Navigation – Plan du site
Articles

Une masculinité en crise à la fin du XVIIe siècle ? La critique de l'efféminé chez La Bruyère

Cédric Corgnet

Résumés

L’efféminé est toujours un cas sexuel limite : homme aux airs féminins, il interroge l’innée de la nature sexuelle, critique les genres et leur définition explicitement physique. La fin du XVIIe siècle illustre cette tension chez les moralistes français et surtout chez La Bruyère dans ses Caractères où celui-ci interroge cette monstruosité générique à travers une analyse sémiologique. Mais cette tératologie n’est pas avant tout clinique mais sociale et morale : il nous avertit, par cet écart de genre, d’une corruption morale du monde tant par une sémiologie clinique que mythologique ovidienne ne cherchant pas le réalisme pathologique mais la filiation antique qui ante son ouvrage sur les Caractères Théophrastiens : philosophe plus que naturaliste.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIe
Haut de page

Texte intégral

« Observe ce rieur à perruque blonde
Qui rassemblent sur lui, les yeux de tout le monde
C’est Ligdamis. Ah ciel ! Les beaux traits ! Le beau sang !
Que ne passe-t-il et de rouge et de blanc ?
Il va le renchérir, il n’est point de coquette
Qui plus longtemps que lui demeure à sa toilette.
Aussi l’on voit toujours sur son visage
De mouches relever la blancheur de son teint.
Personne mieux que lui ne marche des épaules
Son affectation va jusqu’à ses paroles
Et des plus beaux diseurs il ne fait point de cas
S’ils n’ont à son exemple appris à parler gras.
Certaine précieuse à peu près de son age
Prit soin de le dresser à ce tendre langage
Et l’y dressa si bien qu’en moins de dix leçons
Il osa prononcer des « sous » et des « pizons »
Admire qui voudra l’agrément que lui donne
Un ton efféminé qu’un sourire assaisonne.
S’il veut plaire au beau sexe, il ne s’y prend pas bien
Quand pour en approcher, il s’éloigne du sien
Et métamorphosant et son corps et son âme
Pour devenir un bel homme il est devenu femme ».
Satyre nouvelle sur les promenades du Cours de la Reine, des Thuileries et de la porte S. Bernard, anonyme1669.

  • 1  De l’homme, 128 (IV), « L'on voit certains animaux farouches, des mâles et des femelles, répandus (...)
  • 2  Cf. sur cette question la synthèse de Maurice Magendie,La politesse mondaine et les théories de l' (...)
  • 3  Cf. article Composer du Dictionnaire de Furetière, « COMPOSER, signifie encore en Morale, Regler s (...)
  • 4  Cf. son essentiel Il Libro del Cortegiano, 1528, à l’importance considérable dans sa définition du (...)
  • 5  « Je me souviens que vous avez dit que notre courtisan devait être doué par nature d'une belle for (...)

1Deux perceptions fortement ambivalentes de la masculinité coexistent au XVIIe siècle : d’un côte le rustre mal dégrossi, hyposocialisé, proche de la nature (de la rusticité d’un Monsieur de Pourceaugnac moliéresque à l’animalité paysanne chez La Bruyère1), de l’autre, le courtisan, construction sociale artificielle hypersocialisée. Cette dichotomie relève de la triade classique nature-artifice-naturel : la masculinité urbaine se construit par l’écart volontaire d’avec les normes de la Nature, jugée trop éloignée d’un idéal moral urbain par les théoriciens des théories de la politesse mondaine2, pour construire, par polissement des mœurs brutales, un ethos fondamentalement artificiel, composé3, mais qui doit, pour ne pas être reconnu tel, passer pour une nature naturelle, visiblement non travaillée. Ces théories de la politesse urbaine de la masculinité et de la féminité, cette construction sociale artificielle, sont l’aboutissement séculaire d’une notion essentielle et archétypale, celle de sprezzatura de Castiglione4, cette négligence « qui cache l'art et qui montre que ce que l'on a fait et dit est venu sans peine et presque sans y penser »5.

  • 6  Cf. la thèse d’Alain Couprie De Corneille à La Bruyère : images de la cour, Aux amateurs de livres (...)
  • 7  Mémoires de l’abbé de Choisy habillé en femme, édition présentée et annotée par G. Mongrédien, Par (...)

2Mais ce polissement des moeurs rustres des hommes par une hypersocialisation dévie progressivement au XVIIe siècle vers une dissimulation morale et un courtisianisme non plus simplement artificiel, car se construisant contre la Nature, mais artificieux : le héros vertueux de Castiglione devient un courtisan efféminé monstrueux, menteur6, antonyme de cet homme « naturel », qui a rendu naturelle l’artificialisation de ses mœurs. Mais ce dernier, à force de se construire, de se composer, s’est perdu, s’est aliéné en s’écartant non plus simplement de sa nature brutale mais surtout de sa propre nature sexuelle en devenant un homme féminin, un hermaphrodite, voire une femme comme le transvesti abbé de Choisy7.

  • 8  L’efféminé antique appartient à une topique littéraire : Socrate dans les Nuées d’Aristophane, Asc (...)
  • 9  Cf. L'lsle des hermaphrodites nouvellement descouverte, avec les moeurs, loix, coustume et ordonna (...)
  • 10  Cf. Deutéronome, XXII, 5 « Une femme ne prendra point un habit d’homme, et un homme ne prendra poi (...)

3Cette critique de l’homme efféminé n’est pas nouvelle, elle traverse déjà l’Antiquité8. Mais si les attaques contre une efféminisation esthétique et éthique étaient surtout reprochées à un Orient décadent fantasmé, allant contre la virtus romaine (vertu et virilité), la satire contre les efféminés apparaît davantage dirigée contre la catégorie urbaine des courtisans, à l’époque classique, voire dès l’époque d’Henry III9 où l’efféminé est comparé à un hermaphrodite. Or l’hermaphrodisme risible de cette catégorie est à considérer avec sérieux : implicitement, il renvoie à une porosité générique qui cache un danger plus grand, latent, celui d’une confusion de ce qui ne doit pas être confus, d’une remise en cause des signes sexuels fixés par Dieu comme l’indique l’interdiction biblique du transvestissement10. Etre efféminé, c’est refuser consciemment ou non l’univocité des signes, tendre vers une équivocité troublante, faire advenir une nouvelle Babel, celle de l’équivocité du sens préalablement fixe et fixé.

  • 11  Cf. la note pragmatique de Nicole Pellegrin sur la préférence de l’emploi de transvestissement à t (...)
  • 12  La Bruyère, Les Caractères, Bury E. (éd.), Paris, Livre de Poche, 1995.
  • 13  Cf. Michel Foucault. Dits et Ecrits II 1976-1988, Paris, Gallimard, coll. » Quarto », 2001, p.31 » (...)
  • 14  Cf. la présence du microscope comme instrument optique de la découverte du caché, l’allusion au ch (...)

4C’est cette ligne de tension que nous aimerions interroger à travers le topos de la critique du courtisan efféminé, transvesti11, du courtisan comparé à une femme, voire du courtisan transgenre. Notre corpus se restreindra aux observations acerbes de La Bruyère dans ses Caractères12, taxinomie classique13 des vices et instrument optique de dénonciation de ceux-ci par leur grossissement microscopique14. Pourquoi cet auteur ? Il nous semble synthétiser cette critique du courtisan efféminé de la fin du XVIIe siècle. En effet, il offre aux yeux du Monde les signes pathologiques de la déchéance des courtisans efféminés. Il expose et fixe leur vice comme un entomologiste aristotélicien. La Bruyère fait d’eux des monstres : créatures composites a-normales et avertissements d’une corruption du Monde qui macule l’univocité sexuelle biblique. Notre étude se veut à la fois sociologique, historique, sémiologique, prise dans l’évolution même de la pensée de cet auteur qui n’a eu cesse de retravailler son texte pour l’approfondir.

I. Nosographie du corpus de l’efféminé : un corps masculin malade

5L’efféminé est défini par Furetière par sa mollesse de complexion et son inclination pour l’état féminin :

  • 15  Nous soulignons.
  • 16  Cf. Dictionnaire de Furetière, « Efféminé ».

« EFFEMINÉ. part. pass. & adj. qui se dit d'un homme mol, voluptueux, qui est devenu semblable à la femme15. Heliogabale estoit un Prince fort effeminé. Les chastrez sont appellez en plusieurs endroits des effeminez, ont le visage effeminé, la voix effeminée »16.

6C’est un monstre par sa dénaturation féminine, reconnaissable par des signes physiques, instituant une véritable physiognomonie nosologique, un tableau clinique, à travers l’étude du visage et de la voix, le visage parce qu’il concentre la parure féminine du fard, la voix parce qu’elle est le signe d’une composition ou d’une affectation. L’efféminé est donc une dénaturation de l’homme, de sa virtus : c’est l’image d’un homme artificiel voire artificieux refusant son état adamique.

