Navigation – Plan du site
Genre et classes populaires, in situ

Pratiques de l’espace hospitalier par les religieuses au XIXe siècle dans les hôpitaux parisiens : préserver un entre-soi religieux et féminin ?

Anne Jusseaume

Résumés

Au XIXe siècle, les sœurs hospitalières, bien que théoriquement séparées du monde et disposant d’espaces et de temps propres à leur vie religieuse, sont pourtant quotidiennement au contact d’ecclésiastiques, d’hommes et de femmes laïques qu’ils soient malades ou personnels hospitaliers. Il ne s’agit pas ici de questionner la clôture avec le monde extérieur, ou l’enfermement des sœurs et des malades au sein des hôpitaux, déjà abordés par l’historiographie, mais plutôt de déplacer le regard vers l’intérieur de l’hôpital pour observer comment l’espace est utilisé par les sœurs, et peut être le lieu de réalisation d’un entre-soi féminin et religieux. À travers le cas particulier des sœurs de Sainte-Marthe, officiant dans plusieurs grands hôpitaux parisiens, l’article examine en quoi un conflit autour de leur espace, redoublant un conflit religieux avec l’aumônier de l’hôpital, leur permet d’affirmer leur entre-soi au sein de l’hôpital de la Pitié. Le processus de laïcisation dans le dernier tiers du XIXe siècle, sous la Troisième République, interroge à nouveau, à partir du parcours de quelques sœurs, la force de l’entre-soi religieux et féminin face à leur identité hospitalière.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Considérant la diversité des congrégations hospitalières concernées pour les hôpitaux civils parisi (...)
  • 2 Sylvie Tissot, « Entre soi et les autres », Actes de la recherche en sciences sociales, 4/2014, n°  (...)
  • 3 Marie-Claude Dinet-Lecomte, « Du bon ‘usage’ de la clôture et de l’enfermement dans les établisseme (...)
  • 4 Décret impérial relatif aux congrégations des maisons hospitalières de femmes, 18 février 1809. Jea (...)

1Soumises ou non à des vœux de religion et plus ou moins astreintes à la clôture, les sœurs et religieuses hospitalières1 sont, par la nature spécifique de leur engagement dans une vie consacrée, séparées du monde. En entrant en religion, elles rejoignent un entre-soi féminin, partagent une vocation définie par la règle suivie et une vie commune dans des bâtiments conventuels. Ce « regroupement de personnes aux caractéristiques communes2 » est régi par des constitutions et/ou un règlement qui délimitent les rapports qu’elles peuvent entretenir avec le monde extérieur et avec les autres – hommes ou femmes, laïcs ou religieux – ainsi que leur rôle et leur usage du temps. Sœurs et religieuses partagent un idéal et des pratiques de clôture, alors que le service dans les hôpitaux impose au quotidien des limites à leur entre-soi. Déjà sous l’Ancien Régime la grande majorité des religieuses hospitalières échappaient à la clôture, dont les accommodements réglementaires étaient modifiés par la pratique quotidienne3. Après la laïcisation révolutionnaire, les sœurs reviennent dans les hôpitaux parisiens dès la fin du Directoire et sont placées sous l’autorité des commissions hospitalières et sous celle de l’autorité diocésaine4. Elles sont donc confrontées aux pouvoirs civil et religieux, tous deux masculins. Au quotidien, elles côtoient aussi bien des hommes que des femmes parmi les malades qu’elles soignent, les administrateurs, le personnel de santé et de service avec qui elles travaillent, voire qu’elles dirigent pour ces derniers.

  • 5 Robert Naz (dir.), Dictionnaire de droit canonique, Letouzey et Ané, t. 3, p. 892-908. La clôture p (...)
  • 6 B. Dolhagaray, « Clôture », Dictionnaire de Théologie catholique, t. 3, Paris, Letouzey et Ané, 192 (...)
  • 7 Émile Jombart et Marcel Viller, « Clôture », Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, to (...)
  • 8 Sylvie Tissot, op.cit., p. 5.
  • 9 Marie-Claude Dinet-Lecomte, op.cit., p. 360-364.
  • 10 Ibid., p. 366-367.
  • 11 Emile Jombart et Marcel Viller, op.cit., p. 1007.

2Au sens canonique, la clôture correspond à la fois aux « endroits réservés dans l’habitation des religieux, où les étrangers n’ont pas libre accès et d’où les religieux ne peuvent librement sortir » et à « l’ensemble des lois qui règlent l’interdiction d’admettre des étrangers à l’intérieur du couvent, ou d’en sortir sans autorisation5 ». La clôture est donc une organisation spatiale qui traduit une séparation sociale. Un ensemble de dispositifs architecturaux, de règles et de pratiques visent à séparer les religieuses du reste des hommes6 : toutes les congrégations doivent avoir « une clôture, à l’intérieur de laquelle ne sont pas admises les personnes d’autre sexe, si ce n’est pour des causes justes et raisonnables dont les supérieurs sont juges7 ». Ainsi, le principe de la clôture permet l’entre - soi des sœurs, et étudier ce dernier conduit à analyser des lieux « cachés8 » ou en tous cas réservés. Les religieuses hospitalières constituent un cas ambigu. Si l’enfermement dans l’hôpital semble redoubler celui du monastère, dès l’Ancien Régime les règles des « communautés dites cloîtrées » sont aménagées pour concilier la vie active et la vie contemplative9. Par ailleurs, des séculières non astreintes à la clôture matérielle sont, elles aussi, soumises à un « esprit de clôture et d’obéissance10 ». En effet, selon le Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, l’esprit de clôture doit animer aussi bien les ordres religieux que les congrégations, parce que l’Église veut « que la séparation du monde, qui est le but essentiel que devait atteindre la clôture, soit obtenue par d’autres moyens11 ». La clôture constitue donc une véritable séparation mentale d’avec le reste du monde, qui contribue à définir et à forger l’entre- soi des sœurs.

3Leur travail dans l’hôpital, à proximité immédiate voire au contact de laïcs et d’hommes remet cependant en cause la clôture tant matérielle que relationnelle des sœurs, même si des espaces et des temps leur sont réservés. Prises quotidiennement dans de multiples relations qui brisent les clôtures de l’entre-soi, pourtant corollaire de la vie consacrée, comment les sœurs font-elles pour le conserver ?

  • 12 Les religieuses dans le cloître et dans le monde : des origines à nos jours : actes du 2e colloque (...)
  • 13 Les plans sont numérisés. Ces documents sont conservés aux Archives de l’Assistance Publique des Hô (...)
  • 14 Circulaire du ministre de l’Intérieur Duchâtel aux préfets du 26 septembre 1839, sur les « Traités (...)

4Il ne s’agira pas ici de questionner la porosité de la clôture avec le monde extérieur ou l’enfermement des sœurs et des malades dans l’espace hospitalier, déjà abordés par l’historiographie12, mais plutôt de déplacer le regard vers l’intérieur de l’hôpital, pour observer comment cet espace est utilisé par les sœurs et peut être, au XIXe siècle, le lieu de réalisation d’un entre-soi féminin et religieux au milieu d’ecclésiastiques, d’hommes et de femmes de différentes conditions sociales, des pauvres malades des hôpitaux publics aux médecins. Diverses sources publiques et privées, inégales selon les hôpitaux et les congrégations, sont mobilisées pour saisir à la fois le cadre institutionnel et les pratiques quotidiennes des sœurs dans l’espace de l’hôpital, même si elles restent peu diserts sur leurs rapports avec les malades, le personnel soignant ou les visiteurs. Les plans des hôpitaux parisiens du XIXe siècle13, les règlements administratifs comme le traité-modèle de 1839 que les administrations hospitalières doivent passer avec les congrégations14, mais également les règles et constitutions des congrégations hospitalières reconnues dès l’Empire – Filles de la Charité, Augustines, Sœurs de Sainte-Marthe existant déjà sous l’Ancien Régime – et qui desservent les principaux hôpitaux de la capitale, renseignent sur les dispositions spatiales, matérielles et temporelles qui configurent l’entre-soi religieux et féminin de ces sœurs, que nous examinerons tout d’abord. Dans un second temps, l’étude de l’hôpital de la Pitié à Paris, tenu par les sœurs de Sainte-Marthe, permettra de voir en quoi l’espace peut faire l’objet de revendications de la part des sœurs, mais apparaît aussi comme une ressource pour affirmer leur singularité. À cette fin, les registres de correspondance du directeur de l’hôpital qui consigne la gestion du quotidien permettent de se situer au plus près des acteurs dans leurs pratiques in situ.

