Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Antony Favier, Égalité, mixité, sexualité : les enjeux du genre et de l’intime chez des jeunes catholiques du mouvement de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC-F), des années 1968 et au-delà (jusqu’en 1987)

Thèse d’histoire sous la direction de Claude Prudhomme, Université Lumière Lyon 2, 2015, 625 p

Cette thèse1 de doctorat soutenue le 5 décembre dernier à l’Université Lumière Lyon 2 n’est pas une histoire monographique de la JOC-F dans la France des Trente Glorieuses. Son auteur plaide plutôt pour l’apport du concept de genre afin renouveler l’étude de deux mouvements, abordés classiquement par des travaux intellectuels se situant en histoire des ouvriers et en histoire religieuse.

Dans son introduction, Anthony Favier rappelle en effet que l’étude de ces deux mouvements de jeunes laïcs passe encore aujourd’hui par une historiographie très peu ouverte aux études et au concept de genre. Elle est plutôt sensible aux questions de politisation et de syndicalisation, à travers le concept de « modernisation ».Il s’agit même d’une idée courante : les militants issus de l’Action catholique, en raison de leur investissement social important dans de nombreux et divers secteurs, auraient « modernisé » la société française. Bien que fondée sur une base idéologique catholique, l’Action catholique en général, et la JOC-F, en particulier, auraient-ils pu faire évoluer les rapports de genre, en poussant à l’engagement féminin ou bien encore en formant les militants des deux sexes à être autonomes et conscients de leurs actes dans la société ?

Pour y répondre, Anthony Favier mobilise plutôt le doublon sociologique et conceptuel d’insider et d’outsider. Les cadres jocistes peuvent être présentés comme en position d’outsider du changement social. Jamais en véritable symbiose avec certains mouvements sociaux qui militent ouvertement pour des évolutions en matière de sexualité ou des rapports hommes-femmes, ou bien encore à l’intérieur du catholicisme, pour la réorganisation des ministères. Les militants jocistes se montrent aussi méfiants à l’égard de tout conservatisme organisé en raison de leurs liens avec le mouvement ouvrier, la méfiance que ce dernier inspire à l’égard des différentes formes de réaction, et du souhait, sans cesse répété, de vivre au plus près de la vie des jeunes.

La matière archivistique mobilisée dans cette thèse est abondante et composite. Le cadre monographique a été reconstitué à partir d’articles de presse, d’actes imprimés des instances officielles de l’Église catholique de France ou à Rome, ainsi que de correspondances et de comptes rendus d’acteurs privés conservés aux archives historiques de l’archevêché de Paris et aux archives de la Mission ouvrière de Lyon. Au coeur d’un abondant travail de dépouillement, on trouve les fonds des secrétariats nationaux JOC et JOCF conservés à Nanterre aux Archives départementales des Hauts-de-Seine. À côté de la presse et de la littérature grise des mouvements, une source originale a été exploitée de manière novatrice : les comptes rendus des « révisions de vie » qui relèvent en partie du champ des écrits du for privé.

L’auteur propose une réflexion en trois parties. Dans une première période allant de 1954 à 1968, les mouvements de la JOC et de la JOCF sont vus comme les matrices d’un genre militant ouvrier chrétien. Le refus de la mixité associative, la défense des thèses de la maternité sociale, l’opposition à la légalisation de la contraception chimique par la loi Neuwirth (1967) et la défense de l’encyclique Humanae vitae (1968), qui en condamne le recours pour les couples mariés catholiques, confortent les deux mouvements dans leur rôle hérité même si on constate des évolutions individuelles d’attitude.

La crise catholique identifiée à la JOC-F de 1968 à 1976 (deuxième partie) se traduit par une séquence complexe pour les deux mouvements. La turbulence de la vie militante vient en partie d’une détérioration des rapports entre le mouvement masculin et le mouvement féminin. La mise en sommeil du processus de mise en mixité traduit, tout particulièrement, le positionnement différent entre militants et militantes vis-à-vis de l’international, du caractère confessionnel du mouvement et de la politisation à avoir ou pas. Le genre agit ici comme une « variable significative » et c’est pourquoi l’auteur avance l’idée que la crise catholique des années 68 est aussi une crise du genre catholique.

La dernière partie, au-delà de 1976, se place sous le double signe de la « déprise militante » et de la « prise identitaire » du catholicisme français dont la JOC-F serait un bon observateur. « Chrétiens de gauche » devenus « catholiques d’ouverture », les jocistes ne choisissent pas, pour autant, de rentrer dans la dissidence concernant les points litigieux du catholicisme français dans la société française : la question des ministères, les interdits sur la sexualité ou la place des femmes dans le catholicisme.

Dans sa conclusion, Anthony plaide pour la constitution d’une « substantielle histoire religieuse du genre », située à la croisée de deux historiographies, qui s’ouvrent progressivement l’une à l’autre depuis les années 2000 autour de plusieurs foyers intellectuels. Au-delà d’un espace discursif et normatif de dogmes et de principe, les études sur le genre nous appellent à envisager le religieux comme un champ de pratiques multiformes et complexes, traversé, à tous les niveaux, par des questions de pouvoir, que ce soit dans le travail militant, dans la liturgie, dans l’accès aux savoirs religieux ou aux fonctions d’encadrement. Ni « modernes » ni « contre-modernes », les jocistes étudiés dans ce travail, ont développé une forme d’ « alter-romanisme » pratique et pragmatique, de « bricolage » religieux très contemporain, en accordant des significations nouvelles aux pratiques et normes héritées, dans un moment plus général où le catholicisme français « s’exculture » et se métamorphose.