Navigation – Plan du site
Genre et classes populaires, in situ

L’engagement des femmes entre émancipations et dominations. Le cas de radio Lorraine Cœur d’Acier, Longwy, 1979-1980

Ingrid Hayes

Résumés

En 1979-1980, dans le prolongement des mobilisations pour la défense de la sidérurgie, Lorraine Cœur d’Acier (LCA), une radio syndicale mise en place à Longwy, en Lorraine, permet une expérience militante singulière au sein de laquelle des femmes s’expriment et se politisent, dans un milieu professionnel et militant très masculin. La place des femmes à LCA est soumise à des dynamiques contradictoires. En effet, les mécanismes d’assignation de genre fonctionnent à plein, mais les femmes sont parfois en mesure d’y résister, voire de déstabiliser les animateurs en charge de la radio. L’expérience qu’elles font est différenciée, notamment en raison de leur appartenance sociale et de leur passé militant. Ainsi, une partie de ces femmes sont des militantes de la sphère cégéto-communistes, d’autres ont en commun un capital culturel relativement élevé et une expérience militante souvent inscrite dans la lignée de Mai 68. Un troisième ensemble regroupe des femmes de sidérurgistes qui font à la radio leur première expérience militante. Ces dernières sont moins en mesure de résister aux assignations de genre, mais c’est pour elles que l’aventure est la plus déstabilisante, produisant une politisation par le lieu, à distance de la politique instituée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claude Durand, Chômage et violence : Longwy en lutte, Paris, Galilée, 1981 ; Ingrid Hayes, « Le der (...)
  • 2 Michel Verret, Chevilles ouvrières, Paris, L’Atelier, « Mouvement social », 1995 ; Xavier Vigna, L’ (...)

1En décembre 1978, les annonces concernant le démantèlement de la sidérurgie provoquent de puissantes mobilisations dans le Nord et en Lorraine1. C’est notamment le cas dans le bassin de Longwy, en Meurthe-et-Moselle. On est à l’aube d’un basculement : la lutte des sidérurgistes subit une défaite en juillet 1979, confirmée en 1984. Cette défaite en vint à symboliser l’entrée en désindustrialisation, et l’entrée en crise du mouvement ouvrier, atteint dans un de ses bastions2. Au cœur d’une mobilisation de salarié.es d’une branche très masculine, le paradoxe tient au fait que sa dimension radiophonique permette l’expression et la mise en mouvement de femmes.

  • 3 Thierry Lefebvre, La Bataille des radios libres, 1977-1981, Paris, Nouveau Monde éditions, 2008.
  • 4 Guy Groux, René Mouriaux, La CGT, crise et alternatives, Paris, Ed. Economica, 1992 ; René Mouriaux (...)
  • 5 Il y en eut ensuite une quarantaine d’autres, la plupart constituant des expériences de très courte (...)
  • 6 Pour une analyse détaillée, voir Ingrid Hayes, Lorraine Cœur d’Acier, Longwy, 1979-1980. Les voix d (...)

2En effet, en mars 1979, en appui à la mobilisation alors en cours et dans le sillage du « mouvement des radios libres3 », au lendemain d’un 40e congrès dit « d’ouverture4 », la CGT lance sa première « radio de lutte5 », Lorraine Cœur d’Acier (LCA), mise en place pour renforcer et populariser le mouvement de défense de la sidérurgie mais aussi pour tester ses capacités d’implantation parmi la population, alors que le rapport de forces dans l’usine ne permet pas de l’emporter. La CGT est alors en transition, entre le congrès et la crise interne qui prend de l’ampleur dans les mois qui suivent, effet différé de celle que traverse le PCF depuis 1977 et la fin du « Programme commun de gouvernement ». Sous sa forme première, LCA émet du mois de mars 1979 au mois de juin 1980, animée par des syndicalistes cégétistes ainsi que des journalistes professionnels venus de Paris, au premier rang desquels se trouve Marcel Trillat6. Elle aurait pu se limiter à une identité de radio syndicale, à peu près dépourvue de dimension féminine dans le contexte local (industriel et syndical) qui préside à son lancement, mais la présence de journalistes professionnels, l’ancrage local, les difficultés de la mobilisation en usine, et le prolongement de LCA très au-delà de la défaite sociale se combinent pour modifier la donne initiale.

  • 7 Sandra Fayolle, L’Union des Femmes Françaises : une organisation féminine de masse du parti communi (...)
  • 8 Geneviève Dermenjian, dir., Femmes, familles et action ouvrière. Pratiques et responsabilités fémin (...)
  • 9 Magali Della Sudda, La Citoyenneté avant le vote, Paris, Belin, 2011 et « La politique malgré elles (...)
  • 10 Margaret Maruani, Les Syndicats à l’épreuve du féminisme, Paris, Syros, 1979 ; Michelle Zancarini-F (...)
  • 11 Anni Borzeix, Margaret Maruani, Le temps des chemises – La grève qu’elles gardent au cœur, Paris, S (...)

3Les femmes occupent en effet une place importante dans l’expérience, au cœur d’un bassin sidérurgique où le prolétariat industriel et sa représentation syndicale sont très majoritairement masculins, ce qui entraîne des formes d’engagement et de politisation spécifiques. La place des femmes est cependant soumise à des dynamiques contradictoires : à la radio, l’émergence de l’intime est à la fois rare, valorisée et identifiée aux femmes. Elle a nourri le mythe (en partie fondé) d’une radio ayant notamment permis la libération de la parole féminine. La part des débats consacrés à la « condition des femmes » diminue toutefois au fil des semaines et les rapports de domination entre hommes et femmes s’exercent aussi au sein du studio. Des recherches ont déjà souligné le paradoxe d’organisations qui, à l’exemple de l’Union des femmes françaises (UFF, organisation « de masse » issue du PCF), côté communiste7, ou de l’Action catholique ouvrière (ACO), côté chrétien8, favorisent l’entrée en militantisme de femmes, et donc leur autonomisation, sur la base d’un discours antiféministe et de préoccupations propres à conforter les modes traditionnels d’assignation à leur sexe et à la sphère privée9. Ces deux cultures, communiste et chrétienne, imprègnent profondément le bassin de Longwy. Diverses études ont également montré comment les syndicats réagissent au féminisme10. D’autres analysent la diffusion de préoccupations et de pratiques féministes au cœur de mobilisations en usine dont les actrices se situent explicitement à distance du féminisme, pour des raisons d’identité syndicale et sociale11. LCA participe de ce paradoxe dans sa manière d’assurer la visibilité des militantes qui ont suivi ce parcours, dans le même temps où elle suscite une pratique militante inédite.

4Il y a ici une unité de lieu redoublée, Longwy (alors que la CGT aurait voulu une radio de portée régionale), et le studio lui-même, installé dans l’ancien hôtel de ville. La radio ne s’appuie pas sur une pratique du reportage, qui lui aurait assuré un ancrage dans les lieux de travail et les quartiers. Elle n’est pas un lieu de convergence et d’expression des mobilisations en cours en dehors du bassin de Longwy. Elle existe strictement dans le cadre du studio, de la sociabilité qui s’y crée, et du rapport créé avec les auditrices et auditeurs. Cette unité s’articule évidemment aux spécificités du contexte local et des circonstances qui produisent la mobilisation, mais elle est à l’origine de dynamiques singulières. En quoi le lieu peut-il expliquer la place prise par les femmes ? En quoi détermine-t-il leur expérience ?

5Cet article tente d’abord d’identifier les actrices et acteurs de l’aventure radiophonique, notamment du point de vue de la place des femmes, différente de celle dont elles disposent dans le milieu militant et syndical local. Il s’agit ensuite d’analyser les modalités d’intervention des femmes à LCA. Pour cela, nous distinguerons la place accordée aux femmes et aux questions censées les concerner et celle que les femmes conquièrent dans la dynamique produite par le lieu et l’expérience, entre dominations, résistance et différenciations.

