Navigation – Plan du site
Varia

Société, oikonomia et affects : correspondance et vie conjugale à Venise (fin XVIe-début XVIIe siècle)

Romain Facchini

Résumés

Les émotions et les sentiments donnent, à l’instar du genre, des horizons nouveaux à la recherche. Cet article souhaite mettre en exergue la valeur heuristique des affects − émotions et sentiments − dans la perspective d’une histoire sociale des XVIe et XVIIe siècles vénitiens dont l’historiographie a montré les spécificités. Un couple qui appartenait à l’aristocratie vénitienne (fin XVIe-début XVIIe siècle) a laissé une correspondance et des testaments qui permettent d’aborder la question des affects sous trois angles. Tout d’abord, le couple dans la société ; puis la gestion des biens reçus et/ou hérités ; et enfin, le thème des affects − à la fois moyen de compréhension de l’analyse et objet d’étude à part entière − dans la construction relationnelle du couple et de l’individu. L’inscription des individus dans la société vénitienne invite à une histoire des vécus et des réalités matérielles pour aboutir à une forme d’oikonomia.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Damien Boquet, « L’erreur de Lucien Febvre : anti-historiographie de l’histoire des émotions », Les (...)
  • 2 Cet article est le fruit d’un mémoire de master 2, sous la direction de Lucien Faggion et d’Anne Mo (...)

1Si dans son Apologie pour l’histoire Marc Bloch en appelait à rechercher la « chair humaine1 », cet appel vibrant concernait aussi les affects, mentionnés dans d’autres écrits2. L’attention portée à la dimension affective de la vie permet à l’historien de saisir l’intériorité des individus, mais aussi les systèmes, du moins les environnements, qui structurent cette affectivité. Dans les sociétés d’Ancien Régime, l’une des spécificités des unions de haut rang social réside dans la dimension économique. Néanmoins le couple reste, comme d’autres formes relationnelles, un vecteur d’émotions et de sentiments dont les traces persistent parfois dans les sources. De fait société, oikonomia et affects peuvent être considérés comme indissociables.

  • 3 Federica Ambrosini, « Toward a Social History of Women in Venice From the Renaissance to the Enligh (...)
  • 4 Ce mythe politique fait référence à une construction datable du XVe/XVIe siècle, qui s’appuie sur l (...)
  • 5 Cf. l’ouvrage suivant et son compte-rendu par Florence Alazard, « Anna Bellavitis, Nadia Maria Fili (...)

2Plusieurs travaux d’histoire sociale ont souligné l’originalité de la République vénitienne3. Puis dans une perspective de genre, l’ouvrage Spazi, poteri, diritti delle donne a Venezia in età moderna analyse ce que pourrait être, à l’instar du mythe politique4, le mythe féminin de Venise5. Les « libertés » dont disposent les Vénitiennes, du moins une partie, sont à mettre en rapport avec :

  • 6 Anna Bellavitis, Nadia Maria Filippini, Tiziana Plebani (dir.), Spazi, poteri, diritti delle donne…(...)

« un système économique particulier, celui de la cité marchande fondé sur la famille, et un système politique particulier, où tout est mis en place pour préserver l’équilibre et la réciprocité des échanges économiques et matrimoniaux entre les clans patriciens, et, par conséquent, la stabilité du système politique6. »

  • 7 Loin de rejeter l’analyse de ce type de sources, il est au contraire nécessaire de les conjuguer à (...)
  • 8 Renata Ago, « Universel/particulier : femmes et droits de propriété (Rome, XVIIe siècle) », Clio. H (...)
  • 9 Cf. la bibliographie du groupe de recherches « Les écrits du for privé en France de la fin du Moyen (...)

3Pour mettre en lumière ces systèmes, sans présenter Venise comme un archipel de l’exception, il convient d’exhumer des sources permettant la conjugaison des dimensions socio-économiques, affectives et familiales. Si les rapports conjugaux sont bien représentées dans les archives judiciaires7 − largement utilisées en histoire sociale − par les conflits et autres différends laissant apparaître en négatif les normes8, les relations épistolaires apportent une dimension intime et quotidienne dont peut tirer profit une autre histoire sociale et du genre9. À partir des années 1990, l’approche relative à ces ego-documents évolue et les historiens ne lisent plus les correspondances comme de simples documents, mais s’intéressent à l’écriture elle-même.

  • 10 Cécile Dauphin, « La correspondance comme objet historique… », art. cit., p. 43-50 : 44.

« Historiciser dans le cas d’une correspondance familiale, c’est considérer que les traces ne relèvent plus seulement d’un patrimoine ou d’une mémoire familiale, mais qu’elles renvoient à la réalité d’une pratique et à la position de leurs temps, et que de ce fait, elles rencontrent l’histoire tout court, l’histoire des pratiques épistolaires10. »

4La lettre, comme outil d’expression à la fois individuelle, familiale, collective, où monde public et privé se mêlent, dessine un espace où transparaissent l’intime, l’ordinaire, le quotidien, au prise avec les hiérarchies des personnes et des choses.

  • 11 L’ensemble documentaire est extrait d’un ouvrage publié par Giovanna Paolin, Lettere familiari dell (...)
  • 12 Cf. Jean-François Chauvard, La circulation des biens à Venise. Stratégie patrimoniales et marché im (...)
  • 13 Pour plus de détails concernant la biographie de Fiorenza cf. Giovanna Paolin, Lettere familiari, o (...)
  • 14 Ces informations sont issues de Roberto Zago, article « Antonio Grimani », Dizionario Biografico de (...)

5Le corpus dont il est ici question se compose majoritairement de correspondances et met en lumière Fiorenza Capello, mariée à Antonio Grimani11. Tout deux appartiennent aux familles patriciennes les plus anciennement installées et enracinées à Venise12. Fiorenza, qui épouse Antonio en 1592, a été richement dotée par son père13. Elle reçoit notamment une villa située sur la Terre Ferme vénitienne, à Meolo, là où la plupart des lettres sont écrites. Alors que son mari est lié à Venise par le commerce et la politique, elle gère de manière indépendante les affaires relatives à ses biens fonciers. Ces moments de séparation, nombreux, sont l’occasion pour les deux époux de prendre la plume. Leur mariage connait des tensions du fait de désaccords et de conflits sur la politique familiale, en particulier concernant l’une de leurs dix enfants, Chiara, qu’Antonio veut envoyer au couvent. Leur union, est marquée par des enjeux sociaux − mariage entre familles patriciennes − et économiques − pratique du négoce de savons et de vins. Elle se termine tristement en 1605, lorsque Fiorenza décède au cours d’un accouchement. Né le 11 septembre 1554 à Venise et mort dans cette même cité le 6 février 1625, Antonio Grimani est l’aîné de huit enfants issus d’une famille patricienne prestigieuse14. Sa longue pratique des activités juridiques et politiques lui vaut le respect et la reconnaissance de ses pairs et de la République. Ainsi, grâce à l’accomplissement de son cursus honorum − principalement après la mort de Fiorenza −, il est devenu une personnalité politique majeure de la fin du XVIe et du début du XVIIsiècles, très préoccupée par l’ordre public et la vie politique de son État.

  • 15 Giovanna Paolin, pour qualifier l’écriture de Fiorenza, évoque « la soudure entre dialecte littérai (...)
  • 16 Les références aux lettres ce font de la manière suivante : fond d’archive, référence à l’ouvrage d (...)

6L’ensemble documentaire saisit, dans sa brièveté (1592-1610), l’immédiateté des relations du couple et le rôle de chacun. Il se compose de dix-neuf lettres propres au couple, deux écrites par Antonio et dix-sept par Fiorenza, ainsi qu’un billet − écrit par Fiorenza pour son mari. Il y a également quatre missives de l’abbesse de Santa Chiara de Padoue adressées au couple – deux à Fiorenza et deux à Antonio –, deux autres écrites par la sœur de Fiorenza, Betta, une de la grand-mère de Fiorenza, et une de sa cousine, Laura Sanudo. S’ajoutent à cela plusieurs autres lettres provenant d’amis et de personnes de confiance des Grimani, divers billets visant à préparer la défense d’Antonio dans un procès où il est accusé d’être le responsable de la mort de sa femme en 1605. L’analyse porte également sur les trois testaments rédigés par Fiorenza Capello, son père Silvano Capello, Antonio Grimani. Les lettres, toutes autographes, révèle la culture de l’écrit du couple. Les lignes du fils Grimani sont sûres et élégantes, contrairement à celles de son épouse15. « Très cher époux, je ne crois pas que cela soit nouveau pour vous que je ne sache pas écrire, mais depuis que j’ai vu votre désir, je me préoccupe d’étudier dès que j’en ai le temps […]16. » Ces documents apportent de précieuses informations concernant la dimension matérielle liée aux affects. Les textes sont relativement courts, parfois de quelques lignes, et abordent principalement l’absence du conjoint, la gestion des biens, les enfants.

  • 17 Damien Boquet, Piroska Nagy, « Une histoire des émotions incarnées », Médiévales, 61, 2011, p. 5-24 (...)
  • 18 Cf. par ailleurs sur les liens entre archives et affects Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris (...)
  • 19 Sylvie Mouysset, « De mémoire, d’action et d’amour... », art. cit. ; Idem, « Souffrir, panser, aime (...)

7Cette relation inachevée − comme toute correspondance − et partielle, rend d’autant plus complexe l’étude de ces « frémissement[s] de la chair17 ». L’ensemble restitue malgré tout les réalités socio-économiques, tout en laissant de l’espace à l’expression des affects18. Le recours à la catégorie du genre dans la réflexion invite à s’interroger sur les rapports qu’entretiennent hommes et femmes avec l’objet épistolaire, sur les affects et les relations familiales et, in fine, sur une éventuelle dimension sexuée de la pratique épistolaire19.

8Nous interrogerons tout d’abord la conjugalité dans le cadre de la société vénitienne à travers les constructions sociales et les images qu’elle renvoie. Cette contextualisation permet dans un deuxième temps d’étudier les liens entre ce qui relève du patrimoine, au sens large, et des affects. Ainsi après avoir établit ce que peut être l’oikonomia, l’analyse aborde un domaine qui reste encore peut mis en lumière, celui des affects. Ce faisant, le but n’est pas de segmenter l’approche entre affects et socio-économie, dont les liens sont illustrés en amont, mais de comprendre comment cette mécanique des sentiments et des émotions fonctionne par l’intermédiaire d’une correspondance.

La conjugalité en société

  • 20 Élisabeth Crouzet-Pavan, Les villes vivantes : Italie XIIIe-XVe siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 293
  • 21 Anna Bellavitis, Famille, genre, transmission à Venise au XVIe siècle, Rome, École Française de Rom (...)
  • 22 Dorit Raines, « Entre rameau et branche. Deux modèles du comportement familial du patriciat vénitie (...)

