Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Armel Dubois-Nayt, Nicole Dufournaud et Anne Paupert (dir.), Revisiter la « querelle des femmes » Discours sur l’égalité/inégalité des sexes, de 1400 à 1600

Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2013, 285 p.
Fanny Cosandey
Référence(s) :

Armel Dubois-Nayt, Nicole Dufournaud et Anne Paupert (dir.), Revisiter la « querelle des femmes » Discours sur l’égalité/inégalité des sexes, de 1400 à 1600, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2013, 285 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le troisième volume d’une série de colloques organisés par la SIEFAR sur la querelle des femmes. Il remonte à l’origine de cette querelle, au tournant des XIVe-XVe siècles et poursuit l’enquête jusqu’aux guerres de Religion. Se dégagent alors trois temps forts qui marquent la période. Un large XVe siècle, où les écrits de Christine de Pisan insufflent les débats, puis une première moitié du XVIe siècle où se prolongent, sous une autre forme, la dispute pour ou contre les femmes, enfin le temps des guerres civiles qui, contrairement à l’idée d’un relatif déclin du thème dans le champs littéraire, connaît encore une forte effervescence. Le livre opte ainsi pour une progression chronologique, en commençant par un chapitre qui examine « les débuts de la querelle » pour s’achever sur Marie Stuart, attaquée sur son identité sexuée dans le combat qu’elle mène contre Élisabeth d’Angleterre. Quatre parties organisent les différentes approches. La première, revenant aux sources du débat, insiste sur l’importance de Christine de Pisan « qui marque vraiment un tournant décisif » (p. 23). La deuxième partie évoque la diffusion de la querelle en soulignant le rôle de l’imprimerie dans l’ampleur prise par cette affaire. La troisième partie aborde, plus spécifiquement, les thèmes de l’amour et du mariage, d’Alain Chartier au Melicello de Jean Maugin publié en 1556. La dernière partie, qui compte à elle seule près de 100 pages, soit une petite moitié de volume, est consacrée à la seconde moitié du XVIe siècle, à travers une redéfinition de la place des femmes entre pouvoir et savoir. Les contributions sont accompagnées de nombreux extraits d’œuvres fort bienvenus. Au-delà de l’éclairage qu’elle apporte, cette sélection de documents fait de ce recueil un outil de travail qui met à la disposition du lecteur une anthologie d’autant plus précieuse qu’elle est accompagnée, pour chaque texte, d’une brève présentation. À cela s’ajoute une bibliographie consistante suivie d’un index détaillé des noms de personnes.

2Les auteurs, presque tous des littéraires, livrent des études savantes de textes parfois connus, parfois moins voire méconnus, pour dégager une progression qui marque une double évolution. Dans le temps long de l’histoire, d’abord, en soulignant le passage d’une nature ontologique de l’infériorité féminine à une supériorité gagnée par l’écriture et le savoir ; dans une temporalité individuelle ensuite par le parcours personnel de celles qui construisent leur affirmation à travers leurs capacités à s’imposer. L’ordre des sexes, à savoir ici la supériorité masculine, rencontre ainsi nombre de nuances qu’il faut aller chercher dans la subtilité des arguments avancés en faveur ou défaveur des femmes. Et si la tonalité reste marquée par la subordination féminine, les champions de ces dames – elles mêmes pouvant se faire les avocates de leur propre cause – exposent des alternatives qui mettent en relief un appareil discursif recourant à une large palette. L’ouvrage présente une cohérence d’ensemble qui tient autant à l’harmonie des approches, sensibles à la structure des œuvres analysées, qu’à la ligne soigneusement conservée d’une contribution à l’autre, sur le caractère spécifique de cette querelle littéraire qui traverse les siècles, marquée par les thèmes antiféministes, entre « les arguments de[s] défenseurs des femmes et, symétriquement, ceux de leurs détracteurs » (p. 15). Pour autant, l’historien peut regretter, comme revers de cette médaille, que la mise en contexte ne prenne pas davantage en compte les problèmes débordant le cadre discursif pour engager des questions socio-politiques dont les effets se perçoivent aussi dans les postures adoptées par les sources. Le choix assumé de s’en tenir à un domaine clairement circonscrit conduit alors à enfermer l’analyse dans la production même des discours de l’époque, de sorte que les arguments trouvent leur lisibilité dans la rhétorique produite par la documentation, sans égards pour des enjeux qui dépassent les échanges sur l’imbecilitas sexus. Ainsi par exemple, le sujet du mariage abordé à plusieurs reprises pour relancer les débats sur la guerre des sexes à travers la condamnation ou la satire des noces doit-il être envisagé dans le cadre des profondes transformations sociétales, ce que traduit notamment l’effervescence législative du XVIe siècle. Les thèmes du consentement, du remariage, de la publication des bans, etc. impliquent très directement la continuité des maisons et la transmission des patrimoines. Ils mettent aux prises l’Église, la royauté, les officiers, la noblesse, et autres corps ; chacun puisant dans l’arsenal bien rodé des arguments sur des rapports de sexe matière à se prononcer sur les dispositifs politiques et sociaux engagés alors. De la même façon, il paraît difficile d’aborder les discours tenus sur Marie Stuart, reine d’Écosse et douairière de France aux prises avec la reine d’Angleterre, sans introduire dans l’équation les divisions religieuses et diplomatiques que connaissent les royaumes européens à la même époque. Cela renvoie à la question de la loi salique et aux discussions concernant l’incapacité féminine à régner en France : les début et fin de la période étudiée dans le livre sont aussi des moments d’intenses réflexions autour de l’exhérédation féminine et de la place des femmes dans le gouvernement du royaume. Dès lors, la présence de Jean Gerson ou Jean de Montreuil dans la querelle du Roman de la Rose ou l’abondance des remarques sur le pouvoir au féminin dans les milieux des juristes sous les guerres de Religion peuvent aussi être des manifestations de ces préoccupations politiques et l’absence, dans les analyses produites par l’ouvrage, de connexion avec les préoccupations institutionnelles suscitent quelques interrogations.

3Les champs retenus par les différentes contributions peuvent donc être discutés. Mais le choix assumé de s’en tenir aux textes dits littéraires donne cependant des résultats intéressants, par l’attention portée à l’identité sexuée de leurs auteurs ou à celle de l’intertextualité mettant en évidence les réponses d’une œuvre à l’autre. La constance de certains thèmes, tels que le mariage ou l’éducation, l’apparition, aussi, de nouvelles figures à travers celles des femmes savantes, montrent bien que le discours sur l’égalité/inégalité des sexes de 1400 à 1600 se rejoue constamment. La querelle des femmes, à suivre les travaux présentés, contribue à « consolider les soubassements phallocratiques de la Renaissance » mais participe aussi de « la lutte pour l’exercice du pouvoir par les femmes ». C’est là une vraie thèse qui a le rare mérite d’ouvrir à la discussion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Cosandey, « Armel Dubois-Nayt, Nicole Dufournaud et Anne Paupert (dir.), Revisiter la « querelle des femmes » Discours sur l’égalité/inégalité des sexes, de 1400 à 1600 », Genre & Histoire [En ligne], 17 | Printemps 2016, mis en ligne le 31 mai 2016, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2499

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page