Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Burguière André, Bernard Vincent (dir.), Un siècle d’historiennes

Paris, éditions des femmes-Antoinette Fouque, 2014
Françoise Thébaud
Référence(s) :

Burguière André, Bernard Vincent (dir.), Un siècle d’historiennes, Paris, éditions des femmes-Antoinette Fouque, 2014

Texte intégral

  • 1 Pierre Nora (dir.), Essais d'ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987. La rubrique « Itinéraires » de G (...)
  • 2 Eileen Boris & Nupur Chaudhury, dir., Voices of Women Historians: The Personal, the Political, the (...)
  • 3 Bonnie Smith, The Gender of History: Men, Women, and Historical Practice, Cambridge (MA), Harvard U (...)
  • 4 Isabelle Ernot, Historiennes et enjeux de l’écriture de l’histoire des femmes, 1791-1948, thèse sou (...)
  • 5 Nicole Pellegrin, Histoires d'historiennes, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2006.
  • 6 Béatrice Didier, Antoinette Fouque, & Mireille Calle-Gruber, dir., Le Dictionnaire universel des cr (...)
  • 7 Véronique Sales, dir., Les Historiens, Paris, Armand Colin, 2003.

1En 1987, Pierre Nora invitait les grands noms de la discipline historique à « se faire les historiens d’eux-mêmes », ce qui donna de beaux essais d’ego-histoire de la part de six hommes et d’une seule femme, Michelle Perrot1. En 1999, à l’occasion du trentième anniversaire du Coordinating Committee on Women in the Historical Profession, vingt historiennes américaines rassemblaient des récits de vie qui mêlaient le personnel, le politique et le professionnel2. Élément d’une approche genrée, initiée par Bonnie Smith3, de la discipline historique et du métier d’historien, la place qu’y occupent les femmes, leurs parcours intellectuels, leurs productions et leurs carrières ont été interrogés de façon novatrice dans la thèse d’Isabelle Ernot4 et dans des ouvrages collectifs, tels Histoires d’historiennes dirigé par Nicole Pellegrin5. Publié par les éditions des femmes dans la foulée du grand projet du Dictionnaire des créatrices6, Un siècle d’historiennes s’inscrit, avec des caractéristiques propres, dans une filiation qui n’est pas présentée. Comme l’expliquent en effet, en préface, André Burguière et Bernard Vincent, tous deux membres de l’EHESS, l’ouvrage ici recensé est d’abord une réaction à celui publié en 2003 par Véronique Sales – Les Historiens7 –, une manière de réparer une injustice. S’ils avaient apprécié l’approche individualisée de figures d’historiens, dont étaient reconstitués, comme pour des écrivains, l’itinéraire intellectuel et le sens global de l’œuvre, ils trouvaient contraire à la réalité et « choquante » l’absence d’historiennes, « eu égard au principe d’égalité entre hommes et femmes qui s’impose aujourd’hui ».

  • 8 Carol Lougee, « Le Paradis des femmes » : Women, Salons and Social Stratification in XVIIth France, (...)

2Dans Un siècle d’historiennes, vingt historiens ont été sollicités pour dresser chacun un portrait intellectuel d’une historienne d’hier ou d’aujourd’hui. Le choix de donner la plume à des hommes spécialistes du même domaine de recherche historique – on trouve notamment Serge Gruzinski, Denis Crouzet, Dominique Kalifa – est revendiqué comme « un geste galant ». André Burguière et Bernard Vincent, qui ont respectivement écrit sur Christiane Klapisch-Zuber et Reyna Pastor, en assument « le caractère désuet et (modérément) provocateur », ce qui les pousse à rappeler, derrière Carol Lougee8, les origines de la galanterie dont les règles transmises ne seraient que « les marqueurs de la reconnaissance des hommes à l’égard d’un combat féminin qui les a eux-mêmes civilisés ». Le propos invite à la réflexion ; il est moins sujet à caution que le terme de « génie féminin » qui essentialise « la » femme et « la » créatrice » au sujet de laquelle la plupart des travaux montrent la dépendance par rapport aux contextes sociaux, politiques et culturels. André Burguière et Bernard Vincent rappellent d’ailleurs l’existence ancienne d’historiennes puis leur exclusion de l’histoire universitaire. Ils relient également la diversité des situations nationales au prestige différencié des disciplines et à l’organisation des études, l’existence de l’agrégation ayant permis en France à des historiennes de compter dans le monde académique dès les années 1960. Ils soulignent enfin que la position d’outsider a poussé les historiennes à aborder des questions délaissées par les hommes et à développer une capacité critique féconde sur la discipline.

  • 9 Voir à ce sujet, Quentin Deluermoz & Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses (...)
  • 10 Mona Ozouf a écrit un superbe ouvrage d'ego-histoire : Composition française. Retour sur une enfanc (...)