9C’est « […] avec quelque retard, après une période si ce n’est d’imitation, au moins de filiation, [que] les études vénitiennes [sur la famille] se sont affranchies et multipliées20 ». Parmi les travaux récents, citons Anna Bellavitis et Stanley Chojnacki qui se sont intéressés à l’évolution des familles, du mariage, des normes et des pratiques du patriciat et des citoyens, dans une perspective d’histoire sociale et urbaine genrée. Les recherches d’Alexander Cowan portent en revanche sur les gossip et l’oralité dans l’Europe pré-moderne, mais aussi sur les alliances patriciennes de la République, tandis que James Grubb en a analysé la vie privée21. Les travaux de Dorit Raines enfin ont « pour objet la description de l’évolution du modèle familial patricien vénitien de 1297 […] à 1797 […], du point de vue du comportement social et politique, mais − inévitablement − économique aussi22. »

  • 23 Sylvie Joye, Emmanuelle Santinelli-Foltz, « Le couple : une définition difficile, des réalités mult (...)
  • 24 Scott Joan W., « Le genre : une catégorie d’analyse toujours utile ? », Diogène, 1, 225, 2009, p. 5 (...)
  • 25 Sur les liens entre genre et fait social cf. Danielle Chabaud-Rychter, Virginie Descoutures, Anne-M (...)
  • 26 Réfléchir sur l’intime permet d’outrepasser la dichotomie public/privé : cf. Von Moos Peter, « ‘Pub (...)

10Au sein de ce modèle, le couple − légitime par l’alliance de deux maisons − est avant tout le socle d’une famille nucléaire qui s’intègre à une parenté. Pour constituer cette union, un acte juridique est établi, souvent un contrat, ainsi que le partage d’une sexualité et d’un même toit23. Le genre « catégorie d’analyse toujours utile24 », sera utilisé pour l’étude du fait social qu’est le couple25. Afin d’éclaire les ressorts de l’intime au XVIe siècle à travers le mariage26.

La construction sociale du couple

  • 27 Sur la question du statut, cf. Claudio Povolo, L’intrigo dell’Onore : poteri e istituzioni nella Re (...)

11Les notions de statut et de rôle permettent de tisser un lien entre la société et l’individu, de passer de la conduite sociale au comportement individuel, d’un élément statique à un aspect dynamique et fonctionnel27. Le rôle concrétise les modèles de conduite prescrits par le statut, met en œuvre les droits et les devoirs attachés à celui-ci et transforme l’action individuelle en action sociale.

  • 28 Sylvie Schweitzer, Les Femmes ont toujours travaillé, Paris, Odile Jacob, 2002.
  • 29 Pierre Bourdieu, « Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction », Annales. Économi (...)

12Le partage sexué des tâches − pour reprendre l’image traditionnelle, mais fausse28, des femmes à l’intérieur, inactives et sans pouvoir, et des hommes à l’extérieur, actifs et acteurs du pouvoir, notamment politique −, définit la place de chacun dans le champ économique et social29. Il importe aussi d’étudier les rapports entre hommes et femmes à une échelle plus structurelle que celle du couple formé par Antonio et Fiorenza.

  • 30 Alexander Cowan, Marriage, Manners and Mobility, op. cit., p. 135. Traduit par l’auteur.

« Des études récentes sur le genre dans la société de la première modernité suggèrent que le modèle patriarcal doit être réexaminé. Le comportement des femmes et l’influence considérable dont il fait preuve au sein du ménage et dans la société a conduit à deux conclusions, d’une part que l’influence des hommes n’était pas aussi forte ni aussi omniprésente comme on l’a pensé, et d’autre part, que le comportement de chacun était façonné par l’autre30. »

  • 31 Cécile Dauphin, Arlette Farge, Séduction et sociétés, op. cit., p. 11. Cf. également Agnès Fine, Ch (...)
  • 32 AEV, Gri., c. 1, p. 41, lettre 11, ligne 3. 29 septembre ( ?) 1601, Fiorenza Capello à Antonio Grim (...)
  • 33 Ibid., p. 44, lettre 15, lignes 1-2. 28 octobre 1601, Antonio Grimani à Fiorenza Capello. Nous ne s (...)

13Qu’il s’agisse d’un statut « public » ou « privé », la distance qui sépare l’inférieur du supérieur peut se réduire, voire s’inverser ce qui tend à nuancer l’idée de domination masculine. Néanmoins, la « situation de forte dépendance [des femmes] par rapport aux conditions sociales et économiques les assignent au respect du modèle traditionnel de la relation entre homme(s) et femme(s). C’est l’une de leurs principales marques d’identité, un rempart contre la non-maîtrise de leur sort et de la précarité subie31 ». Lorsqu’elle évoque ses sentiments et ses émotions, Fiorenza comme passive, se dépeint en attente de son mari dont elle déplore les si longues absences : « Si pour vous l’amour était réciproque vous n’auriez pas pu faire autrement que de venir me retrouver. […] De cela jusqu’à présent je me suis lamentée […]32 ». Sans réellement pouvoir changer sa situation, Fiorenza adresse ses reproches à son mari qui, devant ces remontrances, exprime pour ses absences « la pénitence pour le péché commis33 ». Le sentiment de non équivalence dans l’échange qu’exprime Fiorenza laisse entrevoir des conceptions différenciées des affects conjugaux.

14Au quotidien, la Vénitienne est à la fois dominante (vis-à-vis de ses enfants, ses domestiques) et dominée (par rapport à ses parents, à son mari). Des constructions familiales et sociales peuvent notamment s’apercevoir à travers les rumeurs, les gossip et la fama, dans lesquelles se lit en creux la norme conjugale.

Rumeurs et image de soi

  • 34 Christian Guimelli, Bénédicte Marfaing, Éric Tafani, « Rôles de l’implication et des émotions dans (...)
  • 35 Alexander Cowan, « Women, gossip and marriage in early modern Venice », Anna Bellavitis, Nadia Mari (...)

15La rumeur peut se définir comme le phénomène par lequel une information non vérifiée, quelle qu’elle soit, se transmet au sein d’un groupe par tous moyens de communication. Les rumeurs, dans la vie quotidienne, offrent une explication à un événement, définissent les attitudes à avoir en stigmatisant les conduites déviantes ou inadaptées : « En substance, l’implication et l’émotion sont vues non seulement comme des conditions nécessaires à l’émergence d’une rumeur, mais aussi, comme des facteurs garantissant leur diffusion34. » Les informations touchant au mariage, les ouï-dire relatant les comportements, font partie intégrante de la culture urbaine à Venise35. Dans une lettre à Antonio, Fiorenza exprime le désir qu’elle éprouve pour son mari, qui se trouve sensiblement contraint par le respect des normes sociales.

  • 36 AEV, Gri., c. 1, p. 47, lettre 20, lignes 3-6. 3 juillet (vraisemblablement en 1602), Fiorenza Cape (...)

« Je vous désire de plus en plus, mais il se peut que le soir prochain nous ne ressentirons pas tous les deux de la même manière le désir de passer la nuit ensemble. J’ai éprouvé cette même appréhension hier soir quand vous étiez à la rive, mais je ne pus rien faire d’autre pour protéger mon honneur36. »

  • 37 Cf. Dorit Raines, L’invention du mythe aristocratique…, op. cit.

16Dans cet extrait, le souci de l’autre est également un souci de soi. Fiorenza pense le désir dans sa réciprocité − tout comme l’amour − mais n’omet pas de rappeler la nécessité pour chacun de se surveiller, se sachant observée. La présentation de « l’image de soi » des patriciens produite à la fois par le groupe et l’individu, implique par ailleurs une mobilité contrainte des élites féminines37.

  • 38 Fabien Lacouture, « Espace urbain et espace domestique : la représentation des femmes dans la peint (...)

Monica Chojnacka insiste « […] sur la possibilité pour ces femmes [celles du popolane] de sortir de la maison et d’aller en ville et au-delà – les patriciennes en sont quant à elles empêchées par la bienséance et même les modes vestimentaires rendent tout déplacement difficile38. »

17Lorsque Fiorenza se rend dans une autre Maison, elle précise à son mari l’attitude de ceux avec qui elle se trouvait. En effet, les émotions − très diverses − suscitées par une rumeur, les commérages ou une mauvaise réputation, peuvent se muer en sentiments négatifs jusqu’à provoquer un rejet partiel ou total des deux époux :

  • 39 AEV, Gri., c. 1, p. 44, lettre 16, lignes 1-3. 14 septembre (vraisemblablement en 1602), Fiorenza C (...)

« Monsieur Antonio, je plaisante encore de ma venue à la Maison de Leze, malgré le fait que j’y sois allée sans mari. Je vous dis que les personnes avec lesquelles je me suis rendue là-bas avant vous, ont bien pris soin de moi. Cela serait une erreur d’attribuer cette situation [celle d’être sans son mari] à un mauvais comportement39. »

18Fiorenza se montre tout à fait consciente de la contrainte que représente le regard d’autrui sur la vie conjugale.

  • 40 Cf. Giovanna Paolin, Lettere familiari, op. cit., p. 5-6.

19La lutte pour le placement au couvent de l’une des filles du couple, Chiara, et le conflit furent perçus comme la cause immédiate de la mort en couche de Fiorenza, qui provoqua un grand scandale dans la cité vénitienne40 :

  • 41 Ibid., p. 19. Traduit par l’auteur.

« L’histoire familiale de Fiorenza et d’Antonio risque d’avoir une fin bien sombre avec un aspect juridique qui se justifie par les bruits qui courent dans tout Venise que les Grimani aurait provoqué la mort de Fiorenza par des coups et de mauvais traitement moraux41. »

20De cet événement est conservée la défense d’Antonio qu’il n’a ni présentée au Conseil des Dix ni rendue publique afin de sauver l’honneur familial. Antonio affirme avoir perdu toute crédibilité et pour se réhabiliter, s’appuie sur sa réputation d’homme intégré au système juridico-politique de la cité. Cette histoire conjugale et judiciaire, en effet, s’inscrit également dans une histoire politique, dominée par ce groupe patricien comme cœur de la République, dans une lutte de prestige entre ces familles, dont les dots et les flux économiques gouvernent en partie les relations.

De l’administration patrimoniale et affective

  • 42 Agnès Fine, Angela Groppi, « Femmes, dot et patrimoine », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 7 Fem (...)

21L’appartenance du couple à deux riches familles patriciennes, conjuguée aux absences d’Antonio, a pour effet la gestion quasi séparée des biens propres de chacun : « […] pour mieux comprendre le statut des femmes, il convient de s’intéresser aux rapports patrimoniaux entre époux », mais également aux rapports matériels du quotidien42.

  • 43 Anna Bellavitis, « Dot et richesse des femmes à Venise au XVIe siècle », CLIO. Histoire, femmes et (...)

« Selon les Statuts de Venise, la dot est propriété de la femme, mais c’est son mari qui en a l’usufruit et la gestion pendant toute la durée du mariage. Toutefois, quand elle rédige son testament, la femme vénitienne peut en disposer librement, même pendant son mariage. C’est seulement lorsqu’elle est veuve que la femme devient réellement et concrètement propriétaire de sa dot, en admettant qu’elle arrive à la récupérer43. »

22Les dispositions du droit scandent certes l’existence des individus mais, pour une pleine compréhension de leur action, elles doivent être étudiées à partir de situations concrètes.

