Navigation – Plan du site
Genre et classes populaires, in situ

Le genre du prêt sur gage : rapports de pouvoir au Mont-de-Piété de Paris (années 1850 – années 1920)

Anaïs Albert

Résumés

Le Mont-de-Piété de Paris est un établissement public de prêt sur gage créé en 1777, pour lutter contre l’usure. Il joue un rôle fondamental dans l’économie de la capitale, et particulièrement dans celle des classes populaires qui disposent souvent de leurs biens pour seule richesse. Mais les engagements – c’est-à-dire l’échange de l’objet contre une somme d’argent – sont également, dans leur très grande majorité, effectués par des femmes : ils font partie du travail domestique des épouses dans les ménages populaires, des domestiques dans les foyers bourgeois et quelques femmes des classes supérieures s’y risquent parfois. Ces emprunteuses se trouvent confrontées aux employés masculins du Mont-de-Piété et surtout aux commissaires-priseurs, issus des classes supérieures et qui détiennent le monopole de l’estimation des objets. Le prêt sur gage se révèle alors être un rapport de force économique, traversé par des dynamiques de genre et de classe qui façonnent les cadres de l’échange.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Ma tante » est l’un des surnoms du Mont-de-Piété, aussi appelé « le clou ».
  • 2 Sur le Mont-de-Piété de Paris, il existe une seule étude historique solide qui est consacrée à la p (...)
  • 3 Sur la mission, le fonctionnement général et les problèmes de l’établissement durant cette période, (...)

1Le Mont-de-Piété de Paris est un établissement public de prêt sur gage, créé en 1777, pour lutter contre l’usure. Cette institution joue un rôle fondamental dans l’économie de la capitale, et particulièrement dans celle des classes populaires qui disposent souvent de leurs biens meubles pour seule richesse : à la veille de la Grande Guerre, un million d’objets y sont gagés tous les ans, en échange de micro-crédits. La littérature concernant cette institution a très souvent repris les récits édifiants diffusés par le Mont-de-Piété lui-même ou les anecdotes piquantes sur tel parapluie conservé pendant plus de quarante ans ou sur telle personnalité, grande mondaine ou artiste désargenté, qui déposait en secret sa montre ou ses diamants chez « ma tante1 ». Mais l’histoire longue de cet établissement parisien a été peu étudiée dans le détail et la deuxième moitié du XIXe siècle reste particulièrement dans l’ombre2. De 1850 à 1920 se dessine pourtant une période cohérente de l’histoire de l’institution pendant laquelle le Mont-de-Piété cherche à développer un réseau de bureaux auxiliaires pour se rapprocher des classes populaires de la capitale et mieux remplir sa mission charitable. La Première Guerre mondiale signe la fin de cette politique et une transformation profonde de l’établissement qui se sépare en 1919 de l’Assistance Publique parisienne, pour devenir une banque de prêt comme une autre3.

  • 4 Archives départementales de la Seine (désormais AD Seine), 1ETP 1 à 664 ; Archives de la Préfecture (...)

2L’histoire institutionnelle du Mont-de-Piété est aisée à reconstituer, car les archives de l’établissement – plus de 600 cartons – ont été déposées aux Archives de la Seine et peuvent être complétées par divers fonds municipaux4. En revanche, s’intéresser aux usagers et usagères est nettement plus ardu puisque les registres d’engagement qui mentionnent leur identité ont été détruits au fur et à mesure de leur obsolescence, signalant l’indifférence de l’institution à la mémoire de sa clientèle. L’historien-ne doit donc patiemment chercher, dans la masse documentaire, les traces éparses qui dessinent un portrait social des emprunteurs et des emprunteuses, ainsi que de leurs pratiques. Une des dimensions tout à fait sous-estimée dans l’étude de cet établissement est celle du genre. Les engagements – c’est-à-dire l’échange de l’objet contre une somme d’argent – sont en effet dans leur très grande majorité effectués par des femmes : ils font partie du travail domestique des épouses dans les ménages populaires, des domestiques dans les foyers bourgeois et quelques femmes des classes supérieures s’y risquent parfois. Ces emprunteuses se trouvent confrontées aux employés masculins du Mont-de-Piété et surtout aux commissaires-priseurs, issus des classes supérieures et qui détiennent le monopole de l’estimation des objets. L’engagement est donc un rapport de force économique, traversé par des dynamiques de genre et de classe qui façonnent les cadres de l’échange. Cette relation dissymétrique se noue dans les « bureaux auxiliaires » de l’institution implantés progressivement dans les quartiers populaires du nord et de l’est parisiens.

  • 5 L’emploi du mot « stigmate » renvoie ici aux travaux d’Erving Goffman. Il s’agit d’un élément poten (...)
  • 6 Pierre Bourdieu, « Effets de lieu », in Idem (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, p. 251

3Nous nous proposons dès lors d’étudier les interactions de face-à-face qui s’y jouent, de la salle d’attente au guichet d’engagement. L’analyse de ces lieux permet de dévoiler les processus de domination en acte qui affectent les utilisatrices majoritaires de ce crédit, les femmes de milieu populaire. A contrario, le recours au crédit étant un stigmate5 pour la bourgeoisie, il est épargné à certaines catégories de client-e-s qui ont accès, pour protéger leur réputation, à des bureaux particuliers, espaces à l’écart où la discrétion est de mise. Ces différents espaces peuvent être considérés comme des scènes sur lesquelles se déroulent des interactions qui mettent en jeu la différence sociale et sexuelle, la honte et la domination, rejoignant le constat de Pierre Bourdieu selon lequel « la structure de l’espace social se manifeste […] sous la forme d’oppositions spatiales […] fonctionnant comme une sorte de symbolisation spontanée de l’espace social. Il n’y a pas d’espace, dans une société hiérarchisée, qui ne soit pas hiérarchisé et qui n’exprime les hiérarchies et les distances sociales6 ».

  • 7 Ibid, p. 249.

4Afin d’apprécier les « effets de lieu7 » propres au Mont-de-Piété parisien, il est nécessaire de présenter brièvement cette institution de crédit bien particulière et de cerner la composition de sa clientèle, à la fois des femmes et des membres des classes populaires. On peut ensuite pousser la porte de ses bureaux pour observer les interactions de genre et de classe in situ. Il apparaît dès lors que ces lieux sont à la fois le cadre de transactions économiques ordinaires et des espaces dans lesquels s’actualise le stigmate du crédit. Ils sont le théâtre d’une domination de genre et de classe particulièrement violente : les clientes sont démunies face aux petites humiliations des employés, mais surtout face à la dévaluation systématique de leurs objets par les commissaires-priseurs qui détiennent le monopole de l’estimation et l’exercent sans remords. Les client-e-s se réfugient alors dans un entre-soi de classe, et parfois de genre, auprès de marchand-e-s de reconnaissance qui font payer cher à ces individus démunis les étroites marges de manœuvre qu’ils leur consentent.

Le Mont-de-Piété, un fief féminin

  • 8 Sur le Mont-de-Piété d’Avignon : Madeleine Ferrières, Le Bien des pauvres. La consommation populair (...)
  • 9 Yannick Marec, « Vivre au jour le jour, l’argent des Monts-de-Piété en France au XIXe siècle », in (...)

5Après une première tentative, celle de Théophraste Renaudot, qui se solde par un échec (1637-1644), le Mont-de-Piété de Paris est définitivement établi par les lettres patentes de Louis XVI en 1777. Des établissements similaires existent déjà en province, parfois depuis fort longtemps, mais le Mont-de-Piété de Paris s’impose très rapidement comme le plus important du pays8. En 1905, sur les 44 établissements de prêt sur gage français, l’institution parisienne réalise pratiquement autant d’opérations que toutes les autres réunies et, en 1909, elle avance 62 % de l’ensemble des prêts en France9. Le principe du prêt est simple puisque la garantie du crédit est le dépôt d’un gage, qui est très majoritairement un objet matériel : bijoux, couvertures, matelas, ou tout autre bien, d’un montant minimum de trois francs. Cette institution charitable s’adresse aux plus pauvres, mais sans jamais expliciter la part importante des femmes dans sa clientèle. Pourtant, quand le Mont-de-Piété ouvre des bureaux auxiliaires dans l’est de la capitale à partir des années 1850, il s’agit de se rapprocher des milieux populaires et notamment des femmes, de plus en plus nombreuses à faire appel à cette forme de crédit.

Aider les nécessiteux en luttant contre l’usure

  • 10 Edmond Coutaud, Le rôle social du Mont-de-Piété, les projets de réforme, contribution pour l’étude (...)
  • 11 Loi du 16 pluviôse an XII (6 février 1804).
  • 12 AD Seine, 1ETP/539.

6En 1909, il y a « chaque jour 4 000 personnes [qui] viennent contracter un prêt de moins de 20 francs10 » au Mont-de-Piété de Paris. Si cet établissement connaît un si grand succès, c’est parce qu’il vient répondre à un profond besoin des classes populaires : obtenir rapidement et facilement de petits crédits, à des taux d’intérêts beaucoup moins élevés que ceux que proposaient jusque-là les usuriers. Alors que les prêteurs sur gage pouvaient pratiquer un taux d’intérêt de 120 %, celui du Mont-de-Piété varie de 9 à 7 %, au cours du XIXe siècle. Pour renforcer son poids économique, cette institution bénéficie depuis Napoléon du monopole du prêt sur gage, tout autre pratique devenant de fait illégale11. Le projet financier s’appuie donc dès l’origine sur une vision fortement morale : il s’agit d’offrir un crédit charitable, pensé comme une forme de secours, de prêter aux plus pauvres pour lutter contre l’usure. En 1866, le directeur affirme par exemple que « le Mont-de-Piété est un établissement de secours et de bienfaisance. Il est de son essence de tendre toujours à rendre ses secours le moins onéreux possible aux personnes qui se trouvent dans la nécessité d’y recourir12 ».