Dispositions de l’entre-soi des sœurs dans les hôpitaux civils parisiens au XIXe siècle

5Dès l’Empire et jusqu’à la laïcisation sous la Troisième République, les sœurs de congrégations hospitalières ont la responsabilité du service des principaux hôpitaux de la capitale. L’Hôtel-Dieu et Saint-Louis puis Lariboisière sont desservis par les Augustines, Saint-Antoine et Cochin par les sœurs de Sainte-Marthe, Necker par les Filles de la Charité et d’autres – La Pitié, La Charité, Beaujon – successivement par plusieurs congrégations. Ces établissements sont également leur lieu de vie. Les sœurs suivent leur règle mais aussi les règlements administratifs qui fixent précisément les rythmes de leur quotidien et définissent les espaces réservés et la répartition des temps de vie religieuse et d’activité hospitalière.

Les espaces propres aux religieuses hospitalières : une clôture à l’intérieur de l’hôpital

  • 15 Circulaire du ministre de l’Intérieur Duchâtel aux préfets du 26 septembre 1839, op. cit.
  • 16 AAP-HP 793 Foss 32-2/1.
  • 17 AAP-HP 793 Foss 50/1.

6Pour les communautés hospitalières, l’hôpital est à la fois espace de travail et de vie, espace de l’entre-soi et de la relation avec les autres. Le traité élaboré en 1839 souligne la nécessité de préserver un espace propre au sein de l’hôpital, à l’usage de la communauté chargée de desservir l’établissement ; l’article 5 précise en effet qu’« il sera fourni aux sœurs un logement séparé et à proximité du service15 ». L’étude des plans des hôpitaux montre en effet que les sœurs ont un espace réservé, identifié comme le « couvent » ou les « bâtiments de communauté ». Au sein du nouvel Hôtel-Dieu, dans un angle de l’hôpital, cet espace comprend au rez-de-chaussée parloir, pièces de service et réfectoire ; ils donnent sur la rue d’un côté (le quai), le jardin de l’autre, et, en face, sur la lingerie16. À la Pitié, le « couvent » est à droite de l’entrée principale, rue Copeau, dont il est séparé par l’église ; il est placé à l’opposé des salles des malades17. Que ce soit à l’Hôtel-Dieu ou à la Pitié, la communauté possède même son propre jardin, dans la tradition des cloîtres. Couvent, jardin, réfectoire correspondent donc aux espaces de vie commune et de prière.

  • 18 Marcel Fosseyeux, Les Grands travaux hospitaliers à Paris au XIXe siècle, Paris, Berger-Levrault, 1 (...)
  • 19 AAP-HP L4 La Pitié, Lettre du directeur de l’Assistance publique à la supérieure de la Pitié, 18 ju (...)

7Ces lieux réservés ne sont pas totalement séparés du reste du corps des bâtiments, ce qui ne peut garantir une intimité totale, cela est manifeste, par exemple, à l’Hôtel-Dieu. Par ailleurs, le logement des sœurs n’est pas, au XIXe siècle, une question centrale pour l’Administration de l’Assistance publique, davantage préoccupée par les travaux liés à la salubrité et à l’hygiène des bâtiments, à la création de nouveaux services pour les malades, de bains ou de pharmacies, et à l’agrandissement des bâtiments et des salles afin d’augmenter la capacité d’accueil, ou encore à la destruction de certains bâtiments pour réorganiser l’espace autour de l’hôpital (Hôtel-Dieu, Pitié)18. Cependant on peut supposer qu’étant en charge des clés de l’établissement, seules les religieuses ont accès aux espaces qui leur sont réservés. Cette séparation des espaces entre service des malades et vie de la communauté religieuse est révélée dans la correspondance administrative. Le directeur de la Pitié précise, par exemple, en 1859, que : « la responsabilité des sœurs cesse le soir au moment où elles quittent le service pour se rendre à la communauté, celle de la sœur de veille commence immédiatement. Elle devient responsable de ce qui se passe dans les salles pendant la nuit19 ». Il y a donc bien un espace de l’entre-soi des religieuses, séparé des malades et du personnel.

  • 20 Yann Raizon du Cleuziou, « "Le couvent comme dispositif d'imposition de la vérité religieuse" Ortho (...)
  • 21 Régime religieux et intérieur qui s’observe au chef-lieu et aux maisons particulières de la Communa (...)
  • 22 Yann Raizon du Cleuziou, op. cit., p. 79.
  • 23 Odile Arnold, Le corps et l’âme. La vie des religieuses au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1984, p. 52.

8Pour Y. Raison du Cleuziou, l’espace conventuel « traduit en dispositifs de signes matériels ce qu’il faut faire pour se conformer à la règle » ; dans son analyse du couvent des dominicains, il rajoute que « l’architecture conventuelle est donc, en tant que programme comportemental, à la fois agencement de l’espace et prescriptions de pratiques20 ». Dans le cas des religieuses hospitalières, c’est moins l’architecture que l’espace réservé et les pratiques religieuses définies par la règle qui permettent de transcrire l’esprit de clôture et de favoriser une identité religieuse et féminine à travers le maintien d’un entre-soi. À cet égard, les règles des religieuses et des sœurs hospitalières sont peu explicites sur les pratiques de l’espace qu’elles doivent avoir. Le règlement de vie doit être scrupuleusement respecté car il est « le signe et la marque de la volonté de Dieu » et « en s’y conformant exactement l’on est sûr d’être dans l’ordre21 ». Par ailleurs, si « l’architecture et l’ameublement du couvent sont aussi le support de l’imposition d’un ordre comportemental à la communauté […] une mise en forme de l’entre-soi22 », nous n’avons pas d’indications sur l’ameublement des espaces réservés aux sœurs, alors qu’il témoigne sans doute de la fonction religieuse de ces lieux et doit correspondre aux exigences de la vie consacrée, même si, le plus souvent au XIXe siècle, il se limite dans les cellules à un petit mobilier, un « crucifix, un bénitier et quelques images, un pot à eau et une cuvette23 ».

Les temps situés de la vie communautaire : une concurrence avec la présence des sœurs en salle des malades.

  • 24 Françoise Steudler-Delaherche, « Hôpital et logiques spatiales : l’espace des « hospitalisants » et (...)

9L’hôpital est, au XIXe siècle, un espace « hors du temps », réglé minutieusement par les activités quotidiennes répétées24 ; la vie des sœurs est donc doublement conditionnée par leurs obligations religieuses et leurs tâches hospitalières. Inscrits dans des espaces réservés, les temps de la vie religieuse astreignent les sœurs à la vie en communauté et à la prière, dans un emploi du temps précis et fixe qui permet un entre-soi religieux et féminin. Pratiques du temps et de l’espace sont donc intrinsèquement liées pour circonscrire la vie religieuse. Les règlements déterminent l’emploi de chaque heure, voire demi-heure de la journée, alternant entre exercices de piété, assistance aux offices, temps de repos et de moments partagés avec la communauté et bien sûr service de l’hôpital et des pauvres.

  • 25 Odile Arnold, op. cit., p. 44. 5h le plus communément, parfois 4 h 30 ou 4 h en été. Le déjeuner es (...)

10Les horaires varient en fonction des ordres : chez les Filles de la Charité le lever est à 4 heures, entre 4 h 15 et 4 h 45 pour les Sœurs de Sainte-Marthe, comme dans la plupart des congrégations25. Tous les règlements précisent la répartition des tâches au sein de la journée, vues comme nécessaires à la réalisation de la vocation religieuse ; à cette fin aucun temps n’est laissé inoccupé.

  • 26 Régime religieux et intérieur qui s’observe au chef-lieu et aux maisons particulières de la Communa (...)

11Les Sœurs de Sainte-Marthe, doivent déjeuner, dîner ensemble et se réunir pour les Vêpres, le reste du temps étant occupé au « travail de l’aiguille et [à] la prière26 », activités féminines par excellence. Les règlements de l’hôpital fixant les horaires des visites, des repas et de veille des malades, ils peuvent se trouver en concurrence avec les obligations de la vie religieuse. En 1840, le Conseil général des Hospices est saisi sur les problèmes liés à l’absence des sœurs en salles des malades durant leurs temps de vie communautaire :

« Le Membre de la commission administrative chargé des domaines et temporairement des hôpitaux […], rend compte au conseil des obstacles qui s’opposent à ce que les religieuses de l’hôpital de la Pitié soient présentes dans les salles pendant toute la durée des visites publiques, qui sont faites deux fois par semaine, aux malades par leurs parents et amis. Les uns sont tirés de la coïncidence des visites avec les cérémonies de culte ; les autres découlent de l’habitude que les religieuses ont contractées de prendre leurs repas pendant la durée de ces visites […] 

Le membre de la Commission informe aussi le Conseil Général, qu’il s’est concerté à cet effet, avec le directeur et avec la supérieure des sœurs, et que parmi les divers moyens qui ont été discutés, celui de partager les sœurs en deux parts, dont l’une serait au réfectoire tandis que l’autre resterait dans les salles, a paru d’une plus facile exécution et se prêter mieux aux intentions du Conseil général.