  • 17 Celui de Martin de Braga qui interdit aux danseurs de se transvestir devant les églises sous peine (...)
  • 18 Sylvie Steinberg note dans La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolu (...)
  • 19 Les Amazones, la guerrière Camille, Leucippe, Proscris…
  • 20 Les saintes tranvesties de La Légende dorée. Cf. Stephen J. Davies in Journal of Early Christian St (...)
  • 21 Dictionnaire de Furetière, article Femme.

7La critique de l’efféminé recouvre deux traditions satiriques : l’une contre la décadence de la société amollie par la superfluité, le luxe ; l’autre contre la pratique du transvestissement qui est condamné par la Bible et, par de nombreux conciles17 car c’est la négation de l’état sexuel originel donné par Dieu. Malgré cela, cette pratique se développe de plus en plus dès la fin du Moyen Age, où elle semble plus répandue chez les femmes que chez l’homme18. En effet, le transvestissement d’une femme en homme est excusable par la société, puisque par ce choix, elle suit l’exemple de femmes célèbres transvesties en homme : héroïnes antiques19, saintes20 et qu’elle s’élève au statut viril dans ce qu’il a de meilleur, elle devient homme. Au contraire le transvestissement des hommes est jugé dégradant car c’est s’abaisser à prendre l’état féminin et ses vices traditionnels, la mollesse, la coquetterie, l’affectation : « On dit aussi, qu'un homme fait la femme, lors qu'il est lasche, oisif & effeminé, qu'il se delicate trop »21.

8Etudier le caractère de l’efféminé, c’est donc d’abord étudier un mode d’artifice social à travers sa mania et sa sémiologie. Après avoir circonscrit sa nosologie (féminisation de la voix, de l’air…) il convient d’en faire la nosogénie, la théorie du développement de cette variation symptomatique qu’est l’artifice. Pour cela, il convient d’appliquer la sémiologie de l’efféminé au Monde pour comprendre en quoi, lui-même, s’est efféminé. Commençons par délimiter cette maladie dans l’œuvre à travers son corpus (le corps du texte lisible comme un corps physique visible) pour saisir comment elle travaille l’œuvre et le corps social à travers ses variations successives.

II. Anatomie du corpus de l’efféminé : l’homme « comme une femme »

  • 22 Ainsi de Narcisse, « De la ville », 12 ; du courtisan qui se rengorge comme une femme, « De la cour (...)

9Ouvrons le corpus de l’efféminé pour l’analyser et disséquons son corps pour en faire une anatomie. Arrêtons-nous sur les détails de ce corpus, pour observer l’éclat de ses éléments (leur dispersion séminale et leur charme). Plusieurs portraits d’efféminés apparaissent dans Les Caractères : cinq portraits nominatifs et quatre plus génériques. Ils partagent des sèmes communs : le goût de la toilette et le geste théâtral. Ce comportement les écarte de celui implicitement normatif de l’homme, mais jamais défini. L’efféminé se définit donc toujours par sa paratopie essentielle, positionnement ambigu entre l’homme et la femme, à laquelle il est génériquement assimilé par l’emploi répété du même comparant dans l’œuvre « comme une femme » ou un de ses dérivés22.

  • 23  « De la ville », 12 (I).
  • 24  « Des femmes », 20, (IV).
  • 25  « De la cour », I7, (IV).
  • 26  « De quelques usages », I6, (IV).
  • 27  « Des ouvrages de l’esprit », 52, (V).
  • 28  « De la société », 74, (V).
  • 29  « Des grands », 48, (VI).
  • 30  « De la mode », 14, (VI).
  • 31  Edition VII, « De la cour », 61.

10Pour mieux saisir les variations du topos de l’efféminé dans l’œuvre, nous analyserons ces portraits diachroniquement à travers les variations de la figure archétypale de Narcisse23, qui travaille l’œuvre dans l’édition I de 1688, puisque c’est chronologiquement la première occurrence de l’ethos de l’efféminé dans les différentes éditions des Caractères et que ses caractéristiques vont se déployer dans les éditions successives. Ce personnage va être développé par l’ajout de trois remarques générales dans l’édition IV de 1689 sur les courtisans efféminés avec la description d’un homme coquet24, des courtisans se rengorgeant comme une femme25 et de certains abbés de cour26. L’édition V de 1690 développe deux autres figures d’efféminé : un caractère théâtral comique27 et Ninyas28, que Théognis29 et Iphis30 dans l’édition VI de 1691 développeront et nuanceront et que Théodote dans l’édition VII de 1692 conclura31.

1. Narcisse : l’homme urbain à la toilette

11En 1688, dans son édition princeps, La Bruyère esquisse son premier portrait d’efféminé avec Narcisse, « l’homme à la toilette », au chapitre « De la ville » qui ne contient alors que quatre remarques.

« Narcisse se lève le matin pour se coucher le soir; il a ses heures de toilette comme une femme; il va tous les jours fort régulièrement à la belle messe aux Feuillants ou aux Minimes; il est homme d'un bon commerce, et l'on compte sur lui au quartier de pour un tiers ou pour un cinquième à l'hombre ou au reversi. Là il tient le fauteuil quatre heures de suite chez Aricie, où il risque chaque soir cinq pistoles d'or. Il lit exactement la Gazette de Hollande et le Mercure galant; il a lu Bergerac, des Marets, Lesclache, les Historiettes de Barbin, et quelques recueils de poésies. Il se promène avec des femmes à la Plaine ou au Cours, et il est d'une ponctualité religieuse sur les visites. Il fera demain ce qu'il fait aujourd'hui et ce qu'il fit hier; et il meurt ainsi après avoir vécu ».

  • 32 Ovide, Les Métamorphoses, III, 339-510, traduction de G. Lafaye, Paris, Les Belles Lettres, C.U.F., (...)
  • 33 Ovide, Les Métamorphoses, III, v.346-348.
  • 34 Ovide, Les Métamorphoses, v.430-436, p.83.
  • 35 La Fontaine, Fable XI, Livre I.

12Ce personnage est l’archétype de l’efféminé, c’est de son portrait que tous les autres vont naître en développant telle ou telle caractéristique. Deux remarques d’emblée s’imposent : La Bruyère définit l’efféminé comme une catégorie essentiellement et originellement urbaine, puisque c’est le seul personnage en scène dans ce court chapitre et que sa vie est celle d’un urbain ; La Bruyère réactive un univers fictionnel pour la nécessité de sa démonstration en recourant au personnage mythologique ovidien des Métamorphoses32 qui mourut de s’être connu, alors qu’il ne le devait pas33, dans la contemplation vaine de soi-même34, personnage repris par La Fontaine dans « L'homme et son image »35. A ce stade de la satire l’efféminé est un mythe urbain ovidien réactualisé.

  • 36  Sur la notion de Schaulust freudienne voir la conclusion de la thèse d’Antonio Quinet, L’objet reg (...)
  • 37 « De la ville », 1, (I).

13Reprenons chacun de ces éléments : la situation dans un chapitre urbain « De la ville » et l’onomastique mythologique ovidienne. L’efféminé est un fait social urbain, puisqu’il en est la création, la créature : c’est là son biotope. Les activités de cet homme sont intrinsèquement liées aux valeurs éthiques d’urbanité et aux valeurs scopiques de la spatialité urbaine. En effet, la remarque liminaire de ce chapitre pose le cadre de la critique urbaine de la pulsion scopique36 : « L'on se donne à Paris, sans se parler, comme un rendez-vous public, mais fort exact, tous les soirs au Cours ou aux Tuileries, pour se regarder au visage et se désapprouver les uns les autres »37.

14Cette pulsion insémine en profondeur le plaisir proprement narcissique de la promenade pour voir et se faire voir de Narcisse : « Il se promène avec des femmes à la Plaine ou au Cours [de la Reine, haut lieu de défilés mondains en carrosse]», et souligne son goût des visites comme l’indique la phrase « il est homme d'un bon commerce » dénonçant la vanité des visites mondaines.

  • 38  III, v. 407-410.
  • 39 Ovide, Métamorphoses, III, v.353-335, p.81.
  • 40  « Des femmes », 4 (IV).
  • 41  « Des ouvrages de l’esprit », 52 (V).
  • 42  « De la mode », 14 (VI).
  • 43  « Des femmes », 8 (VII).

15L’efféminé urbain ne peut donc être, par sa pulsion (auto)scopique, qu’un Narcisse, d’où le recours à la fable mythologique ovidienne qui condamne explicitement cette contemplation de soi mortifère, non dans l’onde la plus pure38 mais dans le miroir, par orgueil et oubli du lien social d’autrui39. Ceci constitue le topos du « portrait au miroir » de la Vanité des femmes affectées se mirant40, de l’efféminé de comédie à sa toilette41, d’Iphis42, de Lise43.

  • 44  « Du mérite personnel », 34, (V).
  • 45 Narcisse, « De la ville », 12 ; le courtisan qui se rengorge comme une femme, « De la cour », 17 ; (...)