  • 12 AD SSD.
  • 13 Environ 20 % des sources n’ont pas été transférés. La moitié des CD résultant du transfert ont été (...)
  • 14 « Archives orales, une autre histoire ? », Annales E.S.C., jan-fév. 1980, p 124. L’un des aspects c (...)
  • 15 Cécile Méadel, Histoire de la radio des années trente : du sans-filiste à l’auditeur, Paris, Anthro (...)
  • 16 Cette grille inclut, au-delà des éléments habituels tels la date, l’identité des intervenant.es ou (...)

6Soulignons d’emblée que pour les chercheuses et chercheurs, la richesse de cette expérience tient au fait qu’une partie notable des émissions ont été enregistrées et conservées, et que grâce à l’usage du direct permanent, du téléphone branché dans le studio et au volontarisme des journalistes en la matière, on entend bien davantage que l’expression des syndicalistes. L’espace immatériel produit par la radio constitue donc un champ de contact et de rencontre entre diverses catégories d’actrices et d’acteurs, qui s’offre à l’analyse. À la différence des autres radios libres, LCA a eu le souci de ses archives, à la demande de la CGT confédérale. Les émissions sont donc enregistrées sur des cassettes et envoyées à Paris, avant que les relations se dégradent avec le Secteur « propagande » de la CGT et que les émissions soient conservées localement comme autant de trésors de guerre. Déposées aux archives départementales de Seine-Saint-Denis12 au début des années 2000, les enregistrements transmis ont été partiellement transférés sur support CD pour éviter leur disparition, et inventoriés13. En matière d’analyse de sources radiophoniques, la méthodologie en est encore au stade de l’expérimentation. Une part de la réflexion est commune avec les « historiens oraux », et renvoie aux débats des années 1970 et 198014. La spécificité radiophonique a cependant été peu étudiée, la radio ayant été davantage envisagée en tant qu’objet, et très rarement par le biais du contenu15. Un double échantillonnage des émissions disponibles a permis une étude approfondie, l’un étant fondé sur l’intérêt présumé des émissions, en fonction des thèmes signalés dans l’inventaire, l’autre étant représentatif et permettant une approche statistique (types d’émissions, thèmes abordés, intervenant-e-s…), puisque constitué par la sélection d’enregistrements correspondant à des journées complètes, une semaine le lundi, la suivante le mardi et ainsi de suite. La confrontation avec la matière sonore des émissions s’est effectuée au moyen d’une grille d’analyse constituée progressivement, dans le double objectif d’analyser ce qui est dit et comment16.

Au cœur d’un milieu militant bien rôdé, l’émergence des néomilitantes

7LCA mobilise largement dans le bassin de Longwy. Il n’est pas toujours aisé d’identifier les participant.es, puisqu’une partie d’entre elles et eux se contentent d’être présent.es dans le hall de l’ancien hôtel de ville, devant le studio, sans intervenir, ou effectuent des tâches souvent inaudibles. Mais dès lors que les personnes s’expriment ou sont désignées par d’autres, la voix et/ou le prénom permettent de distinguer les hommes des femmes.

  • 17 Le monde associatif demeure encore aujourd’hui majoritairement masculin, mais dans des proportions (...)
  • 18 Madeleine Rebérioux

8On peut d’abord distinguer les actrices et acteurs par le biais des fonctions occupées à la radio, en identifiant trois catégories, celle des animatrices et animateurs de la radio, celle des responsables syndicaux, politiques et associatifs et celle des intervenant.es qui ne disposent pas d’un mandat particulier, et s’expriment donc en tant qu’individus. Les femmes sont minoritaires dans les trois groupes, mais de manière différenciée. Le groupe des animatrices et animateurs compte à la fois les journalistes professionnels rémunérés pour cette tâche et les syndicalistes très impliqué.es, qu’ils disposent ou non de responsabilités officielles en ce domaine. Certain.es animent directement les émissions, d’autres se chargent essentiellement de la technique. Dans un premier temps, c’est uniquement dans cette dernière catégorie qu’on trouve des femmes, en nombre réduit. Les femmes sont également très minoritaires au sein des responsables syndicaux, politiques et associatifs. On trouve sept représentantes syndicales identifiées, sur un total de 52 et six représentantes politiques ou élues sur 44. Sans surprise, l’expression du monde associatif est moins masculine, puisque sur 11 associations identifiées, six sont animées ou co-animées par des femmes17. Parmi celles et ceux qui interviennent sans mandat, les notes prises sur les émissions mentionnent 588 individus dont on peut préciser le sexe, avec une légère surreprésentation des hommes, puisqu’on en compte 332 contre 256 femmes. Des trois, c’est le groupe d’intervenant.es dont la composition se rapproche le plus de la parité. En son sein, on trouve cependant les professionnel.les des médias et de la culture, parmi lesquels figurent très peu de femmes : deux journalistes étrangères, une accordéoniste locale, deux animatrices de radios libres et une historienne18, soit six sur un total de 40 professionnel.les identifié.es. De manière générale, parmi celles et ceux qui interviennent sans mandat, la grande majorité le fait ponctuellement et à titre individuel.

  • 19 On en retrouve certaines dans Jeanine Olmi, Oser la parité syndicale. La CGT à l’épreuve des collec (...)
  • 20 Geneviève Dermenjian et Dominique Loiseau soulignent que les femmes communistes prennent, « dans le (...)

9En croisant les données sociologiques avec les fonctions exercées, trois ensembles d’intervenantes féminines se détachent. Le premier comprend des militantes très investies dans la radio, quoique pour des durées variables, et surtout au début de l’aventure. Issues des classes populaires, elles appartiennent à la famille cégéto-communiste, membres de la CGT, du PCF et/ou de l’UFF. Pour la plupart, elles sont ouvrières dans le textile, plus rarement à Usinor, ou caissières de supermarché. Elles exercent des responsabilités à l’UFF et/ou dans d’autres associations de la mouvance communiste, syndicales, dans leur entreprise et/ou à l’Union locale CGT19. Si leur appartenance au PCF est évidente, l’écoute des émissions ne dit rien des fonctions qu’elles y occupent20. Elles n’ont pas de responsabilités techniques à la radio (si ce n’est la garde dans les premières semaines) et interviennent systématiquement pour rendre compte de mobilisations ou lors de débats spécifiques. Leurs propos témoignent de l’imprégnation idéologique du PCF et, secondairement, du syndicalisme chrétien.

  • 21 Tout en remettant en cause, parmi d’autres clichés, l’idée qu’il n’y aurait qu’une « génération 68  (...)

10Un second groupe est constitué de femmes en général assez éloignées de cette famille idéologique, ou du moins sans lien direct avec elle, et qui, à défaut de trajectoire sociale commune, disposent d’un capital culturel relativement élevé et d’une expérience militante souvent inscrite dans la lignée de Mai 6821. Il s’agit pour l’essentiel d’enseignantes et d’étudiantes, auxquelles se joint une commerçante autodidacte, Jocelyne Casavecchia. Elles sont plus investies à la radio, pôle important, alors, de leur vie sociale. Elles y exercent des fonctions techniques et s’expriment facilement à l’occasion des discussions improvisées à l’antenne. Le fait qu’elles exercent des fonctions techniques, à savoir la gestion du son à l’antenne, renvoie à la fois à un partage des tâches qui les met en retrait du point de vue des fonctions plus nobles (ici essentiellement l’animation), mais aussi à leur capacité à s’approprier des fonctions habituellement masculines. Il s’agit donc en quelque sorte d’un espace conquis dans un champ de subordination normalement plutôt réservés aux hommes invisibles (à la technique car mal à l’aise avec l’expression orale ou l’exercice de responsabilités politiques par exemple). C’est parmi elles que l’on perçoit les échos les plus directs du mouvement féministe auquel plusieurs s’identifient (certaines citent les « groupes femmes » et le sexisme existant dans les organisations politiques, d’autres refusent les tâches considérées comme naturellement féminines).

  • 22 Les animateurs établissent une liste de ces tâches lors d’une discussion partie au départ du souci (...)