23Concernant la dimension économique des relations interindividuelles, on peut suivre la sociologue Pascal Chantelat qui affirme :

  • 44 Pascal Chantelat, « La Nouvelle Sociologie Économique et le lien marchand : des relations personnel (...)

« le renouveau de la sociologie économique s’appuie sur la réaffirmation de la dimension sociale de l’action économique en postulant que cette dernière est toujours socialement située. Contrairement aux postulats de la microéconomie standard, l’échange économique n’est jamais indépendant des relations de personne à personne et des facteurs extra-économiques. En ce sens, il fait toujours société44. »

  • 45 Pour Christophe Pébarthe : « si le projet de lire l’Économique de Xénophon avec Pierre Bourdieu […] (...)
  • 46 Christophe Pébarthe, « ‘Oikonomia, entre champ économique, champ politique et champ philosophique e (...)
  • 47 Raymond Descat, « Aux origines de l’oikonomia grecque », Pierre Brulé, Jacques Oulhen, Francis Pros (...)

24Afin de rendre compte de l’ensemble des relations qui constituent le couple − familiales, socio-économiques et affectives − il paraît utile de mobiliser un concept issu de l’Antiquité grecque, l’oikonomia (oikos, maison, foyer familial ; nomos, règle, loi). Ce concept comme possibilité heuristique45 désigne l’administration des ressources de l’oikos, celle des ressources à l’échelle de la cité, et l’ensemble des répercussions de l’oikos sur celle-ci46. La notion fait également référence aux recours aux affects pour gouverner les comportements afin de préserver au mieux les patrimoines, ou bien de tirer profit d’une relation par le biais du don/contre-don et de l’échange47.

Commerce et vie quotidienne

  • 48 Giovanna Paolin, Lettere familiari, op. cit. p. 11.
  • 49 AEV, Gri., c. 1, p. 36, lettre 4, ligne 8. 27 septembre 1593, Fiorenza Capello ad Antonio Grimani.
  • 50 Ibid., ligne 5.

25La distance géographique entre les deux époux est le fait d’activité économique, le commerce du vin et l’industrie de la savonnerie, production typiquement vénitienne48. Le patriciat marchand est l’un des principaux acteurs de la vie économique à Venise, rythmée par les activités commerciales qui marquent également les correspondances du couple et sont en lien très étroit avec la gestion de la maison. Dans une lettre adressée à Antonio, Fiorenza écrit : « Je vais attendre votre venue pour faire la charge49 », ou encore « Les vins seront bons, j’envoie au moulin la fabrication50. » En plus de cette commune administration, l’épouse gère ses biens propres, la bonne tenue de sa demeure et l’éducation de ses enfants, même si la présence d’Antonio reste nécessaire pour certaines activités. Soulignons que l’administration de la maison dépasse le simple cadre domestique au sens contemporain du terme et inclut la conduite des affaires et du commerce :

  • 51 AEV, Gri., c. 1, p. 42, lettre 13, lignes 10-15. S. d., Fiorenza Capello à Antonio Grimani.

« J’ai tenu compte du fait que vous vouliez acheter du vin, je savais comment faire avec les débiteurs qui tiennent le leur très haut, Peon m’a dit en avoir vendu 15 L. et Valesano 80 L., je me suis dit que si je vendais 50 L. voire 55 L. [...]. Je vous écris comment vont les enfants [...] et Chiara vous salue […]51. »

26Fiorenza sait « comment faire », et peut donc s’affirmer sans l’aide d’Antonio qui néanmoins, comme autorité morale et familiale − mais sans doute aussi en conjoint −, est tenu au courant des décisions de son épouse. Se joignent à cela les nouvelles des enfants − notamment de Chiara qui se démarque − dont la place de choix au sein des stratégies familiales transparait particulièrement dans les testaments.

27À l’instar de son père et son mari, Fiorenza ne souhaite pas que le patrimoine soit dispersé et précise que si elle venait à décéder avant son époux, celui-ci devrait donner une part des bénéfices de la savonnerie à ses filles pour constituer une dot :

  • 52 Pour les testaments, la référence est d’abord celle du fond puis de l’ouvrage de G. Paolin. AEV, No (...)

« La charge de la savonnerie, si messire Antonio souhaitait y travailler, il serait obligé de donner 150 ducats par an afin de travailler et mettre tous mes investissements au bénéfice de la dot de mes filles et que les 500 ducats de mes robes soient vendues et investis pour les dots52. »

  • 53 Testaments de Fiorenza Capello, 2 novembre 1594, 3 mars 1599, AEV, notaire de Venise, Testaments, n (...)

28De chacun de ces cinq testaments, peu de manifestations affectives transparaissent53. L’acte de transmission en lui même, lorsqu’il s’agit d’un héritage conséquent, se prête rarement à l’expression d’émotions et/ou de sentiments. Les choix économiques, dictés par des stratégies patrimoniales, sont trop importants pour l’avenir des deux familles, et ils révèlent dans le même temps les préoccupations tant journalières que structurelles liées à l’économie et aux affects, autrement dit l’oikonomia.

La matérialité de l’existence : sur les traces d’une oikonomia moderne

  • 54 Le couple a eu dix enfants, cinq garçons et cinq filles : Giovanni (1595-1650) ; Alvise (1596-1656) (...)
  • 55 Depuis le Concile de Trente et la réaffirmation de l’importance du placement des jeunes filles dans (...)
  • 56 AEV, Gri., c. 1, p. 49, lettre 23, lignes 1, 4. 24 février 1603, Alessandro Lia à Antonio Grimani. (...)

29L’éducation de Chiara s’inscrit dans un processus de construction familiale et vise à assurer la pérennité de la Maison54. Elle comprend l’apprentissage des bonnes mœurs et la formation des enfants afin de perpétuer le patriciat et son modèle, la forma mentis de la classe dirigeante vénitienne. Par conséquent, en fonction de ces paramètres sociaux, les individus agissent – en théorie – dans l’intérêt familial. Dans une lettre adressée à Antonio Grimani, Alessandro Lia explique à son patron comment se déroulent les négociations pour que Chiara intègre un couvent55 : « Mon très illustre seigneur et plus honorable patron […] J’ai fait tant avec les moniales qui se contenteront d’accepter votre fille pour l’éducation […]56. » Il n’est pas ici question d’une entrée définitive mais d’une forme de période d’apprentissage. Au sujet de l’avenir de sa fille Fiorenza s’adresse à sa cousine Laura Sanoudo en ces termes :

  • 57 AEV, Gri., c. 1, p. 56, lettre 35, lignes 1-14. 6 mars 1605, Fiorenza Capello à Laura Sanudo.

« Madame très chère et aimée, je vous prie de remercier mon très illustre seigneur et je vous prie encore une fois de vous rendre le plus tôt possible chez les religieuses de la petite Chiara. Je vous prie de leur dire que j’ai été au lit avec la fièvre et le danger de me perdre à cause de l’immense trouble que j’ai éprouvé pour le fait que ma fille s’est retrouvée chez elles forcée et à mon insu. Avertissez ces sœurs que je sais que ma fille n’a jamais été intéressée à rentrer dans les ordres religieux. Si elle change d’opinion, je les blâmerais et à ce moment-là il y aura une raison d’éviter un mariage qui, n’étant pas le fruit de sa volonté, serait seulement salutaire à leurs âmes. Et je vous promets et je vous jure sincèrement que je vais essayer de trouver une possible solution, et je vous supplie encore de dire de ma part à Chiara qu’il faut qu’elle reste joyeuse et qu’elle reste ferme dans son opinion sans se laisser convertir aux ordres sacrés. […] Ainsi, il pourra s’avérer qu’à l’heure venue, face à sa situation, elle sera contente que nous ayons accommodé de manière à ce qu’elle n’ait besoin de quiconque. Je vous prie de tout mon cœur de me rendre ce service et de lire mes mots sans aucune gêne57. »

  • 58 Sur les liens entre émotions et raisons cf. Antonio Damasio, L’erreur de Descartes, Paris, Odile Ja (...)
  • 59 AEV, Gri., c. 1, p. 62, lettre 41, ligne 5. 1 juin 1605, Fiorenza Capello à Sœur Cristina.

30Cette lettre, où l’émotion autant que la raison58 guident la plume, met en relief les inquiétudes de Fiorenza qui cherche à éviter à sa fille l’entrée dans les ordres qu’elle redoute. Loin d’un comportement irraisonné, c’est bien de l’avenir dont il est question. Chiara doit pouvoir affronter les événements futurs sans être contrainte à simplement les subir. Lorsqu’elle est au couvent, Chiara reçoit de Fiorenza un panier, avec divers biens, « par amour59 ». Au-delà de l’amour et du devoir d’aide qu’éprouve une mère pour sa fille, l’envoi de ce panier représente le besoin de subsistance non pas quotidien mais structurel des enfants qui peut s’apparenter à une forme de donation, aussi bien symbolique et affective que matérielle.

  • 60 AEV, notaire de Venise, Testaments, notaire Galeazzo Secco, carton 1191, numéro 232, p. 78, testame (...)
  • 61 Maurice Daumas, L’Affaire d’Esclans : les conflits familiaux au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1987.
  • 62 Jutta G. Sperling, Convents and the Body Politic…, op. cit.

31Néanmoins, face au souhait d’Antonio, Fiorenza, dans son troisième testament (3 mars 1599), écrit que « si Chiara est forcée à intégrer les ordres religieux avant ses 18 ans, permets-moi de demander aux sœurs son héritage afin que l’on puisse en avoir librement usage60. » Le patrimoine, au cœur de ce conflit familial, permet de comprendre la manière dont se construit l’oikonomia61. Les raisons de l’envoi au couvent de Chiara sont, par la rareté des sources, obscures. Mais s’inspirant des travaux de Jutta G. Sperling, il est possible de formuler l’hypothèse selon laquelle le couvent est un moyen de préserver le patrimoine de cette famille patricienne62. Si peu de femmes patriciennes se marient, ce n’est pas en raison d’une dot devenue trop chère, mais parce qu’il leur est impossible de conclure une alliance avec un époux dont le rang social est inférieur au leur, à l’inverse des hommes : Jutta G. Sperling parle de « potlatch alla veneziana ». Le couvent apparaît ainsi comme la seule solution pour préserver la classe dirigeante vénitienne. Cependant, la dimension affective n’est pas absente. Dans une lettre adressée à sa cousine Fiorenza, Laura Sanudo rend compte de la conversation qu’elle a eue avec Chiara au sujet de son entrée au couvent :

  • 63 AEV, Gri., c. 1, p. 60, lettre 37, lignes 1-5. Mars 1605 (copie), Laura Sanudo à Fiorenza Capella. (...)

« J’ai [Laura Sanudo, cousine de Fiorenza] ensuite dit à Chiara qu’elle devrait rester ferme dans son choix de ne pas intégrer l’ordre des religieuses et que tu la marierais. Elle m’a assuré sa volonté de ne pas en faire partie. Ainsi, je lui ai dit que son père ne la forcera pas non plus, et elle m’a joyeusement répondu qu’elle aussi ne voudrait jamais y consentir. Donc ne vous inquiétez pas, puisque la fille va certainement bien et qu’elle apprend beaucoup de choses63. »

  • 64 Anne Montenach (dir.), « Agency : un concept opératoire dans les études de genre ? », Rives méditer (...)
  • 65 Cf. notamment Renata Ago, Benedetta Borello (dir.), Famiglie. Circolazione di beni, circuiti di aff (...)