16Ce premier trait caractéristique de l’insignifiance du personnage efféminé plongé dans cette autocontemplation est redoublé négativement par le comparant « comme une femme », faisant de lui un être superficiel occupé à sa « toilette », alors qu’implicitement l’homme use utilement de son temps. A la manière d’un physionomiste, La Bruyère anatomise, au sein de l’espace textuel que sont les Caractères, analogie du Monde, par sa nosographie, les signes de l’efféminé : dorénavant la lecture de ces simples mots « toilette » et « comme une femme » seront des déictiques pour le lecteur lui servant à reconnaître l’efféminé, à le voir comme tel, car cette œuvre est, rappelons-le encore, un instrument optique pour voir correctement le monde, pour corriger la myopie des « vues courtes, je veux dire les esprits bornés et resserrés dans leur petite sphère »44. La reconnaissance de l’efféminé est ainsi rendue plus aisée pour le lecteur ; et l’on connaît la fortune de ce comparant dans notre corpus où il est employé dans quatre remarques sur neuf45.

17Narcisse, finalement, n’est qu’un rôle, un actant, l’efféminé acteur de sa propre vie devant son Monde (son quartier, Aricie, les femmes avec lesquelles il se promène), acteur d’une journée sans fin, itérative : « Narcisse se lève le matin pour se coucher le soir ; il a ses heures de toilette comme une femme ; il va tous les jours fort régulièrement à la belle messe aux Feuillants ou aux Minimes », « Il fera demain ce qu'il fait aujourd'hui et ce qu'il fit hier; et il meurt ainsi après avoir vécu ».

  • 46 Cf. Barthes, Sur Racine : « Sortir de la scène, c’est pour le héros d’une manière ou d’une autre mo (...)
  • 47  « De la cour », 65 (V).

18La Bruyère souligne cette vanité mécanique en cadrant chronologiquement sa remarque par le cycle solaire : le « matin » et le « soir » sont un sommaire de sa journée qui se clôt par la mort du personnage en clausule, « il meurt ainsi après avoir vécu » reprenant le sème d’/achèvement/ du substantif « soir » présent au début de la remarque. Cet encadrement temporel est redoublé par l’emploi d’un présent à valeur itérative qu’accentuent les marques circonstancielles indiquant la répétition du procès : « tous les jours », « régulièrement », et par le polyptote finale du verbe « faire » : « Il fera demain ce qu'il fait aujourd'hui et ce qu'il fit hier ». D’où le châtiment du démiurge La Bruyère contre la vacuité de Narcisse en faisant mourir son personnage efféminé à la clausule du texte, mort mise en valeur par sa position conclusive à l’apodose, le hors-texte symbolisant ici le néant46. La vacuité de sa mort est renforcée par ce sommaire ironique : « il meurt ainsi après avoir vécu toute une vie » … de rien, empli par un néant futile quotidien. C’est donc une vie vaine, mécanique, annonçant par ce mouvement itératif la définition même du courtisan de la cinquième édition : « Les roues, les ressorts, les mouvements sont cachés; rien ne paraît d'une montre que son aiguille, qui insensiblement s'avance et achève son tour: image du courtisan, d'autant plus parfaite qu'après avoir fait assez de chemin, il revient souvent au même point d'où il est parti »47.

  • 48  « De la cour », 99 (V).

19Pour La Bruyère, Narcisse est donc le personnage archétypal de l’efféminé par son attention autoscopique, essentiellement féminine et théâtralisée, par sa réduction à un rôle dramaturgique, à un type, annonçant cette « remarque » de la cinquième édition sur les hommes prisonniers d’un theatrum mundi risible par sa vacuité : « Dans cent ans le monde subsistera encore en son entier : ce sera le même théâtre et les mêmes décorations, ce ne seront plus les mêmes acteurs. Tout ce qui se réjouit sur une grâce reçue, ou ce qui s'attriste et se désespère sur un refus, tous auront disparu de dessus la scène. Il s'avance déjà sur le théâtre d'autres hommes qui vont jouer dans une même pièce les mêmes rôles; ils s'évanouiront à leur tour; et ceux qui ne sont pas encore, un jour ne seront plus: de nouveaux acteurs ont pris leur place. Quel fond à faire sur un personnage de comédie! »48.

2. Les courtisans efféminés ou l’homme « comme une femme »

20Le personnage de Narcisse « comme une femme » déploie ses sèmes féminins dans trois nouvelles remarques de l’édition IV, ce qui en fait l’édition la plus riche des neuf en notations sur ce topos, puisqu’elle concentre un tiers des portraits satiriques d’efféminés. Deux des trois remarques de cette édition présentent, en effet, le même comparant à valeur déictique « comme des femmes » ; les trois remarques développent la scène de la toilette narcissique de la coquetterie. La Bruyère dénonce de cette manière dans le chapitre « Des femmes », remarque 20, le vice de l’homme coquet, celui du courtisan qui se rengorge comme une femme, dans le chapitre « De la cour », remarque 17, celui de certains abbés à la toilette féminine, au chapitre « De quelques usages », 16.

21Les trois remarques fonctionnent doublement en écho par la figure de Narcisse et entre elles-mêmes. La première remarque dénonce la coquetterie chez l’homme : « […] Un homme coquet […] est quelque chose de pire qu'un homme galant. L'homme coquet et la femme galante vont assez de pair ».

  • 49  « Des femmes », 22 (V).
  • 50 « 2. Toutes les passions ne sont autre chose que les divers degrés de la chaleur, et de la froideur (...)

22Ces notions de coquetterie et de galanterie seront précisées dans l’édition V : « […] La galanterie est un faible du coeur, ou peut-être un vice de la complexion ; la coquetterie est un dérèglement de l'esprit. […] »49. L’homme coquet souffre d’un « dérèglement de l'esprit », d’un déséquilibre : on est proche des concepts nosologiques galliens d’un La Rochefoucauld et de ses considérations sur le caractère sanguin50.

  • 51 Nous soulignons.
  • 52  p. 68, Livre 1, Rouen : A. de Sommaville, 1656.

23Cette approche définitionnelle s’illustre par l’ajout de la remarque 17, au chapitre « De la cour » : « Vous voyez des gens qui entrent sans saluer que légèrement, qui marchent des épaules, et qui se rengorgent comme une femme51: ils vous interrogent sans vous regarder; ils parlent d'un ton élevé, et qui marque qu'ils se sentent au-dessus de ceux qui se trouvent présents; ils s'arrêtent, et on les entoure; ils ont la parole, président au cercle, et persistent dans cette hauteur ridicule et contrefaite, jusqu'à ce qu'il survienne un grand, qui, la faisant tomber tout d'un coup par sa présence, les réduise à leur naturel, qui est moins mauvais». Où le courtisan se rengorge, c’est-à-dire, met en avant sa gorge comme le fait une femme, ou un coq de basse-cour, souvenance peut-être de Brébeuf et de son Lucain travesti, ou les Guerres civiles de César et de Pompée : « Vouloir en sire Blaise / Se rengorger dans sa fraise »52.

24C’est donc un substantif avec une acception essentiellement féminine, l’employer pour un homme définit irrémédiablement celui-ci comme une femme orgueilleuse, ce déplacement étant redoublé par le comparant « comme une femme ». Ce courtisan est donc déterminé comme un efféminé coquet, à la suite de Narcisse. « Cette hauteur ridicule et contrefaite » du personnage est une volonté de distinction par rapport aux autres courtisans présents, qui, dès qu’ils le voient faire son entrée l’entourent, à la fois pour l’admirer et pour se faire remarquer de lui afin d’en être protégé.

25Celui-ci a composé son entrée, il n’est pas ce qu’il cherche à paraître, il est issu d’un hors-scène, hors-texte, où son naturel fait place à un comportement artificiel lorsqu’il entre dans ce lieu en se distinguant par l’air, la voix, la présence, afin de paraître comme « un grand ». Celui-ci arrivant, la distinction composée du courtisan s’effondre, la copie ne peut tenir face à l’original : le courtisan au comportement artificiel retombe en son naturel « qui est moins mauvais ». La Bruyère décide de dilater l’avant de l’arrivée du grand et la composition du courtisan, et accélère la chute de celui-ci par l’arrivée du grand, rapide, en fin de texte, véritable chute du texte, comique et physique : la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf est redevenue grenouille.

  • 53 Nous soulignons.

