 17-21.

6 Voir notamment le chapitre 3 portant sur la célébration du 50e anniversaire de l’université de Christiania (Oslo), de John-Peter Collett, in Pieter Dhondt (ed.), National, Nordic or European ? Nineteenth-Century University Jubilees and Nordic Cooperation, in Scientific and Learned Cultures and Their Institutions, Leiden, Brill, 2011, p. 73-98.

7 Voir le numéro spécial de la revue Studium, vol. 5, n° 3, 2012, issue de la conférence « Academic Culture of Remembrance » (Ghent, Mars 2011).

8 Les Jubileet – ou registres d’étudiant.es – sont conservés à la Nasjonalt Biblioteket d’Oslo.

9 Anna Cabanel, Pionnières du Nord. Universitaires norvégiennes et réseaux féminins internationaux, 1882-1940, Master 2 soutenu à l’ENS Cachan sous la direction de Olivier Wieviorka et Sylvie Chaperon, 2014.

10 Les registres de 1882, 1892, 1902 et 1912, respectivement publiés en 1907, 1917, 1927 et 1937 constituent l’objet de notre étude quantitative. Cet échantillonnage implique une approximation, mais les chercheur.es en sciences humaines et sociales s’accordent à définir un intervalle de confiance, de l’ordre de 3 %, résultant de l’étude d’échantillons voisins de mille personnes. La base de données se compose de 1274 étudiant.es, dont 209 femmes. Après la Seconde Guerre mondiale, le nombre d’étudiant.es augmentant, leurs témoignages deviennent moins détaillés et laissent moins de place à l’expression personnelle.

11 Ces lettres ont été analysées à l’aide d’une base de données. Cette dernière comprend une partie informative (identité et statut civil, promotion, origines socio-économiques) et une seconde qui est consacrée à l’analyse des discours. Il serait intéressant, et cela sera entrepris dans de futures recherches, de comparer ces témoignages féminins à ceux de leurs comparses masculins.

12 NKAL, Kvinnelige studenter 1882-1932, Oslo, Gyldendal Norsk Forlag, 1932.

13 Rebecca Rogers (dir.), La mixité dans l’éducation : Enjeux passés et présents, Lyon, ENS Éditions, 2004.

14 Nathalia Tikhonov, « Enseignement supérieur et mixité : la Suisse, une avant-garde ambiguë », in Rebecca Rogers (dir.), La mixité dans l’éducation… op.cit., p. 35-52.

15 Agnès Thiercé, « Julie-Victoire Daubié première bachelière de France-De la condition économique morale et politique de la femme au XIXe », Bulletin du centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, mars 1993, p. 53-62.

16 Jean-François Condette, « Les Cervelines » ou les femmes indésirables. L’étudiante dans la France des années 1880-1914 », Carrefours de l’éducation 1/2003 (n° 15), p. 38-61. J. V. Daubié n’obtient l’autorisation de suivre les cours que dix ans après avoir obtenu le droit de s’inscrire à l’université.

17 En Suède, les femmes obtiennent le droit de se présenter à l’Artium, ainsi que d’étudier la médecine et d’exercer en tant que médecin, le 3 juin 1870. Il faut attendre 1873 pour qu’elles aient le droit de se présenter à tous les examens universitaires, exception faite des ceux de droit et de théologie. Au Danemark, le droit de présenter tous les examens obtenu en 1875 exclu également ceux de théologie.

18 La capitale norvégienne porte le nom de Christiania jusqu’en 1925, date à laquelle le nom, jugé trop danois, est remplacé par l’ancien nom d’Oslo.

19 L’Anneneksamen est un examen qui se présente à la fin de la première année universitaire – qui est généraliste – et permet de s’inscrire dans la faculté de son choix. En 1903, cet examen prend le nom d’ « examen philosophicum ». 

20 Agneta Linné, « Lutherianism and Democracy : Scandinavia », in James C. Albisetti, Joyce Goodman, Rebecca Rogers (dir.), Girls’ Secondary Education in the Western World from the 18th to the 19th Century, USA, Palgrave Macmillan US, 2010, p. 133-147.

21 Thomas Kingston Derry, A History of Modern Norway, 1814-1972, Clarendon Press, 1973.

22 Ida Blom, « Changing Gender Identities in an Industrializing Society : The Case of Norway c.1870-c.1914 », in Gender & History, vol. 2, n° 2, 1990, p. 138.

23 Agneta Linné, « Lutherianism and Democracy… op. cit., p. 137-138.

24 Ibid., p. 138.

25 La Norvège se place ainsi comme concurrente directe de la Suède, auparavant championne dans ces domaines scientifiques.

26 L’analyse des origines socio-économiques et géographiques des étudiant.es a été menée à partir des témoignages d’étudiant.es, lesquels précisent la profession du père (les mères de ces générations d’étudiant.es n’ayant pas d’emploi déclaré).