En conséquence il lui propose de consacrer cet arrangement par sa décision.

Le Conseil général décide ce qui suit :

À l’avenir la moitié seulement des sœurs de l’hôpital de la Pitié se rendra au réfectoire à l’heure ordinaire, l’autre moitié restera dans les salles pour y veiller à ce que les personnes qui viennent du dehors pour visiter les malades ne leur remettent pas des alimens qui pourraient leur être contraires, ne commettent pas des actes qui troubleraient leur repos, ou qui seraient nuisibles à la responsabilité des agens de l’administration.

  • 27 AAP-HP 136 Foss 162, Conseil général des Hospices affaire 86265, séance du 16 décembre 1840.

Cette mesure aura lieu particulièrement les jours désignés pour les visites publiques27 ».

12Les sœurs sont considérées comme un personnel de surveillance essentiel au bon déroulement du service. Elles doivent donc accommoder les rythmes de leur vie religieuse et communautaire aux exigences du service hospitalier.

Des espaces-temps réservés et revendiqués.

13Deux décennies plus tard, en 1864, la correspondance du directeur ne semble plus faire état de cette division en deux communautés : l’emploi du temps des sœurs révèle les moments saillants de leur vie communautaire, qu’il est possible d’inscrire dans des espaces qui leur sont propres :

« Voici l’emploi du temps des sœurs de Ste Marthe à la Pitié.

Elles descendent dans les salles à 5 h 1/2 du matin. Celles qui en ont le temps se tiennent la messe à 6 h ½ et toutes déjeunent de 7 h à 7h1/2 du matin, puis retournent dans les salles.

Elles dinent de 1 h à 2 heures.

Disent les matines à la communauté, de 7 heures à 7 heures 40 minutes du soir. Pendant cet office, une sœur visite et surveille toutes les salles.

À huit heures le souper et la prière

  • 28 AAP-HP L4 La Pitié, Lettre du 7 octobre 1864.

À neuf heures la sœur de veille prend son service de nuit et le termine à 4 h 1/2 du matin28 ».

  • 29 AAP-HP L2 La Pitié, Rapport du 15 novembre 1849 à M. Davenne, directeur général de l’Assistance pub (...)
  • 30 Régime religieux et intérieur qui s’observe au chef-lieu et aux maisons particulières de la Communa (...)

14Le directeur passe sous silence un certain nombre d’activités des sœurs, comme par exemple les temps de prières mais aussi de récréation. Il ne s’agit pas de contemplatives pour qui l’office constitue le cœur de la vie religieuse, mais de congrégations actives où le service des malades est primordial. On peut cependant supposer qu’il y a un roulement entre les sœurs pour que toutes puissent, à tour de rôle, assister à la messe. Le rapport de 1849 laisse entendre que celle-ci se tient dans la chapelle de l’hôpital en présence des malades puisque, lors d’un conflit avec l’aumônier, « ces dames ont été forcées de demander à l’administration qu’elle leur donnât la tribune des orgues pour se réfugier29 ». L’espace religieux – la chapelle – n’est donc pas à proprement parler réservé à l’entre-soi ; il ne le devient que ponctuellement en cas de conflit. Le temps des repas et la nuit sont quant à eux des moments strictement réservés à la communauté, la vie de celle-ci semble donc se dessiner principalement lors des repas. Le propos du directeur reprend bien le Règlement des sœurs hospitalières de la communauté de Sainte-Marthe de Paris : le dîner a lieu à 1h, suivi de la récréation jusqu’à 2 h 30. Le Règlement insiste bien sur la présence de toutes les sœurs au dîner, dans ce lieu commun qu’est le réfectoire des sœurs ; leur absence n’est autorisée que pour un « service nécessaire » qu’elles doivent justifier en arrivant au réfectoire30. Par ailleurs, les matines doivent se dire à 7h, suivies du souper, de la lecture de vies de saints, de la prière et du silence jusqu’au coucher. Dans le règlement, la sœur de veille prend son service après la prière du soir, relayée par une autre à minuit et demi. Le compte-rendu du directeur signale un début de veille à 9h, qui est bien l’heure fixée par le règlement des sœurs pour le coucher, mais il ne tient compte que d’une seule sœur de veille. Cette dernière est censée finir à 4 h 30 alors qu’elle doit réveiller les sœurs à 4 h 15. Il s’agit sans doute d’une moyenne faite par le directeur.

  • 31 Ibid., p. 274-275, p. 279-281 pour la récréation.
  • 32 Émile Jombart et Marcel Viller, op.cit., p. 1006-1007.
  • 33 Odile Arnold, op. cit., p. 39.

15Le repas et la récréation, sans doute au jardin, sont donc des moments particuliers de l’entre-soi religieux et féminin, hors des salles des malades. Ils s’inscrivent dans des espaces qui, réservés aux religieuses, les placent hors de la présence des laïcs. À l’exception de la récréation – où même les propos, le ton et les personnes auxquelles les sœurs s’adressent sont précisés par le règlement – le silence est recommandé aux sœurs dans leur vie religieuse et dans leur apostolat : dans les dortoirs, les sœurs doivent dans la mesure du possible s’abstenir de parler et « dans les salles, les sœurs et novices feront leur service en silence autant qu’il se pourra31 ». Ainsi, les règlements imposent de mettre en pratique « l’esprit de clôture » qui doit séparer les religieuses du reste du monde, et les faire « se garder de l’esprit du monde32 ». Silence et réglementation minutieuse de toutes les occupations caractérisent une vie conventuelle séparée du monde extérieur33.

16Ainsi, dans le quotidien, temps réglementé et espace délimité offrent aux sœurs des conditions qui leur permettent de se retrouver toutes ensemble, et de pratiquer une vie religieuse correspondant à leur règle. Ce sont des conditions de possibilités de l’entre-soi, qui les distinguent des autres.

Un espace à soi ?

  • 34 Nicole Pellegrin, « Une cellule à soi ? Quelques remarques sur ‘l’intérieur’ des Visitandines du Po (...)

17En dehors du travail et des temps de vie communautaire, les sœurs peuvent se retrouver seules dans des espaces de repli au sein de ce double enfermement hospitalier et religieux. Nicole Pellegrin, dans une étude sur les Visitandines au XVIIIe siècle, suggère de considérer la cellule monastique comme « une chambre à soi », c’est-à-dire comme un espace privé, un espace de liberté. Observant les conditions matérielles, l’usage que faisaient les sœurs de leur cellule, en particulier du point de vue spirituel, l’historienne conclut que ce n’était pas alors un véritable espace de liberté, mais un lieu de repli subordonné à la vie et aux règlements des communautés34. Les sources de l’hôpital de la Pitié et des Sœurs de Sainte-Marthe ne renseignent ni sur l’organisation ou l’ameublement de leur logement, ni sur les usages qu’elles font de ces espaces. Par ailleurs, leur vie quotidienne n’est pas aussi contemplative que celle des Visitandines. Cependant, les sœurs bénéficient d’espaces personnels comme le révèle une note de la Pitié en 1858 :

« Toutes les sœurs de l’hôpital de la Pitié ont un petit cabinet ou petite chambrette où elles se retirent lorsqu’elles ont un moment de repos, où elles serrent leurs papiers, registres et autres objets confiés à leurs soins. Le service de la buanderie est le seul qui soit dépourvu de cette petite pièce, si nécessaire cependant, dans une localité où il y a une petite comptabilité à tenir, où la sœur est constamment exposée à tous les vents, à tous les courants d’air.

  • 35 AAP-HP L4 La Pitié, Lettre du 6 janvier 1858.

La sœur actuelle qui réorganise d’une manière intelligente le service de la buanderie où il faut beaucoup d’ordre, m’a demandé de lui faire faire ce cabinet, et nous avons choisi pour l’établir un point duquel elle pourra voir tout ce qui entrera à la buanderie et surveiller facilement toutes les laveuses, et en même temps elle pourra classer ses papiers, registres et laissés jusqu’à ce moment à l’abandon35. »

  • 36 AAP-HP 793 Foss 32.

