Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire

Marseille, Éditions Agone, collection « L’ordre des choses », 2015, p. 422, traduit de l’anglais par Marie- Pierre Pouly
Amandine Tabutaud
Référence(s) :

Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, Marseille, Éditions Agone, collection « L’ordre des choses », 2015, p. 422, traduit de l’anglais par Marie- Pierre Pouly.

Texte intégral

1Avec Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, la sociologue Beverley Skeggs nous plonge dans l’univers des milieux populaires anglais des années 1980. De son enquête menée auprès d’un groupe de jeunes filles inscrites à une formation d’aide et de soins à la personne, dans un lycée du Nord Ouest de l’Angleterre, la chercheuse livre une analyse inédite sur la reproduction de la classe ouvrière au prisme du genre. Profitant de sa position d’enseignante, elle a su établir une relation de confiance durable avec ses enquêtées, qu’elle a accompagnée et a vu évoluer durant plus de dix ans. Des quatre-vingt-trois entretiens recueillis, nous en avons ici de nombreux passages. Ils viennent étayer et illustrer les thèses développées par l’auteure.

2Étudiantes, la peur de ne « pas être comme il faut » conditionnait les postures de ces jeunes filles en société. Une fois devenues adultes, mariées et/ ou mères de famille, ce sentiment les habite toujours. Cette quête perpétuelle de respectabilité structure l’ensemble des questionnements posés par Beverley Skeggs, qui érige cette notion en catégorie d’observation et d’analyse. Elle propose ainsi de s’interroger sur :

« La manière dont un groupe de femmes spécifique compose face à plusieurs processus de classification : la classe, le genre, l’hétérosexualité, la féminité, les dispositions féminines au dévouement et le féminisme ».

3Pour cela, la chercheuse a dégagé quatre thèmes où la respectabilité est mise à l’épreuve ; l’élaboration de l’identité sociale, le positionnement et l’évolution de ces jeunes filles dans la sphère sociale, le questionnement de la pertinence des cadres analytiques d’observation traditionnels et l’usage des capitaux acquis par les enquêtées.

4Plus qu’un simple décor, le concept de classe, ici la classe ouvrière, est systématiquement mobilisé et intrinsèquement lié à la notion de respectabilité. Comme elle le rappelle dans le chapitre introductif : « La respectabilité a toujours été un stigmate et un fardeau de classe, une norme à atteindre ». Ces femmes éprouvent la classe au et dans leur quotidien. À l’école d’abord, où leurs faibles ressources culturelles offrent un choix limité, dont elles ont conscience : « Ben je suis là parce que je pouvais rien faire d’autre (…) c’était ça ou de la cuisine », une autre encore : « J’arrivais pas à trouver un boulot, c’est simple, et c’était là que c’était le plus facile de s’inscrire sans diplôme ». Le champ des possibilités est tout aussi réduit une fois sur le marché du travail, quand elles n’en sont pas exclues. Cette situation induit leur positionnement et leur déplacement dans la sphère sociale. C’est pourquoi, elles cherchent à devenir des femmes respectables et dévouées dans « l’aide, un domaine où elles risquent peu d’échouer ». Validant facilement leurs compétences, elles deviennent responsables et respectées. Paradoxalement, la respectabilité est acquise au prix fort puisque :

« En se représentant comme (…) naturellement prédisposées à s’occuper des autres, ces femmes parviennent à élaborer des formes de statuts, de responsabilité, et d’autorité morale, qui, en fin de compte les font collaborer à la perpétuation des divisions sociales et sexuées ».

5Et pourtant ces jeunes femmes n’ont de cesse de vouloir se détacher des stéréotypes dans lesquels la société en général, et les classes supérieures en particulier, les enferment. Tout en défiant le classement, elles cherchent à prouver leur respectabilité en s’imposant des pratiques conformes à la morale. Ce contrôle de soi se traduit par une façon d’être et d’apparaître aux yeux des autres. Entre le rejet des valeurs bourgeoises et celles de leur milieu, leur identité s’élabore dans cette confrontation. Le vêtement, le corps, les postures, l’expression, l’intérieur domestique ou encore la sexualité sont autant de marqueurs sociaux qui les assignent à une place non choisie. Et c’est précisément parce qu’ils jouent ce rôle de définition, que ces jeunes filles les investissent avec précaution.