  • 13 Annuaire statistique de la Ville de Paris, 1880, p. 452.
  • 14 Ibid., p. 451.

7S’il faut se contenter de rares données pour cerner les types d’emprunteurs et d’emprunteuses et les objets gagés, il semble bien que le Mont-de-Piété soit utilisé majoritairement par des membres des classes populaires. En 1880, l’Annuaire Statistique de la Ville de Paris publie un tableau qui présente le « classement par catégories d’emprunteurs des engagements effectués pendant l’année13 ». Les catégories professionnelles ont été forgées par les services du Mont-de-Piété et le directeur André Cochut précise dans son rapport que « cette classification ne comporte pas une exactitude parfaite : il faut s’en tenir à l’impression résultant d’un simple aperçu14 ». Mais ces données permettent tout de même de se faire une idée des emprunteurs et emprunteuses.

Figure 1

Figure 1

Source : Annuaire statistique de la Ville de Paris, 1880, p. 452.

8Les ouvriers et les ouvrières sont ceux et celles qui ont le plus recours au Mont-de-Piété de Paris en 1880 : ils engagent 61 % des objets déposés, suivis des individus de « conditions diverses » (18 %), des employé-e-s (13 %) et des fabricant-e-s et commerçant-e-s (8 %). Les classes populaires représentent donc environ les trois quarts des utilisateurs et utilisatrices du Mont-de-Piété. Leur importance devient encore plus évidente lorsqu’on analyse la profession de celles et ceux qui déposent des « gages de trois francs », c’est-à-dire les objets les plus menus acceptés par l’institution. 76 % de ces prêts sont à destination des ouvriers et des ouvrières et, avec les employé-e-s, les classes populaires totalisent 85 % de ces micro-crédits. Les motivations du recours au prêt sur gage sont diverses. L’institution aime à mettre en avant le « crédit productif » qu’elle consent : on peut imaginer que les 8 % des fabricant-e-s et commerçant-e-s font partie de ceux qui déposent des produits finis contre de l’argent qui leur permet d’acheter des matières premières. De même, un topos de la littérature folklorique sur le Mont-de-Piété met en avant sa fonction de coffre-fort ou de garde-meuble pour des personnes fortunées qui s’absentent de leur domicile. La proportion très importante des classes populaires parmi la clientèle invite cependant à relativiser le poids de ces motivations secondaires : l’essentiel des engagistes semble bien être des individus modestes, mus par un besoin immédiat de liquidités.

Le recours au prêt sur gage, une tâche féminine

  • 15 AD Seine, 1ETP/528.
  • 16 Ferrières, Le Bien des pauvres…, op. cit., chap. 5 : « Des femmes », p. 75-89. Cette historienne di (...)
  • 17 En 2014, 87 % des clients sont des femmes selon Pauline Peretz, URL http://raconterlavie.fr/collect (...)

9Si le Mont-de-Piété tente occasionnellement de mesurer l’appartenance sociale et professionnelle de sa clientèle, il ne va jamais jusqu’à préciser son sexe. Pourtant, le recours au prêt sur gage est de manière très frappante l’apanage des femmes : les indices concordent pour dévoiler que derrière le masculin neutre des formules de l’administration, ce sont bien en majorité des usagères qu’il faut imaginer. Le chef d’un bureau situé aux alentours de la place Clichy dans le nord de Paris, fort de ses « 15 ans d’exercice », écrit ainsi en 1875 à propos des emprunteurs et emprunteuses : « Ce ne sont pas les soutiens de famille qui viennent nous trouver, mais les non-valeurs au point de vue du travail lucratif, les femmes, les enfants, les vieillards15 ». Ce trait est ancien et, à l’époque moderne, « le mont est un fief féminin » : à Avignon par exemple, la proportion de clientes ne descend jamais au-dessous de 83 %, tandis que les hommes ne représentent qu’entre 10 et 15 % du public16. Les enquêtes de sociologie contemporaines soulignent également la part très importante des femmes dans la clientèle actuelle du Mont-de-Piété17.

  • 18 La notion de solidification de l’épargne est empruntée à Alexandre Roig, « L’excédent négligé : pra (...)
  • 19 Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire de leurs métiers, XIXe-XXe siècl (...)
  • 20 Joan Scott et Louise Tilly, Les femmes, le travail et la famille, Paris, Rivages, 1987 ; Christine (...)
  • 21 AD Seine, 1ETP/528. Pour toutes les lettres manuscrites, l’orthographe d’origine a été conservée, c (...)

10Les femmes sont majoritaires car, dans une famille de classes populaires, il leur revient un rôle nourricier, au besoin par le recours au Mont-de-Piété. Les objets du ménage, bijoux ou linge, jouent dans ce cas un rôle d’« épargne solidifiée » que le prêt sur gage permet de convertir en liquidités dans un moment de difficultés économiques18. L’expression très violente de « non-valeur du point de vue du travail lucratif » est la traduction idéologique de la division sexuée du travail dans les sociétés industrielles. Les clientes sont ici perçues comme des ménagères sans travail rémunéré, ce qui est loin d’être le cas de toutes les femmes des classes populaires19. Il n’en reste pas moins que c’est à elles que revient en premier lieu de trouver un moment dans leur emploi du temps pour endurer les longues attentes qui précèdent toute démarche au Mont-de-Piété, avec l’aide « [d]es enfants et [d]es vieillards » aux horaires probablement moins contraignants. Ces démarches administratives font partie à part entière du travail domestique des femmes, que ce dernier s’ajoute ou non à un travail rémunéré20. Dans cette optique, le temps est une ressource féminine, une monnaie dans laquelle elles payent, par l’inactivité forcée de l’attente, la charité qu’on leur concède. Une lettre anonyme envoyée en 1921 souligne la valeur de cette disponibilité féminine dans l’économie d’un ménage. L’auteur explique la difficulté, en raison des horaires, d’avoir recours au Mont-de-Piété pour les engagistes « surtout s’ils sont célibataires et qu’ils ne veulent pas raconter leurs petites affaires à des personnes qu’ils chargeraient de leur commission21 ».

  • 22 AD Seine, 1ETP/540.
  • 23 Nicole Arnaud-Duc, « Les contradictions du droit », in Michelle Perrot et Georges Duby (dir.), Hist (...)
  • 24 Cet aspect est bien mis en valeur par Anne-Marie Sohn, Chrysalides. Femmes dans la vie privée (XIXe(...)

11Dans un couple, l’épouse est responsable de l’engagement et elle peut tout à fait mettre en gage les biens de son mari, comme l’atteste cette lettre d’une habitante du populaire XIe arrondissement, Mme Duteil : « Monsieur excuser moi si je vous écrit, car il m’est arrivée d’être dans le grand besoin j’étais forcé de mettre des habits au Mont Pietée a mon mari […] mon mari n’a absolument plus rien a se mettre et impossible de lui acheté même pas une culotte, car je me trouve dans le grand besoin22 ». L’engagement pour autrui est en effet toléré et très largement répandu. Pour les prêts de moins de 20 francs, aucun justificatif d’identité n’est demandé. Cette pratique contrevient clairement aux dispositions du Code civil de 1804 qui affirme que le patrimoine commun d’un ménage est sous l’autorité du mari23. Elle révèle les marges de manœuvre qui existent pour les femmes mariées dans les activités économiques ordinaires, tant qu’elles portent sur de faibles montants24.

  • 25 AD Seine 1ETP/ 529.
  • 26 AD Seine, 1ETP/ 529.

12L’engagement pour autrui ne se limite d’ailleurs pas à un arrangement conjugal. Des lettres montrent la banalité de ce service : en 1879, Marie de Villeneuve vient au bureau H, près de Saint-Sulpice, avec une « reconnaissance [qui] appartient à Mme Malagie, 1, rue Lallier, qui [l]’avait prié de la renouveler »25. En 1888, au bureau D, rue du Faubourg Saint-Denis, une dame Gillot se présente pour engager douze livres brochés, qui appartiennent à un sieur Bécar, domicilié dans le même immeuble, au 148, rue du Faubourg Saint-Martin, sans que l’on connaisse plus précisément la nature de leur lien26. Ainsi, même s’il n’est pas certain qu’elles soient les propriétaires des objets qu’elles déposent, les femmes semblent bien être les plus nombreuses dans les salles d’attente. Elles sont au cœur de l’interaction avec les employés du Mont-de-Piété, sans pour autant être nécessairement les propriétaires des gages : il peut s’agir de domestiques engageant pour leur maître ou leur maîtresse, de femmes pour leur époux ou de voisines rendant un service, voire d’intermédiaires payées pour protéger la réputation de l’engagiste réel-le. Les hommes évitent autant que faire se peut de fréquenter les bureaux du prêt sur gage. Leur rôle social et politique est fondé sur leur capacité à assurer la subsistance de la famille (le modèle du male breadwinner) et le recours au crédit est un signe extérieur de leur échec à assumer cette responsabilité masculine. Le déshonneur social en est d’autant plus grand et le recours à des intermédiaires féminins pourrait être un moyen de « sauver la face » et d’éviter de dévoiler le stigmate de la nécessité qui porte atteinte à la virilité.