3De Carmen Bernand à la Britannique Frances Amelia Yates (1889-1981) qui intègre « l’histoire des espérances »9 non advenues au récit du XVIe siècle politique et religieux français, en passant par Annie Kriegel (1926-1995) ou la byzantiniste Évelyne Patlagean (1932-2008), la liste, pour moitié française, n’est pas, selon ses concepteurs, un palmarès exhaustif ni « parfaitement objectif ». Elle est là cependant pour souligner « l’apport des femmes à la production historique du XXe siècle », voire et plus précisément pour montrer « en quoi l’arrivée des femmes dans le monde des historiens a changé la manière d’écrire l’histoire ». Certaines y ont notamment intégré les femmes et des approches de genre : la médiéviste britannique Eileen Power (1889-1940) et la Japonaise Takamure Itsue (1894-1964), pionnières en leur pays et la dernière dès le début de son parcours, mais aussi, et chacune à leur manière pour des périodes ou des espaces différents, Michelle Perrot, Christiane Klapisch-Zuber, Natalie Zemon Davis, l’africaniste Catherine Coquery-Vidrovitch, Claude Mossé qui a renouvelé l’histoire de la Grèce ancienne, ainsi que la médiéviste hispano-argentine Reyna Pastor qui s’y est investie à partir du milieu des années 1980. Les mêmes et d’autres ici présentées ont décloisonné la discipline historique et promu des approches inspirées d’autres sciences sociales : Carmen Bernand pour parler de l’Amérique latine, l’Italienne Sofia Boesch Gajano pour écrire une histoire anthropologique de la sainteté, sa compatriote Chiara Frugoni pour interroger les significations et les logiques des images médiévales, l’Allemande au destin tragique Hedwig Hintze (1884-1942), l’Américaine Lynn Hunt et Mona Ozouf10 pour revisiter l’histoire de la Révolution française, l’Allemande Barbara Stollberg-Rilinger pour proposer, à propos du Saint-Empire romain germanique, une histoire culturelle du politique. Plusieurs ont adopté des terrains de recherche extranationaux, par exemple l’Islam méditerranéen pour Lucette Valensi. Quant à Lucie Varga (1904-1941), juive hongroise et rare femme à avoir collaboré aux Annales des années 1930, sa courte vie ne lui a permis que d’esquisser un projet scientifique original autour de la notion « d’autorités invisibles ». Dernière remarque générale : les historiennes présentes dans cet ouvrage, qui ont presque toutes pris des chemins de traverse, sont plus nombreuses à s’être intéressées à l’Antiquité et au Moyen Age qu’aux périodes plus récentes, fortement investies par une histoire longtemps dominante et masculine de l’État et de la nation.

  • 11 Françoise Thébaud, « Entre parcours intellectuel et essai d’ego-histoire : Le poids du genre », Gen (...)

4Plaisir de lecture, Un siècle d’historiennes peut être lu de diverses manières. Par petites touches d’abord, en privilégiant telle ou telle figure pour mieux en comprendre l’œuvre historiographique, mais aussi les engagements et même, pour la plupart des contributions, quelques grands traits de vie privée et publique. Vie marquée par l’exil pour quatre d’entre elles. Vie inscrite dans les soubresauts du XXe siècle pour toutes, jusqu’au pire pour certaines. La lecture de l’ensemble, qui invite à la comparaison, est aussi particulièrement intéressante. Il s’en dégage, comme le souligne la préface, « une forte opposition générationnelle » entre les pionnières qui, sauf Eileen Power à la London School of Economics, commencent avec grande difficulté leur recherche ou leur carrière dans l’entre-deux-guerres, et celles nées plus tard entre la fin des années 1920 et les années 1940. Pour ces dernières, marquées par la Seconde Guerre mondiale et les conflits de décolonisation, l’engagement a été essentiel. Formées comme leurs confrères, elles n’en ont pas moins été, à un moment ou à un autre, marginalisées dans la discipline et l’institution universitaire et ont finalement mis en œuvre ce que j’ai appelé ailleurs « un militantisme académique »11 pour promouvoir l’histoire des femmes et l’insertion académique des historiennes. L’ouvrage montre à la fois que les marges sont fécondes et que les temps ont changé.

Haut de page

Notes

1 Pierre Nora (dir.), Essais d'ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987. La rubrique « Itinéraires » de Genre & Histoire publie régulièrement de nouveaux essais d'ego-histoire.

2 Eileen Boris & Nupur Chaudhury, dir., Voices of Women Historians: The Personal, the Political, the Professional, Indiana University Press, 1999.

3 Bonnie Smith, The Gender of History: Men, Women, and Historical Practice, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1998.

4 Isabelle Ernot, Historiennes et enjeux de l’écriture de l’histoire des femmes, 1791-1948, thèse soutenue en 2004 à l’Université Paris7. Voir aussi Isabelle Ernot, « L’histoire des femmes et ses premières historiennes (XIXe - début XXe siècle) », Revue d’histoire des sciences humaines, n°16, 2007, p. 165-194.

5 Nicole Pellegrin, Histoires d'historiennes, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2006.

6 Béatrice Didier, Antoinette Fouque, & Mireille Calle-Gruber, dir., Le Dictionnaire universel des créatrices, Paris, éditions des femmes, 2013. L'auteure de ce compte rendu a codirigé avec Isabelle Ernot le secteur Histoire : plus de 200 notices d'historiennes du monde entier.

7 Véronique Sales, dir., Les Historiens, Paris, Armand Colin, 2003.

8 Carol Lougee, « Le Paradis des femmes » : Women, Salons and Social Stratification in XVIIth France, Princeton, Princeton University Press, 1976.

9 Voir à ce sujet, Quentin Deluermoz & Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Paris, Le Seuil, 2016.

10 Mona Ozouf a écrit un superbe ouvrage d'ego-histoire : Composition française. Retour sur une enfance bretonne, Paris, Gallimard, 2009.

11 Françoise Thébaud, « Entre parcours intellectuel et essai d’ego-histoire : Le poids du genre », Genre & Histoire, n° 4, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Thébaud, « Burguière André, Bernard Vincent (dir.), Un siècle d’historiennes », Genre & Histoire [En ligne], 17 | Printemps 2016, mis en ligne le 31 mai 2016, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2512

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page