32Le propos de Laura Sanudo traduit ici une forme d’agency au sein d’un contexte très contraignant pour les femmes64. Quoiqu’il advienne, le statut de fille mineure de Chiara la place sous la dépendance d’un autre, celle de son père, celle du couvent ou de son futur mari. Les négociations autour du sort de Chiara indiquent que le régime des affects est lié à celui des biens, sans qu’il soit possible ici de conclure à une quelconque hiérarchie ou prééminence65.

Le testament comme mise en ordre de l’oikonomia

  • 66 Sur la pratique testamentaire à Venise à l’époque médiévale et moderne Claire Judde De Larivière, « (...)

33Le testament est avant tout un acte religieux qui permet l’expression d’une sensibilité spirituelle afin de sauver son âme, mais également une construction de soi à travers l’écrit66. À Venise pour le XVIe siècle, pays de droit écrit, cette pratique relève du droit privé, dans la mesure où elle règle la transmission du patrimoine et résout les éventuels conflits de succession. Dans le cas vénitien, les règles successorales distinguent entre fils et filles :

  • 67 Ibid., p. 541 et 543.

« En règle générale, et comme le prévoyait la législation vénitienne, la part d’héritage de l’épouse était représentée par les deux tiers de sa dot, part dont elle pouvait disposer librement. […] La loi vénitienne réservait théoriquement aux seuls mâles le droit d’hériter des biens immobiliers. […] Les biens mobiliers étaient quant à eux divisés entre les fils et les filles non mariées67. »

34Concernant plus précisément les femmes :

  • 68 Isabelle Chabot, « Richesses des femmes et parenté dans l’Italie de la Renaissance », in Isabelle C (...)

« On sait que les Vénitiennes distribuent leurs richesses avec une plus grande liberté que les hommes et dans la liste, parfois longue, des parents et amis destinataires de leurs legs on a pu déchiffrer l’ampleur de leur réseau familial et social ainsi qu’une perception plus ouverte, plus bilatérale de la parenté68. »

  • 69 Les trois testaments de Fiorenza qui nous sont parvenus sont le fait d’une pratique courante, celui (...)
  • 70 Par exemple : AEV, notaire de Venise, Testaments, notaire Gulio Ziliol, carton 1241, numéro 29, p.  (...)

35Fiorenza fait en effet référence dans ses testaments à ses parents, sa sœur, sa cousine, ses enfants et son mari69. Antonio, en revanche, privilégie son important réseau de clients ou connaissances à qui il lègue une partie variable de ses biens. Les affects, visibles dans les lettres d’Antonio et de Fiorenza, le sont encore dans les testaments bien que leur présence est moindre. L’expression « signe d’amour70 », plusieurs fois évoquée dans les testaments de Silvano Capello et Antonio Grimani, laisse croire à une existence de liens familiaux justifiés par les affects, du moins en ce qui concerne la relation avec l’argent, les biens et le patrimoine. Mais les testaments de Fiorenza ne comportent pas de telles formules, quoiqu’elle exprime ses sentiments plus largement dans ses lettres qu’Antonio. Elle détaille précisément les legs pour ses enfants, les dispositions à suivre selon les cas (qui meurt avant qui). Les filles placées au couvent se voient refuser une grande partie des dons testamentaires, mais elles bénéficient néanmoins de sommes d’argent variables reversées par leurs frères. De plus, comme le rappelle Claire Judde de Larivière,

  • 71 Claire Judde De Larivière, « Procédures, enjeux et fonctions du testament à Venise… », art. cit., p (...)

« […] le testament permettait de laisser à ses héritiers non seulement des biens et des revenus, mais aussi un réseau d’alliance et une clientèle. […] L’art du testament résidait dans l’équilibre entre la préservation de l’intégrité du patrimoine et les multiples dons qui renforçaient et élargissaient la clientèle des successeurs71. »

36Ainsi, l’oikos participe de l’organisation de la cité, à travers la répartition des biens et des ressources pour répondre à des besoins structurels qui organisent les affects. Émotions et sentiments sont, par leurs imbrications avec les intérêts matériels, une clef essentielle de l’oikonomia.

La mécanique des affects

  • 72 Élisabeth Crouzet-Pavan, « Les faux-semblants d’une histoire des relations affectives : l’exemple i (...)
  • 73 Cf. à ce titre Maurice Daumas, La tendresse amoureuse : XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Perrin, 1996. L (...)
  • 74 Anna Bellavitis, André Burguière, Robert Descimon, Christiane Klapish-Zuber, pour ne citer que quel (...)
  • 75 Barbara H. Rosenwein, « Worrying about Emotions in History », American Historical Review, 107, 2002 (...)
  • 76 Damien Boquet, L’Ordre de l’affect au Moyen Âge. Autour de l’anthropologie affective d’Aelred de Ri (...)
  • 77 Aurélien Liarte, « Manipuler l’affectivité ? Des affects à l’imaginaire politique », Noesis, 16, 20 (...)

37Élisabeth Crouzet-Pavant, dans une réflexion sur l’histoire des relations affectives s’interroge sur la place de l’amour dans l’organisation matrimoniale des « échanges » de femmes72. La question est pertinente mais le spectre des affects ne se réduit pas à l’amour73. L’historiographie a longtemps traité à la marge les sentiments et plus encore les émotions, même si plusieurs historiens ont intégré la dimension des affects dans leurs analyses74. Les travaux de Barbara H. Rosenwein sont fondateurs et révélateurs du tournant historiographique à l’orée des années 200075. Pour l’espace francophone la période médiévale est d’abord représentée avec Damien Boquet et Piroska Nagy76. Dans la perspective d’une contre-histoire de la civilisation des mœurs, l’étude des affects porte sur les mutations des rapports sociaux sans perspective téléologique77.

  • 78 La division entre émotion et sentiment n’est pas celle des siècles de l’époque moderne mais une com (...)
  • 79 Jacques Cosnier, Psychologie des émotions et des sentiments, Paris, Retz, 1994.
  • 80 Ibid., p. 152.
  • 81 Damien Boquet, Piroska Nagy, « Une histoire des émotions incarnées », op. cit., p. 7.

38Il est possible de considérer les affects comme le regroupement d’émotions et de sentiments78. En reprenant la nomenclature de Jean Cosnier, les émotions réunissent celles dites basales, primaires ou modales, comme la peur, la joie, la tristesse, la colère, la surprise79. Leur principale caractéristique est temporelle, car marquée par un début et une fin sur une durée relativement brève. Ces phases émotionnelles sont causées par des événements extérieurs précis, et principalement inattendus. Les sentiments, eux, s’opposent aux émotions sur deux points majeurs : la durabilité du phénomène, l’absence d’éléments déclencheurs et du contexte. Les sentiments s’associent également à des « dispositions ou états affectifs qui constituent un arrière-plan plus ou moins durable imprégnant et orientant positivement ou négativement le déroulement de la vie quotidienne80. » Les émotions « […] nous renseignent sur ce qui est conforme à nos valeurs et aux attendus sociaux […]81. » D’une manière plus générale, les affects sont donc un lien entre l’individu et le social ce qui implique une historicisation :

  • 82 Ibid., p. 8.

« Ainsi, les théories contemporaines qui ramènent les émotions et leurs expressions sociales à une mécanique fixe et universelle, régie par les impératifs de ‘l’homme neuronal’, sont incompatibles avec la démarche historique car elles nient de fait l’historicité des émotions, ou bien la réduisent à de simples effets de mise en scène. […] nous pouvons bien concevoir que l’émotion relève d’une structure cognitive et morale, tout en reconnaissant l’ascendant de la culture, des transmissions et des apprentissages, pour façonner les ressentis individuels et les usages sociaux, distinctement selon les temps et les environnements, les sociétés et les communautés82. »

La correspondance comme intermédiaire

  • 83 Le caractère décousu du corpus invite à rester prudent quant à l’interprétation des relations entre (...)
  • 84 Vincent Crapanzano, « Réflexions sur une anthropologie des émotions », Terrain, 22, 1994, p. 109-11 (...)

39Les liens ne pouvant être maintenus directement, la correspondance prend le relais. L’échange épistolaire ne peut néanmoins être apparenté à une interaction verbale dans la mesure où il y a différenciation spatiotemporelle et absence de coprésence. Les correspondances, en tant que fenêtres sur l’intime du couple, matérialisent les affects, sans toutefois jamais réellement le nommer83. Mais « […] y a-t-il des discours, des énoncés, des paroles (peu importe ici la distinction) qui ne soient pas émotionnels ? Il est évident que toute énonciation est lourde d’une dimension affective ‘portée’ par le style84. » La grande majorité du corpus étant composé des lettres de Fiorenza, l’étude porte essentiellement sur celles-ci. En septembre 1601, soit neuf ans après leur mariage, Fiorenza adresse ces lignes à son mari :

  • 85 AEV, Gri., c. 1, p. 41, lettre 11, lignes 21-24. 29 septembre (?) 1601, Fiorenza Capello à Antonio (...)

« Vous savez que le grand amour, comme vous le voyez, peut-être mauvais et se transformer en haine. Il est impossible d’être si cruelle avec soi-même, de se faire et de me faire des outrages, ainsi qu’un jour j’espère pouvoir vous apporter l’amour que vous méritez85. »

  • 86 Il faut toutefois rappeler que nous n’avons conservé que deux lettres de sa part adressées à Fioren (...)

40L’amour, présent dans la quasi-totalité des lettres de Fiorenza, est beaucoup moins visible chez Antonio qui laisse toutefois paraître des marques d’affection86. Il exprime ses sentiments différemment par exemple en réconfortant son épouse. Fiorenza en revanche évoque ce qui la blesse et formule des reproches envers son mari. Ses remarques sur l’amour conjugal peuvent faire penser à une recherche d’un équilibre entre les deux époux où l’amour n’est pas inconditionnel mais à la mesure de l’autre.

  • 87 AEV, Gri., c. 1, p. 35, lettre 1, ligne 1. 14 octobre 1592, Fiorenza Capella à Antonio Grimani.
  • 88 Ibid, lignes 14-15.
  • 89 AEV, Gri., c. 1, p. 41, lettre 11, lignes 18-19. 29 septembre (?) 1601, Fiorenza Capello à Antonio (...)
  • 90 AEV, Gri., c. 1, p. 37, lettre 5, lignes 1, 13. 11 septembre 1594, Fiorenza Capello à Antonio Grima (...)