26Tout courtisan sera donc suspecté d’efféminement et il sera toujours décrit doté d’un comportement faux, artificiel : composé dans son air, sa physionomie, sa voix. Ainsi, la remarque 16, au chapitre « De quelques usages », prolonge-t-elle la définition de l’homme coquet et sa mise en scène avec la remarque précédente. La pensée de La Bruyère se déploie : de la définition théorique de la coquetterie en une phrase courte à son illustration de plus en plus travaillée, comme le signale la longueur croissante des remarques sur l’efféminé, cette dernière amplifiant la précédente en la travaillant dans ses détails nosologiques à travers le portrait de certains abbés de cour vêtus comme une femme : « Il y a des choses qui, ramenées à leurs principes et à leur première institution, sont étonnantes et incompréhensibles. Qui peut concevoir en effet que certains abbés, à qui il ne manque rien de l'ajustement, de la mollesse et de la vanité des sexes et des conditions, qui entrent auprès des femmes en concurrence avec le marquis et le financier, et qui l'emportent sur tous les deux, qu'eux-mêmes soient originairement et dans l'étymologie de leur nom les pères, et les chefs de saints moines et d'humbles solitaires, et qu'ils en devraient être l'exemple? Quelle force, quel empire, quelle tyrannie de l'usage! Et sans parler de plus grands désordres, ne doit-on pas craindre de voir un jour un jeune abbé en velours gris et à ramages comme une éminence, ou avec des mouches et du rouge comme une femme53.

  • 54 Nous soulignons.
  • 55 « Le port de l’écharpe d’or était réservé aux officiers de la maison du roi et aux courtisans ayant (...)
  • 56  « Des femmes », 29 (IV).
  • 57 « De la ville », 22, (V).

27Cette critique par La Bruyère des vêtements d’une partie du clergé est en elle-même un topos sous-jacent dans le topos : elle est la condensation de l’esprit des Mémoiresde l’Abbé de Choisy habillé en femme et de la critique séculaire des dérèglements de la toilette du clergé. La critique de ces abbés se fait en deux temps : ils sont d’abord présentés comme des sujets déchus socialement et moralement, avilis par « l'ajustement, [de] la mollesse et [de] la vanité des sexes et des conditions », caractéristiques « des sexes », c’est-à-dire de la femme, dont les vices qualifiaient la définition liminaire de Furetière sur l’efféminé: « mol, voluptueux, qui est devenu semblable à la femme »54 ; ils sont ensuite présentés plus prosaïquement dans une annonce à caractère faussement prophétique sous les traits du déguisement ; voire du transvestissement des religieux en femme coquette : « Ne doit-on pas craindre de voir un jour un jeune abbé en velours gris et à ramages comme une éminence, ou avec des mouches et du rouge comme une femme ? ». L’édition IV développe à loisir ce mouvement de rupture des distinctions sociales par l’emprunt d’un habit réservé à un autre état que le sien, comme le montre l’exemple du courtisan en écharpe d’or et à plume blanche qui « défait » le magistrat et le bourgeois, parce qu’il porte de l’or comme le fera Philémon dans l’édition V, alors que l’usage de ce métal sur les vêtements est légiféré par les nombreuses lois somptuaires55 du XVIe et du XVIIe siècle56. C’est ce que souligne cette autre remarque opposant la présence de distinctions vestimentaires chez les Romains à leur absence dans la société de La Bruyère : « […] Il y avait entre eux des distinctions extérieures qui empêchaient qu'on ne prît la femme du praticien pour celle du magistrat, et le roturier ou le simple valet pour le gentilhomme »57.

  • 58 Cf. l’Economique de Xénophon, X ; Juvénal, Boileau, dans sa Satire X…

28Se transvestir est hautement symbolique d’une volonté de s’approprier par ce biais métonymique la puissance de l’état social ou sexuel de l’individu auquel on emprunte sa façon de se vêtir. La transgression demeure, qu’elle soit sociale –paraître éminence- ou sexuelle –paraître femme. Décrire un jeune abbé « avec des mouches et du rouge comme une femme », c’est encore insister sur une dénaturation de l’homme par l’appropriation du vice féminin qu’est l’usage du fard, source de critique topique depuis des millénaires58.

  • 59 « Des grands », 53, (VI).

29Cette série d’ajouts de l’édition IV permet d’approfondir le portrait de Narcisse en le généralisant à un groupe social précis : les courtisans, alors que Narcisse, lui, appartient au monde urbain, par sa position au chapitre « De la ville », où il est le concentré des trois autres remarques de l’édition I. L’efféminé urbain est donc le même que l’efféminé de la cour, leur vice n’est pas lié à une topographie particulière, ce que l’édition VI achèvera de montrer : « A la cour, à la ville, mêmes passions, mêmes faiblesses, mêmes petitesses, mêmes travers d'esprit, mêmes brouilleries dans les familles et entre les proches, mêmes envies, mêmes antipathies. […] »59.

30L’efféminé se libère d’une topologie précise, il s’universalise : c’est un homme « comme une femme » qui se caractérise par sa coquetterie, c’est-à-dire son goût pour la toilette et la distinction. L’édition V achèvera sa généralisation en le transformant en rôle de théâtre.

3. Un caractère au miroir de la comédie

  • 60 « Des ouvrages de l’esprit », 52 (V).

31L’édition V transforme l’efféminé en un caractère théâtral ridicule60. Cette fois-ci alors que la première occurrence chronologique est toujours Narcisse dans le chapitre « De la ville », La Bruyère place dans son édition V la première occurrence textuelle dès le chapitre liminaire « Des ouvrages de l’esprit », changeant ainsi l’interprétation de l’efféminé : le type même n’est plus Narcisse et ses avatars mais un personnage de comédie, c’est donc changer l’angle de vue, l’efféminé n’est plus un être essentiellement urbain et narcissique, c’est un type universel, moins catégorisé socialement et spatialement.

  • 61 Nous soulignons.

« C'est le propre d'un efféminé de se lever tard, de passer une partie du jour à sa toilette, de se voir au miroir, de se parfumer, de se mettre des mouches, de recevoir des billets et d'y faire réponse. Mettez ce rôle sur la scène. Plus longtemps vous le ferez durer, un acte, deux actes, plus il sera naturel et conforme à son original; mais plus aussi il sera froid et insipide »61.

  • 62 « Des femmes », 48, (VII).
  • 63 Op. cit., p. 123.

32L’efféminé devient un personnage de comédie outré : « Un comique outre sur la scène ses personnages; un poète charge ses descriptions; un peintre qui fait d'après nature force et exagère une passion, un contraste, des attitudes; et celui qui copie, s'il ne mesure au compas les grandeurs et les proportions, grossit ses figures, donne à toutes les pièces qui entrent dans l'ordonnance de son tableau plus de volume que n'en ont celles de l'original: de même la pruderie est une imitation de la sagesse »62, un personnage ridicule qui fait rire parce qu’il est bas, comme le note Gélaste dans Les amours de Psyché : « Ainsi, le rire qui nous est à ce que vous dites si familier, sera dans la Scène le plaisir des laquais et du menu peuple, le pleurer celuy des honnestes gens »63.

33L’efféminé est théâtralisé dans ses gestes quotidiens : le miroir, le parfum, les mouches, l’écritoire. C’est un personnage scénique, outré, féminin, paresseux. Le parallèle entre Narcisse et ce type comique est organique : « Narcisse se lève le matin pour se coucher le soir; il a ses heures de toilette comme une femme », « C'est le propre d'un efféminé de se lever tard, de passer une partie du jour à sa toilette ». Le parallélisme syntaxique « se lève/se lever » et la répétition du lexème « toilette » indiquent que le personnage de Narcisse est la figure archétypale qui travaille le texte. La scène de la toilette de Narcisse, déjà théâtralisée par le jeu entre soi et soi-même, est donc ici redoublée d’un jeu entre soi, soi-même et le public : La Bruyère stylise son personnage et le généralise à la dimension d’un type théâtral.

34La fin de la remarque « Mettez ce rôle sur la scène. Plus longtemps vous le ferez durer, un acte, deux actes, plus il sera naturel et conforme à son original ; mais plus aussi il sera froid et insipide » invite à une double remarque. D’abord, le naturel de ce personnage ne se constituerait comme tel que par répétition, même s’il est artifice à la base. Ensuite, l’artifice répété perd son aspect artificiel et se naturalise, l’artifice est devenu naturel ou plutôt il veut se faire passer comme tel auprès d’un lecteur/spectateur non averti qui ne sait pas voir correctement ; l’efféminé acquiert une dimension théâtrale effective que développeront les personnages de Théognis, d’Iphis et de Théodote. La Bruyère cependant nuance son propos et, en une métaréflexion sur son œuvre, indique la nécessaire petitesse d’un corpus de l’efféminé dans ses Caractères sous peine que la répétition ne devienne « froid[e] et insipide » : « bas[se] » et « grossier[e] ». Il préfère une esthétique de la variété et l’efféminé n’est donc pas la seule catégorie critiquée dans l’œuvre.