27 La population étudiée est composée de 6 091 étudiants.

28 L’année 1882 est prise en compte dans l’étude car elle marque l’entrée des femmes à l’université d’Oslo, mais le pourcentage ne peut être pris en compte, car il n’y a qu’une seule étudiante. La population étudiée est composée de 2 317 étudiantes.

29 Marianne Blanchard, « Quand féminisation rime avec légitimation : les écoles supérieures de commerce, du début des années 1960 au début des années 1990 », Histoire de l’éducation, 136 | 2012, 167-192.

30 Eirinn Larsen, Invisible strategies. Gender in French and Norwegian Business Education. 1870-1980, PhD Thesis, European University Institute, Florence, 2005, et « The Masculine Foundation of Business Education : France and Norway in Comparison (1870s-1940s) », Entreprises et Histoire, 2011/4, n° 65, p. 24-42.

31 Marianne Thivend, « L’enseignement commercial aux XIXe et XXe siècles approché par le genre », Histoire de l’éducation, 136 | 2012, p. 9-41.

32 Ida H. Stamhuis, Arve Monsen, « Kristine Bonnevie, Tine Tammes and Elisabeth Schiemann in Early Genetics : Emerging Chances for a University Career for Women », in Journal of the History of Biology, Berlin, Springer, 2007, p. 427-466.

33 Annette Lykknes, Lise Kvittingen, Anne Kristine Børresen, « From Fertile Centers to Seeding the Periphery. Ellen Gleditsch : Duty and Responsability in a Research and Teaching Career, 1916-1946 », in Annette Lykknes, Ellen Gleditsch, Professor, Radiochemist, and Mentor, thèse d’histoire soutenue à Trondheim, 2005.

34 Pierre Moulinier, La naissance de l’étudiant moderne (XIXe siècle), Paris, Belin, 2002. Voir aussi Natalia Tikhonov Sigrist, « Les femmes et l’université en France, 1860-1914. Pour une historiographie comparée », Histoire de l’éducation, 122 | 2009, p. 53-70.

35 Aladin Larguèche, « Gender identities and Nation-building in Norway : Men and women at the University of Oslo (1813-1894) », in Carla Salvaterra, Berteke Waadijk, Path to Gender, European historical perspectives on women and men, Pise, Plus-Pisa University Press, 2009, p. 127-140.

36 Anna Casperi Agerholt, « I Studentersamfundet », in NKAL, Kvinnelige studenter 1882-1932, Oslo, Gyldendal Norsk Forlag, p. 223-232.

37 Nasjonaltbiblioteket i Oslo, Studenterne fra 1893, « Gusta Louise Isachsen ». L’Oktoberfest est la fête de la bière en Norvège.

38 Les membres fondateurs sont : Laura Rømcke, Marie Holst, Betzy Børresen, Anna Bugge, Minda Ramm et Ida Cecilie Thoresen. Anna Casperi Agerholt, « Skuld », in NKAL, Kvinnelige studenter 1882-1932 op.cit., p. 215-223.

39 Le club Skuld, fondé en 1883, ferme en 1886. Il aurait servi de base à la fondation de l’Association Féministe Norvégienne, la Kvinnesaks Forening. Voir Aas, Kristin Natvig, « Skuld : kvinnesaksklubb », in Store norske leksikon, mis en ligne le 5 juin 2012, consulté le 8 septembre 2016, https://snl.no/Skuld %2Fkvinnesaksklubb.

40 Margrethe Parm, « Kvinnelige Studenter Klubb », in NKAL, Kvinnelige studenter… op.cit., p. 233-243.

41 Goksøyr Matti, « Popular pastimes or patriotic virtues ? The role of sport in the national celebrations of nineteenth-century Norway », in The International Journal of Sport, vol. 5, n° 2, 1998.

42 Archives en ligne de l’université d’Oslo (UIO), http://www.muv.uio.no/uios-historie/epoker/1870-1920/karikaturer-reale-damer/.

43 Christine D. Myers, « Qu’elles continuent de frapper à la porte ! » L’admission des femmes dans les universités écossaises à la fin du XIXe siècle », in Rebecca Rogers (dir.), La mixité dans l’éducation : Enjeux passés et présents, Lyon, ENS Éditions, 2004, p. 53-72.

44 Anna Cabanel, Pionnières du Nord … op. cit., Master 2 soutenu à l’ENS Cachan sous la direction de Olivier Wieviorka et Sylvie Chaperon, 2014.

45 64 de ces 230 étudiantes ont obtenu un diplôme universitaire après avoir passé l’Artium, soit 27,8 %.

46 Ce diagramme se fonde sur l’enquête statistique effectuée par Julie E. Backer, statisticienne et membre de la NKAL, dans le chapitre « Kvinnelige studenter 1882-1931, en statistiske oversikt », in NKAL, Kvinnelige studenter… op. cit., p. 11-37.

