Navigation – Plan du site
Genre et classes populaires, in situ

Les lieux de la répression au prisme du genre : la rue parisienne au croisement des pratiques émeutières et des pratiques policières (XVIIIe siècle)

Clara Chevalier

Résumés

Quelles logiques spatiales sont à l’œuvre lors de la répression de mouvements populaires parisiens au XVIIIe siècle ? L’espace urbain permet de saisir l’articulation entre pratiques sociales populaires et dispositif policier. Dans la ville, les divisions sociales de l’espace sont alors peu rigides ; de plus, les pratiques sociales populaires ne sont pas régies par une séparation sexuée des espaces. Quant à l’appréhension policière de la ville, l’espace urbain est divisé en quartiers de police afin d’être contrôlé. L’analyse les archives de la répression de deux émeutes qui se jouent à différentes échelles spatiales fait apparaître le contrôle des limites de la ville comme un enjeu pour la police. L’éclairage projeté par ces documents sur certains lieux de l’émeute en particulier, qui renvoie à la production d’un discours sur la répression plutôt que sur l’émeute, a pour effet d’estomper la présence des émeutières, révélant un partage sexué de la répression.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Est un lieu l’ordre (quel qu’il soit) selon lequel des éléments sont distribués dans des rapports (...)
  • 2 Voir Déborah Cohen, La nature du peuple. Les formes de l’imaginaire social, XVIIIe-XXIe siècles, Se (...)

1L’espace considéré ici est la ville de Paris au XVIIIe siècle. Cette unité de lieu permet de prendre en compte la spécificité du dispositif policier propre à la capitale, alors régi par une lieutenance générale de police. Elle donne également la possibilité de considérer les pratiques sociales populaires qui se jouent quotidiennement dans la ville – l’espace étant alors entendu, à la suite de Michel de Certeau, comme « un lieu pratiqué1 ». Une telle entrée par l’espace urbain, tout à la fois lieu des mouvements populaires et de leur répression, permet alors de saisir l’articulation entre deux conditions de possibilité de ces mouvements populaires : la ville comme cadre de pratiques sociales populaires mais aussi du dispositif policier. Or, cette articulation traduit l’existence d’une continuité entre temps ordinaire et temps de l’émeute. Une lecture des archives de la répression de ces mouvements populaires attachée à repérer les rapports de pouvoir inscrits dans ces documents, du point de vue du genre et des classes populaires, peut permettre de comprendre les logiques spatiales à l’œuvre dans l’émeute et la répression, en étudiant comment se joue et ce que révèle la confrontation de différents modes d’appréhension de l’espace lors des mouvements populaires. La répression des émeutes peut ainsi être lue comme un moment d’actualisation d’un point de vue appartenant à un discours sur le peuple inscrit dans le temps long2 et informé par les rapports sociaux de sexe. C’est pourquoi il importe d’observer les pratiques sociales élaborées in situ afin de saisir ces rapports de pouvoir en actes.

  • 3 Cette formule de Pascal Bastien permet notamment de distinguer ces journaux de bourgeois parisiens (...)

2On retiendra ici deux mouvements populaires offrant la possibilité de confronter des pratiques sociales qui se jouent à différentes échelles spatiales : d’une part celle de la ville (pour l’émeute de 1775), d’autre part celle d’un espace plus circonscrit, le faubourg Saint-Antoine (en 1725). Il s’agit de deux émeutes vivrières, survenues en période de forte augmentation du prix du pain, lors desquelles le peuple prend pour cible les marchés au pain ou les boutiques de boulangers afin de se procurer du pain au prix qu’il considère comme juste. Ces émeutes donnent lieu à des interventions de la part de la police, bien différentes dans leurs formes car les pratiques policières évoluent entre le premier et le dernier quart du siècle. Les documents alors produits par les commissaires de police parisiens rendent compte de la répression in situ, notamment les procès-verbaux rédigés par les commissaires, mais aussi les informations regroupant les déclarations de témoins, et les interrogatoires des personnes arrêtées. On confrontera ces archives de la pratique policière au point de vue d’auteurs de « journaux d’événements », témoins de l’émeute et de ses suites policières et judiciaires3.

  • 4 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1992 (1979), p. 12.

3Considérer, ainsi que l’a proposé Arlette Farge, la rue à la fois comme objet historique et comme sujet d’histoire4, appréhender ce que l’espace urbain et ses configurations déterminent, nécessite de saisir les processus de construction de cet espace. On cherchera d’abord à comprendre comment la ville est façonnée par ses usages populaires, en considérant les conditions matérielles de vie du peuple en tant qu’elles déterminent des usages de la rue. On proposera pour ce faire une lecture sous l’angle des rapports sociaux de sexe des apports de l’historiographie consacrée aux pratiques sociales populaires dans l’espace urbain. Il s’agira ensuite d’appréhender la construction de l’espace urbain par ses usages policiers en retraçant l’organisation policière de la ville, notamment grâce aux textes normatifs la définissant. Ces deux approches permettront de nourrir une analyse des archives judiciaires attentive aux logiques spatiales à l’œuvre lors des mouvements populaires et de leur répression. Celle-ci est déployée à l’aune d’une conception a priori de l’émeute ainsi que d’un point de vue sur le peuple et les femmes du peuple qui influe sur les manières de rendre compte des pratiques répressives dans les documents judiciaires.

État des lieux : appréhensions populaires et policières de la ville

Des partages sociaux et sexués de l’espace urbain ?

  • 5 Le marché alimentaire étant « un lieu populaire par excellence ». Jean-Michel Roy, « Les marchés al (...)
  • 6 Gilles Chabaud, Vincent Milliot, Jean-Michel Roy, « La géographie parisienne de l’accueil », in Dan (...)
  • 7 Arlette Farge, André Zysberg, « Les théâtres de la violence à Paris au XVIIIe siècle », Annales ESC(...)

4À l’échelle de la ville de Paris, les divisions sociales de l’espace sont au XVIIIe siècle peu rigides. Le déplacement des élites vers l’ouest parisien n’est pas achevé, et élites et peuple sont amenés à se loger et à se côtoyer dans les mêmes quartiers. Il existe néanmoins des quartiers et des rues davantage investis par le peuple selon les activités qui prennent place en ces lieux, comme l’emplacement d’un marché, ou la présence plus ou moins forte de migrant-e-s5. Celle-ci est repérable à l’existence de logeurs proposant des chambres à la nuit : ces garnis se concentrent plutôt sur la rive gauche au XVIIsiècle, et par la suite également dans les quartiers du centre comme ceux de la Grève et de Sainte-Avoye6. À ce centre populaire densément peuplé s’ajoute le quartier de la place Maubert, ainsi que les faubourgs7.

  • 8 Allan Potofsky, « The Construction of Paris and the Crises of the Ancien Regime. The Police and the (...)
  • 9 Olivier Zeller, Histoire de l’Europe urbaine. T. 3, La ville moderne, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Se (...)
  • 10 Antoinette Fauve-Chamoux, « Le surplus urbain des femmes en France préindustrielle et le rôle de la (...)
  • 11 « Chaque fois qu’une micro-analyse d’un territoire urbain est possible, elle montre des différences (...)

5Le partage social de l’espace urbain se fait plus sensible au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, en lien avec les incertitudes du marché du logement, lorsque les prix des loyers et des denrées augmentent significativement. La paupérisation qui touche les classes populaires au cours du siècle s’accompagne de nouvelles dynamiques spatiales, qui tendent à dissocier dans l’espace de la ville logements et lieux de travail8. Ce processus de paupérisation peut se prêter à une lecture sexuée. La population urbaine est, sur le plan quantitatif, majoritairement féminine, notamment du fait de l’importance de l’immigration des femmes vers la ville9. Les femmes célibataires et veuves sont non seulement plus nombreuses en milieu urbain, mais aussi plus pauvres car dépourvues de partenaire économique masculin10. Le partage social de l’espace urbain, avant de se développer « horizontalement » dans la ville, se joue d’abord « verticalement », au sein même de l’immeuble, partagé entre étages nobles et combles. Olivier Zeller a parlé, dans le cas de Lyon où des sources permettant une telle analyse ont été conservées, de « ségrégation verticale » pour l’habitat féminin. Ainsi, un recensement du début du XVIIIe siècle portant sur une rue et indiquant les étages des logements des personnes domiciliées, d’ordinaire rarement précisés dans ces documents, montre que les femmes aux plus faibles revenus, en particulier des veuves, habitent fréquemment les étages supérieurs11.

  • 12 Annik Pardailhé-Galabrun, « Les déplacements des Parisiens dans la ville aux XVIIe et XVIIIe siècle (...)
  • 13 David Garrioch, Neighbourhood and community in Paris, 1740-1790, Cambridge, Cambridge University Pr (...)
  • 14 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1992 (1979), p. 26-38.
  • 15 Dominique Godineau, « Le rapport masculin-féminin dans l’espace urbain (Paris, XVIIIe siècle-Révolu (...)
  • 16 Dominique Godineau, « Les déplacements dans Paris des femmes des faubourgs pendant la Révolution », (...)
  • 17 Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, (...)
  • 18 « Domestic chores preoccupied no one ». Olwen Hufton, « Women and the Family Economy in Eighteenth- (...)