4. Ninyas et la voix efféminée

35Ninyas est le troisième efféminé ajouté dans l’œuvre, dans l’édition V au chapitre « De la société », remarque 74. Cependant, à l’inverse des autres figures, celle-ci n’est pas fictionnelle mais historique, elle renvoie au fils de Sémiramis, reine d’Assyrie, fondatrice de Babylone. Ninyas a la voix de sa mère, « une voix efféminée ». Son rôle, dans la construction sémantique de l’efféminé, est moindre par rapport aux précédentes figures que sont Narcisse et le rôle dramatique : il sert d’indice révélant la vanité de savoir d’Hermagoras, sa libidosciendi, plus attaché à connaître les méandres poussiéreux de l’histoire ancienne des peuples orientaux, selon La Bruyère, que de connaître l’actualité contemporaine : « Hermagoras […] vous dira que Sémiramis, ou, selon quelques-uns, Sérimaris, parlait comme son fils Ninyas, qu'on ne les distinguait pas à la parole: si c'était parce que la mère avait une voix mâle comme son fils, ou le fils une voix efféminée comme sa mère, qu'il n'ose pas le décider ».

36Cet extrait peint une monstruosité de la nature : qui est masculin et féminin de la mère ou du fils? L’impossibilité d’arrêter une réponse rejette alors les deux personnages du côté de l’anormal, du non naturel, donc d’un artifice physique. Mais, à la différence des personnages précédents, cet artifice n’est pas présenté comme un écart volontaire par rapport à un état sexuel originel donné par Dieu : l’efféminé, ici, est un monstre physique par sa voix mais non par un vice moral, Ninyas servira ainsi d’esquisse à Iphis à la voix grasseyante.

5. Théognis, l’homme « paré comme une femme »

37L’édition VI, forte des constructions passées, parachève le topos de l’efféminé avec deux personnages : Théognis et Iphis.

  • 64 « Des grands », 48, (VI).

38Théognis64 synthétise toutes les caractéristiques existantes de l’efféminé. C’est le premier portrait d’efféminé offrant un tel déploiement ; l’ensemble du caractère de l’efféminé est décrit, non plus comme un rôle de comédie encore trop générique, mais comme un personnage fictionnel nommé et apte aux activités féminines, qu’achèvera Iphis :

  • 65 Nous soulignons.

« Théognis est recherché dans son ajustement, et il sort paré comme une femme65; il n'est pas hors de sa maison, qu'il a déjà ajusté ses yeux et son visage afin que ce soit une chose faite quand il sera dans le public, qu'il y paraisse tout concerté, que ceux qui passent le trouvent déjà gracieux et leur souriant, et que nul ne lui échappe. Marche-t-il dans les salles, il se tourne à droit, où il y a un grand monde, et à gauche, où il n'y a personne; il salue ceux qui y sont et ceux qui n'y sont pas. Il embrasse un homme qu'il trouve sous sa main, il lui presse la tête contre sa poitrine; il demande ensuite qui est celui qu'il a embrassé. Quelqu'un a besoin de lui dans une affaire qui est facile; il va le trouver, lui fait sa prière: Théognis l'écoute favorablement, il est ravi de lui être bon à quelque chose, il le conjure de faire naître des occasions de lui rendre service; et comme celui-ci insiste sur son affaire, il lui dit qu'il ne la fera point; il le prie de se mettre en sa place, il l'en fait juge. Le client sort, reconduit, caressé, confus, presque content d'être refusé ».

  • 66  Sur la notion d ' « air », voir l’article de Sylvianne Rémi-Giraud, « Peut-on parler de polysémie (...)
  • 67 « De la cour », 2, (I).

39Cette remarque est consacrée dans plus de la moitié de son développement au caractère efféminé de Théognis qui est « paré comme une femme ». A cet artifice, s’ajoute un trait inédit chez l’efféminé : la composition de l’ « air »66, « il a déjà ajusté ses yeux et son visage », expression intertextuelle qui définissait déjà le courtisan dans l’édition I : « Un homme qui sait la cour est maître de son geste, de ses yeux et de son visage; il est profond, impénétrable; il dissimule les mauvais offices, sourit à ses ennemis, contraint son humeur, déguise ses passions, dément son coeur, parle, agit contre ses sentiments. Tout ce grand raffinement n'est qu'un vice, que l'on appelle fausseté, quelquefois aussi inutile au courtisan pour sa fortune, que la franchise, la sincérité et la vertu »67.

  • 68 « De la cour », 17, (IV).
  • 69 « Elle le flatte, elle le caresse », in « Des femmes », 73, (VII).
  • 70 « […] Aujourd'hui quelle glace pour vous! Hier il vous recherchait, il vous caressait.», in « De l’ (...)
  • 71 Douze remarques : « Des femmes », 14, (I) ; 73, (VII), « Des biens de fortune », 69, (V) ; « De la (...)
  • 72 « De la cour », 30, (I) ; 3I, (IV) ; 50, (V) ; 62, (VIII).
  • 73 « Des grands », 34, (IV) ; Théognis, 48, (VI) ; 49, (I).
  • 74 « De la cour », 62, (VIII).
  • 75 « Des grands », 9, (I).

40A la différence de la remarque précédente sur le courtisan qui se rengorge comme une femme68, la composition de l’air est ici en passe d’être maîtrisée et de devenir naturelle chez Théognis, parce qu’il a intériorisé l’artificialité de son rôle social, habitué qu’il est à le jouer : sourire, écouter, caresser. Cette habitude est soulignée par l’emploi du présent de l’indicatif : présent de vérité générale ou présent de narration ? Indéniablement, l'ambiguïté des valeurs temporelles sert ici l'hypotypose d’un courtisan efféminé qui sait contrefaire. L’efféminé gagne, avec cette remarque, en épaisseur : Théognis s’effémine pour réussir socialement, il use de cet artifice qu’il maîtrise : c’est un efféminé simulateur de profession. On assiste donc ici à une intériorisation du jeu social et de ses règles, à un contrôle de soi, même si La Bruyère pointe toujours, sous le vernis de l’efféminé, l’excès qui le dévoile à nous, lecteurs, à l’inverse du client qui « sort, reconduit, caressé, confus, presque content d'être refusé», incapable de voir ce jeu social, cette féminité mielleuse qui enrobe le refus sous le coup de la caresse flatteuse comme celle de Glycère pour son mari69, comme Euthycrate70 envers son ami. L’éclat de cette caresse affectée est remarquable dans l’œuvre par sa présence71 et sa répartition dans les chapitres consacrés aux critiques des courtisans : quatre remarques au chapitre « De la cour »72, trois au chapitre « Des grands »73. Toutes les remarques sont une présentation négative des caresses : « contrefaites74 » ; « étudiées75».

41L’efféminé simulateur de profession use de ce type de caresse : tous les efféminés ne sont pas caressants, tous ceux qui caressent ne sont pas des efféminés, mais la conjonction des deux dans cette remarque crée un nouveau type de courtisan : l’efféminé flatteur.

6. Iphis : de l’homme-femme à la femme-homme ?

  • 76  « De la mode », I4 (VI).
  • 77  Ovide, Les Métamorphoses, IX, 666-797 : Ligdos veut un fils de sa femme Téléthousa, mais elle met (...)

42Le portrait de Théognis est parachevé par celui d’Iphis76, dont le nom se réfère au personnage ovidien des Métamorphoses, à cette femme vivant comme un homme et le devenant finalement77.

43Ce nom est le premier seuil de lecture du texte et indique un trouble de l’identité sexuelle : Iphis la fille-garçon chez Ovide est ici, inversement, l’homme-femme chez La Bruyère. Nous touchons ici à la monstruosité la plus éclatante ; Iphis est plus qu’un efféminé dans sa toilette et sa coquetterie, il épouse les catégories de pensée de la femme : c’est une femme dans un corps d’homme, un transgenre. C’est dans notre corpus l’aboutissement de l’efféminé coquet par la longueur de la remarque, par son unique thématique, alors que dans les autres remarques la coquetterie était un des traits de la définition, mais non le trait majeur chez Narcisse, l’efféminé de comédie, Théodote et Théognis : « Iphis voit à l'église un soulier d'une nouvelle mode; il regarde le sien et en rougit; il ne se croit plus habillé. Il était venu à la messe pour s'y montrer, et il se cache; le voilà retenu par le pied dans sa chambre tout le reste du jour. Il a la main douce, et il l'entretien avec une pâte de senteur; il a soin de rire pour montrer ses dents; il fait la petite bouche, et il n'y a guère de moments où il ne veuille sourire; il regarde ses jambes, et se voit au miroir: l'on ne peut être plus content de personne qu'il l'est de lui-même; il s'est acquis une voix claire et délicate, et heureusement il parle gras; il a un mouvement de tête, et je ne sais quel adoucissement dans les yeux, dont il n'oublie pas de s'embellir; il a une démarche molle et le plus joli maintien qu'il est capable de se procurer; il met du rouge, mais rarement, il n'en fait pas habitude. Il est vrai aussi qu'il porte des chausses et un chapeau, et qu'il n'a ni boucles d'oreilles ni collier de perles; aussi ne l'ai-je pas mis dans le chapitre des femmes ».

  • 78  «De la mode », 2, (VI), explication reprenant celle de Descartes dans Les Passions de l’âme, Secon (...)
  • 79 « Les vues courtes, je veux dire les esprits bornés et resserrés dans leur petite sphère, ne peuven (...)
  • 80 « De la ville», 1, (I).