41Les formules de politesse et/ou les signatures comportent elles aussi ces traces d’affects. Fiorenza, dans la première lettre du corpus, commence par : « Mon très doux seigneur […]87. » Elle termine par : « Votre très chère et affectueuse épouse, Fiorenza Grimani et Capello88. » ; ou encore : « […] je vous baise et vous embrasse avec le cœur […]89. » Cela étant, il pourrait s’agir de formules tout à fait classiques, ne reflétant que les conventions épistolaires. Mais dans d’autres lettres, la convention prend le pas sur l’expression des sentiments, comme dans la missive adressée à son mari en novembre 1594 : les deux premiers mots de la Vénitienne sont : « Messire Antonio […] ». Elle conclue par : « Votre épouse, Fiorenza Grimani90 ».

  • 91 Moderata Fonte, Le mérite des femmes, Traduction, annotation et postface de Frédérique Verrier, Par (...)
  • 92 Ibid., p. 213.

42Moderata Fonte, dans Le mérite des femmes, présente les patriciennes de Venise comme plus vertueuses que leurs maris, mais aussi comme plus sensibles et donc plus « naïves »91. Les femmes seraient culturellement portées à dévoiler, exprimer et cultiver leurs sentiments et leurs émotions. Frédérique Verrier, dans les annotations de sa traduction, écrit que dans Le mérite des femmes, « la démarche relève à maints égards d’un phénomène collectif et ‘objectivable’ dans l’Italie du XVIe siècle92. » Dans le cas présent, Fiorenza se livre et offre ses sentiments à Antonio :

  • 93 AEV, Gri., c. 1, p. 41, lettre 11, ligne 3. 29 septembre ( ?) 1601, Fiorenza Capello à Antonio Grim (...)

« Si pour vous l’amour était réciproque vous n’auriez pas pu faire autrement que de venir me retrouver. En plusieurs occasions ma fortune a vacillé. De ceci je me suis plainte jusqu’à cet instant présent, mais maintenant je vous remercie, cela me servira de leçon : croire aux serments des hommes93. »

  • 94 C’est dans cette même lettre que Fiorenza évoque l’amour que mérite Antonio.

43Sans réellement pouvoir changer sa situation, Fiorenza proteste envers son mari qui peut, du moins parmi les deux lettres dont nous disposons, reconnaître ses torts94 :

  • 95 AEV, Gri., c. 1, p. 39, lettre 8, lignes 1-4. 18 octobre 1596, Antonio Grimani à Fiorenza Capello.

« Madame, si chère et remarquable, vous êtes partie sans que je puisse prendre congé de vous comme je le désirais, de même qu’embrasser la main de mon illustre beau-père. Pour cela je vous fais suivre ces quatre lignes, pour vous saluer et vous prier de retourner très vite. Je ne pourrai pas vous rejoindre parce que je suis très occupé, mais je viendrai aux Zafusene95. »

  • 96 Selon Isabelle Luciani le récit de soi peut se définir comme « […] l’ensemble des configurations na (...)

44Sur quelques lignes − qui ne peuvent être reliées à d’autres lettres dans ce corpus − Antonio, laconique, s’excuse et se justifie. Ces jeux de dons − épistolaires et affectifs − sont des actes symboliques, véritables ossatures de la relation conjugale, qui pourraient structurer les liens unissant Antonio et Fiorenza mais également leur individualité96. Dans cet échange épistolaire, les moments de solitude que dénonce Fiorenza lui permettent, au sein du cadre conjugal, d’affirmer sa voix.

Désir du cœur, désir du corps

  • 97 À propos de l’attente et de la sensibilité au temps et à l’espace cf. Marie Carcassonne, « De la di (...)

45L’absence d’Antonio est pour Fiorenza un manque pénible qui laisse une impression de vide et provoque le désir97 :

  • 98 AEV, Gri., c. 1, p. 47, lettre 20, lignes 3-6. 3 juillet (vraisemblablement en 1602), Fiorenza Cape (...)

Je vous désire de plus en plus, mais il se peut que le soir prochain nous ne ressentirons pas tous les deux de la même manière le désir de passer la nuit ensemble. J’ai éprouvé cette même appréhension hier soir quand vous étiez à la rive, mais je ne pus rien faire d’autre pour protéger mon honneur98. »

  • 99 La résidence familiale se trouve à environ 40 kilomètres de Venise, à Moelo.
  • 100 AEV, Gri., c. 1, p. 47, lettre 20, ligne 2. 3 juillet (vraisemblablement en 1602), Fiorenza Capello (...)
  • 101 AEV, Gri., c. 1, p. 35, lettre 1, lignes 7-8. 14 octobre 1592, Fiorenza Capella à Antonio Grimani.

46Antonio, par ses activités se trouve éloigné de sa femme plusieurs fois par an et pour de longues périodes99. À maintes reprises, Fiorenza se plaint à son mari « de votre absence100 ». Elle écrit : « cela me fait mal au cœur que ma très chère grand-mère ne soit pas ici, puisque en étant sans vous, au moins elle aurait pu profiter de ma présence durant ces trois nuits, et avec ceci je conclus101. » Au-delà de cette « présence », si Fiorenza se désole de cette situation c’est par affection pour son mari :

  • 102 Ibid., lignes 1-2.

« Mon très doux seigneur, votre absence est telle que je ne peux l’exprimer avec des paroles, je vous promets, si j’avais éprouvé un dégoût si puissant, je ne sais pas comment j’aurais agi, mais il faut savoir se tenir, une autre fois je saurai quoi faire102. »

  • 103 Aucune lettre ne fait référence à l’espace séparant les deux époux ni au temps écoulé depuis le dép (...)
  • 104 AEV, Gri., c. 1, p. 44, lettre 15, lignes 3-4, 10-11. 6 août 1607, Silvano Capello à frère Rafaello

47Le manque ressenti par Fiorenza traduit un sentiment qui dépasse la simple bienveillance qu’une femme est censée témoigner vis-à-vis de son mari afin de lui prouver sa fidélité. La Vénitienne ne peut pas exprimer ce qu’elle ressent par de simples mots103. Loin de son épouse, Antonio éprouve également un sentiment de vide dont il fait part à Fiorenza : « Et s’il n’y avait pas tout le reste, je ne pourrais pas rester tant de jours sans vous […]. Mais mercredi je serai avec vous à une heure de la nuit104. » La séparation dont souffrent les deux époux provoque chez Antonio l’envie de retrouver l’épouse absente :

  • 105 AEV, Gri., c. 1, p. 40, lettre 11, lignes 4-6. 29 septembre (?) 1601, Fiorenza Capello à Antonio Gr (...)

« Mon cœur souffre d’impétueux sursauts. Croyez-moi, que Dieu m’aide, une fureur m’a prise durant deux ou 3 nuits au point que, si cela m’était permis, je serai montée sur une barque et je serai venue vous rejoindre105. »

  • 106 AEV, Gri., c. 1, p. 43, lettre 14, lignes 2-4. S. d., Fiorenza Capello à Antonio Grimani.
  • 107 Moderata Fonte, Le mérite des femmes, op. cit., p. 62.

48Ainsi à l’orée d’une décennie de mariage les époux éprouvent encore du désir. Celui-ci ne doit pas pour autant occulter les tensions au sein du couple. Fiorenza peut qualifier Antonio d’« homme ingrat » et exprimer la fragilité de ses certitudes : « Nous allons bien, je ne veux pas découvrir ce qui pourrait m’éloigner de vous, je vais plutôt penser à ce qui peut me consoler de l’amour que je crois que vous me portez106. » Pour Moderata Fonte, les hommes « […] donnent ces manifestations de servitude et d’amour, […] parce qu’ils nous désirent et, dans ce cas, l’amour est chez eux fils et le désir est père107. » Selon Joanne M. Ferraro :

  • 108 Joanne M. Ferraro, Family and Public Life in Brescia, 1580-1650. The Fondations of Power in the Ven (...)

« L’attraction physique et l’amour émotionnel n’étaient pas prescrits pour les unions arrangées, quoique les couples le désiraient. En outre, sans le développement de l’amour et l’affection, les mariages risquaient de s’étioler au fil du temps108. »

  • 109 Cf. Anna Bellavitis, Nadia Maria Filippini, Tiziana Plebani (dir.), Spazi, poteri, diritti delle do (...)

49À ce titre, la solitude des deux époux révèle, aussi bien dans les termes que dans la pratique, une certaine ambivalence. En effet, le partage de sentiments, d’émotions, d’actes quotidiens et/ou de mots, est par définition l’action de mettre en commun ou de diviser un même objet − matériel ou immatériel − entre plusieurs personnes. Dès lors, le partage exclut le sentiment de solitude bien que, dans les faits, celle-ci existe comme le montre la relation épistolaire entre les époux vénitiens. Le quotidien est vécu selon son identité à la fois affective et genrée. De cette séparation l’oikonomia nous invite à en saisir les interactions. L’organisation des affects dans le couple peut refléter des rapports de pouvoir entre hommes et femmes ou au contraire un contre poids de cette « domination masculine », une forme d’agency109.

Conclusion

  • 110 Sophie Wahnich, « Archives, objet empirique et intuition. Du rapport passé/présent de l’historien » (...)
  • 111 En effet, si l’attention est portée au couple, la dimension parentale invite à prendre en compte le (...)

50À défaut d’avoir pu faire une histoire des affects, il s’est agi de réaliser une ethnologie dont le but est notamment de permettre leur historicisation. Dans cette perspective intuitive110, comment définir l’économie affective et plus encore l’oikonomia ? Le plus juste est de la désigner comme une configuration entre des rapports conjugaux, des sentiments et des émotions, des dons/contre-dons et des échanges au sein d’un environnement social, politique et économique. Dans le cas présent, la forme de cette économie est celle d’une relation épistolaire, ce lien au sein duquel circulent des décisions économiques et familiales mais aussi des affects111. Les deux époux sont capables d’exprimer leurs ressentis avec plus ou moins de finesse, allant jusqu’à évoquer un désir physique, un besoin charnel de l’autre. Les lettres seraient donc moins une forme atrophiée du discours, un résidu de la pensée, qu’un intermédiaire à part entière entre Antonio et Fiorenza, un instrument privilégié pour exprimer ce qui ne pourrait être dit par l’un ou l’autre en dehors de l’écrit. La correspondance serait ainsi, outre un palliatif de la distance, un moyen de communication spécifique. Voici la porte d’entrée d’une anthropologie et d’une socio-économie historique dont les fondements ordonnent la société dans son ensemble.

Haut de page

Notes

1 Damien Boquet, « L’erreur de Lucien Febvre : anti-historiographie de l’histoire des émotions », Les émotions au Moyen Âge, carnet d’EMMA, publié le 12 novembre 2013. URL : http://emma.hypotheses.org/2067. Damien Boquet explique dans ce même billet : « Quant à M. Bloch, je rappelle juste qu’un chapitre entier de sa synthèse [La Société féodale, 1939-1940] s’intitule ‘Façons de sentir et de penser’, et que les références aux émotions et aux sentiments sont récurrentes dans tout le livre. »

2 Cet article est le fruit d’un mémoire de master 2, sous la direction de Lucien Faggion et d’Anne Montenach, soutenu à Aix-Marseille Université en 2012. Suite à la participation au prix annuel Mnémosyne, il m’a été possible de proposer ce travail. Je tiens donc particulièrement à remercier l’association Mnémosyne ainsi que la Revue Genre&Histoire pour la visibilité qu’elles donnent à de jeunes chercheurs. Un grand merci également à Claire Chatelain qui durant toute la conception de ce travail m’a accompagné et conseillé.