11Le troisième groupe rassemble les femmes qui, ni militantes ni salariées, acquièrent là leur première expérience collective et militante. Néomilitantes, ce sont souvent des compagnes de sidérurgistes qui, au sortir d’une période de « réclusion » au foyer pour cause de soins aux enfants, peuvent désormais consacrer une partie de leur temps libre à la radio. Beaucoup ne s’expriment sans doute pas, frappées d’une double illégitimité féminine et sociale aggravée par leur extériorité au monde du travail. Elles assurent à la radio des tâches d’intendance22. Si elles prennent peu à peu la parole, c’est de préférence au téléphone. Certaines parviennent néanmoins à intégrer l’équipe d’animation, sans assumer la responsabilité d’une émission particulière.

12Le terme de groupe n’est pas utilisé ici au sens d’un choix d’appartenance volontaire et conscient, mais dans celui d’une réalité collective de fait, fondée sur une expérience commune et une relative solidarité de position. Ces dernières sont préalables à l’aventure radiophonique et se réactualisent à travers les formes et le degré d’engagement à la radio.

13Ainsi, la catégorie des néomilitantes est la seule qui n’ait pas d’équivalent du côté des hommes. Le constat souligne combien la radio est à l’origine d’un engagement féminin inédit, aspect majeur de l’expérience. Il y a là un phénomène qu’il importe d’approfondir, en interrogeant les modalités d’investissement et d’intervention des femmes.

La place faite aux femmes dans le studio : discours et pratiques

14Il est aisé d’identifier à la radio de puissants processus d’assignation de genre.

  • 23 Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, Marseille, Ed. Agone (...)
  • 24 Dans ce pays de « communisme syndical », selon l’expression de Serge Bonnet (La ligne rouge des hau (...)

15Comme l’a montré Beverley Skeggs à propos des femmes des classes populaires dans le Royaume Uni des années 1980, si le travail salarié des femmes et surtout des mères s’est largement diffusé à partir des années 1960 et transforme la condition des femmes dans les mondes populaires en les faisant sortir du foyer, la nature des emplois (dans le secteur du « care ») et des formations qui y mènent (imprégnées de familialisme) les y ramène23. La même logique s’applique à l’antenne, où la question de la prise en charge des tâches domestiques et éducatives est uniquement abordée par des femmes, dans le cadre d’émissions spécifiques animées par des militantes de la sphère cégéto-communiste24. Ces dernières, poussées à la fois par les rapports sociaux dominants et leur traduction spécifique dans les traditions du parti communiste et du catholicisme social, légitiment ainsi leur propre position et circonscrivent leurs aspirations et revendications à la sphère familiale et maternelle. Par-là, elles excluent les femmes qui ne sont pas mères de famille, et semblent ignorer les dominations qui s’exercent en dehors de l’espace domestique. S’agissant du partage des tâches domestiques, question récurrente chez les militantes qui peinent à concilier toutes leurs responsabilités, deux attitudes s’affirment. La première valorise la minorité d’hommes qui l’acceptent et insiste simultanément sur la difficulté du combat mené dans cette direction. La seconde tend plutôt à atténuer les comportements d’époux moins engagés dans les tâches domestiques. Pierrot, réparateur en électroménager et pilier de LCA, confirme pourtant l’existence du problème : « J’ai trois femmes à la maison, je suis le coq en pâte, je sais même pas où sont les cuillers. » Sa femme, Nicole, réagit comme si cet aveu la mettait en cause : « Il met la main à la pâte quand il faut. » Si des militantes se prémunissent contre les éventuelles critiques qui leur reprocheraient de ne pas avoir su imposer une relative égalité dans leur couple, beaucoup font leur la norme sociale qui les astreint aux tâches ménagères.

  • 25 CD n° 4AV/689, 4/4/79, archives de LCA, AD SSD
  • 26 CD n° 4AV/668, 27/3/79, archives de LCA, AD SSD
  • 27 Dermenjian, dir., Femmes, familles et action ouvrière., art. cit., p. 247.

16La valorisation militante de l’entrée des femmes dans le monde du travail ne bute pas seulement sur les traditions, mais aussi sur la manière dont des militantes mettent elles-mêmes en avant leur rôle dans la sphère familiale. Lors d’un débat portant sur les femmes et le travail25, des ouvrières d’une entreprise textile de Longwy insistent sur le rôle de l’activité professionnelle pour rompre l’isolement consécutif au confinement des femmes au foyer. Certaines intervenantes assument toutefois, par conviction, imprégnation ou fatalisme, la vision traditionnelle de la répartition des tâches qui les empêche de considérer le travail comme une option raisonnable, tandis que les militantes de l’UFF développent un point de vue nuancé tendant à favoriser le travail des femmes tout en leur permettant de choisir26. On pense aux études menées sous l’impulsion de Geneviève Dermenjian à propos du mouvement familial dans les années 1950, qui montrent des femmes des classes populaires tentant de concilier la solidité de leur foyer et leur solidarité avec la classe ouvrière, constituant une « génération » qui consacre sa vie à « la réalisation d’un idéal biface, associant la famille et la classe ouvrière27 ».

  • 28 CD n° 4AV/699, 7/4/79, archives de LCA, AD SSD

17Les hommes participent aux processus d’assignation de genre. Nombre de remarques brèves, étrangères à tout discours politique construit sur le sujet, dénotent la persistance de telles conceptions, par exemple à l’heure du repas : « Mesdames, il est 11h, n’oubliez pas de préparer le repas pour le mari28 ». Le constat vaut pour ce qui touche au corps et à la beauté. Le concours de « miss Espoir » organisé début 1979 par la commission jeunes CGT suscite une polémique significative. Ainsi, un auditeur tente de défendre la commission en expliquant qu’il était attendu des jeunes filles qu’elles écrivent des poèmes et des chansons sur la sidérurgie, critère qui, selon lui, départagerait les candidates. Il lui est répondu qu’en ce cas, le concours n’avait aucune raison de n’être pas mixte, et que le terme de « miss » est fortement connoté. L’échange se poursuit :

L’auditeur : Ah oui, d’accord, peut-être, mais enfin je pense que les jeunes n’ont pas dû, je ne sais pas moi, je ne sais pas comment vous dire, ils n’ont pas pensé à ça.
Marcel Trillat (journaliste) : Justement c’est ça le problème.
L’auditeur
 : Je reconnais que ça choque peut-être le mot « miss » mais enfin il faut quand même les excuser, c’est des jeunes, et puis c’était pas leur position à eux que les femmes soient un objet quelconque, j’espère que vous comprenez ce que je veux dire.

18D’autres propos traduisent davantage l’invisibilisation, voire la négation, des dominations subies que l’assignation genrée. C’est flagrant dans le cas du viol commis dans le local de la CFDT de Longwy en février 1980 et qu’évoque la revue de presse :

Marcel Trillat : C’est deux pauvres gosses, complètement paumés, rendus inconscients par le chômage, par le manque de perspectives, par le manque d’avenir. Alors voilà, ben nous on a envie de manifester notre amitié à leurs familles, à leurs copains, c’est bien triste et ça va leur coûter très cher, malheureusement.
Jacques Dupont (journaliste)
 : Et puis euh, bien évidemment…
Marcel Trillat : et aussi notre grande sympathie aux deux Danoises qui sont elles aussi, alors elles les premières victimes parce que la folie subite de ces jeunes, pas subite d’ailleurs, elle a été le résultat de tout un processus, c’est ces deux filles qui l’ont payée.

  • 29 Sur ce sujet voir notamment Marie-Victoire Louis, Le droit de cuissage. France, 1860 - 1930, Paris, (...)

19La souffrance des femmes est fortement minimisée au regard de l’attention que les animateurs portent à celle des violeurs29.

  • 30 CD n° 4AV/668, 27/3/79, archives de LCA, AD SSD.
  • 31 CD n° 4AV/991, 19/7/79, archives de LCA, AD SSD.