6Les rues parisiennes ne sont pas vides : ce sont des rues encombrées par la circulation, jugées dans les récits des voyageurs et des chroniqueurs parisiens dangereuses pour les piétons et peu praticables à la moindre pluie12. Si les « embarras de Paris » constituent un thème littéraire et iconographique commun, la rue n’est pas une simple voie de communication. C’est aussi un lieu de jeux d’enfants, de travail autant pour ceux et celles qui pratiquent les « petits métiers » de la rue, comme les revendeurs et revendeuses, que pour ceux et celles qui occupent un lieu dévolu à une activité, dans la mesure où même les ateliers des artisans et les boutiques sont ouverts sur la rue. Ces usages populaires de l’espace urbain se caractérisent par une grande densité des relations sociales, en particulier des relations de voisinage13. La rue parisienne est donc pour le peuple un lieu de vie. Aucun espace n’est absolument clos sur lui-même, et il en est de même de l’espace habité : les logements populaires, exigus, communiquent avec le dehors aussi bien qu’entre eux, signe d’une promiscuité omniprésente14. Il n’existe par conséquent pas de distinction rigide entre des espaces qui seraient « privés » et « publics », et une telle continuité des espaces a des conséquences en termes de genre. Ainsi, dans le Paris du XVIIIe siècle, « la rue n’est pas (…) un espace masculin15 ». Dominique Godineau a proposé une cartographie sexuée de la ville, identifiant des lieux « féminins », tels que les marchés, opposés à des espaces comme la Grève, lieu d’embauche masculin, ainsi que des lieux « mixtes » : les cabarets, les bords de Seine où se succèdent les ports et les berges peu bâties investies par les blanchisseuses16. Les femmes du peuple sont présentes dans l’espace urbain car elles travaillent ou cherchent du travail. Malgré l’existence de quelques corporations féminines à Paris, les femmes n’ont en général pas accès aux communautés de métier et prennent de ce fait largement part à l’« économie informelle » qui prend place dans la rue17. Le travail rémunérateur prime sur le travail reproductif, qui constitue une activité marginale, même pour les femmes mariées – les enfants passent souvent leurs premières années en milieu rural auprès d’une nourrice, le linge peut être confié à des blanchisseuses18. Il existe donc une division sociale et sexuelle du travail reproductif, qui, tourné vers l’extérieur, dépasse largement l’espace domestique, une catégorie qui ne peut alors être pertinente pour décrire les lieux du peuple au XVIIIe siècle en milieu urbain. Ainsi, les conditions matérielles de vie du peuple sont telles que les pratiques sociales populaires qui se jouent quotidiennement dans l’espace urbain ne sont pas régies par une séparation sexuée des espaces, laquelle est indissociable de la dynamique du genre comme principe de division pour les époques postérieures.

  • 19 Arlette Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, H (...)
  • 20 Arlette Farge, « évidentes émeutières », in Natalie Z. Davis, Arlette Farge (dir.), Histoire des fe (...)

7Ces conditions matérielles de vie du peuple dans la rue constituent une condition de possibilité de l’émeute. L’existence d’une continuité entre les pratiques sociales quotidiennes et les comportements adoptés lors des mouvements populaires a été mise en lumière par Arlette Farge : l’émeute « s’appuie, dans un paroxysme véhément et furieux, sur ce qui fabriquait déjà le tissu quotidien » ; du point de vue du peuple, elle « va de soi19 ». Cet état des rapports sociaux inscrits dans l’espace urbain a pour conséquence l’évidence de l’action des femmes lors des mouvements populaires20. Or, paradoxalement, nous verrons que les femmes ne sont pas l’objet de la répression des deux émeutes ici retenues.

  • 21 Christian Jouhaud, « Révoltes et contestations d’Ancien Régime », in André Burguière, Jacques Revel (...)

8La continuité entre temps ordinaire et temps de l’émeute existe également aux yeux de la police car le peuple est défini par le fait qu’il est potentiellement émeutier21. Il lui faut donc contrôler l’espace urbain, qui est alors également construit par les pratiques policières.

Le dispositif policier dans la ville : diviser l’espace pour le contrôler ?

  • 22 Catherine Denys, « La territorialisation policière dans les villes au XVIIIe siècle », RHMC, 2003, (...)
  • 23 La charge de lieutenant du prévôt de Paris pour la police, créée par l’édit de 1667, devient en 167 (...)
  • 24 Nicolas Delamare, Traité de la police, Paris, chez J. et P. Cot, 1705-1719, livre i, titre vi.
  • 25 Arrêt du conseil du 14 janvier 1702 : « Nouvelle division de Paris en vingt Quartiers », et « Décla (...)
  • 26 Jean de La Caille, Description de la ville et des fauxbourgs de Paris en vingt planches, dont chacu (...)

9La relation étroite entre police et territoire, le fait même que l’espace urbain doive être l’objet de l’action de la police ne peut être considéré comme une évidence avant le XVIIIe siècle22. La structure du contrôle de l’espace prend la forme d’un découpage en unités territoriales qui doivent servir de cadre à l’action policière. D’autres divisions de l’espace parisien existent alors, comme le découpage religieux en paroisses. Mais surtout, en partageant en 1702 la ville en quartiers de police, le pouvoir royal, après avoir créé la lieutenance générale de police de Paris, poursuit son action visant à supplanter le pouvoir municipal, qui disposait de son propre découpage spatial23. Les textes normatifs portant sur ce découpage policier sont contenus dans le Traité de la police composé par le commissaire Nicolas Delamare au début du siècle. Le lien étroit entre police et espace urbain est affirmé dès le premier livre du Traité, dans l’intitulé même d’une section : « Description historique & topographique de la Ville de Paris, considerée dans tous les differens estats par lesquels elle a passé jusqu’à présent, & qui sert d’introduction à la connoissance de sa Police24 ». Les chapitres compris dans cette partie de l’ouvrage portent sur les états successifs de Paris, datés selon l’érection des différentes enceintes, chacune définissant la ville. L’appréhension du pouvoir royal face à l’expansion d’une capitale considérée comme trop vaste et trop peuplée pour demeurer maîtrisable est sensible dans ces pages. Empêcher d’une part la ville de s’étendre en fixant aux limites des faubourgs, à partir du milieu du XVIe siècle, des bornes au-delà desquelles il n’est plus permis de bâtir, et d’autre part découper l’espace en quartiers de police sont des décisions justifiées par un même principe : permettre l’action policière. L’arrêt du conseil du 14 janvier 1702 fixe la division de la ville en vingt quartiers de police et détaille les limites de chaque quartier25. Une traduction cartographique de ces dispositions est publiée par la suite par l’imprimeur de la police, sous la forme d’un atlas consacrant une planche à chaque quartier26. Ce nouveau partage est justifié par des raisons fiscales, car il vise à répartir plus uniformément l’impôt sur l’entretien des lanternes et le nettoiement des rues. Le texte indique également que le lieutenant général de police est chargé de procéder à la répartition des commissaires dans ces nouveaux quartiers, qui constitueront le cadre de l’action policière dans la ville jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

  • 27 Selon une des justifications de ce découpage avancée au début de ce texte : « Sa Majesté estant inf (...)
  • 28 Nicolas Vidoni, « La lieutenance générale de police et l’espace urbain parisien. Pratiques, savoirs (...)

10Le problème soulevé dans ce texte concerne la taille inégale des quartiers, auquel doit remédier le nouveau découpage : les superficies des quartiers sont fonction de l’importance de la population, ainsi les quartiers populaires du centre, densément peuplés, sont de petite taille. La déclaration royale de décembre 1702, qui reprend le texte de janvier, raisonne en termes de nombre de rues comprises dans chaque quartier pour apprécier l’étendue de ces divisions27. La rue apparaît donc comme le lieu de l’action policière : au vu de la manière dont sont découpés les quartiers, l’objet de l’attention des commissaires doit être la rue, l’ensemble des rues comprises dans chaque quartier28. Si les rues sont ainsi conçues comme étant au centre du quartier, elles remplissent également une fonction de frontière dans la mesure où elles dessinent les limites de ces quartiers de police. On comprend donc combien l’action policière, dans l’esprit de ce découpage, doit s’exercer sur la rue, qu’elle soit incluse dans le quartier ou considérée comme une limite.

  • 29 Alain Cabantous, « Le quartier, espace vécu à l’époque moderne », Histoire, économie et société, 19 (...)
  • 30 AN Y 15114B : « Précis des règlements des conseillers du roi, commissaires en son Châtelet », 21 ao (...)
  • 31 David Garrioch suggère une lecture sexuée de cette utilisation de la police plutôt que de la justic (...)
  • 32 Arlette Farge, « Le commissaire et la rue à Paris au XVIIIe siècle », Révoltes Logiques, automne-hi (...)
  • 33 Des études de cas à l’échelle d’un quartier éclairent les pratiques quotidiennes des commissaires d (...)
  • 34 Un point sur cette question in Vincent Milliot, Un policier des Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 20 (...)
  • 35 Jean Chagniot, Paris et l’armée. Étude politique et sociale, Paris, Économica, 1985, carte p. 128.
  • 36 Jean Chagniot, « Le Guet et la Garde de Paris à la fin de l’Ancien Régime », RHMC, janv.-mars 1973, (...)
  • 37 Rachel Couture, « “Inspirer la crainte, le respect et l’amour du public” : les inspecteurs de polic (...)

11Il est peu aisé d’évaluer la réception de ce découpage par les Parisien-ne-s, c’est-à-dire d’établir le rapport entre le découpage de l’espace par le pouvoir et le quartier comme « espace vécu29 ». Les unités spatiales utilisées pour déclarer son domicile face à la police demeurent la rue et la paroisse. En revanche, les habitant-e-s prennent en compte des repères spatiaux à l’intérieur de ce découpage, en particulier les hôtels des commissaires de police situés au sein de chaque quartier. Quarante-huit commissaires de police sont en effet répartis dans les vingt quartiers de police à raison de deux à trois commissaires par quartier, cet espace étant subdivisé entre eux. Ces commissaires sont tenus de résider dans leur quartier, et leur hôtel doit en principe demeurer ouvert jour et nuit. Bien que les commissaires en tant que corps, qui préexistent à la lieutenance de police, affirment leurs libertés face de celle-ci, notamment leur indépendance vis-à-vis des quartiers30, ils sont bien soumis à une territorialisation. Selon les travaux de David Garrioch consacrés aux relations de voisinage, la prise en compte par la population de l’hôtel du commissaire est surtout sensible dans la seconde moitié du siècle. Le peuple met à profit les possibilités offertes par les commissaires, notamment comme instance de résolution de conflits permettant de contourner la voie judiciaire, et ce faisant influe sur la façon dont le travail policier s’effectue31. L’hôtel du commissaire peut alors être considéré comme une ressource par les habitant-e-s du quartier32. C’est aussi sur ses murs que sont affichées les décisions royales. L’hôtel du commissaire est alors un lieu où se rencontrent quotidiennement usages populaires et usages policiers de l’espace urbain33. Les soldats du guet et de la garde de Paris sont également visibles dans l’espace urbain. Le guet à pied et à cheval, institution ancienne de la Ville, dépend de la juridiction du Châtelet. Ses membres sont titulaires d’offices, mais exercent par ailleurs un métier. Le pouvoir royal met fin à cette indépendance du guet en créant la garde de Paris, composée de troupes soldées et plus militarisée que le guet, qu’elle absorbe en 177134. La garde de Paris comporte une compagnie d’infanterie qui tient des corps de garde répartis dans la ville et patrouille dans les quartiers, y compris la nuit. En 1765, ces postes de la garde de Paris sont répartis dans l’ensemble du territoire urbain35. Les soldats des Gardes-françaises, avant leur casernement dans la seconde moitié du siècle, exercent également une seconde activité et font partie de la population parisienne. Les effectifs du guet aussi bien que ceux de la garde de Paris s’accroissent au cours du siècle36. L’espace parisien est enfin partagé, sur la base des quartiers de police, en départements de la sûreté dans lesquels sont distribués des inspecteurs de police37.