Se rapprocher des femmes des quartiers populaires : le développement des bureaux auxiliaires

  • 27 AD Seine, 1ETP/526, 528, 529, 530 et 531 : cartons qui portent spécifiquement sur la création et le (...)
  • 28 Edmond Duval, Notice sur les bureaux auxiliaires du Mont de Piété de Paris, Nancy, Imprimerie Berge (...)

13À partir des années 1850, le Mont-de-Piété se lance dans une politique très active pour ouvrir des succursales et des bureaux auxiliaires partout dans Paris27. Il s’agit de lutter contre les grands ennemis de l’administration : les commissionnaires, des marchands patentés qui servent d’intermédiaires entre l’institution et ses client-e-s. Cette profession s’est largement développée, car il n’existait durant la première moitié du XIXe siècle qu’un seul lieu d’engagement, le siège historique de la rue des Francs-Bourgeois, dans le Marais, fort éloigné des faubourgs populaires. Le Mont-de-Piété critique violemment ces agents qui demandent une commission, renchérissant d’autant le coût du crédit. Il faut cependant préciser que ces intermédiaires perçoivent un intérêt supplémentaire calculé sur le montant des prêts accordés et qu’ils ont donc tendance à « défendre le gage », pouvant ainsi contester une évaluation trop basse des commissaires-priseurs. Le zèle que déploie le Mont-de-Piété à les éliminer est peut-être donc moins vertueux et moins dévoué aux intérêts des engagistes qu’il n’y paraît à première vue. L’établissement se lance en tous les cas dans une politique volontariste pour se rapprocher de cette clientèle et ouvrir des bureaux « disséminés dans Paris selon les besoins du public qui a à sa disposition la caisse du Mont-de-Piété, sans déplacements longs et coûteux28 ». Il s’agit d’aller à la rencontre des classes populaires, en ouvrant des espaces facilement accessibles aux habitant-e-s des quartiers pauvres, particulièrement dans le nord et l’est de la capitale : en 1869, la capitale compte 24 bureaux auxiliaires.

  • 29 « Les opérations des bureaux auxiliaires sont toujours les plus nombreuses, les engagements figuren (...)
  • 30 Laurent Clavier, « “Quartier” et expériences politiques dans les faubourgs du nord-est parisien en (...)
  • 31 AD Seine, D15U1 / 215.

14Le succès de cette politique est manifeste : en 1895, les trois quarts des engagements se font dans ces espaces périphériques29. Cette réussite peut en premier lieu s’expliquer par l’importance du quartier comme unité spatiale de référence pour les classes populaires parisiennes30. Le bureau auxiliaire du Mont-de-Piété vient s’intégrer à la multitude des institutions économiques et sociales du voisinage, comme les bureaux de bienfaisance ou les petits commerces qui forment le cadre des échanges ordinaires. Le succès des bureaux auxiliaires est également lié au genre de la clientèle. Les femmes des classes populaires, même celles qui n’occupent pas d’emploi rémunéré, sont en effet très peu mobiles du fait de la charge du travail domestique et particulièrement du soin des enfants. Une ménagère endettée explique par exemple au juge de paix qui la convoque à quel point un déplacement au tribunal est incompatible avec ses obligations familiales : « je me suis présentés j’ais attendu jusque 4 heures du soir et jaie été forcé de m’allez car mes deux enfants était dans la rue31 ». La proximité spatiale est alors un atout de poids pour la clientèle féminine.

15Ces nouveaux bureaux auxiliaires répondent désormais à un modèle normalisé. Vus de l’extérieur, ce sont des immeubles bas, aux façades simples et austères, rythmées par des colonnes et des fenêtres grillagées. Ils sont aisément repérables à deux signes qui les distinguent dans l’espace urbain : une petite enseigne rectangulaire portant le nom de l’établissement et un drapeau français flottant sur la façade. En 1889, dans une brochure à la gloire de cette réforme, Edmond Duval, le directeur de l’institution, décrit en ces termes l’organisation intérieure des bâtiments :

  • 32 Duval, Notice sur les bureaux auxiliaires…, op. cit., p. 6

« Un bureau se compose d’une vaste salle, au plafond très élevé, où l’air et la lumière circulent abondamment. Les emprunteurs sont en contact direct avec les employés dont ils peuvent juger l’activité et la bonne éducation […]. Tout y est aménagé sans luxe avec, cependant, un goût parfait.32 »

16Il se réjouit que la construction de ces locaux ait permis de rompre avec les bureaux des commissionnaires :

  • 33 Ibid. Nous soulignons.

« Quelques-uns des bureaux de commission en effet, étaient installés dans des maisons de mauvais aspect ; le public y était accueilli dans des locaux mal tenus, où les emprunteurs ne se présentaient pas sans répugnance. L’aspect des bureaux auxiliaires est aujourd’hui bien différent, et les emprunteurs s’y présentent pour leurs opérations sans hésitation et sans honte […] et nous constatons avec plaisir que les emprunteurs se montrent satisfaits d’être accueillis dans ces conditions et de ne plus avoir à fréquenter, comme par le passé, des bureaux dont la mauvaise apparence était de nature à gêner les honnêtes gens33. »

  • 34 Michelle Perrot, Les ouvriers en grève. France, 1871-1890, Paris/La Haye, Mouton, 1973, p. 211.

17Cet extrait introduit une nouvelle dimension dans l’appréhension du prêt sur gage : ce dernier apparaît comme un acte fortement stigmatisé, du moins pour la bourgeoisie qui révèle ainsi son besoin de liquidités. Michelle Perrot avait remarqué combien « le monde petit bourgeois [est] soucieux de “faire honneur à ses affaires”, d’économiser, […] l’emprunt est le stigmate d’une condition infamante, et l’épargne, plus encore qu’une sécurité : une consécration34 ». Dans son enthousiasme, le directeur du Mont-de-Piété annonce la disparition de la honte attachée à la fréquentation de l’établissement. Or, il semble bien qu’il n’en est rien et, qu’au contraire, le stigmate organise pour partie l’espace des bureaux auxiliaires.

Le crédit in situ : rapports de genre et rapports de classe dans les bureaux auxiliaires

  • 35 Duval, Notice sur les bureaux auxiliaires…, op. cit., p. 3.
  • 36 Bourdieu, « Effets de lieu », art. cit., p. 250.

18La politique de développement des bureaux auxiliaires a peu à peu asphyxié les commissionnaires dont la corporation est supprimée en 188735. La disparition de ces intermédiaires ouvre une ère d’interaction directe entre le Mont-de-Piété et ses utilisateurs et utilisatrices, au sein de nouveaux espaces. Pousser la porte du bureau auxiliaire dans un quartier populaire, c’est se retrouver dans un lieu où se déroulent quotidiennement des centaines de transactions de crédit qui mettent aux prises employés, emprunteur-e-s et objets, dans une relation complexe. Le terme de « lieu » est employé ici volontairement, car il désigne un espace précis, auquel il n’est pas possible d’en substituer un autre. Comme l’écrit Pierre Bourdieu : « le lieu peut être défini absolument comme le point de l’espace physique, où un agent ou une chose se trouve situé, “a lieu”, existe36 ». Il est le cadre spatial concret des interactions sociales et permet de matérialiser les rapports sociaux, de saisir la construction des catégories – de classe ou de sexe – là où elles sont produites.

19Dans ces bureaux auxiliaires, face à des employés masculins, les clients modestes, et particulièrement les femmes, pris-e-s dans les rets de la nécessité économique, se retrouvent le plus souvent privé-e-s de recours et contraint-e-s d’accepter les conditions de l’institution. Le genre joue néanmoins différemment selon la classe sociale. Les bourgeoises peuvent en effet mobiliser les ressources de la distinction pour préserver leur honneur et, éventuellement, obtenir des conditions de prêt plus avantageuses, tandis que les femmes de classes populaires sont entièrement démunies. Genre et classe sont ici entremêlés et doivent être observés in situ pour déterminer la variable qui prend le dessus dans l’interaction.

Le bureau particulier, une enclave bourgeoise

  • 37 Ferrières, Le Bien des pauvres…, op. cit., p. 26-38 ; Giovanni Ricci « Naissance du pauvre honteux  (...)
  • 38 André Gueslin, Gens pauvres et pauvres gens dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, 1998, p.  (...)

20Si la majorité de la clientèle du Mont-de-Piété de Paris est composée de membres des milieux populaires, une minorité d’hommes et de femmes des classes supérieures a également recours ponctuellement à cet établissement. Le besoin d’argent d’individus qui appartiennent par ailleurs à l’élite sociale les classe dans la catégorie des « pauvres honteux », ces déclassés auxquels le Mont-de-Piété attache beaucoup d’importance, victimes de revers de fortune ou des vicissitudes du temps (guerres ou révolutions)37. André Gueslin a souligné combien « la solidarité de classe » joue dans la relation à ces pauvres « injustement déclassés38 ». Ce que l’on secourt à travers eux, c’est finalement une image de soi, pour conjurer la menace de la fragilité économique qui pèse sur tout un chacun.

  • 39 Goffman, Stigmate…, op. cit.