44Iphis, dès le début de la première phrase, est montré comme victime de la coquetterie. En effet, « il voit un soulier d’une nouvelle mode », son regard ne perçoit que le détail de la mode, incapable qu’il est de saisir les mystères de la religion dans « l’église ». Il est comparable aux personnages du tulipomane, de l’admirateur de prunes, ou de bustes antiques, introduits dans la même édition, qui admirent l’inessentiel78, qui sont ce que La Bruyère nomme des vues courtes, myopes, aveugles79. La vanité initiale d’Iphis s’enfle et gagne la dimension du texte : l’église n’est que le lieu-prétexte d’une parade spectaculaire, comme « au Cours et aux Tuileries »80 pour Narcisse. Nous avons déjà étudié l’église comme lieu de parade mondaine : Iphis n’est en ce lieu qu’un mondain de plus.

  • 81  « Argyre [...] ne néglige pas de découvrir un petit soulier qui suppose qu'elle a le pied petit », (...)
  • 82  «Un homme à la cour, et souvent à la ville, qui a […] le soulier de maroquin, [...] cela s'appelle (...)
  • 83 « Du mérite personnel », 27 (V) : « L'or éclate, dites-vous, sur les habits de Philémon. - Il éclat (...)

45Cette passion pour son soulier rappelle celui d’Argyre81, ou du docteur82, excepté qu’il est démodé, ce qui le fait rougir et lui cause, dans la suite du texte, une maladie : ne pas être à la mode, ce que La Bruyère décrit ironiquement par l’expression « être retenu dans sa chambre », ce qui signifie « être indisposé ». Or, Iphis y est retenu « par le pied », le pied au soulier démodé, car ce personnage ne vit que d’être vu, comme tous les courtisans, et peut-être tous les hommes ; « il se cache » donc par peur du ridicule. Il ne se montre, ni ne se déploie ; aucun éclat comme Philémon83, il se dissimule.

46Comme Théognis, Iphis, compose son air, ce que suggère la description parataxique, par polysyndète en « et », de son corps : main, dents, bouche, jambe, voix, mouvement de tête, yeux, démarche, maintien. Jamais une hypotypose de cette envergure n’avait été déployée pour décrire l’artifice de l’efféminé, corrigée seulement par l’épanorthose finale : « aussi ne l'ai-je pas mis dans le chapitre des femmes » pour le distinguer de l’état de femme, mais l’épanorthose, au lieu de poser une distinction sexuelle nette, la confond ironiquement.

  • 84 Cf. Dictionnaire de Furetière, article « Grasseier ».

47Iphis condense à ce moment de l’œuvre toutes les caractéristiques visibles de l’efféminé : la « voix claire et délicate », qui grasseye, c’est-à-dire qui ne peut « pas bien prononcer certaines lettres, & entre autres l'r. »84 est l’écho de la voix de Ninyas. La toilette est féminine, la vexation de même. La mode, dans sa présentation comme désir de paraître beau, achève de peindre l’ethos d’Iphis : à l’extérieur féminin répond un intérieur féminin, capricieux, volage, inconstant. Iphis ou le transgenre : une femme dans un corps d’homme.

7. Théodote : la jeune précieuse

48Enfin, Théodote achève le cycle de l’efféminé dans l’édition VII :

  • 85 « De la cour », 61, (VII) ; nous soulignons.

« Théodote avec un habit austère a un visage comique, et d'un homme qui entre sur la scène; sa voix, sa démarche, son geste, son attitude accompagnent son visage. Il est fin, cauteleux, doucereux, mystérieux; il s'approche de vous, et il vous dit à l'oreille : Voilà un beau temps; voilà un grand dégel. S'il n'a pas les grandes manières, il a du moins toutes les petites, et celles même qui ne conviennent guère qu'à une jeune précieuse [...] »85.

49Il « entre sur la scène » et compose son extérieur, offrant son corps au regard mondain, aux attentes, aux bienséances, aux codes implicites de la cour, comme un rôle de comédie, ces courtisans qui entrent en se rengorgeant à la façon de Théognis. Après l’inflation de la description de l’efféminé avec Iphis, La Bruyère revient à ses descriptions antérieures où « l’effémination » n’est qu’un trait parmi d’autres du personnage, ici ses manières de précieuse. Nous avons souligné la grande homogénéité de notre corpus par la catégorisation de ces hommes par l’emploi du même comparant « comme une femme ». Cette remarque reprend cette catégorisation mais en l’amplifiant. En effet, qu’y a-t-il de pire, au sein de l’œuvre, que d’être comparé à une femme, déjà symbole d’oisiveté, de coquetterie, d’amollissement, si ce n’est être comparé à une précieuse, hyperbole pour La Bruyère et Molière des vices de la femme artificielle. Théodote est celui qui, comme une jeune précieuse, s’attache à ce qui n’a pas d’importance, il est amoureux de la faveur, il s’occupe de l’inessentiel.


***

50La Bruyère reprend le topos de l’efféminé pour étudier à travers lui une figure particulière : l’homme artificiel et artificieux. Il enrichit progressivement, édition après édition, son cabinet de curiosités : Narcisse en est la pièce qui rayonne sur toutes les autres. Superposer les remarques revient à réduire les variations de l’efféminé : La Bruyère nosographe livre un portrait-charge à lire, donc à voir, puisque lire dans Les Caractères, c’est voir. En effet, le moraliste trace des zones de lectures sémiologiquement analysables.

  • 86  « Des femmes », 22 (V).

51L’efféminé est un homme-femme. « Comme une femme », il est la comédie de la toilette, de la représentation dans des lieux publiques : le Cours, les Tuileries, la cour, l’église, lieux dans lesquels il fait la femme. Ce jeu divise en deux catégories l’efféminé : il y a d’un côté celui qui joue à paraître pour être, l’efféminé coquet (Narcisse, les abbés courtisans, le rôle de comédie, Iphis) ; il y a d’un autre côté celui qui joue l’efféminé simulateur, par profession, pour charmer le Monde, reprenant à son compte les techniques féminines de séduction (fard, caresse, voix insinuante…), ne pouvant user de celles du courtisan (hypocrisie, dissimulation, flatterie…) : il en est ainsi du courtisan se rengorgeant comme une femme, de Théognis et de Théodote. Ces deux formes d’efféminés sont toutes les deux blâmables pour La Bruyère car elles sont la trace d’une déchéance morale, mais la dernière l’est davantage : si l’efféminé coquet est victime d’ « un dérèglement de l’esprit »86, l’efféminé charmeur est vicieux car dissimulateur, artificieux. Ces deux types d’efféminés sont des caractères débiles,faibles.

  • 87 Cf. Dictionnaire de Furetière, article « Effeminer ».

52Cette débilité de complexion sert alors d’axiologie pour formuler une nosologie du Monde qui progressivement s’effémine et qui a pris, comme le définit Furetière : « les qualitez & les foiblesses d'une femme. Les Perses au temps d'Alexandre s'étoient effeminez par une trop grande oisiveté. Le luxe effemine les peuples. On les effemine en leur ostant les marques de la virilité »87.

  • 88  « De la chaire », 13, (IV).
  • 89  Aulu-Gelle, au début du troisième livre des Nuits Attiques s’interroge sur la décadence de l’avari (...)
  • 90  Neufs occurrences aux chapitres I, III, VII, VIII, X, XII, XIII, XV, XVI.
  • 91  Dialogues des morts composés pour l'éducation d'un prince, 1715.

53Les valeurs du Monde ont été corrompues par une quête de la distinction sociale dans laquelle se sont abîmés hommes et femmes : distinction par l’état, le nom, la toilette, l’air, les signes extérieurs de richesse (carrosse, maison)… Le Monde ne s’est pas simplement amolli, comme le style des prédicateurs88, il s’est efféminé, il est devenu une femme molle et voluptueuse, critique pluriséculaire formulée déjà par Caton ou Aulu-Gelle89. Ce n’est pas une diminution des forces, mais un véritable changement d’état du Monde : les valeurs viriles disparaissent car elles sont en crise. C’est donc ici un processus moins de perte que de dégradation de la société humaine, dégradation de son sens, que dénonce férocement La Bruyère en le stigmatisant pour le fixer et l’enrayer. Et l’on connaît la fortune de cette critique dans le Télémaque de Fénelon90 et les œuvres du XVIIIe siècle. Laissons à ce dernier le mot de la fin dans ses Dialogues des morts composés pour l'éducation d'un prince91 et, comme lui, apprenons à (re)connaître cette sémiologie si particulière pour la fuir.

54Caton s’adresse à César :

  • 92  Ibid, p.242, Paris : F. Didot et J. Didot, 1819.