18La revendication, par ces sœurs hospitalières, d’un espace est ici liée au service de l’hôpital. Justifié comme nécessaire au travail administratif, ce lieu n’en constitue pas moins un espace personnel où la sœur peut trouver un moment de solitude et de repos ; cela laisse envisager que, pour ces sœurs, les temps de travail peuvent aussi être vus comme des moments d’indépendance par rapport à la vie communautaire. Les plans de l’Hôtel-Dieu révèlent, par exemple, l’existence de cabinets à l’usage des sœurs se trouvant sur le côté, au milieu de chaque dortoir de malades36.

19Dans les hôpitaux, les sœurs s’approprient différents espaces, de manière individuelle ou collective, qui leur permettent de se ménager des temps de repli par rapport à leur activité hospitalière. Cependant, au quotidien, ces dispositions sont sources de conflits où se joue l’identité religieuse, féminine et soignante des sœurs.

Préserver et revendiquer l’entre-soi, questionner l’identité religieuse, féminine et soignante.

20Si les dispositions spatiales et règlementaires dévoilent le cadre de vie religieuse et apostolique des sœurs, ce sont pourtant d’autres sources du quotidien qui permettent de saisir la façon dont les sœurs s’approprient leur espace et peuvent mobiliser leur identité commune pour revendiquer. Celles-ci font jouer des catégories qui s’enchevêtrent dans leur condition de femmes, de religieuses et d’hospitalières. L’étude de cas à partir des Sœurs de Sainte-Marthe, qui interroge un entre-soi non imposé par la juridiction canonique, permet de voir comment les frontières de cet entre-soi évoluent et peuvent être revendiquées par la communauté.

Les Sœurs de Sainte-Marthe

  • 37 Mémoire concernant la communauté de Ste-Marthe de Paris, Paris, Impr. de Moquet et Hauquelin, 1842, (...)
  • 38 AAP-HP 156 Foss, Décret impérial contenant Brevet d’institution des Sœurs de Sainte-Marthe de Paris (...)
  • 39 Jean-Pierre Chantin, Le jansénisme, Paris, Cerf, 1996, p. 110-111 ; C. Gazier, op.cit., p. 81-83 ; (...)

21Considérées comme « étrangères en quelque sorte au monde37 », les Sœurs de Sainte-Marthe ne sont pas des religieuses au sens propre du terme. Cette congrégation née au XVIIIe siècle est de tradition janséniste ; les sœurs « se consacrent librement et sans vœux, sous la direction d’une supérieure, au service des pauvres malades, et à l’éducation gratuite des enfans », selon leurs statuts approuvés par l’Empereur en 181038. Elles se choisissent comme supérieur le curé de la paroisse Saint-Séverin, encore janséniste dans la première moitié du siècle, où se trouve leur maison mère39. Les sœurs sont appelées par le Conseil général des hospices pour desservir, entre autres, les hôpitaux de Cochin (1810), Beaujon (1813), Saint-Antoine (1811) et La Pitié (1834).

  • 40 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au (...)
  • 41 R. Limouzin-Lamothe et J. Leflon, Mgr Denys-Auguste Affre, archevêque de Paris (1793-1848), Paris, (...)
  • 42 Bibliothèque de Port-Royal, Lettre à la Supérieure des Sœurs de Sainte-Marthe, hôpital Saint-Antoin (...)
  • 43 Archives des Sœurs de Sainte-Marthe, Registres du conseil, séance de décembre 1842, cités par C. Ga (...)
  • 44 AAP-HP 136 Foss 183, Affaire 99468, 3 juillet 1844. Une nouvelle supérieure arrive à la Pitié. La s (...)
  • 45 Jean-Pierre Chantin, op.cit., p. 111.

22La communauté connaît un vif conflit religieux au début des années 1840 autour de différentes questions : la division entre les sœurs porte sur l’introduction de nouvelles dévotions, le choix des confesseurs et des lectures spirituelles mais aussi sur l’évolution de leur statut juridique. Certaines voulaient rester fidèles aux anciennes traditions de la congrégation et garder leur indépendance vis-à-vis de l’archevêque de Paris, alors que ce dernier, Mgr Affre, souhaite leur imposer un supérieur ecclésiastique40. D’autres « aspiraient à un esprit nouveau et entendaient relever canoniquement de l’autorité ecclésiastique41 ». L’absence de vœux est, pour l’archevêque de Paris, une raison pour demander la dissolution de la communauté de Sainte-Marthe42. Cela aboutit à une scission de l’ordre en 1843, deux communautés se répartissant alors les hôpitaux : les sœurs dissidentes se regroupent à Cochin sous le vocable de Sainte-Marie et la houlette de l’ancienne supérieure de la Pitié, tandis que les Sœurs de Sainte-Marthe, affaiblies par cette division, et accusées d’être schismatiques par l’Ami de la Religion43, restent à la Pitié, à Saint-Antoine et à Beaujon. Dans ces différents hôpitaux, les sœurs doivent reconstruire un entre-soi ébranlé par le schisme. Néanmoins, cette crise interne et leur discrédit auprès de l’archevêché ne jouent pas en leur défaveur dans le service hospitalier. Soutenues par l’administration hospitalière tout au long du siècle, elles cherchent à se concilier les faveurs de cette dernière44. Dans la première moitié du siècle45, c’est dans ce double contexte de tension avec l’épiscopat et de confiance administrative qu’il faut replacer différentes affaires révélatrices d’un entre-soi féminin et religieux en reconstruction quelques années après la réorganisation de la communauté.

L’affaire des persiennes : s’affirmer face aux regards de l’aumônier.

  • 46 Claude Langlois, op.cit.

23Dans les registres de correspondance administrative, qui ne révèlent sans doute pas tous les ajustements quotidiens sur l’usage du temps et de l’espace des sœurs, une affaire illustre bien la redéfinition des contours de leur entre-soi, dans une congrégation ébranlée par ses divisions et par sa « mise en quarantaine » par l’archevêché46. De 1847 à 1853, se développe un conflit avec l’aumônier de l’hôpital de la Pitié, l’abbé Poch, à propos de l’espace réservé aux sœurs. Les tensions entre les sœurs et l’aumônier remontent au début des années 1840, lorsque des conflits sur les sacrements à délivrer aux malades et aux nouveau-nés avaient opposé l’aumônier aux sœurs et aux accouchées. En 1847, la tension explose à nouveau pour une revendication propre à l’espace des sœurs :

« Mme la Supérieure des sœurs de Ste Marthe de l’Établissement est venue me [directeur de l’hôpital] trouver pour me prier de faire réparer les persiennes dépendant du logement de Mr l’abbé Poch et donnant jour sur le jardin de la communauté : ce qui a pour inconvénient de gêner Mmes les sœurs. D’un autre côté Mr le 1er aumônier désire que ces persiennes soient supprimées, parce que son logement n’a que l’exposition du nord et que sa santé exige qu’il reçoive les rayons de soleil venant du côté du jardin des sœurs (Mr le Docteur Serres déclare qu’il y a urgence que cet aumônier change de logement ou que celui qu’il a soit amélioré).

  • 47 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 6 août 1847 à M. Battelle, administrateur.

Je vous prie en conséquence, Monsieur l’Administrateur, de vouloir bien me donner des ordres pour savoir ce qu’il faut que je fasse, dans cette circonstance, car, comme vous le voyez, d’un côté il y a un motif de convenance et de l’autre une raison [illisible] de santé47 ».

  • 48 « Convenance » in P. Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, 1869, réed chez (...)
  • 49 Circulaire du 26 septembre 1839 contenant modèle de traité entre les administrations charitables et (...)
  • 50 Ibid., p. 521.
  • 51 BNF E-2400 (Paris, 1843/02/25) [Circulaire au sujet des sœurs de Sainte-Marthe], de Mgr Affre.