21Pour les client-e-s bourgeoi-se-s, la pauvreté est un stigmate, au sens goffmanien du terme, c’est-à-dire une caractéristique qui peut les disqualifier et qu’ils et elles vont donc s’attacher à cacher le plus longtemps possible39. Or, la fréquentation du Mont-de-Piété, lieu où l’on n’entre que pour contracter un crédit, rend visible leur besoin d’argent et les fait déroger à leur classe sociale. La révélation publique du stigmate est inscrite dans l’espace et le fait d’avoir fait construire des bureaux auxiliaires spécialement dédiés, où l’on ne peut feindre de se rendre pour une autre raison, amplifie le dévoilement. Un journaliste l’explique clairement en 1915 :

  • 40 « Le Mont-de-Piété », Le Bonnet Rouge, 5 septembre 1915, nous soulignons.

« Les emprunteurs regrettent assurément les anciens bureaux où ils n’étaient pas exposés à faire connaître leur gêne. En effet, si on les voyait sortir d’une maison à locataires, on ignorait s’ils étaient allés chez un de ces locataires ou au Mont-de-Piété, tandis qu’en pénétrant dans un de ces hôtels spécialement affectés aux opérations du Mont-de-Piété, si on les voit sortir, le doute n’est plus possible, ils sont dans la gêne, ils viennent de contracter un emprunt. L’emprunteur s’expose à voir son crédit atteint.40 »

  • 41 AD Seine, 1ETP/528.

22Le stigmate est révélé par l’usage de l’espace : dehors, dans l’espace ouvert de la rue, la honte n’est qu’une potentialité et les client-e-s ne sont encore que de simples passant-e-s, des citadin-e-s ordinaires. Alors qu’une fois le seuil franchi, ils/elles sont, aux yeux des spectateurs potentiels, dévoilé-e-s comme « pauvre ». Ce qui est considéré comme un franchissement banal pour les « vrais pauvres », c’est-à-dire pour celles et ceux dont c’est l’habituelle condition, est au contraire vécu comme une transgression, une douloureuse proclamation sociale de la gêne économique de la bourgeoisie. C’est la raison pour laquelle le Mont-de-Piété s’implante peu dans l’ouest aisé de la capitale : seuls deux bureaux auxiliaires desservent les VIIe, VIIIe, XVIe et XVIIe arrondissements. Pour éviter la réprobation, les personnes fortunées se déplacent en effet hors de leur espace d’interconnaissance. Un contrôleur explique ainsi en 1910 qu’« étant donné la qualité de ces emprunteurs, ils préfèrent s’adresser à un bureau plus éloigné de leur quartier plutôt que de risquer d’être vu pénétrant dans un Mont-de-Piété voisin de leur domicile41 ».

  • 42 Duval, Notice sur les bureaux auxiliaires…, op. cit., p. 6 ; Coutaud, Le rôle social du Mont-de-Pié (...)

23L’administration du Mont-de-Piété a bien conscience du stigmate dont elle est porteuse. S’il n’est pas possible de remédier à la visibilité des bâtiments dans l’espace urbain, l’organisation de l’espace intérieur prouve qu’elle cherche à préserver les plus distingué-e-s de ses client-e-s en leur évitant la fréquentation, jugée humiliante, de la salle commune. Edmond Duval précise que « des petites salles sont réservées à ceux que la station à faire dans le hall commun intimide ou contrarie ; on a accès dans ces bureaux particuliers en appelant, au moyen d’un timbre placé à la porte, un employé qui introduit immédiatement ». Edmond Coutaud, auteur d’une thèse de droit sur le Mont-de-Piété, parle de bureaux spéciaux « réservés aux clients, qui […] répugnent à entrer dans la salle commune42 ». Si l’on reprend le schéma interprétatif d’Erving Goffman, ici le problème des « pauvres honteux » n’est plus le même : une fois le seuil franchi, tou-te-s les client-e-s sont des stigmatisé-e-s. L’enjeu n’est plus alors de cacher sa gêne aux yeux des autres, mais plutôt de maintenir des barrières sociales, là où le recours commun au crédit risque de niveler les identités. Le bureau auxiliaire est un lieu qui manifeste la différence sociale et révèle la peur de la confusion avec la population majoritaire. Y avoir accès procure aux emprunteurs et aux emprunteuses une forme de réassurance : ils sont certes dans la gêne, mais sont toujours reconnus socialement comme au-dessus de la masse qui attend dans la salle commune.

Illustration 1 – Caricature de l’Assiette au Beurre (n° 218, 3 juin 1905) sur le bureau particulier du Mont-de-Piété

Illustration 1 – Caricature de l’Assiette au Beurre (n° 218, 3 juin 1905) sur le bureau particulier du Mont-de-Piété
  • 43 Sur le dégoût comme expression de la distance sociale, voir le numéro de la revue Genèses, 96, 3, 2 (...)
  • 44 Joan Scott, « Genre, une catégorie utile d’analyse historique », Cahiers du GRIF, 37-38, 1988, p. 1 (...)
  • 45 Alain Corbin, Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, Paris, Flammarion (...)

24Les clientes bourgeoises sont cependant l’objet d’une stigmatisation supplémentaire spécifique, due à leur sexe. En 1905, une caricature de l’Assiette au beurre, l’hebdomadaire satirique, résume cet entrelacement du genre et de la classe, à la fois dans la pratique et dans les représentations du prêt sur gage. Cette illustration présente deux clientes du cabinet particulier, face au chef de bureau, mettant en scène le face-à-face entre une institution masculine et une clientèle féminine. Les deux femmes sont habillées avec soin de robes coûteuses, portant gants et chapeau. La volonté de dissimulation se lit dans leur toilette à travers la présence de grandes voilettes pour cacher le visage. La honte est également manifeste dans leur attitude corporelle : yeux baissés et visages tristes, l’une d’elle tourne en outre le dos à l’employé. La légende nous livre les pensées privées de ce dernier qui trouve que le bureau particulier « pue moins », suggérant la mauvaise odeur de la salle commune, attribuée à la population modeste qui s’y presse43. La deuxième partie de la phrase introduit un autre registre d’interprétation en ajoutant « ici, on peut faire des femmes », comme si seule la clientèle bourgeoise était féminine. C’est évidemment faux au vu de la répartition sociale de la clientèle, mais on peut y lire que seules les femmes bourgeoises méritent d’être considérées comme étant des femmes. Le genre est alors un miroir des rapports de classe et une « façon première de signifier des rapports de pouvoir44 ». L’expression « faire des femmes » peut enfin être comprise comme une allusion déguisée à la prostitution, car l’expression « faire des hommes » signifie, au XIXe siècle, racoler des clients45. La légende insiste sur la sexualisation possible de l’échange, dans l’intimité du cabinet particulier assimilé au boudoir. Cet espace privé, protégé des regards, évite aux clientes la honte de dévoiler leur besoin de crédit, mais il fait peser sur elles le soupçon de la prostitution. Dans la bourgeoisie, l’honorabilité des femmes a une forte dimension sexuelle et repose sur une réputation d’intégrité morale, alors que les hommes doivent, eux, faire preuve de virilité en termes sexuels et économiques, ici incarnée par l’employé. L’espace clos du bureau auxiliaire est une possible tache sur cette réputation, mais le soupçon de déshonneur sexuel est le prix symbolique à payer pour préserver l’honneur économique.

25L’espace des bureaux auxiliaires est bien organisé par l’obsession de la distinction sociale et par la peur du dévoilement, qui conduit à séparer les espaces intérieurs en fonction de la classe sociale des emprunteuses. Pour les client-e-s ordinaires, celles et ceux qui n’ont pas droit à la protection de leur réputation économique, les interactions avec les employés sont l’occasion de rapports de force qui peuvent tourner à l’humiliation.

Dans la salle commune : attente, humiliation et domination

  • 46 AD Seine, 1ETP/533.
  • 47 AD Seine, 1ETP/533, octobre 1879.

26Il est frappant de noter que la honte sociale des « nécessiteux » et des « nécessiteuses » reste un impensé et que l’anonymat est un privilège de classe. Les client-e-s modestes sont considéré-e-s comme pauvres par nature, sans réputation à préserver et ne bénéficient donc d’aucun aménagement spatial pour ménager leur susceptibilité. Ils et elles sont cantonné-e-s à l’attente collective dans la salle commune. La « salle du public », celle dans laquelle ont lieu les opérations principales, mesure environ 30 m² et est équipée de deux guichets, l’un pour les engagements, l’autre pour les dégagements. Contrairement au chef-lieu ou aux succursales qui possèdent des guichets différents selon les types de gages (vêtements, outils, valeurs, bijoux), les bureaux auxiliaires sont dotés d’un unique guichet. Des barres métalliques matérialisent la file d’attente que l’engagiste doit parcourir avant de parvenir devant l’employé. Dans cet espace ouvert, dans lequel tout se voit et s’entend, la clientèle majoritairement féminine est confrontée à des employés du Mont-de-Piété qui sont uniquement des hommes. En 1885, un document explicite les qualités nécessaires aux employés qui sont en contact avec le public et précise qu’ils doivent avoir une « bonne présentation » et être « courtois » avec le public46. Mais la possibilité de la violence (qu’il s’agisse de conflit ou de vol) est inscrite dans l’organisation même des lieux, comme le prouve le fait que les employés sont séparés des engagistes par un grillage en fer. En outre, l’autorité parfois excessive des garçons de bureau est attestée notamment par cette note sur un employé, ancien officier pendant la guerre de 1870 : « faisant parfaitement son affaire, quelque fois un peu rude avec le public, a trop conservé le commandement militaire47 ».

  • 48 AD Seine, 1ETP/533, rapport du 30 avril 1884.
  • 49 AD Seine, 1ETP/529.
  • 50 AD Seine 1ETP/ 529.