20Ces phénomènes s’adossent à des conceptions idéologiques éloignées du féminisme, qu’il s’agisse de celles véhiculées au sein du monde communiste ou des conceptions chrétiennes. Lors d’une discussion sur la « condition des femmes », la principale représentante de l’UFF, également membre du Parti communiste30, dit de son organisation qu’elle s’est constituée « pour militer sur des choses que les femmes ont en commun» En effet, « on est aux côtés de nos maris, mais on se bat aussi pour nous. La femme a droit à son identité personnelle, on est quand même des êtres propres, bon ben, le côté robot, le côté « sois belle et tais toi », « je crois que c’est largement périmé. » L’argumentaire indique que les femmes s’affirment bien ici comme individus indépendamment de leurs maris, mais il est peu radical, et fondé sur l’étanchéité sexuée des domaines revendicatifs. Elle ajoute : « Je ne suis pas ce qu’on appelle une féministe. Tu vois bien ce que je veux dire, on n’est pas le MLF, on est pour la femme mais aussi pour la famille et pour les enfants31. » 

  • 32 Gallot, Meuret-Campfort, art. cit.

21La mise à distance est radicale. Les féministes, derrière l’image du MLF, peuvent constituer un danger pour la famille et les enfants en ce qu’elles contestent, avec l’ordre des choses, l’identité qui leur est associée. Ce rejet de l’appellation peut également s’appuyer sur la volonté de rester identifiées à la classe ouvrière, alors que le féminisme est assimilé aux femmes bourgeoises qui peuvent à loisir critiquer la famille puisqu’elles n’en ont pas besoin32.

22D’autres interventions minimisent la part d’antagonisme dans les rapports hommes/femmes au sein des familles ou des organisations. La libération des femmes n’est pas un objectif en tant que tel mais une conséquence de la transformation socialiste de la société. Christine, enseignante et militante du PCF, déclare lors d’une émission sur la condition des femmes :

  • 33 CD n° 4AV/737, 14/4/79, archives de LCA, AD SSD.

« Je ne crois pas que ce soit par groupes de femmes qu’on changera, je pense que la lutte doit se faire hommes et femmes parce que c’est pas la femme seule qui est touchée, c’est la famille et pour moi la libération de la femme passera d’abord par la libération de la société, et ça c’est pas les femmes seules qui y arriveront, parce que quelle est la situation : la femme est doublement exploitée mais quel est le responsable ? Le capitalisme, rien que le capitalisme. »33

  • 34 CD n° 4AV/1052, 14/6/79, archives de LCA, AD SSD.

23Ce discours est également celui des hommes, qui critiquent le féminisme lorsque, exceptionnellement, ils participent à un débat sur le sujet. Lors d’un échange à propos de la compatibilité des tâches ménagères et du militantisme34, un syndicaliste sidérurgiste (SID), par ailleurs animateur de la radio, discute avec une militante de la sphère cégéto-communiste (MIL) :

SID : LCA a souvent appelé à ce que les femmes aillent devant l’usine, il y en a eu un peu, une vingtaine, c’est déjà pas mal. Alors peut-être qu’il ne faut pas condamner toutes les femmes parce que c’est déjà un grand pas.
MIL
 : Je ne condamne pas les femmes, je condamne les hommes qui retiennent leurs femmes.
SID
 : Je ne crois pas que c’étaient les hommes, peut-être dans certains cas, c’est vrai qu’il y a toujours des exceptions, mais je ne crois pas que…

24Le syndicaliste s’emploie à renvoyer sur les femmes la responsabilité de leur capacité à se mobiliser ou non et exonère les hommes de leur responsabilité en la matière.

  • 35 Le féminisme est régulièrement accusé d’être à l’origine d’un « chaos sexuel ». Bard, Christine dir (...)

25Une autre fois, un journaliste se livre à la critique, classique, érigeant la négation de la différence en facteur de désordre35 : « Il faut faire attention à ce qu’on dit, à ce qu’on fait avec les femmes maintenant, on peut plus dire à une femme qu’elle est jolie. […] Qu’est-ce que ça change au niveau de la sexualité ? […] Les hommes vont avoir peur des femmes. […] Faut-il une inversion complète des rapports ? »

26Accusées de nier des différences physiologiques, les féministes sont regardées comme adversaires des rapports de séduction traditionnels aux sources d’une sexualité qui ne l’est pas moins. De même entretiennent-elles une opposition des sexes au risque de desservir leur cause par des comportements provocateurs et exagérés.

  • 36 Maruani, Les syndicats à l’épreuve …, op. cit. ; Guilbert, Les femmes et l’organisation syndicale a (...)
  • 37 Voir notamment Christine Bard, « La promotion féminine en débat », Cahier du GRMF , n° 6, p. 234-23 (...)

27On perçoit ici les effets cumulés et imbriqués de la tradition, des ambiguïtés de cette large fraction du mouvement ouvrier longtemps rétif à l’entrée des femmes sur le marché du travail36 et de la valorisation de leur rôle dans la famille37.

  • 38 Emission en présence de Pierre Juquin, CD n° 4AV/1084, 22/6/79, archives de LCA, AD SSD.

28À ces phénomènes s’ajoute le rapport d’ordre hiérarchique qui s’est instauré entre les journalistes et les néomilitantes. Celles-ci doivent aux premiers l’existence d’un espace de socialisation et de politisation dont elles peuvent se saisir, mais dans un lien de subordination vis-à-vis d’eux. C’est particulièrement visible s’agissant de la dimension culturelle de l’expérience radiophonique. LCA et ses journalistes ouvrent une brèche émancipatrice à l’égard des médias dominants, qu’il s’agisse de la télévision qu’elles affirment ne plus regarder ou des journaux qu’elles ont appris à décrypter à la faveur des revues quotidiennes de presse. Elles mentionnent également les émissions culturelles, l’une indiquant qu’on « entend autre chose sur le plan culturel, il y a plein de gens qui sont en train d’apprendre ce qu’est la culture, la bonne culture, à LCA38. »

  • 39 En mai 1979, neuf thèmes abordés au cours de quatre émissions, contre 24 thèmes et 11 émissions en (...)

29Précisons enfin que les débats traitant de la condition des femmes, nombreux en avril 1979, s’espacent en juin et juillet avant de disparaître ensuite. D’une façon plus générale, on observe une diminution des émissions consacrées aux femmes à compter de mai 197939, plus marquée à partir du mois de septembre. La détermination initiale de l’équipe d’animation de LCA en la matière s’effrite avec le temps et le retour des femmes syndicalistes sur leur lieu de travail. L’absence d’émission spécifique facilite et éclaire sans doute cette évolution.

30Cela n’entraîne pas la disparition des femmes de la radio, mais change leur mode d’implication et les rapports de forces entre les divers groupes investis. Ainsi, les femmes militantes, les plus engagées dans les débats sur la condition des femmes, sont de moins en moins présentes, notamment les salariées qui reprennent leur activité professionnelle. Beaucoup des néomilitantes, épouses de sidérurgistes ou membres des classes moyennes intellectuelles, intègrent le noyau animateur, mais demeurent cantonnées à des tâches d’intendance.

  • 40 Il conviendrait d’approfondir la question de l’héritage culturel italo-méditerranéen et leur syncré (...)
  • 41 Dominique Loiseau montre bien cette interpellation et les bouleversements qu’elle produit parmi des (...)
  • 42  Catherine Achin et Sandrine Lévêque démontrent la défiance particulière des femmes à l’égard de la (...)

31Au total, LCA peine à rompre avec une conception traditionnelle des rôles accordée aux cultures chrétienne et communiste qui imprègnent le bassin, guère entamées par la dimension sociétale des contestations soixante-huitardes40. Pour autant, l’interpellation montante depuis les années 1960 des deux traditions militantes par des questions telles que l’avortement, la répartition des tâches ou du travail salarié passe aussi par l’antenne de LCA41. La radio encourage les femmes qui ne sont ni salariées ni militantes à la rejoindre. Les néomilitantes y trouvent un espace de socialisation et de politisation non conflictuel42. L’expression radiophonique s’avère peu compatible, en effet, avec les formes trop vives de polémique, cependant que LCA leur permet de contribuer, aux côtés d’autres, à la défense de la sidérurgie, l’activité qui structure le bassin et assurait jusque-là l’ancrage territorial des familles ouvrières. Elle offre aussi un cadre propice à l’examen policé des rapports hommes/femmes dans une logique d’apprentissage à laquelle elles adhèrent sans réserve.