  • 38 Arlette Farge, Vivre dans la rue..., op. cit., p. 194-195.

12Le dispositif policier dans la ville n’est pas figé : tout comme l’espace urbain, il évolue tout au long du siècle. Mais ce dispositif de contrôle modifie également l’espace urbain : il présente à la fois « une géographie stable de la contrainte » figurée par les barrières d’octroi, les emplacements des corps de garde, associée à « une répression mobile » assurée par les patrouilles du guet et de la garde. Si « la police ne parvient pas réellement à s’approprier l’espace urbain38 », cette situation change passé le milieu du siècle, avec l’essor d’un discours sur la ville assimilable à un point de vue hygiéniste. Il s’agit alors de transformer l’espace lui-même pour mieux l’appréhender, en liant outils de contrôle et de connaissance. La capacité de la police à assurer la lisibilité de l’espace urbain à travers l’éclairage des rues, l’obligation à partir de 1728 de poser aux coins des bâtiments des écriteaux portant les noms des rues, la numérotation des maisons à la fin du siècle, participe également au contrôle de cet espace.

  • 39 Nicole Dyonet, « Les procédures d’amortissement de l’effervescence populaire urbaine au XVIIIe sièc (...)

13La conception policière du peuple émeutier est importante dans l’organisation de ce dispositif policier car sont prévues les patrouilles du guet et de la garde, chargées d’intervenir en cas d’attroupement, qui préfigure l’émeute. Du point de vue de la police, le peuple est toujours susceptible de s’assembler. Mais les attributions de la police d’Ancien Régime sont loin de se limiter au maintien de l’ordre entendu au sens strict, elles touchent à l’ordre urbain dans son ensemble. Ainsi, assurer l’ordre et la sécurité passe par la police des métiers, la surveillance des bâtiments, de la circulation, du nettoiement des rues, la prévention des incendies, la répression de la mendicité et de la prostitution. La police veille également à l’approvisionnement de la capitale en surveillant les marchés, les prix et quantités des denrées. Les commissaires de police, qui doivent remplir l’ensemble de ces missions, ont l’idée que les attroupements peuvent être désamorcés par leur présence et leurs paroles : ils se rendent alors sur les lieux de l’émeute revêtus de leur robe, signe d’autorité. Ainsi, il n’y a en cas d’émeute pas nécessairement de volonté de la part de la police de mettre à contribution le dispositif policier qui encadre l’espace urbain. C’est lorsque ces « procédures d’amortissement » échouent que la police s’appuie sur le dispositif existant pour faire face à l’émeute39. Quelles pratiques policières se jouent alors in situ au cours de la répression des mouvements populaires proprement dite ?

Lieux de l’émeute, lieux de la répression

L’émeute mobile

  • 40 Exemples de spatialisation des déplacements de mouvements populaires in Émile Ducoudray, Raymonde M (...)
  • 41 AN Y 10558 : « Emeute pour le Pain, arrivée le 3. May 1775 » (archives du Châtelet de Paris, Grand (...)

14Lors du mouvement populaire qui se produit à l’échelle de la ville le mercredi 3 mai 1775, les usages de l’espace par les émeutier-e-s se caractérisent par des déplacements40. On peut confronter deux types de sources pour identifier cette mobilité : le Journal du libraire Hardy, témoin oculaire de l’émeute au marché de la place Maubert, d’une part, et les interrogatoires des personnes arrêtées à la suite de cette journée, d’autre part. Selon le Journal, la journée du 3 mai débute par le pillage du pain aux halles le matin, puis « le soulevement devient bientôt presque Général dans l’Intérieur de la ville et dans les fauxbourgs », avec une tentative de pillage de la halle aux grains, de « tous les Marchés », et enfin des « Boutiques des Boullangers dans les differents quartiers ». Il retrace ainsi le déroulement d’une émeute qui touche progressivement l’ensemble de la ville, du centre aux faubourgs. Les interrogatoires, quant à eux, mentionnent des lieux, indiqués dans les propos des prévenu-e-s ainsi que dans les accusations circonstanciées des autorités ayant procédé aux arrestations41. Selon ces documents, les premières occurrences de l’émeute se situent le matin à la halle au pain, puis dans les rues rayonnant autour de la halle aux grains, les boutiques des quartiers de Sainte-Opportune, du Louvre et de Saint-Jacques-de-la-Boucherie, limitrophes de celui des halles. Au même moment semble concernée la Cité, puis la Grève. Des actions dans les faubourgs Montmartre, Saint-Lazare, Saint-Laurent, et aux moulins de Montmartre sont relevées le soir.

  • 42 BnF, manuscrits français (ms. fr.) 6682, p. 58. Ce Journal (1753-1789) est en cours d’édition (cinq (...)

15Si Hardy suggère que l’ensemble de l’émeute est le fait d’un même groupe mobile dans la ville – « Le Pain des Marchés ayant été pillé ; la même populace s’occupe de faire ouvrir successivement les Boutiques des Boullangers dans les differents quartiers42 » – les documents judiciaires permettent en effet de retracer des déplacements, mais révèlent également des actions simultanées dans des quartiers éloignés les uns des autres, notamment le matin, aussi bien rive gauche – dans le marché de la place Maubert, les boutiques de la rue Mouffetard, des faubourgs Saint-Victor et Saint-Marcel, du quartier Saint-Benoît – que dans les quartiers Saint-Denis et Saint-Martin.

  • 43 Aucune barricade n’est érigée à Paris entre la Fronde (1648) et 1827, hormis celles du faubourg Sai (...)
  • 44 Robert Descimon, « Les barricades de la Fronde parisienne. Une lecture sociologique », Annales ESC, (...)
  • 45 Au XVIIIe siècle, le pouvoir royal ne se trouve à Paris qu’entre 1715 et 1722, durant la Régence. D (...)
  • 46 Jean Chagniot, Paris et l’armée..., op. cit., p. 30.

16Ces manières d’investir la ville se situent dans un rapport à l’espace qui ne reconnaît pas de lieux à défendre, par opposition à la barricade conçue comme un dispositif ayant pour fonction d’assurer la défense d’une portion de l’espace urbain. L’absence de barricades à Paris pendant le dernier siècle de l’Ancien Régime révèle un certain rapport à l’espace urbain43. Les dernières barricades ont été érigées pendant la Fronde, car ce qui s’est alors joué relève précisément d’un affrontement entre l’organisation bourgeoise de la Ville et le pouvoir royal pour le contrôle de l’espace urbain. Elles furent le fait de communautés locales organisées en quartiers, répondant à des logiques urbaines selon lesquelles la ville est comprise comme un « espace défensif hiérarchisé » à l’échelle de la maison, de la rue – fermée par des chaînes –, et des remparts de la ville44. Or, le contrôle de l’espace urbain ou d’une partie de celui-ci n’est pas l’enjeu des mouvements populaires parisiens au XVIIIe siècle. Leur mobilité répond au contraire à la poursuite d’objectifs identifiés que sont les boutiques de boulangers et les marchés. Si, pendant les journées révolutionnaires, le peuple se porte vers les Tuileries, où siège l’Assemblée nationale, sous l’Ancien Régime, le lieu du pouvoir a déserté Paris : le roi réside à Versailles45. Pour la monarchie, c’est en fait la ville de Paris elle-même qui constitue un « enjeu politique », ce qui détermine un style répressif modéré46. Mais quels sont les lieux de la ville qui constituent des enjeux pour la police ?

Un enjeu pour la police : les limites de la ville

17Des mesures sont prises immédiatement après l’émeute pour surveiller certains lieux de la ville. Ainsi, le samedi 6 mai 1775 :

  • 47 BnF ms. fr. 6682 : « Ordre etabli pour la seurete et la tranquillité de Paris les jours de marché a (...)

« Ce jour conformément aux mesures prises la veille, toutes les compagnies militaires se trouverent aux differens postes qui leur avoient été assignés, soit dans l’intérieur de Paris soit à l’extérieur ; les marchés et les places etoient garnies de soldats bayonnette au bout du fusil commandés par leurs officiers, on en voioit aussi dans les boutiques des boullangers comme les jours précédents ; des Détachemens des Compagnies de Mousquetaires et du Guet à Cheval parcouroient tous les quartiers47 ».

  • 48 Idem.
  • 49 Georges Rudé, « La taxation populaire de mai 1775 à Paris et dans la région parisienne », Annales h (...)
  • 50 « La Populace Emeutée par les Troupes de Bandits et de Brigans qu’on disoit être entrés à Paris Pri (...)

18Ce déploiement de forces a posteriori pointe des lieux identifiés par la police comme des enjeux. Les dispositions prises à la suite de l’émeute dessinent en effet une géographie de l’appréhension policière, une représentation policière de ce qui pourrait advenir. Cette projection dans l’espace est aussi une projection dans le temps : c’est le prochain jour de marché, samedi 6 mai, qui est redouté. Le dispositif ici décrit par Hardy semble concerner l’ensemble de la ville. Mais le samedi correspond surtout à l’arrivée en ville de vendeurs/euses et d’acheteurs/euses se rendant aux marchés. Un contrôle particulier est mis en place aux limites de Paris : « on avoit eu la précaution de questionner et de fouiller aux barrières ceux qui s’etoient présentés pour entrer dans la ville, s’ils avoient canne ou baton on le leur faisoit quitter48 ». Ceci se joue dans le contexte particulier de la « guerre des farines » : l’émeute parisienne de 1775 s’inscrit dans une série de révoltes vivrières qui dépasse le cadre de la ville. La journée du 3 mai est en effet précédée de révoltes autour de Paris – à Saint-Germain-en-Laye et Saint-Denis le 1er mai, à Versailles la veille49. Aux yeux des autorités, l’émeute parisienne a été provoquée par des « brigands » ou des « bandits » qui, entrés le matin dans Paris, auraient incité le peuple à la révolte50. Ce sont ces « brigands » constamment désignés au masculin que l’on guette aux barrières. Il importe alors de renforcer la frontière entre l’intérieur et l’extérieur de la ville, les limites de la ville correspondant à des limites sociales distinguant habitant-e-s et étrangers, par qui l’émeute est réputée arriver.