27La salle du public est d’abord un espace d’attente. Le 16 avril 1884, le contrôleur général du Mont-de-Piété écrit par exemple qu’« à l’occasion du terme et des fêtes de Pâques, l’affluence des emprunteurs a été très considérable aujourd’hui à la division des bijoux notamment. [Malgré les précautions prises], le séjour moyen de chaque emprunteur dans la salle des engagements a été de 3 heures et quelquefois plus48 ». Cette situation perdure longtemps : en août 1925, un rapport constate que les services du bureau H sont encore surchargés, ce qui a pour conséquence des délais d’une heure à une heure et demie d’attente. Le contrôleur conclut qu’une réorganisation du service s’impose pour éviter de voir « comme maintenant, des femmes et des enfants assis sur le rebord des fenêtres, sur les dossiers des bancs, sur les radiateurs, etc.49 ». Ce temps passé dans une apparente inaction fait, nous l’avons vu, partie du temps de travail domestique des femmes dans les milieux populaires. Il s’agit d’un temps de socialisation où peuvent s’échanger des informations d’importance, participant de la résistance collective à la vulnérabilité économique. Une solidarité peut ainsi se créer dans le public, contre la lenteur, l’incompétence ou les pratiques abusives des employés. Le 21 octobre 1879, Marie de Villeneuve, déjà évoquée, envoie au Préfet de Police une missive qui dévoile un peu plus les petites humiliations quotidiennes qu’exercent parfois les employés, et la solidarité féminine qui peut se mettre en place pour y répondre50. Le rapport de force se noue ici autour des moyens de paiement pour renouveler un gage. L’auteure de la lettre, comme la cliente qui la précède dans la file, veut régler avec des pièces de 10 ou 20 francs, alors que le garçon de bureau exige de la menue monnaie, ce qui ne figure nulle part comme règle officielle. Mais c’est surtout la brutalité avec laquelle est formulée cette requête qui semble intolérable à Marie de Villeneuve car l’employé lui parle « impoliment », en étant « rien moins que poli ». Les velléités d’opposition de la cliente sont reçues avec hauteur et l’employé entre très rapidement dans un rapport de force en rappelant sa toute-puissance (la cliente ne va pas « faire la loi ») et en utilisant la moquerie, avec la complicité de son chef, pour la rabaisser. L’emprunteuse oppose à cet abus de pouvoir une agressivité équivalente (elle est « irritée » et « répond vertement ») qui fait monter le degré de tension de la discussion dans « un échange d’observation très vives ». Elle s’appuie explicitement sur l’empathie qu’elle a éprouvée pour la cliente précédente qui, elle, n’a pas eu les ressources suffisantes pour s’opposer à l’abus de pouvoir de l’employé. Ce sentiment de solidarité la pousse de son propre aveu à défendre sa position (« irritée aussi, je l’avoue de la façon impertinente dont il avait traité la vieille femme qui était passée avant moi »). Son patronyme (Marie de Villeneuve) qui suggère une appartenance à l’aristocratie, sa maîtrise de l’orthographe et l’emploi d’un vocabulaire soutenu font penser qu’elle dispose de ressources sociales qui viennent contrebalancer le rapport de force genré entre une cliente femme et des employés masculins. Elle n’est, en outre, pas venue en son nom car elle renouvelle le gage d’une amie. Elle n’éprouve donc pas l’embarras du stigmate et ne présente pas la faiblesse habituelle des pauvres honteux. Marie de Villeneuve a pu s’appuyer sur ces ressources pour refuser la subordination que tente de lui imposer l’employé.

  • 51 AD Seine, 1ETP/533.
  • 52 Pierre Bourdieu a montré qu’il ne s’agissait pas seulement de parler stricto sensu, mais de s’autor (...)

28On peut supposer que la majorité des clients, hommes ou femmes, n’osent cependant pas s’opposer à ces menus abus de pouvoir, comme le montre bien une lettre de réclamation envoyée par Louis Fanet, un employé de l’Imprimerie Nationale51. En 1886, il écrit au Mont-de-Piété pour se plaindre des temps d’attente au chef-lieu de la rue des Blancs Manteaux où il va régulièrement. L’auteur rappelle la valeur du temps pour la clientèle qui « se compose de gens peu riches qui sont outrés de voir qu’il leur faut perdre une ½ journée pour la plus grande commodité des employés », soulignant le rapport de force dissymétrique entre employés et engagistes. Ces derniers n’ont pas ou peu de moyens de pression et l’attente qui leur est imposée est analysée par l’auteur comme une marque de mépris, une manière de leur rappeler leur subordination et leur impuissance. Louis Fanet souligne d’ailleurs que cette domination a été intégrée par les emprunteurs et les emprunteuses qui se réduisent spontanément au silence : « le public qui fréquente vos bureaux est généralement gêné au sens figuré du mot, presque honteux, n’osant pas réclamer moi-même j’ai eu souvent a m’en plaindre est je me suis tu ». Il retranscrit admirablement un procédé bien connu des sociologues : l’inégale répartition sociale de la capacité à prendre la parole. Dans les classes populaires, les effets de l’autocensure sont forts et condamnent à la gêne, à la timidité ou au silence52. On peut faire l’hypothèse que c’est son statut d’employé lettré (il travaille à l’Imprimerie Nationale) qui lui donne une légitimité suffisante pour oser prendre la plume et se faire porte-parole des engagistes « peu riches », qui subissent sans voix cette situation. Cette capacité d’indignation est également une prérogative de genre : Louis Fanet s’autorise probablement de son statut d’homme pour critiquer la perte de temps que représente son attente dans les bureaux. La majorité des clientes se trouvent dans un rapport de force encore plus dissymétrique, ajoutant la subordination de genre à la subordination de classe.

  • 53 Sur les rapports de force entre employés et usagers à l’époque contemporaine, voir l’enquête ethnog (...)

29On ne peut évidemment déduire de ces lettres, peu nombreuses dans les archives, que les bureaux auxiliaires du Mont-de-Piété soient des lieux de perpétuelles tensions et d’humiliations, notamment parce que la direction est attentive à ces dénonciations (ce que prouve a minima la conservation de tels documents). Ces témoignages sont en revanche des fenêtres ouvertes sur des conflits possibles et dévoilent une relation déséquilibrée qui met aux prises des employés bénéficiant du poids de l’institution et du prestige du masculin, et des femmes, des enfants ou des vieillards, en situation de demande et de minoration sociale, en raison de leur sexe ou de leur âge53.

À la recherche d’une marge de manœuvre : renégocier dans un entre-soi de genre et de classe

30Ces conflits entre employés et emprunteurs ou emprunteuses, pour révélateurs qu’ils soient, sont néanmoins secondaires par rapport à l’autre préjudice que subissent les engagistes : au sein des bureaux auxiliaires, les client-e-s sont totalement dépossédé-e-s de leur capacité d’évaluation de leurs biens par les commissaires-priseurs. La distance sociale qui sépare ces deux groupes vient encore redoubler l’inégalité du rapport économique qui les lie. Face à la sous-estimation chronique de leurs gages, la clientèle à majorité féminine a comme seul recours de sortir de cet espace dominé pour tenter de retrouver un entre-soi de classe et parfois de genre auprès de marchand-e-s de reconnaissances, qui leur font payer cher une plus grande souplesse dans les rapports sociaux.

Des commissaires-priseurs invisibles et tout-puissants

31Au terme de leur attente dans la salle commune du bureau du Mont-de-Piété, les engagistes de classes populaires sont contraint-e-s d’accepter le prix qui leur est proposé pour leur gage, sans possibilité de négociation. Le Mont-de-Piété de Paris a en effet délégué la « prisée » à des officiers publics spécialisés, les commissaires-priseurs, étrangers à l’institution. Ils appartiennent à une corporation très organisée, la « compagnie des commissaires-priseurs » :

  • 54 Ferdinand-Louis-Barthélémy Arnault, « Rapport fait au nom de la Commission chargée d’examiner : 1° (...)

« Leur nombre est fixé à 80 […] Ils sont assujettis à un cautionnement de 20 000 francs [… et il y a] une sorte de propriété des charges. Les commissaires-priseurs ont donc le droit de transmettre leurs offices à titre onéreux ou gratuit. La valeur moyenne de ces charges serait d’environ 200 000 francs54 ».

32Dans le cadre du Mont-de-Piété, les officiers profitent de leur situation surplombante pour sous-estimer les gages. Ils sont responsables sur leurs fonds propres s’ils surestiment la valeur des objets déposés et en proposent donc une évaluation systématiquement basse. La lutte autour de l’estimation des objets prend la forme d’un rapport de force dissymétrique, de genre et de classe. La situation de départ est très défavorable à l’emprunteur et encore davantage à l’emprunteuse : le recours au Mont-de-Piété signe son besoin pressant d’argent et l’institution qui détient le monopole du prêt sur gage est le seul interlocuteur possible. L’estimation est faite par un commissaire-priseur, membre d’une corporation reconnue et qui détient le monopole de la compétence. Une distance sociale immense sépare cet officier qui a acheté sa charge 200 000 francs, et l’engagiste ordinaire, l’ouvrière ou l’employé impécunieux. En outre, lors du nantissement, le gage

  • 55 Arnault, « Rapport… », art. cit., p. 13.