32Il arrive pourtant que ce cadre soit contesté ou débordé par les modalités mêmes d’intervention des femmes.

La place conquise par les femmes : résistances et différenciations

  • 43 La question des violences conjugales commence alors à émerger dans le débat public, comme l’a montr (...)

33Le 19 juillet 1979, une émission est consacrée à Josy, femme de milieu modeste, chrétienne, membre de fraîche date du PCF, et qui, à la faveur d’une émission biographique centrée sur elle, fait état des violences conjugales dont elle a été victime43. À la surprise suscitée par l’irruption du thème s’ajoute le malaise que provoque l’évidence des rapports de domination qui président au déroulement de l’entretien. Ils se manifestent d’abord sur le terrain culturel. En charge de la programmation musicale, les deux chansons, de Michel Sardou et de Daniel Guichard, que l’invitée sélectionne, amènent le journaliste Marcel Trillat à avertir les auditeurs qu’il s’agit là du choix de Josy. On ne saurait mieux garder ses distances avec celui-ci. Mais la domination s’exerce aussi envers la femme quand un médecin, habitué de LCA, l’inclut dans les généralités qu’il développe au sujet de la « passivité des femmes » victimes de violences conjugales, thèse de nature à lui faire porter une part de responsabilité dans les violences qu’elle a subies. Les auditrices qui téléphonent ne sont pas en reste. Tout en signalant avoir été battues, elles aussi, par leur mari, elles se désolidarisent de Josy (elles ne sont « pas du genre à… »), refusant d’être associées à cette femme qui parle ouvertement de son échec et de ses contradictions.

  • 44 CD n° 4AV/992, 19/7/79, archives de LCA, AD SSD.
  • 45 CD n° 4AV/990, 19/7/79, archives de LCA, AD SSD.
  • 46 « Je l’aimais, jusqu’à la fin je l’aimais. » CD n° 4AV/991, 19/7/79, archives de LCA, AD SSD.

34Loin de céder aux remarques normalisatrices de Marcel Trillat, Josy maintient son choix de Sardou et tient bon face aux manifestations de dominations imbriquées. Défiant la bienséance idéologique comme la pudeur observée d’ordinaire pour ce qui touche à l’intimité, elle récuse toute autocensure et assume ses contradictions. « Dieu est partout », déclare-t-elle avant d’affirmer avoir été sauvée par Sainte Rita44. Issue d’un milieu gaulliste, elle confie avoir épousé un raciste, qui « n’aimait pas du tout [ben] les Arabes » et pas davantage les communistes, mais explique avoir adhéré au PCF parce qu’elle y a trouvé la camaraderie dont elle avait besoin, alors que « les portes s’étaient fermées à droite45 ». Presque d’emblée, elle décrit la violente scène qui a brisé son mariage : « Je suis allée le chercher, il m’a insultée devant tout le monde, il m’a frappée devant tout le monde. » Prompte à admettre avoir aimé un homme qui la faisait souffrir46, elle évoque franchement l’absence de vie sexuelle après la naissance de ses enfants. Inattendue, cette liberté de ton et de propos déstabilise ses interlocutrices et interlocuteurs qui ne trouvent rien à y opposer. Malgré la force des violences symboliques qui s’exercent à l’antenne, LCA possède un potentiel subversif qu’illustre parfaitement, dans les conditions du direct, la double spécificité du témoignage féminin et populaire qu’aucune autorité légitime ne parvient à réduire au silence et à canaliser pour le conformer aux attentes.

  • 47 Cette difficulté est proportionnelle au degré de responsabilité de l’intervenant : plus il a de res (...)
  • 48 Voir à ce sujet Hayes, op. cit., chap VII, p. 509. Outre l’exemple de Josy, on pourrait citer d’aut (...)

35Les hommes, toutes catégories confondues et en particulier les militants, éprouvent de grandes difficultés à s’aventurer sur le terrain du récit individuel47, peinent à se départir d’un « nous » protecteur parce que collectif. Cela ne va pas sans affecter l’écoute des auditrices et auditeurs et leur intégration au noyau animateur. Mode de communication syndical nouveau et contraignant, la radio exige de ses utilisatrices et utilisateurs un apprentissage préalable. La qualité de la réception du message suppose que l’intervenant.e s’implique personnellement. Les femmes y sont plus disposées dès lors qu’elles interviennent de préférence sur un mode individuel et ponctuel, extérieur, de prime abord, au champ strictement politique48. Se situer sur ce champ suppose à l’inverse l’effacement des récits personnels inhérent à l’abstraction du discours politique légitime comme à sa visée collective. Les femmes militantes de la sphère cégéto-communiste ou syndicaliste chrétienne se plient le plus souvent à cette nécessité. C’est beaucoup moins le cas des intervenantes issues des classes moyennes intellectuelles et moins encore des néomilitantes femmes de sidérurgistes.

  • 49 CD n° 4AV/697, 5/4/79, archives de LCA, AD SSD.

36On retrouve cette tendance à l’implication personnelle au cours d’autres émissions. L’une d’elles, consacrée à l’hôpital de Mont Saint Martin, commune limitrophe de Longwy, a beaucoup marqué les animateurs49. Les auditrices saisissent ainsi l’occasion de s’adresser aux professionnel.les de la médecine pour imprimer un cours imprévu au débat. Les trois premières racontent, par téléphone et en termes très crus, leur accouchement traumatique. Face à elles, les médecins et, plus nettement la sage-femme, défendent l’institution, tandis que les journalistes tentent d’arbitrer le différend, puis de faire revenir l’émission dans ses rails. Ils n’y parviennent qu’après avoir perdu le contrôle des récits par lesquels les femmes auront tour à tour raconté la mort d’un enfant et les souffrances physiques endurées. À défaut de réussir à interrompre l’enchaînement des témoignages, un auditeur exprime les réticences d’une partie du public devant le tour pris par l’émission : « C’est bon, on a déjà parlé de l’avortement, je sais que pour les dames c’est un problème mais le débat était prévu sur Mont Saint Martin. »

37L’indignation - qui se trompe d’objet puisqu’il était question d’accouchement et pas d’avortement - trahit le refus opposé à ce qu’une question censée ne concerner que les femmes accapare l’antenne, non-dit enfin formulé de beaucoup d’intervenants. Les journalistes eux-mêmes doivent intervenir explicitement pour modifier le cours de l’émission, alors que leur maîtrise professionnelle leur permet habituellement de le faire en toute discrétion.

  • 50 CD n° 4AV/1086 et 4AV/1087, 22/6/79, archives de LCA, AD SSD.

38Il arrive que la condition d’immigrée vienne encore aggraver les phénomènes de domination. Aisha, une jeune femme algérienne arrivée en France peu après sa naissance, mère célibataire d’une fille de six mois née d’un père français, participe à une discussion avec d’autres hommes et femmes, immigré.es maghrébin.es ou de nationalité française, toutes et tous présent.es dans le studio de LCA50. Peu à peu, elle devient la cible d’attaques croisées. Aux yeux des femmes françaises qui s’expriment, elle incarne l’altérité mise à distance : elle représente les femmes immigrées auxquelles il est reproché de peu s’impliquer dans les luttes et qui sont considérées comme moins émancipées que les femmes françaises. Cette appréciation est évidemment non dénuée d’optimisme quant à la réalité des rapports sociaux de sexe dans la population d’origine européenne. Pour les journalistes, elle a le tort de paraître plus émancipée que la plupart des autres femmes maghrébines. C’est donc leur expression qu’ils vont tenter de favoriser, à ses dépens. Quant aux hommes d’origine maghrébine, ils n’avaient rien à redire sur la manière stigmatisante dont les femmes françaises avaient interpelé Aisha, mais ils interprètent son émancipation au prisme du racisme, puisqu’elle a rompu avec sa communauté d’origine (elle déclenche par exemple des réactions hostiles lorsqu’elle explique qu’elle ne pourrait plus épouser un Arabe puisqu’aucun ne voudrait d’elle dans sa situation de mère célibataire). La jeune femme se voit enfin reprocher par les militants maghrébins de donner trop d’importance à la question de la condition féminine : « le problème de la femme », lui explique-t-on, ne saurait être considéré à part tant il est indissociable de celui des hommes. Changer « la situation de la femme » exige de changer la société. Ce type de discours revient à plusieurs reprises, selon un dégradé allant de l’incapacité à concevoir l’existence d’une domination masculine à la critique explicite du féminisme. Au cours de l’émission, seules les femmes maghrébines l’épargnent sans toutefois la soutenir. Elles répondent aux questions des journalistes, mais se tiennent à l’écart quand la discussion se concentre sur Aisha.