  • 51 Bernard Lepetit, Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988, p. 60-69
  • 52 Laurent Turcot, Le promeneur à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 2007, p. 135-207.

19L’appréhension policière de l’espace urbain fait ainsi apparaître le contrôle des portes de la ville comme un enjeu. L’emplacement des murailles, élément fondamental de la conception ancienne de la ville, qui définit la cité en matérialisant ses limites51, conserve une importance symbolique au XVIIIe siècle, bien que l’enceinte de Paris ait été abattue à partir de 1670 et remplacée par un large boulevard planté d’ormes, dédié à la promenade52.

  • 53 Les archives de ces commissaires, hormis celles de Labbé (AN Y 12571 pour l’année 1725), sont lacun (...)
  • 54 Almanach Royal, pour l’année m. dccxxv., à Paris, chez Laurent d’Houry, 1725, p. 216.
  • 55 AN Y 10033, procès-verbal du commissaire Chauvin, 9 juillet 1725.

20Au regard de ces enjeux, l’émeute mobile peut être confrontée à un mouvement populaire qui prend place dans un espace circonscrit, le faubourg Saint-Antoine. Contrairement au 3 mai 1775, qui s’inscrit dans une situation émeutière débordant l’espace de la ville, l’émeute vivrière du 9 juillet 1725 se produit à l’échelle d’un faubourg où trois émeutes ont lieu en un peu moins de trois semaines, à partir du 21 juin. Le 9 juillet 1725, l’action des commissaires de police sur les lieux de l’émeute constitue en enjeu le marquage de la limite entre le faubourg et la ville, matérialisé par la porte Saint-Antoine. C’est dans leurs procès-verbaux, rédigés au soir de l’événement, que ces policiers rendent eux-mêmes compte de leur action lors de l’émeute53. Trois commissaires interviennent, en provenance des deux quartiers de police jouxtant le faubourg : Chauvin, commissaire du quartier Saint-Paul, ainsi que Labbé et Delajarie, les deux commissaires du quartier Saint-Antoine. Trois boulangères dont les boutiques sont en passe d’être pillées quittent en effet le faubourg afin d’alerter Chauvin, un des commissaires les plus proches, son hôtel étant situé rue neuve Saint-Paul54. Il se rend sur place avec Delajarie, lui aussi averti par un boulanger du faubourg. Repoussés par la foule, ils regagnent la porte Saint-Antoine « ou par le Cry de cette populace nous avons appris que lors quils auroient pillé le fauxbourg ils entreroient dans la Ville55 ». Le guet à cheval, basé au nord de la ville, rue Meslay, est tôt appelé mais tarde à venir en renfort. Jusqu’à son arrivée, les commissaires, secondés par les archers de différentes escouades du guet, vont durant plusieurs heures déployer leurs efforts pour assurer la défense de la porte :

  • 56 AN Y 10033, procès-verbal du commissaire Delajarie, 9 juillet 1725.

« nous avons Cru qu’il n’y avoit d’autre party a prendre que de placer tout le Secours au nombre de trente personnes au plus vers la porte saint antoine pour s’opposer a cette canaille qui avoient dessein d’entrer dans la Ville pour y faire un pareil desordre, ce qui estoit d’une tres grande consequence, pourquoy nous avons fait fermer les deux portes de Costés, et celle du milieu est restée ouverte pour la liberté des voitures, et du passage, et lesdits archés se sont mis en deffense ayant la pertuisanne au bout du fusil pour garder cette porte, et empecher lesdits particuliers d’entrer dans la Ville56 ».

  • 57 Raymonde Monnier, Le Faubourg Saint-Antoine (1789-1815), Paris, Société des Études Robespierristes, (...)
  • 58 Nicolas Delamare, Traité de la police, op. cit., livre i, titre vi, chapitre viii, « Accroissemens (...)

21La porte Saint-Antoine, située au pied de la Bastille, est en effet ici l’unique point de passage vers la ville. Ouvrant sur la portion du faubourg la plus densément construite57, elle prend place sur l’axe de communication que constitue la grande rue du faubourg Saint-Antoine, prolongée par la rue Saint-Antoine qui permet d’accéder finalement à la place de Grève, au cœur de Paris. Du côté du faubourg, elle est précédée d’une chaussée surplombant des fossés, qui débouche sur une petite place semi-circulaire, la demi-lune du faubourg Saint-Antoine. La porte Saint-Antoine n’est plus à cette époque un élément défensif, mais un élégant arc de triomphe à trois arches « orné de tout ce que l’Architecture a de plus exquis, & de plus achevé », par opposition à la porte antérieure « qui avoit toujours conservé son ancienne forme de forteresse », selon Delamare qui justifie le démantèlement de l’enceinte militaire par son inutilité suite aux conquêtes territoriales de Louis XIV58. Transformée lors de la démolition des fortifications au début des années 1670, elle n’est plus destinée à remplir la fonction de défense que la police lui redonne pendant l’émeute. Compte tenu du rapport de force, les policiers, qui ont reculé jusque-là, ne semblent plus avoir d’autre alternative que de tenir la porte en attendant des renforts – « il n’y avoit d’autre party a prendre ». Dans leurs discours, les commissaires érigent le contrôle de la porte en enjeu, expliquant ainsi leur repli. Le sens de leur action se dessine alors au fil du déroulement de l’événement : elle doit avoir pour objectif d’isoler le faubourg de la ville proprement dite. Cette manœuvre semble encore mieux justifiée par le fait de présenter la foule comme violente et dangereuse dans ces textes décrivant un véritable siège de la porte, une rue investie par un groupe émeutier armé et indifférencié, alors désigné au masculin :

  • 59 AN Y 10033, procès-verbal du commissaire Delajarie, 9 juillet 1725.

« comme ils ne cessoient de jetter des pierres, et pavés sur ces Escoüades dont plusieurs soldats ont esté atteints, et blessés, et qu’ils venoient armés de Bastons, pelles, broches, et aut. instrumens de fer, fondre sur lesdittes Escoüades, on a estés Contraint de tirer plusieurs coups en l’air, et Ensuitte quelques coups de feu pour les obliger a se retirer59 ».

  • 60 AN Y 10033, procès-verbal du commissaire Chauvin, 9 juillet 1725. L’hôtel des mousquetaires noirs, (...)

22L’accent est d’autant plus mis sur le désordre de la rue qu’il leur faut en outre expliquer rétrospectivement l’« accident » dont la porte devient le théâtre : les « quelques coups de feu » ont touché un mousquetaire qui « a par accident esté tué dans le temps quil vouloit passer pour aller a la ville60 ». En effet, la porte « du milieu est restée ouverte pour la liberté des voitures, et du passage » : c’est donc que la circulation sur cet axe est maintenue malgré l’affrontement en cours. Il semble alors que la vie dans la rue se poursuive et soit suspendue à la fois. Si ces deux possibilités coexistent, la rue pendant l’émeute n’est pas uniquement le champ de bataille que décrivent les commissaires.

  • 61 Une récente déclaration royale – 18 juillet 1724 – renforce la répression de la mendicité, assurée (...)
  • 62 AN Y 12571, information, 26 juin 1725.
  • 63 Déborah Cohen, « Les espaces de la révolte. De la discipline à la sécurité (et retour ?) : émeutes (...)
  • 64 Steven L. Kaplan, « The Paris Bread Riot of 1725 », French Historical Studies, printemps 1985, vol. (...)
  • 65 Alain Thillay, « Le faubourg Saint-Antoine et la liberté du travail sous l’Ancien Régime », Histoir (...)
  • 66 « Le heurt avec la police se fait, à la fois symboliquement et très concrètement, autour du contrôl (...)
  • 67 AN Y 10033, procès-verbal du commissaire Chauvin, 9 juillet 1725.

23La porte apparaît également comme un enjeu pour les faubourien-ne-s, cependant, contrairement au point de vue de la police, l’enjeu n’est pas ici la ville mais l’espace du faubourg. Deux semaines plus tôt, le 25 juin, une émeute avait déjà eu lieu à l’entrée du faubourg, contre des archers de l’Hôpital général qui tentaient d’arrêter une mendiante61. L’ensemble des témoins directs entendus le lendemain par le commissaire Labbé insistent sur la volonté exprimée par les émeutier-e-s de clore le faubourg : l’un des archers présents rapporte ainsi qu’il « entendit crier tumultueusement quon fermat les portes de St. antoine affin de les assommer tous, pendt. qls. estoient dans led. faubourg62 ». Le faubourg apparaît ainsi comme un « espace approprié63 » par une communauté urbaine particulière. L’organisation du travail en vigueur dans ce faubourg est souvent vue comme un facteur d’explication de cette position d’indépendance vis-à-vis de la ville64. Le faubourg Saint-Antoine est en effet un espace à part sur le plan économique puisqu’il s’agit d’un « lieu privilégié » : il y est permis aux artisans de travailler en dehors du système des communautés de métier65, cadre de contrôle des ouvriers sur lequel la police s’appuie habituellement. Le faubourg partage ce statut juridique avec quelques enclaves privilégiées qui subsistent dans la ville. L’analyse par Déborah Cohen d’une émeute qui s’est déroulée en mai 1772 dans l’un de ces lieux, entouré de murs et fermé par une grille, l’enclos Saint-Martin-des-Champs, contre les jurés d’une corporation et un huissier venus saisir des marchandises, montre de façon similaire une cristallisation du conflit autour de la maîtrise de cet espace66. De même, le 9 juillet 1725, les commissaires et le guet sont contraints de reculer à la limite du faubourg, et la tentative de conciliation d’abord amorcée par les commissaires se clôt par cette réponse : « nous ont dit que nous passerions mal notre temps si nous voulions nous y opposer que nous navions qu’a nous retirer67 ». Le premier commissaire parvenu sur les lieux, Labbé, est empêché de sortir du faubourg :

  • 68 AN Y 12571, procès-verbal du commissaire Labbé, 9 juillet 1725.