« est remis aussitôt au commissaire-priseur en dehors de la vue de l’emprunteur : d’où il résulte que le commissaire-priseur ne connaît pas le propriétaire du gage, et qu’aucun débat ne peut intervenir entre l’emprunteur et le Mont-de-Piété, puisqu’à toute réclamation, l’employé doit répondre : ce n’est pas nous qui fixons l’estimation55 ».

33L’engagiste est donc soumis-e à la décision arbitraire de l’évaluateur, sans possibilité d’établir une interaction qui pourrait amener une réévaluation du montant du prêt : sans face-à-face, il n’y a pas d’espace de négociation. Là encore, la différence sociale joue à plein, car dans le bureau particulier, les bourgeoises peuvent davantage négocier une rencontre avec l’estimateur et discuter, même à la marge, le montant du prêt.

34L’estimation de la valeur des biens déposés en gage au Mont-de-Piété, loin d’être un processus transparent, est donc le résultat d’un rapport de force, dans lequel les emprunteurs et les emprunteuses, surtout s’ils/elles vivent dans un quartier populaire, sont fortement désavantagé-e-s. Face aux commissaires-priseurs, les femmes n’ont que très peu de recours au sein de l’institution : elles peuvent éventuellement mettre en concurrence les bureaux auxiliaires, mais cela prend du temps ; elles peuvent récriminer, mais cela demanderait des ressources sociales et culturelles dont beaucoup sont moins pourvues. Les ouvrières et les employées se tournent donc massivement vers d’autres intermédiaires, les marchand-e-s de reconnaissances, plus onéreux-ses mais également plus accessibles. Alors que le Mont-de-Piété n’a de cesse de dénoncer violemment ces usuriers et ces usurières qui s’engraissent sur la misère du peuple, on peut supposer que le recours à cette profession est un choix économique rationnel par lequel les engagistes retrouvent une marge de négociation sur la valeur des biens qui est totalement absente lors de leur nantissement au Mont-de-Piété.

Les marchand-e-s de reconnaissances, usure ou marge de manœuvre ?

  • 56 La vente de reconnaissances est un commerce dont il serait trop long de détailler ici tous les aspe (...)
  • 57 Anonyme, Le Mont-de-Piété et les marchands de reconnaissances, Paris, A. Desclos et Cie, 1886, p. 1 (...)

35En sortant du bureau du Mont-de-Piété, le dernier recours de la clientèle en majorité féminine consiste souvent à entrer, quelques numéros plus loin, dans la même rue, dans l’échoppe d’un-e marchand-e de reconnaissances. Ces commerçant-e-s sont des intermédiaires-clés du crédit populaire, car ils/elles rachètent la reconnaissance de dette, consentant ainsi un deuxième prêt, avec des liquidités immédiatement disponibles, mais à un taux d’intérêt incomparablement supérieur et proprement usuraire56. Pour contourner le monopole du Mont-de-Piété en matière de prêt sur gage, ils/elles ont recours à un artifice juridique : la vente à réméré qui est une vente avec « faculté de rachat pour le vendeur57 ». Pour conserver cette option, le client ou la cliente paye une somme chaque mois, montant qui correspond en réalité aux intérêts usuraires du prêt. L’achat à réméré est donc la fiction juridique qui permet de dissimuler le retour du prêt sur gage privé, hors du monopole du Mont-de-Piété et à des taux très largement supérieurs.

Illustration 2 – Caricature de l’Assiette au Beurre (n° 218, 3 juin 1905) sur la marchande de reconnaissance

Illustration 2 – Caricature de l’Assiette au Beurre (n° 218, 3 juin 1905) sur la marchande de reconnaissance
  • 58 Annuaire statistique de la Ville de Paris, 1890, p. 784 ; 1895, p. 725 ; 1900, p. 712 ; 1910, p. 64 (...)
  • 59 Ce chiffre remet fortement en question l’idée répandue dans la littérature sur le Mont-de-Piété sel (...)
  • 60 Hippolyte Lesage, Rapport sur le trafic des reconnaissances, 13 novembre 1884, BNF, cote R-PIECE 42 (...)

36Une caricature parue en 1905 dans le numéro spécial de l’Assiette au Beurre consacré au Mont-de-Piété décrit fidèlement le processus de réévaluation des biens et dénonce avec ironie la perfidie de l’usurière qui dissimule le taux d’intérêt exorbitant derrière une présentation bénigne : « un petit intérêt de dix centimes par francs et par mois », c’est-à-dire 120 % par an. Malgré ces taux d’intérêt très élevés, le recours à ces intermédiaires est massif : ils/elles rachètent – et cette proportion est constante pour toute la Belle Époque – plus des deux tiers des reconnaissances58. Cela signifie que la plupart des objets dégagés du Mont-de-Piété ou vendus par l’établissement n’appartiennent plus aux dépositaires initiaux et sont aux mains des marchand-e-s de reconnaissances59. Ces commerçant-e-s peuvent d’ailleurs écouler sans problème les objets ainsi récupérés, en cumulant la plupart du temps leur rôle de prêteur ou de prêteuse illégal-e avec l’exercice de la profession de brocanteur ou de brocanteuse, c’est-à-dire de la revente d’objets usagés. L’association des deux activités est telle que le trafic de reconnaissances est dénoncé par le Mont-de-Piété sous le nom de « funeste industrie des brocanteurs60 ».

  • 61 L’Assiette au Beurre, n° 218, 3 juin 1905.
  • 62 Les prêteurs sur gage américains étudiés par Wendy Woloson font l’objet des mêmes dénonciations ant (...)
  • 63 Lesage, Rapport…, op. cit. ; Coutaud, Le rôle social du Mont-de-Piété…, op. cit. ; Georges Renard, (...)
  • 64 La BHVP conserve un lot important de ces prospectus : Documents éphémères, série 123, cartons « Mon (...)

37Cette activité fait l’objet d’un discours de réprobation virulent qui dissimule les individus, pour ne donner à voir que des stéréotypes de sexe, de race et de classe. La caricature de l’Assiette au Beurre résume bien cette stigmatisation61. Intitulé « la marchande de reconnaissances », le dessin met en scène une femme dénommée, selon la légende, « Madame Jacob-Isaac-Lévy », triple patronyme qui renvoie à une identité juive, représentée avec un nez crochu, convention graphique antisémite traditionnelle des caricatures à grande diffusion62. La féminisation de cette profession que met en avant le dessin est pourtant invisible dans les discours officiels du Mont-de-Piété comme dans celui des commentateurs qui se récrient contre les « marchands de reconnaissances », présentant toujours cette activité au masculin63. Comme dans le cas de la clientèle du prêt sur gage, un certain nombre d’indices convergents prouvent toutefois que ce métier est exercé en partie par des femmes. Dans les prospectus publicitaires vantant les mérites de ces officines, les noms de femmes sont nombreux : Mme J. Fort fait des « opérations sur reconnaissances du Mont-de-Piété » au 14, rue Milton, dans le IXe arrondissement de la capitale et Mme Geschwind « achète les reconnaissances du Mont-de-piété et toute marchandise d’occasion » au 7, rue Racine dans le quartier de l’Odéon64. Les cartes postales et photographies de ces commerces sont également une source riche et montrent très souvent des femmes sur le pas de la porte, seules ou avec leur mari.

Illustration 3 – Une marchande de reconnaissances et son employée devant leur boutique. Source : Collection particulière, Guy Albert. Carte postale expédiée le 26 août 1905.

Illustration 3 – Une marchande de reconnaissances et son employée devant leur boutique. Source : Collection particulière, Guy Albert. Carte postale expédiée le 26 août 1905.
  • 65 AD Seine, D11U3/1696 n° 19000 (Yvelin) et 1714, n° 19637 (Duvignau). Pour la période étudiée, seuls (...)
  • 66 Annuaire statistique de la Ville de Paris, 1895.
  • 67 AD Seine, D11U3/1714, n° 19637 (Duvignau).

38Une carte postale de 1905 met en scène deux femmes devant une boutique située rue Danton dans le VIe arrondissement de Paris : on peut voir au-dessus d’elles un panneau annonçant l’achat de reconnaissances. Au dos de cette image, la jeune fille habillée en blanc, vendeuse, écrit à une amie : « je vous envoie ma vilaine frimousse, ma patronne […] et le magasin où je travaille », confirmant que ce commerce est dirigé par une femme. L’étude des dossiers de faillite aux archives départementales signale enfin cette présence féminine : deux commerces faillis sont tenus par des femmes, Marie Duvignau, veuve Serres, née à Argelès, et Marie Yvelin, divorcée, née en Normandie65. Ces dossiers confirment également l’appartenance de ces marchand-e-s aux classes populaires. Si ce commerce peut être lucratif à grande échelle, comme dans le cas des agences les plus importantes, l’achat de quelques reconnaissances ne procure que de faibles revenus. En 1895, le bénéfice moyen tiré de cette activité est de 264 francs par an66 : si l’on admet que cette moyenne dissimule de très grands écarts, les petits brocanteurs et brocanteuses du bas de l’échelle ne peuvent vivre seulement de ce trafic. Au moment de sa faillite, Marie Duvignau vend son fonds de commerce pour 1 000 francs, ce qui confirme la taille modeste de son échoppe67. Il s’agit probablement davantage d’une activité annexe, pour une profession qui se trouve au carrefour de la consommation populaire.

  • 68 Anonyme, Le Mont-de-Piété et les marchands…, op. cit, p. 3 et 24. Cette brochure anonyme entre dans (...)
  • 69 Ibid, p. 27.
  • 70 Sur l’insertion des petit-e-s commerçant-e-s dans les quartiers populaires, voir Natacha Coquery (d (...)
  • 71 Anonyme, Le Mont-de-Piété et les marchands…, op. cit., p. 26.