  • 51 4AV/1087, 22/6/79, archives de LCA, AD SSD.

39Cette dernière, là encore, fait face, garde son sang-froid et son sens de l’humour. Elle interpelle l’Algérien qui lui conseille d’attendre le socialisme et de cesser de se plaindre de choses que tout le monde connaît mais qui sont juste « des problèmes parmi d’autres » en l’appelant « mon ami magicien51 ».

40Dans le cadre du studio, l’illégitimité peut donc se muer en critère de légitimité au regard du caractère radiogénique de l’irruption d’un témoignage vivant, non lissé par une réécriture collective et militante. Cette légitimité offerte par la radio, acceptable par les journalistes, déstabilise davantage les militant.es qui peuvent la ressentir comme conquise à leur détriment. En ce sens, et pour reprendre une expression des militantes féministes des années 1970, le privé est concrètement politique.

41Les exemples de résistance analysés ont en commun de concerner des femmes issues des classes populaires et vraisemblablement sans passé militant. Nouvelle confirmation de ce que les femmes ne constituent pas plus un bloc sociologique homogène qu’un groupe spécifique au regard des pratiques radiophoniques de LCA. Ce sont finalement les plus dominées d’entre elles qui, souvent disposées à se conformer au cadre singulier de LCA, possèdent les ressources permettant de le contester dans sa pratique du direct.

42Les relations entre les trois groupes de femmes ne sont certes pas simples, mais les plus tendues se jouent entre militantes et néomilitantes, au diapason des tensions toujours plus aigües entre la radio et ses contempteur/trices de la CGT et du PCF. Dans l’ensemble, les néomilitantes se rangent aux côtés des animatrices et animateurs de Lorraine Cœur d’Acier.

  • 52 Lucie Bargel, Xavier Dunezat, « Genre et militantisme », in Olivier Fillieule, Lilian Mathieu, Céci (...)
  • 53 Pour ne prendre qu’un exemple, Sandra Fayolle indique clairement que le choix de la non mixité à l’ (...)

43L’extériorité croissante des syndicalistes vis-à-vis de LCA contribue en retour à solidifier le noyau central de cette dernière, dont le fonctionnement nourrit tous les fantasmes. L’importance prise par des femmes ni salariées ni militantes, aux antipodes des légitimités cégéto-communistes des femmes syndicalistes, souligne les paradoxes d’une initiative d’abord pensée en termes de « radio de lutte ». Les tâches d’intendance qui échoient aux néomilitantes s’accordent aux assignations de genre constatées dans les organisations et lors des mobilisations de tous ordres52, mais la configuration radiophonique ne manque pas d’entretenir les préventions classiques envers la mixité militante qu’exacerbe la propagation de rumeurs sur les frasques sexuelles auxquelles se livreraient les journalistes avec les femmes non salariées53.

  • 54 Alexandre Jaunait, Sébastien Chauvin, « Représenter l’intersection. Les théories de l’intersectionn (...)

44Les rapports de domination s’imbriquent et se renforcent54. Toutes dominées en tant que femmes, elles ne disposent pas toutes des ressources leur permettant de compenser cet état de fait. Les états de service militants jouent un rôle plus décisif que pour les hommes. Si la rareté valorise, le choix même de militer stimule les capacités de se confronter aux dominations de tous ordres. Ces dispositions sont autant d’armes dont peut aussi bénéficier LCA. Le capital culturel n’est pas la moindre de ces ressources qui autorisent leurs détentrices à disputer dans les faits et sur ce terrain la prééminence des journalistes. C’est toutefois pour les femmes les moins dotées en capital culturel et/ou militant que l’expérience de la radio est la plus précieuse, quand bien même celle-ci n’est pas exempte des formes de domination que signalent la condescendance et la relégation vers des tâches subalternes.

  • 55 C’est une journaliste ayant fait ses armes dans la presse écrite, salariée de l’Union départemental (...)

45La visite d’une animatrice de Radio Quinquin55 éclaire le paradoxe de la situation. Une habituée de LCA, néomilitante (NEOM), intervient au téléphone et entame un échange avec l’invitée (INV) qui vient de noter l’absence de femmes dans le studio :

NEOM : Merci d’avoir dit qu’il manquait des femmes, on est là, on fait le café pour ces messieurs, on les sert.
INV : Mais vous aimeriez bien parler au micro quand même ?
NEOM
 : Oh non, non, on aime bien être discrètes, c’est tout, on se contente…
(elle rit) : Il y a mes enfants qui crient bravo !
INV : On ne va pas se contenter de faire le café toute notre vie quand même !
NEOM
 : Oh ben il en faut, il en faut.
INV
 : Les hommes peuvent le faire aussi.
NEOM.
 : Ils ne l’ont jamais fait encore. La prochaine fois, on va se mettre à la table et ils nous feront le café.
Marcel Trillat
 : D’accord, tout à fait d’accord, demain matin on fera ça.

46La néomilitante expose la complexité de sa position : capable d’appeler au téléphone pour contester le statut dans lequel on la relègue, elle ne revendique pas d’autre rôle, conforme à la place qui est la sienne dans la société. Pour autant, son intégration à la radio par la petite porte des tâches subalternes l’amène à oser prendre la parole à l’antenne, mais au téléphone.

47Ainsi, les plus dominées des femmes font à LCA une expérience inédite sur le plan humain et militant, tout en demeurant dans une position subordonnée. C’est le cas en ce qui concerne les tâches qui leur échoient mais aussi en raison du rapport d’infériorité dans lequel elles se situent vis-à-vis des journalistes. En outre, pour que l’équilibre précaire soit maintenu, la position de ces derniers ne peut être mise en cause. Ils sont les émancipateurs, mais incarnent aussi le plafond de verre contre lequel elles butent.

Conclusion

48L’engagement des femmes dans Lorraine Cœur d’Acier est un phénomène à la fois décisif et complexe. Par lui-même, le fait surprend au regard de la suprématie masculine qui prévaut dans la structure salariale sidérurgique, de son prolongement au sein des organisations ouvrières du bassin et des conceptions idéologico-culturelles d’une mouvance cégéto-communiste réticente à l’égard du féminisme, sinon envers l’engagement des femmes. Si les phénomènes ordinaires de domination y ont cours, ils n’affectent pas de la même manière les trois groupes de femmes distingués. Ainsi, les femmes salariées, présentes au début de l’expérience et résolues à parler de la condition des femmes, s’éloignent-elles progressivement d’un studio par trop étranger à leur habitus militant. À l’inverse, les néomilitantes, non salariées, se politisent et se resocialisent à LCA, dont le cadre leur convient en termes de normes et de pratiques, mais qu’il leur arrive de contester.

  • 56 Michel Verret, La Culture ouvrière, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales », 1988, p. 225.

49Au rang des pratiques militantes inédites permises par la radio figurent les rencontres, parfois conflictuelles, qu’elle rend possibles entre salariées et non salariées, militantes et non militantes, femmes des classes moyennes intellectuelles et femmes des classes populaires. La mise en mouvement de néomilitantes n’est pas moins révélateur des processus à l’œuvre à travers une entrée en politique concrète, localisée, « en actes56 », associée à une « ouverture » vers « la » culture.