3 Federica Ambrosini, « Toward a Social History of Women in Venice From the Renaissance to the Enlightenment », in John Martin, Dennis Roman (éd.), Venise Reconsidered. The History and Civilization of an Italian City-State 1297-1797, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2000, p. 420-454.

4 Ce mythe politique fait référence à une construction datable du XVe/XVIe siècle, qui s’appuie sur le modèle constitutionnel de Venise définit comme parfait, puisque mixte. Suivant les réflexions antiques, la République serait à la fois monarchique (Doge), aristocratique (Sénat) et démocratique (Grand Conseil). Elle serait ainsi préservée des aléas politiques et cela expliquerait la perfection politique de la cité des Doges. Cf. Jean-Louis Fournel, « Le modèle politique vénitien : notes sur la constitution d’un mythe », Revue de synthèse, 2-3, 1997, p. 207-219. Cf. également Claudio Povolo, « The Creation of Venetian Historiography », in John Martin, Dennis Roman (éd.), Venise Reconsidered…, op. cit., p. 491-519.

5 Cf. l’ouvrage suivant et son compte-rendu par Florence Alazard, « Anna Bellavitis, Nadia Maria Filippini, Tiziana Plebani (dir.), Spazi, poteri, diritti delle donne a Venezia in età moderna, Verona, QuiEdit, 2012 », Genre & Histoire, 12-13, 2013. Dans l’introduction de l’ouvrage (p. 6), Anna Bellavitis écrit : « […] il existe au moins une spécificité, pour ne pas dire une exception vénitienne dans le contexte italien, que certaines études ont mis en évidence, mais qu’il faut éviter de transformer en un lieu commun ou, pour le dire autrement, en un nouveau mythe de Venise cette fois-ci au féminin. »

6 Anna Bellavitis, Nadia Maria Filippini, Tiziana Plebani (dir.), Spazi, poteri, diritti delle donne…, op. cit., p. 9. Traduit par l’auteur.

7 Loin de rejeter l’analyse de ce type de sources, il est au contraire nécessaire de les conjuguer à d’autres, du moins de les confronter.

8 Renata Ago, « Universel/particulier : femmes et droits de propriété (Rome, XVIIe siècle) », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 7, Femmes, dots et patrimoines, 1998 ; Anna Bellavitis, Isabelle Chabot (dir.), La justice des familles. Autour de la transmission des biens, des savoirs et des pouvoirs (Europe, Nouveau Monde, XIIe-XIXe siècle), Rome, École Française de Rome, 2011 ; Idem (dir.), Famiglie e poteri in Italia tra Medioevo ed epoca moderna (XIV-XVII secolo), Rome, École française de Rome, 2009 ; Cecilia Cristellon, La carità e l’eros. Il matrimonio, la Chiesa, i suoi giudici nella Venezia del Rinascimento (1420-1545), Bologne, Il Mulino, 2010; Thomas Kuhen, Law, family and Woman: Toward a Legal Anthropology of Renaissance Italy, Chicago, University of Chigago Press, 1991.

9 Cf. la bibliographie du groupe de recherches « Les écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914 » (URL : http://ecritsduforprive.huma-num.fr/) et ceux du Grihl (Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l’Histoire du Littéraire). Cf. également Federica Ambrosini, « ’De mia man propria’. Donne, scritura e prassi testamentaria nella Venezia del Cinquecento », in Non uno itinere. Studi storici offerti dagli allievi a Federico Seneca, Venise, 1993, p. 33-54 ; Élisabeth Arnoul, Jean-Pierre Bardet, François-Joseph Ruggiu, Les écrits du for privé en Europe du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Enquêtes, analyses, publications, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2010 ; Jean-Pierre Bardet, François-Joseph Ruggiu (dir.), Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 2005 ; Jeannine Basso, Le genre épistolaire en langue italienne, 1538-1662, répertoire chronologique et analytique, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, Rome, Bulzoni, 1990, 2 vol. ; Cécile Dauphin, « La correspondance comme objet historique : un travail sur les limites », Société et représentations, 13, 2002, p. 43-50 ; Maria Luisa Doglio, L’arte delle lettere : idea e pratica della scrittura epistolare tra Quattro e Seicento, Bologne, Il Mulino, 2000 ; Laura Guidi (dir.), Scitture femminili e Storia, Naples, Clio Press, 2004 ; Sylvie Mouysset, « De mémoire, d’action et d’amour : les relations hommes/femmes dans les écrits du for privé français au XVIIe siècle », Dix-septième siècle, 2009, 244, p. 393-408 ; Idem, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison : France, XVe-XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007 ; François-Joseph Ruggiu (dir.), Au plus près du secret des cœurs. Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Presses Universitaires de Paris Sorbonne, 2005 ; Anne-Marie Sohn (dir.), La correspondance, un document pour l’histoire, Rouen, Publication de l’Université de Rouen et du Havre, 301, Cahier GRHIS Identité et pratiques sociales, 2001.

10 Cécile Dauphin, « La correspondance comme objet historique… », art. cit., p. 43-50 : 44.

11 L’ensemble documentaire est extrait d’un ouvrage publié par Giovanna Paolin, Lettere familiari della nobildonna veneziana Fiorenza Capello Grimani (1592-1605), Trieste, Quaderni del dipartimento di storia dell’Università di Trieste, 1996. Toutes les références aux sources se feront à partir de cet ouvrage. J’ai, par ailleurs, consulté le dossier d’archives se trouvant aux archives d’État de Venise (AEV). Il s’agit des archives privées Grimani (achetées par la Surintendance des archives 1959-1961), carton 1 « Lettres de familles suivies entre le noble Antonio Grimani fils de feu Zuane, et sa femme la noble Fiorenza Capello de Sieur Silvano, avec d’autres particularités comme celle de mettre dans un monastère leur fille, la noble Chiara », fascicule 2 et 3, B 441. Notaire de Venise, Testaments, notaire Galeazzo Secco, carton 1191, numéro 232. Notaire de Venise, Testaments, notaire Gulio Ziliol, carton 1243, numéro 278. Notaire de Venise, Testaments, notaire Gulio Ziliol, carton 1246, numéro 669. Notaire de Venise, Testaments, notaire Gulio Ziliol, carton 1241, numéro 29. Il semble que le contrat de mariage n’ait pas été conservé, du moins pas dans ce dossier des archives d’État.

12 Cf. Jean-François Chauvard, La circulation des biens à Venise. Stratégie patrimoniales et marché immobilier (1600-1750), Rome, École française de Rome, 2005, p. 279-280.

13 Pour plus de détails concernant la biographie de Fiorenza cf. Giovanna Paolin, Lettere familiari, op. cit.

14 Ces informations sont issues de Roberto Zago, article « Antonio Grimani », Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 59, 2003.

15 Giovanna Paolin, pour qualifier l’écriture de Fiorenza, évoque « la soudure entre dialecte littéraire et vernaculaire », Lettere familiari, op. cit., p. 8.

16 Les références aux lettres ce font de la manière suivante : fond d’archive, référence à l’ouvrage de G. Paolin. Pour cette note : archives d’État de Venise, archives privées Grimani, carton 1 (désormais AEV, Gri., c. 1), p. 42, lettre 13, lignes 1-2. S. d., Fiorenza Capello à Antonio Grimani.

17 Damien Boquet, Piroska Nagy, « Une histoire des émotions incarnées », Médiévales, 61, 2011, p. 5-24 : 14.

18 Cf. par ailleurs sur les liens entre archives et affects Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989.

19 Sylvie Mouysset, « De mémoire, d’action et d’amour... », art. cit. ; Idem, « Souffrir, panser, aimer. Écriture et conscience de soi au féminin (Europe, XVe-XIXe siècle) », Rives méditerranéennes, 44, 2013, p. 17-37.

20 Élisabeth Crouzet-Pavan, Les villes vivantes : Italie XIIIe-XVe siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 293.

21 Anna Bellavitis, Famille, genre, transmission à Venise au XVIe siècle, Rome, École Française de Rome, 2008 ; Idem, Identité, mariage, mobilité sociale. Citoyennes et citoyens à Venise au XVIe siècle, Rome, École Française de Rome, 2001; Stanley Chojnacki, Women and Men in Renaissance Venice, Twelve Essays on Patrician Society, Baltimore, Londres, Johns Hopkins University Press, 2000; Alexander Cowan, Marriage, Manners and Mobility in Early Modern Venice, Aldershot, Ashgate Publishing Limited, 2007; James Grubb, Family Memoirs from Venice, 15th-17th Centuries, Comitato per la pubblicazione delle Fonti relative alla Storia di Venezia, Rome, Viella, 2009; Idem, Provincial families of the Renaissance: private and public life in the Veneto, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1996. Cf. par ailleurs François-Joseph Ruggiu, « Histoire de la parenté ou anthropologie historique de la parenté ? Autour de Kinship in Europei. », Annales de démographie historique, 2010, 119, p. 223-256.

22 Dorit Raines, « Entre rameau et branche. Deux modèles du comportement familial du patriciat vénitien », in Anna Bellavitis, Laura Casella, Dorit Raines (dir.), Construire les liens de famille dans l’Europe moderne, Rouen, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, 2013, p. 125-152 : 151-152.

23 Sylvie Joye, Emmanuelle Santinelli-Foltz, « Le couple : une définition difficile, des réalités multiples », Médiévales, 65, 2013.

24 Scott Joan W., « Le genre : une catégorie d’analyse toujours utile ? », Diogène, 1, 225, 2009, p. 5-14.

25 Sur les liens entre genre et fait social cf. Danielle Chabaud-Rychter, Virginie Descoutures, Anne-Marie Devreux, Eleni Varikas, (dir.), Sous les sciences sociales, le genre. Relectures critiques de Max Weber à Bruno Latour, Paris, La Découverte, 2010.

26 Réfléchir sur l’intime permet d’outrepasser la dichotomie public/privé : cf. Von Moos Peter, « ‘Public’ et ‘privé’ à la fin du Moyen Âge », Studi Medievali, 41, 2, 2000, p. 505-548. Cf. également Patricia Fortini Brown, Private Lives in Renaissance Venice: Art, Architecture and the Family, Londres, New Haden-Londres, 2004; James Grubb, Provincial families of the Renaissance: private and public life in the Veneto, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1996; Dennis Romano, Housecraft and Statecraft: Domestic Service in Renaissance Venice, 1400-1600, Baltimore-Londres, The Johns Hopkins University Press, 1996. Cf. par ailleurs Isabelle Chabot, Jérôme Hayez, Didier Lett, La famille, les femmes et le quotidien, XIVe-XVIIIe siècles. Textes offerts à Christiane Klapisch-Zuber, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006 ; Serge Tisseron, L’intimité surexposée, Paris, Ramsay, 2001.