« Qui est-ce qui m’a prévenu contre toi ? Ta vie dissolue, prodigue, artificieuse, efféminée, tes dettes, tes brigues, ton audace ; voilà ce qui a prévenu Caton contre cet homme dont la ceinture, la robe traînante, l’air de mollesse, ne promettoient rien qui fût digne des anciennes moeurs. Tu ne m’as point trompé »92.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages de références

Furetiere, Essais d’un dictionnaire universel […]. Amsterdam, 1684.

La Bible, traduction de Sacy, Paris, Bouquins, Laffont, 1990.

Textes antiques

Ovide, Les Métamorphoses, III, 339-510, traduction de G. Lafaye, Paris, Les Belles Lettres, C.U.F., 1969.

Textes du XVIIe siècle

Moralistes du XVIIe siècle, de Pibrac à Dufresny, Paris, Bouquins, Robert Laffont, 1992.

Choisy, abbé de, Mémoires de l’abbé de Choisy habillé en femme, édition présentée et annotée par G. Mongrédien, Paris, Mercure de France, Le temps retrouvé, 2002.

La Bruyere, Les Caractères, Bury E. (éd.), Paris, Livre de Poche, 1995.

La Bruyere, Les Caractères, Escola M., Paris, Honoré Champion, 1999.

Ouvrages critiques

Collectif, Politesse et sincérité préf. de Harald Weinrich, Paris, le Seuil, 1994

Couprie Alain, De Corneille à La Bruyère : images de la cour, Paris, Aux amateurs de livres, 1984.

Eliade Mircea, Méphistophélès et l'androgyne, Paris, Gallimard, Collection "Idées", n° 435, 1962 : extrait du sous-chapitre : "le mythe de l'androgyne", pp. 149-155.

Graille, P., Les hermaphrodites au XVIIè et XVIIIè siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2001.

Magendie, Maurice,La politesse mondaine et les théories de l'honnêteté, en France au XVIIe siècle, de 1600 à 1660, Genève, Slatkine reprints, 1993.

Pellegrin Nicole et BARD Christine, Clio, n°10/1999, Femmes travesties : un "mauvais" genre, http://clio.revues.org/sommaire706.html

Pellegrin Nicole, « Le genre et l’habit. Figures du transvestisme féminin sous l’Ancien Régime », Clio, numéro 10/1999, Femmes travesties : un "mauvais" genre, http://clio.revues.org/document252.html

Steinberg S., La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2000.

Stephen J. Davis,Crossed Texts, Crossed Sex: Intertextuality and Gender in Early Christian Legends of Holy Women Disguised as Men”, in Journal of Early Christian Studies 10:1, 2002, pp. 1-36, The Johns Hopkins University Press.

Haut de page

Notes

1  De l’homme, 128 (IV), « L'on voit certains animaux farouches, des mâles et des femelles, répandus par la campagne, noirs, livides et tout brûlés du soleil, attachés à la terre qu'ils fouillent et qu'ils remuent avec une opiniâtreté invincible; ils ont comme une voix articulée, et quand ils se lèvent sur leurs pieds, ils montrent une face humaine, et en effet ils sont des hommes. Ils se retirent la nuit dans des tanières, où ils vivent de pain noir, d'eau et de racines; ils épargnent aux autres hommes la peine de semer, de labourer et de recueillir pour vivre, et méritent ainsi de ne pas manquer de ce pain qu'ils ont semé. »

2  Cf. sur cette question la synthèse de Maurice Magendie,La politesse mondaine et les théories de l'honnêteté, en France au XVIIe siècle, de 1600 à 1660, Genève, Slatkine reprints, 1993.

3  Cf. article Composer du Dictionnaire de Furetière, « COMPOSER, signifie encore en Morale, Regler ses moeurs, ses actions, ses paroles. C'est un homme qui sçait composer son visage & ses actions, suivant la profession qu'il a embrassée. Quelquefois il se prend en mauvaise part, & signifie, Faire l'hypocrite. »

4  Cf. son essentiel Il Libro del Cortegiano, 1528, à l’importance considérable dans sa définition du nouvel homme qu’est le courtisan. Traduit dès 1537 en français par Jacques Colin, il ne cessera d’être retraduit en 1585 par Gabriel Chapuis, puis en1690 par l'abbé Duhamel ou à Drouard. Cf. Miroirs sans visage, du courtisan à l'homme de la rue de Carlo Ossola, Paris, Éd. du Seuil, 1997.

5  « Je me souviens que vous avez dit que notre courtisan devait être doué par nature d'une belle forme de visage et de corps, avec une grâce qui le rendît ainsi aimable. […] J'ai déjà souvent réfléchi sur l'origine de cette grâce, et, si on laisse de côté ceux qui la tiennent de la faveur du ciel, je trouve qu'il y a une règle très universelle, qui me semble valoir plus que toute autre sur ce point pour toutes les choses humaines que l'on fait et que l'on dit, c'est qu'il faut fuir, autant qu'il est possible, comme un écueil très acéré et très dangereux, l'affectation, et, pour employer peut-être un mot nouveau, faire preuve en toute chose d'une certaine sprezzatura, qui cache l'art et qui montre que ce que l'on a fait et dit est venu sans peine et presque sans y penser. » Livre I, chap. XXVI. in Le livre du courtisan, Editions G. Lebovici, 1987, pp.54-55.

6  Cf. la thèse d’Alain Couprie De Corneille à La Bruyère : images de la cour, Aux amateurs de livres, 1984 ; dans laquelle celui-ci montre cette transformation de la perception du courtisan passant « de l’Olympe des héros » à « l’univers des monstres », « de la gloire à l’infamie » dans la première moitié de ce siècle à la chute satirique dans la seconde moitié « de la désillusion à l’indignation » pp.5-6.

7  Mémoires de l’abbé de Choisy habillé en femme, édition présentée et annotée par G. Mongrédien, Paris, Mercure de France, Le temps retrouvé, 2002.

8  L’efféminé antique appartient à une topique littéraire : Socrate dans les Nuées d’Aristophane, Ascylte et Encolpe dans le Satiricon de Pétrone. Caracalla critique l’empereur Macrin (217- 218), ses boucles d'oreilles, ses riches parures flottantes et la barbe soignée du nouveau chef des Gardes Prétoriens dans son Histoire de la Décadence et de la Chute de l’Empire romain. Néron se tranvestissant en femme in Tacite, Annales, XV, 37.

9  Cf. L'lsle des hermaphrodites nouvellement descouverte, avec les moeurs, loix, coustume et ordonnances des habitans d'icelle. 1605, Paris. Attribué à Artus Thomas, c’est un pamphlet dirigé contre Henri III et ses mignons.

10  Cf. Deutéronome, XXII, 5 « Une femme ne prendra point un habit d’homme, et un homme ne prendra point un habit de femme ; celui qui le fait est abominable devant Dieu » in La Bible, traduction de Sacy, Bouquins, Laffont, Paris, 1990, p. 230. De même dans le Dictionnaire Furetière, article Travestir : « Il étoit severement deffendu par la Loy de Moyse de se travestir, de prendre l'habit d'un autre sexe. ».

11  Cf. la note pragmatique de Nicole Pellegrin sur la préférence de l’emploi de transvestissement à travestissement dans son article, Le genre et l’habit. Figures du transvestisme féminin sous l’Ancien Régime, Clio, numéro 10/1999, Femmes travesties : un "mauvais" genre, http://clio.revues.org/document252.html? « je préfère ce mot, qui est une traduction littérale de l'anglais transvestism, à « travestissement transgenre ». En vieux français la forme adjectivale « transvesty » est attestée jusqu'au XVIIe (La Curne 1882, t. X : 83) et « transvestisme » est employé sans complexe par l'anthropologue Jean-Thierry Maertens (1978 : 132)».

12  La Bruyère, Les Caractères, Bury E. (éd.), Paris, Livre de Poche, 1995.

13  Cf. Michel Foucault. Dits et Ecrits II 1976-1988, Paris, Gallimard, coll. » Quarto », 2001, p.31 » La taxinomie classique était essentiellement la science des espèces, c'est-à-dire la définition des différences qui séparent les espèces les unes des autres; la classification de ces différences; l'établissement de catégories générales de ces différences; la hiérarchisation de ces différences, les unes par rapport aux autres. Autrement dit, tout l'édifice de la taxinomie classique part de la différence spécifique et essaie de définir des différences supérieures à l'échelon de la différence spécifique ».

14  Cf. la présence du microscope comme instrument optique de la découverte du caché, l’allusion au chapitre Des esprits forts, 44 (VII) « L'on voit dans une goutte d'eau que le poivre qu'on y a mis tremper a altérée, un nombre presque innombrable de petits animaux, dont le microscope nous fait apercevoir la figure, et qui se meuvent avec une rapidité incroyable comme autant de monstres dans une vaste mer ».

15  Nous soulignons.

16  Cf. Dictionnaire de Furetière, « Efféminé ».

17 Celui de Martin de Braga qui interdit aux danseurs de se transvestir devant les églises sous peine d’une pénitence de trois ans ; le sixième concile de Constantinople, en 692, qui excommunie tout personne se travestissant lors des Calendes, ou des Brumalia.