24À travers cette revendication transparaît une spécificité, propre à une communauté religieuse féminine, celle de faire du jardin un espace privé, à l’abri des regards du monde et en particulier des hommes. Cette exigence n’est pas seulement d’ordre religieux et spirituel, puisque les propos du directeur de l’hôpital la voient liée à la « convenance » c’est-à-dire, selon le sens du XIXe siècle, à la « bienséance », à la « décence48 ». Il ne faut pas qu’un ecclésiastique puisse voir des religieuses, et ces dernières veulent maintenir un entre-soi à l’abri des regards masculins. La convenance s’appuie sur la définition des rapports hommes/femmes ; l’argument lié au genre légitime aussi la revendication des religieuses auprès des autorités civiles. Cela fait écho à la façon dont sont considérées les sœurs dans la législation charitable, puisque le ministre de l’intérieur Duchâtel, lorsqu’il envoie au préfet le modèle de traité en 1839, souligne qu’il faut réserver « à ces femmes respectables la juste part d’attributions et d’égards qu’exigent leur caractère religieux et leur mission de bienfaisance49 ». Ce même traité délimite par ailleurs clairement les attributions des aumôniers puisque l’article 12 précise que « l’aumônier ou chapelain de la maison vivra séparé des sœurs, ne prendra pas ses repas avec elles, et n’aura aucune inspection sur leur conduite50 ». Les Sœurs de Sainte-Marthe, comme cela est rappelé lors de la scission de l’ordre, n’ont pas de supérieur ecclésiastique et suivent, comme les Filles de la Charité, les exercices religieux de leur paroisse où elles doivent se confesser51 ; l’aumônier de l’hôpital n’a donc pas d’autorité spirituelle sur elles. La revendication des sœurs trouve par conséquent sa légitimité à la fois dans des arguments de convenance, mais aussi dans leur règle puisque l’aumônier ne doit pas avoir de « regard » sur leur conduite, au propre comme au figuré. Cette clôture spatiale, liée à la règle, est aussi sexuée et liée à un conflit religieux car les sœurs cherchent à s’affirmer face à l’aumônier. Ce conflit interne au monde religieux révèle donc finalement une mobilisation en faveur d’un entre-soi féminin et indépendant.

  • 52 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 21 juin 1848 à M. Battelle.

25L’abbé Poch et sa domestique suscitent de multiples griefs et font l’objet d’un long rapport en 1849 du directeur de l’hôpital, suite à un refus de baptême. Cela s’était déjà produit l’année précédente, l’abbé ayant en effet refusé de baptiser un nouveau-né malade, sous prétexte que sa mère n’était pas mariée et qu’il ne voulait pas célébrer un baptême dans l’hôpital52. Les baptêmes sont une source de conflit entre les sœurs et les malades qui désirent que les nouveau-nés soient baptisés dans l’hôpital alors que l’abbé Poch veut que les enfants soient baptisés en dehors. Dans son rapport, le directeur souligne que « depuis plus de dix ans, [la présence de l’abbé] est une cause de troubles » ; celui-ci s’est conduit de manière déplorable envers les autres aumôniers, il déconsidère les sœurs, parle durement aux infirmiers et ne va pas toujours visiter les malades. On apprend également que sa domestique :

  • 53 AAP-HP L2 La Pitié, Rapport du 15 novembre 1849 à M. Davenne, directeur général de l’Assistance pub (...)

« a une langue de vipère, qui déchire toutes les personnes de l’Établissement, particulièrement Mesdames les sœurs : elle a eu l’indignité de dire à ces dernières, lorsqu’elles soignaient Mr Delarbre autre aumônier décédé qui était très apprécié à l’hôpital, pendant sa maladie, la tisane de janséniste fait-elle du bien à votre abbé ? elle a jeté à diverses reprises, par les croisées du logement de son maitre, donnant sur la communauté, des cornets remplis de crachats sur la tête de ces dames53 ».

26L’espace de l’entre-soi des sœurs doit être protégé des attaques directes de la domestique, et constitue l’un des points de cristallisation du conflit religieux. L’abbé affirme alors qu’il a le soutien de l’archevêché pour rester dans cet hôpital et combattre le jansénisme, qualifié « d’hérésie », des Sœurs de Sainte-Marthe. La relation conflictuelle entre les sœurs et l’abbé dépasse le niveau spirituel pour s’inscrire dans un cadre moral et spatial. Le directeur soutient les sœurs et fait peu de cas de la spécificité janséniste de la communauté : il envisage le départ de l’abbé Poch. Ces différences religieuses ne l’intéressent pas tant que les sœurs se conforment à ce que la société attend d’une femme chrétienne : il les juge positivement en raison de leur modestie, de leur dévouement et leur incitation à suivre la messe pour rapprocher les malades de l’Église :

« Cette prétention est d’autant moins fondée que nos bonnes sœurs sont des femmes modestes, dévouées aux malades qui, loin d’être des hérétiques, assistent en bonnes chrétiennes aux offices et engagent les malades à en faire autant.

  • 54 Idem. 

Mr Poch, au contraire, par suite de son abominable système, déconsidère ces Dames aux yeux des malades : ce qui éloignent [sic] ceux-ci de l’Église. Cela est tellement vrai que depuis la mort de Mr Delarbre, qui avait toute la confiance des malades, ces derniers ne paraissent qu’en très petit nombre à la chapelle54 ».

  • 55 AAP-HP 1K1 3 Registre du personnel de La Pitié.

27La présence des malades à la chapelle révèle leur lien avec les sœurs et leur distance croissante vis-à-vis d’un abbé qui cherche à influencer leur pratique religieuse. Dans le conflit entre celui-ci et les Sœurs de Sainte-Marthe, la proximité de ces dernières avec les malades sert d’appui à leur revendication d’un entre-soi féminin et religieux. La présence quotidienne des sœurs dans les salles des malades et le lien qu’elles développent avec eux, est un moyen de s’affirmer en tant que communauté face à l’aumônier. L’administration de l’hôpital soutient leur demande de renvoi de l’abbé, qu’elle considère d’autant plus légitime, que les religieuses s’acquittent correctement des tâches qui leur sont confiées. De fait, l’abbé Poch quitte l’hôpital en décembre 184955.

28L’affaire des persiennes resurgit cependant en 1853, ce dont atteste une nouvelle lettre du directeur de l’hôpital au directeur de l’Assistance publique :

« MM les aumôniers et Mme la Supérieure de l’Établissement, m’ayant adressé plusieurs lettres : les premiers pour supprimer les persiennes situées aux croisées du corridor conduisant à leurs logemens, et la dernière pour le maintien de ces persiennes, j’ai l’honneur de vous faire parvenir cette correspondance, afin que vous puissiez apprécier la mesure qui vous paraîtra convenable de prendre à ce sujet.

  • 56 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 11 juin 1853 à M. Davenne.

Ces persiennes ayant été l’occasion précédemment de vives réclamations, je viens vous prier d’avoir la bonté d’envoyer à l’hôpital l’un de MM les Inspecteurs pour qu’il se rendre compte, par un examen attentif, de l’État des choses et puisse nous faire part de ce qu’il convient de faire dans l’intérêt de la Justice56 ».

29À ce moment-là, le directeur refuse d’arbitrer et s’en remet à la Direction de l’Assistance publique. Par la suite, le registre de correspondance ne fait plus état de ce problème. Ces persiennes matérialisent donc une frontière spatiale et symbolique permettant et/ou empêchant le regard, entre les espaces masculins et féminins, que les sœurs défendent avec acharnement et qui conforte leur entre-soi.

30L’espace de l’entre-soi cristallise les tensions au sein de l’établissement, et met également en lumière les affinités que les religieuses tissent avec les malades et le personnel. Il remet en cause l’opposition entre monde religieux et monde civil, puisque dans les années 1840 c’est principalement un conflit intra-confessionnel qui agite l’hôpital. Avec l’accusation de jansénisme apparaît aussi un conflit d’autorité au sein du monde ecclésiastique, éclairant l’identité propre de la communauté de Sainte-Marthe : des femmes, des religieuses appartenant à une communauté d’inspiration janséniste sur laquelle l’archevêque de Paris et ses desservants n’ont pas de prise. Mais l’affaire des persiennes met également en lumière une revendication de protection des regards réels et symboliques que les sœurs affirment face au clergé masculin.

Une prise en charge des sœurs « à vie »

31Dans le temps plus long de la vie religieuse et du service au sein de l’hôpital, une autre revendication d’espace apparaît, cette fois face à l’administration, pour maintenir la cohésion de la communauté.

  • 57 Circulaire du ministre de l’Intérieur Duchâtel aux préfets du 26 septembre 1839, op.cit.
  • 58 Statuts et règlemens de l’Association religieuse connue sous le nom de Communauté des Sœurs de sain (...)