27 Sur la question du statut, cf. Claudio Povolo, L’intrigo dell’Onore : poteri e istituzioni nella Repubblica di Venezia tra Cinque e Seicento, Vérone, Cierre, 1997. Concernant l’identité cf. Dorit Raines, L’invention du mythe aristocratique. L’image de soi du patriciat vénitien au temps de la Sérénissime, Venise, Istituto Veneto di Scienze Lettere ed Arti, 2006, 2 vol. 

28 Sylvie Schweitzer, Les Femmes ont toujours travaillé, Paris, Odile Jacob, 2002.

29 Pierre Bourdieu, « Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 4-5, 1972, p. 1105-1127 ; Idem, Les structures sociales de l’économie, Paris, Seuil, 2000.

30 Alexander Cowan, Marriage, Manners and Mobility, op. cit., p. 135. Traduit par l’auteur.

31 Cécile Dauphin, Arlette Farge, Séduction et sociétés, op. cit., p. 11. Cf. également Agnès Fine, Christiane Klapisch-Zuber, Didier Lett, « Liens et affects familiaux », art. cit. ; Martines Lauro, « Séduction, espace familial et autorité dans la Renaissance italienne », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2, 1998. p. 255-290.

32 AEV, Gri., c. 1, p. 41, lettre 11, ligne 3. 29 septembre ( ?) 1601, Fiorenza Capello à Antonio Grimani.

33 Ibid., p. 44, lettre 15, lignes 1-2. 28 octobre 1601, Antonio Grimani à Fiorenza Capello. Nous ne savons rien de précis au sujet ce « péché » si ce n’est qu’il concerne des absences.

34 Christian Guimelli, Bénédicte Marfaing, Éric Tafani, « Rôles de l’implication et des émotions dans le traitement et la diffusion d’un message : une approche expérimentale des rumeurs », Les cahiers internationaux de psychologie sociale, 2, 70, 2006, p. 3-19 : 3.

35 Alexander Cowan, « Women, gossip and marriage in early modern Venice », Anna Bellavitis, Nadia Maria Filippini, Tiziana Plebani (dir.), Spazi, poteri, diritti delle donne…, op. cit., p. 73-88.

36 AEV, Gri., c. 1, p. 47, lettre 20, lignes 3-6. 3 juillet (vraisemblablement en 1602), Fiorenza Capello à Antonio Grimani. Concernant l’honneur, Claudio Povolo, L’intrigo dell’Onore…, : op. cit.

37 Cf. Dorit Raines, L’invention du mythe aristocratique…, op. cit.

38 Fabien Lacouture, « Espace urbain et espace domestique : la représentation des femmes dans la peinture vénitienne du XVIe siècle », CLIO. Histoire, femmes et sociétés, 36, 2012, p. 236. L’auteur fait référence à Monica Chojnacka, Working women of early Modern Venice, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2001.

39 AEV, Gri., c. 1, p. 44, lettre 16, lignes 1-3. 14 septembre (vraisemblablement en 1602), Fiorenza Capello à Antonio Grimani.

40 Cf. Giovanna Paolin, Lettere familiari, op. cit., p. 5-6.

41 Ibid., p. 19. Traduit par l’auteur.

42 Agnès Fine, Angela Groppi, « Femmes, dot et patrimoine », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 7 Femmes, dots et patrimoines, 1998, p. 2-8 : 4. Sur l’objet en histoire cf. Renata Ago, Il gusto delle cose. Una storia degli oggetti nelle Roma del Seicento, Rome, Donzelli, 2006; Arjun Appadurai, The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

43 Anna Bellavitis, « Dot et richesse des femmes à Venise au XVIe siècle », CLIO. Histoire, femmes et sociétés, 7, 1998, p. 1-6 : 1.

44 Pascal Chantelat, « La Nouvelle Sociologie Économique et le lien marchand : des relations personnelles à l’impersonnalité des relations », Revue française de sociologie, t. 43, 3, 2002, p. 521-556 : 521. Cf. également la pratique du don et de l’échange : Marcel Mauss, Essais sur le don, Paris, Presses Universitaires de France, 2007 [1924-1925] ; Lucien Faggion, Laure Verdon, Le don et le contre-don. Usages et ambiguïtés d’un paradigme anthropologique aux époques médiévale et moderne, Aix en Provence, Publications de l’Université de Provence, 2010 ; Maurice Godelier, L’énigme du don, Paris, Flammarion, 1996 ; Eliana Magnani (dir.), Don et sciences sociales. Théories et pratiques croisées, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2007 ; Jutta G. Sperling, Convents and the Body Politic in Late Renaissance Venice, Chicago-Londres, University of Chicago Press, 1999 ; Renata Ago, « Le genre de la consommation à l’époque moderne », Anna Bellavitis, Nicole Edelman, Genre, femme, histoire en Europe, Paris, Presses Universitaires de Paris X, 2012, p. 37-50. Cf. également Agnès Martial (dir.), La valeur des liens : hommes, femmes et transactions familiales, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2009.

45 Pour Christophe Pébarthe : « si le projet de lire l’Économique de Xénophon avec Pierre Bourdieu […] s’impose comme le résultat d’une réflexion [il] ne doit pas être compris comme un postulat théorique […] », Christophe Pébarthe, « ‘Oikonomia, entre champ économique, champ politique et champ philosophique en Grèce ancienne’. Méditations bourdieusiennes sur l’Économique de Xénophon », Revue Française de Socio-Économie, 2014, 13, p. 67-84 : 77.

46 Christophe Pébarthe, « ‘Oikonomia, entre champ économique, champ politique et champ philosophique en Grèce ancienne’… », art. cit.

47 Raymond Descat, « Aux origines de l’oikonomia grecque », Pierre Brulé, Jacques Oulhen, Francis Prost (textes réunis par), Économie et Société en Grèce antique (478-88 av. J.-C.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 31-44. Cf. également Dotan Leshem, « Oikonomia in the Age of Empires », History of the Human Sciences, 26, 2013, p. 29-51; Idem, « Oikonomia Redefined », Journal of the History of Economic Thought, 35, 2013, p. 43-61. « L’‘économique’ ou l‘art de gouverner la maison’ se développe en Europe, et en particulier en Italie, aux XVIe et XVIIe siècles, sur les bases de l’‘économique’ d’Aristote (384-322 av. J.-C.) et de Xénophon (430 env.-355 env. av. J.-C), qui a donné, le premier, un tableau complet de l’économie domestique et agricole. », in Teresa Ricci Maria, « Les traités d’‘économique’ en Italie aux XVIe et XVIIe siècles : une forme d’institutio nobilis », Bulletin de l’Association d’étude sur l’humanisme, la réforme et la renaissance, 56, 2003. p. 77-91 : 77. Cf. également Isabelle Luciani, « De l’espace domestique au récit de soi ? Écrits féminins du for privé », CLIO. Histoire, femmes et sociétés, 35, 2012, p. 21-44 ; Gabriela Signori, « ‘Similitude, égalité et réciprocité’ L’économie matrimoniale dans les sociétés urbaines de l’Empire à la fin du Moyen Âge », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 3, 2012, p. 657-678.

48 Giovanna Paolin, Lettere familiari, op. cit. p. 11.

49 AEV, Gri., c. 1, p. 36, lettre 4, ligne 8. 27 septembre 1593, Fiorenza Capello ad Antonio Grimani.

50 Ibid., ligne 5.

51 AEV, Gri., c. 1, p. 42, lettre 13, lignes 10-15. S. d., Fiorenza Capello à Antonio Grimani.

52 Pour les testaments, la référence est d’abord celle du fond puis de l’ouvrage de G. Paolin. AEV, Notaire de Venise, testaments, notaire Galeazzo Secco, carton 1191, numéro 232, p. 77, testament de Fiorenza Capello, 3 mars 1599.

53 Testaments de Fiorenza Capello, 2 novembre 1594, 3 mars 1599, AEV, notaire de Venise, Testaments, notaire Galeazzo Secco, carton 1191, numéro 232 ; 19 février 1605, AEV, notaire Gulio Ziliol, carton 1243, numéro 278.

Testament de Silvano Capello, 15 avril 1610, AEV, notaire de Venise, Testaments, notaire Gulio Ziliol, carton 1246, numéro 669.

Testament d’Antonio Grimani, 21 mars et 23 mai 1624, AEV, notaire de Venise, Testaments, notaire Gulio Ziliol, carton 1241, numéro 29.

54 Le couple a eu dix enfants, cinq garçons et cinq filles : Giovanni (1595-1650) ; Alvise (1596-1656) évêque de Bergame et de Brescia ; Giovambattista (1599-1648) procurateur de San Marco, capitaine général des mers mort dans un naufrage ; Girolamo (1601) mort en bas âge ; Francesco (1602-1663) procurateur de San Marco ; Cecilia, Chiara, Maria, moniale à San Lorenzo, Elisabetta et Fiorenza. Qu’il s’agisse de l’ouvrage de Giovanna Paolin ou des recherches effectuées dans les fonds d’archives de Venise, peu de traces des stratégies successorales nous sont parvenues. Dans ses testaments, Fiorenza évoque, sans donner des noms, plusieurs filles qui seraient − ou devraient − aller au couvent, ainsi que des garçons, là encore sans nom, envoyés chez un patron sans plus de précision.

55 Depuis le Concile de Trente et la réaffirmation de l’importance du placement des jeunes filles dans les monastères, le nombre de places disponibles dans les couvents s’avère vite limité. Jutta G. Sperling parle de « high demand for monachizations » pour le début du XVIIe siècle à Venise. Jutta G. Sperling, Convents and the Body Politic, op. cit., p. 15. Cf. également Joanne M. Ferraro, Marriage Wars in Late Renaissance Venice, Oxford, Oxford University Press, 2001. Concernant les clientélismes à Venise, cf. Lucien Faggion, « Du lien politique au lien social : les élites », Rives méditerranéennes, 32-33, 2009, p. 2-13.

56 AEV, Gri., c. 1, p. 49, lettre 23, lignes 1, 4. 24 février 1603, Alessandro Lia à Antonio Grimani. Déjà, dans une lettre datée du 22 novembre 1600 (AEV, Gri., c. 1, p. 40, lettre 10, lignes 11-13), Camillo Sant’Uliana écrivait à Antonio Grimani que « le monastère n’acceptait pas les filles uniquement pour être éduquées, mais pour une vie monacale. »

57 AEV, Gri., c. 1, p. 56, lettre 35, lignes 1-14. 6 mars 1605, Fiorenza Capello à Laura Sanudo.

58 Sur les liens entre émotions et raisons cf. Antonio Damasio, L’erreur de Descartes, Paris, Odile Jacob, 1995.

59 AEV, Gri., c. 1, p. 62, lettre 41, ligne 5. 1 juin 1605, Fiorenza Capello à Sœur Cristina.

60 AEV, notaire de Venise, Testaments, notaire Galeazzo Secco, carton 1191, numéro 232, p. 78, testament de Fiorenza Capello, 3 mars 1599, lignes 24-26.

61 Maurice Daumas, L’Affaire d’Esclans : les conflits familiaux au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1987.