  • 57 Catherine Achin, Delphine Naudier, « La libération par Tupperware ? Diffusion des idées et pratique (...)
  • 58 Dermenjian, dir., Femmes, familles et action ouvrière, art. cit., ; Yannick Le Quentrec, Annie Rieu (...)
  • 59 Voir notamment les départs de femmes du mouvement familial au moment de sa scission/politisation da (...)

50L’expérience longovicienne confirme également la pertinence, s’agissant des femmes des classes populaires, d’une approche par les lieux, contextes et dynamiques de politisation, en mesure de dépasser les rigidités de considérations strictement organisationnelles. Parmi ces lieux figurent évidemment ceux du travail, mais encore bien d’autres, visibles ou non57, attachés aux mobilisations éphémères territorialement circonscrites et souvent aux frontières poreuses des sphères du public et du privé58, du travail et du hors travail, etc. Ces cadres de politisation produisent des formes non institutionnelles, sinon atypiques, d’engagement. C’est bien de cela qu’il s’agit à LCA : une entrée sur la scène publique et le choix d’un terrain de mobilisation qui dépasse le strict intérêt personnel, selon un mode de politisation qui, en rejet de la politique instituée, procède d’une alternative à celle-ci. Nous faisons enfin l’hypothèse que cette politisation par le lieu, sur une base sociale concrète, n’est pas seulement une conséquence d’une forte mise à distance du politique mais qu’elle renforce cette mise à distance59. En effet, un choix syndical ou, pire encore, partisan, tend à fracturer les micro-communautés créées par des mobilisations locales, comme ce fut le cas lors de la reprise en main de LCA par la CGT. En effet, en juin 1980, la confédération syndicale, appuyée sur l’Union départementale et une partie des dirigeants du PCF, considère que l’aventure, dont elle a perdu le contrôle, n’a que trop duré : elle met brutalement fin à l’expérience. LCA constitue indéniablement une des pièces du puzzle de l’affrontement en cours au sein de la CGT entre une orientation unitaire (notamment avec la CFDT) et une autre privilégiant l’auto-affirmation, mais la reprise en main a avant tout des conséquences locales, en fracturant le milieu militant, à l’aube de crises plus substantielles (poursuite de la désindustrialisation, crise politique et syndicale, crise de l’engagement…). Les néomilitantes prennent, avec une partie des animateurs de l’Union locale de la CGT, le parti des journalistes licenciés, mais elles sont réduites au silence lorsque l’appareil reprend ses droits et que la radio se tait. La CGT confédérale a donc refermé un espace de libre parole maîtrisée, mis un terme à l’unique expérience militante de ces femmes et divisé durablement une communauté militante large dont elles s’étaient senties partie prenante.

Haut de page

Notes

1 Claude Durand, Chômage et violence : Longwy en lutte, Paris, Galilée, 1981 ; Ingrid Hayes, « Le dernier combat des sidérurgistes lorrains (1979) », in Michel Pigenet, Danielle Tartakowsky, dir. Histoire des mouvements sociaux en France, de 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2012.

2 Michel Verret, Chevilles ouvrières, Paris, L’Atelier, « Mouvement social », 1995 ; Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années soixante-huit. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, PUR, 2007.

3 Thierry Lefebvre, La Bataille des radios libres, 1977-1981, Paris, Nouveau Monde éditions, 2008.

4 Guy Groux, René Mouriaux, La CGT, crise et alternatives, Paris, Ed. Economica, 1992 ; René Mouriaux, Michel Pigenet, René Beauvisage, André Narritsens, Danielle Tartakowsky, Jean Magniada, Joël Hedde, Stéphane Sirot, Elyane Bressol, Histoire de la CGT. Bien être, liberté, solidarité, Paris, l’Atelier, 2016.

5 Il y en eut ensuite une quarantaine d’autres, la plupart constituant des expériences de très courte durée, à l’exception de Radio Quinquin, mise en place à Denain en 1979 dans le cadre des mobilisations contre le démantèlement de la sidérurgie dans le Nord.

6 Pour une analyse détaillée, voir Ingrid Hayes, Lorraine Cœur d’Acier, Longwy, 1979-1980. Les voix de la crise : émancipations et dominations en milieu ouvrier, Thèse d’histoire sous la direction de Michel Pigenet, Université de Paris 1, 2011.

7 Sandra Fayolle, L’Union des Femmes Françaises : une organisation féminine de masse du parti communiste français (1945-1965), thèse, Paris I, 2005. Voir notamment la conclusion.

8 Geneviève Dermenjian, dir., Femmes, familles et action ouvrière. Pratiques et responsabilités féminines dans les mouvements familiaux populaires (1935-1958), Cahiers du GRMF, n° 6, 1991, p. 247.

9 Magali Della Sudda, La Citoyenneté avant le vote, Paris, Belin, 2011 et « La politique malgré elles. Mobilisations féminines catholiques en France et en Italie (1900-1914) », Revue française de science politique, vol. 60, n° 1, 2010, p. 37-60.

10 Margaret Maruani, Les Syndicats à l’épreuve du féminisme, Paris, Syros, 1979 ; Michelle Zancarini-Fournel, « Genre et politique, les années 1968 », Vingtième siècle, 2002/3, n° 75, p. 133-143.

11 Anni Borzeix, Margaret Maruani, Le temps des chemises – La grève qu’elles gardent au cœur, Paris, Syros, 1982 ou, plus récemment, Fanny Gallot, Eve Meuret-Campfort, "Des ouvrières en lutte dans l’après 1968. Rapports au féminisme et subversions de genre", Politix, n° 109, 2015/1, p. 21-43.

12 AD SSD.

13 Environ 20 % des sources n’ont pas été transférés. La moitié des CD résultant du transfert ont été utilisés dans le cadre de ma thèse.

14 « Archives orales, une autre histoire ? », Annales E.S.C., jan-fév. 1980, p 124. L’un des aspects communs réside finalement dans la volonté de faire entendre celles et ceux qui sont d’ordinaire invisibles. La question de la mémoire est moins prégnante puisque, s’agissant des radios, elle ne se pose que pour les émissions biographiques. Voir aussi Danièle Voldman, « Définitions et usages », in « La bouche de la Vérité ? La recherche historique et les sources orales », Cahier de l’IHTP, n° 21, 1992, p. 33-41.

15 Cécile Méadel, Histoire de la radio des années trente : du sans-filiste à l’auditeur, Paris, Anthropos, Economica, 1994 ; Jean-Jacques Cheval, « Guess who was on the radio last night ? », in Grażyna Stachyra (ed.) Radio – Community, Challenges and Aesthetics, Lublin (Pologne), Marie Curie - Skłodowska University Press, 2013, p. 53-62.

16 Cette grille inclut, au-delà des éléments habituels tels la date, l’identité des intervenant.es ou les thèmes abordés, les ponctuations que constituent les pauses musicales, des passages transcrits, des commentaires sur le ton employé, les évolutions audibles, etc.

17 Le monde associatif demeure encore aujourd’hui majoritairement masculin, mais dans des proportions moindres que les syndicats et les partis. Voir notamment Jean-Pierre Loisel, « Les Français et la vie associative », Credoc, n° 201, juillet 1999, p 32.

18 Madeleine Rebérioux

19 On en retrouve certaines dans Jeanine Olmi, Oser la parité syndicale. La CGT à l’épreuve des collectifs féminins, 1945-1985, Paris, l’Harmattan, 2007.

20 Geneviève Dermenjian et Dominique Loiseau soulignent que les femmes communistes prennent, « dans les organisations de masse », « des responsabilités qui leur sont refusées dans les instances du parti ou qui leur sont inaccessibles, vu le rythme militant », « Itinéraires de femmes communistes », in Olivier Fillieule, Patricia Roux, dir., Le Sexe du militantisme, op. cit., p. 105

21 Tout en remettant en cause, parmi d’autres clichés, l’idée qu’il n’y aurait qu’une « génération 68 », Julie Pagis a bien montré que c’est moins la participation effective à Mai 68 qui déstabilise les trajectoires que ses conséquences en termes d’insertion dans les réseaux de sociabilité postérieurs à 68, Mai 68, un pavé dans leur histoire. Evénements et socialisation politique, Paris, presses de Science Po, 2014, « Académique ».