32L’entrée en religion prend traditionnellement la forme de vœux énoncés par les sœurs, qui peuvent être annuels, pour quelques années et renouvelables, ou à vie. Les dispositions des traités passés entre l’administration civile et les congrégations religieuses reconnaissent l’importance de la pérennité d’une communauté féminine, comme si l’hôpital était le couvent des sœurs. La présence de la sœur au sein de l’établissement n’est pas liée seulement à son activité charitable mais aussi à sa vocation religieuse censée garantir la stabilité du personnel. Ainsi, l’article 10 du modèle de traité de 183957 précise que lorsqu’une sœur sera « hors d’état de continuer son service, elle pourra être conservée dans l’hospice et y être nourrie », aux frais de l’administration publique, mais cela sous certaines conditions : il faut, par exemple, qu’elle ait dix ans de service. Dans le cas des Sœurs de Sainte-Marthe, cette possibilité administrative ne recouvre pas une réalité religieuse : non astreintes à des vœux perpétuels, elles sont libres de quitter la congrégation quand elles le souhaitent58. L’absence de vœux n’empêche cependant pas une volonté de vie commune au-delà des temps de l’apostolat ; ce besoin d’un lieu de vie partagé motive la demande des sœurs en 1853 :

  • 59 Le terme de « reposant-e » désigne les membres du personnel ayant servi longtemps dans l’administra (...)
  • 60 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 21 juin 1853.

« J’ai l’honneur de vous communiquer une lettre de Mme la Supérieure des Sœurs de l’étblis [sic] par laquelle elle exprime le désir d’obtenir les deux chambres composant le logement du garçon de bureau, qui avaient été prises antérieurement à la communauté, dans un moment de disette de localités. Cette demande est motivée sur l’impossibilité de loger les nouvelles reposantes59 qui doivent résider prochainement à l’hôpital. […] Je vous prie de me faire connaître la décision que vous jugerez convenable de prendre à cet égard, afin que je puisse, s’il y a lieu, faire faire les travaux de peu d’importance que ce changement nécessiterait, avant l’arrivée du nouveau garçon de bureau […]60 ».

33Si les reposantes ne dorment pas avec les sœurs de la communauté, elles peuvent néanmoins vivre dans l’hôpital avec elles et participer aux temps de la vie religieuse. Le maintien d’une communauté unie au-delà des tâches effectuées au sein de l’hôpital est à nouveau perceptible en 1874 lorsque les Sœurs de Sainte-Marthe quittent l’hôpital Beaujon : plusieurs reposantes arrivent alors à l’hôpital de la Pitié pour venir vivre en communauté et, lorsque ce dernier est fermé, elles partent à l’hôpital Saint-Antoine.

L’entre-soi des sœurs à l’épreuve de la laïcisation

  • 61 Jacqueline Lalouette, « L’Assistance publique de Paris et la charité catholique. Chronique d’une sé (...)

34À partir de 1878, la laïcisation des espaces et du personnel des hôpitaux parisiens portée par le Dr Bourneville remet en cause la présence des sœurs. Malgré les vives oppositions qu’elle suscite, cette mutation est presque intégralement achevée en trente ans, les religieuses étant remplacées par des infirmières et des surveillantes formées par l’Administration61. Les sœurs, n’ont, en tant que membres d’une communauté religieuse, plus le droit de rester dans l’établissement. L’absence de vœux chez les Sœurs de Sainte-Marthe, signifiant qu’elles peuvent quitter la congrégation à tout moment, interroge particulièrement l’entre-soi de ces femmes engagées dans une vie consacrée et dans des tâches hospitalières, dans une communauté qui connaît pourtant un essoufflement à cette époque et ne recrute plus assez. En suivant les trajectoires des sœurs de la communauté, il est possible d’éclairer les choix effectués par quelques Sœurs de Sainte-Marthe officiant dans les hôpitaux de la Pitié et Saint-Antoine, laïcisés en 1880 et 1881.

35L’éviction des sœurs des hôpitaux remet en cause leur entre-soi au sein des établissements, les privant par exemple d’un bâtiment commun qui était jusque-là leur cadre de vie ; cependant elles ne sont pas privées de tout droit : en vertu et en fonction de la durée de leur service, l’administration doit leur fournir un logement et le statut de reposante. Ce dernier ne concerne cependant pas toute la communauté et cette distinction est vécue douloureusement par la congrégation. Lors de la laïcisation de l’hôpital de la Pitié en 1880, dans sa lettre à l’Administration de l’Assistance Publique, la supérieure demande :

  • 62 Bibliothèque de Port-Royal, archives des Sœurs de Sainte-Marthe, registre du conseil, lettre de la (...)

« Le logement qui nous est affecté à l’hôpital Saint-Antoine ne nous permettant pas de recevoir toutes celles de nos sœurs que la situation nouvelle va rappeler à la maison mère, je me permettrai de demander à l’Administration d’accorder à quelques-unes d’entre elles leur repos à la Salpêtrière dans des conditions qui leur rendent moins pénible la séparation à laquelle nous sommes obligées de les astreindre, en leur accordant un petit bâtiment ou une portion de bâtiment où elles puissent vivre en commun avec toutes les atténuations au régime intérieur que pourrait permettre le règlement62 ».

  • 63 AAP-HP 9L136 Enquête, note du 24 avril 1874.
  • 64 AAP-HP 2K1 Registre du personnel de Saint-Antoine.
  • 65 Idem. 
  • 66 C. Gazier, op.cit., p. 235-236.

36La supérieure cherche donc à ménager et à préserver un entre-soi des sœurs de la même congrégation, dans un autre lieu que celui qui leur était jusque-là réservé. Certaines des sœurs rejoignent alors l’hôpital Saint-Antoine, maison mère de la communauté et abritant la majorité d’entre elles – encore 34 en 187463. L’étude de la laïcisation de ce dernier hôpital est particulièrement éclairante quant aux trajectoires des sœurs de la communauté alors en déclin. Certaines – quatorze d’entre elles – touchent une retraite en argent de l’administration64, d’autres sont admises comme reposantes à la Salpêtrière, quelques sœurs quittent l’ordre – la sœur Émilienne, âgée de 47 ans, est « sortie de la communauté et de l’hôpital65 » – et rentrent dans leur famille ou partent dans d’autres ordres religieux. Vingt-et-une décident de se retirer dans une maison à Magny-les Hameaux, près de l’ancienne abbaye de Port-Royal, où elles continuent à vivre au sein d’une communauté religieuse66. Les registres du personnel des hôpitaux nous apprennent que trois sœurs de la Pitié restent à l’hôpital, sous une identité civile. De sœurs, elles deviennent surveillantes et sous-surveillantes, comme le confirme l’arrêté du directeur de l’Assistance publique qui entre en vigueur le 1er octobre 1880 :

  • 67 AAP-HP 1K10 Registre du personnel de La Pitié.
  • 68 AAP-HP 136 Foss 279.
  • 69 Entrée à plusieurs reprises sous des noms différents, il s’agit en fait de la même sœur.

Dans le registre du personnel de la Pitié67

Dans l’arrêté du directeur de l’Assistance Publique du 20 septembre 188068

Stoffel Louise, sœur Siméon, entrée en 1867. Plusieurs services le dernier étant de la cuisine.

Hoffel Camille, sœur de la cuisine

Surveillante le 1er octobre 188069

Melle Stoffel surveillante service de la cuisine

Nemskern Elisa, sœur Rosalie, entrée en 1875 comme surveillante salle du Rosaire.

surveillante Rosaire et St Athanase au 1er oct. 1880

Melle Neimskern, surveillante service st Athanase et Rosaire

Defer Adèle, entrée en 1875, sœur Euphrasie, sœur salle St Louis,

Passée s/ surveillante à la salle St Louis le 1er oct. 1880

Melle Defer sous-surveillante service st Louis

  • 70 C. Gazier, op.cit., p. 232.
  • 71 AAP-HP 1K1 7, AAP-HP 1K1 10, AAP-HP 1K1 11 Registres du personnel de la Pitié. Voir aussi Jean-Pier (...)
  • 72 AAP-HP 2K1 Registre du personnel de Saint-Antoine.
  • 73 Véronique Leroux-Hugon, Des saintes laïques, les infirmières à l’aube de la Troisième République, P (...)
  • 74 Les départs doublés de la raréfaction des sujets ont lieu dans les années 1850 pour C. Gazier, op.c (...)