6La féminité, autre « élément nécessaire des manifestations de la respectabilité », est surtout une ressource culturelle indissociable du déclassement. Jugées à l’aune des apparences, de la désirabilité et du « glamour », ces jeunes femmes populaires doivent être tout sauf vulgaires. Manifester leur féminité les oblige à adopter les codes de la bourgeoisie, comme celui de ne pas s’apprêter en journée au risque d’être moquée, ce qu’elles n’hésitent pas à faire à l’encontre d’une étudiante : « T’as vu tout ce maquillage, elle en met des tartines, et ses talons, elle se croit en boîte ou quoi, c’est ridicule (…) elle se dandine comme une putain de poupée Barbie. Elle fait vraiment cruche ». À l’inverse, les enquêtées revendiquent le « glamour » puisqu’il « permet de faire tenir ensemble le sexuel et la respectabilité ». Il se définit tant par une multitude de postures que d’une confiance en soi affichée et naturelle. Une nouvelle fois, elles sont en prise avec leurs propres contradictions (ne pas se présenter comme un objet sexué mais se rendre désirable). Conscientes que leur sexualité est un gage de respectabilité à faire valoir sur le marché matrimonial, les enquêtées soignent leur réputation et mettent à distance l’image péjorative de la femme populaire dont la sexualité serait débridée. Le mariage offre non seulement la sécurité mais participe aussi à la respectabilité.

7Alors que ces jeunes femmes sont enchevêtrées dans des rapports de classification, la voie du féminisme ne se pose pas en terme de recours à l’amélioration de leur condition. Les représentations culturelles qu’elles en ont, induisent leur réaction de rejet. Le féminisme apparait sous « des traits petits- bourgeois » éloignés de leur environnement social populaire ou est associé « au lesbianisme (…) qui menace leur respectabilité sexuelle ». Moins qu’une sortie, c’est un carcan supplémentaire.

8Si elles sont insérées dans des relations sociales et économiques liées à leur milieu, leur subjectivité, elle, contourne, s’adapte ou résiste face au déterminisme. Pour comprendre cette désidentification, Beverley Skeggs remet en cause la pertinence des concepts usés par les études féministes et les Cultural Studies. Selon la sociologue, ils sont mal adaptés pour rendre intelligible la vie quotidienne de ces femmes des classes populaires. Elle propose de confronter les expériences de ces femmes aux concepts et catégories empiriques. Elle va même plus loin que n’avait pu le faire E-P. Thompson, en affirmant que c’est l’expérience qui prime et impose le cadre du comportement, ici en l’occurrence la respectabilité. Enfin, elle milite pour une réactivation du concept de classe dans les études universitaires féministes et des Cultural Studies. En ayant fait le choix novateur de l’intersectionnalité, Beverley Skeggs démontre que la respectabilité est une exigence fondatrice pour ce groupe de jeunes femmes. Au-delà de l’étude ethnographique, il semblerait que cette quête de respectabilité, l’auteure en ait fait la sienne. En annexe à l’étude se trouve d’ailleurs un entretien accordé en décembre 2013 dans lequel Beverley Skeggs revient sur son propre rapport à la respectabilité. L’environnement social dans lequel évolue ces jeunes filles a été le sien quelques années auparavant. Véritable obsession chez sa mère, la respectabilité était également une valeur à atteindre pour la sociologue, sans en percevoir les enjeux au-delà de la sphère privée. Rapport qui est à présent éclairci.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine Tabutaud, « Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire », Genre & Histoire [En ligne], 17 | Printemps 2016, mis en ligne le 31 mai 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2506

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page