22 Les animateurs établissent une liste de ces tâches lors d’une discussion partie au départ du souci de justifier le salaire des journalistes : « les repas, la vaisselle », « ceux qui font des collectes, vendent la boisson, amènent une bouteille de gaz, petits travaux mais maillons indispensables de la chaîne ». S’y ajoute notamment l’accueil des invités. CD n° 4AV/791, 29/4/79, archives de LCA, AD SSD.

23 Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, Marseille, Ed. Agone, coll. « l’ordre des choses », 2015.

24 Dans ce pays de « communisme syndical », selon l’expression de Serge Bonnet (La ligne rouge des hauts fourneaux, Denoël/Serpenoise, 1981), la porosité entre PCF et CGT est très forte, même si les militant.es choisissent de s’investir prioritairement dans l’une des deux organisations, et références idéologiques et représentations sont largement communes. C’est à ce titre que l’on peut évoquer une « sphère ».

25 CD n° 4AV/689, 4/4/79, archives de LCA, AD SSD

26 CD n° 4AV/668, 27/3/79, archives de LCA, AD SSD

27 Dermenjian, dir., Femmes, familles et action ouvrière., art. cit., p. 247.

28 CD n° 4AV/699, 7/4/79, archives de LCA, AD SSD

29 Sur ce sujet voir notamment Marie-Victoire Louis, Le droit de cuissage. France, 1860 - 1930, Paris, Éd. de l’Atelier, 1984, chap. VI, et Geneviève Fraisse, « Droit de cuissage et devoir de l’historien », Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 3,‎ avril 1996, p. 251-261.

30 CD n° 4AV/668, 27/3/79, archives de LCA, AD SSD.

31 CD n° 4AV/991, 19/7/79, archives de LCA, AD SSD.

32 Gallot, Meuret-Campfort, art. cit.

33 CD n° 4AV/737, 14/4/79, archives de LCA, AD SSD.

34 CD n° 4AV/1052, 14/6/79, archives de LCA, AD SSD.

35 Le féminisme est régulièrement accusé d’être à l’origine d’un « chaos sexuel ». Bard, Christine dir. Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999.

36 Maruani, Les syndicats à l’épreuve …, op. cit. ; Guilbert, Les femmes et l’organisation syndicale avant 1914, Ed. du CNRS, 1966 ; Marie-Hélène Zylberberg-Hocquard, Femmes et féminisme dans le mouvement ouvrier, Ed. Ouvrières, 1981 ; Michel Pigenet, « Virilités ouvrières », in Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello, dir., Histoire de la virilité, t. 2, Le triomphe de la virilité. Le XIXe siècle, Paris, Seuil, 2011, p. 203-240.

37 Voir notamment Christine Bard, « La promotion féminine en débat », Cahier du GRMF , n° 6, p. 234-238 ; Claude Pennetier, Bernard Pudal, « La part des femmes, des femmes à part », in Bernard Pudal, Claude Pennetier, dir., Le sujet communiste. Identités militantes et laboratoires du « moi », Rennes, PUR, 2014, p. 165-189 ; Josette Trat, « Engels et l’oppression des femmes », in G. Labica, M. Delbraccio, dir., Engels, savant et révolutionnaire, , Paris, PUF, 1997, p. 175-191.

38 Emission en présence de Pierre Juquin, CD n° 4AV/1084, 22/6/79, archives de LCA, AD SSD.

39 En mai 1979, neuf thèmes abordés au cours de quatre émissions, contre 24 thèmes et 11 émissions en avril.

40 Il conviendrait d’approfondir la question de l’héritage culturel italo-méditerranéen et leur syncrétisme catholico-communiste en milieu populaire

41 Dominique Loiseau montre bien cette interpellation et les bouleversements qu’elle produit parmi des femmes non salariées issues de milieu ouvrier et investies dans le mouvement familial, Femmes et militantisme, Paris, L’Harmattan (Logiques sociales), 1996.

42  Catherine Achin et Sandrine Lévêque démontrent la défiance particulière des femmes à l’égard de la politique traditionnelle, ou « conventionnelle », et du champ conflictuel qu’elle constitue, voir leur ouvrage Femmes en politique, Paris, La Découverte, 2006, p. 3.

43 La question des violences conjugales commence alors à émerger dans le débat public, comme l’a montré Pauline Delage, Violence conjugale Domestic violence. Sociologie comparée d’un cause féministe (France / Etats-Unis, 1970-2013), Thèse de sociologie, dir. Eric Fassin, EHESS, 2014.

44 CD n° 4AV/992, 19/7/79, archives de LCA, AD SSD.

45 CD n° 4AV/990, 19/7/79, archives de LCA, AD SSD.

46 « Je l’aimais, jusqu’à la fin je l’aimais. » CD n° 4AV/991, 19/7/79, archives de LCA, AD SSD.

47 Cette difficulté est proportionnelle au degré de responsabilité de l’intervenant : plus il a de responsabilités moins il s’implique. Voir Hayes, op. cit. chap. IV, p. 300.

48 Voir à ce sujet Hayes, op. cit., chap VII, p. 509. Outre l’exemple de Josy, on pourrait citer d’autres émissions autobiographiques consacrées à des femmes, qui sont sollicitées sur le terrain de leur parcours individuel et de leur intimité.

49 CD n° 4AV/697, 5/4/79, archives de LCA, AD SSD.

50 CD n° 4AV/1086 et 4AV/1087, 22/6/79, archives de LCA, AD SSD.

51 4AV/1087, 22/6/79, archives de LCA, AD SSD.

52 Lucie Bargel, Xavier Dunezat, « Genre et militantisme », in Olivier Fillieule, Lilian Mathieu, Cécile Péchu, dir., Dictionnaire des mouvements sociaux, p. 248-255 ; Olivier Fillieule, Patricia Roux, dir., Le sexe du militantisme, op. cit. p. 12.

53 Pour ne prendre qu’un exemple, Sandra Fayolle indique clairement que le choix de la non mixité à l’UJFF puis à l’UFF répond aux inquiétudes quant aux conséquences de la mixité militante en matière de sexualité. Fayolle, op. cit., chap. 1.

54 Alexandre Jaunait, Sébastien Chauvin, « Représenter l’intersection. Les théories de l’intersectionnalité à l’épreuve des sciences sociales », Revue française de science politique, 2012/1, vol. 62, p. 5-20 ; Danielle Kergoat,, « Rapports sociaux et division du travail entre les sexes », in Margaret Maruani, dir., Femmes, genre et sociétés, La Découverte/ L’état des savoirs, Paris, 2005, p. 94-101.

55 C’est une journaliste ayant fait ses armes dans la presse écrite, salariée de l’Union départementale CGT du Nord pour s’occuper du journal de cette UD et, par extension, de Radio Quinquin.

56 Michel Verret, La Culture ouvrière, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales », 1988, p. 225.

57 Catherine Achin, Delphine Naudier, « La libération par Tupperware ? Diffusion des idées et pratiques féministes dans de nouveaux espaces de sociabilité féminine », Clio, n° 29, 2009, p. 131-140.

58 Dermenjian, dir., Femmes, familles et action ouvrière, art. cit., ; Yannick Le Quentrec, Annie Rieu, Femmes : engagements publics et vie privée, 2003, Paris, Syllepse, p. 53 et suivantes.

59 Voir notamment les départs de femmes du mouvement familial au moment de sa scission/politisation dans les années 1950, dossier préparé par Geneviève Dermenjian et un groupe de femmes de région parisienne, présentation et débat, rubrique « être femme, être militante » , Les Cahiers du GRMF, n° 3, 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ingrid Hayes, « L’engagement des femmes entre émancipations et dominations. Le cas de radio Lorraine Cœur d’Acier, Longwy, 1979-1980 », Genre & Histoire [En ligne], 17 | Printemps 2016, mis en ligne le 31 mai 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2471

Haut de page

Auteur

Ingrid Hayes

Centre d’histoire sociale du XXe siècle/ Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Courriel : ingridhayes@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page