« nous Comr. estant vers la lentrée de la grande rue plusieurs quidams nous ont entoure les uns tenant de grosses pierres les aut. des batons qlques uns des ferrmans et nous ont dit que les archers avoient arrete deux de leurs camarades et que cestoit fait de nous si nous ne les faissions relacher68 ».

24Il trouve refuge dans une maison située près de la porte, où il est retenu en otage contre la libération de deux émeutiers que le guet vient d’arrêter.

  • 69 David Garrioch, La fabrique du Paris révolutionnaire, Paris, La Découverte, 2013 (2002), p. 124.
  • 70 Sa population est alors de l’ordre de 30 à 40 000 habitant-e-s. Alain Thillay, Le faubourg Saint-An (...)
  • 71 AN Y 12571, information, 13 juillet 1725.

25Contrairement à ce qui transparaît des procès-verbaux, il semble qu’il importe moins aux émeutier-e-s d’entrer dans la ville que de reprendre possession de l’espace du faubourg. Selon David Garrioch, le fait que cette émeute demeure à l’intérieur du faubourg est en soi « révélateur » du fait qu’il s’agit, du point de vue des émeutier-e-s, d’une affaire locale, de tensions internes à la communauté de voisinage opposant des habitant-e-s aux boulanger-e-s, qui ne souffre pas l’arbitrage d’une police intrusive, venue de l’extérieur69. Comme on l’a vu, ce sont des boulanger-e-s dont les boutiques sont pillées qui sollicitent l’intervention des commissaires en se rendant à leurs hôtels situés hors du faubourg. De surcroît, l’ensemble des forces de police présentes durant cette émeute provient de la ville : les escouades du guet à pied arrivent successivement de leurs postes situés pour les plus proches rue Saint-Antoine et aux barrières des cimetières Saint-Paul et Saint-Jean, mais aussi des barrières plus éloignées du Marché-Neuf (sur l’île de la Cité), de Saint-Jacques-de-l’Hôpital (rue Saint-Denis) et de Saint-Honoré. Si le quartier de police de Saint-Antoine inclut le faubourg en vertu de la division de 1702, soit depuis un peu plus de vingt ans, la séparation ancienne entre la ville et le faubourg demeure, quoique pour des raisons différentes, dans les appréhensions populaire et policière de l’espace. Il n’existe pas en 1725 de présence policière dans ce faubourg vaste et peuplé – aucun commissaire n’y réside avant 173070 –, d’où la mise à contribution pour la répression de cette émeute du dispositif policier réparti dans l’ensemble de l’espace urbain. L’émeute s’achève précisément avec l’arrivée d’une douzaine de cavaliers du guet, qui, enfin apparus, se rassemblent devant la porte avant de parcourir le faubourg d’un bout à l’autre, jusqu’à la dernière barrière71. La ronde des cavaliers dans le faubourg, qui se poursuit jusqu’au soir, représente alors une prise de possession policière de l’espace, qui rend pour un temps effective l’inclusion du faubourg dans l’espace policier.

La répression de l’émeute du 9 juillet 1725 au faubourg Saint-Antoine

La répression de l’émeute du 9 juillet 1725 au faubourg Saint-Antoine
  • 72 AN AD III 4, n° 213-214 : « Sentence de mort », 16 juillet 1725.
  • 73 Ce déplacement a été cartographié par Julie Allard. Julie Allard, La généalogie d’une figure..., op (...)
  • 74 Pascal Bastien, L’exécution publique à Paris..., op. cit., p. 126.
  • 75 « Le principal objet de la justice n’est pas seulement de punir les criminels, c’est de donner au p (...)

26Il existe bien une volonté de contenir l’ensemble de l’événement dans le faubourg, c’est-à-dire l’émeute aussi bien que la répression, y compris la répression judiciaire : deux des émeutiers arrêtés sont condamnés à être pendus dans le faubourg – la sentence porte : « condamnez d’être pendus & étranglez jusqu’à ce que mort s’ensuive, chacun à une potence qui pour cet effet sera plantée dans la grande rue du Fauxbourg S. Antoine leurs corps morts y demeurer vingt quatre heures72 ». Pascal Bastien a noté une évolution du choix des lieux de supplice dans la ville au cours du siècle, en étudiant les arrêts criminels précisant l’emplacement prévu pour l’exécution. Le lieu choisi pour l’exécution, d’abord fréquemment effectuée sur ou à proximité des lieux mêmes du crime, est ensuite dissocié de ce dernier – au profit de la place de Grève en ce qui concerne les exécutions capitales73. Cette évolution est déjà bien amorcée en 1725, puisqu’en cette même année, seules 13 % des exécutions se tiennent sur le lieu du crime74. La correspondance entre le lieu du crime et celui de la peine constitue pourtant un principe fort, dans une visée d’exemplarité de la peine s’adressant à un « public » spatialement circonscrit75. Dans ces conditions, choisir de faire coïncider le lieu de l’émeute et celui de l’exécution publique a pour effet de faire de cette émeute une affaire proprement faubourienne et non parisienne. Il s’agit à la fois de préserver Paris, qui ne reçoit que des échos judiciaires de l’émeute, et d’accabler le faubourg, afin qu’en ce lieu la mémoire de la répression l’emporte sur celle de l’émeute. Sont pendus les deux hommes arrêtés qui ne sont pas du faubourg : l’un déclare n’être à Paris que depuis quinze jours, c’est un garçon cordonnier aussitôt assimilé à un vagabond par le lieutenant criminel qui l’interroge ; le second est domicilié rue Poissonnière. Les juges opèrent donc de manière indirecte : pour confiner l’événement dans le faubourg, il est précisément nécessaire de s’en décentrer. L’exécution est par essence publique, mais la foule n’y est pas conviée, elle est au contraire tenue à l’écart par les soldats, d’après l’avocat Barbier, qui, dans son Journal, rapporte ainsi les circonstances de cette exécution :

  • 76 Chronique de la Régence et du règne de Louis XV (1718-1763) ou Journal de Barbier, Paris, Charpenti (...)

« aujourd’hui mardi, 17, on en pend deux [« de ces séditieux »] dans la grand’rue du faubourg Saint-Antoine. On a commandé pour cet effet le régiment des gardes, qui, dès midi, s’est emparé de toutes les rues de traverse dans la rue Saint-Antoine, pour empêcher la populace d’assister en foule à cette exécution76 ».

27C’est par « la populace » du faubourg « en foule », supposément émeutière le 9 juillet, que les lieux de l’exécution ne doivent pas être investis. La punition d’hommes étrangers au faubourg permet à la justice d’agir publiquement tout en épargnant les hommes et les femmes du faubourg.

28 Le contrôle des limites de la ville apparaît ainsi comme un enjeu à travers l’action in situ des policiers, redoublée par leurs discours a posteriori sur cette action, et renforcée par le fait de choisir le lieu même de l’émeute comme lieu d’exécution. Cet enjeu, manifeste lors de la répression immédiate de l’émeute en 1725, demeure d’actualité à la fin du siècle, en 1775, alors même que les choix répressifs diffèrent, dans la mesure où l’action policière est alors décalée dans le temps. Il s’agit de deux modèles répressifs distincts, qui correspondent à deux moments de l’histoire de la police parisienne : aux arrestations au moment même de l’émeute en 1725 s’oppose en 1775 la pratique des perquisitions et arrestations a posteriori au domicile des personnes suspectées d’avoir participé à l’émeute. Malgré cette évolution des pratiques répressives, on peut grâce à la comparaison entre les répressions de ces deux émeutes postuler une stabilité des représentations policières de la ville.

29On a vu que le dispositif policier dans l’espace urbain prend pour objet la rue, or les femmes du peuple sont présentes dans la rue, et il existe de plus une continuité, voire une coexistence, entre la vie dans la rue et le temps de l’émeute. Il s’agit à présent d’observer dans quelle mesure l’attention de la police aux limites de la ville produit des effets en termes de genre lors de la répression de l’émeute et sa mise en discours.

Le genre comme point aveugle de la répression de l’émeute

  • 77 AN Y 12571, procès-verbal du commissaire Labbé, 21 juin 1725.
  • 78 La définition fameuse qu’en donne Furetière témoigne de ce point de vue : « populace. s. f. Terme c (...)
  • 79 Arlette Farge, La vie fragile..., op. cit., p. 201 sq.
  • 80 Gaël Rideau, « La construction d’un ordre en marche : les processions à Orléans (XVIIe-XVIIIe siècl (...)
  • 81 « S’ils sont “assemblées”, donc englobés, les membres du peuple-plebs deviennent, avec les autres p (...)
  • 82 AN Y 10033, procès-verbal du commissaire Chauvin, 9 juillet 1725.

30Face à l’émeute de juillet 1725, les commissaires emploient successivement plusieurs stratégies : ils cherchent d’abord à « calmer » et « appaiser le desordre », à « faire entendre raison » aux émeutier-e-s. Deux semaines et demi plus tôt, le 21 juin, l’arrivée de Labbé dans le faubourg avait suffit à interrompre le pillage d’une boutique, selon son procès-verbal : « nous ayant apercus se sont evadez de coste et daut emportant le pain77 ». Ainsi, faute de pouvoir « dissiper » les émeutier-e-s, les policiers cherchent à les « contenir » dans le faubourg. Cette stratégie entraîne une perception des émeutier-e-s comme groupe, désigné alors par un terme générique, « la populace », à la différence d’autres choix répressifs qui produiraient des discours propres à singulariser les émeutier-e-s – comme c’est le cas lors d’arrestations. C’est en effet « la populace », qui, par définition, s’émeut78 : il ne peut s’agir que d’elle s’il y a émeute, c’est-à-dire assemblée du peuple en dehors des sollicitations officielles – ce sont alors les « foules conviées79 », notamment celles des processions religieuses qui induisent au contraire une mise en ordre de l’espace et construisent une image de l’ordre social urbain80. Selon l’analyse de ce terme par Hélène Merlin-Kajman, celui-ci a pour effet de la disjoindre du « peuple » : reconduisant la distinction entre plebs et populus, elle est à la fois partie du peuple et différente de lui, et ne peut gagner en dignité qu’une fois englobée dans l’ensemble du peuple81. Un autre terme fréquemment employé dans ces procès-verbaux, « les séditieux », met pareillement l’accent sur l’idée de désunion. Cette opération de distinction se retrouve également dans les écrits soulignant un partage social de l’espace de la rue lors de l’émeute : Chauvin, parcourant la grande rue du faubourg avant de revenir vers la porte, décrit « plus de six cent personnes estant armez de pavez et de batons et de plus de deux mille qui paroissent les approuver les uns et les autres de petit peuple, les bourgeois estant renfermez chez eux ou a leur fenestre82 » alors que, le long de la rue, les boutiques sont fermées à l’annonce de l’émeute. Sous de tels termes, la présence des femmes demeure implicite.