39Ces quelques éléments restent insuffisants et il serait nécessaire de faire une réelle histoire sociale de cette profession, jamais étudiée. On peut toutefois se risquer à quelques hypothèses. L’auteur d’une brochure anonyme souligne ainsi que « ces comptoirs et agences ont pour clientèle des ouvriers, employés et petits boutiquiers » et qu’« il faut se rappeler qu’en général ce n’est pas le riche mais le pauvre qui a recours aux offices du marchand, c’est-à-dire le porteur de petites reconnaissances68 ». Le recours massif à ces intermédiaires, malgré le coût exorbitant de ce second crédit, peut s’expliquer par la volonté des client-e-s du Mont-de-Piété de retrouver une capacité de négociation, à la fois sur la valeur des biens et sur les délais de remboursement. Ainsi le marchand peut-il se montrer « humain et accommodant » et reporter « le terme du délai de la vente69 ». Il ne s’agit pas bien sûr de bonté pure de leur part et on peut postuler que les marchand-e-s sont pris-es pour une bonne partie dans les réseaux d’interconnaissance locale qui à la fois leur garantissent une clientèle et encadrent leurs pratiques70. Loin des commissaires-priseurs du bureau auxiliaire inaccessibles à la clientèle, on retrouve donc dans ces boutiques un certain entre-soi de classe. L’auteur de la brochure précise également que « c’est la femme surtout qui vient chez le marchand comme elle a été précédemment au Mont-de-Piété71 ». Au regard de la relative féminisation du commerce de reconnaissances, on peut donc également supposer que, dans un certain nombre de cas, s’ajoute à cet entre-soi de classe un entre-soi féminin, à l’opposé de l’expérience que les clientes font au Mont-de-Piété d’un monde uniquement masculin.

Conclusion

40Le Mont-de-Piété de Paris est, au XIXe siècle, un fief féminin, essentiellement fréquenté par des femmes des classes populaires, en recherche d’un micro-crédit leur permettant de renflouer momentanément le budget familial. Fidèle à sa mission charitable, l’établissement développe à partir des années 1850 un réseau de bureaux auxiliaires pour se rapprocher de cette clientèle féminine, peu mobile à cause de la charge du travail domestique. Le prêt sur gage se déroule dès lors très majoritairement dans ces lieux dédiés et fortement stigmatisés que les plus fortuné-e-s évitent tant que faire se peut. Les plus fragiles n’ont pas le choix et doivent, à l’intérieur de ces murs, se résoudre aux rapports de force imposés par l’institution qui jouent en leur défaveur. D’une part, les employés sont en situation de pouvoir et ne leur épargnent pas de nombreuses humiliations ordinaires. D’autre part, les commissaires-priseurs qui détiennent le monopole de l’appréciation de la valeur des objets sous-estiment chroniquement leurs gages. Face à cette injustice, les engagistes se tournent vers les marchand-e-s de reconnaissances, des prêteurs et prêteuses illégaux qui pratiquent des taux d’intérêts usuraires, mais avec qui les femmes des classes populaires retrouvent une marge de manœuvre dont elles sont sinon totalement privées.

41Il convient d’insister pour finir sur la complexité des types de ventes et des procédures qui encadrent ce crédit populaire. Le prêt sur gage comme la vente à réméré sont des processus économiques et juridiques complexes qui séparent la nue-propriété de l’usufruit et impliquent des calculs financiers sur le long terme, notamment à propos des taux d’intérêt. Les observateurs extérieurs répètent à loisir que ces procédures compliquées ne sont pas maîtrisées par les femmes des classes populaires, naïves et victimes d’abus. Il nous semble au contraire que la longévité de ces systèmes et leur prospérité viennent contredire cette analyse : les plus pauvres, et notamment les femmes, possèdent bel et bien une rationalité économique et maîtrisent une partie de ces procédures, notamment leurs aspects pratiques et les interactions sociales qu’elles impliquent.

Haut de page

Notes

1 « Ma tante » est l’un des surnoms du Mont-de-Piété, aussi appelé « le clou ».

2 Sur le Mont-de-Piété de Paris, il existe une seule étude historique solide qui est consacrée à la période 1777-1851, et une étude sociologique sur ses usages contemporains : Cheryl L. Danieri, Credit where credit is due. The Mont-de-Piété of Paris, 1777-1851, New York, Garland Publishing Inc., 1991, et Houda Laroussi, Le prêt sur gage au Crédit municipal de Paris. Clientèle et mondes sociaux, Paris, Karthala, 2012. Un ouvrage récent de la série « Raconter la vie » se situe entre le récit romanesque et l’enquête sociologique : Pauline Peretz, Au prêt sur gage, Paris, Seuil, 2014. Trois synthèses rédigées par des journalistes ou par l’institution contiennent beaucoup d’informations : Crédit Municipal de Paris, Du Mont-de-Piété au Crédit Municipal de Paris, Paris, Le Cherche Midi Éditeur, 1992 ; Éric Deschodt, Histoire du Mont-de-Piété, Paris, Le Cherche Midi Éditeur, 1993 ; Claude Faber, Le Crédit municipal de Paris. Du Mont-de-Piété à une banque sociale d’avenir, Paris, Magellan, 2002. La brochure qui accompagnait l’exposition « Ma tante est épatante » présentée au Mont-de-Piété en 2011, fournit également une bonne synthèse.

3 Sur la mission, le fonctionnement général et les problèmes de l’établissement durant cette période, voir Anaïs Albert, Consommation de masse et consommation de classe. Une histoire sociale et culturelle du cycle de vie des objets dans les classes populaires parisiennes (des années 1880 aux années 1920), thèse d’histoire sous la direction de Christophe Charle et Anne-Marie Sohn, Université de Paris 1, 2014.

4 Archives départementales de la Seine (désormais AD Seine), 1ETP 1 à 664 ; Archives de la Préfecture de police (désormais APP), DA 396, dossier Santos-Dumont et BA 1016, dossier sur André Cochut ; Bibliothèque Historique de la ville de Paris (désormais BHVP), Documents éphémères, série 123, « Mont-de-Piété ».

5 L’emploi du mot « stigmate » renvoie ici aux travaux d’Erving Goffman. Il s’agit d’un élément potentiellement handicapant, qui peut disqualifier le stigmatisé dans les interactions sociales. Certains stigmates sont d’emblée visibles (la couleur de la peau par exemple) tandis que d’autres, comme la pauvreté, peuvent être pour un temps cachés. Dans ce dernier cas, les individus « disqualifiables » mettent une bonne part de leur énergie à dissimuler leur stigmate pour ne pas passer dans la catégorie des « disqualifiés ». Erving Goffman, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1975.

6 Pierre Bourdieu, « Effets de lieu », in Idem (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, p. 251.

7 Ibid, p. 249.

8 Sur le Mont-de-Piété d’Avignon : Madeleine Ferrières, Le Bien des pauvres. La consommation populaire en Avignon (1600-1800), Seyssel, Champ-Vallon, 2004 et sur celui de Rouen : Yannick Marec, Le “clou” rouennais. Des origines à nos jours 1778-1982. Du Mont-de-Piété au Crédit municipal. Contribution à l’histoire de la pauvreté en province, Rouen, Éditions du P’tit normand, 1983. À l’échelle européenne : Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, 2008, chap. 6 : « Entre banque et assistance : la création des Monts-de-Piété », p. 164-189.

9 Yannick Marec, « Vivre au jour le jour, l’argent des Monts-de-Piété en France au XIXe siècle », in Alya Aglan, Olivier Feiertag et Yannick Marec (dir.), Les Français et l’argent, entre fantasmes et réalités, Rennes, PUR, 2011, p. 128-129.

10 Edmond Coutaud, Le rôle social du Mont-de-Piété, les projets de réforme, contribution pour l’étude du crédit populaire, Paris, A. Rousseau, 1909, p. 94.

11 Loi du 16 pluviôse an XII (6 février 1804).

12 AD Seine, 1ETP/539.

13 Annuaire statistique de la Ville de Paris, 1880, p. 452.

14 Ibid., p. 451.

15 AD Seine, 1ETP/528.

16 Ferrières, Le Bien des pauvres…, op. cit., chap. 5 : « Des femmes », p. 75-89. Cette historienne dispose justement des registres d’engagement qui ont été détruits au Mont-de-Piété de Paris.

17 En 2014, 87 % des clients sont des femmes selon Pauline Peretz, URL http://raconterlavie.fr/collection/au-pret-sur-gage/chiffres-cle [consulté le 5 mai 2015]. Houda Laroussi souligne également dans son enquête l’écrasante majorité de femmes parmi les emprunteurs. Laroussi, Le prêt sur gage…, op.cit.

18 La notion de solidification de l’épargne est empruntée à Alexandre Roig, « L’excédent négligé : pratiques d’épargne et institutions financières dans les secteurs populaires argentins », in Jaime Marques-Pereira et Ruben Lo Vuolo (dir.), Rapport final. Les conditions de la stabilité de la croissance, l’épargne et la distribution des revenus en Argentine, Paris, Institut CDC pour la recherche, 2010, p. 271-338.

19 Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire de leurs métiers, XIXe-XXe siècles, Paris, O. Jacob, 2002 ; Margaret Maruani et Monique Meron, Un siècle de travail des femmes, 1901-2011, Paris, La Découverte, 2012.