47 Sous la catégorie « professions supérieures » sont réunies les professions suivantes : hauts fonctionnaires, professeurs et enseignants dans le supérieur, professions supérieures scientifiques et techniques, professions juridiques. La population étudiée se compose des 1273 étudiant.es de la base de données.

48 Ida Blom, « Modernity and the Norwegian women’s movement from 1880’s to 1914 : changes and continuities », in Sylvia Paletschek, Bianca Pietrow-Ennker, (dir.), Women’s emancipation movements in the 19th century , Stanford, 2004, p. 144.

49 En effet, les femmes qui étudient la médecine se spécialisent largement dans le domaine de la gynécologie. Dans l’échantillon étudié, 10 des 29 femmes médecins se sont spécialisées dans le domaine de la gynécologie.

50 Seul 38 % des étudiantes ayant obtenu un diplôme de l’université ou des grandes écoles) sont mariées, contre 57 % pour les étudiantes non diplômées de l’enseignement supérieur. Les enseignantes et institutrices font partie de ce second groupe, leur formation ne faisant pas partie de l’enseignement supérieur.

51 Discours d’Ellen Gleditsch au congrès de la FIFDU en 1926, Amsterdam, retranscrit dans le Bulletin n° 8, p. 113, Atria (Amsterdam), IFUW, Conferences & Council Meetings, Bulletins 1920-2001, n° 71.

52 Archives du Musée Curie (Paris), correspondance entre Sonja Dedichen et Marie Curie, 1 feuillet, 1926.

53 Selon Nathalie Pigeard-Micault, elle aurait poursuivi des recherches en sciences humaines après son mariage, cf. Nathalie Pigeard-Micault, Les femmes du laboratoire Marie Curie, paris, Éditions Glyphe, 2013, p. 80-83.

54 James C. Albisetti, Joyce Goodman, Rebecca Rogers (dir.), Girls’ Secondary Education… op. cit.

55 Ibid., Studenterne fra 1900, Ella Røgli Andersen.

56 Centre Atria, Archives FIFDU (1920 – 2005), Dossier 46-2, « Norway – Reports and history ».

57 Ida Blom, « A Centenary of Organized Feminism in Norway », in Women’s Studies Int. Forum, vol. 5, n° 6, 1982, p. 571.

58 Ibid., p. 140

59 Ida Blom, « Structures and Agency… op. cit., in Scandinavian Journal of History, vol. 35, n° 5, Dec. 2012, p. 600-620.

60 Anna Casperi Agerholt, « Skuld », in NKAL, Kvinnelige studenter 1882-1932 op. cit., p. 216.

61 Ida Blom, « Modernity and the Norwegian women’s movement… op. cit., p. 135.

62 Hege Roll-Hansen, « Signy Arctander », in Norsk biografisk leksikon, mis en ligne le 13 février 2009, consulté le 27 septembre 2016, https://nbl.snl.no/Signy_Arctander.

63 Signy, Arctander, « Kameratklubben », in NKAL, Kvinnelige studenter 1882-1932op. cit., p. 274-279.

64 Signy, Arctander, « Kvinnelige akademikere i sosial forsking », in NKAL, Kvinnelige studenter 1882-1932op. cit., p. 188-194.

65 Ibid., p. 189.

66 Ibid., Studenterne fra 1883, Marie Geelmuyden.

67 Nasjonaltbiblioteket i Oslo, Studenterne fra 1889, Caroline Wilhelmine Christiane Magrethe Steen.

68 Ibid., Studenterne fra 1890, Sofi Conradine Schjøtt.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Évolution du nombre de candidat.es à l’Artium entre 1882 et 1940
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2567/img-1.png
File image/png, 42k
Title Figure 2. Répartition (en pourcentage) des étudiants dans les filières de l’Artium 1882-194027
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2567/img-2.png
File image/png, 38k
Title Figure 3. Répartition (en pourcentage) des étudiantes dans les filières de l’Artium 1882-194028
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2567/img-3.png
File image/png, 36k
Title Figure 4. « Le ski-club des étudiantes », caricature publiée en 1914 dans le journal conservateur Vikingen42.
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2567/img-4.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Figure 5. Type de diplômes obtenus par les étudiant.es entre 1882 et 1937 (en pourcentage des populations féminine et masculine)
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2567/img-5.png
File image/png, 31k
Title Figure 6 – Professions des ancien. nes étudiant.es entre 1882 et 1937 (en pourcentage des populations féminine et masculine)47
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2567/img-6.png
File image/png, 40k
Top of page

References

Electronic reference

Anna Cabanel, « Être, se représenter, se dire. Lettres d’étudiantes norvégiennes dans une nation en construction (fin XIXe – première moitié du XXe siècle) », Genre & Histoire [Online], 18 | Automne 2016, Online since 01 January 2017, connection on 20 July 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2567

Top of page