18 Sylvie Steinberg note dans La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2000, p. VIIII, 307 cas de travestissements selon les rapports de police de la fin du Moyen Age à la Révolution pour les deux sexes : 13 au XVIe, 35 au XVIIe, 142 au XVIIIe, 117 pendant le Révolution française. Sur ces 307 cas, 291 sont des femmes, 16 des hommes, dont les 3 plus célèbres sont : l’abbé de Choisy au XVIIe siècle, l’abbé d’Entragues et le chevalier d’Eon au XVIIIe siècle. Cf. Nicole Pellegrin, « Le genre et l’habit. Figures du transvestisme féminin sous l’Ancien Régime », Clio, numéro 10/1999.

19 Les Amazones, la guerrière Camille, Leucippe, Proscris…

20 Les saintes tranvesties de La Légende dorée. Cf. Stephen J. Davies in Journal of Early Christian Studies, 10:1, 2002, «Crossed Texts, Crossed Sex: Intertextuality and Gender in Early Christian Legends of Holy Women Disguised as Men», pp. 1–36.

21 Dictionnaire de Furetière, article Femme.

22 Ainsi de Narcisse, « De la ville », 12 ; du courtisan qui se rengorge comme une femme, « De la cour », 17 ; de certains abbés à la toilette féminine, « De quelques usages », 16 ; de Théognis, « Des grands », 48 ; d’Iphis rapproché du chapitre des femmes » De la mode », 14; enfin de Théodote comparé à « une jeune précieuse » « De la cour », 61.

23  « De la ville », 12 (I).

24  « Des femmes », 20, (IV).

25  « De la cour », I7, (IV).

26  « De quelques usages », I6, (IV).

27  « Des ouvrages de l’esprit », 52, (V).

28  « De la société », 74, (V).

29  « Des grands », 48, (VI).

30  « De la mode », 14, (VI).

31  Edition VII, « De la cour », 61.

32 Ovide, Les Métamorphoses, III, 339-510, traduction de G. Lafaye, Paris, Les Belles Lettres, C.U.F., 1969.

33 Ovide, Les Métamorphoses, III, v.346-348.

34 Ovide, Les Métamorphoses, v.430-436, p.83.

35 La Fontaine, Fable XI, Livre I.

36  Sur la notion de Schaulust freudienne voir la conclusion de la thèse d’Antonio Quinet, L’objet regard en philosophie : http://lacanian.memory.online.fr/AQuinet_Troureg.htm

37 « De la ville », 1, (I).

38  III, v. 407-410.

39 Ovide, Métamorphoses, III, v.353-335, p.81.

40  « Des femmes », 4 (IV).

41  « Des ouvrages de l’esprit », 52 (V).

42  « De la mode », 14 (VI).

43  « Des femmes », 8 (VII).

44  « Du mérite personnel », 34, (V).

45 Narcisse, « De la ville », 12 ; le courtisan qui se rengorge comme une femme, « De la cour », 17 ; certains abbés à la toilette féminine, « De quelques usages », 16 ; Théognis, « Des grands », 48 ; une variation avec Iphis et le rapprochement avec le chapitre des femmes » De la mode », 14; Théodote enfin comparé à « une jeune précieuse » « De la cour », 61.

46 Cf. Barthes, Sur Racine : « Sortir de la scène, c’est pour le héros d’une manière ou d’une autre mourir », p. 18, Paris, Seuil, 2002.

47  « De la cour », 65 (V).

48  « De la cour », 99 (V).

49  « Des femmes », 22 (V).

50 « 2. Toutes les passions ne sont autre chose que les divers degrés de la chaleur, et de la froideur, du sang. » in Maximes supprimées, p. 181, éd. J. Lafond,Bouquins, Robert Laffont, 1992, Paris.

51 Nous soulignons.

52  p. 68, Livre 1, Rouen : A. de Sommaville, 1656.

53 Nous soulignons.

54 Nous soulignons.

55 « Le port de l’écharpe d’or était réservé aux officiers de la maison du roi et aux courtisans ayant reçu ce privilège par brevet », in Moralistes du XVIIe siècle, de Pibrac à Dufresny, Paris, Bouquins, Robert Laffont, 1992, p. 1165, note 29.

56  « Des femmes », 29 (IV).

57 « De la ville », 22, (V).

58 Cf. l’Economique de Xénophon, X ; Juvénal, Boileau, dans sa Satire X…

59 « Des grands », 53, (VI).

60 « Des ouvrages de l’esprit », 52 (V).

61 Nous soulignons.

62 « Des femmes », 48, (VII).

63 Op. cit., p. 123.

64 « Des grands », 48, (VI).

65 Nous soulignons.

66  Sur la notion d ' « air », voir l’article de Sylvianne Rémi-Giraud, « Peut-on parler de polysémie « évolutive » ? L’exemple du mot air (manière d’être) au XVIIe siècle », pp. 189-201, Paris, in La Polysémie, Travaux de linguistique et de linguistique françaises : Etudes linguistiques, P.U.P.S, sous la direction d’Olivier Soutet.

67 « De la cour », 2, (I).

68 « De la cour », 17, (IV).

69 « Elle le flatte, elle le caresse », in « Des femmes », 73, (VII).

70 « […] Aujourd'hui quelle glace pour vous! Hier il vous recherchait, il vous caressait.», in « De l’homme », 6, (VI).

71 Douze remarques : « Des femmes », 14, (I) ; 73, (VII), « Des biens de fortune », 69, (V) ; « De la ville », 15, (VIII) ; « De la cour », 30, (I) ; 3I, (IV) ; 50, (V) ; 62, (VIII) ; « Des grands », 34, (IV) ; 48, (VI) ; 49, (I) ; « De l’homme », 6, (VI).

72 « De la cour », 30, (I) ; 3I, (IV) ; 50, (V) ; 62, (VIII).

73 « Des grands », 34, (IV) ; Théognis, 48, (VI) ; 49, (I).

74 « De la cour », 62, (VIII).

75 « Des grands », 9, (I).

76  « De la mode », I4 (VI).

77  Ovide, Les Métamorphoses, IX, 666-797 : Ligdos veut un fils de sa femme Téléthousa, mais elle met au monde une fille qui risque d’être tuée. Pour la sauver, elle la fait passer pour un garçon qu'elle nomme Iphis. À l'adolescence, une jeune fille du nom d’Ianthé en tombe amoureuse. Le mariage doit avoir lieu, sa mère affolée prie Isis qui décide de transformer Iphis en garçon.

78  «De la mode », 2, (VI), explication reprenant celle de Descartes dans Les Passions de l’âme, Seconde partie, article 78, sur l’admiration comme maladie.

79 « Les vues courtes, je veux dire les esprits bornés et resserrés dans leur petite sphère, ne peuvent comprendre cette universalité de talents que l'on remarque quelquefois dans un même sujet: où ils voient l'agréable, ils en excluent le solide; où ils croient découvrir les grâces du corps, l'agilité, la souplesse, la dextérité, ils ne veulent plus y admettre les dons de l'âme, la profondeur, la réflexion, la sagesse: ils ôtent de l'histoire de Socrate qu'il ait dansé. » in Du mérite personnel, 34(V).

80 « De la ville», 1, (I).

81  « Argyre [...] ne néglige pas de découvrir un petit soulier qui suppose qu'elle a le pied petit », in « De l’homme », 83, (IV).

82  «Un homme à la cour, et souvent à la ville, qui a […] le soulier de maroquin, [...] cela s'appelle un docteur », in « Du mérite personnel », 28, (I).

83 « Du mérite personnel », 27 (V) : « L'or éclate, dites-vous, sur les habits de Philémon. - Il éclate de même chez les marchands. - Il est habillé des plus belles étoffes. - Le sont-elles moins toutes déployées dans les boutiques et à la pièce? - Mais la broderie et les ornements y ajoutent encore la magnificence […] »

84 Cf. Dictionnaire de Furetière, article « Grasseier ».

85 « De la cour », 61, (VII) ; nous soulignons.

86  « Des femmes », 22 (V).

87 Cf. Dictionnaire de Furetière, article « Effeminer ».

88  « De la chaire », 13, (IV).

89  Aulu-Gelle, au début du troisième livre des Nuits Attiques s’interroge sur la décadence de l’avarice sur les hommes : « Où on demande pour quelle raison Salluste a dit que l’avarice effémine non seulement l’esprit de l’homme, mais aussi son corps et ou on traite cette question. ».

90  Neufs occurrences aux chapitres I, III, VII, VIII, X, XII, XIII, XV, XVI.

91  Dialogues des morts composés pour l'éducation d'un prince, 1715.

92  Ibid, p.242, Paris : F. Didot et J. Didot, 1819.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Corgnet, « Une masculinité en crise à la fin du XVIIe siècle ? La critique de l'efféminé chez La Bruyère », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 13 juillet 2008, consulté le 22 mai 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/249

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page