37Comme le souligne Cécile Gazier70, il s’agit dans le dernier cas de jeunes sœurs, pour certaines entrées récemment dans la communauté et l’hôpital : Adèle Defer a 33 ans, Elisa Nemskern 39 ans, toutes deux sont entrées à la Pitié en 1875 ; Camille Louise Stoffel a 32 ans et est entrée en 1867 chez les Sœurs de Sainte-Marthe, alors que le recrutement ralentit dans la seconde moitié du siècle71. Revenues à la vie laïque, femmes célibataires, « mademoiselle », les sœurs gardent exactement le même poste tout en perdant leur identité religieuse. Pour la sœur Éloi, entrée à 16 ans en service hospitalier à Beaujon puis ayant successivement occupé différents emplois à la Pitié et Saint-Antoine, le registre est explicite : « a quitté l’ordre de ste marthe et a été nommée S surveillante à S A », soit sous-surveillante à l’hôpital Saint-Antoine72. Pour ces sœurs, la continuité du travail de surveillance et de soin prime sur l’entre-soi et la vocation religieuse. La poursuite d’une activité professionnelle et le maintien d’une vie au sein de l’hôpital en abandonnant la vie en communauté ont été privilégiés. L’héritage religieux des hôpitaux, maintes fois cité dans l’identité de la profession d’infirmière ou de surveillante73, se traduit ici très concrètement par le maintien d’anciennes sœurs au sein de l’hôpital et questionne la rupture en terme de personnel voulue par les défenseurs de la laïcisation. En retour, ces trajectoires interrogent la vocation apostolique de ces femmes : l’action dans la société prend en effet le pas sur la dimension religieuse de l’engagement. Si cette rupture est facilitée par le statut propre de la communauté, elle s’inscrit aussi dans une histoire puisque tout au long du siècle des sœurs ont quitté l’ordre74, ce qui se produit d’ailleurs dans tous les ordres et congrégations. Cependant, le cas des Sœurs de Sainte-Marthe diffère de celui d’autres congrégations, car elles ne disposent pas, comme les Filles de la Charité ou les Augustines, d’autres établissements à Paris ou en France où elles peuvent être redéployées et poursuivre leur service hospitalier dans un cadre religieux. L’alternative est donc pour ces sœurs bien plus radicale : la laïcisation apparaît comme un moment du choix entre vie communautaire religieuse et poursuite d’une activité hospitalière. Elle pose la question, de l’importance, non seulement des sociabilités, mais de la force du lien et de la contrainte religieuse pour maintenir l’entre-soi des sœurs, lorsque cette vie communautaire et apostolique est remise en cause et que les deux ne peuvent se maintenir ensemble.

Conclusion

38Si les dispositions spatiales et temporelles de la vie consacrée et de l’activité hospitalière sont clairement énoncées dans les archives hospitalières, les revendications liées à l’espace et au temps propres à une communauté religieuse sont en revanche éparses. Confrontées aux règlements de la communauté, ces notations permettent néanmoins d’interroger les conditions de possibilité d’un entre-soi religieux, féminin et soignant dans un espace, l’hôpital, où il n’est pas de facto garanti, et peut constituer un argument permettant aux sœurs d’afficher leur singularité. L’appropriation et les revendications d’espace matérialisent les identités religieuse et féminine des sœurs. Si le propos ne peut être que lacunaire, vu la rareté des sources, ces dernières permettent néanmoins d’ouvrir des pistes de réflexion afin de saisir, dans l’univers hospitalier, la singularité au XIXe siècle de sœurs prises en étau entre le monde religieux et le monde laïque et médical, tout en interrogeant ce que le genre peut permettre de saisir dans l’intersection des catégories.

39Réfléchir à l’entre-soi des sœurs hospitalières dans un espace défini et bien délimité permet de penser ensemble les pratiques du temps et des espaces, ce qui contribue à cerner les contours d’un groupe en faisant jouer différentes appartenances : le monde religieux, les femmes, le personnel hospitalier. La mobilisation de l’une ou de l’autre permet aux sœurs de maintenir et de revendiquer une certaine forme d’autonomie. L’échelle retenue permet également de déterminer les lignes de fracture qui traversent le monde religieux : dans les années 1840, l’opposition n’est pas tant entre une communauté religieuse et l’administration civile, qu’entre une communauté de femmes autonomes et le pouvoir ecclésiastique masculin dont l’autorité est réaffirmée par l’archevêque de Paris. Enfin, le processus de laïcisation implique des choix individuels ; ceux-ci révèlent la prédominance d’une identité sur une autre – même si tous les paramètres des choix ne peuvent être connus. Si les sœurs optent massivement pour la poursuite d’une vie communautaire religieuse les éloignant de l’apostolat soignant, les quelques cas de femmes quittant l’ordre pour rester dans l’hôpital posent la question des choix et des parcours individuels.

Haut de page

Notes

1 Considérant la diversité des congrégations hospitalières concernées pour les hôpitaux civils parisiens  – Filles de la Charité, Sœurs de Sainte-Marthe, Augustines de l’Hôtel-Dieu, Sœurs de Saint-Thomas de Villeneuve –, qui n’ont pas toutes le même statut canonique, nous emploierons indistinctement les termes de « religieuse » et de « sœur» bien qu’ils désignent deux états différents et des règles de clôture plus ou moins strictes.

2 Sylvie Tissot, « Entre soi et les autres », Actes de la recherche en sciences sociales, 4/2014, n° 204, p. 5.

3 Marie-Claude Dinet-Lecomte, « Du bon ‘usage’ de la clôture et de l’enfermement dans les établissements charitables aux XVIIe et XVIIIe siècles », Histoire, économie et société, 2005, n° 3, 24e année, p. 364.

4 Décret impérial relatif aux congrégations des maisons hospitalières de femmes, 18 février 1809. Jean Imbert (dir.), Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, Privat, 1982, p. 317.

5 Robert Naz (dir.), Dictionnaire de droit canonique, Letouzey et Ané, t. 3, p. 892-908. La clôture papale, celle qui régit les ordres monastiques et corrobore l’identité de « religieuses », interdit l’entrée d’étrangers dans l’espace du cloître, à l’exception des médecins, confesseurs et de travailleurs pour le monastère – architectes, ouvriers. La clôture des instituts à vœux simples, qui ne fait pas des femmes des religieuses au sens strict du terme, est contrôlée par l’évêque et définie par les constitutions et règlements des congrégations. Si les XVIIe et XVIIe siècles ont vu un véritable engouement pour la clôture dans de nombreux ordres enseignants ou soignants, certaines congrégations comme les Filles de la Charité refusent la clôture papale pour mener à bien leurs activités charitables hors les murs, mais gardent l’idéal de la clôture.

6 B. Dolhagaray, « Clôture », Dictionnaire de Théologie catholique, t. 3, Paris, Letouzey et Ané, 1923, p. 257.

7 Émile Jombart et Marcel Viller, « Clôture », Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, tome II, Beauchesne, Paris, 1953, p. 1005.

8 Sylvie Tissot, op.cit., p. 5.

9 Marie-Claude Dinet-Lecomte, op.cit., p. 360-364.

10 Ibid., p. 366-367.

11 Emile Jombart et Marcel Viller, op.cit., p. 1007.

12 Les religieuses dans le cloître et dans le monde : des origines à nos jours : actes du 2e colloque international du CERCOR, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1994 ; Olivier Faure et Bernard Delpal (dir.), Religions et enfermements (XVIIe-XXe siècles), Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2005 ; « Clôtures », Clio n° 26, 2007/2.

13 Les plans sont numérisés. Ces documents sont conservés aux Archives de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (après AAP-HP).

14 Circulaire du ministre de l’Intérieur Duchâtel aux préfets du 26 septembre 1839, sur les « Traités entre les administrations charitables et les congrégations religieuses », in Ad. De Watteville (éd.), Législation charitable, ou Recueil des lois, arrêtés, décrets, ordonnances royales, avis au Conseil d’Etat, circulaires…, Paris, A. Heois, 1843-1844.

15 Circulaire du ministre de l’Intérieur Duchâtel aux préfets du 26 septembre 1839, op. cit.

16 AAP-HP 793 Foss 32-2/1.

17 AAP-HP 793 Foss 50/1.

18 Marcel Fosseyeux, Les Grands travaux hospitaliers à Paris au XIXe siècle, Paris, Berger-Levrault, 1912, p. 33-34. Le programme de 1865 prévoit ainsi la reconstruction de divers bâtiments, la réorganisation des services d’accouchement, la création des pavillons spéciaux (maladies contagieuses), et des mesures d’assainissement et d’hygiène. La seule dimension religieuse évoquée est celle des travaux pour les chapelles à Saint-Antoine et Saint-Louis.

19 AAP-HP L4 La Pitié, Lettre du directeur de l’Assistance publique à la supérieure de la Pitié, 18 juin 1859.

20 Yann Raizon du Cleuziou, « "Le couvent comme dispositif d'imposition de la vérité religieuse" Orthopraxie et orthodoxie dans la Province dominicaine de France durant l'après-guerre », Sociétés contemporaines, n° 88, 2012/4 p. 76.