62 Jutta G. Sperling, Convents and the Body Politic…, op. cit.

63 AEV, Gri., c. 1, p. 60, lettre 37, lignes 1-5. Mars 1605 (copie), Laura Sanudo à Fiorenza Capella. Cette lettre est datée du mois de mars 1605. Il semble donc que la situation évolue par rapport au testament du 3 mars 1599 évoqué supra. Toutefois, ce document est une copie de la main d’Antonio et sans préjuger d’éventuelles modifications de sa part, il faut malgré tout rester prudent.

64 Anne Montenach (dir.), « Agency : un concept opératoire dans les études de genre ? », Rives méditerranéennes, 41, 1, 2012.

65 Cf. notamment Renata Ago, Benedetta Borello (dir.), Famiglie. Circolazione di beni, circuiti di affetti in età moderna, Rome, Viella, 2008. L’ouvrage met en exergue les liens entre la circulation des ressources, la gestion et la transmission des biens dans le cadre familial qui ne procède pas simplement des normes sociales, mais se structure également par les affects et des relations sociales.

66 Sur la pratique testamentaire à Venise à l’époque médiévale et moderne Claire Judde De Larivière, « Procédures, enjeux et fonctions du testament à Venise… », art. cit.

67 Ibid., p. 541 et 543.

68 Isabelle Chabot, « Richesses des femmes et parenté dans l’Italie de la Renaissance », in Isabelle Chabot, Jérôme Hayez, ‎Didier Lett, La famille, les femmes et le quotidien, op. cit., p. 273.

69 Les trois testaments de Fiorenza qui nous sont parvenus sont le fait d’une pratique courante, celui de rédiger un nouveau testament lors notamment des grossesses afin de prévenir un éventuel décès en ayant mis en ordre ses dernières volontés.

70 Par exemple : AEV, notaire de Venise, Testaments, notaire Gulio Ziliol, carton 1241, numéro 29, p. 85, testament d’Antonio Grimani, ligne 24 : « J’ai oublié de me recommander à Madonna Laura Sanudo ma sœur, pour qui en signe d’amour je laisse dix ducats, ayant eu toute sa dot. »

71 Claire Judde De Larivière, « Procédures, enjeux et fonctions du testament à Venise… », art. cit., p. 538, 562.

72 Élisabeth Crouzet-Pavan, « Les faux-semblants d’une histoire des relations affectives : l’exemple italien », in Carlier, Myriam, Tim Soens (éd.), The Household in Late Medieval Cities, Italy and North-Western Europe compared, Louvain-Apeldoorn-Garant, 2001, p. 147-164. Cf. Élisabeth Crouzet-Pavan, Les villes vivantes, op. cit., chap. XVI.

73 Cf. à ce titre Maurice Daumas, La tendresse amoureuse : XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Perrin, 1996. L’auteur signale notamment tout l’intérêt des sources épistolaires pour ces problématiques liées aux rapports affectifs.

74 Anna Bellavitis, André Burguière, Robert Descimon, Christiane Klapish-Zuber, pour ne citer que quelques auteurs. La liste pourrait s’élargir à d’autres historiens, que ce soit en histoire sociale ou non.

75 Barbara H. Rosenwein, « Worrying about Emotions in History », American Historical Review, 107, 2002, p. 821-845 ; Idem, « Histoire de l’émotion : méthodes et approches », Cahiers de civilisation médiévale, 49-193, 2006, p. 33-48. Cf. le hors-série numéro 5 de la revue Bucema, De Cluny à Auxerre, par la voie des « émotions ». Un parcours d’historienne du Moyen Âge : Barbara H. Rosenwein, 2013. Barbara H. Rosenwein, Generations of Feeling : A History of Emotions, 600-1700, Cambridge, Cambridge University Press, à paraître. De plus, Susan J. Matt, Peter N. Stearns (éd.), Doing Emotions History, Champaign, University of Illinois Press, 2014; Jan Plamper, The History of Emotions. An Introduction, Oxford, Oxford University Press, 2015.

76 Damien Boquet, L’Ordre de l’affect au Moyen Âge. Autour de l’anthropologie affective d’Aelred de Rievaulx, Caen, Publications du CRAHM, 2005. Pour une historiographie complète du lien entre histoire et psychologie Damien Boquet, Piroska Nagy (dir), Le sujet des émotions au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, 2008 ; Idem, Politiques des émotions au Moyen Âge, Florence, SISMEL éditions du Galluzzo, 2010. Pour l’époque moderne, Renata Ago, Benedetta Borello (dir.), Famiglie. Circolazione di beni, circuiti di affetti in età moderna, Roma Viella, 2008 ; Lucie Desjardins, Daniel Dumouchel, Penser les passions à l’âge classique, Paris, Hermann, 2012 ; Tiziana Plebani, Un secolo di sentimenti. Amori e conflitti generazionali nella Venezia del Settecento, Venise, Istituto Veneto di Scienze Lettere ed Arti, 2012 ; le carnet de recherche « Sentiment et modernité », http://sentiment.hypotheses.org/.

77 Aurélien Liarte, « Manipuler l’affectivité ? Des affects à l’imaginaire politique », Noesis, 16, 2010 ; Jean Robelin, « La dimension sociale de l’affectivité », Noesis, 16, 2010. Cf. également Frédéric Lordon, La Société des affects. Pour un structuralisme des passions, Paris, Seuil, 2013.

78 La division entre émotion et sentiment n’est pas celle des siècles de l’époque moderne mais une commodité d’analyse à défaut d’avoir établi un lexique des affects spécifique.

79 Jacques Cosnier, Psychologie des émotions et des sentiments, Paris, Retz, 1994.

80 Ibid., p. 152.

81 Damien Boquet, Piroska Nagy, « Une histoire des émotions incarnées », op. cit., p. 7.

82 Ibid., p. 8.

83 Le caractère décousu du corpus invite à rester prudent quant à l’interprétation des relations entre Fiorenza et Antonio. Aussi est-il difficile d’établir une évolution quant aux rapports qu’ils entretiennent.

84 Vincent Crapanzano, « Réflexions sur une anthropologie des émotions », Terrain, 22, 1994, p. 109-117 : 112.

85 AEV, Gri., c. 1, p. 41, lettre 11, lignes 21-24. 29 septembre (?) 1601, Fiorenza Capello à Antonio Grimani, soit neuf ans après leur mariage.

86 Il faut toutefois rappeler que nous n’avons conservé que deux lettres de sa part adressées à Fiorenza.

87 AEV, Gri., c. 1, p. 35, lettre 1, ligne 1. 14 octobre 1592, Fiorenza Capella à Antonio Grimani.

88 Ibid, lignes 14-15.

89 AEV, Gri., c. 1, p. 41, lettre 11, lignes 18-19. 29 septembre (?) 1601, Fiorenza Capello à Antonio Grimani.

90 AEV, Gri., c. 1, p. 37, lettre 5, lignes 1, 13. 11 septembre 1594, Fiorenza Capello à Antonio Grimani.

91 Moderata Fonte, Le mérite des femmes, Traduction, annotation et postface de Frédérique Verrier, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 2002, p. 73.

92 Ibid., p. 213.

93 AEV, Gri., c. 1, p. 41, lettre 11, ligne 3. 29 septembre ( ?) 1601, Fiorenza Capello à Antonio Grimani.

94 C’est dans cette même lettre que Fiorenza évoque l’amour que mérite Antonio.

95 AEV, Gri., c. 1, p. 39, lettre 8, lignes 1-4. 18 octobre 1596, Antonio Grimani à Fiorenza Capello.

96 Selon Isabelle Luciani le récit de soi peut se définir comme « […] l’ensemble des configurations narratives de l’expérience personnelle qui contribuent à la construction de l’individu, que ces configurations ressortent d’un récit explicite ou de toute narration latente par laquelle un individu projette dans ses pratiques sociales une représentation de lui-même, de son histoire et de ses valeurs », cf. Isabelle Luciani, « Écrits féminins du for privé », CLIO. Histoire, femmes et sociétés, 35, 2012, p. 21-44 : 22. Cf. également Sylvie Mouysset, « Souffrir, panser, aimer… », art. cit. ; Jean-Pierre Bardet, Sylvie Mouysset, François-Joseph Ruggiu (dir.), Car c’est moy que je peins. Écritures de soi, individu et liens sociaux (Europe, XVe-XXe siècle), Toulouse, Framespa, 2010.

97 À propos de l’attente et de la sensibilité au temps et à l’espace cf. Marie Carcassonne, « De la dimension temporelle des affects vécus à celle des affects racontés : quelles médiations ? », in Régine Delamotte-Legrand (dir.), Les médiations langagières, vol. 1, Des faits de langue aux discours, Actes du colloque international La médiation : marquages en langue et en discours, Mont Saint Aignan, Publications de l’Université de Rouen et du Havre, 2004, p. 403-411.

98 AEV, Gri., c. 1, p. 47, lettre 20, lignes 3-6. 3 juillet (vraisemblablement en 1602), Fiorenza Capello à Antonio Grimani.

99 La résidence familiale se trouve à environ 40 kilomètres de Venise, à Moelo.

100 AEV, Gri., c. 1, p. 47, lettre 20, ligne 2. 3 juillet (vraisemblablement en 1602), Fiorenza Capello à Antonio Grimani.

101 AEV, Gri., c. 1, p. 35, lettre 1, lignes 7-8. 14 octobre 1592, Fiorenza Capella à Antonio Grimani.

102 Ibid., lignes 1-2.

103 Aucune lettre ne fait référence à l’espace séparant les deux époux ni au temps écoulé depuis le départ d’Antonio.

104 AEV, Gri., c. 1, p. 44, lettre 15, lignes 3-4, 10-11. 6 août 1607, Silvano Capello à frère Rafaello.

105 AEV, Gri., c. 1, p. 40, lettre 11, lignes 4-6. 29 septembre (?) 1601, Fiorenza Capello à Antonio Grimani.

106 AEV, Gri., c. 1, p. 43, lettre 14, lignes 2-4. S. d., Fiorenza Capello à Antonio Grimani.

107 Moderata Fonte, Le mérite des femmes, op. cit., p. 62.

108 Joanne M. Ferraro, Family and Public Life in Brescia, 1580-1650. The Fondations of Power in the Venetian State, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 160. Traduit par l’auteur.

109 Cf. Anna Bellavitis, Nadia Maria Filippini, Tiziana Plebani (dir.), Spazi, poteri, diritti delle donne a Venezia…, op. cit. À propos des affects et de leurs liens avec les rapports de pouvoir : Barbara H. Rosenwein, « Histoire de l’émotion… », art . cit.

110 Sophie Wahnich, « Archives, objet empirique et intuition. Du rapport passé/présent de l’historien », in Myriam Bachir (dir.), Les méthodes au concret. Démarches, formes de l’expérience et terrains d’investigation en science politique, Paris, Presses Universitaires de France, 2000, p. 211-228.

111 En effet, si l’attention est portée au couple, la dimension parentale invite à prendre en compte les relations avec les frères, les sœurs, les cousins, les grands-parents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Facchini, « Société, oikonomia et affects : correspondance et vie conjugale à Venise (fin XVIe-début XVIIe siècle) », Genre & Histoire [En ligne], 17 | Printemps 2016, mis en ligne le 06 juin 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2487

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page