  • 83 « Cette dissymétrie logique permet de régler la différence entre les deux parties d’un tout non par (...)

31En analysant le mot « populace », un italianisme employé au masculin jusqu’au XVIIe siècle, Hélène Merlin-Kajman repère une « homologie structurale » entre « peuple/populace » et « homme/femme », dans la mesure où dans les deux cas, la partie est représentée et transcendée par le tout dans une opération de pouvoir83. Au prisme de cette homologie, on peut mettre en perspective le fait que les femmes sont ici incluses dans la populace, elle-même dissociée du peuple. Ce processus se rapporte au genre comme manière de signifier des rapports de pouvoir. Enfin, le fait que les émeutières n’apparaissent pas explicitement dans ces sources ne signifie pas pour autant une perception du peuple au neutre, dans la mesure où les pratiques policières in situ en temps d’émeute font apparaître une appréhension sexuée du peuple : bien que des femmes soient présentes dans la rue, seuls des hommes sont arrêtés au faubourg Saint-Antoine.

  • 84 AN Y 12571, information, 11 juillet 1725.
  • 85 Idem.
  • 86 Idem.
  • 87 Idem.

32À lire les procès-verbaux des commissaires ainsi que les dépositions contenues dans l’information des 11 et 13 juillet, le déroulement de l’émeute du 9 semble se partager en deux séquences : l’action devant la porte Saint-Antoine, provoquée par l’intervention policière, est précédée du pillage des boutiques de la grande rue du faubourg. Les témoins appelés à déposer devant le commissaire Labbé sont des boulanger-e-s victimes de l’émeute, des habitant-e-s du faubourg, mais aussi une forte proportion de membres du guet – seize sur vingt-sept témoins – qui ont pris part à la répression et arrêté quatre émeutiers. Les discours des témoins appartenant au guet se concentrent sur la part du travail répressif qu’ils ont accomplie pendant l’intervention policière : c’est l’action de la police qui devient le sujet de leurs récits, ainsi que l’énonce un des archers de la barrière Saint-Jacques-de-l’Hôpital, arrivé par la suite afin de « secourir les escouades qui estoient au faubourg St. Antoine84 ». Elle prend donc place devant la porte, la « tres grande sedition dans le faubourg St. Antoine » devenant significativement « la sedition a la porte St. antoine85 » aux yeux des archers qui rejoignent les lieux au cours de l’événement. Ils livrent alors un récit de leur action qui, à l’instar de celui des commissaires, met l’accent sur la dangerosité d’une foule désignée au masculin. N’habitant pas dans le faubourg, ils ne peuvent reconnaître ni identifier individuellement les émeutier-e-s. En revanche, les récits des témoins du faubourg se focalisent d’abord sur l’émeute elle-même. Cherchant à identifier des émeutier-e-s, ces témoins mentionnent nombre de femmes, dont certaines sont reconnues car elles vivent elles aussi dans le faubourg. Un boulanger de la rue de Charonne indique ainsi : « il reconnu aussy un tres grand nombre de femmes du voisinage dont il ne peut pas dire les noms86 ». De plus, un tiers de la totalité des émeutier-e-s cité-e-s par les différents témoins du faubourg sont des femmes. Ces dépositions se concentrent particulièrement sur les débuts de l’émeute, qui ont lieu avant que le regard policier ne pénètre dans le faubourg. Ainsi, un boulanger déclare : « sestant aproché de sa boutique il vit la nommée girou et ses deux fils qui estoient a la teste des seditieux et quil a apris estre des auteurs du desordre87 ». Ce moment correspondant aux débuts du pillage, commencé dans la boutique de la veuve Chaudron, est ainsi relaté par une boulangère :

  • 88 Idem.

« lundy dernier estant en sa boutique elle a entendu un tambour aux gardes francoises qui a appellé les deux fils du nommé Girou Menuisier principal locataire Dune maison vis a vis celle de la deposante en disant voilà ta mere qui commence chés la Chaudron et elle deposante a veu un moment apres la mere desd Girou qui est revenue avec deux pains de douze livres quelle tenoit sous ses bras et la deposante a aussy veu courir lesd. Girou chés lad Veuve Chaudron et elle a veu un tres grand nombre de populace au devant de sa boutique qui cassoient et brisoient tout chés elle les uns criant Cest la girou qui commance le bal88 ».

33L’exclamation festive qui accompagne le début de l’émeute tranche nettement avec la foule violente décrite plus tard par les policiers. Il apparaît également que la présence d’émeutières est mentionnée en fonction des scènes de l’émeute rapportées, lesquelles diffèrent selon le type de témoins entendus. Que l’action policière soit suivie ou non d’une répression judiciaire, ces documents produits par les commissaires – procès-verbaux et informations – ont vocation à être utilisés en justice comme pièces de l’instruction. S’ils rendent compte de la répression in situ, ils correspondent également à la première étape de la procédure criminelle. Ils sont donc d’emblée produits dans un cadre judiciaire, pour servir à une procédure, et destinés à être transmis à la justice. La production de documents est suscitée par le procureur du roi au Châtelet, qui en l’occurrence demande l’ouverture d’une information suite à la transmission des procès-verbaux. Dans ces documents, il est possible de mettre au jour des rapports de pouvoir genrés à l’œuvre dans le processus répressif. Ce que la justice réprime, ce n’est pas le début de l’émeute relaté par les témoins du faubourg, où les femmes jouent un rôle premier. Ce ne sont pas les « auteurs » de l’émeute désignés par ces témoins qu’elle poursuit, mais ceux qui de son point de vue sont responsables de l’émeute, c’est-à-dire les comploteurs et leurs « complices ». Cette conception de l’émeute apparaît au moment des interrogatoires, dans le contenu des questions posées aux quatre émeutiers arrêtés :

  • 89 AN Y 10033, interrogatoire d’Antoine Aubrot, 10 juillet 1725.

« Sil est pas vray que plusrs. bandis et vagabonds du fauxbourg St. antoine sestoient liguez ensemble et avoient complotez de piller les boulangers du fauxbourg et dentrer ensuitte dans la ville pour en faire autant et interpelle de declarer les autheurs de cette sedition et emotion populaires
a dit ql n’en scait rien et ql. nestoit point de ce complot ql. ne scait pas sil y en a eu quelqu’un de fait a ce sujet89 ».

34Les protagonistes des origines de l’émeute, telles qu’énoncées ici par la justice, diffèrent absolument des récits des témoins du faubourg. La justice incrimine des « bandits et vagabonds » qui seraient responsables d’un complot, figures inversées des femmes du faubourg. La construction de ce groupe dangereux met en lumière une appréhension sexuée du peuple propre à éluder l’implication des femmes dans l’émeute. L’importance donnée à une séquence particulière de l’événement, c’est-à-dire à l’intervention policière devant la porte Saint-Antoine plutôt qu’aux débuts de l’émeute situés au cœur du faubourg, relègue ainsi au second plan d’une part la présence des femmes, qui n’est pas l’objet de l’attention de la justice, et d’autre part les causes de l’émeute du point de vue du peuple. Les documents produits concernent avant tout certaines scènes de l’émeute, alors que ses commencements sont laissés dans l’ombre. Cet éclairage projeté sur un lieu de l’émeute plutôt que d’autres, dû au passage d’un discours sur l’émeute à un discours sur la répression, a pour effet d’estomper la présence des émeutières, révélant un partage sexué de la répression. Pourtant, même s’agissant de la bataille livrée devant la porte, des émeutières apparaissent : un archer du guet rapporte par exemple des négociations entre les émeutier-e-s et le guet pour la libération des prisonniers contre celle du commissaire Labbé, au cours desquelles une femme tient un rôle déterminant :

  • 90 AN Y 12571, information, 11 juillet 1725.

« on avoit aussy arresté un grand quidam et quelqu’un vint dire que si lon ne leur rendoit pas nous Commre. estions dans une maison et en danger de perdre la vie qui dependoit de la liberté de celuy qui avoit esté arresté en sorte quil fut lâché sur la representation qune femme fit d’une tablette quelle dit estre la notre et que nous luy avions mise entre les mains afin quon lui donnât sa liberté90 ».

35 La prise en compte de l’espace contribue donc à la compréhension de la dynamique genrée d’une répression qui correspond elle-même à une représentation spécifique de l’émeute sur le mode du complot.

Conclusion

36L’approche spatiale a permis d’articuler les enjeux qui dans la répression concernent le peuple et le genre. On a vu que le point de vue policier est construit à partir de la volonté de contrôler un espace. Les structures du dispositif policier dans l’espace urbain emportent une conception de la ville comme espace segmenté, parcouru de limites. Ces limites qui font sens pour la police sont contredites par la mobilité d’une émeute telle que celle de 1775, qui se décompose en actions se déroulant tant simultanément que successivement en différentes parties de la ville. En 1725 comme en 1775, la répression policière se concentre sur des lieux particuliers, définis à l’aune d’une conception policière de l’émeute : les limites de la ville. À travers elles, c’est bien le contrôle de la ville elle-même qui constitue l’enjeu de l’action policière. En raison de cette focalisation sur les frontières de la ville, l’émeute dans sa totalité échappe au dispositif policier tel qu’il est établi dans l’espace urbain aussi bien qu’à la répression in situ et à la répression judiciaire. Ainsi fragmenté, le récit policier de l’événement se détourne des lieux investis par les émeutières. Dans les écrits rendant compte de l’action des commissaires au faubourg Saint-Antoine en 1725, la répression de l’émeute met alors en scène un peuple violent et implicitement masculin. Les logiques spatiales de la répression répondent à des pratiques policières qui construisent et isolent un groupe finalement insaisissable composé d’hommes du peuple extérieurs à la ville. Les cadres policiers qui préexistent dans l’espace ne sont pas nécessairement mis en œuvre lors de la répression de ces mouvements populaires : les mesures prises se fondent sur le dispositif existant mais sont déployées ad hoc. La présence de ces structures policières dans l’espace détermine toutefois la répression : la police pense et agit leur mise en œuvre à l’aune d’une appréhension du peuple émeutier traversée par les rapports sociaux de sexe.