21 Régime religieux et intérieur qui s’observe au chef-lieu et aux maisons particulières de la Communauté de Sainte-Marthe de Paris (1810), in C. Gazier, op.cit., p. 269.

22 Yann Raizon du Cleuziou, op. cit., p. 79.

23 Odile Arnold, Le corps et l’âme. La vie des religieuses au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1984, p. 52.

24 Françoise Steudler-Delaherche, « Hôpital et logiques spatiales : l’espace des « hospitalisants » et l’espace des hospitalisés dans quelques ouvrages français récents », in Jean-Claude Waquet, Odile Goerg, Rebecca Rogers, Les espaces de l’historien, Presses Universitaires de Strasbourg, 2000, p. 219-220.

25 Odile Arnold, op. cit., p. 44. 5h le plus communément, parfois 4 h 30 ou 4 h en été. Le déjeuner est 2h ou 3h plus tard.

26 Régime religieux et intérieur qui s’observe au chef-lieu et aux maisons particulières de la Communauté de Sainte-Marthe de Paris (1810), in C. Gazier, p. 270-271, p. 278, p. 285.

27 AAP-HP 136 Foss 162, Conseil général des Hospices affaire 86265, séance du 16 décembre 1840.

28 AAP-HP L4 La Pitié, Lettre du 7 octobre 1864.

29 AAP-HP L2 La Pitié, Rapport du 15 novembre 1849 à M. Davenne, directeur général de l’Assistance publique de Paris.

30 Régime religieux et intérieur qui s’observe au chef-lieu et aux maisons particulières de la Communauté de Sainte-Marthe de Paris (1810), in C. Gazier, p. 278.

31 Ibid., p. 274-275, p. 279-281 pour la récréation.

32 Émile Jombart et Marcel Viller, op.cit., p. 1006-1007.

33 Odile Arnold, op. cit., p. 39.

34 Nicole Pellegrin, « Une cellule à soi ? Quelques remarques sur ‘l’intérieur’ des Visitandines du Poitou et d’ailleurs sous l’Ancien Régime », in L’ordre de la Visitation (1610-2010) : pour Annecy et pour le monde, Actes du colloque international d’Annecy (1er-3 juin 2010), réunis par Marie-Elisabeth Henneau, Paola Vismara, Bernard Barbiche, Julien Coppier, Yves Kinossian, Claude Langlois, SilvanaEditoriale, Archives départementales de Haute-Savoie, 2011.

35 AAP-HP L4 La Pitié, Lettre du 6 janvier 1858.

36 AAP-HP 793 Foss 32.

37 Mémoire concernant la communauté de Ste-Marthe de Paris, Paris, Impr. de Moquet et Hauquelin, 1842, p. 2.

38 AAP-HP 156 Foss, Décret impérial contenant Brevet d’institution des Sœurs de Sainte-Marthe de Paris, et approbation de leurs Statuts, 14 juin 1810.

39 Jean-Pierre Chantin, Le jansénisme, Paris, Cerf, 1996, p. 110-111 ; C. Gazier, op.cit., p. 81-83 ; Laure Beaumont-Maillet, Saint-Séverin, Une Église, une paroisse, Paris, Lacurne, 2010, p. 62-63.

40 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1984, p. 251.

41 R. Limouzin-Lamothe et J. Leflon, Mgr Denys-Auguste Affre, archevêque de Paris (1793-1848), Paris, J. Vrin, p. 265-273.

42 Bibliothèque de Port-Royal, Lettre à la Supérieure des Sœurs de Sainte-Marthe, hôpital Saint-Antoine, 183[date incomplète].

43 Archives des Sœurs de Sainte-Marthe, Registres du conseil, séance de décembre 1842, cités par C. Gazier, op. cit., p. 163-167. E. Gilbrin, « Scission des Religieuses hospitalières de Paris sous la monarchie de Juillet. Rôle du jansénisme », Communication présentée à la séance du 24 janvier 1976 de la Société Française d’Histoire de la Médecine, p. 159-160.

44 AAP-HP 136 Foss 183, Affaire 99468, 3 juillet 1844. Une nouvelle supérieure arrive à la Pitié. La supérieure de la congrégation écrit à l’administration pour l’en informer, la précédente ayant démissionné. Elles veulent avoir une conduite irréprochable à tous égards pour se concilier la bienveillance des administrateurs. La lettre est écrite de l’hôpital Saint-Antoine. Voir aussi Cécile Gazier qui insiste sur la bonne entente entre l’administration et les sœurs, op.cit., p. 178-179.

45 Jean-Pierre Chantin, op.cit., p. 111.

46 Claude Langlois, op.cit.

47 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 6 août 1847 à M. Battelle, administrateur.

48 « Convenance » in P. Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, 1869, réed chez Slatkine, Genève-Paris, 1982, p. 31.

49 Circulaire du 26 septembre 1839 contenant modèle de traité entre les administrations charitables et les communautés religieuses, in Ad. de Watteville (ed.), op. cit., p. 520.

50 Ibid., p. 521.

51 BNF E-2400 (Paris, 1843/02/25) [Circulaire au sujet des sœurs de Sainte-Marthe], de Mgr Affre.

52 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 21 juin 1848 à M. Battelle.

53 AAP-HP L2 La Pitié, Rapport du 15 novembre 1849 à M. Davenne, directeur général de l’Assistance publique de Paris.

54 Idem. 

55 AAP-HP 1K1 3 Registre du personnel de La Pitié.

56 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 11 juin 1853 à M. Davenne.

57 Circulaire du ministre de l’Intérieur Duchâtel aux préfets du 26 septembre 1839, op.cit.

58 Statuts et règlemens de l’Association religieuse connue sous le nom de Communauté des Sœurs de sainte-Marthe, pour le soin des pauvres malades et l’éducation des enfans, in C. Gazier, p. 262.

59 Le terme de « reposant-e » désigne les membres du personnel ayant servi longtemps dans l’administration publique et qui ont demandé plutôt qu’une retraite un lit dans un établissement.

60 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 21 juin 1853.

61 Jacqueline Lalouette, « L’Assistance publique de Paris et la charité catholique. Chronique d’une séparation (1878-1908) », in Francis Démier, Claire Barillé (dir.), Les maux et les soins, Médecins et malades dans les hôpitaux parisiens au XIXe siècle, Paris, Action Artistique de la ville de Paris, 2007, p. 63‑74 ; Pierre Guillaume, Médecins, Église et foi, Paris, Aubier, 1990, p. 82 88.

62 Bibliothèque de Port-Royal, archives des Sœurs de Sainte-Marthe, registre du conseil, lettre de la Sœur Sébastien, supérieure générale, à Paris, Hôpital Saint-Antoine, le 15 juin 1880, recopiée dans le registre.

63 AAP-HP 9L136 Enquête, note du 24 avril 1874.

64 AAP-HP 2K1 Registre du personnel de Saint-Antoine.

65 Idem. 

66 C. Gazier, op.cit., p. 235-236.

67 AAP-HP 1K10 Registre du personnel de La Pitié.

68 AAP-HP 136 Foss 279.

69 Entrée à plusieurs reprises sous des noms différents, il s’agit en fait de la même sœur.

70 C. Gazier, op.cit., p. 232.

71 AAP-HP 1K1 7, AAP-HP 1K1 10, AAP-HP 1K1 11 Registres du personnel de la Pitié. Voir aussi Jean-Pierre Chantin, op.cit., p. 111.

72 AAP-HP 2K1 Registre du personnel de Saint-Antoine.

73 Véronique Leroux-Hugon, Des saintes laïques, les infirmières à l’aube de la Troisième République, Paris, Editions Sciences en Situation, 1992 ; Knibiehler Yvonne, Histoire des infirmières : en France au XXe siècle, nouvelle éd. revue, Paris, Hachette Littérature, 2008.

74 Les départs doublés de la raréfaction des sujets ont lieu dans les années 1850 pour C. Gazier, op.cit., p. 194-198. À Saint-Antoine, sur toutes les sœurs et novices qui ont servi dans l’hôpital, environ 1/5e sortent de la communauté, surtout dans les années 1845-1855.Voir AAP-HP 2K1 Registre du personnel Saint-Antoine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Jusseaume, « Pratiques de l’espace hospitalier par les religieuses au XIXe siècle dans les hôpitaux parisiens : préserver un entre-soi religieux et féminin ? », Genre & Histoire [En ligne], 17 | Printemps 2016, mis en ligne le 06 juin 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2448

Haut de page

Auteur

Anne Jusseaume

Centre d’histoire de Sciences Po/Sciences Po Paris. Courriel : anne.jusseaume@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page