20 Joan Scott et Louise Tilly, Les femmes, le travail et la famille, Paris, Rivages, 1987 ; Christine Delphy, « Travail ménager ou travail domestique ? », in Andrée Michel (dir.), Les femmes dans la société marchande, Paris, PUF, 1978, p. 39-54.

21 AD Seine, 1ETP/528. Pour toutes les lettres manuscrites, l’orthographe d’origine a été conservée, car elle donne des indications sur le niveau d’alphabétisation des scripteur-e-s et donc, indirectement, sur leur niveau social.

22 AD Seine, 1ETP/540.

23 Nicole Arnaud-Duc, « Les contradictions du droit », in Michelle Perrot et Georges Duby (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. 4, Le XIXe siècle, dir. par Geneviève Fraisse et Michelle Perrot, Paris, Plon, 1997, p. 101-139.

24 Cet aspect est bien mis en valeur par Anne-Marie Sohn, Chrysalides. Femmes dans la vie privée (XIXe-XXe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, chap. 9 : « Le code civil à l’épreuve de la vie quotidienne », p. 635-688.

25 AD Seine 1ETP/ 529.

26 AD Seine, 1ETP/ 529.

27 AD Seine, 1ETP/526, 528, 529, 530 et 531 : cartons qui portent spécifiquement sur la création et le fonctionnement des bureaux auxiliaires.

28 Edmond Duval, Notice sur les bureaux auxiliaires du Mont de Piété de Paris, Nancy, Imprimerie Berger-Levrault, 1896, p. 4.

29 « Les opérations des bureaux auxiliaires sont toujours les plus nombreuses, les engagements figurent pour 77,91% dans l’ensemble des articles et pour 70,17% de la somme prêtée », Annuaire statistique de la Ville de Paris, 1895, p. 26.

30 Laurent Clavier, « “Quartier” et expériences politiques dans les faubourgs du nord-est parisien en 1848 », Revue d’histoire du XIXe siècle, 33, 2006, p. 121-142 ; Alain Faure, « Réflexions sur les ambiguïtés du quartier populaire (Paris, 1880-1914) », Histoire, Économie & Société, 3, 1994, p. 449-455.

31 AD Seine, D15U1 / 215.

32 Duval, Notice sur les bureaux auxiliaires…, op. cit., p. 6

33 Ibid. Nous soulignons.

34 Michelle Perrot, Les ouvriers en grève. France, 1871-1890, Paris/La Haye, Mouton, 1973, p. 211.

35 Duval, Notice sur les bureaux auxiliaires…, op. cit., p. 3.

36 Bourdieu, « Effets de lieu », art. cit., p. 250.

37 Ferrières, Le Bien des pauvres…, op. cit., p. 26-38 ; Giovanni Ricci « Naissance du pauvre honteux : entre l’histoire des idées et l’histoire sociale », Annales. ESC, 38, 1,1983, p. 158-177.

38 André Gueslin, Gens pauvres et pauvres gens dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, 1998, p. 114.

39 Goffman, Stigmate…, op. cit.

40 « Le Mont-de-Piété », Le Bonnet Rouge, 5 septembre 1915, nous soulignons.

41 AD Seine, 1ETP/528.

42 Duval, Notice sur les bureaux auxiliaires…, op. cit., p. 6 ; Coutaud, Le rôle social du Mont-de-Piété, op. cit., p. 55.

43 Sur le dégoût comme expression de la distance sociale, voir le numéro de la revue Genèses, 96, 3, 2014, Le dégoût des autres.

44 Joan Scott, « Genre, une catégorie utile d’analyse historique », Cahiers du GRIF, 37-38, 1988, p. 141.

45 Alain Corbin, Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 1982 ; Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisir à Paris au XIXe siècle, Paris, Vendémiaire, 2015.

46 AD Seine, 1ETP/533.

47 AD Seine, 1ETP/533, octobre 1879.

48 AD Seine, 1ETP/533, rapport du 30 avril 1884.

49 AD Seine, 1ETP/529.

50 AD Seine 1ETP/ 529.

51 AD Seine, 1ETP/533.

52 Pierre Bourdieu a montré qu’il ne s’agissait pas seulement de parler stricto sensu, mais de s’autoriser ou d’être autorisé à prendre la parole. Olivier Schwartz souligne également le difficile rapport des hommes à la parole dans le monde ouvrier du Nord à la fin du XXe siècle. Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982, et Olivier Schwartz, Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, 1990, p. 328.

53 Sur les rapports de force entre employés et usagers à l’époque contemporaine, voir l’enquête ethnographique sur les caisses d’allocations familiales de Vincent Dubois, La vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère, Paris, Economica, 2010 [1999].

54 Ferdinand-Louis-Barthélémy Arnault, « Rapport fait au nom de la Commission chargée d’examiner : 1° le projet de loi autorisant le Mont-de-Piété de Paris à faire des avances sur les valeurs mobilières au porteur, 2° le projet de loi concernant le service de la prisée et de la vente des gages au Mont-de-Piété de Paris », Chambre des députés. 4e législature. Session de 1889. Impressions N° 3794, Annexe au procès-verbal de la séance du 11 juin 1889, Paris, A. Quentin, (s. d.), p. 17. Il n’existe pas d’étude historique de cette corporation, mais des éléments sont donnés dans Alain Quemin, Les Commissaires-priseurs. La mutation d’une profession, Paris, Anthropos/Economica, 1997.

55 Arnault, « Rapport… », art. cit., p. 13.

56 La vente de reconnaissances est un commerce dont il serait trop long de détailler ici tous les aspects techniques. Pour de plus amples détails, voir Albert, Consommation de masse…, op. cit.

57 Anonyme, Le Mont-de-Piété et les marchands de reconnaissances, Paris, A. Desclos et Cie, 1886, p. 11.

58 Annuaire statistique de la Ville de Paris, 1890, p. 784 ; 1895, p. 725 ; 1900, p. 712 ; 1910, p. 643.

59 Ce chiffre remet fortement en question l’idée répandue dans la littérature sur le Mont-de-Piété selon laquelle la majorité des emprunteurs et emprunteuses récupère son bien. Il n’est pas possible de savoir qui vient récupérer l’objet, la reconnaissance n’étant pas nominative et il semblerait qu’une grande partie des objets dégagés le soit en réalité par les marchand-e-s de reconnaissances.

60 Hippolyte Lesage, Rapport sur le trafic des reconnaissances, 13 novembre 1884, BNF, cote R-PIECE 422, 16 p. Les brocanteurs et brocanteuses vendent des objets dégradés à une clientèle essentiellement populaire et sont à distinguer des antiquaires qui s’adressent à la bourgeoisie et proposent des objets ennoblis par le lustre des années.

61 L’Assiette au Beurre, n° 218, 3 juin 1905.

62 Les prêteurs sur gage américains étudiés par Wendy Woloson font l’objet des mêmes dénonciations antisémites. Cf. Wendy A. Woloson, In hock. Pawning in America from independence through the Great Depression, Chicago, The University of Chicago Press, 2009.

63 Lesage, Rapport…, op. cit. ; Coutaud, Le rôle social du Mont-de-Piété…, op. cit. ; Georges Renard, Le Mont-de-Piété de Paris, ce qu’il est ce qu’il pourrait être, Paris, La Revue, 1906.

64 La BHVP conserve un lot important de ces prospectus : Documents éphémères, série 123, cartons « Mont-de-Piété ».

65 AD Seine, D11U3/1696 n° 19000 (Yvelin) et 1714, n° 19637 (Duvignau). Pour la période étudiée, seuls huit dossiers de faillite de marchand-e-s de reconnaissances sont conservés.

66 Annuaire statistique de la Ville de Paris, 1895.

67 AD Seine, D11U3/1714, n° 19637 (Duvignau).

68 Anonyme, Le Mont-de-Piété et les marchands…, op. cit, p. 3 et 24. Cette brochure anonyme entre dans le détail des pratiques pour prendre la défense de cette profession, position exceptionnelle dans un contexte général de dénonciation virulente des marchands de reconnaissances.

69 Ibid, p. 27.

70 Sur l’insertion des petit-e-s commerçant-e-s dans les quartiers populaires, voir Natacha Coquery (dir.), La boutique et la ville. Commerce, commerçants, espaces et clientèles, XVIe-XXe siècles, Tours, Publication de l’Université François-Rabelais, 2000, et Faure, « Réflexions sur les ambiguïtés… », art. cit.

71 Anonyme, Le Mont-de-Piété et les marchands…, op. cit., p. 26.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Crédits Source : Annuaire statistique de la Ville de Paris, 1880, p. 452.
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Illustration 1 – Caricature de l’Assiette au Beurre (n° 218, 3 juin 1905) sur le bureau particulier du Mont-de-Piété
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2462/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Illustration 2 – Caricature de l’Assiette au Beurre (n° 218, 3 juin 1905) sur la marchande de reconnaissance
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2462/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Illustration 3 – Une marchande de reconnaissances et son employée devant leur boutique. Source : Collection particulière, Guy Albert. Carte postale expédiée le 26 août 1905.
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2462/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Albert, « Le genre du prêt sur gage : rapports de pouvoir au Mont-de-Piété de Paris (années 1850 – années 1920)  », Genre & Histoire [En ligne], 17 | Printemps 2016, mis en ligne le 31 mai 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2462

Haut de page

Auteur

Anaïs Albert

Centre d’histoire du XIXe siècle/Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Courriel : anaisalbert@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page