Haut de page

Notes

1 « Est un lieu l’ordre (quel qu’il soit) selon lequel des éléments sont distribués dans des rapports de coexistence. (…) Il y a espace dès qu’on prend en considération des vecteurs de direction, des quantités de vitesse et la variable de temps ». Michel de Certeau, L’invention du quotidien, i, « Pratiques d’espace », Paris, Gallimard, 1990, p. 172-173.

2 Voir Déborah Cohen, La nature du peuple. Les formes de l’imaginaire social, XVIIIe-XXIe siècles, Seyssel, Paris, Champ Vallon, 2010.

3 Cette formule de Pascal Bastien permet notamment de distinguer ces journaux de bourgeois parisiens des mémoires aristocratiques. Pascal Bastien, L’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle. Une histoire des rituels judiciaires, Seyssel, Champ Vallon, 2006. Également Christian Jouhaud, Dinah Ribard, Nicolas Schapira, Histoire, littérature, témoignage. Écrire les malheurs du temps, Paris, Gallimard, 2009.

4 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1992 (1979), p. 12.

5 Le marché alimentaire étant « un lieu populaire par excellence ». Jean-Michel Roy, « Les marchés alimentaires parisiens et l’espace urbain du XVIIe au XIXe siècle », Histoire, économie et société, oct.-déc. 1998, vol. 17, n° 4, p. 693-710 (p. 705).

6 Gilles Chabaud, Vincent Milliot, Jean-Michel Roy, « La géographie parisienne de l’accueil », in Daniel Roche (dir.), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris, fin XVIIe-début XIXe siècle, Paris, Fayard, 2000, p. 115-170.

7 Arlette Farge, André Zysberg, « Les théâtres de la violence à Paris au XVIIIe siècle », Annales ESC, 1979, vol. 34, n° 5, p. 984-1015.

8 Allan Potofsky, « The Construction of Paris and the Crises of the Ancien Regime. The Police and the People of the Parisian Building Sites, 1750-1789 », French Historical Studies, hiver 2004, vol. 27, n° 1, p. 9-48 (p. 23-24).

9 Olivier Zeller, Histoire de l’Europe urbaine. T. 3, La ville moderne, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 2012 (2003), p. 242.

10 Antoinette Fauve-Chamoux, « Le surplus urbain des femmes en France préindustrielle et le rôle de la domesticité », Population, 1998, vol. 53, n° 1-2, p. 359-377 ; Sabine Juratic, « Solitude féminine et travail des femmes à Paris à la fin du XVIIIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Âge, Temps modernes, 1987, vol. 99, n° 2, p. 879-900.

11 « Chaque fois qu’une micro-analyse d’un territoire urbain est possible, elle montre des différences considérables entre les états, les niveaux de fortune et les modes d’habiter de populations géographiquement très proches ». Olivier Zeller, « Espaces féminins et formes ségrégatives dans les villes d’Ancien Régime », in Annie Bleton-Ruget, Marcel Pacaut, Michel Rubellin (dir.), Regards croisés sur l’œuvre de Georges Duby. Femmes et féodalité, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2000, p. 301-312 (p. 307-311).

12 Annik Pardailhé-Galabrun, « Les déplacements des Parisiens dans la ville aux XVIIe et XVIIIe siècles. Un essai de problématique », Histoire, économie et société, 1983, vol. 2, n° 2, p. 205-253.

13 David Garrioch, Neighbourhood and community in Paris, 1740-1790, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

14 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1992 (1979), p. 26-38.

15 Dominique Godineau, « Le rapport masculin-féminin dans l’espace urbain (Paris, XVIIIe siècle-Révolution française) », in Yvonne Knibiehler, Régine Goutalier, Catherine Marand-Fouquet, Éliane Richard (dir.), Marseillaises. Les femmes et la ville, des origines à nos jours, Paris, Côté-Femmes, 1993, p. 107-115 (p. 108).

16 Dominique Godineau, « Les déplacements dans Paris des femmes des faubourgs pendant la Révolution », in Pierre Pinon (dir.), Les traversées de Paris. Deux siècles de révolutions dans la ville, Paris, éd. du Moniteur, 1989, p. 29-34.

17 Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, 2008 ; Sabine Juratic, Nicole Pellegrin, « Femmes, villes et travail en France dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle : quelques questions », Histoire, économie et société, 1994, vol. 13, n° 3, p. 477-500.

18 « Domestic chores preoccupied no one ». Olwen Hufton, « Women and the Family Economy in Eighteenth-Century France », French Historical Studies, printemps 1972, vol. 9, n° 1, p. 1-22.

19 Arlette Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1986, p. 310-311 ; Arlette Farge, Jacques Revel, Logiques de la foule. L’affaire des enlèvements d’enfants, Paris 1750, Paris, Hachette, 1988.

20 Arlette Farge, « évidentes émeutières », in Natalie Z. Davis, Arlette Farge (dir.), Histoire des femmes en Occident, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 2002 (1991), p. 555-575.

21 Christian Jouhaud, « Révoltes et contestations d’Ancien Régime », in André Burguière, Jacques Revel (dir.), Histoire de la France, vol. 3, Les conflits, Paris, Seuil, 1990, p. 70 ; Déborah Cohen, La nature du peuple..., op. cit., p. 51-56.

22 Catherine Denys, « La territorialisation policière dans les villes au XVIIIe siècle », RHMC, 2003, 50-1, n° « Espaces policiers, XVIIe-XXe siècles », p. 13-26 (p. 13-14).

23 La charge de lieutenant du prévôt de Paris pour la police, créée par l’édit de 1667, devient en 1674 la charge de lieutenant général de police. Celui-ci dépend directement du roi. Sur les découpages successifs des quartiers de Paris : René Pillorget, Jean de Viguerie, « Les quartiers de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles », RHMC, juin 1970, vol. 17, no 2, p. 253‑277 ; Robert Descimon, Jean Nagle, « Les quartiers de Paris du Moyen Âge au XVIIIe siècle. Évolution d’un espace plurifonctionnel », Annales ESC, 1979, vol. 34, no 5, p. 956-983.

24 Nicolas Delamare, Traité de la police, Paris, chez J. et P. Cot, 1705-1719, livre i, titre vi.

25 Arrêt du conseil du 14 janvier 1702 : « Nouvelle division de Paris en vingt Quartiers », et « Déclaration qui confirme la nouvelle division de Paris en vingt Quartiers, registrée au Parlement le 5 janvier 1703 », 12 décembre 1702. Nicolas Delamare, Traité de la police, op. cit., livre i, titre vi, chap. ix, p. 94-96.

26 Jean de La Caille, Description de la ville et des fauxbourgs de Paris en vingt planches, dont chacune représente un des vingt quartiers suivant la division qui en a esté faite par la Déclaration du Roy du 12 décembre 1702 renduë en execution de l’Edit du mois de décembre 1701, Paris, 1714.

27 Selon une des justifications de ce découpage avancée au début de ce texte : « Sa Majesté estant informée que les seize anciens Quartiers de la Ville & Fauxbourgs de Paris sont tres-inegaux dans leur estendüe ; qu’il y en a plusieurs qui se sont composez que de dix ou douze rües, pendant que d’autres en contiennent plus de soixante ». Nicolas Delamare, Traité de la police, op. cit., « Nouvelle division de Paris en vingt Quartiers », 14 janvier 1702, p. 92.

28 Nicolas Vidoni, « La lieutenance générale de police et l’espace urbain parisien. Pratiques, savoirs et contrôle du territoire (1667-1789) », Società e Storia, 2014, n° 145, p. 459-486 (p. 466).

29 Alain Cabantous, « Le quartier, espace vécu à l’époque moderne », Histoire, économie et société, 1994, vol. 13, n° 3, p. 427-439.

30 AN Y 15114B : « Précis des règlements des conseillers du roi, commissaires en son Châtelet », 21 août 1787.

31 David Garrioch suggère une lecture sexuée de cette utilisation de la police plutôt que de la justice par le peuple : « The justice dispensed by the police was also gendered justice, though the commissaires were more accessible to woman and more likely to make decisions on grounds of natural justice than were the ordinary courts ». David Garrioch, « The people of Paris and their Police in the Eighteenth Century. Reflections on the Introduction of a “Modern” Police Force », European History Quaterly, oct. 1994, vol. 24, n° 4, p. 511-535 (p. 526-527).

32 Arlette Farge, « Le commissaire et la rue à Paris au XVIIIe siècle », Révoltes Logiques, automne-hiver 1977, n° 6, p. 7-23.

33 Des études de cas à l’échelle d’un quartier éclairent les pratiques quotidiennes des commissaires de police : Cécile Colin, « Pratiques et réalités d’un quartier de police à Paris dans la première moitié du XVIIIe siècle : l’espace Saint-Eustache et le commissaire Pierre Régnard le Jeune (1712-1751) », Cahiers du CREPIF, mars 1992, n° 38, p. 119-130 ; Justine Berlière, Policer Paris au Siècle des Lumières. Les commissaires du quartier du Louvre dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Paris, éd. École des chartes, 2012.

34 Un point sur cette question in Vincent Milliot, Un policier des Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2011, p. 114-115.

35 Jean Chagniot, Paris et l’armée. Étude politique et sociale, Paris, Économica, 1985, carte p. 128.

36 Jean Chagniot, « Le Guet et la Garde de Paris à la fin de l’Ancien Régime », RHMC, janv.-mars 1973, vol. 20, n° 1, p. 58-71.

37 Rachel Couture, « “Inspirer la crainte, le respect et l’amour du public” : les inspecteurs de police parisiens, 1740-1789 », thèse de doctorat d’histoire, UQAM/Université de Caen Basse-Normandie, 2013. Cartes t. i, p. 337 sq.

38 Arlette Farge, Vivre dans la rue..., op. cit., p. 194-195.

39 Nicole Dyonet, « Les procédures d’amortissement de l’effervescence populaire urbaine au XVIIIe siècle en France », in Bernard Barbiche, Jean-Pierre Poussou, Alain Tallon (dir.), Pouvoirs, contestations et comportements dans l’Europe moderne. Mélanges en l’honneur du professeur Yves-Marie Bercé, Paris, PUPS, 2005, p. 731-745.

40 Exemples de spatialisation des déplacements de mouvements populaires in Émile Ducoudray, Raymonde Monnier, Daniel Roche (dir.), Atlas de la Révolution française. T. 11, Paris, Paris, éd. de l’EHESS, 2000. Cartes par Dominique Godineau : « Propagation de l’émeute du 25 février 1793 », p. 49 et 104 – réalisée à partir des procès-verbaux des commissaires de police – et « Itinéraires de la marche du 5 octobre » 1789, p. 65 et 111.

41 AN Y 10558 : « Emeute pour le Pain, arrivée le 3. May 1775 » (archives du Châtelet de Paris, Grand Criminel).

42 BnF, manuscrits français (ms. fr.) 6682, p. 58. Ce Journal (1753-1789) est en cours d’édition (cinq volumes parus) : Pascal Bastien, Sabine Juratic, Daniel Roche (éd.), Siméon-Prosper Hardy, Mes loisirs, ou Journal d’evenemens tels qu’ils parviennent à ma connoissance, Paris, Hermann, 2008-2014.

43 Aucune barricade n’est érigée à Paris entre la Fronde (1648) et 1827, hormis celles du faubourg Saint-Antoine en Prairial (1795). Mark Traugott, « Les barricades dans les insurrections parisiennes : rôles sociaux et modes de fonctionnement », in Alain Corbin, Jean-Marie Mayeur (dir.), La barricade, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 71-81.

44 Robert Descimon, « Les barricades de la Fronde parisienne. Une lecture sociologique », Annales ESC, avr. 1990, vol. 45, no 2, p. 397-422.

45 Au XVIIIe siècle, le pouvoir royal ne se trouve à Paris qu’entre 1715 et 1722, durant la Régence. D’où l’enjeu que constitue le retour du roi à Paris et la marche vers Versailles les 5 et 6 octobre 1789, précédée d’autres tentatives, notamment celle de gagne-deniers en grève au mois de janvier 1786. Marcel Rouff, « Une grève de gagne-deniers en 1786 à Paris », Revue historique, sept.-déc. 1910, t. 105, vol. 35, p. 332-347. Voir également Laurent Lemarchand, Paris ou Versailles ? La monarchie absolue entre deux capitales (1715-1723), Paris, CTHS, 2014.

46 Jean Chagniot, Paris et l’armée..., op. cit., p. 30.

47 BnF ms. fr. 6682 : « Ordre etabli pour la seurete et la tranquillité de Paris les jours de marché au pain », p. 62-63.

48 Idem.

49 Georges Rudé, « La taxation populaire de mai 1775 à Paris et dans la région parisienne », Annales historiques de la Révolution française, avr.-juin 1956, n° 143, p. 139-179, et « La taxation populaire de mai 1775 en Picardie, en Normandie et dans le Beauvaisis », Annales historiques de la Révolution française, juill.-sept. 1961, n°165, p. 305-326.

50 « La Populace Emeutée par les Troupes de Bandits et de Brigans qu’on disoit être entrés à Paris Principalement par les Portes St. Martin de la Conference et de Vaugirard ». BnF ms. fr. 6682, p. 58.

51 Bernard Lepetit, Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988, p. 60-69.

52 Laurent Turcot, Le promeneur à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 2007, p. 135-207.

53 Les archives de ces commissaires, hormis celles de Labbé (AN Y 12571 pour l’année 1725), sont lacunaires. Les documents étudiés ici sont donc les « expéditions » de ces procès-verbaux, c’est-à-dire les copies de ces actes transmises à la juridiction du Châtelet de Paris pour être versées au dossier d’instruction. Ces papiers sont conservés dans les archives de la Chambre criminelle du Châtelet (AN Y 10033).

54 Almanach Royal, pour l’année m. dccxxv., à Paris, chez Laurent d’Houry, 1725, p. 216.

55 AN Y 10033, procès-verbal du commissaire Chauvin, 9 juillet 1725.

56 AN Y 10033, procès-verbal du commissaire Delajarie, 9 juillet 1725.

57 Raymonde Monnier, Le Faubourg Saint-Antoine (1789-1815), Paris, Société des Études Robespierristes, 1981, p. 19.

58 Nicolas Delamare, Traité de la police, op. cit., livre i, titre vi, chapitre viii, « Accroissemens & embellissemens de la Ville de Paris... », p. 87.

59 AN Y 10033, procès-verbal du commissaire Delajarie, 9 juillet 1725.

60 AN Y 10033, procès-verbal du commissaire Chauvin, 9 juillet 1725. L’hôtel des mousquetaires noirs, tout proche, se trouve rue de Charenton. D’après les documents, ceux-ci n’interviennent à aucun moment de l’émeute.

61 Une récente déclaration royale – 18 juillet 1724 – renforce la répression de la mendicité, assurée par les archers de l’Hôpital général. Sur la solidarité des classes populaires vis-à-vis des mendiant-e-s réprimé-e-s, voir Arlette Farge, « Le mendiant, un marginal ? Les résistances aux archers de l’Hôpital dans le Paris du XVIIIe siècle », Cahiers Jussieu, 1979, n° 5, p. 312-329.

62 AN Y 12571, information, 26 juin 1725.

63 Déborah Cohen, « Les espaces de la révolte. De la discipline à la sécurité (et retour ?) : émeutes urbaines 1772/2005 », Labyrinthe, 2008, n° 29, p. 79-90.

64 Steven L. Kaplan, « The Paris Bread Riot of 1725 », French Historical Studies, printemps 1985, vol. 14, n° 1, p. 23-56 (p. 28).

65 Alain Thillay, « Le faubourg Saint-Antoine et la liberté du travail sous l’Ancien Régime », Histoire, économie et société, 1992, vol. 11, n° 2, p. 217-236.

66 « Le heurt avec la police se fait, à la fois symboliquement et très concrètement, autour du contrôle des grilles, que le peuple parvient à fermer ». Déborah Cohen, art. cit., p. 83.

67 AN Y 10033, procès-verbal du commissaire Chauvin, 9 juillet 1725.

68 AN Y 12571, procès-verbal du commissaire Labbé, 9 juillet 1725.

69 David Garrioch, La fabrique du Paris révolutionnaire, Paris, La Découverte, 2013 (2002), p. 124.

70 Sa population est alors de l’ordre de 30 à 40 000 habitant-e-s. Alain Thillay, Le faubourg Saint-Antoine et ses faux ouvriers. La liberté du travail à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2002, p. 24-26.

71 AN Y 12571, information, 13 juillet 1725.

72 AN AD III 4, n° 213-214 : « Sentence de mort », 16 juillet 1725.

73 Ce déplacement a été cartographié par Julie Allard. Julie Allard, La généalogie d’une figure..., op. cit., p. 243-245.

74 Pascal Bastien, L’exécution publique à Paris..., op. cit., p. 126.

75 « Le principal objet de la justice n’est pas seulement de punir les criminels, c’est de donner au public sur les lieux où les crimes ont été commis des exemples ». François Serpillon, Code criminel ou Commentaire sur l’Ordonnance de 1670, Lyon, 1767, vol. i, p. 422, cité in ibid., p. 127.

76 Chronique de la Régence et du règne de Louis XV (1718-1763) ou Journal de Barbier, Paris, Charpentier, 1857, t. i, p. 399-400.

77 AN Y 12571, procès-verbal du commissaire Labbé, 21 juin 1725.

78 La définition fameuse qu’en donne Furetière témoigne de ce point de vue : « populace. s. f. Terme collectif. Menu peuple ; la lie du peuple ; foule de petites gens. (…) Quand la populace est une fois émuë, & irritée, il est difficile de l’apaiser ». Antoine Furetière, Dictionnaire universel..., à La Haye et à Rotterdam, chez Arnoud et Reinier Leers, 1701, t. iii.

79 Arlette Farge, La vie fragile..., op. cit., p. 201 sq.

80 Gaël Rideau, « La construction d’un ordre en marche : les processions à Orléans (XVIIe-XVIIIe siècles) » in Gaël Rideau, Pierre Serna (dir.), Ordonner et partager la ville. XVIIe-XIXe siècle, Rennes, PUR, 2011, p. 137-154.

81 « S’ils sont “assemblées”, donc englobés, les membres du peuple-plebs deviennent, avec les autres parties du peuple qui leur sont supérieures et auxquelles ils sont à la fois reliés et subordonnés, le peuple-populus. En revanche, “attroupés”, “amassés” par un farceur, un séditieux, “abandonnés” à leurs instincts ou en proie à la panique, ils sont “populace” ». Hélène Merlin-Kajman, « “Populace”, “peuple” : une simple affaire de classement ? », in Gilles Chabaud (dir.), Classement, déclassement, reclassement, de l’Antiquité à nos jours, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2011, p. 71-93 (p. 83).

82 AN Y 10033, procès-verbal du commissaire Chauvin, 9 juillet 1725.

83 « Cette dissymétrie logique permet de régler la différence entre les deux parties d’un tout non par une opération de classification (…), mais en faisant de l’une d’elles une partie de l’autre, laquelle se trouve promue de la sorte à représenter ainsi la classe entière, ce qui instaure de facto une relation hiérarchique entre elles deux : la partie englobante, tout en restant, comme partie, de même niveau que la partie englobée, est cependant également d’un niveau logique supérieur à elle et la transcende ». Hélène Merlin-Kajman, op. cit., p. 79 et 83.

84 AN Y 12571, information, 11 juillet 1725.

85 Idem.

86 Idem.

87 Idem.

88 Idem.

89 AN Y 10033, interrogatoire d’Antoine Aubrot, 10 juillet 1725.

90 AN Y 12571, information, 11 juillet 1725.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La répression de l’émeute du 9 juillet 1725 au faubourg Saint-Antoine
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2421/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 669k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Chevalier, « Les lieux de la répression au prisme du genre : la rue parisienne au croisement des pratiques émeutières et des pratiques policières (XVIIIe siècle) », Genre & Histoire [En ligne], 17 | Printemps 2016, mis en ligne le 31 mai 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2421

Haut de page

Auteur

Clara Chevalier

Centre de recherches historiques/EHESS. Courriel : clarachevalier@msn.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page